Version classiqueVersion mobile

Méchante langue

 | 
Chantal Bouchard

Chapitre 4. La variation linguistique au Québec en 1841

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La prononciation

La prononciation, de tous les aspects de la langue, est sans doute celui sur lequel il est le plus difficile, en 1841, de se faire une idée précise, car à cette époque, on n’avait pas encore élaboré de système de représentation stable, constant et généralisé des sons de la parole. De nombreux auteurs avaient cherché, depuis des lustres, à proposer des « alphabets phonétiques » pour représenter la prononciation du français, songeons à Vaudelin au début du XVIIIe siècle, ou à Domergue dans les premières années du XIXe siècle. Cependant, aucun système n’ayant encore recueilli les suffrages, les lettrés canadiens de 1840 étaient obligés d’interpréter les différents modes de représentation proposés par les ouvrages auxquels ils se référaient. Cela explique en partie qu’ils aient pu consacrer tant de pages à la description de ce qu’ils estimaient la prononciation correcte de tel ou tel son. Il faut cependant souligner que, même s’ils ne s’entendaient pas sur la variante « ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search