Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmission et héritages de la littérature québécoise

 | 
Karine Cellard
, 
Martine-Emmanuelle Lapointe

II. Transmissions

Les Belles-Sœurs dans les craques de l’histoire

Yves Jubinville

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Michel Tremblay avait prédit, au moment où la pièce Les Belles-Sœurs était prise à partie dans le débat houleux sur la langue en 1968, que les jours du joual étaient comptés et que, tôt ou tard, il ne verrait plus la nécessité d’en faire lui-même usage dans son écriture. Du moins pas de la même façon. L’argument était le suivant : quand les Québécois se seront émancipés (politiquement), le symbole de leur aliénation (culturelle et économique) n’aura plus sa raison d’être sur scène comme dans les livres. On constate aujourd’hui qu’il avait vu juste. L’œuvre de Tremblay elle-même a, depuis les année 1980, dépassé le stade de la défense et illustration de la langue et de l’identité québécoises. Avec le cycle romanesque des Chroniques du Plateau Mont-Royal, pareille stratégie littéraire a perdu de son pouvoir d’identification à l’œuvre non seulement parce que le parler montréalais a été mis entre parenthèses dans le discours de la narration, mais aussi parce que les personnages de Tremb...

Auteur

Professeur à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. Membre régulier du CRILCQ, il mène actuellement des recherches sur l’historiographie du théâtre québécois, la génétique du texte dramatique contemporain et l’archive théâtrale. Il est également directeur de la revue L’Annuaire théâtral et, depuis 2011, occupe le poste de directeur du programme de doctorat en études et pratiques des arts de la faculté des arts de l’UQAM. Il vient de faire paraître une étude sur la réception critique des Fées ont soif (L’Annuaire théâtral, no 46, 2010) qui lui a valu le prix Jean-Cléo Godin décerné par l’Association canadienne de la recherche théâtrale.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter