Version classiqueVersion mobile

La mémoire du roman

 | 
Isabelle Daunais

I. Aux commencements de la mémoire

La mémoire est une faculté qui oublie : la mise en prose du roman de Cligès à la fin du Moyen Âge

Isabelle Arseneau

Texte intégral

  • 1 Keith Busby, « Roman breton et chanson de geste au XVIIIe siècle », dans David P. Schenck et Mary (...)

1La mémoire est une faculté qui oublie, dit-on. La chose est particulièrement vraie dans la Bourgogne littéraire de la fin du Moyen Âge où, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, la cour des ducs encourage la réfection des romans en vers des XIIe et XIIIe siècles et confie à des prosateurs la tâche de rajeunir ces œuvres désormais moins goûtées du fait de leur langue (un français ancien) et de leur forme (le vers) surannées. Si ces remanieurs promettent de demeurer fidèles à leurs sources, il n’en reste cependant pas moins que l’on remarque d’importantes variations entre les textes en vers qu’ils relisent et les réécritures en prose qu’ils en fournissent. Bien plus, la lecture parallèle des romans en vers et de leurs réfections permet de parler à propos de ces dernières d’une écriture affadissante qui « déproblématise » le modèle, comme l’écrit Keith Busby à propos des extraits qui paraissent dans la Bibliothèque universelle des romans, qu’il qualifie de « Readers’Digest du XVIIIe siècle1 ».

2Dans le Cligès en prose, qui a été conservé dans un manuscrit unique daté de 1454 et dont le plat de la reliure annonce un Livre de Alixandre empereur de Constentinoble et de Cligés son filz, cet affadissement résulte d’une série d’oublis, qui sont évidemment autant d’omissions, dont l’enjeu touche précisément à la mémoire telle qu’elle s’exerçait dans le modèle, le Cligès de Chrétien de Troyes, composé près de trois siècles auparavant (vers 1176). Dans le Livre de Alixandre, la « déproblématisation » passe d’abord par l’élimination des renvois intertextuels assumés par les personnages dans le roman en vers et dont le caractère tantôt partiel, tantôt erroné, témoignait d’une mémoire sinon défaillante du moins sélective qui trahissait un rapport difficile à l’autorité de la tradition. La disparition de ces souvenirs problématiques dans la réécriture est alors lourde de conséquences. À travers eux, c’était aussi une leçon de poétique qui s’articulait et qui se traduisait, dans l’épilogue, par le retour d’un narrateur qui, exerçant à son tour une mémoire hautement sélective, venait frustrer les attentes d’un auditeur-lecteur déjà habitué à des dénouements sinon heureux du moins exemplaires ou contre-exemplaires. Plus sage que son modèle, la réécriture en prose ne s’accommode plus de cette conclusion « antiromanesque » et choisit d’en aplanir les aspérités.

Le dispositif intertextuel : une mémoire des œuvres en action

3Le Cligès de Chrétien de Troyes est un roman bicéphale dont le premier tiers relate les aventures d’Alexandre, fils de l’empereur de Constantinople, qui part « faire ses classes » à la cour d’Arthur où il s’éprend de Soredamor, qu’il épouse et qu’il ramène au pays où son frère, Alix, le croyant mort, s’est emparé du trône. Le conflit qui éclate se résout en faveur d’Alexandre, qui exige que son frère renonce au mariage de façon à ne jamais concevoir d’héritier qui pourrait disputer le trône à son fils, Cligès. Après la mort d’Alexandre, Alix viole sa promesse et épouse la fille de l’empereur d’Allemagne, Fénice, qui, elle, s’éprend de Cligès et reconduit ainsi le modèle triangulaire des amours courtoises. La seconde portion du roman est surtout reconnue pour la réécriture qu’elle propose de la légende de Tristan et Yseut, qui lui sert de repoussoir. Grâce aux talents de nigromance de sa suivante, qui lui prépare deux potions « illusoires », Fénice parvient à échapper à l’oncle pour se donner au neveu. Le premier philtre fournit à l’empereur l’illusion de posséder sa femme alors qu’il n’étreint que du « neent » (néant) (v. 3312-3319). Le second permet plutôt à l’impératrice, toujours vierge, de se faire passer pour morte et de s’enfuir au bras de son amant, qui vient l’enlever au tombeau où on l’a fait mettre non sans l’avoir d’abord livrée aux mains de médecins de Salerne qui, se rappelant la ruse de la femme de Salomon, ont flairé l’astuce et tentent de la réveiller de sa « fausse mort », d’abord à force de coups et ensuite en la soumettant au supplice du plomb fondu. Réfugiés dans une tour merveilleuse construite sur mesure par un architecte exceptionnel, Cligès et Fénice sont un jour découverts par un sujet de l’empereur, Bertrand, comme l’étaient jadis Tristan et Yseut dans la forêt du Morrois. Le roman se dénoue rapidement : Alix, devenu fou de n’avoir pu retrouver les amants en fuite, meurt de chagrin et Fénice et Cligès rentrent à Constantinople.

  • 2 Sur les liens entre Cligès et les romans de Tristan, voir entre autres : Anton G. Van Hamel, « Cli (...)
  • 3 Chrétien de Troyes, Cligès, Charles Méla et Olivier Collet (éd. et trad.), Paris, Librairie Généra (...)

4Si l’on a parlé à propos du roman de Chrétien de Troyes d’un « anti » et d’un « néo-Tristan »2, le rapport de rivalité avec la tradition dépasse la seule matière tristanienne, comme en font foi les nombreux renvois intertextuels explicites. Ceux-ci prennent le plus souvent la forme de comparaisons hyperboliques ou de formules laudatives qui servent à dire la supériorité des nouveaux protagonistes sur les anciens. Ainsi, le dispositif de guerre d’Arthur est supérieur à ceux de César et d’Alexandre, alors que Cligès est plus beau et plus sage que Narcisse3 et plus habile à l’arc et à l’escrime que Tristan (v. 6618-6619). De la même façon, les talents de Thessala en matière de nigromance dépassent ceux de l’antique Médée (v. 2985). Dans tous les exemples cités, les comparaisons se font évidemment en faveur des nouveaux personnages qui l’emportent inlassablement sur ceux du passé, tant ancien – l’Antiquité gréco-latine – que récent – les jeunes traditions narratives françaises que constituent les romans de Tristan et la Chanson de Roland, convoquée par la référence au comte Engrés, qui atteignent dans l’art de la traîtrise un degré d’excellence supérieur à celui de Ganelon (v. 1071-1072).

  • 4 Nous reprenons la formule de Judith Schlanger (La Mémoire des œuvres, Paris, Verdier, coll. « Verd (...)
  • 5 C’est de cette façon que Jean Bodel, dans sa Chanson des Saxons, distingue les matières narratives (...)
  • 6 « Cil qui contrerimoier veulent », f° 281. Nous retenons les sigles proposés par Wendelin Foerster (...)

5Ces renvois, qui constituent une « mémoire des œuvres4 » en action, ne se cantonnent cependant pas au plan du discours et il arrive qu’on les retrouve dans la bouche même des personnages qui, longtemps avant Don Quichotte et Madame Bovary, semblent vouloir jauger leur monde à l’aune de celui de la « littérature ». Si les références assumées par le narrateur témoignent de la volonté de dépasser les traditions narratives concurrentes (les matières de Rome, de France et de Bretagne5), celles qui circulent sur le plan de la diégèse engagent plutôt avec elles un jeu de contradiction ou de « contrerime », comme le donne à lire une variante du prologue d’Érec et Énide dans le manuscrit BnF fr 375 (P)6. Les défaillances mémorielles de ces personnages qui inversent, charcutent et pervertissent les intertextes qu’ils convoquent, servent alors à réfuter les œuvres passées.

6C’est ainsi que l’on peut interpréter le renvoi à l’histoire des fils d’Œdipe, sur laquelle est revenu le Roman de Thèbes une vingtaine d’années avant le deuxième roman de Chrétien de Troyes (ca 1155), qu’il ne convoque que pour mieux la mettre à distance. Le rappel du conflit fratricide n’apparaît plus dans la mise en prose, où l’antagonisme entre les frères se résout à l’écart de toute intertextualité manifeste. Croyant Alexandre mort dans un naufrage, Alix règne sur Constan tinople, jusqu’au jour où un messager lui apprend que l’héritier légitime rentre au pays. Inquiets de la guerre qui risque d’éclater, les sujets pressent leur souverain :

  • 7 Cligès, Stewart Gregory et Claude Luttrell (éd.), Cambridge/Rochester, D. S. Brewer, coll. « Arthu (...)
  • 8 Cligès, Charles Méla et Olivier Collet (éd.), p. 193 et 195.

Einz li dïent qu’il li soveingne

Ils l’exhortent au contraire à se souvenir

de la guerre Polinicés

de la guerre que Polynice,

qu’il prist ancontre Etïoclés

entreprit contre Étéocle,

qui estoit ses freres germains,

qui était son frère de sang.

s’ocist li uns l’autre a ses mains7.

Chacun, de ses mains, tua l’autre8.

Cligès, mss ASP

7L’accommodement auquel en arrivent les deux frères – à qui on demande de se souvenir du drame thébain – est presque trop raisonnable : le passif Alix se contentera de jouer les empereurs – il demande à pouvoir en porter le nom et la couronne (v. 2518-2519 ; 2546-2547) –, alors qu’Alexandre, accueilli en fils prodigue, se chargera des véritables affaires du royaume (v. 2542-2543). Ce « resnable plet » (v. 2506) a beau stipuler un partage bien inéquitable du pouvoir et ressembler davantage à un arrangement boiteux qu’à une solution viable (« une pes ferme est estable » [v. 2513]), il reste néanmoins supérieur à la « novelle lei » (v. 604) établie par les fils d’Œdipe, dont le souvenir sert ici d’exemplum négatif.

  • 9 Ibid., p. 194.

8Si Charles Méla et Olivier Collet supposent, dans leur édition de Cligès, que la version transmise par les manuscrits ASP est « sans doute la plus conforme à l’original9 », il ne s’agit cependant pas de la plus répandue puisque les manuscrits MBCRT donnent à lire la leçon contraire :

Einz li dient qu’il li sovieigne

Ils l’exhortent au contraire à se souvenir

de la gerre qu’Etyoclés

de la guerre qu’Étéocle

prist encontre Polinicés,

entreprit contre Polynice,

qui estoit ses frères germains…

qui était son frère de sang…

Cligès, v. 2494-2497 ; mss MBCRT

  • 10 Sachant que le narrateur du Roman de Thèbes affiche une nette préférence pour Polynice, on pourrai (...)

9Cinq des huit manuscrits complets (BCRT) ou fragmentaires (M) qui ont conservé le passage proposent donc un renversement des rôles : on se rappelle que, conformément à la leçon des manuscrits ASP, c’est bien Polynice qui, se heurtant à un frère qui refuse de lui rendre le trône, lève contre Thèbes les armées des Argiens et se rend ainsi responsable de la guerre des Sept Chefs. L’enjeu n’est évidemment pas de trancher quant à l’antériorité de l’une ou de l’autre des versions conservées. En revanche, il ne semble pas impossible d’interpréter les vers tels qu’ils se présentent dans les manuscrits MBCRT soit comme une sorte de lectio difficilior qu’on aurait alors cherché à « corriger », soit comme l’intervention d’un scribe sensible à l’esprit de contradiction qui anime le roman qu’il recopie. En effet, on pourrait très bien imaginer qu’en faisant jouer à Étéocle le rôle offensif le copiste se livre au même exercice que le narrateur qui, dans le prologue, déclare être l’auteur d’une œuvre, inventée ou aujourd’hui perdue, dont le titre, Dou roi Marc et d’Iseut la Blonde (v. 5), témoigne d’un important déplacement de la légende puisqu’il recentre l’intérêt sur les amours conjugales d’un roi et de son épouse légitime bien qu’adultère. Si cette référence possiblement inversée au Roman de Thèbes constituait un exemple isolé, dans le roman de Cligès, d’une mémoire sinon volontairement défaillante du moins franchement problématique, on pourrait s’en remettre, comme on l’a longtemps fait pour ce type de variantes, aux aléas de la transmission manuscrite ou encore accuser l’inculture d’un scribe qui n’aurait rien entendu à la « guerre Polyniciés »10. Or, l’examen des deux autres renvois intertextuels assumés par les personnages fait vite apparaître que le roman érige en modus operandi ce type de souvenir problématique qui, dans le long entretien entre Fénice et Cligès (v. 5102-5336), peut consister pour un personnage à découper ou à pervertir, au sens chrétien du terme, le discours d’autrui.

10Au cours de cette première véritable entrevue, Cligès tente de convaincre Fénice de fuir Constantinople et de traverser avec lui en Grande-Bretagne. Sa proposition fait suite à une longue tirade où son amie réitère son mépris pour Yseut, qu’elle dit abhorrer. Contrairement à cette dernière, Fénice jure qu’elle n’acceptera jamais de partager son corps entre deux hommes et qu’elle ne se donnera au neveu que lorsqu’il aura trouvé le moyen de la dérober à l’oncle, qui, grâce à un philtre qui procure l’illusion de la jouissance, ne l’a jamais connue « si come Adam conut sa femme » (v. 5175). À cette amante angoissée à l’idée de rejouer les amours illégitimes des amants de Cornouailles, Cligès offrira l’image d’un autre couple, dont on s’explique mal ce qu’elle peut avoir de rassurant :

« Dame, fait il, je pens et cuit

« Madame, dit-il, à mon avis,

que mielz faire ne porrions

nous ne pourrions mieux faire

que s’en Bretaigne en alions

que de partir pour la Bretagne.

la ai pensé que vos en meinne.

C’est là que j’ai pensé vous emmener.

Or gardez qu’en vos ne remainne,

Veillez à ne pas manquer l’occasion,

c’onques ne fu a si grant joie

car si grande qu’ait été la joie

Helene receüe a Troie,

qui accueillit Hélène à Troie

quant Paris l’i ot amenée,

quand Pâris l’y eut amenée,

qu’encore ne soit graind [r] e menée

on en montrera une bien plus grande

par tote la terre le roi,

par toute la terre du roi

mon uncle, de vos et de moi. »

mon oncle, pour vous et pour moi. »

Cligès, v. 5228-5238

Cligès, p. 361

  • 11 Voir par exemple les vers 4881 à 4936 (Benoît de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, Emmanuèle Baumga (...)

11Cligès est soit très peu versé dans l’art de la psychologie féminine, soit un bien mauvais lecteur de l’histoire et, plus précisément, du Roman de Troie, où malgré les amours plus harmonieuses du Troyen et de la Spartiate, le rapt continue de mener à la destruction de la cité, maintes fois prophétisée par Cassandre, qui n’hésite d’ailleurs jamais à maudire Hélène11. À la différence de la citation inversée du Roman de Thèbes, la référence au roman de Benoît de Sainte-Maure n’est cependant pas inexacte, puisqu’il est vrai qu’à l’arrivée de Pâris et d’Hélène, les Troyens vont de réjouissances en réjouissances (Roman de Troie, v. 4867-4880). En revanche, en ne retenant de leurs amours difficiles que l’épisode susceptible de servir ses desseins égoïstes et en « oubliant » de raconter que c’est une Hélène à qui on demande de sécher ses larmes et de faire bonne figure que l’on promène à travers la cité (v. 4848-4850), Cligès fait preuve d’une mémoire indéniablement sélective et pèche par omission. Les amours malheureuses de la Troyenne sont d’ailleurs fraîches à la mémoire de l’auditeur-lecteur : d’une part, le roman de Benoît de Sainte-Maure ne précède celui de Chrétien de Troyes que d’une petite décennie et, d’autre part, des sept manuscrits plus ou moins complets qui ont conservé le Cligès intégral, quatre incluent aussi le Roman de Troie (APBR), proximité qui devait permettre au lecteur de sentir avec encore plus de force le caractère problématique du renvoi partiel et partial du héros éponyme.

  • 12 Voir Élisabeth Schulze-Busacker, « La place du proverbe dans la mentalité médiévale », Paremia, 6, (...)

12Mais Fénice n’est pas la passive Hélène et la réponse qu’elle fait à Cligès témoigne d’un art oratoire de loin supérieur à celui de son amant. Refusant la proposition du neveu, elle lui explique qu’une fuite chez Arthur reviendrait à s’exposer aux racontars de ceux qui, ignorant qu’elle est toujours vierge, parleraient d’eux dans les mêmes termes que d’Yseut et de Tristan. Fine rhétoricienne, elle recourt à deux types d’autorité, non plus romanesque, mais proverbiale12 et biblique :

Mes le commandement saint Pol

Mais il est bon d’observer et de retenir

fait bon garder et retenir :

la recommandation de saint Paul.

qui chastes ne se velt tenir,

À qui ne veut rester chaste

saint Pol a faire li enseigne

saint Paul conseille d’agir

si sagement que il n’en preigne

avec sagesse pour n’encourir

ne cri ne blasme ne reproiche.

ni réprobation, ni blâme ni reproche.

bon estoper fait male boiche…

Bouche qui médit doit rester bouche close.

Cligès, v. 5258-5264

Cligès, p. 363

  • 13 Francis Gingras, « Thomas et les lecteurs pervers. Le roman de Tristan et la subversion des codes  (...)

13Dotée elle aussi d’une mémoire défaillante ou du moins très sélective, elle interprète bien librement les enseignements de la première épître de saint Paul aux Corinthiens où, dans le septième chapitre, l’apôtre formule une série de recommandations sur la chasteté et la continence. Elle détourne cependant à son profit le sens du texte paulinien, notamment en y farcissant un proverbe sur la médisance qui vient servir sa morale élastique (« Bon estoper fait male boiche » [v. 5264]). Si elle confère ainsi à la sagesse populaire une autorité supérieure (parce que biblique), elle fait surtout d’un commentaire sur les façons de se garder de l’impudicité une leçon sur les moyens de céder à un désir adultère tout en ménageant les apparences et en échappant à ces « mauvaises langues » prétendument condamnées par l’apôtre. Cet exercice d’exégèse pour le moins hétérodoxe est d’autant plus ironique lorsqu’on sait que, depuis le soir de ses noces, Fénice contrevient aux prescriptions du saint homme (« Ne vous refusez pas l’un à l’autre… » [I Cor, 7, 3-6]) en se soustrayant au devoir conjugal grâce à un artifice magique. Bien ironiquement, cette perversion du texte sacré – pervertere pouvant signifier, en latin chrétien, « fausser le sens, et plus particulièrement, le sens de l’Écriture13 » – a pour effet de la rapprocher de celle qu’elle dit tenir en horreur, l’héroïne de Béroul et de Thomas, reconnue tant chez l’un que chez l’autre pour sa facilité à se tirer des situations les plus délicates en faisant un usage pervers du discours.

  • 14 Soit les romans de Troie et de Thèbes ainsi que plusieurs branches d’un roman consacré à un « autr (...)
  • 15 Si le manuscrit est composé de deux « recueils » originellement distincts, on a gardé un témoin de (...)
  • 16 Il s’agit cette fois d’une citation sur la persécution tirée de la deuxième épître de saint Paul à (...)

14Ce jeu de perversion acquiert d’ailleurs un sens particulièrement fort dans le manuscrit BnF fr 375 (P), tel qu’il a circulé à partir du XIVe siècle suite à l’adjonction en tête de codex de cahiers réunissant des textes qui ont pu avoir pour effet d’accentuer, par contraste, la lecture pervertie de Fénice. Au « premier recueil » qui réunissait bon nombre des intertextes convoqués par le roman de Cligès14, un relieur a ajouté, en soignant la soudure des deux ensembles, cinq cahiers15 où sont recopiés des exemples positifs d’exégèse biblique et païenne, soit : une Apocalipsis commentée en latin (fos 1-17), une traduction commentée de l’Apocalypse en français (qui s’ouvre elle aussi par une citation de saint Paul16) (fos 18-26) et enfin, juste avant le Livre des Moralités des philosophes (Livre de Sénèke, fos 28-33), une version des Prophéties de la Sibylle Tiburnica (fo 27) (c’est-à-dire les prophéties de Cassandre). À partir du XIVe siècle, ces cahiers rapportés ont dû donner une résonance particulière à la tirade ultérieure de Fénice. Le recueil auquel on les a soudés était de toute façon déjà sensible aux plaisirs de la reprise – on y retrouve non seulement deux Apocalypses, mais aussi, fait plutôt rare, deux copies identiques d’un même texte, le fabliau de La Vieille Truande (fos 295-296 et 344) – et aux jeux d’exégèse ou d’interprétation – comme en témoigne la copie de la Signification de la mort d’Alexandre, qui s’y trouvait déjà et où il s’agit, comme dans l’Apocalypse et les Prophéties, d’interpréter une série de signes avant-coureurs.

  • 17 Sur cette récupération du mythe troyen par la cour de Bourgogne, voir notamment Colette Beaune, «  (...)

15Le renvoi aux amours de Pâris et d’Hélène apparaît encore dans la réécriture du XVe siècle mais pour des raisons qui n’ont probablement rien à voir avec une sensibilité à la valeur du programme intertextuel, mais tout à voir avec le contexte pour lequel œuvre le prosateur du XVe siècle. En effet, la matière de Troie connaît à la cour de Bourgogne un succès à ce point retentissant que Philippe le Bon, en plus de commanditer des réfections en prose et une adaptation dramatique de la version en vers du XIIe siècle et de sa traduction latine du XIIIe (de Guido de Colonna), ira jusqu’à fonder, en 1430, l’ordre de la Toison d’or, récupération politique et religieuse du mythe troyen17. Quant à l’exercice d’exégèse pour le moins hétérodoxe, il disparaît de la réécriture du XVe siècle où la tirade de Fénice ne convoque plus que l’intertexte tristanien et ne sert plus à articuler, aussi directement que dans la source, un rapport problématique à la tradition, qu’elle soit littéraire ou biblique :

  • 18 Le Livre de Alixandre empereur de Constentinoble et de Cligès son filz, Maria Colombo-Timelli (éd. (...)

O, mon ami, dist Fenice, il nous fault bien aultrement faire la besongne, car se vous m’emmeniés l’en parleroit de nous deux par tout le monde comme l’en fist de Yseult et de Tristran, dont sur ma leaulté je seroie mout desplesante s’ensi advenoit, et ne seroit nul honme qui ne me tenist et reputast trop baude et vous trop fol18.

16Des références intertextuelles variées qui émaillaient le modèle en vers, le prosateur ne conserve donc, en plus des indispensables renvois aux romans de Tristan, que les moins compromettantes et élimine toutes celles qui, forçant une lecture « à rebours », servaient à rappeler que le roman n’est pas le genre de la reconduction passive des œuvres du passé.

Ils vécurent heureux… (ou pas)

17Cette mémoire sélective dont souffrent les personnages du roman en vers atteint aussi le narrateur, qui, dans l’épilogue, propose un dénouement nettement moins lisse et exemplaire que le happy end de la version du XVe siècle. Dans l’un comme dans l’autre, la fin vient en quelque sorte justifier les moyens puisque les amours adultères aboutissent, après la mort providentielle de l’époux, au couronnement et au mariage des amants, à qui la prose attribue d’ailleurs une descendance nombreuse : « Ils fondèrent pluseurs chapellez durant leur vie, et par leur bellez ausmonnez ilz furent tant amés de Dieu qu’ilz eurent de beaux enfants, lesquelz venus en aage, Cligéz et Fenice trespasserent en paix de ceste vie, et leurz enfans, voire l’aisné filz se fist couronner » (Livre de Alixandre, p. 164, fo 105r). Dans la réécriture, la négativité qui caractérisait le dénouement du modèle et qui touchait précisément à l’exercice de la mémoire a cependant été gommée.

  • 19 Ibid., p. 187.

18En précisant pour l’auditeur-lecteur les conséquences de la double « traïsons » de Fénice (v. 6689), l’épilogue du roman en vers venait briser le rêve d’échapper aux « mauvaises langues » en devenant, contrairement à Yseut, la femme de son amant (v. 6669-6677). Le souvenir de la double déception d’Alix, qu’ont oï ramantevoir ou remembrer (v. 6686 et 6695) les empereurs qui ont succédé à Cligès, a mené l’établissement de la coutume de la réclusion des impératrices dans une sorte de sérail, avec lequel contrastent fortement les chapelles que le couple aurait aidé à fonder dans la mise en prose (« Ils fondèrent pluseurs chapellez durant leur vie… »). Cette « correction » est significative puisqu’elle se fait le témoin de ce qui a gêné le prosateur du XVe siècle, qui prend soin d’éliminer la « morale ironique19 » du roman en vers où, en se réalisant, le rêve de Fénice tournait au cauchemar. En effet, si les empereurs successifs se sont gardés de parler d’elle dans les mêmes termes que d’Yseut, c’est uniquement parce qu’ils en parlent en de pires termes encore et ne retiennent du récit de ses amours que celui de ses trahisons :

Qu’ainc puis n’i ot empereor

Depuis il n’y eut plus un empereur

N’eüst de sa famé peor

qui ne redoutât de sa femme

Qu’ele nel deüst décevoir,

qu’elle ne sût bien le tromper,

Se il oï ramentevoir

quand il entendait raconter

Comant Fenice Alis deçut…

comment Fénice mystifia Alis…

Cligès, v. 6683-6687

Cligès, p. 451

  • 20 Gustave Cohen, cité dans Moshé Lazar, Amour courtois et « fin’amors » dans la littérature du XIIe (...)
  • 21 Le Roman de Thèbes, Francine Mora-Lebrun (éd. et trad.), Paris, Librairie Générale Française, coll (...)

19En léguant à la postérité un roman « d’Alis et de Fénice » – lui qui dit d’ailleurs avoir écrit un roman « de Marc et d’Yseut » (Cligès, v. 5) –, l’auteur détourne en fait l’horizon des attentes qu’il a lui-même contribué à créer, entre autres par son récit précédent, le « roman conjugal » d’Érec et Énide20, qu’il cite au premier vers du Cligès (« Cil qui fist d’Erec et d’Enide… »), et par un commentaire formulé au moment de la naissance du héros éponyme : « Nez est Cligés, en cui memoire/Fu mise en escrit ceste estoire » (v. 2341-2342). Si cette intervention ménage une transition (une jointure, v. 5526) entre les deux grandes parties annoncées dans le prologue (d’Alexandre et de Cligès, v. 11-14), il sert surtout à dire la spécificité mémorielle du roman, dont la particularité semble être – conformément à l’opposition qui orientera plus tard les grands travaux sur le roman et l’épopée – de ne plus chanter les hauts faits de la collectivité, comme le fait alors la chanson de geste, mais de consigner le destin d’individus à ce point exceptionnels qu’ils arrivent à obtenir le privilège de la stabilité de l’escrit. Mais Chrétien de Troyes, trop moderne pour se satisfaire d’une opposition aussi franche, ne la formule que pour mieux la compliquer et, dans son épilogue, fait d’un roman sur les hauts faits de Cligès un roman sur les mauvais coups de Fénice. Cette bifurcation prend à rebours les leçons du Roman de Thèbes, par exemple, où se disait plutôt la nécessité de raconter « chose digne a remembrer21 » et œuvres de « bonne memoire » (v. 4365) et où la perpétuation du souvenir des indignités thébaines (l’inceste, le parricide et le fratricide) ne se faisait que sous couvert de progrès moral, comme tend à le suggérer la dernière intervention du narrateur :

Por ce vous die : « Prenez en cure,

C’est pourquoi je vous dis : « Prenez-y garde,

par dreit errez et par mesure ;

agissez selon le droit et avec mesure ;

ne faciez rien countre nature

ne faites rien contre la nature,

que ne vingiez a fin dure. »

afin de ne pas connaître une fin si dure. »

Le Roman de Thèbes, v. 12056-12059

Le Roman de Thèbes, p. 747

  • 22 Georg Lukács, La Théorie du roman, Jean Clairevoye (trad.), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1968.

20Au contraire du narrateur de Thèbes, qui ne peut clore son récit sans condamner les crimes « countre nature de ses personnages », celui du Cligès suspend son jugement à l’égard des indignités de son héroïne et relate d’une façon assez neutre, voire avec un brin d’humour, le sort qu’elles ont valu aux empereurs d’Orient, qui, depuis, vivent dans la crainte de leurs femmes (« Qu’ainc puis n’i ot empereor/N’eüst de sa fame peor », v. 6683-6684). Il vient ainsi creuser un espace négatif, mais fertile, où pourra venir se loger l’« individu problématique » décrit par Georg Lukàcs22.

  • 23 « Cligés dans la Bibliothèque universelle des romans », Maria Colombo-Timelli (éd.), Il confronto (...)

21Le roman en vers n’était donc pas ce genre de la résolution et de la célébration auquel tendent à l’assimiler les réécritures, où apparaît la formule de clôture classique des contes : « ilz furent tant amés de Dieu qu’ilz eurent de beaux enfants » (Livre de Alixandre) et « ils régnèrent long-temps avec gloire et eurent une nombreuse postérité23 ». Le dénouement de la mise en prose, où il est précisé qu’à Constantinople « il ne y a nul qui ne soit bien comptend de Fenice » (Livre de Alixandre, p. 164, fo 105r), vient alors non seulement réhabiliter l’impératrice, mais également aligner le modèle sur de bonnes œuvres dignes de mémoire : les chapelles et les aumônes généreuses d’un couple désormais repentant, comme le suggère la dernière rubrique du Livre de Alixandre où l’on surprend Cligès « confessant à Artus son adventure de Fenice ».

*

  • 24 Thomas Pavel, La Pensée du roman, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Essais », 2003, p. 16, où le pense (...)
  • 25 Voir éd. cit., p. 189-190 (annexe I) et l’article de Maria Colombo-Timelli, « Entre histoire et co (...)

22Le prosateur du XVe siècle s’apparente à un lecteur qui n’aurait retenu de Madame Bovary que l’intrigue à l’eau de rose. En débarrassant l’œuvre initiale de sa dimension non seulement intertextuelle mais négative, il réduit ce que l’on pourrait appeler avec Thomas Pavel un « roman haut de gamme24 » à cette trame narrative convenue qui a valu au roman médiéval d’être défini globalement comme un simple récit « d’armes et d’amour » et de se retrouver ainsi assimilé au genre du conte, terme qui apparaît d’ailleurs, dans une orthographe et un sens un peu différents, dans la mise en prose25. Insensible au ludisme qui caractérisait le roman du XIIe siècle, la réécriture force en quelque sorte son modèle à célébrer ce que ce dernier s’amusait jadis à critiquer. En mettant en scène des personnages dont la mémoire sélective réécrit la guerre fratricide du Roman de Thèbes, fausse le sens du Roman de Troie ou pervertit les leçons du Nouveau Testament, Chrétien de Troyes venait pourtant montrer que le romancier médiéval, moderne dans son désir de rupture, peut chercher à dire les choses autrement ou au rebours des autorités anciennes, tant païenne que chrétienne, à l’égard desquelles il exerce une grande liberté interprétative et avec lesquelles il entretient des rapports de filiation difficiles. Il n’est d’ailleurs pas innocent que la mise en prose invente une descendance au couple impérial là où le roman en vers ne se prononçait pas et cherchait plutôt à compliquer les rapports de succession des empires et des empereurs.

23En plus de priver le lecteur des intertextes principaux par rapport auxquels lire le récit – ou, du moins, d’en compliquer grandement la reconnaissance à une époque où le lecteur ne peut plus compter sur la proximité temporelle et matérielle avec les intertextes convoqués –, les « oublis » et les ajustements du prosateur atténuent considérablement la force critique qui caractérisait le roman du XIIe siècle. Si les mises en prose connaîtront une fortune toute modeste, les romances qu’elles ont léguées, tout comme celles de la Bibliothèque universelle des romans au XVIIIe siècle, contribueront néanmoins à fixer pour longtemps encore l’image d’un roman médiéval naïf et conventionnel qui lui vaudra le plus souvent d’être rejeté des grands travaux sur le genre romanesque, qui, à quelques exceptions près, auront parfois tendance à oublier que le roman n’aura jamais été aussi « médiéval » qu’à l’aube de ce que l’on appellera bientôt la Renaissance.

Notes

1 Keith Busby, « Roman breton et chanson de geste au XVIIIe siècle », dans David P. Schenck et Mary Jane Schenck (dir.), Echoes of the Epic: Studies in Honor of Gerard J. Brault, Birmingham, Summa Publications, 1998, p. 17-45.

2 Sur les liens entre Cligès et les romans de Tristan, voir entre autres : Anton G. Van Hamel, « Cligès et Tristan », Romania, XXXIII, 1904, p. 465-489 ; Alexandre Micha, « Tristan et Cligès », Neophilologus, XXXVI, 1, 1952, p. 1-10 (repris dans De la chanson de geste au roman, Genève, Droz, p. 63-72) ; et Jean Frappier, Chrétien de Troyes. L’homme et l’œuvre, Paris, Hatier, 1957.

3 Chrétien de Troyes, Cligès, Charles Méla et Olivier Collet (éd. et trad.), Paris, Librairie Générale Française, coll. « Le Livre de Poche », 1994, v. 2720-2728.

4 Nous reprenons la formule de Judith Schlanger (La Mémoire des œuvres, Paris, Verdier, coll. « Verdier poche », 2008 [1992]).

5 C’est de cette façon que Jean Bodel, dans sa Chanson des Saxons, distingue les matières narratives (éd. Annette Brasseur, Genève, Droz, « Textes littéraires français », v. 6-11).

6 « Cil qui contrerimoier veulent », f° 281. Nous retenons les sigles proposés par Wendelin Foerster dans la première édition critique de Cligès (1884) : A : BnF fr 794 (la célèbre « copie de Guiot ») ; S : BnF fr 1374 ; M : Tours, Bibliothèque municipale, 942 ; P : BnF fr 375 ; B : BnF fr 1450 ; C : BnF fr 12560 ; R : BnF fr 1420 ; T : Turin, Biblioteca Nazionale, L. I. 13.

7 Cligès, Stewart Gregory et Claude Luttrell (éd.), Cambridge/Rochester, D. S. Brewer, coll. « Arthurian Studies », 1993, v. 2518-2522.

8 Cligès, Charles Méla et Olivier Collet (éd.), p. 193 et 195.

9 Ibid., p. 194.

10 Sachant que le narrateur du Roman de Thèbes affiche une nette préférence pour Polynice, on pourrait même avancer qu’en rendant Étéocle responsable de la guerre, Chrétien de Troyes, ou le scribe à qui l’on doit la variante, trahit la lettre du Roman de Thèbes mais en respecte néanmoins l’esprit.

11 Voir par exemple les vers 4881 à 4936 (Benoît de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, Emmanuèle Baumgartner et Françoise Vielliard [éd. et trad.], Paris, Librairie Générale Française, coll. « Lettres gothiques », 1998).

12 Voir Élisabeth Schulze-Busacker, « La place du proverbe dans la mentalité médiévale », Paremia, 6, 1997, p. 565-576.

13 Francis Gingras, « Thomas et les lecteurs pervers. Le roman de Tristan et la subversion des codes », Esprit de chevalerie et littérature chevaleresque, Taipei, Presses de l’Université Fu-Jen, 2004, p. 12-26. Voir aussi, sur le même roman, Emmanuèle Baumgartner et Robert-Léon Wagner, « “As enveisiez e as purvers”. Commentaire sur les vers 3125-3129 du Roman de Tristan de Thomas », Romania, LXXXVIII, 1967, p. 527-539.

14 Soit les romans de Troie et de Thèbes ainsi que plusieurs branches d’un roman consacré à un « autre » Alexandre (le Grand), auquel renvoie à une occasion le Cligès (v. 6619) et auquel ne peut pas ne pas faire écho l’Alexandre de Chrétien de Troyes.

15 Si le manuscrit est composé de deux « recueils » originellement distincts, on a gardé un témoin de la soudure, soit la signature en chiffres romains par celui qui a travaillé à leur raccord et qui a peut-être senti la cohérence du nouvel ensemble ainsi créé.

16 Il s’agit cette fois d’une citation sur la persécution tirée de la deuxième épître de saint Paul à Timothée : « Sains pols, li aposteles, dist que tout cil ki voelent piuement vivre en Jhesu-Crist soufferront persecutions… » (f° 18).

17 Sur cette récupération du mythe troyen par la cour de Bourgogne, voir notamment Colette Beaune, « L’utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge », dans Lectures médiévales de Virgile (Actes du colloque de Rome, 25-28 octobre 1982), Rome, Publications de l’École française de Rome, 1985, p. 331-355.

18 Le Livre de Alixandre empereur de Constentinoble et de Cligès son filz, Maria Colombo-Timelli (éd.), Genève, Droz, 2004, p. 141, f° 81r.

19 Ibid., p. 187.

20 Gustave Cohen, cité dans Moshé Lazar, Amour courtois et « fin’amors » dans la littérature du XIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1964, p. 200.

21 Le Roman de Thèbes, Francine Mora-Lebrun (éd. et trad.), Paris, Librairie Générale Française, coll. « Lettres gothiques », 1995, p. v.

22 Georg Lukács, La Théorie du roman, Jean Clairevoye (trad.), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1968.

23 « Cligés dans la Bibliothèque universelle des romans », Maria Colombo-Timelli (éd.), Il confronto letterario, vol. 40, 2003, p. 298.

24 Thomas Pavel, La Pensée du roman, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Essais », 2003, p. 16, où le penseur oppose le « roman haut de gamme » et la « tradition de la lisibilité ».

25 Voir éd. cit., p. 189-190 (annexe I) et l’article de Maria Colombo-Timelli, « Entre histoire et compte : de l’Érec de Chrétien de Troyes à la prose du XVe siècle », Les Lettres romanes, numéro hors série, 1997, p. 23-30.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search