Version classiqueVersion mobile

Écrire le temps

 | 
Geneviève Boucher

Première partie. Faire revivre le passé

Chapitre 2. La gestion du passé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Voulez-vous prédire l’avenir, considérez le passé. C’est une donnée sûre qui ne trompera pas.
Chateaubriand1

Si le passé, réel ou virtuel, envahit l’espace de la ville au point de former un vaste palimpseste auquel le présent se surimprime, il est également intériorisé par la conscience collective qui lui attribue des fonctions diverses. Mais pour les hommes des Lumières, le passé est loin d’être un bloc homogène : le présent est formé de plusieurs passés et chacun d’eux agit de façon distincte sur la mémoire collective2. En cette fin de l’Âge classique, l’Antiquité est sans doute la tranche temporelle la plus largement investie par l’imaginaire social et par les normes culturelles : qu’elle agisse comme modèle de perfection, objet d’émulation ou repoussoir, c’est par elle qu’on juge le présent et qu’on lui confère un sens. Mais à une époque où le présent se détache de plus en plus du passé, l’histoire nationale, qui plonge ses racines dans le Moyen Âge, appelle également à être gérée...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search