Version classiqueVersion mobile

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Identités

Entre identité et identification. Comment avoir un nom qui soit « assez sien » ?

Gisèle Mathieu-Castellani

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avoir un nom « propre », un nom qui soit « assez sien », c’est certes le souhait légitime de chacun, mais sans doute est-il encore plus vif chez l’écrivain ; c’est bien le souci qui anime la plainte de Montaigne : « Je n’ai point de nom qui soit assez mien… »1. L’enjeu de l’écriture, en particulier en régime autographique, vise précisément à établir à la fois une identité et une identification.

Une identité : le sujet qui raconte sa « vie », ou « l’histoire de son âme », celui qui écrit non ses « gestes », mais son « essence »2, entend montrer qui il est, quel il est, comme saint Augustin : « Hic est fructus confessionum mearum, non qualis fuerim, sed qualis sim. / Tel est le fruit de mes Confessions : montrer non quel je fus, mais quel je suis »3 ; comme Montaigne : « Par ces traits de ma confession, on en peut imaginer d’autres à mes dépens. Mais quel que je me fasse connaître, pourvu que je me fasse connaître tel que je suis, je fais mon effet »4 ; « Je ne me soucie pas t...

Auteur

Ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres classiques, professeur émérite (Université Paris VII), spécialiste de la littérature de la Renaissance et de l’âge baroque, s’est intéressée à diverses questions de rhétorique et de poétique, à l’écriture féminine, à l’autobiographie. Parmi ses derniers livres : La scène judiciaire de l’autobiographie (PUF, 1996), La quenouille et la lyre (Corti, 1998), Rhétorique des passions (PUF, 2000), Montaigne ou la vérité du mensonge (Droz, 2000), La Corse dans les textes anciens. Du miel et du fiel (Piazzola, 2004), Le tribunal imaginaire (éditions du Rocher, 2006). À paraître : Narcisse ou le sang des fleurs (Aden), Éloge de la colère (Hermann), Les larmes d’Augustin (Cerf).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search