Version classiqueVersion mobile

Le drôle de roman

 | 
Mathieu Bélisle

Deuxième partie. La communauté des rieurs

Introduction

Texte intégral

« Ils éclatèrent d’un rire qui se prolongea, puis, soudain, ce ne fut autant dire qu’une voix. »
Boccace, Le Décaméron

1Dans le prologue du Décaméron, Boccace évoque les rigueurs de la peste qui ravagea Florence vers 1348. Au dire de l’auteur, le cataclysme provoqua la déchéance de l’une des cités les plus florissantes d’Italie, emportée par la douleur et gagnée par l’incompréhension devant le spectacle de l’impuissance humaine. Au plus fort de l’épidémie, alors que les émotions primitives – colère, peur, désespoir – se sont emparées de chacun, Boccace semble surtout frappé par le climat de suspicion généralisée. Chacun devient susceptible de transmettre le grand mal à son prochain. Dans un tableau où se mêlent lyrisme et réalisme, l’auteur insiste sur la crainte qu’inspire aux plus hardis la compagnie de leurs semblables. Il s’étonne et se désole de l’aisance avec laquelle les Florentins abandonnent leurs proches à leur sort malheureux au point où aucun lien humain, y compris celui du sang, ne paraît résister à l’impérieuse nécessité de la survie.

2Jamais il n’y avait eu à Florence une telle communauté de malheur. Parmi ceux qui gardent encore intactes leurs chances de survie, plusieurs semblent entraînés par le désordre qui règne, et leur comportement mime, si l’on peut dire, la déchéance de la cité. Au milieu des fumigations odoriférantes pratiquées pour contrer les effluves pestilentiels, on les voit, passant de taverne en taverne, par les rues infestées de cadavres et de vermine, jouer leur existence comme à la roulette russe, accélérant l’usure du corps et bravant la terrible maladie, prêts à trouver la mort dans les convulsions les plus grotesques. D’autres, traumatisés par la virulence de la menace, se réfugient dans la solitude et tâchent de se préserver du monde, à l’image du contemptus mundi des ermites. Tout à leur jouissance solitaire, ces quelques rescapés voient leur fuite hors de toute communauté humaine comme le seul moyen de se défendre contre les périls de la multitude. C’est alors qu’au milieu des souffrances du plus grand nombre, dans l’église de Santa Maria Novella, quelques femmes, sept en tout, abandonnent leur recueillement afin de discuter du malheur qui les afflige.

3La rencontre, qui, on le sait, donnera naissance au projet de Pampinée, doit tout au hasard. Boccace se donne d’ailleurs la peine de préciser de nouveau, quelques pages plus loin, que les trois hommes qui se joignent au groupe de femmes le font aussi « par hasard ». Devant l’impossibilité de la constitution d’une communauté humaine dans les limites de la Cité, les dix compagnons, avec leurs sept domestiques, partent pour la campagne, là où les rigueurs de l’épidémie ne sévissent pas avec autant de virulence, afin de gagner l’univers des contes. En s’écartant du monde réel pour gagner le monde de la fiction et en abandonnant la ville pour la campagne, ils ne cherchent pas le lieu de la célébration d’un passé révolu ni ne cèdent à une complaisance nostalgique, mais s’engagent dans une aventure de création dont la postérité littéraire a été considérable.

  • 1 Boccace, Le Décaméron, traduction de Christian Bec, Paris, Le Livre de poche, « Bibliothèque class (...)

4C’est dans l’étrangeté de cet ailleurs que les devisants « goûtent à la joie et à la fête que les temps présents ne peuvent donner1 », que ces hommes et ces femmes réunis par le hasard d’un instant font l’expérience de la plénitude du partage et de la volupté que leur procure l’imagination. Ils édifient une vie nouvelle, une existence harmonieuse qui rappelle les temps d’avant la peste, des temps édéniques. En s’éloignant du temps historique, celui de la peste et du péril de la multitude, les amis du Décaméron établissent leur communauté sur la jouissance. Cette jouissance peut être scandaleuse, si l’on s’en tient à une interprétation au premier degré (et Pampinée cherchera à se défendre contre les jugements rapides), mais elle est surtout fondatrice, en raison de la démesure de son projet, qui inaugure une nouvelle voie pour la fiction occidentale. Une communauté de sensation, d’imagination et d’expérience, voilà ce que forment les dix protagonistes du Décaméron, dont le rire résonne en plusieurs occasions.

5En choisissant de partir ensemble et de faire l’expérience de la « joyeuse compagnie », les personnages de Boccace renoncent également, dans une certaine mesure, au désir de se distinguer, ou alors cette distinction – celle d’être roi ou reine du jour – est soumise à l’arbitraire du sort et, surtout, demeure éphémère. D’ailleurs, la structure même de l’œuvre de Boccace souligne la dépendance des conteurs envers les auditeurs, et elle met en relief leur solidarité, régie par un pacte dont Pampinée a tracé les grandes lignes. La célébration de l’être-ensemble insiste sur la valeur primordiale du regroupement au détriment de toute distinction, de toute aspiration au prestige personnel. Dans la communauté du Décaméron, chacun est invité à participer, à offrir son point de vue, à renchérir et surenchérir, mais personne ne peut, en vertu des règles proposées par Dioneo, s’arroger le monopole du récit. Le plaisir, loin de s’étioler, trouve dans l’activité narrative elle-même « le moyen d’entretenir la joie » et la possibilité d’inscrire la jouissance de la communauté dans la durée.

6C’est ainsi que naît, avant que ne se réunissent les bienyvres rabelaisiens et les convives moqueurs de Don Quichotte, la première communauté de rieurs de l’histoire du roman moderne.

*

7Nous avons vu à la fin de la partie précédente que les grandes comédies se terminent par la réunion des personnages à l’occasion d’un rassemblement. La menace que le « mauvais » personnage faisait peser sur l’unité du groupe est anéantie par les forces vitales et par les mécanismes de rabaissement et de renversement propres au genre. À l’occasion d’un mariage, d’une fête ou d’un carnaval, les rires fusent enfin. La communauté revit.

8Dans cette deuxième partie, nous souhaitons traiter de la nature communautaire de l’imaginaire du drôle de roman. Dans les œuvres étudiées, aucune action, aucun événement ne se produit sans le secours de la communauté, sans que celle-ci, avec ses valeurs, ses intérêts et ses interdits, soit mobilisée dans la conscience du personnage, sans que soient mises en commun les pensées et les sensations éprouvées ou sans que les initiatives individuelles trouvent leur écho au sein d’un ensemble plus vaste.

  • 2 Charles Baudelaire, « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », (...)
  • 3 Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, Presses universitaires de Fr (...)
  • 4 Cité par Mikkel Borch-Jacobsen, « Bataille et le rire de l’être », Critique, 488-489, janvier-févr (...)

9Ce qui donne à la communauté tout son intérêt, c’est qu’elle ne survient jamais sans rire, du moins sans humour : c’est une communauté de rieurs. Dans le drôle de roman, de même que le rire est toujours celui d’un groupe, la représentation du groupe est toujours liée, de près ou de loin, au rire. Il est bien connu que le rire est un phénomène social qui mobilise les réflexes mimétiques. Baudelaire en fait une affaire d’accord des subjectivités dans l’expérience esthétique. Dans son analyse du comique, il insiste sur la nécessité du partage – « il faut qu’il y ait deux êtres en présence2 » – pour que le sujet puisse « goûter » l’œuvre qui lui est présentée. Bergson va encore plus loin. Pour lui, l’existence d’une communauté – qu’elle soit effective ou virtuelle – apparaît comme une condition préalable de l’éclosion du rire : « Il semble que le rire ait besoin d’un écho. […] Notre rire est toujours le rire d’un groupe. Le rire cache une arrière-pensée d’entente, je dirais presque de complicité, avec d’autres rieurs, réels ou imaginaires3. » C’est aussi l’avis de Bataille, le compagnon de Queneau pendant les années 1930, qui fonde son analyse sur le fait que « le processus [du rire] a dès l’abord un caractère social4 ».

10La primauté du lien social vécu dans le rire a des conséquences profondes dans l’organisation et l’élaboration de l’imaginaire romanesque. C’est en tout cas ce que montrent les nombreuses scènes de réjouissance et d’hilarité généralisée, dans lesquelles la foule se présente comme la figure emblématique d’un monde imaginaire qui s’affirme à l’heure de la méfiance généralisée à l’égard du groupe et qui, en raison même de sa nature comique et parodique, s’établit « hors des murs » de la Cité, dans un ailleurs fabuleux ou mythique. Cependant, le rire de la foule n’a pas que des vertus festives ou libératrices, ou alors la libération à laquelle il préside s’exprime aussi par la violence du tout contre la partie. Cette « aventure » collective contribue à définir un certain nombre de principes qui président à l’imaginaire du drôle de roman : lieu d’accueil et de participation, la communauté des rieurs est animée par une conscience prosaïque, dont l’idéalité se trouve désormais circonscrite dans un en deçà du firmament.

Notes

1 Boccace, Le Décaméron, traduction de Christian Bec, Paris, Le Livre de poche, « Bibliothèque classique », 1994, p. 50.

2 Charles Baudelaire, « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », Œuvres, Paris, Gallimard « Bibliothèque de la Pléiade », 1954, p. 716.

3 Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, Presses universitaires de France, 1954, p. 4-5.

4 Cité par Mikkel Borch-Jacobsen, « Bataille et le rire de l’être », Critique, 488-489, janvier-février 1988, p. 38.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search