Version classiqueVersion mobile

Le bonheur au féminin

 | 
Isabelle Tremblay

I. Les passages obligés de la féminité, garants du bonheur ?

Chapitre 3. La vertu, source de bonheur ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous [les femmes] sommes comme un vase de porcelaine, rien n’est si beau tant qu’on le conserve avec soin, le néglige-t-on, il tombe et se brise, et n’a plus de prix.
Mme Méheust, Histoire d’Émilie ou Les amours de mademoiselle de ***

Les stratégies que privilégient les romancières des Lumières pour conduire leurs personnages féminins au bonheur prennent pour cible la dimension morale de la religion et de l’Église chrétiennes, c’est-à-dire la vertu. Celle-ci est étroitement liée au précepte de courtoisie qui exalte au Moyen Âge un grand nombre de valeurs conciliables avec la chrétienté, comme la bonté, la pitié, la générosité et la loyauté. Les idéaux chrétiens que promeut la courtoisie soutiennent un progrès moral et un engagement vis-à-vis des valeurs attachées au bien commun. Alors qu’elle désignait d’abord la force physique, la vaillance et la capacité d’agir, comme le rappelle Geneviève Goubier-Robert dans sa thèse sur la vertu dans le roman français, la vertu qui inspire une « f...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search