Version classiqueVersion mobile

Méchante langue

 | 
Chantal Bouchard

Chapitre 3. Le français en Amérique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1763, après un siècle et demi de peuplement français et d’occupation progressive de la vallée du Saint-Laurent, la Nouvelle-France est cédée à l’Angleterre par le traité de Paris. La population d’origine française, environ 65 000 âmes, passe sous l’autorité de la couronne britannique en même temps que le territoire. Cette population est de langue française dans sa totalité, car les conditions de l’émigration des colons et la situation dans la colonie n’ont permis la transmission d’aucune autre langue. L’unité linguistique s’est réalisée rapidement et, sans qu’il fût besoin de la moindre intervention, les patois d’oïl ou les autres langues parlées en France au XVIIIe siècle, telles que le breton ou l’occitan, se sont éteints dès la première génération de Canadiens.

Quel français ces nouveaux sujets britanniques parlaient-ils ? On dispose de diverses sources pour en avoir une idée. En premier lieu, on peut analyser les commentaires de diverses personnes ayant séjourné en Nouvelle-Fr...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search