Version classiqueVersion mobile

Villes en traduction

 | 
Sherry Simon

4. Barcelone : le miroir fissuré de l’autotraduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De retour à Barcelone, au début des années 1970, après un exil de trente ans en France et en Suisse, l’écrivaine catalane Mercè Rodoreda prend la mesure des changements survenus dans sa ville. « Rien n’est plus comme avant », déplore-t-elle. Son propre quartier, Sant Gervasi de Cassoles, était un village faisant la fierté de ses habitants, avec ses tours, ses jardins pittoresques et ses somptueuses maisons anciennes. Un quartier qui « respirait catalan ». Rodoreda avait toutefois quitté ce monde idéalisé au cours des années 1930, alors qu’elle s’était installée au cœur de la ville, comme son personnage Aloma, pour s’engager politiquement au sein de l’intelligentsia catalane. La défaite des forces républicaines et le début de la longue dictature de Franco, à l’issue de la Guerre civile, avait poussé Rodoreda, comme bien d’autres militants, vers l’exil.

Quand elle revient, en 1971, elle retrouve une ville qui a changé physiquement et culturellement. Les quelques demeures majestueuses d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search