Version classiqueVersion mobile

Profession historien

 | 
Pierre Bonnechere

Conclusion

Texte intégral

1L'histoire est tout à la fois une connaissance et une méthode qui enrichit cette connaissance, de même que la communication de ce savoir aux générations futures, tant aux spécialistes qu’au grand public. La méthode est sans conteste ce qui caractérise le mieux le travail de l’historien. Elle se compose de règles exigeantes, qui font de l’historien un enquêteur du passé. Mais ces lois strictes s’entremêlent sans cesse à l’intuition, qu’aucun ordinateur ne remplacera jamais. Ce qui distingue l’histoire des sciences naturelles, c’est que l’objet de son étude, l’homme, ne réagit jamais deux fois de la même manière, et que le passé ne peut être soumis à aucune expérience de vérification. C’est l’éternel problème des sciences humaines, mais c’est aussi leur plus beau défi. Il est infiniment souhaitable que les sciences humaines, en constant dialogue entre elles d’ailleurs, continuent de dresser la carte de l’agir humain, comme la biologie tente de cartographier le génome.

2Rien dans la démarche d’un historien ne va de soi, si ce n’est qu’il veut reconstituer un pan du passé. Le reste n’est que choix : choisir son sujet, sa méthodologie, ses documents, les faits qu’il épinglera plus que les autres, enfin le contexte conceptuel dans lequel il coulera sa synthèse. Les choix de l’historien peuvent se révéler judicieux ou non, et chaque erreur privera le résultat d’une partie de sa force probante. D’autres historiens relèveront les incohérences ou les erreurs et, grâce à l’adhésion et la contestation des pairs, mécanique bien huilée de la communauté scientifique, la quête de vérité progressera peu à peu. L’erreur est humaine et outil de la connaissance. Seule est à fustiger la mauvaise foi.

3L’histoire, pour finir, est tout sauf figée. Influencée par le formatage social de nos cerveaux, elle évolue avec la société qui la conçoit, la rédige, l’utilise, et ces changements passent parfois inaperçus. Les documents restent les mêmes, mais la façon de les interroger change, de même que les a priori de départ. L’histoire est donc malléable, comme la mythologie. Pauvres historiens face aux scientifiques ? Non : les sciences exactes sont fragiles également. Ainsi les concepts médicaux évoluent-ils eux aussi, et pas uniquement en fonction des nouvelles découvertes. Il y a trente ans, chaque médecin culpabilisait son patient pour chaque gramme de sel ingéré et lui ordonnait de prendre le soleil… Depuis le soleil est devenu un sombre meurtrier et le sel a été détrôné par les épices et le café (mais curieusement pas le thé, ni le Coke…). Mais les épices, farouches guerriers contre le cancer, sont en cours de réhabilitation.

4Il est tout indiqué de conclure par une critique, puisque l’historien a, parmi ses rôles sociaux, le devoir de fustiger les illogismes de la société et du pouvoir. Plusieurs enquêtes américaines sur le quotient intellectuel « prouvent » que les ressortissants noirs, irlandais, hispaniques et italiens, sont moins intelligents que les autres… Quand les conclusions d’une enquête « scientifique » correspondent au dogme du pouvoir en place, il faut tirer la sonnette d’alarme.

5Aux armes, historiens !

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search