Version classiqueVersion mobile

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Autobiographies

J. D., en toutes lettres. Hétéronomie et « autobiographie » selon Jacques Derrida

Ginette Michaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est pas seulement le non-Grec qui m’a attiré chez le Grec (l’Égyptien, le Barbare ou quiconque est déterminé par le Grec comme son autre, donc exclu-inclus, posé comme opposable), mais le tout autre du Grec, de sa langue et de son logos, cette figure du tout autre par lui infigurable. Ce tout autre hante chacun des essais que j’ai consacrés à des choses « grecques » et y fait souvent irruption : sous des noms divers, car il n’y a peut-être pas de nom propre.
[…] Si nous sommes encore ou déjà des Grecs, nous autres, nous héritons aussi de ce qui les rendait déjà autres qu’eux-mêmes. « Eux-mêmes » ! Qui, eux ?
Jacques Derrida1

Il est peu d’œuvres philosophiques — avec celles de Nietzsche, de Kierkegaard peut-être — qui, plus que celle de Jacques Derrida, ait autant joué le nom de leur auteur, joué avec et de ce nom, en son nom propre — mais que veut dire propre au juste ? Ce sera devenu le nom même de sa question adressée au nom, j’irai jusqu’à dire, à sa manière, au nom du nom. Cet...

Auteur

Professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et membre du CRILCQ (Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Littérature et la Culture Québécoises). Auteur de plusieurs essais littéraires (Barthes, Joyce, Ferron), elle s’intéresse aux œuvres de Jacques Derrida, Jean-Luc Nancy et Hélène Cixous auxquels elle a consacré de nombreuses études. Membre du comité responsable de l’édition du Séminaire de Jacques Derrida, elle a coédité, avec Michel Lisse et Marie-Louise Mallet, les deux premiers volumes du Séminaire La bête et le souverain (Galilée, 2008 et 2010). Parmi ses récents ouvrages : Tenir au secret (Derrida, Blanchot) (Galilée, 2006) ; Veilleuses. Autour de trois images de Jacques Derrida (Nota bene, 2009) et Juste le poème, peut-être (Derrida, Celan) (Le Temps volé éditeur, 2009, prix Spirale-Eva-Le-Grand 2009-2010). Ont paru en 2010 aux éditions Hermann : Battementsdu secret littéraire et « Comme en rêve… » (Lire Jacques Derrida et Hélène Cixous, vol. 1 et 2).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search