Version classiqueVersion mobile

Le sursis littéraire

 | 
Martin Jalbert

Chapitre 1. L’horizon contradictoire de la littérature

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans « Confession d’un romantique repentant », Yvon Rivard soutenait que la principale raison du succès de Prochain épisode d’Hubert Aquin, « c’est qu’il est l’expression la plus éclatante de notre âme romantique », c’est-à-dire de notre désir de sortir du domaine intérieur et de « notre peur ou notre incapacité de le faire1 ». L’essayiste reprenait ainsi une idée qui l’a emporté longtemps quand il s’agissait d’envisager les relations entre la littérature et la politique : une œuvre littéraire a le pouvoir de dire une réalité (individu, milieu, société, peuple, humanité spécifique ou universelle) qui excède son contenu propre et la fragile vérité des mots avec lesquels elle est faite. Cette idée n’est pas issue de la Révolution tranquille où elle a pourtant fait florès. Elle se retrouve dès le XIXe siècle, par exemple chez un Pierre Chauveau affirmant que la littérature — y compris les livres qui « ont beau vouloir mentir » et dont les pensées « comme les pierres de l’aérolite sont ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search