Version classiqueVersion mobile

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Autobiographies

Nom propre et écriture autobiographique chez Raymond Queneau

Alessandra Ferraro

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les journaux de Raymond Queneau publiés à titre posthume et plusieurs inédits témoignent que, sa vie durant, le rapport à l’écriture de soi a été pour cet auteur, comme d’ailleurs pour Leiris, une véritable tauromachie. L’issue de ce conflit — conflit entre le besoin de se raconter et la conviction que seule l’œuvre d’art épurée des aspects subjectifs a une véritable valeur — l’a conduit à frayer pour l’autobiographie une voie originale que nous tâcherons d’illustrer.

Dans l’impossibilité de retracer en entier le parcours de l’écriture autobiographique de Queneau1, nous prendrons en considération deux étapes de sa carrière d’écrivain où la réflexion sur son propre nom en régime autobiographique est explicite. Nous nous arrêterons d’abord sur un cas d’apocryphe commis par l’auteur quand il publia sous le nom de « Sally Mara » — en 1947 et en 1950 — non seulement un roman, mais également un journal intime. On présentera, ensuite, les hésitations du poète sur l’adoption d’un pseudonyme ...

Auteur

Enseigne la littérature française et les littératures francophones à l’Université d’Udine. Elle a dirigé et codirigé plusieurs ouvrages collectifs : Palinsesti culturali (avec Jean-Paul Dufiet et Anna Pia De Luca, 1999), L’Europe de la littérature québécoise (avec Jean-Paul Dufiet, 2000), Altérités et insularité. Relations croisées dans les cultures francophones (2005), Parcours migrants au Québec (avec Anna Pia De Luca, 2006), Interférences. Autour de Pierre L’Hérault, avec Élisabeth Nardout-Lafarge, 2010). Elle a également consacré plusieurs travaux à l’œuvre de Raymond Queneau, dont le volume : Raymond Queneau. L’autobiografia impossibile (Forum, 2001).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search