Version classiqueVersion mobile

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Autobiographies

Nathalie Sarraute et le retour du nom propre dans Enfance

Monique Gosselin-Noat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Poursuivant les recherches sur le nom propre dans le roman, particulièrement dans l’œuvre de Marcel Proust1, Yves Baudelle a montré tous les enjeux d’une poétique romanesque du nom propre2. De son côté, Philippe Lejeune a, le premier, mis en lumière l’importance du nom propre dans l’autobiographie en montrant qu’il authentifie le pacte, atteste l’identité du héros, du narrateur et du signataire du texte3. Quelles leçons peut-on tirer de la confrontation des deux registres d’écriture en ce qui concerne le nom propre ? Si la signature est privilégiée dans l’autobiographie, qu’en est-il au cours du récit lui-même ? Puisque le scripteur parle de lui, a-t-il besoin de se nommer ? S’il le fait, à quelles fins et dans quelle perspective ? Telle est la première question que nous pourrions nous poser et sans doute faudrait-il, pour y répondre tout à fait, comparer à cet égard plusieurs récits autobiographiques. Ce n’est pas le seul problème que soulève l’étude du récit d’enfance de Nathalie ...

Auteur

Professeur émérite de l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Agrégée de lettres classiques et docteur ès lettres, elle a travaillé sur Bernanos (L’écriture du surnaturel dans l’œuvre romanesque de Georges Bernanos, Champion, 1979 ; aux Amateurs de livres, 1989) et, plus généralement, sur les romanciers engagés des années vingt aux années cinquante. Plus récemment, elle a publié une synthèse sur le combat militant de Bernanos par l’écriture (Bernanos militant de l’éternel, Michalon, 2006) et une autre sur Sous le soleil de Satan (Atlande, 2008). Elle s’est aussi intéressée à l’autobiographie (Monique Gosselin commente Enfance de Nathalie Sarrraute, Gallimard, « Foliothèque », 1995).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search