Version classiqueVersion mobile

La révélation inachevée

 | 
Yannick Roy

Chapitre II. La clarté excessive de la théorie girardienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je voudrais maintenant, sans diminuer en rien la valeur que j’accorde à la thèse de René Girard, dont ma propre vision du roman est largement tributaire, m’en séparer sur une question essentielle qu’il passe sous silence et que Milan Kundera évoque dans le passage sur lequel s’est conclu le chapitre précédent. L’idée « fondamentale » voulant que l’humour soit une invention moderne, « liée à la naissance du roman », me conforte dans le chemin parcouru jusqu’ici avec Girard, puisque le « réalisme du désir » que ce dernier inscrit au cœur du roman, et dont on conçoit sans peine qu’il puisse déclencher le rire du lecteur, semble relever tout naturellement de cet humour. Pourtant l’auteur des Testaments trahis apporte à la définition de cette valeur une précision un peu curieuse, dont on ne trouve aucun écho chez Girard ; l’ambiguïté dont parle Kundera représente en effet, par rapport à la thèse de Girard, un élément nouveau, car il n’est pas évident que l’humour dont ce dernier se récla...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search