Version classiqueVersion mobile

Profession latiniste

 | 
Jean-François Cottier

3. Le latiniste au travail

Texte intégral

Formation et exigences

1Qu’est-ce qui distingue finalement un latiniste d’un historien ou d’un archéologue ? Tous essaient de reconstituer le passé à partir de l’étude des documents qui nous en sont parvenus, et tous ont besoin les uns des autres pour y parvenir. On peut difficilement imaginer un historien ou un archéologue qui ne connaisse pas les langues utilisées dans les documents qui l’intéressent, et il est impensable qu’un philologue ne soit pas aussi un peu historien, voire archéologue suivant le sujet dont il s’occupe. Ces trois disciplines sont absolument complémentaires et le parcours universitaire en études classiques ou en études médiévales veille à donner cette triple formation de manière approfondie. Toutefois, le latiniste est avant tout un philologue, c’est-à-dire un spécialiste de la langue et des textes, et il y a donc une dimension littéraire et linguistique forte dans sa formation particulière. Par ailleurs, la longue vie du latin, langue maternelle de la République et de l’Empire romain, et langue paternelle du Moyen Âge occidental, de l’humanisme et de l’époque classique, le met en contact avec des textes qui recouvrent plus de vingt siècles d’histoire, car, même si l’on veut rester dans le domaine du latin classique, les témoins manuscrits qui subsistent des textes de l’Antiquité sont presque tous des copies du Moyen Âge, et c’est la période humaniste qui a donné les premières grandes éditions savantes.

2Le latiniste doit en outre maîtriser d’autres disciplines dites « auxiliaires » qui vont l’aider dans son travail sur les textes : la paléographie, qui est la science des écritures anciennes, la codicologie, qui étudie les manuscrits et les livres anciens, l’ecdotique, qui enseigne comment éditer les textes anciens, l’épigraphie, qui décode les inscriptions, la numismatique, qui étudie monnaies et médailles, et même, le cas échéant, la papyrologie, puisque l’Égypte fut aussi une province romaine. En outre, comme le latiniste travaille au moins autant sur des textes littéraires que sur des textes documentaires (testaments, archives juridiques, procès…) ou techniques (traités scientifiques, juridiques, théologiques…), il doit aussi avoir une bonne formation littéraire : connaître l’histoire de la littérature et l’histoire des genres, connaître les principales théories et méthodes critiques et être capable de les appliquer aux textes anciens, médiévaux ou modernes. Il doit connaître le contexte historique, religieux ou culturel de l’époque dont il étudie les textes et être sensible aux jeux intertextuels : il faut par exemple connaître Épicure et la philosophie grecque pour comprendre Lucrèce, Homère et la poésie alexandrine pour apprécier Virgile, s’être frotté aux historiens grecs pour lire Tite-Live ou Tacite, et la Bible et les grands courants du christianisme pour se lancer dans la lecture des écrivains de l’Antiquité tardive. Outre ce bagage classique, le spécialiste de latin médiéval doit connaître les lignes de faîte de la littérature vernaculaire et l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge, comme le spécialiste du néolatin doit être capable de mettre les œuvres qu’il étudie en perspective, aussi bien par rapport à la tradition antérieure que par rapport aux ouvrages contemporains. Ainsi, on ne peut pas comprendre les écrits de saint Bernard si on ne connaît rien à l’histoire du monachisme, à la patristique ou à l’exégèse biblique, les œuvres latines de Pétrarque ou de Boccace doivent être mises en rapport avec leurs écrits en vernaculaire et la civilisation de l’Italie du Trecento, et il faut connaître le contexte intellectuel et religieux de la Réforme protestante pour interpréter correctement les ouvrages d’Érasme, qui sont, comme pour beaucoup d’humanistes, essentiellement religieux.

3Enfin, et avant tout peut-être, le latiniste est le spécialiste d’une langue qui a laissé des milliers de pages à lire et à interpréter, et dont il doit connaître aussi bien que possible et dans toutes ses nuances la morphologie nominale et verbale (i.e. déclinaisons et conjugaisons), le lexique et la syntaxe. Il doit être capable de maîtriser aussi bien l’étude synchronique d’un état de langue donné, à une époque donnée dans un milieu donné suivant les variations de niveau de communication (soutenu, familier, relâché), que diachronique, en comprenant l’évolution de la langue latine au cours du temps et en ne restant pas figé sur les connaissances somme toute artificielles d’une grammaire scolaire classique fondée sur l’étude presque exclusive des écrits les plus soutenus du plus grand des orateurs latins de la fin de la République, Cicéron ! La linguistique latine est d’ailleurs une science qui a beaucoup bénéficié des immenses progrès de cette discipline fondamentale au cours du xxe siècle et elle représente aujourd’hui un domaine de pointe dans le monde des études classiques ou médiévales.

4Bien sûr, tout cela demande un long temps d’apprentissage, une pratique quotidienne de lecture et de traduction, beaucoup de patience et de la passion ! Le cursus de formation tient compte de toutes ces exigences et guide l’étudiant pas à pas, tout le monde n’étant d’ailleurs pas obligé de tout connaître de l’ensemble des disciplines ou spécialités évoquées. Pour qui veut se spécialiser dans la littérature latine classique, le Moyen Âge et l’humanisme seront moins indispensables à connaître que le grec, l’histoire et l’archéologie romaines. Par contre, le chercheur qui s’intéresse davantage au latin des humanistes, tout en possédant une excellente culture classique, doit surtout être capable de comprendre la langue souvent très savante utilisée par les écrivains de la Renaissance, en saisir les jeux intertextuels complexes et les références contemporaines. Le spécialiste du latin médiéval doit pour sa part faire face à une langue très disparate qui varie énormément suivant l’époque et le milieu étudié. Au début du Moyen Âge, le latin est en voie de créolisation, mais les écrivains qui l’utilisent sont encore latinophones. On se trouve alors en présence d’une langue très différente de celle de Cicéron ou de Virgile, beaucoup plus souple, mais aussi très déroutante si on a une vision figée de la grammaire latine. Au cours du Moyen Âge (ve-xve siècle), le latin est peu à peu devenu une langue purement savante, uniquement utilisée par les clercs et les lettrés : elle est donc redevenue plus classique dans ses formes, mais très variable suivant le niveau de scolarité de celui qui écrit. Pour un Anselme ou un Bernard, il y a des centaines de scribes à peine lettrés et beaucoup de notaires plus ou moins savants qui mêlent allégrement des formes en vernaculaire à un latin de type formulaire. De plus, l’univers de référence n’est plus celui de l’Antiquité païenne, mais celui d’un christianisme triomphant et omniprésent dont les modèles littéraires sont moins les grands auteurs classiques que les Pères de l’Église et la traduction latine de la Bible, dans laquelle on apprend d’ailleurs à lire et à écrire.

Éditer

5Toutefois, les différents spécialistes de la philologie latine ont un rapport assez semblable aux textes anciens. Quel que soit le document qu’il lit, texte littéraire ou documentaire, texte antique, médiéval ou moderne, le latiniste doit toujours être en mesure de comprendre l’histoire du texte qu’il a sous les yeux : d’où vient-il, quels sont les témoins manuscrits qui le conservent, quels critères ont présidé à l’édition de son texte ? Et c’est le rôle des éditions critiques de lui permettre ce travail de connaissance du texte, grâce à un système appelé « apparat critique » par lequel on peut suivre au bas des pages les différentes versions du texte, ce qui autorise chaque lecteur à refaire en quelque sorte sa propre édition du texte.

6Dans l’histoire du livre occidental, on peut dire, sommairement, qu’il y a eu trois étapes qui marquèrent chaque fois une révolution comparable par exemple au passage du disque vinyle au disque laser. Quand on passe d’un système à l’autre, on recopie ce qu’on considère comme le meilleur et on oublie tout le reste ; c’est ce qui est arrivé quand on est passé du rouleau (en papyrus le plus souvent) au codex vers le iiie siècle de notre ère (en parchemin, puis en papier à la fin du Moyen Âge), et qui s’est reproduit à la fin du xve siècle quand l’invention de l’imprimerie transforma complètement le rapport au livre et au savoir. Alors que chaque manuscrit est une pièce unique, irrémédiablement perdue quand elle est détruite, le livre imprimé a permis la reproduction et la sauvegarde de tout ce qui lui a été confié. On comprend dès lors qu’on n’applique pas exactement les mêmes règles pour reconstituer une œuvre célèbre de Cicéron comme les quatorze Philippiques, prononcées entre -44 et -43 contre Marc Antoine, et qui nous sont parvenues dans une douzaine de manuscrits dont le plus ancien ne remonte qu’au ixe siècle, et les Paraphrases sur les Évangiles qu’Érasme composa entre 1522 et 1524, connues par une dizaine d’éditions réalisées sous la direction même de l’humaniste chez son imprimeur bâlois, par de nombreuses éditions pirates contemporaines et par des rééditions plus modernes, toutes reproduites en assez grande quantité. Si l’âge du manuscrit carolingien qui est le plus ancien témoin des Philippiques est vénérable, il n’en demeure pas moins vrai qu’entre le moment où Cicéron prononça et édita ses discours et ce premier témoin de ces discours près de huit siècles se sont écoulés, alors que dans le cas d’Érasme nous devons faire face à plusieurs éditions contemporaines d’un même texte, avec ajouts et modifications. Le cas des textes médiévaux est intermédiaire, puisqu’il n’est pas rare que nous trouvions des témoins strictement contemporains de leur auteur, et même à l’occasion des manuscrits autographes comme le MS. 371 du Corpus Christi College d’Oxford, qui conserve l’ensemble des œuvres d’Eadmer de Cantorbéry et qui est dû, en grande partie, à sa propre main !

7Malgré la différence d’approche nécessaire, les règles fondamentales de l’édition de texte suivent donc les mêmes étapes.

8Heuristique (du grec heurisko, « trouver »). Dresser la liste des différents témoins connus du texte. Ce travail nécessite un travail approfondi sur les catalogues des grandes bibliothèques du monde, et il peut encore arriver qu’on découvre des témoins nouveaux pour un texte, voire qu’on redécouvre un texte qu’on croyait à jamais disparu ! Ainsi, en 1975, le savant viennois Johannes Divjack identifia à la Bibliothèque de Marseille vingt-neuf lettres de saint Augustin, dont vingt-sept étaient jusque-là inconnues et, en 1990, François Dolbeau découvrit à la Bibliothèque de Mayence un manuscrit contenant soixante-deux sermons du même Augustin, dont vingt-six étaient inédits ! La raison d’une telle situation tient au fait que beaucoup de catalogues, comme à la Bibliothèque vaticane, remontent au xviie ou au xviiie siècle, et que bien des trésors conservés dans les bibliothèques ne sont simplement pas répertoriés. Ainsi, il n’est pas rare de retrouver un texte, que l’on croyait perdu à jamais, coincé entre deux autres textes repris pour leur part dans le catalogue.

9Collation (du latin con-ferre, « comparer »). Une fois les témoins repérés, il faut les étudier, les comparer et établir une hiérarchie entre eux. Cela suppose soit de faire le tour des bibliothèques qui conservent les précieux témoins, soit de les faire venir sous forme de microfilm ou de cédérom. Quand l’original est manquant, ou si l’on veut tenter de saisir l’histoire du texte, il faut essayer d’établir un « arbre généalogique » des manuscrits (qui a copié qui ?), appelé stemma codicum, qui permet de se rapprocher le plus possible du texte que l’on cherche à reconstituer. Si, par contre, nous sommes en présence de plusieurs textes originaux, il faut tenir compte des corrections opérées par l’auteur et les signaler. Ce travail de collation est souvent long et fastidieux, mais absolument nécessaire, d’autant que si un texte ancien a été édité avec science et rigueur le travail accompli sera utilisé par la communauté savante pendant des siècles. Peu de monographies ou d’études connaissent pareille longévité !

10Édition. Les témoins du texte une fois repérés, et la collation ayant été effectuée, il ne reste plus qu’à éditer le texte. Deux types d’édition savante sont alors possibles.

11Soit l’édition critique, dans le cas d’un original manquant — nous n’avons aucun manuscrit littéraire latin de l’Antiquité — et d’une tradition manuscrite existante, qui rend compte de toutes les variantes de lecture (appelées « leçons des manuscrits ») et qui exige un choix de la part de l’éditeur, et parfois même des corrections ou des ajouts (en cas de défaillance du texte par exemple). L’éditeur se doit également d’indiquer les références aux œuvres citées de manière explicite ou non. Les concordances informatisées rendent ce travail beaucoup plus simple qu’avant, mais l’exigence des lecteurs n’en est que plus élevée !

12Soit l’édition diplomatique, dans le cas où seul un témoin est conservé (comme c’est le cas pour les chartes, les testaments et les autres actes de la pratique) ou si l’on veut privilégier une version contemporaine d’un texte. Cette solution est souvent choisie pour l’édition des textes du Moyen Âge, où l’on préfère donner à lire un texte authentique, avec toutes ses particularités et même ses erreurs, plutôt que la reconstruction parfois artificielle d’un original idéal. L’édition diplomatique autorise toutefois de donner éventuellement en notes les variantes des autres témoins et elle doit, comme pour une édition critique, rendre compte des références et des jeux de renvoi du texte.

Traduire

13Le second point commun aux différents spécialistes du latin est le devoir de traduction des textes du passé, en particulier à un moment où de moins en moins de gens sont capables de comprendre et d’interpréter les textes en latin. La traduction est en soi une discipline et un art, et tous les traducteurs, quelle que soit la langue qu’ils traduisent, en savent l’intérêt et la difficulté. L’intérêt est évident : chaque nouveau texte est un défi, particulièrement dans le cas d’une langue qui n’est plus parlée et qui n’a donc plus de locuteurs capables de nous indiquer si oui ou non le texte a été compris jusque dans ses nuances. La première étape ressemble à une enquête policière, qui relève minutieusement indices et faisceaux de convergences pour parvenir à la solution exacte, et non à une trompeuse approximation : analyse de la structure de la phrase et des propositions, étude des temps et des modes verbaux et des nuances qu’ils signifient (réel, potentiel, irréel), analyse de la concordance des temps et bien sûr du lexique utilisé. Une fois cette phase analytique réussie, il faut rendre le sens du texte latin dans une langue française la plus précise possible, ce qui suppose à la fois d’avoir bien interprété le texte source, mais également de maîtriser sa propre langue dans toutes ses nuances. Par ailleurs, une bonne traduction se doit d’être fidèle au genre du texte source et adaptée à l’usage qu’on se propose d’en faire. Une traduction des comédies de Plaute ou de Térence doit s’efforcer d’en préserver la force comique et les possibilités dramaturgiques, comme il est préférable de lire les vers d’Horace ou les strophes de saint Ambroise dans une langue poétique soutenue plutôt que dans un simple mot à mot littéral et prosaïque ! Il n’est pas anodin que beaucoup de grands écrivains se soient adonnés à cet exercice qui est aussi stimulant intellectuellement qu’inspirant sur le plan de la créativité.

14Le latiniste a plusieurs outils à sa disposition pour parvenir au meilleur résultat possible.

15Le premier et le plus important est sa propre connaissance de la langue et de la littérature qu’il étudie, en particulier dans le cas de l’Antiquité, qui représente un champ clos. Il est tout à fait possible d’avoir lu et de connaître l’ensemble de la littérature latine classique (de Plaute à Apulée), dont ce qui a survécu représente moins de volume en livres que les seules œuvres conservées de saint Augustin. À cette connaissance littéraire s’ajoute bien sûr une parfaite maîtrise de la langue latine, de ses tournures propres, de sa grammaire et de son style et des ouvrages qui les étudient. Il faut par exemple savoir scander la poésie latine qui fonctionne non pas sur un système de rimes, mais de pieds mesurés appelés « mètres » où alternent suivant des schémas précis syllabes longues et syllabes brèves. Il convient aussi de savoir reconnaître les clausules métriques qui ornent les discours latins et autres ouvrages déclamatoires et, pour le latin médiéval, être sensible aux effets de la prose rimée ou rythmée, ou connaître la théorie du cursus métrique.

16Le deuxième outil qui va aider le traducteur dans son travail est le jeu des références des œuvres entre elles, à l’intérieur d’un même corpus, ou entre des œuvres qui ont pu s’influencer. Ainsi, pour prendre un exemple un peu extrême, alors que je devais traduire un texte particulièrement obscur du corpus apocryphe des écrits du Nouveau Testament, la Lettre du Pseudo-Tite sur la chasteté, traduction latine tardive d’un original grec perdu et lié à la tradition des textes apocryphes, la lumière est souvent venue d’un collègue spécialiste du copte qui, connaissant les textes de référence, m’aida à comprendre ce que le traducteur latin des environs du viie siècle n’avait peut-être pas tout à fait compris lui-même !

17Le troisième outil est bien sûr… le dictionnaire, mais qui pour être utilisé à bon escient ne doit pas devenir à lui seul la traduction. Beaucoup de débutants confondent traduction et jeu de puzzle consistant à aller à la pêche aux mots, à les mélanger ou les invoquer et à les jeter sur la feuille pour voir ce que ça peut donner (ainsi le jus romanum ne veut pas dire le « jus romain » mais le « droit romain » !). Les dictionnaires, les concordances sont de prodigieux instruments de travail et, dans ce domaine aussi, la révolution informatique permet d’interroger désormais des corpus immenses pour préciser le sens d’un mot qui a pu changer d’acception au fil des siècles ou dont la polysémie rend parfois la traduction précise difficile. Ainsi, le mot res qui désigne à l’origine le bien que l’on possède, en propre ou en commun (comme dans res publica, le « bien public », qui deviendra la République), va par extension désigner une affaire en justice, puis une « affaire » avec le même sens vague qu’en français. Il va ensuite servir à désigner simplement la réalité, et donc les actions accomplies (res gestæ, comme dans les chansons de gestes), avec un sens affaibli qui désigne finalement « les choses ». Autre exemple, le très polysémique ordo, dont le premier sens est matériel et désigne l’ordre des fils dans la trame, puis qui, dans la langue commune, va désigner le rang, la rangée, l’alignement, l’ordre. Il a pris aussi une acception spéciale dans la langue du droit, où il a désigné, dans la Rome antique, la classe à laquelle appartient un citoyen, son rang (ordre sénatorial par exemple, ou, dans la langue religieuse, ordre des prêtres), sens qu’il a conservé ensuite dans la langue de l’Église, où il va finir par désigner l’ordination, rituel par lequel justement on rentre dans les ordres. Pour cette raison, ordo, qui occupe une colonne et demie pour 5 sens principaux dans le dictionnaire de latin classique de Félix Gaffiot, est divisé en 27 sens dans le dictionnaire de latin médiéval de Niermeyer et occupe 41 colonnes du nouveau dictionnaire Ducange (Novum glossarium mediæ latinitatis) qui est en cours de réalisation.

18On le voit, traduire un texte n’a rien d’évident et représente le passage obligé avant tout autre travail de commentaire et d’interprétation.

Au très respectable archevêque d’Embrun,
Monseigneur Guillaume d’Avençon de Saint-Marcel,
Benoît De Flandrois, médecin à Gap, salutations.
Je me suis efforcé de rendre en latin la harangue bien digne d’être connue de tous, que le Roi de France et de Pologne prononça sous l’inspiration divine aux États Généraux de Blois, devant les trois ordres du peuple de France tout entier. Cependant, il s’agit moins d’une traduction latine servile et tatillonne, que d’une transposition libre et enrichie pour le fond comme pour la forme. Ainsi grâce à ce truchement, émissaire très fidèle à l’esprit et à la pensée de la harangue, tous les hommes, même ceux des nations étrangères qui connaissent mal le français, non seulement reconnaîtront que notre Roi est tout à fait digne de louanges (ainsi qu’on reconnaît, dit-on, le lion à ses griffes), mais ils verront, admireront et aimeront les mœurs fort douces de notre Roi, son esprit supérieur, l’excellence de toutes ses vertus, sa sagesse et son éloquence uniques. Grâce à ces qualités, il mérita fort heureusement toutes les louanges que l’on adresse à l’ensemble des orateurs, ne le cédant ni à Isocrate pour la douceur, ni à Lysias pour la subtilité, ni à Hypéride pour le piquant, ni à Démosthène pour la force, ni à Eschine pour la sonorité et la clarté de la voix. Par elles encore, suivant l’assentiment d’un jugement unanime, il fut estimé l’égal de Salomon, d’Orphée, d’Amphion, et de l’Hercule gaulois. Plût au Ciel que les gens d’ici comme ceux d’ailleurs aient pu se laisser persuader par son éloquence unique et sa majesté vraiment royale : il aurait alors transformé ses ennemis les plus acharnés en amis les plus fidèles et en alliés les plus indéfectibles, et de ses détracteurs jaloux et injustes il aurait fait des appréciateurs très justes et des hérauts très influents de ses louanges.
Cette harangue, j’ai voulu vous la dédier, Monseigneur, gloire des prêtres et secours des lettrés, en pensant que le prix de ma peine me serait reconnu, si je l’adressais à un homme très éloquent, très soucieux de la majesté royale et très cher aux meilleurs des nations étrangères, et si dans le même temps, tout ce que je fais pour vous était un témoignage perpétuel de respect.
Portez-vous bien. De Blois, ce 15 décembre 1576.

19Oratio Henrici III. Galliæ ac Poloniæ Regis, gallice, summa cum actionis dignitate Comitiis habita, in præclara et Regum altrice Blesiorum urbe : Ad tres Gallici populi præcipuos ordines, 1576. octavo Idus Decembr., Paris, Federic Morel, 1577, Aii, recto-verso. (Je traduis.)

Commenter

20Une fois le texte édité, l’histoire de sa tradition manuscrite ou éditoriale retracée, une fois la traduction réalisée ou simplement vérifiée, il reste à commenter le texte ancien. Le commentaire de texte peut prendre la forme très austère, mais extrêmement utile, d’une annotation philologique rendant compte des realia, c’est-à-dire des réalités historiques, géographiques ou linguistiques rencontrés au fil des mots. Pour ce faire, le latiniste a à sa disposition des encyclopédies et des dictionnaires spécialisés, des dictionnaires de langue, des index et des concordances, des éditions annotées, des cartes et des atlas. Ce type de commentaire érudit peut accompagner la nouvelle édition d’un texte, comme dans le cas de la publication en cours des Opera omnia d’Érasme de Rotterdam, dont 36 volumes ont déjà été publiés depuis 1969 et dont on espère l’achèvement de l’entreprise pour 2015. Chaque volume est constitué d’une édition critique originale du texte latin, avec apparat critique des variantes et apparat des sources littéraires et bibliques, accompagné d’une introduction à l’histoire du texte et d’un fort appareil de notes qui expliquent les allusions historiques, géographiques, philologiques ou théologiques. La dernière édition des œuvres complètes d’Érasme avait été réalisée à Leyde en 1703-1706 (après l’édition bâloise de 1538-1540) et on comprend toute l’importance et l’utilité pour la communauté savante de pouvoir bénéficier d’une édition scientifique et commentée qui ne sera pas recommencée de si tôt ! Mais ce type de travail peut aussi être publié par certains éditeurs qui s’en font une spécialité comme les Presses universitaires d’Oxford qui offrent de très importants commentaires, essentiellement historiques, généralement sans le texte commenté ni sa traduction, ou, en Allemagne, la maison Carl Winter d’Heidelberg qui fournit, sous la forme de gros volumes, une importante collection de commentaires d’auteurs latins et grecs.

21À côté de ces grands commentaires philologiques, il y a des centaines d’études qui privilégient un aspect des études classiques, médiévales ou humanistes. Commentaires littéraires proposant une interprétation sociocritique, étude stylistique, générique, rhétorique, linguistique : autant de commentaires historiques dont les sujets et les méthodes sont aussi le miroir de leur propre époque. Par ailleurs, il n’est plus vraiment envisageable aujourd’hui de prendre pour sujet de recherche « L’image du bonheur chez Horace » ou « Le paysage chez Virgile ». Ce genre de sujet académique étudié ad nauseam durant des siècles a vécu, et l’on préfère aujourd’hui travailler sur des sujets plus novateurs, soit qu’ils portent sur des domaines peu explorés jusqu’alors (auteurs peu connus, genres délaissés, périodes trop longtemps oubliées comme la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge, sujet inattendu comme la littérature latine en Amérique…), soit qu’ils renouvellent les méthodes d’approche. Ainsi l’histoire des émotions, de la sexualité ou des genres (gender studies) est une province relativement nouvelle dans les études latines, de même que l’approche anthropologique a opéré une véritable révolution méthodologique dans notre appréhension des textes du passé et des cultures dont ils sont issus. On peut citer comme exemples de ce dernier courant la réflexion de Florence Dupont sur L’invention de la littérature (1994) qui remet en cause le rôle de la lecture dans l’Antiquité en se proposant de reconstituer la culture « chaude » des Anciens, celle de la fête et du banquet, trop longtemps éclipsée par la « culture froide » des bibliothèques et des écoles, ou encore son révolutionnaire Homère et Dallas (1990) qui osa rapprocher l’œuvre d’Homère, origine et sommet de toute la culture littéraire classique, du feuilleton télévisé Dallas et des soap-operas de la télévision. Ainsi, au dernier congrès de la Société canadienne des études classiques (Montréal, mai 2008), miroir fidèle des recherches les plus récentes dans le domaine, parmi plusieurs sessions plus académiques, une séance était consacrée à « La tragédie au cinéma », trois séances avaient pour objet « Femmes et pouvoir », une séance portait sur « Langage et mentalités », tandis que la séance plénière donnée par David Konstan (Brown University) avait pour sujet le pardon et la repentance.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search