Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Remerciements

Texte intégral

1De nombreuses personnes doivent être ici remerciées pour l’aide précieuse qu’elles nous ont apportée dans la préparation de cet ouvrage, d’abord paru en anglais chez Cambridge University Press.

2Nos hypothèses de travail et nos premières conclusions ont été présentées lors de conférences ou de rencontres en Allemagne, au Canada, en Égypte, aux États-Unis, en France, en Italie, au Mexique, au Québec et en Suisse. Nous sommes très reconnaissants envers les organisateurs et les participants de ces événements qui ont permis que notre livre s’enrichisse d’échanges avec des interlocuteurs de plusieurs cultures.

3En 2004-2005, nous étions tous deux professeurs invités en France. Le pays qui a vu naître les notions politiques de droite et de gauche était tout indiqué pour donner le coup d’envoi de notre projet de recherche. Alain était l’invité du centre de recherche Politiques publiques, action politique, territoires (PACTE) de l’Institut d’études politiques de Grenoble, un lieu extraordinaire pour faire de la recherche et écrire. Il est redevable en particulier à Philippe Warin et Bruno Jobert pour leur soutien et toutes les occasions d’échange qu’ils lui ont offertes. Jean-Philippe a pour sa part passé la première partie de cette même année à Paris, au Centre d’études et de recherches internationales (CERI). Il a ensuite été l’invité du Centro de estudios internacionales (CEI) du Colegio de México, une expérience féconde dans un pays du Sud. Il tient à remercier Christophe Jaffrelot et Marie-Claude Smouts à Paris, ainsi que Jean-François Prud’homme et Maria del Carmen Pardo à Mexico, pour leur hospitalité et leurs encouragements.

4Plusieurs chercheurs, à l’Université de Montréal et ailleurs, nous ont fourni soutien et conseils. Jean-Philippe tient à remercier en particulier André-J. Bélanger, Steven Bernstein, David Black, André Blais, Charles Blattberg, Andrew Cooper, François Crépeau, Graciela Ducatenzeiler, Évelyne Dufault, Luc Duhamel, Michel Fortmann, Anna Maria Gentili, Chloé Germain-Thérien, John Groom, Richard Jolly, Stéphane Lutard, Gordon Mace, Frédéric Mérand, Karen Mundy, Richard Nadeau, Lou Pauly, Vincent Pouliot, Ignacy Sachs, Denis Saint-Martin, Samir Saul, Brigitte Schroeder, Tim Shaw, Larry Swatuk, François Thérien, Guillaume Thérien, Urs Thomas, Thomas Weiss et Marie-Joëlle Zahar. Alain tient à exprimer toute sa gratitude à Keith Banting, Yannick Barthe, Bernard Cantin, Sarah Fortin, Alain G. Gagnon, Jane Jenson, Guy Laforest, Jean Laponce, Lutz Leisering, Jacques de Maillard, Marie-France Raynault et Philip Resnick.

5Aux différentes étapes de cette entreprise, nous avons également pu compter sur l’aide d’assistants de recherche talentueux et dévoués : Sébastien Dallaire, qui a effectué l’essentiel du travail avec les données du World Values Survey, ainsi que Frédéric Sirois, Sylvie Thibault et Antonino Geraci. Nous remercions également le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) ainsi que le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC), qui ont financé le projet. Pour l’édition en anglais, nous avons eu la chance de travailler avec John Haslam et Carrie Cheek de Cambridge University Press, et avec Jamie Hood et Christopher Feeney de Out of House Publishing, qui se sont occupés de notre manuscrit avec une compétence tout à fait remarquable. Ce fut un plaisir que de collaborer avec chacun d’entre eux. Nous tenons aussi à remercier les premiers lecteurs pour leurs commentaires judicieux. Il s’agit des évaluateurs anonymes de Cambridge University Press ainsi que de Jim Caporaso, Andrew Gamble, Bahgat Korany et Craig Murphy.

*

6En tant que francophones enseignant à l’Université de Montréal, nous aurions trouvé regrettable que ce livre ne soit pas également disponible en français. Nous sommes donc fort heureux que les Presses de l’Université de Montréal aient accepté d’accueillir notre projet de traduction avec autant d’enthousiasme.

7Traduire un ouvrage pour le ramener dans sa propre langue n’est pas une mince affaire. Il n’est jamais facile de trouver le mot juste, fidèle à la version originale et conforme à l’esprit de la langue. Pour cette opération, nous avons bénéficié des talents de Véronique Dassas et Colette St-Hilaire. Florence Larocque et Stephan Gagné ont également fait un travail patient et rigoureux de vérification et de correction des citations et des références.

8Aux Presses de l’Université de Montréal, le directeur Antoine Del Busso et l’éditrice Yzabelle Martineau ont appuyé le projet de publication dès le départ et nous ont apporté un soutien constant, aimable et efficace. À la fin du parcours, l’éditeur Alain-Nicolas Renaud a fait un travail remarquable de révision linguistique, pour donner au livre sa facture finale.

9Un remerciement particulier, finalement, à Tim Smith, historien à l’Université Queen’s, qui nous a encouragés très tôt dans nos démarches en vue de produire une version française.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search