Version classiqueVersion mobile

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Pratiques contemporaines

Autofiction : en mon nom propre

Serge Doubrovsky

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je n’interviendrai pas ici comme théoricien du nom propre, lequel a déjà suscité de nombreuses recherches et ouvert le champ d’étude fécond de l’onomastique littéraire. Je m’exprimerai en tant qu’écrivain dans une position particulière, où l’utilisation du nom propre est celle de mon propre nom, destinée à fonder un récit de soi, avec une triple fonction identitaire, narrative, mais aussi générique.

Le genre apparaît d’emblée apparenté à l’autobiographie, qui est, selon Jean Starobinski, la biographie d’une personne faite par elle-même, et, pour préciser encore, avec Philippe Lejeune, un récit qui porte sur le développement d’une personnalité, par opposition aux mémoires, qui s’intéressent surtout aux faits historiques. En ce qui me concerne, j’ai voulu différencier mon entreprise de l’autobiographie, en la nommant autofiction, que j’ai définie, dans le prière d’insérer de Fils : « Fiction, d’événements et de faits strictement réels ; si l’on veut, autofiction […] »1. L’aspect fictif...

Auteur

Ancien élève de l’ENS, professeur honoraire de New York University, est l’auteur d’ouvrages de critique et de théorie littéraire : Corneille et la dialectique du héros (1963), Pourquoi la nouvelle critique ? (1966), La place de la Madeleine. Écriture et fantasme chez Proust (1974), Parcours critique (1980), Autobiographiques, de Corneille à Sartre (1988), Parcours critique II (recueil de textes établis et annotés par Isabelle Grell, 1988). Écrivain (on lui doit le terme « autofiction » qui apparaît dans Fils, 1977), il est l’auteur d’une importante œuvre romanesque : Un amour de soi (1982), La vie l’instant (1985), Le livre brisé (1989, prix Médicis), L’après-vivre (1994), Laissé pour conte (1999), Un homme de passage (2011). Les revues Les temps modernes (2001), L’esprit créateur (2006) et Dalhousie French Studies (2010) lui ont consacré chacune un numéro spécial. Il a reçu en 2011 le Grand Prix de littérature de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son œuvre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search