Version classiqueVersion mobile

Le bonheur au féminin

 | 
Isabelle Tremblay

II. Ressources pour trouver le bonheur

Chapitre 4. L’étude ou apprendre à être heureuse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’il me dise encore que les femmes ne sont capables que d’une quenouille, et qu’elles n’ont jamais étudié, je lui répondrai que la quenouille est pour des gens comme lui.
François Poullain de la Barre, De l’éducation des dames pour la conduite de l’esprit dans les sciences et dans les mœurs

Du Traité du choix et de la méthode des études (1685) de l’abbé Claude Fleury au programme pédagogique de Mme de Maintenon en passant par le Traité de l’éducation des filles (1687) de Fénelon, la formation féminine, qui englobe diverses disciplines telles que la littérature, la danse, la peinture, l’histoire et la musique, continue d’être rigoureusement dosée à la fin du Grand Siècle. L’instruction morale et religieuse dispensée, qui assure un contrôle social, se fonde sur des principes de dévotion censés purger les femmes de leur sensualité. Les Précieuses s’interrogent sur l’ignorance féminine et lancent un mouvement que le conformisme louis-quatorzien contribue à ralentir. Amatrices de sciences...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search