Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Thomas Risse, « Constructivism and International Institutions: Toward Conversations across Paradig (...)
  • 2 Albert O. Hirschman, Exit, Voice and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and St (...)
  • 3 Jon Elster, « The Market and the Forum: Three Varieties of Political Theories », dans Jon Elster e (...)

1La politique met en jeu des mécanismes sociaux qui ne se résument ni aux notions sociologiques de structure et de culture, ni aux concepts économiques de choix rationnel et d’équilibre. Les normes sociales et les calculs utilitaires expliquent un certain nombre d’actions ou de gestes de la vie politique, mais celle-ci mobilise toujours une dimension additionnelle : la communication. Les politologues représentent parfois cette spécificité en évoquant une logique de l’argumentation, qui existerait en parallèle à la logique sociologique de l’acceptabilité (respect des normes) et à la logique économique des conséquences (calcul de l’utilité). En argumen tant, les acteurs sociaux peuvent défier autant les normes établies que la rationalité dominante, et ainsi transformer la société par la communication et la délibération1. L’économiste Albert Hirschman a fait valoir une idée semblable en opposant le marché, où l’on exerce son choix par le « retrait » — en n’achetant pas —, et la politique, où l’on intervient essentiellement par la « parole » et par les protestations2. De la même manière, Jon Elster distingue le marché, où les choix personnels s’expriment à travers les transactions, du forum, où une conversation ouverte et publique amène les gens à définir ensemble le bien commun et la justice sociale3.

  • 4 Theodore Lowi, « The State in Political Science: How We Become What We Study », dans James Farr et (...)

2L’opposition gauche-droite reflète parfaitement cette dimension délibérative de la politique. Alors que les concepts économiques mettent en scène une rationalité instrumentale qui a vite fait de « clore tout débat4 », la division gauchedroite, en tant que monnaie de référence de l’échange politique, suggère plutôt que les débats sont inévitables, inhérents à la vie politique et essentiels pour la démocratie.

3En allant au-delà des approches constructivistes habituelles, le fait de mettre l’accent sur la distinction gauchedroite permet aussi de faire voir que les débats politiques ont une structure et un contenu. Comme on l’a vu au premier chapitre, cette structure, qui relève de conceptions différentes de l’égalité, est née avec la démocratie et s’est étendue peu à peu à toute la planète, pour englober un grand nombre de questions et de problèmes. Le chapitre 2 documente cette omniprésence de la gauche et de la droite et montre qu’à peu près partout dans le monde, les gens comprennent la distinction et peuvent se positionner sur un axe gauche-droite, et cela de façon cohérente avec leurs conceptions de l’égalité, du rôle de l’État et d’un ensemble de valeurs sociales. Ce n’est que dans les pays autoritaires et les nouvelles démocraties que la distinction semble moins bien opérer, mais tout pourrait changer rapidement si l’on en juge par la politique latinoaméricaine des années 2000. À l’échelle internationale, comme on l’a vu au chapitre 3, la même dicho tomie se manifeste et façonne deux discours fort différents sur la mondialisation, chaque camp choisissant de souligner certains faits plutôt que d’autres. Rarement utilisée pour aborder les relations internationales, la distinction gauche-droite rend pourtant compte de différences fondamentales, qu’expriment bien les débats actuels sur la politique mondiale.

4Les deux chapitres qui suivent retracent l’évolution de cette division idéologique depuis la Révolution américaine de 1776 jusqu’à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones de 2006. Il ne s’agissait pas, bien entendu, d’écrire une histoire de la gauche et de la droite, mais plutôt de faire ressortir les principales dimensions de ce clivage universel. Le chapitre 4 pose les fondements du débat, et explique comment la démocratie, la guerre et la paix, le capitalisme et le socialisme, ainsi que l’aventure coloniale peuvent tous être interprétés à travers le prisme gauche-droite. Le chapitre 5 s’intéresse de plus près au libéralisme enchâssé de la période d’après-guerre. Cette période favorisa nettement la gauche, qui vit triompher ses préférences pour une gestion macroéconomique privilégiant le plein-emploi, des relations industrielles organisées et des programmes sociaux généreux et universels. Sur le plan international, cependant, l’après-guerre a été plus tendu. La confrontation Est-Ouest mettait la planète en péril et les pays du Sud commençaient à défier les structures du pouvoir mondial.

5Comme le montrent les chapitres 6 et 7, dans les années 1980, l’équilibre global de l’après-guerre s’est effondré, et une période dominée par la démocratie de marché et l’idéologie néolibérale s’est ouverte. Ce nouveau contexte a permis à la droite de remettre ses priorités politiques à l’ordre du jour, tant sur le plan international qu’à l’échelle nationale. Dans les pays du Sud comme du Nord, la gauche semblait alors désemparée, tout juste capable de maintenir les institutions et les politiques pour lesquelles elle avait lutté au cours des décennies précédentes. La fin des années 1990 marqua toutefois l’émergence d’une gauche renouvelée. Celle-ci accepta certains des principes du néolibéralisme pour les intégrer à une approche nouvelle qui donna naissance à la troisième voie et à un nouveau consensus dans le domaine du développement. Mais la gauche demeurait la gauche, et la droite restait la droite.

6Les débats entre les deux camps ont continué, non seulement autour de l’égalité et du développement, mais aussi, comme on l’a vu au chapitre 8, autour de la question des identités, de la guerre contre le terrorisme et de l’environnement. Quel que soit l’enjeu, l’interprétation avancée par les acteurs politiques restait conforme à la logique gauche-droite. Fait étonnant compte tenu de la force de ce clivage idéologique, les politologues ont toujours été réticents à l’utiliser comme outil d’analyse et, davantage encore, à l’appliquer à leurs propres discussions et divergences. Sans doute craignaient-ils d’y perdre leur objectivité. Pourtant, les sciences sociales s’inscrivent nécessairement au cœur du jeu politique et le mieux qu’on puisse espérer, c’est qu’elles s’y engagent de façon claire et transparente, en assumant même avec une certaine fierté cet engagement social.

7Le regretté Michael Harrington faisait figure d’exception dans le contexte américain. Social-démocrate déclaré dans un pays où le terme « libéral » — qui désigne en Europe les gens de centre-droite — marque au sceau de l’extrémisme quiconque s’aventure à gauche du centre, il a dénoncé la pauvreté et l’injustice, et lutté pour que son pays se préoccupe davantage d’égalité et d’émancipation que de croissance économique et de consommation. Travaillant dans un milieu politique hostile, Harrington avait une conscience aiguë du fossé qui sépare la gauche et la droite sur le plan idéologique. En même temps, par-delà les différences, il parvenait aussi à voir un dialogue structuré et raisonné.

  • 5 Michael Harrington, The Next Left: The History of a Future, New York, Henry Holt, 1986, p. 15.

Toute idée sérieuse sur la société contemporaine, écrivait-il dans un de ses derniers livres, possède une double vie, non pas à cause d’une mystérieuse symétrie des choses, mais simplement parce qu’un nombre limité de changements ont vraiment des chances de se réaliser. Ainsi, la droite et la gauche explorent une gamme relativement limitée d’avenirs possibles et, lorsqu’elles sont sérieuses, elles réagissent à la même réalité de manière fondamentalement différente5.

8Tout au long de cet ouvrage, nous avons vu à l’œuvre ce débat structuré autour d’un nombre considérable de thèmes, allant du droit de vote des ouvriers au XIXe siècle aux revendications actuelles des minorités ethniques en quête d’égalité et de reconnaissance, et de la lutte pour le socialisme à l’idée récente d’un Pacte mondial.

  • 6 Thomas Carothers, Confronting the Weakest Link: Aiding Political Parties in New Democracies, Washi (...)

9Dans un monde où la démocratie semble souvent ébranlée par l’expansion des forces du marché, la présence universelle de la terminologie gauche-droite est assurément porteuse d’espoir. Le manque d’idéologies capables d’articuler les attentes des citoyens constitue en effet l’un des problèmes majeurs des nouvelles démocraties. Sans une référence commune pour négocier les différences, les débats politiques demeurent en effet fragmentés, centrés sur les personnalités, l’image et le clientélisme6. Il devient alors difficile de discuter d’enjeux collectifs, et la délibération démocratique s’en trouve affaiblie. Or, la politique mondiale possède d’ores et déjà cette référence commune. Il s’agit là d’une bonne nouvelle pour la démocratie, et d’une bonne nouvelle pour le monde.

  • 7 Max Weber, The Methodology of the Social Sciences, Glencoe, Free Press, 1949, p. 58 et 81.

10Certains lecteurs verront dans ce livre un essai plutôt qu’un ouvrage scientifique. D’autres feront valoir qu’en insistant autant sur la gauche et la droite, on se condamne à une vision simpliste et idéologique du monde. Ce type de réaction — inévitable sans doute — soulève toute la question de l’objectivité et de la pertinence en sciences sociales. En des termes aujourd’hui surannés, Max Weber a défendu l’idée de la vocation universelle des sciences sociales, dont la validité « devait pouvoir être reconnue […] même par un Chinois ». Weber avait raison de penser que la science doit se fonder sur des arguments théoriques rigoureux et des démonstrations empiriques dûment validées. En même temps, il reconnaissait que les spécialistes des sciences sociales demeuraient toujours « des êtres de culture, dotés de la capacité et de la volonté de prendre une attitude réflexive devant le monde et de lui conférer une signification7 ».

  • 8 Charles Lindblom, Usable Knowledge: Social Science and Social Problem Solving, New Haven, Yale Uni (...)

11À la suggestion de Weber, nous avons tenté d’être aussi précis et systématiques que possible dans la présentation de nos arguments. Mais ce travail, comme tout travail en sciences sociales, ne pouvait pas être neutre. Il a été façonné par notre propre perspective, en tant que politologues inspirés par le constructivisme, et en tant que citoyens d’une petite société francophone d’Amérique du Nord. En soulignant l’omniprésence de la division gauche-droite, nous avons voulu proposer une meilleure compréhension de la mondialisation, qui fasse le lien entre les dimensions nationale et internationale des débats sur le développement économique et la justice sociale. Les conclusions n’ont pas la prétention d’être incontestables ou définitives. En sciences sociales, explique Charles Lindblom dans Usable Knowledge, le mieux que l’on puisse espérer, et c’est déjà beaucoup, c’est d’éclairer, de contribuer à notre compréhension commune du monde8.

  • 9 Robert W. Cox, « Social Forces, States, and World Orders: Beyond International Relations Theory », (...)

12Notre livre risque d’être reçu différemment à gauche et à droite. Si les commentaires que nous avons entendus en en présentant les résultats préliminaires sont représentatifs, il est probable que les lecteurs de gauche l’apprécieront davantage que les gens de droite. Cela n’a rien d’étonnant, puisque c’est en général la droite qui prétend que la distinction gauche-droite est dépassée. Enclins à souligner les aspects consensuels de la vie en société et plus attachés à une approche positiviste de la recherche sociale, les conservateurs ne seront sans doute pas très à l’aise devant un ouvrage qui accorde autant d’importance aux divisions que les acteurs sociaux et les spécialistes des sciences sociales ont construites autour de la question de l’égalité. La gauche voit au contraire le monde comme étant encore très inégal et très loin de son idéal de justice sociale. Les lecteurs progressistes se retrouveront donc plus facilement dans un livre qui insiste autant sur les conflits et les débats. En sciences sociales, affirme le politologue canadien Robert Cox, « la théorie est toujours pour quelqu’un et pour quelque chose9 ». En tant qu’auteurs, nous n’échappons pas à nos catégories. En définitive, cet ouvrage est sans doute un livre de gauche.

Notes

1 Thomas Risse, « Constructivism and International Institutions: Toward Conversations across Paradigms », dans Ira Katznelson et Helen V. Milner (dir.), Political Science: The State of the Discipline, New York, W. W. Norton, 2002, p. 602.

2 Albert O. Hirschman, Exit, Voice and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, Harvard University Press, 1970, p. 15.

3 Jon Elster, « The Market and the Forum: Three Varieties of Political Theories », dans Jon Elster et Aanund Hylland (dir.), Foundations of Social Choice Theory, Cambridge University Press, 1986, p. 103 et 111.

4 Theodore Lowi, « The State in Political Science: How We Become What We Study », dans James Farr et Raymond Seidelman (dir.), Discipline and History: Political Science in the United States, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1993, p. 391; John S. Dryzek, Discursive Democracy: Politics, Policy, and Political Science, Cambridge University Press, 1990, p. 4-7.

5 Michael Harrington, The Next Left: The History of a Future, New York, Henry Holt, 1986, p. 15.

6 Thomas Carothers, Confronting the Weakest Link: Aiding Political Parties in New Democracies, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 2006, p. 11.

7 Max Weber, The Methodology of the Social Sciences, Glencoe, Free Press, 1949, p. 58 et 81.

8 Charles Lindblom, Usable Knowledge: Social Science and Social Problem Solving, New Haven, Yale University Press, 1979, p. 72-74.

9 Robert W. Cox, « Social Forces, States, and World Orders: Beyond International Relations Theory », dans Robert W. Cox (avec Timothy J. Sinclair), Approaches to World Order, Cambridge University Press, 1996, p. 87.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search