Version classiqueVersion mobile

La révélation inachevée

 | 
Yannick Roy

Chapitre III. Bakhtine et la « foi poétique »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai tenté dans le premier chapitre de cet essai de tracer la frontière du roman et de circonscrire le domaine esthétique qui est le sien ou si l’on préfère, en termes moins métaphoriques, de définir la nature et l’objet de son réalisme. René Girard me semble avoir eu, sur cette question, l’intuition la plus juste et la plus profonde ; la naissance du roman serait liée d’après lui à la découverte d’une vérité anthropologique dont on peut dire, pour reprendre l’ambitieuse formule dont il a coiffé un de ses ouvrages, qu’elle était « cachée depuis la fondation du monde » : le désir, nous apprend Girard, n’est pas « linéaire », ni spontané, mais bien « triangulaire » et mimétique. Tel est le sens qu’on peut donner à la métaphore kundérienne du rideau déchiré ; c’est parce qu’ils ont compris l’inauthenticité fondamentale de tout désir – et partant de toute identité, dans la mesure où l’individu se définit d’abord par ses désirs – que les grands romanciers ont fait apparaître et entrepris...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search