Version classiqueVersion mobile

Écrire le temps

 | 
Geneviève Boucher

Deuxième partie. Imaginer l'avenir

Chapitre 3. Destruction et dégénérescence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’est-ce que le monde ? Il flotte au milieu de l’abîme muet de l’éternité : rien n’existe, car tout passe ; la vie n’est que la mort sous un autre nom ; la destruction est à côté de tout ce qui se meut, une consomption lente, mais toujours agissante, mine le grand Tout de la nature : tout s’efface, tout meurt.
Louis Sébastien Mercier1

Il peut paraître étrange, pessimiste à tout le moins, d’amorcer une section intitulée « Imaginer l’avenir » par un chapitre sur la destruction et la dégénérescence. C’est pourtant là le prolongement naturel des réflexions consacrées à la gestion du passé. La première conséquence du modèle progressiste n’est-elle pas en effet la destruction inévitable du présent, sa rapide désuétude et son remplacement perpétuel par un autre présent ? Imaginer l’avenir, dans cette optique, c’est imaginer un monde où le présent actuel n’existera que sous forme de ruines. L’attitude de Mercier à l’égard du dépérissement du présent et de ses traces matérielles est loin d’êt...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search