Version classiqueVersion mobile

La révélation inachevée

 | 
Yannick Roy

Lecture II. Le dialogisme flaubertien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Flaubert et Dieu, ou la « blague supérieure »

Tout de suite après le suicide d’Emma, Monsieur Homais dit à Charles Bovary, dans une tentative de le consoler : « Pleurez, […] donnez cours à la nature, cela vous soulagera ! » ; un peu plus tard, l’abbé Bournisien, en donnant le bras au mari affligé, l’invite à la résignation : « Dieu [est] bien grand, bien bon ; on [doit] sans murmure se soumettre à ses décrets, même le remercier. » Puis, pendant la veillée funèbre, face au spectacle de la mort qui lance leurs esprits sur des voies opposées, le pharmacien et le curé s’engagent dans une vive polémique :

— Lisez Voltaire ! disait l’un ; lisez d’Holbach, lisez l’Encyclopédie !
— Lisez les Lettres de quelques juifs portugais ! disait l’autre ; lisez la Raison du Christianisme, par Nicolas, ancien magistrat !
Ils s’échauffaient, ils étaient rouges, ils parlaient à la fois, sans s’écouter ; Bournisien se scandalisait d’une telle audace ; Homais s’émerveillait d’une telle bêtis...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search