Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nom propre et écritures de soi

 | 
Yves Baudelle
, 
Élisabeth Nardout-Lafarge

Poétiques du nom propre

Du critère onomastique dans la taxinomie des genres1

Yves Baudelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la thèse majeure de Philippe Lejeune, dans Le pacte autobiographique, est bien de définir l’autobiographie par un contrat affirmant l’identité « auteur-narrateur-personnage »2, on oublie parfois que ce pacte autobiographique repose moins sur quelque « déclaration solennelle »3 (dont le fameux préambule des Confessions donnerait le modèle) que sur l’onomastique : car « l’affirmation dans le texte de cette identité » entre les trois instances « renvo[ie] en dernier ressort au nom de l’auteur sur la couverture », seule garantie d’« authenticité »4. Après Philippe Lejeune qui, dans Moi aussi, en a réaffirmé toute la pertinence5, c’est sur ce « critère »6 onomastique que je me propose ici de revenir afin d’en souligner à mon tour l’importance pour les discriminations génériques au sein de l’espace autobiographique.

Un tel réexamen me paraît d’autant plus nécessaire que la validité du critère onomastique pour l’identification de l’autobiographie semble parfois encore ignorée7, notamment...

Auteur

Ancien élève de l’ENS de la rue d’Ulm, agrégé des lettres, docteur de l’Université Paris 3, d’abord lecturer à l’Université Yale, Yves Baudelle est aujourd’hui professeur à l’Université de Lille 3, où il a longtemps dirigé la revue Roman 20-50. Vingtiémiste, collaborateur de l’édition d’À la recherche du temps perdu dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (1989), il a dirigé plusieurs numéros de revues (sur Jouve, Céline, Sarraute…) et coédité des ouvrages collectifs : Nouvelles et nouvellistes au XXe siècle (1992), Marcel Arland ou la grâce d’écrire (2004) et Roman, histoire, société (2005). Poéticien, d’abord spécialiste d’onomastique et de géographie romanesques, il s’est ensuite tourné vers la question des rapports entre univers référentiel et mondes fictionnels, notamment dans l’autofiction. Dernières publications : Onomastique romanesque (L’Harmattan, 2008), Bernanos, le rayonnement de l’invisible (PUF, 2008) et trois hors série de Roman 20-50 sur Bernanos (2008), Mandiargues (2009) et Robbe-Grillet (2010).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter