Version classiqueVersion mobile

Profession latiniste

 | 
Jean-François Cottier

4. Le latin au Québec et en Nouvelle-France

Texte intégral

Patrimoine latin

1Après avoir tracé un itinéraire personnel, montré notre lien à la Rome antique et exposé les grandes lignes du métier de latiniste, j’aimerais présenter en quelques mots un de mes sujets de recherche actuels, qui me plaît autant par son côté vraiment novateur que par les liens qu’il me permet de tisser avec le Québec d’hier et avec les acteurs de la vie intellectuelle et culturelle d’aujourd’hui. Par ce projet, je cherche en effet à retrouver toutes les traces de ce que j’aime appeler le « patrimoine latin » du Québec : tous les grands hommes de l’histoire politique et culturelle québécoise ont été formés au « cours classique », et le clergé si puissant pendant si longtemps a aimé contempler le monde romain antique et les débuts du christianisme. Il suffit de se promener dans les campagnes pour retrouver dans la toponymie les traces évidentes de cet enracinement romain du Québec !

2Il faut donc tenter de renouer des fils anciens que l’histoire de ces quarante dernières années a eu tendance à vouloir définitivement couper depuis que, au début des années 1960, le rapport Parent proposa la démocratisation des collèges classiques du Québec et une réforme des universités, rejoignant ainsi le désir de la Révolution tranquille de faire entrer le Québec dans la modernité et de démocratiser la société. Car, aussi légitime que puisse être l’idéal de ce mouvement de fond, il marqua de fait la fin des études classiques dans l’enseignement secondaire, et en particulier de l’enseignement du grec et du latin. Au Québec, cette désaffection pour les études classiques a entraîné l’oubli du patrimoine littéraire latin moderne, à un moment où ailleurs les études néolatines prenaient leur essor. Aussi les textes latins composés en Nouvelle-France et au Québec n’ont-ils jamais vraiment reçu l’attention des chercheurs : les latinistes, par manque de temps ou d’intérêt, les autres, par manque de maîtrise de la langue latine ou par rejet de ce qu’elle pouvait encore représenter idéologiquement. Ces textes et cette tradition représentent un point aveugle de l’histoire littéraire et culturelle canadienne qu’il me semble temps d’éclairer.

Ce n’était pas la première fois que le capitaine entendait parler de Jésuites venus de France pour évangéliser les sauvages du Canada. Outre qu’on ne pouvait souffrir ces simagrées catholiques, personne n’ignore que les révérends viennent rarement s’installer quelque part sans être soutenus par une arrière-garde de soldats, et de trafiquants de leur pays. Ces pieux personnages étaient les émissaires du roi prétendument Très Chrétien. […] En approchant du rivage, on vit, au bord de noirs sapins entremêlés de chênes déjà rougis par l’automne, des huttes de peaux et de branchages que les Indiens avaient dû aider les intrus à construire. Une grande croix s’élevait au milieu. Le capitaine fit ouvrir le feu. Nathanaël avait horreur de toute violence, mais l’excitation des hommes manœuvrant les mortiers le gagna ; le bruit se répercutait le long des montagnes basses. C’était la première fois sans doute qu’elles renvoyaient ce tonnerre humain, n’ayant jamais connu jusqu’ici que le grondement de la foudre, et, au dégel, les craquements des blocs de glace se détachant des falaises. À la distance où l’on était, on vit des hommes en soutane s’égailler dans les hautes herbes ; deux tombèrent ; le reste prit refuge dans les bois.
Un canot fut détaché et amarré sur le rivage, mais les huttes éventrées n’offrirent pour butin qu’un petit tas de vêtements et de provisions de bouche, avec des livres et une boîte d’instruments dont le capitaine s’empara. Nathanaël constata qu’un père avait commencé un herbier ; les feuillets claquaient au vent. Il y avait aussi un calepin dans lequel un jésuite avait entrepris un vocabulaire de la langue indienne, avec à l’encre rouge les équivalents latins. Nathanaël l’empocha, puisque personne n’en aurait voulu, mais le perdit par la suite.
Il avait hâte de secourir si possible les deux hommes tombés, sachant que ses camarades ne se soucieraient pas d’une telle tâche. Mais la prairie était plus grande et plus accidentée qu’il n’avait cru ; il se sentait comme perdu dans cette mer d’herbes. L’un des deux hommes, d’ailleurs, était déjà mort. Nathanaël avança avec précaution vers le second, qui respirait encore. […] Nathanaël lui souleva la tête, et s’adressa à lui, d’abord en anglais, puis en néerlandais, sans se faire comprendre. Il s’avisa alors de lui demander en latin ce qu’il pouvait pour le soulager. Mais le latin du magister de Greenwich différait sans doute de celui d’un jésuite français. Le mourant l’entendit néanmoins assez pour dire avec un faible sourire de surprise :
Loquerisne sermonem latinum ?
— Paululum, répliqua timidement Nathanaël.

3Marguerite Yourcenar, Un homme obscur, dans Œuvres romanesques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, p. 924.

4Cette question du patrimoine latin du Québec doit être remise dans le contexte plus large des études sur le latin à l’époque moderne, illustrées entre autres par les études que Leo M. Kaiser ou Joseph Ijsewijn ont publiées, Kaizer privilégiant l’Amérique des années 1625-1825, Ijsewijn, le xxe siècle sans limitation spatiale. Par ailleurs, dans le second volume de son Companion to Neo-Latin Studies, Ijsewijn a recensé pays par pays, et sur les cinq continents, les travaux relatifs à ce champ d’études.

5En ce qui concerne spécifiquement le Canada français, on peut repérer plusieurs compositions littéraires latines d’importance, dues très souvent à la plume de Jésuites français et qui apportent un témoignage important sur les débuts de la Nouvelle-France. La plus américaine des écrivains français du xxe siècle, qui est aussi la plus férue de culture classique, Marguerite Yourcenar, avait déjà rappelé à sa manière le rôle fondamental que les Jésuites, et le latin, ont joué dans l’appropriation occidentale du Nouveau Monde. Ainsi, dans son roman Un homme obscur, publié à Paris en 1982, quand Nathanaël, le héros de l’histoire, assiste en Acadie un jeune jésuite dans son agonie et entame avec lui un dialogue en latin, véritable lingua franca, l’auteur décrit en quelques lignes importantes la volonté de ces prêtres de nommer, fonction noblement humaine, les nouvelles réalités qu’ils découvrent et d’apprendre à communiquer avec ces êtres nouveaux et radicalement étranges et étrangers, qu’il convient de convertir à la « vraie foi ».

6De ce premier patrimoine littéraire latin canadien, on peut d’ores et déjà présenter plusieurs ouvrages qui illustrent des aspects importants de la littérature néolatine comme l’histoire, la spiritualité, la liturgie ou la science. Deux d’entre eux ont déjà connu l’honneur d’une traduction en langue moderne, mais aucun de ces textes latins n’a été édité et, si on veut les lire dans la langue originale, il faut avoir recours aux quelques spécimens du xviie ou du xviiie siècle qui ont survécu jusqu’à nous.

7Il est significatif que le premier ouvrage rédigé en latin en Nouvelle-France soit un texte spirituel. En effet, L’âme éprise du Christ Jésus ou Exercices d’amour envers le Seigneur Jésus pour toute une semaine (Affectus amantis Christum Iesum, seu exercitium amoris erga Dominum Iesum pro tota hebdomada), œuvre du jésuite Pierre Chastelain, directeur spirituel des Martyrs canadiens (1606-1684), fut rédigé en Huronie entre les années 1641 et 1646. Il représente, aux dires mêmes de son auteur, le « premier fruit d’un champ récemment défriché » et il propose une synthèse personnelle de la pratique missionnaire et des grandes inspirations mystiques de la tradition chrétienne sous la forme d’exercices spirituels répartis sur une semaine. La formation de Pierre Chastelain ressemble à l’éducation exigeante de beaucoup de jésuites de son temps, en particulier à celle des futurs missionnaires qui étaient choisis seulement parmi les meilleurs ! Il se trouva vite au cœur d’un réseau où l’on retrouve pêle-mêle la congrégation de la Sainte-Vierge, Charles Garnier et Isaac Jogues, qui peut-être lui donnèrent l’envie de partir en mission au Canada, le théologien positiviste Denis Pétau, qui invitait ses élèves à dépasser la scolastique et à revenir aux Pères, le P. Nicolas Adam, son directeur spirituel, qui le forma à la spiritualité ignatienne et à la tradition mystique, les Hospitalières de Dieppe, avec lesquelles il resta lié jusqu’à la fin de sa vie.

8Sa mission en Huronie dura de 1636 à 1650, et on pense que c’est au moment où il devint l’âme et la tête de la résidence centrale de Sainte-Marie, près de la rivière Wye, qu’il composa son gros ouvrage spirituel, invitant en outre ses compagnons, comme Jean de Brébeuf ou Isaac Jogues à eux-mêmes composer des textes relatant leurs expériences mystiques. À cet égard, il est intéressant de constater qu’il préféra s’exprimer en latin et eux en français. Le livre fut achevé le 29 septembre 1646, imprimé en France en 1647, et sans doute rapporté en 1648, peu de temps avant la destruction de la mission huronne et l’anéantissement des Hurons sédentaires par les Iroquois. On est donc en droit de penser que cet ouvrage a pu être utilisé par les premiers martyrs canadiens et on est certain qu’il exerça une forte influence sur des personnages qu’il rencontra ou dirigea spirituellement, comme Marie de l’Incarnation, Mme d’Ailleboust, le gouverneur Rémy de Courcelle et le procureur général Jean Bourdon. À côté de quelques lettres de lui conservées, son traité d’exercices spirituels est le seul ouvrage que nous a laissé cet auteur. Ce livre se présente avant tout comme un livre d’exercices spirituels, sur le modèle des exercices de saint Ignace de Loyola, eux aussi rédigés en latin, mais pour la durée d’une seule semaine, en commençant par le dimanche et en assignant à chaque jour un thème associé au Christ.

9Le second ouvrage, publié un peu moins de vingt ans plus tard, est une imposante Histoire du Canada ou de la Nouvelle-France en dix livres, jusqu’en 1656 (Historiæ Canadensis, seu Novæ-Franciæ libri decem ad anum usque Christi MDCLVI), rédigée en latin par le P. François Du Creux et publiée à Paris chez Cramoisy en 1664 dans une belle édition de luxe comportant 800 pages et des planches, dont celle, très célèbre, qui offre à la vue les tortures subies par les premiers martyrs canadiens. Cette première histoire de la Nouvelle-France est bien sûr à rapprocher des Relations des Jésuites qui s’étalent de 1610 à 1791. Le livre de François Du Creux couvre la période de 1625 à 1658 et représente une des rares sources pour l’histoire des commencements de la Nouvelle-France. L’auteur lui-même, originaire de Saintonge, est connu pour d’autres compositions, dont une vie latine de saint Jean-François Régis (1660), une autre de saint François de Sales (1657), une édition de la Grammaire grecque de Clenard (1657) et une de la Grammaire latine de Despautère. Plus qu’un simple hagiographe, on peut le considérer comme un humaniste, féru de culture classique et d’histoire. C’est d’ailleurs en tant qu’historien officiel de la Compagnie de Jésus qu’il s’attela depuis Bordeaux, sans avoir lui-même jamais visité la Nouvelle-France, à la rédaction de cette Histoire du Canada. Il en composa le texte à partir des différentes Relations à sa disposition et des Voyages de Champlain, en le rédigeant en latin, langue universelle de l’élite cultivée de l’époque et langue de l’Église catholique.

10L’ouvrage est divisé en dix livres et mêle les évènements historiques qui marquent la mission jésuite en Nouvelle-France et des remarques sur les coutumes des Indiens et des descriptions des nouveaux territoires. Conformément au genre historique classique, c’est une œuvre rhétorique qui articule les événements aux descriptions dans une organisation dramatique. Sans surprise, on y trouve de nombreux jeux intertextuels avec l’œuvre de Cicéron et de Virgile, et l’ouvrage est rehaussé de tous les moyens rhétoriques pour faire sentir la réalité de la sauvagerie canadienne et embrasser le spectre le plus complet possible des émotions : description d’une tempête et de la force des éléments de la nature, remarques sur la dignité des orateurs indiens ou la férocité des Iroquois, récit de l’attaque de pirates et de l’arrivée des Hospitalières et des Ursulines dans ce monde sauvage, annonce de la naissance de Louis XIV, narration des martyrs des PP. Jogues, Brébeuf et Lalemant, destruction de la mission huronne, puissance magique des sorciers et mystérieuse danse du feu, et, par-dessus tout cela, panoramas splendides et jusque-là inconnus et un immense enthousiasme pour la découverte de ce nouveau monde et pour la conversion des Indiens. La foi des missionnaires illustre l’idéal mystique de la Contre-Réforme catholique et la beauté du style, celui de l’influence littéraire et artistique de l’Académie française récemment fondée. On peut vraiment considérer que cet ouvrage ajoute une nouvelle province aux conquêtes antiques de la langue latine.

11À ces deux œuvres majeures, on peut ajouter quelques autres textes déjà repérés, mais qui souvent n’ont encore été ni édités, ni traduits, comme le dictionnaire latin / montagnais réalisé au xviiie siècle par le P. Jean-Baptiste De La Brosse. Cet ancien professeur de latin et d’humanités est aussi l’auteur d’un Livre des superstitions (Liber superstitionum) aujourd’hui perdu, de Remarques et de Notes (Animadversiones et d’Annotationes), d’un cours de philosophie, de registres de mission et d’un catalogue des indiens de Tadoussac : Catalogus generalis totius Montanensium Gentis. Il est également l’auteur de lettres en français, d’un dictionnaire abenaki, d’une grammaire montagnaise et d’ouvrages de pastorale en langue amérindienne, comme une traduction de la Bible et un catéchisme en montagnais et des calendriers montagnais. On peut encore mentionner les compositions liturgiques des sœurs ursulines et l’immense domaine des archives, comme les Registres paroissiaux ou les cours manuscrits de rhétorique ou de philosophie issus des séminaires et des collèges du Québec, entièrement rédigés en latin et qui nous renseignent sur l’éducation reçue par les élèves des siècles passés. Cette enquête ne fait que débuter, et il va falloir fouiller attentivement les archives et les bibliothèques pour y chercher les textes latins qui y dorment encore, comme il conviendrait aussi de réaliser un catalogue des inscriptions nombreuses qui ornent églises et monuments publics et qui, visibles, demeurent désormais muettes.

L’empire d’un signe

12Mais j’aimerais aller au-delà de ce nécessaire travail d’heuristique, et sans doute d’édition, de traduction et d’analyse, en m’inspirant par exemple de la démarche de Françoise Waquet qui, dans son ouvrage Le latin ou l’empire d’un signe, a retracé les emplois multiples du latin dans l’Europe moderne en s’intéressant à son rôle dans l’éducation, la religion ou la culture, sans se limiter au seul aspect littéraire de la question. Le rôle du latin comme langue de savoir et comme langue de l’Église pose aussi la question de sa place dans l’éducation et de son rôle politique, et culturel, et ce non seulement pour l’Europe, mais aussi pour l’Amérique du Nord. Concernant plus précisément le Québec, des projets tels que ceux menés par les chercheurs de l’ALAQ (Archéologie du littéraire au Québec 1760-1840), qui désirent « mettre au jour et analyser les premiers textes littéraires produits et diffusés au Québec entre la Conquête et le tournant du xixe siècle », les recherches de Marc André Bernier sur la rhétorique ou celles d’Yvan Lamonde sur la philosophie et leur enseignement au Québec aux xviiie et xie siècles permettent de mieux appréhender la naissance et le développement de la littérature et de l’histoire intellectuelle au Québec, et d’évaluer la place et le rôle joués par le latin dans le système éducatif. Grâce à ces travaux, et à d’autres enquêtes sur les anciennes bibliothèques, on a aujourd’hui une meilleure connaissance des fonds anciens de livres et d’archives, et il devient plus facile de repérer les ouvrages rédigés ou publiés en latin. D’autres études ont par ailleurs analysé les différents aspects de l’enseignement au Québec et elles nous aident à mieux situer notre problématique en contexte, comme dans le cas du Séminaire de Québec et de l’enseignement des Jésuites ou des Sulpiciens.

13Il convient enfin, et c’est sans doute la partie la plus difficile de mon enquête, car elle relève à la fois de la philologie et de l’analyse sociale et culturelle, de tenter de repérer les témoins indirects du rôle qu’a pu jouer le latin à l’école, à l’église et par ricochet dans la société en général. Par exemple, dans le portrait du jeune Cyprien Tanguay († 1902), le futur père de la généalogie canadienne-française, qu’il réalisa en 1832, Antoine Plamondon choisit de représenter son modèle en train de recopier un passage de Cicéron ; quarante ans plus tard, on rapporte que Philippe Aubert de Gaspé († 1871), au moment de mourir, récita les premiers vers de l’ode 14 du second livre des Odes d’Horace : « Eheu fugaces, Postume, Postume / labuntur anni » (« Hélas, en fuyant elles s’écoulent, mon cher, très cher Postumus, les années… »). Ces deux exemples disent, plus que de longues démonstrations, toute l’importance du latin comme langue de savoir et comme référence culturelle au Canada français. Mais rechercher ces témoignages indirects sera un long et patient travail qui devra sonder non seulement les œuvres de fiction, mais aussi la littérature personnelle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search