Version classiqueVersion mobile

Le bonheur au féminin

 | 
Isabelle Tremblay

I. Les passages obligés de la féminité, garants du bonheur ?

Chapitre 2. La maternité, bonheur en soi ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Oui, je conçois que la tendresse qu’on a pour ses enfants puisse dédommager et consoler de tout. Ce sentiment sacré, plus doux que l’amitié, plus vif que l’amour même, est aussi plus désintéressé et le seul véritablement durable.
Caroline Stéphanie Félicité Ducrest Genlis, Les vœux téméraires ou L’enthousiasme

L’amour maternel est aux romans féminins ce que l’amour-passion est aux romans masculins1. Les romancières accordent une place importante au rôle de mère et aux préoccupations qui lui sont liées. Tout en dénonçant la maternité comme finalité de l’existence féminine, elles tentent de faire de cette expérience une avenue conduisant au bonheur.

Consolation ultime, la naissance d’un enfant suffit à attacher une mère malheureuse à la vie. Alors que dans La jardinière de Vincennes (1753) un fils permet à la marquise d’Astrel de « supporter patiemment tous les chagrins2 », la fille de l’héroïne d’Adélaïde ou Les mémoires de la marquise de M*** (1776) console celle-ci de « n’avoir pas te...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search