Version classiqueVersion mobile

Profession latiniste

 | 
Jean-François Cottier

Conclusion

Texte intégral

1On a vu que la philologie classique pouvait être définie comme la « science des manifestations de l’esprit humain dans toutes les sphères de son activité durant la période classique, de la Grèce homérique à l’Humanisme occidental, en vue de l’enseignement des humanités ». Ce petit livre a tenté de montrer comment le latiniste pouvait répondre, à sa manière, à cet idéal, en étant un scientifique méticuleux, rigoureux et novateur, maître de sa discipline et l’esprit toujours ouvert aux autres. Les frontières de sa recherche dépassent largement les remparts de la Rome républicaine, et la chance du latiniste est de maîtriser une langue qui est à la fois aux racines de la nôtre et qui fut le principal outil de communication en Occident pendant vingt siècles. On peut faire de pauvreté vertu en limitant son étude au seul latin classique « pur », on peut aussi le récuser complètement en faisant semblant de croire qu’on peut étudier l’Antiquité, le Moyen Âge ou la Renaissance sans connaître la langue qui servait alors d’outil naturel de communication. Mais je crois qu’il est clair que le latin est vraiment un outil idéal pour appréhender l’histoire et la culture occidentales, et qu’il mérite donc une place de choix dans l’enseignement, à tous ses niveaux. Perdre le latin, c’est perdre la clef de l’accès de l’histoire du monde occidental, et aussi de l’histoire du Québec. Oublier que tous les grands esprits d’ici ont été nourris à la latinité et, à travers elle, à l’hellénisme, c’est se condamner à les comprendre de travers, à ne les voir qu’à travers des lunettes anachroniques, et donc faussées…

2En guise de conclusion, j’aimerais d’ailleurs développer la dernière partie de la définition — « en vue de l’enseignement des humanités » —, pour essayer de montrer quels grands avantages on trouverait en ramenant le latin sur les bancs de l’enseignement secondaire, du collégial et même de l’université ! Dans les cégeps et à l’université, le latin — comme le grec d’ailleurs — devrait faire partie des formations de base pour tous ceux qui se destinent aux études littéraires, historiques, philosophiques, linguistiques, et même juridiques ou médicales. Mais la situation n’est pas catastrophique, et un étudiant motivé a la possibilité d’étudier sérieusement les langues anciennes dans le cadre des diplômes en études classiques ou médiévales, ou en suivant des cours de langues anciennes en option. Bien des problèmes d’apprentissage de la grammaire française ou de maîtrise de l’écriture se régleraient naturellement en incitant davantage les étudiants à revenir aux sources et à former leur intelligence grâce à cette discipline qui est l’une des seules à développer l’esprit d’analyse, de rigueur et de synthèse, tout en permettant, grâce à la version, une appropriation de l’écriture qui est aussi un exercice de style dans sa propre langue. Ce constat m’amène, bien sûr, à réfléchir sérieusement à la réintroduction possible du latin dans l’enseignement secondaire. Il n’y a pratiquement pas une semaine où la presse écrite ne dénonce, sur une variété de tons qui va de l’indignation sévère au fatalisme le plus sombre, l’état inquiétant de la maîtrise du français par les élèves… et les enseignants ! Pas plus tard qu’en juillet 2008, un éditorialiste de La Presse a soulevé une tempête de réactions pour avoir réagi trop vivement semble-t-il — au goût de certains, en tous les cas — au courrier d’une jeune fille de 14 ans qui entendait, sous le pseudonyme de Fleur-de-lys, défendre la langue et la culture françaises, mais qui s’exprimait dans une langue très approximative, truffée de fautes énormes. La violence des réactions accusant le malheureux journaliste d’arrogance ou de mauvaise foi dit assez le mal-être profond d’une société qui vit constamment partagée entre une volonté réelle de différenciation culturelle et linguistique et le constat un peu désespérant de ne plus être capable de maîtriser sa propre langue.

3La question est trop importante et trop sensible pour pouvoir être réglée ici en quelques lignes. Soulignons seulement que dans ce vaste débat il ne serait peut-être pas inutile de s’interroger sur la coïncidence chronologique évidente entre la fi n de l’enseignement des langues classiques dans le secondaire et le lent déclin de la connaissance précise du français. Ou, pour le dire plus positivement, ne serait-il pas grand temps de réévaluer l’apport potentiel du latin et du grec comme outils de réussite scolaire et de meilleure maîtrise des apprentissages fondamentaux ? En banlieue parisienne, dans une zone d’éducation dite « sensible », une association de jeunes lycéens au nom évocateur de « Métis » (sagesse en grec) milite pour que ces deux langues soient réintroduites sérieusement dans les programmes scolaires, leur propre réussite scolaire les aidant à démontrer tout le bénéfice de cet apprentissage qui leur a apporté de la rigueur dans le raisonnement et une meilleure maîtrise des codes écrits et oraux. L’apprentissage des déclinaisons et des conjugaisons conduit naturellement à réinvestir autrement l’analyse grammaticale et à intégrer la connaissance du système des verbes français. La confrontation avec un nouveau vocabulaire et une façon différente d’appréhender notre univers ouvre l’esprit et oblige à rentrer en sympathie avec des civilisations du passé qui sont aussi les matrices du monde contemporain. Traduire du latin en français est un exercice aussi formateur qu’enrichissant et, une fois dépassé le stade du pur décalque, il y a un véritable plaisir à faire comprendre aussi exactement que possible et avec ses propres mots la pensée d’un autre. Cette réflexion que je crois valable pour de jeunes élèves, à condition bien sûr de leur enseigner un latin vivant en choisissant des textes qui sauront les intéresser, l’est a fortiori pour des étudiants au collège ou à l’université, souvent découragés par des exigences qu’ils estiment démesurées. Comment accepter qu’un jeune universitaire ne soit pas capable d’écrire un français fluide, au lexique précis et à la syntaxe correcte ? Comment admettre que les futurs enseignants de géographie, d’histoire ou de mathématiques puissent faire des fautes d’orthographe au tableau sous prétexte qu’ils n’enseignent pas le français ? Comment faire comprendre aux élèves qu’on exige d’eux un français correct si leurs professeurs n’y sont pas astreints ? Comment imaginer qu’un étudiant en langue française soit empêtré dans les règles d’une grammaire qu’il risque de devoir enseigner lui-même peu de temps après ? Comment accepter qu’un étudiant en histoire ancienne ou médiévale avoue sans pudeur qu’il ne connaît ni le latin, ni aucune langue lui donnant un accès direct aux documents anciens ? Comment comprendre qu’un étudiant en linguistique ou en langues romanes (italien, espagnol, portugais…) ignore la langue source et que cet apprentissage ne lui apparaisse même pas comme une évidente nécessité ?

4On m’accusera sans doute de vouloir prêcher pour ma paroisse, certains verront même dans mes propos de l’arrogance ou pire que cela ! Mais je pense que, dans la Cité, c’est aussi le devoir du latiniste que d’être le « gardien du temple » et de dénoncer la négation radicale et dommageable d’un héritage linguistique et culturel multiséculaire au motif d’une idéologie modernisante ou anticléricale qui n’a en fait rien à voir avec le sujet ! La société a besoin du latiniste pour ne pas perdre sa mémoire, pour être capable de lire et de comprendre les textes littéraires, techniques, diplomatiques, épigraphiques rédigés dans cette langue et transmis de siècle en siècle aux générations futures. Ce livre a montré un peu, j’espère, l’ampleur et le sérieux des tâches qu’il accomplit, et son travail souvent défie les siècles. Combien de disciplines scientifiques en effet peuvent espérer produire des travaux qu’on utilisera encore dans un siècle ou deux ?

5Le latiniste a également un autre devoir, celui de transmettre la connaissance de cette langue qui n’a ni pays pour la représenter, ni ressources économiques pour l’imposer. Près d’un quart de ses députés avaient rêvé, il y a quelques années, de faire du latin la langue officielle des écrits de la Communauté européenne, mais ce souhait très humaniste et bien ancré dans l’histoire du Vieux Continent s’est vite fait rattraper par des considérations aussi triviales que matérielles, même si Israël a su démontrer magnifiquement avec l’hébreu qu’on peut toujours faire revivre une langue que l’on croyait morte ! Ce devoir de transmission est aussi un devoir de formation, et on ne peut que souhaiter dans un pays aussi attaché à ses racines latines et aussi multiculturel dans son ouverture aux autres et dans son accueil de l’étranger que le latin retrouve toute sa place dans un enseignement vraiment moderne et vraiment soucieux d’intégration et de développement.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search