Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Identités

Nom propre, corps maigre ou les configurations du sujet anorexique dans Petite de Geneviève Brisac

Barbara Havercroft

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je vis avec la faim, je la mate, je la dompte, je l’apprivoise, je l’endors. […]. Je considère que la faim me donne une énergie immense, une légèreté de sarcasme. […] je suis fière de mon entreprise. […] Si je ne mange rien, rien ne me mangera1.

Comment écrire l’anorexie ? Comment transposer en mots la perte de poids, la soustraction de la chair, l’enivrement et la torture de la faim, de même que la souffrance affective qui sous-tend cette maladie typiquement féminine, ce trouble qui s’inscrit littéralement sur un corps diminué ? Voilà justement le défi que se donne Geneviève Brisac dans son récit autobiographique Petite, le deuxième d’un ensemble de quatre textes ayant tous comme objet principal le parcours identitaire d’un personnage nommé « Nouk », qui passe par une série de dilemmes douloureux à travers quatre décennies différentes2. Des quatre textes où figure ce personnage, tour à tour jeune fille, femme féministe, amante, épouse, mère mariée puis mère célibataire, seul Petite ...

Auteur

Professeure au Département d’études françaises et au Centre de littérature comparée à l’Université de Toronto. Elle est l’auteure de nombreuses publications sur les écrits autobiographiques français et québécois contemporains (en particulier, au féminin), sur la sexuation de l’écriture, sur la rencontre entre postmodernisme et féminisme, sur les théories de l’énonciation et sur la littérature de l’extrême contemporain. Codirectrice du GRELFA (Groupe de recherche et d’étude sur la littérature française d’aujourd’hui), elle a récemment codirigé deux collectifs : Vies en récits. Formes littéraires et médiatiques de la biographie et de l’autobiographie (Nota bene, 2007) avec Robert Dion, Frances Fortier et Hans-Jürgen Lüsebrink ; et Le roman français de l’extrême contemporain. Écritures, engagements, énonciations (Nota bene, 2010) avec Pascal Michelucci et Pascal Riendeau. Son projet de recherche actuel, subventionné par le CRSH (Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada), porte sur Les blessures « indicibles » : le trauma personnel dans les écrits intimes récents des femmes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter