Version classiqueVersion mobile

Le bonheur au féminin

 | 
Isabelle Tremblay

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le discours féminin connaît à l’époque des Lumières une avancée assurée par rapport au Grand Siècle. L’avant-gardisme que manifeste la fiction des romancières n’est ni ponctuel ni isolé et s’inscrit dans un mouvement plus large. S’il n’existe pas une essence du « roman féminin » et qu’il est vain de parler de « romans de femmes » alors qu’il n’est jamais question de « romans d’hommes », ce mode de lecture paraît néanmoins nécessaire à l’émergence d’une conception nouvelle du genre romanesque au Siècle des Lumières. Alors que Colette Cazenobe considère que « pour les romans de femmes, plus enracinés dans l’expérience personnelle de leur auteur, le mot de la fin, s’il y en avait un, serait […] :“elle se maria, elle fut malheureuse et elle en mourut”1 », notre étude a plutôt montré que les romancières proposent dans leurs romans un saut vers l’avant et s’efforcent de rendre le bonheur accessible à toutes. Dans la foulée d’Anne-Thérèse de Lambert, de Madeleine de Puisieux, de Louise d’É...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search