Version classiqueVersion mobile

Méchante langue

 | 
Chantal Bouchard

Conclusion. À qui la faute ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment et pourquoi le français parlé au Québec a-t-il perdu en l’espace d’une soixantaine d’années presque toute légitimité ? C’est la question que j’ai voulu élucider, et après avoir étudié l’évolution de la norme en France entre 1700 et 1840 et avoir cerné ce qui s’en écartait dans le français québécois de 1840, je pense être en mesure de désigner quelques « coupables ».

Bien sûr, comme le voulait mon hypothèse initiale, les transformations sociales considérables provoquées par la Révolution ont dévalué assez brutalement le bon usage de la haute société de l’Ancien Régime qui avait été le modèle linguistique pour la société qui s’était développée sur les rives du Saint-Laurent. Ces transformations avaient promu un nouveau modèle, celui de la bourgeoisie parisienne qui, à cause des guerres entre la France et l’Angleterre, n’avait pas été présenté aux Canadiens, coupés de leur mère-patrie depuis 1763. En outre, la classe supérieure de la colonie l’ayant en grande partie quittée, bie...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search