Version classiqueVersion mobile

La révélation inachevée

 | 
Yannick Roy

Lecture I. L’humour à l’envers de Paul Valéry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le plus improbable des romanciers

« L’art même du romancier [m’est] presque inconcevable1 », écrit Paul Valéry au début d’un hommage à Marcel Proust ; et rien n’est plus facile que de trouver, parmi ses essais ou ses aphorismes, des passages semblables, qui, d’une manière ou d’une autre, expriment sa perplexité, sa réserve, voire sa méfiance à l’égard du roman. Ce sentiment à vrai dire est exprimé si souvent et avec une telle constance dans ses écrits qu’on pourrait être tenté d’en tirer une définition de sa pensée, dont l’essence même serait à chercher dans ce refus du roman, ou de la bêtise que le roman représente à ses yeux ; le mot n’est pas trop fort, et on peut supposer que c’est à un roman qu’il songe quand il écrit, dans ses Rhumbs : « J’admirais cette œuvre. Je m’en sentais incapable, mortifié… Et pourtant je sentais qu’il avait fallu une certaine bêtise pour l’écrire, – la concevoir2. »

Valéry ne parle jamais du roman qu’avec une extrême prudence, ou avec u...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search