Version classiqueVersion mobile

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Pratiques contemporaines

Procédés toponymiques chez Michon, Millet et Bergounioux

Élisabeth Nardout-Lafarge

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la perspective d’un réexamen du rôle du nom propre dans « le pacte autobiographique », quelle place faire à ces autres noms que sont les toponymes ? Exception faite, bien sûr, de quelques textes canoniques — au premier rang desquels « Noms de pays : le nom »1 —, qui constituent eux-mêmes des théories littéraires du nom propre, le toponyme, objet privilégié de l’onomastique historique, reste le parent pauvre des études sur le nom propre littéraire, qui ne le retiennent généralement qu’au titre de la mimesis, comme l’un des effets de réel les plus attestables, marqueur d’un espace référentiel soit familier, soit dépaysant. Parallèlement, les études sur le biographique, qu’elles portent sur les biographies, les autobiographies ou les autofictions, s’interrogent moins sur le lieu que sur le milieu ou la famille du sujet dont l’histoire est racontée.

Le déploiement des toponymes dans les textes « obliquement autobiographiques »2 de Pierre Michon, Richard Millet et Pierre Bergounioux ...

Auteur

Professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et membre du CRILCQ (Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Littérature et la Culture Québécoises). Elle a notamment codirigé Les noms du roman (avec Martine Léonard et Johanne Bénard, 1994), Le texte et le nom (avec Martine Léonard, 1996), Italies imaginaires du Québec (avec Carla Fratta, 2003) et Constructions de la modernité au Québec (avec Ginette Michaud, 2005). Elle a aussi écrit Réjean Ducharme. Une poétique du débris (2001), et co-écrit, avec Michel Biron, François Dumont et la collaboration de Martine-Emmanuelle Lapointe, Histoire de la littérature québécoise (2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search