Version classiqueVersion mobile

Écrire le temps

 | 
Geneviève Boucher

Troisième partie. Écrire le présent

Chapitre 6. Écrire l’histoire de la Révolution : enjeux historiographiques et esthétiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tarissez la source des périls, et vous tarissez en même temps celle des vertus, des forfaits, des historiens, des orateurs et des poètes. Ce fut au milieu des orages continus de la Grèce, que cette contrée se peupla de peintres, de sculpteurs et de poètes. Ce fut dans les temps où cette bête féroce qu’on appelait le peuple romain, ou se dévorait elle-même, ou s’occupait à dévorer les nations, que les historiens écrivirent et que les poètes chantèrent. […] Les grands génies se couvent dans les temps difficiles ; ils éclosent dans les temps voisins des temps difficiles ; ils suivent le déclin des nations, ils s’éteignent avec elles.
Denis Diderot1

La conscience temporelle, après 1789, subit deux bouleversements majeurs : d’une part, le sentiment d’accélération qui, déjà dans la décennie 1780, était à l’origine d’une désorientation et d’une perte de repères plus ou moins angoissante, s’intensifie sous l’impact des événements révolutionnaires qui semblent immaîtrisables et qui, surtout, d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search