Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 8. La monnaie de référence de l’échange politique

Texte intégral

  • 1 Michael D. McDonald, Silvia M. Mendes et Myunghee Kim, « Cross-Temporal and Cross-National Compari (...)

1Un peu comme la monnaie dans les échanges économiques, les notions de gauche et de droite établissent en politique un langage simple et universel qui permet aux citoyens, aux politiciens et aux experts de s’y retrouver. La distinction gauche-droite, suggèrent ainsi les politologues Michael McDonald, Silvia Mendes et Myunghee Kim, est « la monnaie de référence de l’échange politique ». Sans cet outil, il serait difficile, voire presque impossible, de prendre des décisions collectives et d’exercer un contrôle populaire sur les élus1. Les débats interculturels et internationaux perdraient aussi de leur intelligibilité. Mais la distinction gauche-droite est-elle suffisamment puissante pour déborder la question de l’égalité et de la distribution des richesses qu’elle éclaire habituellement, et nous aider à comprendre d’autres enjeux mondiaux ? Et qu’apportent ces termes pour l’étude de la politique mondiale ?

2La première question concerne la valeur heuristique de la dichotomie gauche-droite. Même si l’on en reconnaît la pérennité et la portée, on peut juger que cette simple opposition ne peut suffire pour rendre compte de la complexité du monde actuel. Trop de questions, en effet, semblent relever de clivages qui n’ont rien à voir avec la gauche et la droite. À n’en pas douter, la politique mondiale ne se résume pas à une dynamique binaire. Les divisions religieuses, par exemple, ont été et sont toujours d’importantes sources de conflits. Malgré tout, en tant que référence fondamentale, la distinction gauche-droite recouvre et façonne la plupart des enjeux politiques. La première partie de ce chapitre reprend ainsi trois des grands enjeux de notre époque qui ont souvent été présentés comme défiant l’opposition entre la gauche et la droite — la politique des identités, la guerre contre le terrorisme et le débat mondial sur l’environnement — pour faire ressortir la portée extraordinaire de cette métaphore.

3La seconde question abordée dans ce chapitre a trait à l’étude du politique, sur le plan national et international. Si l’opposition gauche-droite est à ce point fondamentale, on peut se demander pourquoi les spécialistes des affaires publiques en ont fait si peu de cas. En relations internationales, en particulier, les chercheurs ne parlent pratiquement jamais de la gauche et de la droite. Nous ferons valoir que cette tendance découle du fait que les politologues eux-mêmes sont divisés en fonction de l’axe gauche-droite, une réalité qu’ils préfèrent généralement ne pas voir, afin de préserver leur prétention à l’objectivité scientifique. Les clivages idéologiques sont pourtant inévitables en science politique, et ils sont là pour rester. Il est donc essentiel de bien les comprendre, si l’on entend donner à l’analyse de la politique mondiale des fondements solides et cohérents.

De nouveaux enjeux planétaires

La question identitaire

4L’effondrement du bloc soviétique à la fin des années 1980 a fait remonter à la surface une dimension de la vie en société longtemps occultée par une confrontation Est-Ouest définie par l’opposition entre le socialisme et le capitalisme : la question identitaire. Contredisant l’optimisme de ceux qui célébraient déjà le triomphe total du libéralisme, ou même la fin de l’histoire, les peuples d’Europe de l’Est ranimèrent rapidement des revendications nationales longtemps réprimées. Certains le firent de façon pacifique et démocratique, d’autres par la violence et l’exclusion. Les drapeaux nationaux ont parfois servi d’emblèmes pour la démocratie, mais ils ont aussi flotté sur les champs de bataille des règlements de compte et des nettoyages ethniques, rappelant au monde le côté sombre du nationalisme.

  • 2 Rogers M. Smith, Stories of Peoplehood: The Politics and Morals of Political Membership, Cambridge (...)

5Dans les démocraties établies, le néolibéralisme créait aussi un espace politique pour une nouvelle forme de politique des identités, mise de l’avant par des mouvements sociaux revendiquant des droits collectifs. Tour à tour, les femmes, les minorités nationales, les peuples autochtones, les communautés ethniques et divers groupes culturels et sociaux se sont exprimés pour revendiquer la reconnaissance, le respect et l’égalité. Les luttes traditionnelles concernant la redistribution du revenu et les droits sociaux universels, qui avaient été au cœur du débat gauche-droite, semblaient condamnées à perdre de leur importance2.

  • 3 Daniel Patrick Moynihan, Pandaemonium: Ethnicity in International Politics, Oxford University Pres (...)
  • 4 Todd Gitlin, cité dans Keith Banting et Will Kymlicka, « Introduction. Multiculturalism and the We (...)

6La politique mondiale des identités a souvent été décrite comme étant à l’antithèse du clivage gauche-droite. Le monde bipolaire relativement ordonné de la guerre froide, disait-on, cédait le pas à un univers chaotique de conflits culturels, plus anciens et beaucoup plus dangereux. À droite surtout, les commentateurs évoquaient la montée d’un « tribalisme » associé à des « haines ancestrales » et prédisaient un « pandémonium », une véritable « anarchie » ou un « choc des civilisations » dont les manifestations incluraient des conflits ethniques violents dans les anciens pays communistes, des guerres civiles destructrices au Sud et des demandes sans fin d’accommodements dans les démocraties avancées3. Moins pessimistes, plusieurs observateurs de gauche étaient tout de même d’accord pour voir cette nouvelle politique des identités comme étrangère au débat habituel entre la gauche et la droite, et potentiellement nuisible dans la mesure où elle risquait de faire perdre de vue les enjeux plus fondamentaux de l’égalité, de la redistribution et de la justice. Pendant que la gauche « manifestait contre le département d’anglais », ironisait Tod Gitlin, la droite « prenait le contrôle de la Maison Blanche4 ».

  • 5 Smith, Stories of Peoplehood, p. 56-59.
  • 6 Walker Connor, Ethnonationalism: The Quest for Understanding, Princeton University Press, 1994, p. (...)

7La politique des identités possède indéniablement une logique propre. Enracinées dans des traits culturels forts et dans des émotions qui fondent la confiance interpersonnelle et définissent la valeur de chaque groupe social, les identités collectives reposent sur des bases plus profondes que la logique relativement cartésienne de la politique gauche-droite5. Partout dans le monde, des partis et des mouvements sociaux de toutes tendances ont tenté de contourner ou même d’effacer les divisions fondées sur l’identité. Presque toujours, toutefois, ils ont fini par les reconnaître et s’en accommoder. Aux XIXe et XXe siècles, des régimes libéraux, autoritaires, ou communistes ont déployé des efforts considérables pour bâtir de nouvelles identités collectives à partir de groupes nationaux ou ethniques hétéroclites, mais ils ont rarement réussi à faire disparaître le problème des minorités nationales6. Et lorsqu’elles parviennent à s’exprimer, les identités sociales finissent presque toujours par avoir recours au langage de la gauche et de la droite : elles ont recours à la monnaie de référence du jeu politique.

  • 7 Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 8 Ibid., p. 276-277.
  • 9 Charles H. Fairbanks, Jr., « Revolution Reconsidered », Journal of Democracy, vol. 18, no 1, janv. (...)

8Prenons d’abord les grandes identités nationales. Dans les années 1930 et 1940, alors même que les fascistes italiens et les nazis élaboraient un nationalisme de droite irrédentiste correspondant à leurs objectifs, la gauche antifasciste organisait la résistance autour d’un sentiment national et patriotique tout aussi puissant7. Les discours nationalistes se construisaient donc alors dans le langage usuel de la gauche et de la droite. De même, dans les années 1950 et 1960, la décolonisation a été mise de l’avant par des mouvements qui étaient à la fois progressistes et nationalistes, et qui pro clamaient l’égalité intrinsèque de tous les êtres humains. « La libération nationale », écrit Eric Hobsbawm, est à cette époque devenue « un slogan de la gauche8 ». Après la guerre froide, le nationalisme s’est avéré tout aussi malléable, servant tantôt l’autoritarisme, les crimes ethniques et la violence comme en ex-Yougoslavie, tantôt les mouvements démocratiques. Ainsi, en ex-URSS, les forces démocratiques invoquèrent d’abord l’identité nationale pour mieux affirmer l’autonomie de leur pays face à un empire soviétique en décomposition ; plus tard, elles utilisèrent le nationalisme pour consolider la souveraineté populaire contre des autocrates que l’on présumait soutenus par des forces étrangères9.

  • 10 Jan Erk, « Sub-State Nationalism and the Left-Right Divide: Critical Junctures in the Formation of (...)
  • 11 Montserrat Guibernau, Nations without States: Political Communities in a Global Age, Cambridge, Po (...)

9Les révolutions démocratiques de la première moitié des années 2000 — la révolution rose en Géorgie (2003), la révolution orange en Ukraine (2004), la révolution des tulipes au Kirghizistan (2005), la révolution du cèdre au Liban (2005) — ont toutes vu des manifestants portant le drapeau national rallier la population à la démocratie et empêcher des interventions extérieures appréhendées au profit de dirigeants contestés. De la même manière, les identités minoritaires qui revendiquaient la reconnaissance et l’autonomie au sein d’États multinationaux appartenaient toujours à la gauche ou à la droite, selon les alliances de classes ou les politiques qui les définissaient. En Belgique, par exemple, « le nationalisme wallon est à gauche et le nationalisme flamand est à droite10 ». Avant la Seconde Guerre mondiale, les nationalismes catalan et québécois étaient conservateurs ; ils sont aujourd’hui social-démocrates11.

  • 12 Smith, Stories of Peoplehood, p. 159.
  • 13 Dominique Schnapper, La communauté des citoyens, Paris, Gallimard, 1994, p. 30-31.
  • 14 Arjun Appadurai, « The Grounds of the Nation-State: Identity, Violence and Territory », dans Kjell (...)

10Les spécialistes de gauche sont habituellement plus attentifs aux expressions diverses et changeantes du nationalisme et moins prompts que leurs collègues de droite à juger que toutes ses manifestations sont potentiellement pernicieuses. D’une part, ils sont moins préoccupés par le maintien de l’ordre social et plus inquiets des injustices inhérentes à l’ordre établi. Optimistes face à la nature humaine, ils sont aussi portés à croire que les identités en conflit « préviendront leurs excès mutuels en tentant de recueillir des appuis dans la compétition politique12 ». Ces chercheurs, en somme, paraissent plus sensibles à la spécificité et à la légitimité des revendications des plus faibles, qu’il s’agisse de petites nations ou de minorités opprimées13. L’anthropologue Arjun Appadurai, par exemple, oppose le nationalisme « prédateur » au nationalisme « émancipatoire », le premier étant associé à l’oppression et parfois à l’élimination des identités minoritaires, le second aux luttes populaires contre l’injustice14. Le nationalisme, en somme, varie beaucoup, et il est normalement de droite ou de gauche.

11Les débats identitaires associés au multiculturalisme et aux nouveaux mouvements sociaux relèvent aussi clairement de la politique gauche-droite. Sur ces questions, l’opposition entre progressistes et conservateurs est si prononcée qu’aux États-Unis, par exemple, on en est arrivé à parler de « guerres culturelles ». Dans la lutte qu’ils mènent pour le changement partout à travers le monde, les femmes, les peuples autochtones, les minorités ethniques et culturelles et de nombreux groupes défavorisés se réclament systématiquement de la gauche et s’opposent à des forces conservatrices réticentes à l’idée de modifier le statu quo.

  • 15 Banting et Kymlicka (dir.), Multiculturalism and the Welfate State, p. 32-33.

12Les revendications des groupes identitaires sont typiquement des demandes de gauche, car elles concernent la reconnaissance et le respect nécessaires pour atteindre l’égalité. Certains critiques progressistes ont vu une contradiction entre cette préoccupation pour l’identité et la demande, plus traditionnelle à gauche, d’une meilleure distribution du revenu. On a même parlé d’un « dilemme progressiste », dans la mesure où la quête de reconnaissance identitaire risquait de miner la détermination et la solidarité nécessaires à la lutte pour l’égalité. Mais les recherches empiriques ne justifient pas ces craintes. Là où on les a mises en œuvre, les politiques multiculturelles n’ont pas amoindri l’appui public à la redistribution ni ébranlé les engagements de l’État à maintenir des programmes sociaux inclusifs15. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène.

  • 16 Matt James, Misrecognized Materialists: Social Movements in Canadian Constitutional Politics, Vanc (...)

13D’abord, les revendications des groupes identitaires restent fondamentalement compatibles avec les demandes traditionnelles de la gauche puisque, en fin de compte, elles concernent l’égalité. Pour mettre en évidence le lien intrinsèque entre la quête de reconnaissance symbolique des nouveaux mouvements sociaux et leurs attentes en termes d’avantages matériels et de redistribution, Matt James qualifie les groupes identitaires canadiens qu’il a étudiés de « matérialistes mal reconnus ». Les minorités visibles, par exemple, cherchent à être reconnues précisément pour combattre le racisme, l’insécurité et la discrimination économique16. De plus, quelle que soit la place qu’elles occupent dans le débat public, les politiques multiculturelles restent marginales si on les compare aux vastes et très stables programmes de l’État-providence comme les pensions, l’assurance-santé et l’assurance-chômage. Enfin, par leur nature même, les politiques multiculturelles ont plus de chances d’être adoptées et mises en œuvre dans des pays où la gauche est déjà forte, et donc apte et déterminée à maintenir des programmes sociaux généreux.

  • 17 Augie Fleras et Roger Maaka, cité dans Alan C. Cairns, « Citizenship and Indian Peoples: The Ambig (...)
  • 18 Conseil des droits de l’homme, Rapport à l’Assemblée générale de la première session du Conseil de (...)
  • 19 Cairns, « Citizenship and Indian Peoples », p. 209-212.
  • 20 Donna Lee Van Cott, « Multiculturalism versus Neoliberalism in Latin America », dans Banting et Ky (...)

14Le cas des peuples autochtones démontre également très bien comment les préoccupations identitaires et progressistes se rejoignent. On compte plus de 370 millions d’autochtones dans le monde, répartis dans plus de 70 pays où ils ont en général « un statut marginal en tant que sujets sans pouvoir et dispersés au sein d’entités plus vastes17 ». Depuis quelques décennies, une internationale autochtone a vu le jour, qui a réussi à amener la plupart des États à renoncer aux politiques ouvertement assimilationnistes et à reconnaître certaines formes d’autonomie. En juin 2006, ce mouvement mondial a aussi convaincu le Conseil des droits de l’homme des Nations unies d’adopter une déclaration formelle sur les droits des peuples autochtones18. La lutte contre le colonialisme intérieur s’avère assurément plus complexe que la décolonisation classique puisque les nations autochtones peuvent rarement aspirer à leur propre État19. Elles doivent donc chercher des alliés et trouver des compromis, et c’est toujours à gauche que se manifestent les ouvertures. En Amérique latine, par exemple, certains progressistes craignaient que la lutte pour les droits des autochtones ne les détourne du combat contre le néolibéralisme, mais des alliances fructueuses ont finalement été forgées. Renforcés par la reconnaissance de leurs droits, les peuples autochtones ont en fait joué un rôle central dans la renaissance des « coalitions populaires de gauche opposées aux ajustements structurels et à la libéralisation des échanges20 ». Une fois encore, la question identitaire s’est construite le long d’un axe gauche-droite.

  • 21 Huntington, Le choc des civilisations, p. 338.

15C’est en effet la droite qui s’oppose le plus énergiquement aux revendications identitaires en faveur de la reconnaissance et de l’égalité. Les conservateurs ridiculisent souvent les demandes pour davantage de respect en prétendant qu’elles relèvent de la « rectitude politique ». Ils considèrent aussi que les mesures d’accès à l’égalité pour les minorités sont injustes à l’endroit des générations actuelles qui n’ont rien à voir avec les fautes du passé, s’inquiètent du maintien de la culture et des traditions nationales, et jugent que les immigrants devraient être heureux du seul fait qu’on les accueille. Ultimement, écrivait Samuel Huntington, un pays véritablement multiculturel serait voué à l’échec. Il perdrait son noyau culturel et ne pourrait perdurer « en tant que société cohérente ». Bien conscient de ce que les conservateurs américains pensaient de l’ONU, Huntington formulait un avertissement menaçant : « Les États-Unis, s’ils reconnaissaient une pluralité de civilisations, ne seraient plus les États-Unis, mais les Nations unies21. »

16Il est donc vrai que la question des identités est devenue plus importante que jamais dans le monde, tout comme il est vrai qu’on ne peut la réduire à une simple opposition gauche-droite. En même temps, les grands projets nationaux sont toujours ou de gauche ou de droite, et les revendications identitaires opposent invariablement les progressistes et les conservateurs. Négliger les fondements gauche-droite des débats identitaires, ce serait se condamner à ne jamais comprendre en profondeur ces conflits politiques de plus en plus nombreux.

La guerre contre le terrorisme

17Les attentats du 11 septembre 2001 ont mis le terrorisme au rang des grandes préoccupations internationales. Or, au sein des élites comme dans les médias, la compréhension de cet enjeu s’est largement construite autour du clivage entre progressistes et conservateurs. Aux États-Unis, où l’on considère souvent que la distinction gauche-droite est caduque, les analyses du parti républicain et de Fox News restent fort différentes de celles du parti démocrate ou du New York Times. Les questions associées au terrorisme, il est vrai, donnent parfois lieu à des prises de position inattendues. Certains commentateurs de gauche ont soutenu l’invasion de l’Irak au nom de la défense des droits humains, pendant que des experts de droite la condamnaient au nom du réalisme et des intérêts nationaux. Mais ces quelques voix discordantes n’ont pas modifié la trame de fond du débat. Comme au temps de la guerre froide, la lutte contre le terrorisme a opposé faucons et colombes partout en Occident, les premiers faisant la promotion d’une ligne dure alors que les seconds privilégiaient le compromis.

  • 22 George W. Bush, « Address to a Joint Session of Congress and the American People », Washington, 20 (...)
  • 23 George W. Bush, The Department of Homeland Security, Washington, 2002, p. 13.

18À droite, le terrorisme a été perçu comme un problème de sécurité menaçant la liberté et la tranquillité de l’ensemble des pays civilisés. De nombreux politiciens et analystes ont vu dans ce phénomène la manifestation la plus évidente de ce que Samuel Huntington a appelé « le choc des civilisations ». Le président George W. Bush a fait écho à cette interprétation lorsqu’il a déclaré, quelques jours après les attentats du 11 septembre : « L’enjeu va bien au-delà de la liberté des Américains. Cette bataille est celle du monde entier et celle de la civilisation. C’est la lutte de tous ceux qui croient au progrès, au pluralisme, à la tolérance et à la liberté22. » Les attentats successifs contre l’Indonésie, le Maroc, l’Espagne et la Grande-Bretagne ont incidemment renforcé la perception selon laquelle les terroristes souhaitaient la destruction des sociétés démocratiques et des valeurs libérales. Rejetant catégoriquement l’idée que les gouvernements des pays riches puissent être responsables du phénomène terroriste — même indirectement —, les conservateurs en ont plutôt attribué la cause à des individus fanatiques ou à des États voyous, prêts « à frapper partout, en tout temps, avec n’importe quelle arme23 ». L’ampleur de cette menace appréhendée a justifié que la lutte contre le terrorisme devienne une priorité politique au-dessus de toutes les autres.

  • 24 Richard K. Betts, « Striking First: A History of Thankfully Lost Opportunities », New York, Carneg (...)
  • 25 Laura Neack, Elusive Security: States First, People Last, Lanham, Rowman & Littlefield, 2007, p. 1 (...)

19La ligne dure de la droite ne s’est nulle part mieux exprimée que dans la politique étrangère des États-Unis. Fortement influencée par un groupe d’intellectuels néoconservateurs pour qui l’élimination des menaces terroristes à l’étranger était essentielle à la sécurité nationale, l’administration Bush a fait de la guerre contre le terrorisme la pierre angulaire de sa politique extérieure. Cet objectif a notamment servi à légitimer l’intervention militaire en Afghanistan en 2001 et le déclenchement de la guerre en Irak en 2003. En retour, l’ouverture de ces deux fronts a permis de justifier une augmentation spectaculaire du budget militaire. Dans le cas de l’Irak, où le débat s’est rapidement polarisé, les autorités américaines ont réussi à imposer la nécessité d’une guerre préventive, définie comme un « acte d’autodéfense anticipée24 ». Leur point de vue était que le gouvernement irakien possédait des armes de destruction massive et qu’il représentait « une menace imminente d’agression non provoquée25 ». Pour la droite américaine, l’absence d’attaque terroriste aux États-Unis depuis 2001 a bien démontré qu’une politique étrangère musclée était la meilleure façon de faire face au fléau du terrorisme international.

  • 26 Brian C. Rathbun, Partisan Interventions: European Party Politics and Peace Enforcement in the Bal (...)
  • 27 Rathbun, op. cit., p. 216.

20L’administration Bush a naturellement présenté la guerre contre le terrorisme — et l’opération Iraqi Freedom en particulier — comme une cause qui dépassait les clivages politiques traditionnels. Dans les pays occidentaux, pourtant, les gouvernements de droite ont été bien plus nombreux à appuyer cette cause que ceux de gauche. En Europe notamment, la démarcation entre les deux camps a été manifeste26. Fin 2003, des 15 pays alors membres de l’Union européenne, six avaient accepté de participer à la coalition créée par Washington alors que neuf avaient refusé. Or, des six gouvernements qui dépêchèrent des troupes en Irak, cinq étaient dirigés par des partis de centre-droite (le Danemark, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas et le Portugal) et un seul appartenait au centre-gauche (le Royaume-Uni). En revanche, parmi les neuf gouvernements opposés à la coalition, cinq étaient associés au centre-gauche (l’Allemagne, la Belgique, la Finlande, la Grèce et la Suède) et quatre au centre-droite (l’Autriche, la France, l’Irlande et le Luxembourg). Si elle ne permet pas d’expliquer le comportement de tous les pays, la division gauche-droite a donc clairement teinté les décisions des gouvernements européens à propos de la guerre en Irak. Et si le soutien indéfectible de la Grande-Bretagne et de son gouvernement travailliste à la stratégie américaine constitue un contre-exemple notoire à cette thèse, il faut tout de même signaler que la politique de Tony Blair a suscité de vives oppositions dans son propre parti et chez les groupes identifiés à la gauche27.

  • 28 Doron Zimmermann et Andreas Wenger (dir.), How States Fight Terrorism: Policy Dynamics in the West(...)
  • 29 Peter Chalk et William Rosenau, Confronting the « Enemy Within », Security Intelligence, the Polic (...)

21Dans la plupart des pays, les forces conservatrices ont réagi au terrorisme en réclamant un resserrement de la sécurité intérieure de même qu’une augmentation substantielle des ressources humaines, financières et techniques destinées à la lutte anti-terroriste. L’influence de la droite s’est tout particulièrement manifestée dans l’adoption de nouvelles lois visant à donner plus de libertés à la police et aux tribunaux dans la traque aux terroristes28. En maints endroits, les politiques mises en place dans la foulée du 11 septembre conférèrent des pouvoirs d’arrestation exceptionnels aux policiers, autorisèrent la détention illimitée des étrangers et renforcèrent les contrôles migratoires, notamment pour les ressortissants du Moyen-Orient. La lutte contre le terrorisme a également inclus des activités comme la collecte de fonds, le blanchiment d’argent, la fourniture d’armes et la mobilisation des diasporas29. Dans sa campagne pour réduire la vulnérabilité des pays démocratiques face à la menace terroriste, la droite a souvent fait valoir que l’efficacité des mesures adoptées était plus importante que leur légitimité. À ce titre, elle a notamment soutenu que le succès de la lutte antiterroriste exigeait une politique de confidentialité stricte, et que, pour des raisons de sécurité, de nombreuses informations détenues par les gouvernements ne pouvaient être rendues publiques.

  • 30 John E. Mueller, « Terrorism, Overreaction, and Globalization », dans Richard N. Rosecrance et Art (...)
  • 31 Kofi Annan, « La lutte contre le terrorisme passe par le règlement des conflits, le respect des dr (...)

22La gauche, au contraire, a clamé que l’on avait beaucoup exagéré la menace terroriste. John Mueller affirmait ainsi qu’à peu près partout, la probabilité d’être victime d’une attaque terroriste était restée « microscopique ». Aux États-Unis, précisait-il, si l’on excepte l’année 2001, « les baignoires ont fait plus de victimes que le terrorisme international »30. Les progressistes ont aussi beaucoup insisté sur le fait que le terrorisme ne constituait pas un problème de sécurité pouvant être résolu par une approche strictement militaire. « Le désespoir est le terreau du terrorisme », expliquait Kofi Annan en 2003, en ajoutant : « ce qui doit se profiler à l’horizon, c’est plus qu’une victoire sur le terrorisme. C’est un monde meilleur et plus juste31. » Convaincus que ni la paix ni la démocratie ne peuvent s’imposer avec des bombes, libéraux et socialistes croient que le recours à la force armée fait le jeu des extrémistes et attise la haine de l’Occident. À leurs yeux, pour être efficace, la lutte contre le terrorisme doit mieux prendre en compte les causes économiques et sociales du phénomène, miser à fond sur l’action diplomatique et respecter les normes du droit humanitaire international.

  • 32 Mueller, op. cit., p. 67.

23Ayant accordé un appui circonstancié à l’intervention militaire menée contre le régime taliban au pouvoir en Afghanistan, la gauche a toujours mis en doute l’implication du gouvernement irakien dans le terrorisme international. Selon Mueller, les peurs suscitées par les armes de destruction massive de Saddam Hussein étaient fondées « non pas sur des preuves mais bien davantage sur des perceptions sélectives, une tromperie incessante et une hystérie provoquée de toutes pièces32 ». Dès son déclenchement, l’invasion de l’Irak a été dénoncée comme étant une violation de la Charte des Nations unies puisqu’elle n’avait pas reçu l’appui du Conseil de sécurité. Rejetant la doctrine de la guerre préventive, les progressistes ont souvent dépeint la stratégie du gouvernement américain comme une manœuvre pour accroître l’emprise des États-Unis sur les populations et les ressources du Moyen-Orient. Loin d’avoir renforcé la démocratie en Irak, faisaient-ils valoir, la politique américaine a plongé le pays dans une guerre civile susceptible de mener à son éclatement. Enfin, la gauche a dénoncé dans la guerre en Irak un gaspillage éhonté de ressources, et fait remarquer l’ironie du fait que ce conflit avait fait plus de victimes américaines que les attentats du 11 septembre.

  • 33 S. Neil MacFarlane et Yuen Foong Khong, Human Security: A Critical History, Bloomington, Indiana U (...)
  • 34 Neack, Elusive Security, p. 59.

24Sur le plan intérieur, les groupes progressistes se sont battus pour que la lutte contre le terrorisme soit menée dans le cadre de l’État de droit et qu’elle respecte les libertés civiles33. De leur point de vue, agir autrement risquait d’entraîner les régimes démocratiques sur la voie de l’autoritarisme et de servir les intérêts des terroristes. Ainsi, aux États-Unis, on a dénoncé sans relâche le Patriot Act de 2001 qui avait été voté « sans discussion, sans débat et sans audience publique34 ».

  • 35 United Kingdom House of Lords, Opinions of the Lords of Appeal for Judgment in the Cause « A (FC) (...)

25Après l’adoption de cette loi controversée, l’opposition aux mesures anti-terroristes n’a fait que s’intensifier, en grande partie parce que le FBI n’a jamais pu identifier la moindre cellule dormante d’Al-Qaida sur le territoire américain. En Grande-Bretagne, la plus haute cour du pays donna raison aux critiques en décrétant que certains éléments de la loi anti-terroriste de 2001 (Anti-Terrorism, Crime and Security Act) violaient les lois européennes sur les droits humains. L’un des juges déclara sans ménagements : « Ce sont des lois comme celle-ci qui menacent véritablement la vie de cette nation, son peuple, sa tradition juridique et ses valeurs politiques, pas le terrorisme35. » De façon plus large, la gauche s’est inquiétée de l’absence d’imputabilité des responsables de la lutte au terrorisme et du rôle accru des militaires dans la politique intérieure. Par ailleurs, devant la multiplication des cas de discrimination et de profilage racial, particulièrement à l’égard des Arabes et des Musulmans, la gauche a fréquemment déploré le fait que la lutte contre le terrorisme avait conduit à l’émergence de sentiments xénophobes contraires aux valeurs démocratiques.

  • 36 Tony Blair, « What I’ve Learned », The Economist, 31 mai 2007.

26Dans un article qu’il fit paraître dans The Economist au moment de son départ, Tony Blair, qui s’était vu contesté de façon récurrente par la gauche de son parti sur sa politique anti-terrorisme, a résumé la dimension gauche-droite du débat en lui donnant bien entendu une touche « troisième voie » : « Sur ce point, j’ai toujours pensé que l ‘ approche gauche-droite était nuisible. Le problème, c’est que la droite a raison quand elle demande une position ferme sur le plan militaire pour défendre la liberté, alors que la gauche a aussi raison d’insister sur l’importance de la justice sociale pour la paix36. »

Le débat sur l’environnement

  • 37 Robert C. Paehlke, Environmentalism and the Future of Progressive Politics, New Haven, Yale Univer (...)

27La multiplication récente des phénomènes météorologiques extrêmes et le débat sur le réchauffement climatique ont fortement contribué à faire de l’environnement un enjeu clé de la gouvernance mondiale. On entend parfois dire que la question environnementale transcende les clivages idéologiques traditionnels et qu’aujourd’hui, un large consensus s’est établi en faveur du développement durable. Cette vision des choses est pourtant loin d’être convaincante. Depuis que la question de l’environnement a fait son apparition sur la scène politique internationale — il y a environ 40 ans —, la gauche y a toujours accordé plus d’importance que la droite. Robert Paehlke, l’un des spécialistes qui soutiennent que l’environnementalisme peut s’amalgamer à « pratiquement n’importe quelle idéologie de gauche ou de droite », reconnaît lui-même qu’en fin de compte le mouvement environnemental a le plus souvent été associé à la « gauche modérée37 ».

  • 38 Robert E. Goodin, Green Political Theory, Cambridge, Polity Press, 1992, p. 15; John Barry et Bria (...)
  • 39 Programme du parti Vert allemand, cité dans Douglas Torgerson, The Promise of Green Politics: Envi (...)

28L’ancrage à gauche de l’environnementalisme résulte de choix politiques clairs. Préférant des mécanismes politiques « égalitaires » plutôt que « centralisés », la plupart des environnementalistes font de la réduction des inégalités socioéconomiques une de leurs principales préoccupations38. Nombre de spécialistes s’entendent par ailleurs pour dire que la montée des partis verts a favorisé l’émergence d’une gauche plus libertaire, qui a transformé le paysage politique dans plusieurs pays occidentaux. À l’avant-garde de cette tendance, les Verts allemands, par exemple, se sont définis comme les membres d’une communauté mondiale constituée de « groupes pour la protection de la vie, de la nature et de l’environnement, de regroupements citoyens, de syndicats ouvriers, d’associations chrétiennes, et de mouvements pour la paix, les droits humains, les droits des femmes et l’aide au tiers-monde39 ».

  • 40 Nadivah Greenberg, « Shop Right: American Conservatisms, Consumption, and the Environment », Globa (...)
  • 41 Pamela S. Chasek, David L. Downie et Janet Welsh Brown, Global Environmental Politics, 4e éd., Bou (...)
  • 42 Greenberg, op. cit., p. 86.

29La convergence historique entre le mouvement environnementaliste et la gauche ne va pas sans ses tensions. Les syndicats, par exemple, ont souvent considéré la lutte pour l’environnement avec suspicion. Plus fondamentalement, les environnementalistes eux-mêmes ne forment pas un bloc monolithique. Il existe en fait des « conservateurs verts », dont les positions s’appuient sur des considérations liées à la religion, à l’économie ou à la sécurité nationale40. Mais en fin de compte, les environnementalistes sont plutôt à gauche et leurs opposants, à droite. Malgré le fait qu’un certain nombre d’entreprises comme British Petroleum ou General Electric prétendent avoir pris un virage écologique, le milieu des affaires estime en général que des politiques environnementales strictes menacent de réduire leurs profits41. Et même si quelques néoconservateurs américains bien en vue sont devenus verts et conduisent des voitures hybrides, l’approche conservatrice dominante des préoccupations environnementales est « indifférente ou sceptique — sinon carrément hostile42 ».

  • 43 « Scientists, Governments Clash as Report Reveals Dangers of Climate Change », USA Today, 6 avril (...)
  • 44 Chasek, Downie et Welsh Brown, op. cit., p. 27.
  • 45 Aaron M. McCright et Riley E. Dunlap, « Defeating Kyoto: The Conservative Movement’s Impact on U. (...)

30En accord avec sa vision satisfaite du monde, la droite juge que les analyses des environnementalistes sont en général trop alarmistes. De nombreux observateurs de droite, par exemple, doutent encore de l’importance des changements climatiques. En l’absence de preuves scientifiques irréfutables, disent-ils, de nouvelles études sont nécessaires à la fois pour déterminer si le réchauffement climatique est une conséquence de l’activité humaine ou un simple phénomène naturel, et pour évaluer à quel point les différentes régions du globe sont affectées par des hausses de température43. Quel que soit le cas, on professe souvent à droite la confiance dans le potentiel de la technologie pour résoudre les problèmes que pourraient poser dans l’avenir la dégradation des écosystèmes et l’épuisement des ressources. Selon ce point de vue, les ressources ne s’épuiseront pas « aussi longtemps que la technologie aura le champ libre et que les prix pourront fluctuer suffisamment pour stimuler la recherche de substituts44 ». Arguant par ailleurs que la protection de l’environnement est l’affaire de tous les États et que la concurrence déloyale doit être combattue, la droite exige des politiques environnementales plus strictes de la part des pays en développement45. Après tout, affirment les conservateurs, des pays comme la Chine et l’Inde figurent parmi les plus grands pollueurs de la planète, alors que ce sont les gouvernements et les entreprises des pays développés qui investissent le plus dans les technologies propres.

  • 46 Cité dans Robert W. Cox (avec Michael G. Schechter), The Political Economy of a Plural World: Crit (...)
  • 47 Associated Press, « Bush Defends Kyoto Opposition », The Philadelphia Inquirer, 1er juil. 2005.
  • 48 Steven Bernstein, The Compromise of Liberal Environmentalism, New York, Columbia University Press, (...)

31Dans tous les débats nationaux et internationaux, la droite soutient que, si justifiée qu’elle soit, la protection de l’environnement ne devrait pas mettre en péril la croissance économique. Juste avant le Sommet de la Terre de Rio en 1992, le président américain George H. Bush aurait à ce propos déclaré : « Notre mode de vie n’est pas négociable46. » Une dizaine d’années plus tard, son fils George W. Bush avançait que l’application du protocole de Kyoto, un traité multilatéral destiné à réduire les émissions de gaz à effet de serre, « ruinerait » l’économie américaine47. En fin de compte, le maintien d’un ordre économique libéral constitue la priorité politique absolue de la droite. Voilà pourquoi cette dernière préconise une sorte d’« environnementalisme libéral », qui ferait du marché l’outil privilégié pour résoudre les problèmes environnementaux48.

  • 49 David G. Victor, The Collapse of the Kyoto Protocol and the Struggle to Slow Global Warming, Princ (...)
  • 50 Charli E. Coon, « Why President Bush Is Right to Abandon the Kyoto Protocol », Backgrounder no 143 (...)

32Les partisans de l’environnementalisme libéral préfèrent toujours les mesures volontaires aux règles contraignantes pour faire face aux grands défis de la planète. Flexibles par définition, de telles mesures correspondent évidemment plus au fonctionnement d’une économie de marché qu’un régime de normes obligatoires. On ne s’étonnera pas qu’à l’origine, le gouvernement américain ait été l’un des plus ardents défenseurs de l’établissement d’un marché du carbone pour contrer les changements climatiques49. Ironiquement, à partir du moment où la gauche s’est à son tour intéressée à cette idée, la droite s’en est graduellement éloignée, réalisant qu’un marché du carbone exigeait une politique publique active. La résistance des conservateurs à la mise en place de mesures contraignantes s’est notamment manifestée dans les discussions sur le protocole de Kyoto. L’opposition à cet accord s’est largement bâtie sur le fait que celui-ci requérait des engagements fermes de la part des gouvernements50. Traditionnellement hostile à l’intervention des institutions internationales dans le domaine de l’environnement, la droite s’est par ailleurs montrée peu enthousiaste quant à l’éventuelle création d’une Organisation mondiale de l’environnement ou d’un Conseil de sécurité environnemental.

  • 51 Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Notre avenir à tous, Montréal et Québ (...)
  • 52 Nicholas Stern, The Economics of Climate Change: The Stern Review, Cambridge University Press, 200 (...)
  • 53 Susan George, Un autre monde est possible si…, Paris, Fayard, 2004, p. 62.
  • 54 Chasek, Downie et Welsh Brown, Global Environmental Politics, p. 31.

33Partant d’une toute autre lecture des données scientifiques disponibles, les partis verts et la gauche en général considèrent que la protection de l’environnement est un enjeu capital pour l’avenir de l’humanité. Privilégiant une perspective à long terme, ils insistent sur le principe de « l’équité intergénérationnelle » selon lequel les générations actuelles ont des responsabilités envers les générations futures51. Les environnementalistes sont également plus critiques du modèle de développement capitaliste. Les modérés, comme Nicholas Stern, proposent de mieux intégrer les externalités négatives aux coûts de production des biens, de manière à mieux refléter leur empreinte écologique52. Les radicaux qui, comme Susan George, refusent de réduire l’environnement à une marchandise, voient la biosphère comme constituant le système et l’économie, comme un simple sous-système53. Radicaux et modérés se rejoignent cependant sur l’idée que les politiques économiques conventionnelles fondées sur le marché tendent à « sous-évaluer ou à ignorer » les ressources naturelles54.

  • 55 Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Notre avenir à tous, p. 55.

34La gauche préconise une approche ouvertement politique de l’environnement. Déjà dans les années 1980, la Commission Brundtland soutenait que plusieurs problèmes environnements étaient « dus aux inégalités du pouvoir économique et politique55 ». Aujourd’hui, les groupes environnementaux affirment sans relâche que la détérioration de l’environnement a une incidence directe sur la pauvreté, les conflits, les migrations et les famines. Cette approche holistique interpelle tout particulièrement les pays développés qui sont les plus grands consommateurs d’énergie et de ressources par habitant. D’après les environnementalistes, les ressources disponibles ne permettent tout simplement pas d’étendre le style de vie des populations du Nord à l’ensemble de la population mondiale. Ils soutiennent que les gouvernements des pays riches ont la responsabilité morale, économique et politique d’aider les pays pauvres à se développer tout en respectant l’environnement.

  • 56 Harold K. Jacobson et Edith Brown Weiss, « Assessing the Record and Designing Strategies to Engage (...)
  • 57 Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, Déclaration de Rio sur l’env (...)

35La gauche part du principe que le laisser-faire écologique entraînerait la destruction de la planète. De là, elle conclut qu’il faut renforcer les normes et les institutions environnementales, aussi bien nationales qu’internationales. Soucieux d’améliorer le respect des règles en place, les groupes environnementaux misent davantage sur les incitatifs financiers et les sanctions que sur de simples appels à une plus grande transparence56. Concernant les incitatifs financiers, il est intéressant de noter que si l’aide au développement demeure l’instrument le plus populaire, les progressistes sont de plus en plus nombreux à considérer les marchés du carbone comme un mécanisme utile pour lutter contre les gaz à effet de serre. Le principe de précaution, qui veut qu’« en cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement57 », est une autre idée clé généralement associée à la gauche environnementale. Enfin, les environnementalistes sont convaincus que la crise actuelle ne pourra se résoudre sans un apport massif de fonds publics. Ils réclament donc la mise en place de nouvelles taxes qui, par exemple, pourraient être prélevées sur l’utilisation d’énergies non renouvelables comme le pétrole. Vu sa méfiance à l’égard de l’intervention de l’État, la droite s’est systématiquement opposée à ce type de politiques. À l’instar des conflits sur les identités et sur le terrorisme, le débat sur l’environnement est à l’évidence lui aussi fortement ancré dans la logique gauche-droite.

La droite et la gauche dans l’étude du politique

  • 58 Gabriel A. Almond, A Discipline Divided: Schools and Sects in Political Science, Newbury Park, Sag (...)
  • 59 Charles Lindblom, cité dans Katznelson et Milner, « American Political Science », p. 2.
  • 60 James Farr et Raymond Seidelman, « General Introduction », dans Farr et Seidelman (dir.), Discipli (...)
  • 61 Ian Shapiro, Rogers M. Smith et Tarek E. Masoud, « Introduction: Problems and Methods in the Study (...)

36La science politique est, sans aucun doute, une discipline divisée58. Les politologues ne s’entendent ni sur l’objet de leur activité, ni sur l’étendue de leur domaine de recherche, ni sur leurs concepts et théories, ni sur leurs méthodes et normes scientifiques. Charles Lindblom a résumé la situation en écrivant que la science politique était « le nom que l’on donne non pas à un champ de recherche scientifique conventionnel mais plutôt à un débat ininterrompu qui tend à s’éterniser plutôt qu’à s’achever (ou à se résoudre grâce à une découverte)59 ». Dans la même veine, James Farr et Raymond Seidelman affirment que c’est une série « de vieux débats qui confèrent à la discipline son identité actuelle, et non pas un accord, quel qu’il soit, sur des principes fondamentaux60 ». Pourtant, on ne semble pas très bien comprendre sur quoi portent ces débats sans fin. Les bilans récents de la discipline identifient bien des points de fracture, mais leurs auteurs admettent qu’il demeure difficile de « mettre le doigt » sur leur nature exacte61.

  • 62 Katznelson et Milner, op. cit., p. 15.
  • 63 Mark Irving Lichbach et Alan S. Zuckerman, « Research Traditions and Theory in Comparative Politic (...)

37Plusieurs politologues mettent l’accent sur le fossé qui sépare les tenants des méthodes quantitatives « dures » associées aux sciences naturelles, et ceux qui préfèrent les méthodes qualitatives « molles » propres aux sciences humaines. Ce conflit peut aussi être représenté comme l’opposition entre ceux qui cherchent à établir des généralisations ou des lois universelles et ceux qui privilégient plutôt les explications nuancées, spécifiques à un contexte. Les premiers défendront une science politique guidée par la méthodologie et les seconds, une discipline plus tournée vers la compréhension des problèmes du monde réel. La division fondamentale, cependant, n’est ni méthodologique, ni épistémologique. Les politologues ont des vues différentes sur le pouvoir et la démocratie, et ils défendent des théories opposées sur à peu près tous les phénomènes. Certains, par exemple, voient le pouvoir en termes de comportements et de préférences individuels, alors que d’autres parlent plutôt de structures sociales et d’idéologies dominantes. Ainsi, dans la tradition wébérienne, le pouvoir peut être conçu comme « la capacité d’un acteur d’obtenir qu’un autre fasse quelque chose qu’il n’aurait pas fait autrement », c’est-à-dire comme la capacité d’influencer les choix individuels d’autrui. D’un point de vue plus marxiste, le pouvoir peut au contraire se comprendre comme un effet beaucoup plus profond des inégalités et des privilèges, par lequel le débat public, les préférences des acteurs et même le langage sont définis et circonscrits dans le cadre des structures de représentation inégales d’une société donnée62. Certaines théories de la politique comparée insistent ainsi sur la rationalité individuelle, alors que d’autres se réfèrent davantage aux structures institutionnelles et aux facteurs culturels63. Dans l’étude des relations internationales, des divergences similaires séparent les différentes approches.

  • 64 Almond, A Discipline Divided, p. 24.

38On pourrait scruter indéfiniment ces nuances et ces différences. On repérerait alors force complications, bizarreries intrigantes et autres exceptions théoriques. On verrait aussi que beaucoup de politologues résistent à toute classification et appartiennent à la « majorité éclectique », heureuse d’être réunie dans ce que Gabriel Almond appelait la « cafétéria du centre64 ». Les clivages fondamentaux sont néanmoins bien définis et très profonds, trop profonds en fait pour ne relever que des méthodes, des concepts ou des approches. Ils opposent, de part et d’autre de la « cafétéria du centre », les tables occupées par la gauche et par la droite.

  • 65 Charles Lindblom, « Another State of Mind », dans Farr et Seidelman (dir.), Discipline and History(...)

39Prenons l’exemple des conceptions de la démocratie. Dans son allocution présidentielle de 1981 devant l’American Political Science Association (APSA), Charles Lindblom opposait deux points de vue. Le premier, dominant, voyait la démocratie comme un arrangement « avantageux pour tous » par lequel les individus résolvaient leurs conflits et s’attaquaient à leurs « problèmes communs » ; le second point de vue, dissident, comprenait celle-ci comme la « forme institutionnalisée » de la « lutte » entre « les groupes favorisés et défavorisés »65. Sans que Lindblom ne le dise jamais, il faisait référence à la droite et à la gauche de la science politique. Pour lui, les politologues devaient reconnaître ce clivage fondamental, pour en tirer des enseignements et favoriser le dialogue entre l’approche conventionnelle et les perspectives critiques.

  • 66 Katznelson et Milner, op. cit., p. 16-17.
  • 67 James S. Duesenberry, cité dans Peter A. Hall, « The Dilemmas of Contemporary Social Science », Bo (...)

40Ces représentations distinctes du pouvoir comme l’exercice d’une influence ou comme une structure de domination sont aussi de toute évidence de droite et de gauche, comme leurs origines chez Weber et chez Marx l’indiquent. Les mêmes conclusions s’appliquent aux conceptions distinctes des choix sociaux qu’Ira Katznelson et Helen Milner présentent dans leur état de la discipline. De nombreux politologues, expliquent-ils, s’inscrivent dans la tradition sociologique et jugent essentiel de comprendre les structures sociales qui influent sur les choix politiques. D’autres auteurs, plus proches de la perspective économique, relèguent plutôt « ces structures contraignantes à l’arrière-plan et mettent l’accent sur l’exercice du choix66 ». En d’autres termes, ceux qui fréquentent plus la sociologie voient surtout des contraintes et ceux qui s’inspirent davantage de l’économie ne semblent retenir que les choix. James Duesenberry, un économiste, résume bien la différence entre ces deux traditions qui divisent la science politique : « l’économie concerne la façon dont les gens font des choix ; la sociologie montre qu’ils n’en ont jamais vraiment67 ».

  • 68 Amartya Sen, « Rational Fools: A Critique of the Behavioral Foundations of Economic Theory », Phil (...)
  • 69 Lars Udehn, The Limits of Public Choice: A Sociological Critique of the Economic Theory of Politic (...)
  • 70 Udehn, op. cit., p. 194-195.

41Cette référence à la sociologie et à l’économie nous ramène fondamentalement à la gauche et à la droite. L’homo sociologicus, en effet, est au fond l’homme naturellement bon de Jean-Jacques Rousseau et de la gauche, celui qui appartient à une société, respecte les normes sociales et culturelles, et ne veut que le bien. Quand il échoue, c’est parce que des forces sociales l’ont poussé à mal agir. L’homo economicus, pour sa part, est l’individu calculateur de Thomas Hobbes et de la droite, qui recherche sans relâche son intérêt personnel, au point de devenir ce qu’Amartya Sen a appelé un « idiot social »68. Si on le laisse libre, cet individu réussira alors que les institutions démocratiques et collectives, pour leur part, sont susceptibles d’échouer69. Quand on le transpose dans le domaine politique, le postulat de l’intérêt personnel emprunté à l’économie a des implications idéologiques évidentes. Le marché, explique le sociologue suédois Lars Udehn, devient alors « la seule institution dotée de la merveilleuse capacité de transformer les vices privés en vertus publiques », alors que l’action politique conduit « au contraire au gaspillage et à l’esclavage. Ergo : la meilleure société, c’est la société de libre marché70 ».

  • 71 Hirsch, Michaels et Friedman, « “Dirty Hands” Versus “Clean Models” », p. 320-321.
  • 72 Robert Aaron Gordon, « Rigor and Relevance in a Changing Institutional Setting », American Economi (...)

42Ce clivage central explique les différences méthodologiques et épistémologiques qui opposent les politologues. L’économie, en effet, est une discipline déductive, qui privilégie les généralisations universelles et construit des « modèles propres » à partir de postulats sur les intérêts individuels. La sociologie, pour sa part, est d’abord inductive et favorise les descriptions « fouillées » que seuls des chercheurs « aux mains sales » peuvent effectuer71. Les économistes se feront toujours reprocher de sacrifier la pertinence sociale et la validité empirique sur l’autel de l’élégance théorique ; et les sociologues, de se contenter d’approches désordonnées et brouillonnes72.

  • 73 Kenneth A. Shepsle et Mark S. Bonchek, Analyzing Politics: Rationality, Behavior, and Institutions(...)
  • 74 Donald P. Green et Ian Shapiro, Pathologies of Rational Choice Theory: A Critique of Applications (...)

43Examinons de plus près les débats méthodologiques en science politique. Les plus ardents défenseurs de l’approche économique — celle des choix rationnels — ne se gênent pas pour qualifier les approches rivales, plus sociologiques, de préscientifiques. Au cours des cinquante dernières années, écrivent par exemple Kenneth Shepsle et Mark Bonchek, la science politique est passée « des récits et des échanges d’anecdotes à des descriptions fouillées et à des écrits historiques, pour ensuite en arriver à la mesure systématique et, encore plus récemment, à l’explication et à l’analyse », et cette évolution représente « une avancée significative le long d’une trajectoire scientifique73 ». Ceux qui s’accrochent à des approches plus inductives seraient loin derrière sur la route de la science. De leur côté, les critiques de l’approche des choix rationnels insistent sur la fragilité des fondements empiriques de modèles qui demeurent souvent très loin de la réalité, et n’ont que peu de pertinence sociale ou politique74. C’est ici que s’enracine le clivage entre une science politique guidée par la méthodologie et une autre, tournée vers la compréhension de problèmes du monde réel. Or, ce clivage n’est qu’une des formes de l’affrontement entre les perspectives économique et sociologique en science politique, lequel exprime lui-même la division plus fondamentale entre la droite et la gauche.

44La bataille des approches méthodologiques a de multiples ramifications. En politique comparée, par exemple, un débat particulier oppose ceux qui se voient d’abord comme des « spécialistes d’une région du monde » et peuvent se targuer de connaître non seulement la politique mais aussi la langue, l’histoire et la culture de cette région à ceux qui se veulent avant tout des « scientifiques » à la recherche de « régularités » pouvant contribuer au développement de la science politique. Robert Bates, qui utilise l’approche des choix rationnels pour analyser la politique africaine, ne laisse aucun doute sur les fondements idéologiques de cette querelle de méthodes et suggère que ses adversaires ont un biais de gauche :

  • 75 Robert H. Bates, « Area Studies and the Discipline: A Useful Controversy? », PS: Political Science (...)

Les débats qui entourent l’étude des régions du monde sont souvent exacerbés par des différends sur les mérites du marché, sur l’État ou sur l’impact de l’Occident, ceux qui se disent spécialistes d’une région accusant les adeptes des choix rationnels d’être pro-marché, anti-État et portés à universaliser des catégories historiques contingentes75.

  • 76 Chalmers Johnson, « Preconceptions vs. Observations, or the Contributions of Rational Choice Theor (...)
  • 77 Atul Kohli, « State, Society, and Development », dans Katznelson et Milner (dir.), Political Scien (...)

45Les accusations des spécialistes des régions peuvent en effet être ouvertement politiques. Ils prétendent parfois que leurs adversaires s’inspirent du modèle libéral du « département d’économie de l’Université de Chicago » et avancent souvent que les travaux inspirés par les choix rationnels reflètent « un esprit de clocher ancré dans la culture américaine76 ». La théorie, renchérissent-ils, devrait être « un moyen de comprendre les problèmes importants du monde réel, plutôt qu’une fin en soi77 ».

  • 78 Michael C. Dawson et Cathy Cohen, « Problems in the Study of the Politics of Race », dans Katznels (...)
  • 79 Paul Pierson, « The Costs of Marginalization: Qualitative Methods in the Study of American Politic (...)
  • 80 Paul Pierson et Theda Skocpol, « Historical Institutionalism in Contemporary Political Science », (...)
  • 81 Barbara Geddes, cité dans Margaret Levi, « The State of the Study of the State », dans Katznelson (...)
  • 82 Levi, « The State of the Study of the State », p. 52.
  • 83 Kohli, « State, Society, and Development », p. 116.

46Des débats similaires ont façonné les études sur les femmes et l’origine ethnique. Les universitaires soucieux de repenser la science politique à partir d’une approche féministe ou d’un point de vue plus sensible « au racisme et à ses conséquences » ont régulièrement dénoncé la tendance à réduire le sexe et l’ethnicité à de simples variables dans des études autrement très conventionnelles, et critiqué « le recours excessif à l’économie comme source d’inspiration méthodologique et théorique78 ». Dans l’étude de la politique américaine, l’hégémonie de l’approche des choix rationnels et des méthodes quantitatives a de façon semblable été associée à l’oubli des questions sociales les plus importantes, et en particulier à l’indifférence face aux « inégalités économiques et politiques généralisées et croissantes » qui affligent les États-Unis79. Le même contraste a été souligné en politique comparée entre les institutionnalistes adeptes des choix rationnels, qui se contentent « d’orienter leurs programmes de recherche vers des problèmes créés de toutes pièces par leur propre théorie d’ensemble », et les institutionnalistes historiques, qui auraient la sagesse et le courage d’affronter « les vraies questions et les problèmes du monde réel80 ». Les tenants de l’école des choix rationnels connaissent bien cette accusation, et répliquent généralement que « ce qui entrave surtout le développement des connaissances en politique comparée », c’est précisément « notre tendance à retenir de grandes questions mal définies81 ». Pour leur part, ils préfèrent « formuler des hypothèses vérifiables à partir de modèles dont le potentiel est hautement prédictif82 ». « Compte tenu de tous ces désaccords profonds, conclut judicieusement Atul Kohli, tout ce que l’on peut espérer, c’est de parvenir à s’entendre sur le fait de ne pas s’entendre83. » Un clivage gauche-droite traverse donc la science politique, pour la diviser de manière plutôt prévisible sur ses objets d’étude, ses méthodes et ses concepts. Les politologues admettent pourtant rarement que leurs différences peuvent se ramener à un débat entre la droite et la gauche.

  • 84 Almond, A Discipline Divided, p. 13-24.
  • 85 Theodore Lowi, « The State in Political Science: How We Become What We Study », dans Farr et Seide (...)

47Gabriel Almond évoquait cette possibilité quand il parlait des « tables séparées » utilisées dans les rencontres entre universitaires, mais il insistait surtout sur la majorité éclectique qui préférait se réunir dans la vaste « cafétéria du centre »84. Dans son allocution présidentielle de 1992 devant l’APSA, Theodore Lowi critiqua ses collègues « de la gauche, du centre et de la droite » précisément parce qu’ils n’avaient pas su garder « une conscience claire et critique de la conscience politique », c’est-à-dire qu’ils s’étaient refusés à reconnaître et à prendre en compte leurs divisions idéologiques manifestes. Pour Lowi, « quels que soient les avantages méthodologiques de l’approche des choix rationnels » et « aussi vraie que soit sa vérité », elle est devenue hégémonique pour des raisons politiques, et « la plupart de ses sommités ont été formées, appartiennent ou sont associées aux universités proches de l’école de Chicago qui ont gardé bien vivante l’idéologie du laisser-faire85 ».

  • 86 Will Kymlicka, Les théories de la justice : une introduction, Paris, La Découverte, 2003, p. 11.

48Et qu’en est-il de la philosophie politique, un sous-champ qui se trouve vraisemblablement hors d’atteinte des arguments en faveur des modèles propres ou des mains sales ? Il serait bien présomptueux de ne traiter qu’en quelques mots d’un domaine de recherche aussi riche, mais une observation peut tout de même être proposée. Dans un bilan de la discipline, le philosophe canadien Will Kymlicka rappelle que l’on a généralement classé les philosophes politiques à partir de leur position sur l’axe gauche-droite, les philosophes de gauche défendant l’égalité et revendiquant « une forme ou une autre de socialisme », alors que ceux de droite insistent plutôt sur la liberté et penchent vers « une forme ou une autre de capitalisme de libre marché ». Selon Kymlicka, cette représentation est maintenant dépassée puisque tous les philosophes contemporains croient désormais en l’égalité et à l’idée que « chaque citoyen a droit au même respect et à la même attention ». La question n’est donc plus de savoir « si nous acceptons l’égalité, mais comment nous l’interprétons ». Et de poursuivre : « Si les hommes et les femmes de gauche pensent que l’égalité des revenus ou des richesses est une condition nécessaire de l’égale considération des individus, ceux de droite estiment que c’est un droit égal à jouir de sa propriété et des fruits de son travail qui remplit cette condition »86. La philosophie politique est donc elle aussi divisée entre gauche et droite, et cette opposition reflète, comme nous l’avons proposé dès le début de cet ouvrage, des compréhensions divergentes de l’égalité.

49Les relations internationales pouvaient-elles échapper à une confrontation idéologique aussi omniprésente ? Après tout, en science politique, l’étude des « R. I. » demeure encore un domaine un peu à part, avec ses questionnements, ses approches et ses concepts propres. Largement reconnue, la complexité théorique et empirique du champ semble à première vue réfractaire à la simplicité du clivage gauche-droite. Pourtant, la contradiction n’est qu’apparente. La division gauche-droite est en effet une boussole sans équivalent pour s’orienter dans le labyrinthe conceptuel des relations internationales. Souvent ignorée par les spécialistes, elle offre un fil conducteur qui donne de la cohérence à la plupart des discussions théoriques de la discipline. En reliant ces discussions à un continuum idéologique qui est présent à la fois dans l’étude de la politique nationale et dans le langage courant, les notions de gauche et de droite fournissent un puissant instrument analytique pour évaluer les théories et mieux comprendre les grands débats qui ont marqué l’histoire des relations internationales.

  • 87 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983 [1962], p. 31.
  • 88 Voir par exemple Paul R. Viotti et Mark V. Kauppi, International Relations Theory: Realism, Plural (...)

50Avant d’aller plus loin, cependant, il importe de comprendre comment et pourquoi le clivage gauche-droite a été négligé dans la réflexion conceptuelle en relations internationales. Pour ce faire, la « science normale » diffusée à travers les manuels de la discipline offre un excellent point de départ87. Rappelons qu’une pratique courante de ces manuels consiste à synthétiser les débats théoriques du champ à partir de typologies fondées sur un ensemble de critères assez restreint88. Il est vrai que les classifications proposées ne s’entendent pas toujours sur le nombre de théories ou même sur leur nom exact. Les experts s’interrogent ainsi à savoir si, par exemple, le réalisme et le néoréalisme sont des courants de pensée distincts, ou si le libéralisme et l’institutionnalisme néolibéral doivent être amalgamés. Mais au-delà de ces querelles de spécialistes, la science normale des relations internationales reconnaît aujourd’hui quatre grandes traditions intellectuelles distinctes : le réalisme, qui met l’accent sur la promotion de l’intérêt national ; le libéralisme, centré sur les processus de coopération ; le néomarxisme, qui souligne la nature conflictuelle du capitalisme ; et le constructivisme, qui s’intéresse au rôle des idées. À chaque tradition sont généralement associés des enjeux clés, des unités d’analyse à privilégier, une interprétation de la motivation des acteurs et une certaine vision du système international.

51Malgré leur indéniable utilité, ces typologies sont loin d’être parfaites. Elles ont tendance, par exemple, à marginaliser certaines approches alternatives comme le postmodernisme et le féminisme. Mais un autre problème, nettement plus sérieux, tient au fait que les typologies classiques représentent les théories comme si celles-ci étaient incommensurables. Ces classifications ne permettent donc qu’une comparaison très limitée des approches existantes. En particulier, elles n’accordent aucun intérêt à la possibilité de comparer les théories à partir de leurs a priori idéologiques.

52Le problème de l’incommensurabilité se manifeste au moins de deux manières. D’abord, les typologies offertes par la science normale des relations internationales s’intéressent peu aux recoupements qui existent entre les différents courants de pensée. Elles passent vite, par exemple, sur le fait que certains libéraux acceptent les postulats du réalisme concernant la puissance et l’individualisme méthodologique, que certains constructivistes partagent la conception libérale du progrès et de la coopération ou que des néo marxistes et des constructivistes se rejoignent sur l’importance de distinguer les théories axées sur la « résolution de problèmes » des théories « critiques ». Par ailleurs, les typologies classiques peinent à rendre compte des nuances qui existent à l’intérieur de chaque courant de pensée. La conception de la puissance et de la sécurité n’est pourtant pas identique chez les réalistes défensifs et chez les réalistes offensifs ; les libéraux proposent des visions variées de la démocratie et du marché ; les structures de production n’ont pas la même importance pour tous les néomarxistes ; et les constructivistes ne partagent pas tous les mêmes choix épistémologiques. Malheureusement, ces subtilités sont le plus souvent escamotées.

  • 89 Voir Stephanie Neuman, « International Relations Theory and the Third World: An Oxymoron? », dans (...)

53Du point de vue de la science normale, l’incommensurabilité des théories des relations internationales découle du fait que chacune correspond à une vision du monde monolithique et cloisonnée. De façon révélatrice, les classifications courantes sont tout à fait incapables de dégager le dénominateur commun des théories qu’elles exposent, moins encore de situer celles-ci sur un axe gradué comme l’axe gauche-droite. On peut certes faire l’hypothèse qu’en déclinant les caractéristiques du réalisme, du libéralisme, du néo marxisme et du constructivisme dans cet ordre, plusieurs typologies suggèrent une hiérarchie associée à la popularité relative de chaque théorie. Mais outre le fait que ce genre de raisonnement est rarement explicite, sa valeur scientifique est discutable. D’ailleurs, les approches conceptuelles les plus populaires en Amérique du Nord ne le sont pas nécessairement dans le tiers-monde89.

  • 90 Alexander Wendt, Social Theory of International Politics, Cambridge University Press, 1999, p. 22- (...)

54Alexander Wendt a récemment remis en question d’une façon originale la manière dont la science normale classifie les théories des relations internationales. Il évoque quatre « sociologies » des relations internationales issues de deux débats clés, l’un qui oppose matérialistes et idéalistes et l’autre, individualistes et holistes90. Wendt propose une représentation graphique de ces deux débats où l’axe horizontal correspond au débat matérialisme-idéalisme et l’axe vertical, au débat individualisme-holisme. Il distingue ainsi quatre ensembles de théories des relations internationales : matérialiste – individualiste, matérialiste – holiste, idéaliste – individualiste et idéaliste – holiste. Parmi ces quatre groupes, Wendt en identifie deux plus importants, autour desquels les débats contemporains tendent à se polariser : les théories matérialistes-individualistes (rationalistes) et les théories idéalistes-holistes (constructivistes). Wendt établit enfin un pont utile entre sa propre typologie et les typologies courantes des théories des relations internationales, en associant le camp rationaliste au néoréalisme et au néolibéralisme, et le camp constructiviste à l’École anglaise, au postmodernisme et au féminisme.

55La typologie de Wendt constitue une percée intellectuelle importante. En plus d’être élégante, elle offre l’intérêt de s’attaquer directement au problème de l’incommensurabilité des classifications traditionnelles. La grille qu’il a construite permet notamment de comparer toutes les théories à partir de variables continues, chaque théorie étant plus ou moins matérialiste et plus ou moins individualiste. Or, la division gauche-droite offre un avantage similaire pour la réflexion théorique en relations internationales. Elle propose en effet une échelle commode pour comparer les théories et les théoriciens. De surcroît, elle permet d’introduire explicitement dans la discussion une dimension politique.

  • 91 Kenneth N. Waltz, Theory of International Politics, New York, McGraw-Hill, 1979, p. 132 et 142.
  • 92 Robert Keohane, After Hegemony: Cooperation and Discord in the World Political Economy, 2e éd., Pr (...)
  • 93 Robert W. Cox (avec Michael G. Schechter), The Political Economy of a Plural World: Critical Refle (...)

56En dépit du silence entourant le sujet, les approches traditionnelles qu’identifie la science normale — le réalisme, le libéralisme et le néomarxisme — sont aisément localisables sur un axe gauche-droite. Chacune défend une conception bien typée de l’égalité et du changement social. Le réalisme tend vers la droite, le libéralisme tourne autour du centre et le néomarxisme est, naturellement, à gauche. Ainsi, le néoréaliste Kenneth Waltz affirme par exemple que « l’inégalité est inhérente au système étatique » et que, de toute façon, « la politique est essentiellement une affaire d’inégalité91 ». Plus modéré, le libéral Robert Keohane admet de son côté que les principes sur lesquels est bâtie la coopération actuelle « ne sont pas suffisamment sensibles aux intérêts des peuples démunis du tiers-monde », mais ajoute toutefois que « les régimes économiques internationaux contemporains sont sans doute supérieurs aux solutions de rechange politiquement envisageables92 ». Enfin, beaucoup plus critique, le néomarxiste Robert Cox estime pour sa part que « le monde intercivilisationnel » qu’il propose devrait se fonder sur « l’équité sociale » et sur une « compréhension consensuelle des droits humains fondamentaux93 ». En termes de droite et de gauche, le positionnement politique de ces auteurs phares et des écoles qu’ils représentent ne fait aucun doute.

  • 94 Wendt, Social Theory of International Politics, p. 305-311.

57D’origine récente, le constructivisme est plus difficile à localiser sur l’axe gauche-droite. En principe, les constructivistes pourraient se retrouver n’importe où. Dans les faits, cependant, le constructivisme s’est développé comme une extension du libéralisme qui est ouverte aux idées de la théorie critique. On peut donc le situer au centre-gauche du spectre politique. Pour Wendt, en effet, la transformation de la culture lockéenne aujourd’hui dominante à l’échelle internationale en une culture kantienne fondée sur l’amitié, la solidarité et une identité commune serait certainement une évolution souhaitable94. Il faut toutefois noter que le constructivisme « mou » de Wendt est généralement considéré comme étant plus conservateur que la version plus radicale de certains de ses collègues.

58Plusieurs des nuances qui existent au sein des grands courants théoriques en relations internationales pourraient également être transposées sur une échelle gauche-droite.

  • 95 James Fearon et Alexander Wendt, « Rationalism v. Constructivism: A Skeptical View », dans Walter (...)

59Comme les partis politiques, toutes les écoles de pensée ont leurs ailes progressiste et conservatrice. Cela dit, l’axe gauche droite n’est pas seulement utile pour mettre de l’ordre dans les typologies des théories des relations internationales. Il permet aussi de mettre en contexte l’opposition entre rationalistes et constructivistes que plusieurs voient désormais comme « le principal clivage » dans le domaine des relations internationales95. D’emblée, on doit souligner qu’en proposant une catégorisation binaire, le cadre gauche-droite n’est pas a priori plus réducteur que le schéma rationalisme constructivisme, ou que tout autre débat marquant dans l’histoire de la discipline. Plus fondamentalement, il est certain que la droite a plus d’affinités avec les rationalistes, et que la gauche s’accorde mieux avec les constructivistes.

  • 96 Wendt, Social Theory of International Politics, p. 378.
  • 97 Norberto Bobbio, Droite et gauche : essai sur une distinction politique, Paris, Éditions du Seuil, (...)

60Bien sûr, les rationalistes ne sont pas tous des conservateurs, pas plus que les constructivistes ne sont tous des progressistes. Néanmoins, comme dans le cas de la politique comparée, la droite est plus à l’aise avec l’individualisme méthodologique, les références à la science économique et l’approche axée sur la résolution de problèmes qui caractérisent le rationalisme. La gauche, elle, se reconnaît plus facilement dans le structuralisme culturel, les références à la sociologie et l’approche critique du constructivisme. On dit aussi souvent que le savoir produit par les rationalistes alimente le statu quo, alors que le savoir produit par les constructivistes est plus utile « pour changer le monde96 ». Or, cette distinction renvoie clairement à l’opposition entre tradition et émancipation, qui est partie intégrante des définitions courantes de la gauche et de la droite97. Évidemment, les questions d’ontologie et d’épistémologie qui divisent aujourd’hui les spécialistes des relations internationales sont trop complexes pour qu’on puisse les réduire à une simple opposition entre progressistes et conservateurs. Toutefois, le débat entre rationalistes et constructivistes n’a pas lieu dans un vide politique, et dans ce dialogue, la gauche et la droite ont chacune leurs préférences.

  • 98 Brian C. Schmidt, « On the History and Historiography of International Relations », dans Carlsnaes (...)

61L’enchevêtrement des querelles méthodologiques et des clivages idéologiques n’a rien de vraiment nouveau en relations internationales. Au moins deux des grands débats qui ont caractérisé l’évolution de la discipline — le débat entre idéalisme et réalisme pendant l’entre-deux guerres et le débat entre positivisme et postpositivisme dans les années 1980 — ont comporté une dimension gauche-droite assez nette. La droite s’est généralement retrouvée dans le camp des réalistes et des positivistes et la gauche, dans celui des idéalistes et des postpositivistes. Il faut avouer que le débat des années 1950 et 1960 entre traditionalistes et scientistes est plus difficile à décoder à partir d’une grille gauche-droite. De fait, il n’y a pas d’unanimité sur la nature exacte de ce débat. Faisant valoir que la controverse entre traditionalistes et scientistes ne portait pas sur des aspects essentiels des relations internationales, certains spécialistes n’y ont d’ailleurs vu qu’un « pseudo-débat »98.

62En fin de compte, le clivage gauche-droite en relations internationales est fortement relié à la façon dont les spécialistes se représentent leur propre communauté. La droite insiste davantage sur le consensus, la gauche sur le conflit.

  • 99 Michael Brecher, « International Studies in the Twentieth Century and Beyond: Flawed Dichotomies, (...)
  • 100 Steve Smith, « Singing Our World into Existence: International Relations Theory and September 11 » (...)

63Dans le discours qu’il a prononcé à titre de président de l’International Studies Association (ISA) en 1999, Michael Brecher a, par exemple, proposé une vision apolitique du champ, qu’il a décrit comme « une discipline des sciences sociales qui a atteint la maturité ». Sceptique devant les appels au pluralisme, il soutenait que « les guerres fratricides entre paradigmes et méthodologies » pouvaient faire imploser la théorie des relations internationales. Brecher plaidait en faveur d’un effort de « synthèse » dans toutes les branches de la discipline car ainsi, ajoutait-il, « notre contribution à la société serait plus importante, surtout pour les décideurs dans le domaine de la politique étrangère et de la sécurité nationale99 ». Quelques années plus tard, quand Steve Smith fut élu à la tête de l’ISA, son allocution présidentielle fut très différente. Adoptant une position normative sensible à la diversité des approches théoriques, il affirma que les analyses des universitaires sont toujours liées à des forces sociales et qu’il n’existe pas de point de vue qui surgisse de « nulle part ». Smith ajouta encore que la discipline des relations internationales avait bel et bien été « au service du pouvoir et des intérêts occidentaux100 ». Se succédant à la présidence de la société savante la plus importante de leur champ, Brecher et Smith ont clairement défendu des valeurs divergentes, aisément identifiables sur l’axe gauche-droite.

64L’opposition gauche-droite offre un complément utile à la théorie des relations internationales parce qu’elle permet à la fois d’historiciser les débats de la discipline et de leur donner un sens politique. Cette valeur ajoutée est particulièrement bienvenue pour favoriser le dialogue et la construction de ponts entre les relations internationales, la politique comparée, la philosophie politique et les autres sciences sociales. D’un point de vue plus appliqué, il faut aussi noter que la distinction gauche-droite peut ouvrir un horizon de recherche fécond à l’intérieur même du constructivisme. Cette approche théorique se définit en effet largement par l’importance qu’elle accorde aux idées dans l’étude de la politique mondiale. Or, à ce jour, les constructivistes n’ont accordé qu’une attention limitée aux idéologies que les acteurs internationaux défendent. Par sa portée globale, le cadre d’analyse gauche-droite offre une piste à explorer pour combler cette lacune et amorcer le développement d’une véritable grammaire du discours international.

*

65La métaphore gauche-droite n’explique évidemment pas tout. Les questions identitaires, la guerre contre le terrorisme et le débat mondial sur l’environnement ont leurs fondements culturels et sociologiques propres, qui ne se résument pas à l’opposition entre forces progressistes et conservatrices. Les questions identitaires, par exemple, mettent en jeu des perceptions psychologiques solidement ancrées, reliées au sentiment d’appartenance de chacun. Quant aux débats sur la guerre contre le terrorisme et sur l’environnement, ils sont indissociables de la logique des intérêts étatiques. Ces différents enjeux n’en demeurent pas moins profondément façonnés par l’opposition gauche droite. Sans cette distinction, il serait en fait pratiquement impossible de les comprendre. C’est en ce sens que la métaphore gauche-droite constitue bien la monnaie de référence de l’échange politique.

  • 101 Hall, « The Dilemmas of Contemporary Social Science ».

66Omniprésente, l’opposition gauche-droite définit aussi en bonne partie l’étude de la science politique et des relations internationales. Dans un bilan récent sur l’état des sciences sociales, Peter Hall évoque cette réalité en notant que ses collègues ont vécu « leurs propres guerres culturelles, [déclenchées] par l’ambition impériale de ceux qui espéraient que l’approche des choix rationnels débouche sur une science sociale unifiée101 ». Autant en science politique qu’en relations internationales, les spécialistes sont divisés sur des questions de méthodologie, d’épistémologie et de pertinence, et ces clivages reflètent de façon sophistiquée la pérennité de l’opposition entre conservateurs et progressistes. De toute évidence, ces divisions — ou le large consensus sur l’absence de consensus — sont là pour rester. Les experts auraient donc tout intérêt à mieux comprendre leurs différences et à acquérir ce que Theodore Lowi a appelé « une conscience claire et critique de la conscience politique ».

  • 102 Charles Lindblom, Inquiry and Change: The Troubled Attempt to Understand and Shape Society, New Ha (...)
  • 103 Ibid., p. 260.

67Charles Lindblom, qui a consacré beaucoup d’efforts à comprendre le rôle de la connaissance en démocratie, a une vision positive de l’omniprésence de l’opposition gauche droite dans la vie politique et de sa prévalence dans les sciences sociales. En démocratie, soutient Lindblom, les gens « ne peuvent pas se représenter clairement leurs propres désirs et espoirs s’ils se croient uniques. Ils cherchent donc des indices autour d’eux, dans les situations, les attitudes et les croyances de ceux qu’ils considèrent comme leurs semblables ». Et comme les gouvernements ne sauraient répondre à des millions de points de vue différents, « la recherche de solutions exige que les gens canalisent leurs désirs à travers des regroupements d’affinités102 ». Les « regroupements d’affinités » de gauche et de droite aident précisément les citoyens à penser avec les autres, et forcent les gouvernements à écouter. Plus important encore, à l’ère de la mondialisation du politique, la métaphore gauche-droite permet de relier les gens dans le temps et l’espace, sur un grand nombre d’enjeux. En d’autres termes, cette métaphore universelle rend la politique-monde intelligible. Quant aux spécialistes des sciences sociales, ils devront se résoudre à faire partie de ce débat sans frontières, ce qui, au fond, n’est peut-être pas si inquiétant. Comme l’écrit Lindblom, la situation est bien moins menaçante qu’il n’y paraît, puisque les chercheurs « n’ont jamais navigué sur d’autres eaux, et sont encore à flot. Ils ont toujours pris parti103 ».

Notes

1 Michael D. McDonald, Silvia M. Mendes et Myunghee Kim, « Cross-Temporal and Cross-National Comparisons of Party Left-Right Positions », Electoral Studies, vol. 26, no 1, mars 2007, p. 63.

2 Rogers M. Smith, Stories of Peoplehood: The Politics and Morals of Political Membership, Cambridge University Press, 2003, p. 10-11; Samuel P. Huntington, Le choc des civilisations, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997, p. 20.

3 Daniel Patrick Moynihan, Pandaemonium: Ethnicity in International Politics, Oxford University Press, 1993, p. 6-25; Robert D. Kaplan, « The Coming Anarchy: How Scarcity, Crime, Overpopulation, Tribalism, and Disease Are Rapidly Destroying the Social Fabric of Our Planet », Atlantic Monthly, vol. 273, no 2, fév. 1994, p. 44-76.

4 Todd Gitlin, cité dans Keith Banting et Will Kymlicka, « Introduction. Multiculturalism and the Welfate State: Setting the Context », dans Banting et Kymlicka (dir.), Multiculturalism and the Welfate State: Recognition and Redistribution in Contemporary Democracies, Oxford University Press, 2006, p. 10-14.

5 Smith, Stories of Peoplehood, p. 56-59.

6 Walker Connor, Ethnonationalism: The Quest for Understanding, Princeton University Press, 1994, p. 42-57.

7 Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1992, p. 265-269.

8 Ibid., p. 276-277.

9 Charles H. Fairbanks, Jr., « Revolution Reconsidered », Journal of Democracy, vol. 18, no 1, janv. 2007, p. 47.

10 Jan Erk, « Sub-State Nationalism and the Left-Right Divide: Critical Junctures in the Formation of Nationalist Labour Movements in Belgium », Nations and Nationalism, vol. 11, no 4, oct. 2005, p. 566.

11 Montserrat Guibernau, Nations without States: Political Communities in a Global Age, Cambridge, Polity Press, 1999, p. 95.

12 Smith, Stories of Peoplehood, p. 159.

13 Dominique Schnapper, La communauté des citoyens, Paris, Gallimard, 1994, p. 30-31.

14 Arjun Appadurai, « The Grounds of the Nation-State: Identity, Violence and Territory », dans Kjell Goldmann, Ulf Hannerz et Charles Westin (dir.), Nationalism and Internationalism in the Post-Cold War Era, Londres, Routledge, 2000, p. 129-134. Stanley Hoffman fait la même distinction dans « Nationalism and World Order », dans Goldmann, Hannerz et Westin (dir.), Nationalism and Internationalism, p. 204-206.

15 Banting et Kymlicka (dir.), Multiculturalism and the Welfate State, p. 32-33.

16 Matt James, Misrecognized Materialists: Social Movements in Canadian Constitutional Politics, Vancouver, UBC Press, 2006, p. 79-80.

17 Augie Fleras et Roger Maaka, cité dans Alan C. Cairns, « Citizenship and Indian Peoples: The Ambiguous Legacy of Internal Colonialism », dans Engin F. Isin et Bryan S. Turner (dir.), Handbook of Citizenship Studies, Londres, Sage, 2002, p. 209. Données : Instance permanente des questions autochtones des Nations unies, « About UNPFII/History », New York, UNPFII, 2006.

18 Conseil des droits de l’homme, Rapport à l’Assemblée générale de la première session du Conseil des droits de l’homme, New York, Nations unies, 30 juin 2006. Le gouvernement canadien a voté contre cette déclaration, même s’il avait contribué à l’élaborer et même si les fonctionnaires des Affaires indiennes, des Affaires étrangères et du ministère de la Défense recommandaient son adoption. C’était encore une affaire de droite et de gauche : le nouveau gouvernement conservateur de Stephen Harper ne voulait pas aller aussi loin sur les droits autochtones que son prédécesseur, le gouvernement libéral de Paul Martin. Voir Gloria Galloway, « Back UN on Native Rights, Ottawa Urged. Bureaucracy at Odds with PM’s Position, Documents Show », Globe and Mail, 8 juin 2007, p. A1.

19 Cairns, « Citizenship and Indian Peoples », p. 209-212.

20 Donna Lee Van Cott, « Multiculturalism versus Neoliberalism in Latin America », dans Banting et Kymlicka (dir.), Multiculturalism and the Welfare State, p. 272-294; voir aussi Deborah J. Yashar, Contesting Citizenship in Latin America: The Rise of Indigenous Movements and the Postliberal Challenge, Cambridge University Press, 2005, p. 281-308.

21 Huntington, Le choc des civilisations, p. 338.

22 George W. Bush, « Address to a Joint Session of Congress and the American People », Washington, 20 sept. 2001.

23 George W. Bush, The Department of Homeland Security, Washington, 2002, p. 13.

24 Richard K. Betts, « Striking First: A History of Thankfully Lost Opportunities », New York, Carnegie Council for Ethics in International Affairs, 2 mars 2003 (<www.cceia.org>).

25 Laura Neack, Elusive Security: States First, People Last, Lanham, Rowman & Littlefield, 2007, p. 122.

26 Brian C. Rathbun, Partisan Interventions: European Party Politics and Peace Enforcement in the Balkans, Ithaca, Cornell University Press, 2004, p. 213. Voir aussi Jürgen Schuster et Herbert Maier, « The Rift: Explaining Europe’s Divergent Iraq Policies in the Run-Up of the American-Led War on Iraq », Foreign Policy Analysis, vol. 2, no 3, juil. 2006, p. 223-244.

27 Rathbun, op. cit., p. 216.

28 Doron Zimmermann et Andreas Wenger (dir.), How States Fight Terrorism: Policy Dynamics in the West, Boulder, Lynne Rienner, 2007.

29 Peter Chalk et William Rosenau, Confronting the « Enemy Within », Security Intelligence, the Police, and Counterterrorism in Four Democracies, Santa Monica, RAND Corporation, 2004, p. 25.

30 John E. Mueller, « Terrorism, Overreaction, and Globalization », dans Richard N. Rosecrance et Arthur A. Stein (dir.), No More States: Globalization, National Self-Determination, and Terrorism, Lanham, Rowman & Littlefield, 2006, p. 47-48; « Is There Still a Terrorist Threat? The Myth of the Omnipresent Enemy », Foreign Affairs, vol. 85, no 5, sept.-oct. 2006, p. 2-8.

31 Kofi Annan, « La lutte contre le terrorisme passe par le règlement des conflits, le respect des droits de l’homme et le développement », allocution du Secrétaire général à la conférence Combattre le terrorisme pour l’humanité : Conférence sur les racines du mal, New York, 22 sept. 2003.

32 Mueller, op. cit., p. 67.

33 S. Neil MacFarlane et Yuen Foong Khong, Human Security: A Critical History, Bloomington, Indiana University Press, 2006, p. 254.

34 Neack, Elusive Security, p. 59.

35 United Kingdom House of Lords, Opinions of the Lords of Appeal for Judgment in the Cause « A (FC) and others (FC) (Appellants) v. Secretary of State for the Home Department (…) », Londres, UKHL 56, 16 déc. 2004, p. 53.

36 Tony Blair, « What I’ve Learned », The Economist, 31 mai 2007.

37 Robert C. Paehlke, Environmentalism and the Future of Progressive Politics, New Haven, Yale University Press, 1989, p. 190 et 309.

38 Robert E. Goodin, Green Political Theory, Cambridge, Polity Press, 1992, p. 15; John Barry et Brian Doherty, « The Greens and Social Policy: Movements, Politics and Practice? », Social Policy and Administration, vol. 35, no 5, déc. 2001, p. 587.

39 Programme du parti Vert allemand, cité dans Douglas Torgerson, The Promise of Green Politics: Environmentalism and the Public Sphere, Durham, Duke University Press, 1999, p. 3.

40 Nadivah Greenberg, « Shop Right: American Conservatisms, Consumption, and the Environment », Global Environmental Politics, vol. 6, no 2, mai 2006, p. 85-111.

41 Pamela S. Chasek, David L. Downie et Janet Welsh Brown, Global Environmental Politics, 4e éd., Boulder, Westview, 2006, p. 86; voir aussi Paul G. Harris, « International Environmental Affairs and U. S. Foreign Policy », dans Harris (dir.), The Environment, International Relations, and U. S. Foreign Policy, Washington, Georgetown University Press, 2001, p. 22.

42 Greenberg, op. cit., p. 86.

43 « Scientists, Governments Clash as Report Reveals Dangers of Climate Change », USA Today, 6 avril 2007.

44 Chasek, Downie et Welsh Brown, op. cit., p. 27.

45 Aaron M. McCright et Riley E. Dunlap, « Defeating Kyoto: The Conservative Movement’s Impact on U. S. Climate Change Policy », Social Problems, vol. 50, no 3, août 2003, p. 349.

46 Cité dans Robert W. Cox (avec Michael G. Schechter), The Political Economy of a Plural World: Critical Reflections on Power, Morals and Civilization, Londres, Routledge, 2002, p. 88.

47 Associated Press, « Bush Defends Kyoto Opposition », The Philadelphia Inquirer, 1er juil. 2005.

48 Steven Bernstein, The Compromise of Liberal Environmentalism, New York, Columbia University Press, 2001, p. 121.

49 David G. Victor, The Collapse of the Kyoto Protocol and the Struggle to Slow Global Warming, Princeton University Press, 2001, p. 5.

50 Charli E. Coon, « Why President Bush Is Right to Abandon the Kyoto Protocol », Backgrounder no 1437, Washington, The Heritage Foundation, 11 mai 2001 (<www.heritage.org>).

51 Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Notre avenir à tous, Montréal et Québec, Éditions du fleuve et Les publications du Québec, 1988, p. 417.

52 Nicholas Stern, The Economics of Climate Change: The Stern Review, Cambridge University Press, 2007.

53 Susan George, Un autre monde est possible si…, Paris, Fayard, 2004, p. 62.

54 Chasek, Downie et Welsh Brown, Global Environmental Politics, p. 31.

55 Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Notre avenir à tous, p. 55.

56 Harold K. Jacobson et Edith Brown Weiss, « Assessing the Record and Designing Strategies to Engage Countries », dans Weiss et Jacobson (dir.), Engaging Countries: Strengthening Compliance With International Environmental Accords, Cambridge, MIT Press, 2000, p. 550.

57 Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, PNUE, 1992.

58 Gabriel A. Almond, A Discipline Divided: Schools and Sects in Political Science, Newbury Park, Sage, 1990, p. 14; Ira Katznelson et Helen V. Milner, « American Political Science: The Discipline’s State and the State of the

59 Charles Lindblom, cité dans Katznelson et Milner, « American Political Science », p. 2.

60 James Farr et Raymond Seidelman, « General Introduction », dans Farr et Seidelman (dir.), Discipline and History: Political Science in the United States, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1993, p. 7.

61 Ian Shapiro, Rogers M. Smith et Tarek E. Masoud, « Introduction: Problems and Methods in the Study of Politics », dans Shapiro, Smith et Masoud (dir.), Problems and Methods in the Study of Politics, Cambridge University Press, 2004, p. 1; Katznelson et Milner, « American Political Science », p. 2; Farr et Seidelman, « General Introduction », p. 7; J. Tobin Grant, « What Divides Us? The Image and Organization of Political Science », PS: Political Science and Politics, vol. 38, no 3, juil. 2005, p. 379. Discipline », dans Katznelson et Milner (dir.), Political Science: The State of the Discipline, New York, W. W. Norton, 2002, p. 1.

62 Katznelson et Milner, op. cit., p. 15.

63 Mark Irving Lichbach et Alan S. Zuckerman, « Research Traditions and Theory in Comparative Politics: An Introduction », dans Irving Lichbach et Zuckerman (dir.), Comparative Politics: Rationality, Culture, and Structure, Cambridge University Press, 1997, p. 5.

64 Almond, A Discipline Divided, p. 24.

65 Charles Lindblom, « Another State of Mind », dans Farr et Seidelman (dir.), Discipline and History, p. 328-330.

66 Katznelson et Milner, op. cit., p. 16-17.

67 James S. Duesenberry, cité dans Peter A. Hall, « The Dilemmas of Contemporary Social Science », Boundary 2, vol. 34, no 3, automne 2007, p. 121-124.

68 Amartya Sen, « Rational Fools: A Critique of the Behavioral Foundations of Economic Theory », Philosophy and Public Affairs, vol. 6, no 4, été 1977, p. 335-336.

69 Lars Udehn, The Limits of Public Choice: A Sociological Critique of the Economic Theory of Politics, Londres, Routledge, 1996, p. 6; Paul Hirsch, Stuart Michaels et Ray Friedman, « “Dirty Hands” Versus “Clean Models”: Is Sociology in Danger of Being Seduced by Economics? », Theory and Society, vol. 16, no 3, mai 1987, p. 321.

70 Udehn, op. cit., p. 194-195.

71 Hirsch, Michaels et Friedman, « “Dirty Hands” Versus “Clean Models” », p. 320-321.

72 Robert Aaron Gordon, « Rigor and Relevance in a Changing Institutional Setting », American Economic Review, vol. 66, no 1, mars 1976, p. 1.

73 Kenneth A. Shepsle et Mark S. Bonchek, Analyzing Politics: Rationality, Behavior, and Institutions, New York, W. W. Norton, 1997, p. 7.

74 Donald P. Green et Ian Shapiro, Pathologies of Rational Choice Theory: A Critique of Applications in Political Science, New Haven, Yale University Press, 1994, p. 5-6.

75 Robert H. Bates, « Area Studies and the Discipline: A Useful Controversy? », PS: Political Science and Politics, vol. 30, no 2, juin 1997, p. 169.

76 Chalmers Johnson, « Preconceptions vs. Observations, or the Contributions of Rational Choice Theory and Area Studies to Contemporary Political Science », PS: Political Science and Politics, vol. 30, no 2, juin 1997, p. 170-174.

77 Atul Kohli, « State, Society, and Development », dans Katznelson et Milner (dir.), Political Science: The State of the Discipline, p. 116.

78 Michael C. Dawson et Cathy Cohen, « Problems in the Study of the Politics of Race », dans Katznelson et Milner (dir.), Political Science: The State of the Discipline, p. 488-489; Helene Silverberg, « Gender Studies and Political Science: The History of the “Behavioralist Compromise” », dans Farr et Seidelman (dir.), Discipline and History, p. 372 et 378.

79 Paul Pierson, « The Costs of Marginalization: Qualitative Methods in the Study of American Politics », Comparative Political Studies, vol. 40, no 2, fév. 2007, p. 166.

80 Paul Pierson et Theda Skocpol, « Historical Institutionalism in Contemporary Political Science », dans Katznelson et Milner (dir.), Political Science: The State of the Discipline, p. 696 et 716.

81 Barbara Geddes, cité dans Margaret Levi, « The State of the Study of the State », dans Katznelson et Milner (dir.), Political Science: The State of the Discipline, p. 52.

82 Levi, « The State of the Study of the State », p. 52.

83 Kohli, « State, Society, and Development », p. 116.

84 Almond, A Discipline Divided, p. 13-24.

85 Theodore Lowi, « The State in Political Science: How We Become What We Study », dans Farr et Seidelman (dir.), Discipline and History, p. 390 et 394.

86 Will Kymlicka, Les théories de la justice : une introduction, Paris, La Découverte, 2003, p. 11.

87 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983 [1962], p. 31.

88 Voir par exemple Paul R. Viotti et Mark V. Kauppi, International Relations Theory: Realism, Pluralism, Globalism, 2e éd., New York, Macmillan, 1993, p. 10; Stephen M. Walt, « International Relations: One World, Many Theories », Foreign Policy, no 110, 1998, p. 30; Karen A. Mingst, Essentials of International Relations, 2e éd., New York, W. W. Norton, 2003, p. 79; Charles W. Kegley et Eugene R. Wittkopf, World Politics: Trends and Transformation, 10e éd., Belmont, Thomson-Wadsworth, 2006, p. 47-48.

89 Voir Stephanie Neuman, « International Relations Theory and the Third World: An Oxymoron? », dans Neuman (dir.), International Relations Theory and the Third World, New York, St. Martin’s Press, 1998, p. 1-29 et Arlene Tickner, « Seeing IR Differently: Notes from the Third World », Millennium: Journal of International Studies, vol. 32, no 2, 2003, p. 295-324.

90 Alexander Wendt, Social Theory of International Politics, Cambridge University Press, 1999, p. 22-33.

91 Kenneth N. Waltz, Theory of International Politics, New York, McGraw-Hill, 1979, p. 132 et 142.

92 Robert Keohane, After Hegemony: Cooperation and Discord in the World Political Economy, 2e éd., Princeton University Press, 2005, p. 256.

93 Robert W. Cox (avec Michael G. Schechter), The Political Economy of a Plural World: Critical Reflections on Power, Morals and Civilization, Londres, Routledge, 2002, p. 185.

94 Wendt, Social Theory of International Politics, p. 305-311.

95 James Fearon et Alexander Wendt, « Rationalism v. Constructivism: A Skeptical View », dans Walter Carlsnaes, Thomas Risse et Beth A. Simmons (dir.), Handbook of International Relations, Londres, Sage, 2002, p. 52.

96 Wendt, Social Theory of International Politics, p. 378.

97 Norberto Bobbio, Droite et gauche : essai sur une distinction politique, Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 100.

98 Brian C. Schmidt, « On the History and Historiography of International Relations », dans Carlsnaes, Risse et Simmons (dir.), Handbook of International Relations, p. 14.

99 Michael Brecher, « International Studies in the Twentieth Century and Beyond: Flawed Dichotomies, Synthesis, Cumulation », International Studies Quarterly, vol. 43, no 2, 1999, p. 214 et 252.

100 Steve Smith, « Singing Our World into Existence: International Relations Theory and September 11 », International Studies Quarterly, vol. 48, no 3, 2004, p. 500 et 513.

101 Hall, « The Dilemmas of Contemporary Social Science ».

102 Charles Lindblom, Inquiry and Change: The Troubled Attempt to Understand and Shape Society, New Haven, Yale University Press, 1990, p. 235.

103 Ibid., p. 260.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search