Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Amérique selon Sartre

 | 
Yan Hamel

Troisième partie. L’Amérique honnie

Chapitre 8. Le point de rupture : l’Affaire Rosenberg et les « Animaux malades de la rage »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je les attends venir, ceux qui m’accuseront d’avoir écrit un livre antiaméricain. Qu’ils le disent et le redisent, pour mieux se trahir. Car s’ils le font, c’est que pour eux, l’Amérique se confond avec ses trusts, ses bigots et ses lyncheurs. Ils oublient que les nègres de Scottsboro sont Américains, eux aussi.
Vladimir Pozner, Les États-désunis, Paris, La Bibliothèque française, coll. « Tous les cieux », 1948 (1938), p. 11

Le 19 juin 1953, Julius et Ethel Rosenberg passent sur la chaise électrique, deux ans après qu’un jury les eut reconnus coupables d’avoir trahi les États-Unis en livrant des secrets atomiques à l’URSS. Sartre, outré, réagit en publiant dans Libération1 « Les animaux malades de la rage » (ES, 704-708), un article au vitriol qui constitue, au sein de son œuvre, l’extrait le plus concentré des principaux reproches qu’il adresse aux États-Unis pendant la guerre froide.

Sartre en colère

De la même manière que dans ses autres textes de combat (« Réponse ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter