Version classiqueVersion mobile

La révélation inachevée

 | 
Yannick Roy

Conclusion. Le paradoxe de Don Quichotte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est vraisemblablement dans le grand roman fondateur de Cervantès – à qui Milan Kundera et Octavio Paz, rappelons-le, accordent le mérite d’avoir inventé l’humour – qu’apparaît le plus clairement, de la manière la plus exemplaire ou la plus emblématique, le paradoxe autour duquel j’ai déployé ma réflexion ; aussi me semble-t-il opportun d’évoquer ici, en guise de conclusion, l’irréductible ambivalence de ce livre qui paraît si limpide, mais dont la signification « véritable » ne cesse de se dérober – de résister à ceux qui voudraient l’établir de manière univoque en refusant, disons, de consentir à l’incertitude.

La marquise de Sévigné, dans une lettre datée de 1684, félicite son fils Charles de n’avoir pas épousé quelques années plus tôt une femme qui, bien qu’elle semblât alors un excellent parti, s’était par la suite distinguée par une dévotion excessive et ridicule : ayant voulu « profiter des bons exemples et des bonnes lectures de La vie des saints Pères du Désert et des saint...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search