Version classiqueVersion mobile

La mémoire du roman

 | 
Isabelle Daunais

Présentation

Isabelle Daunais

Texte intégral

1Loin de simplement constituer un genre littéraire parmi d’autres, le roman s’offre depuis ses débuts à notre culture comme une forme singulière de pensée et d’imagination. L’un des éléments centraux de cette pensée issue du roman est la mémoire, que l’équipe de recherche TSAR (Travaux sur les arts du roman) propose ici d’explorer.

2L’idée de mémoire du roman peut s’entendre de deux façons, selon qu’on s’intéresse aux personnages et aux récits issus de sa propre imagination à ce qu’il a conservé de l’expérience humaine, dont il est devenu au fil du temps le dépositaire irremplaçable. Ces deux grands axes se déploient en questions multiples, à commencer par celles qui portent sur le contenu de cette mémoire. Au-delà de tous les détails documentaires qu’on peut y puiser et qui servent le savoir historique, de quelle conscience générale le roman est-il le gardien ? Quelles questions, quelles découvertes et quelles expériences poursuit-il d’une œuvre à l’autre et qui sans lui risqueraient de se perdre ou de ne plus être comprises de la même façon ?

3Mais l’enquête peut aussi porter sur le roman comme forme de mémoire et donc sur la façon dont il se transmet. Alors que les autres arts – poésie, théâtre, musique, peinture – se transmettent au premier chef par la continuité de leurs formes, le roman n’a aucune continuité formelle, sinon celle d’être une œuvre en prose d’une certaine longueur, mettant en scène des personnages fictifs. Si ce n’est par sa forme, par quels repères et quels relais le roman construit-il sa propre histoire ?

4Une autre manière d’aborder la question est de savoir comment nous nous souvenons des romans, dont on ne peut jamais garder qu’une mémoire partielle, même s’il arrive qu’un roman lu une seule fois puisse laisser en nous un souvenir qui ne s’effacera pas. De quoi alors nous souvenons-nous ? Qu’est-ce qui, dans un roman, résiste à l’oubli et à l’impossibilité de le connaître par cœur ?

5C’est à ces questions que les textes réunis ici tentent de répondre, à travers des exemples qui vont du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. Ils abordent, dans un premier temps, ce qu’on peut appeler les origines de la mémoire romanesque, c’est-à-dire les conditions qui ont présidé aux commencements de cette mémoire. Ils explorent ensuite la valeur mémorielle des œuvres romanesques, d’abord à partir de ce qui conduit ces œuvres à nous guider et à nous instruire, mais aussi à partir de ce qu’elles lèguent comme souvenirs une fois le livre refermé. Enfin, ils s’intéressent à la mémoire précise que l’on garde des romans et des mécanismes qui la sous-tendent : quelles scènes, quelles images, quels personnages, quels résumés sommes-nous amenés à conserver des romans que nous avons lus ?

6Ce livre, comme le colloque qui en a été l’origine, ont été rendus possibles grâce à l’aide de plusieurs collaborateurs, que nous remercions vivement : Mathieu Bélisle, Michel Biron, François Ricard, de même que Sonia Théberge-Cockerton et Catherine Côté-Ostiguy, assistantes de recherche au sein de l’équipe TSAR. Nous remercions également, pour leur soutien financier, la Chaire de recherche du Canada sur l’esthétique et l’art du roman, le Fonds de recherche Québec – société et culture, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, la Chaire James McGill de littérature québécoise et roman moderne ainsi que le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill.

Auteur

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’esthétique et l’art du roman à l’Université McGill. Elle a publié Les Grandes Disparitions. Essai sur la mémoire du roman (Presses universitaires de Vincennes, 2008) et Frontière du roman. Le personnage réaliste et ses fictions (Presses de l’Université de Montréal, 2002).

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search