Version classiqueVersion mobile

La révélation inachevée

 | 
Yannick Roy

Chapitre I. La souveraineté du roman et l’objet de son réalisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du roman débute pour certains au XVe siècle avec Boccace1, pour d’autres au XVIe avec Rabelais2, pour d’autres encore, sans doute les plus nombreux, au XVIIe avec Cervantès3 ; mais ces divergences d’opinions ne reposent pas sur des visions radicalement différentes ni inconciliables de l’art du roman. La grande majorité de ses historiens et de ses théoriciens, sans oublier les romanciers eux-mêmes, quel que soit le moment précis où ils situent sa naissance, s’accordent pour lui reconnaître un caractère essentiellement « moderne », c’est-à-dire une certaine forme de réalisme, une sorte de lucidité désenchantée, ou disons, pour reprendre le mot célèbre de Nathalie Sarraute, un « soupçon4 » fondamental à l’égard de croyances, d’usages, de symboles et de mythes dont sa naissance marquerait le « dépassement » (terme à vrai dire quelque peu problématique, comme j’aurai l’occasion de le démontrer, mais dont on peut se contenter pour la première phase de ma démonstration). C’est s...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search