Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 7. Le rapprochement du XXIe siècle

Texte intégral

  • 1 David Butler et Dennis Kavanagh, The British General Election of 1997, Basingstoke, Macmillan, 199 (...)
  • 2 Tony Blair, « Britain Will Do Better with New Labour », introduction à New Labour. Because Britain (...)

1Le 1er mai 1997, le Parti travailliste de Tony Blair remportait les élections britanniques avec 43,2 % des suffrages, contre 30,7 % pour les conservateurs et 16,8 % pour les libéraux démocrates. Partis de loin, les travaillistes obtinrent à la Chambre des communes le plus grand nombre de sièges de leur histoire. Ils gagnaient du terrain dans toutes les régions et auprès de la plupart des catégories d’électeurs, attirant en particulier les jeunes et les plus démunis1. Après dix-huit ans dans l’opposition, la gauche britannique pouvait finalement former un gouvernement majoritaire, et celui-ci serait fort et légitime. Il s’agissait, cependant, d’une nouvelle gauche. Un gouvernement du « New Labour », avait promis Blair, suivrait une nouvelle voie, qui se démarquerait autant des solutions de la « vieille gauche » que de celles de la droite conservatrice, et qui ne serait guidée que par « ce qui marche2 ».

  • 3 Bill Clinton (1991), cité dans Jon F. Hale, « The Making of the New Democrats », Political Science (...)
  • 4 Philip Manow, Armin Schäfer et Hendrik Zorn, « European Social Policy and Europe’s Party-Political (...)
  • 5 Russell J. Dalton, « Germany’s Vote for a « New Middle » », Current History, vol. 98, no 627, avri (...)

2Tony Blair n’était pas seul. Quelques années plus tôt, en 1992, le démocrate Bill Clinton avait été élu président des États-Unis en s’engageant à « réinventer le gouvernement » et à rétablir un sens des responsabilités et de la communauté chez les citoyens. « Le changement que je recherche, et que nous devons tous rechercher, expliquait Clinton en octobre 1991, n’est pas un changement libéral ou conservateur. Il diffère de l’un comme de l’autre et tient des deux à la fois3 ». En octobre 1993, les Canadiens remplaçaient les Conservateurs, au pouvoir depuis 1984, par les Libéraux, un parti centriste dirigé par Jean Chrétien. En Europe continentale, les sociaux-démocrates accédaient aussi au pouvoir les uns après les autres. En juin 1997, au Sommet européen d’Amsterdam, 10 des 15 États membres de l’Union européenne étaient représentés par un premier ministre social-démocrate ou socialiste (l’Autriche, le Danemark, la Finlande, la France, la Grèce, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suède4). L’un des rares pays qui se trouvaient alors toujours aux mains des conservateurs, l’Allemagne, était aussi sur le point de passer à gauche, avec l’élection de Gerhard Schröder en octobre 1998. À l’instar de Clinton et de Blair, Schröder conquit les électeurs en leur proposant un programme progressiste révisé, appelé Die Neue Mitte, « le nouveau centre5 ».

  • 6 Fred I. Greenstein, « The Prudent Professionalism of George Herbert Walker Bush », Journal of Inte (...)
  • 7 Philip Norton, « The Conservative Party: « In Office But Not in Power » », dans Anthony King et al(...)
  • 8 « Conversación que sostuvo el Presidente Fox con el periodista José Gutiérrez Vivó », Mexico, 4 ju (...)
  • 9 Carles Boix, Political Parties, Growth and Equality: Conservative and Social Democratic Economic S (...)

3La gauche était de retour, avec un nouveau message et la promesse d’une orientation différente, une « troisième voie » entre la gauche traditionnelle et la droite néolibérale. Entretemps, la droite s’était elle aussi adaptée. En 1988, après les deux mandats de Ronald Reagan, le candidat à la présidence, George H. W. Bush, avait promis une Amérique « plus douce, plus humaine6 ». John Major, qui avait succédé à Margaret Thatcher en 1990, offrait une continuité politique, mais avec plus de pragmatisme et plus de souplesse7. Son conservatisme modéré a souvent été décrit comme une forme de thatchérisme terne. Au Mexique, le président de centre-droit Vicente Fox, porté au pouvoir à la suite d’une élection historique en 2000, affirmait qu’il n’était pas un néolibéral, mais qu’il entendait simplement relever le revenu et le niveau de vie des familles de son pays8. Alors même que les sociaux-démocrates se résignaient à maintenir des taux d’imposition compétitifs et des budgets équilibrés, les conservateurs prenaient acte de l’indéfectible popularité de l’État-providence et des inquiétudes grandissantes des électeurs face aux inégalités et à la pauvreté9.

  • 10 Charles Gore, « The Rise and Fall of the Washington Consensus as a Paradigm for Developing Countri (...)
  • 11 Barry Eichengreen, « The Global Gamble on Financial Liberalization: Reflections on Capital Mobilit (...)

4La fin des années 1990 fut aussi marquée par un ralentissement important de l’économie mondiale. La crise financière et économique qui frappa l’Asie de l’Est en juillet 1997 était, en effet, la plus sévère crise mondiale depuis la Grande dépression. En se propageant rapidement à toute l’Asie, puis à la Russie et à l’Amérique latine, elle ébranla la confiance dont bénéficiaient les institutions économiques multilatérales et fit planer des doutes sérieux sur les politiques néolibérales associées au « consensus de Washington ». Conçues pour favoriser la croissance économique et la stabilité, ces politiques tiraient une bonne part de leur légitimité de la réussite des « modèles » asiatiques10. Au cours des nombreux débats que la crise de 1997-1998 engendra, de nouvelles voix, plus favorables à l’intervention de l’État et à la redistribution des richesses, commencèrent à se faire entendre11.

  • 12 En 2003, l’OCDE souligne l’émergence d’un nouveau « consensus mondial contre la pauvreté ». Voir I (...)

5Dans la politique mondiale, la distance entre la gauche et la droite semblait également diminuer. Au sein des grands forums internationaux, les politiciens et les diplomates se mirent à parler d’un nouveau consensus sur le développement et de la nécessité de combattre la pauvreté12. Mark Malloch Brown, directeur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a bien résumé toute cette dynamique :

  • 13 Mark M. Brown, « Meeting the Millennium Challenge: A Strategy for Helping Achieve the United Natio (...)

Je crois que nous nous trouvons à un moment charnière dans l’histoire du développement mondial — l’équivalent international des débats contemporains sur la réforme des programmes sociaux qui se déroulent sous une forme ou une autre dans divers pays, allant des États-Unis à la France ou à l’Allemagne. La droite a compris que la situation est trop alarmante pour qu’on puisse se cacher derrière les échecs du passé, et la gauche — qui a reconnu ses propres échecs — n’hésite plus à parler en termes d’efficacité et de résultats13.

6Ce chapitre analyse le récent rapprochement entre la gauche et la droite. Il explique d’abord comment, dans les années 1990, les forces progressistes du monde entier se sont mises à accepter certains éléments du programme néolibéral. Les deux sections suivantes examinent les conséquences tangibles de cette évolution, en se penchant notamment sur la politique de la « troisième voie » et sur ce que l’on a appelé le « nouveau consensus » sur le développement. Comme la fin du chapitre le démontre, cependant, la convergence des années récentes n’a pas fait disparaître le clivage gauche-droite. La question de l’égalité continue en effet de tracer une ligne de partage décisive, sur le plan international comme national.

Une gauche renouvelée

7Dans les années 1990, la gauche était confrontée à deux défis importants, qui la tiraient dans des directions opposées. D’une part, un ensemble de nouveaux mouvements sociaux remettait en question les partis et les organisations établis, avec des revendications qui cadraient mal avec les approches socialistes ou social-démocrates habituelles. D’autre part, les succès politiques de la droite forçaient les progressistes à revoir leurs orientations, à accepter plus ouvertement l’économie de marché et à concevoir des politiques mieux adaptées aux exigences de la concurrence mondiale.

  • 14 Donald Sassoon, One Hundred Years of Socialism: The West European Left in the Twentieth Century, N (...)
  • 15 Hanspeter Kriesi, « Movements of the Left, Movements of the Right: Putting the Mobilization of Two (...)

8Prenons, d’abord, l’essor des nouveaux mouvements sociaux. Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et les années 1980, la croissance économique, de hauts niveaux d’emploi et la montée de l’État-providence ont profondément transformé les démocraties avancées. Le nombre des travailleurs industriels chuta fortement par rapport à celui des employés du secteur des services, qui devinrent la plus grande catégorie sociale dans des économies devenues postindustrielles14. Beaucoup de ces employés étaient peu qualifiés, mal payés et mal protégés, et se retrouvèrent parmi les perdants de la modernisation. Nombre d’autres, en revanche, aboutirent du côté des gagnants, occupant des emplois qualifiés et des postes de professionnels ou de cadres, dans le public comme dans le privé. Les conflits politiques opposèrent de plus en plus souvent les membres de cette nouvelle classe moyenne, plus éduquée et porteuse de valeurs post matérialistes, aux élites et aux groupes traditionnels qui, eux, restaient attachés aux valeurs établies. Les demandes sociales s’éloignèrent des enjeux liés à la production et à la distribution de la richesse pour se concentrer sur des questions de consommation, de style de vie et de risques sociaux. Elles furent souvent portées par des mouvements parlant au nom des femmes, des jeunes ou des différentes minorités ethniques, culturelles ou sexuelles. De nouvelles causes s’imposèrent pour protéger l’environnement, bannir l’énergie nucléaire, soutenir la paix ou maintenir les collectivités locales. Ces conflits en émergence s’exprimèrent par des modes d’action inédits privilégiant la participation, le réseautage local et transnational et l’action directe. Il ne s’agissait plus simplement d’influencer les décisions politiques, mais bien de transformer le processus démocratique lui-même15.

  • 16 Geoff Eley, Forging Democracy: The History of the Left in Europe, 1850-2000, Oxford University Pre (...)
  • 17 Kriesi, op. cit., p. 420. Herbert Kitschelt, The Transformation of European Social Democracy, Camb (...)

9Dans les années 1980, ces mouvements sociaux comblèrent le vide créé par le recul des partis de gauche. Leurs différentes initiatives locales, nationales et internationales entraînèrent la gauche traditionnelle en terrain inconnu. Aux prises avec un environnement politique en pleine effervescence — comme l’illustre bien l’essor des partis verts — les sociaux-démocrates ont tenté de s’adapter, parfois en se distanciant de ce que certains appelaient la « gauche farfelue », mais souvent en renouvelant leur propre programme16. La droite, quant à elle, dut composer avec l’apparition dans ses rangs de nouveaux partis radicaux qui offraient un discours populiste et parfois raciste, courtisant les perdants de l’ère postindustrielle. Étant le plus souvent au pouvoir, elle s’en est en général tirée — au moins pour un temps — avec des gestes symboliques et des législations à la pièce qui se voulaient dures contre les criminels, les bénéficiaires de l’aide sociale ou les immigrants illégaux17.

  • 18 Eley, op. cit., p. 482; Andrew Glyn, « Aspirations, Constraints, and Outcomes », dans Andrew Glyn (...)
  • 19 Paul Pierson, « Coping with Permanent Austerity: Welfare State Restructuring in Affluent Democraci (...)
  • 20 Richard Sandbrook et al., Social Democracy in the Global Periphery: Origins, Challenges, Prospects(...)

10Les sociaux-démocrates, interpellés à gauche comme à droite, durent repenser leur message politique en tenant compte du pouvoir d’attraction bien réel du néolibéralisme. Leur attitude fut d’abord surtout défensive. Au pouvoir ou dans l’opposition, les partis de gauche se crurent tenus de s’ajuster aux exigences d’un monde néolibéral. Ils donnèrent ainsi la priorité au contrôle de l’inflation, tolérèrent des taux de chômage élevés et se contentèrent de préserver les acquis de l’État-providence, sans l’étendre. Des différences entre la gauche et la droite continuaient certes d’exister — à propos du marché du travail, de la famille ou de l’éducation, par exemple —, mais les progressistes, qui avaient toujours cru aller dans le sens de l’histoire, se trouvaient désormais sans vision claire de l’avenir du socialisme ou de la social-démocratie18. Gouverner une démocratie avancée en vint à apparaître comme la gestion terne et aussi équitable que possible d’une « austérité permanente19 ». Au Sud, de fortes pressions néolibérales et des difficultés intérieures sérieuses poussèrent également les gouvernements de gauche à se tourner vers des politiques prudentes et conformes à l’air du temps20.

  • 21 Erich Inciyan, « Libéralisme et capitalisme n’effarouchent plus le gouvernement communiste du Beng (...)

11Les choses ont commencé à changer vers la fin des années 1990, quand la plupart des partis de gauche ont entrepris de formuler leur propre synthèse de la social-démocratie et du néolibéralisme, sous l’étiquette de la « troisième voie ». Une illustration éloquente de cette évolution vint de l’État indien du Bengale Occidental, quand le gouvernement communiste démocratiquement élu, avec à sa tête le marxiste Buddhadeb Bhattacharya, reconnut les avantages de l’investissement étranger. Après la réélection de son parti pour un septième mandat consécutif, en 2006, Bhattacharya résuma sa nouvelle orientation en termes non équivoques : « Il faut soit accepter les réformes, soit disparaître21. »

12La politique mondiale changea elle aussi de cap avec l’apparition de nouveaux acteurs et de nouvelles politiques. Entre les années 1970 et 2000, la prolifération des groupes sociaux transnationaux fut particulièrement spectaculaire.

  • 22 Jackie Smith, « Globalization and Transnational Social Movement Organizations », dans Gerald F. Da (...)
  • 23 Jubilee 2000, The World Will Never Be the Same Again, Londres, Jubilee 2000, déc. 2000, p. 17 (<www.jubileeresearch.org>); </www> (...)
  • 24 Union des Associations Internationales, Yearbook of International Organizations: Guide to Global a (...)

13En 1973, on comptait moins de 200 organisations liées à un mouvement social transnational, c’est-à-dire des organisations réunissant des militants de divers pays afin de lutter pour les droits humains, l’environnement, la paix, les droits des femmes, le développement ou la justice internationale. En 2000, on en dénombrait près d’un millier. Greenpeace et Amnistie internationale, par exemple, étaient devenues de puissantes organisations sociales transnationales, à l’avantgarde de ce mouvement progressiste mondial22. La coalition internationale Jubilee 2000, qui s’est battue pour l’annulation de la dette du tiers-monde, est parvenue à réunir plus de 24 millions de signatures provenant de 166 pays, et à déposer la plus grosse pétition de l’histoire23. Les organisations non gouvernementales internationales (ONG) entendues au sens large — c’est-à-dire en comptant aussi toute une série d’organismes privés bénévoles — connurent également une forte progression, pour atteindre le nombre de 25 000 en 200424. Quelques-unes de ces ONG étaient apolitiques et quelques autres de droite, mais, au total, ce sont les organisations de gauche qui étaient les plus nombreuses et les plus actives.

  • 25 Sidney Tarrow, The New Transnational Activism, Cambridge University Press, 2005, p. 72-73.

14Les ONG et les organisations sociales transnationales ont activement participé au réveil et à la mobilisation de la société civile des années 1990 et 2000. Comme ce fut souvent le cas à l’échelle nationale, cette mobilisation a d’abord exprimé un rejet pur et simple de la mondialisation et du néolibéralisme triomphant. Les cibles principales étaient alors l’OMC, le FMI, la Banque mondiale et le G-8, et les participants à un nombre croissant de manifestations provenaient notamment du milieu syndical, des associations étudiantes, des groupes environnementaux et des coalitions de défense des droits humains25. Peu à peu, cependant, le mouvement prit une orientation plus constructive et reprit l’idée de mondialisation à son compte, pour en proposer une version plus compatible avec la justice sociale. À cet égard, l’évolution rapide des sommets parallèles mondiaux montre bien comment l’anti-mondialisation céda progressivement le pas à l’altermondialisme.

  • 26 Ibid., p. 130-131.

15Conçus dans les années 1980 comme des événements relativement modestes destinés à dénoncer le huis clos des rencontres officielles de l’élite internationale, ces forums de gauche se muèrent bientôt en de véritables « contre-sommets », accompagnés d’importantes manifestations militantes. La mobilisation anti-mondialisation connut son apogée lors de la conférence de l’OMC à Seattle en 1999. À peu près au même moment, dans le sillage des protestations entourant le Forum économique de Davos de 1999, l’idée d’un Forum social mondial vit le jour. Ce « mouvement de mouvements » se réunit pour la première fois en tant que véritable sommet alternatif en janvier 2001, à Porto Allegre. Dès lors, le Forum social mondial permit de remplacer le simple discours antimondialisation par un engagement à définir et à promouvoir la justice mondiale dans une perspective progressiste26.

16Dorénavant, l’idée était d’améliorer le capitalisme plutôt que de le rejeter. Ce point de vue modéré, qui finit par s’imposer, avait notamment été défendu par les organisations de la société civile qui avaient participé aux conférences de l’ONU dans les années 1990. Ces organisations avaient toujours préconisé une stratégie politique axée sur la négociation plutôt que sur la confrontation. Leur approche insistait notamment sur l’urgence de mettre la lutte contre la pauvreté au centre des politiques de développement international. En plus de favoriser la croissance et la justice, soutenaient ces organisations, diminuer la pauvreté contribuerait à atténuer une série d’autres problèmes, comme les conflits interethniques, la violence terroriste, la destruction de l’environnement, la criminalité, les haines raciales et les épidémies.

  • 27 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)
  • 28 ONU, Rapport sur la situation sociale dans le monde 2005 : La crise de l’inégalité, New York, Nati (...)
  • 29 Ha-Joon Chang, Kicking Away the Ladder: Development Strategy in Historical Perspective, Londres, A (...)
  • 30 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana (...)

17La gauche mondiale faisait son entrée dans le XXIe siècle plus unie et plus mobilisée qu’elle ne l’avait été depuis deux décennies. Les vieilles références au socialisme et à l’autonomie collective ayant plus ou moins disparu, les progressistes se battaient désormais pour un système économique mondial « équitable »27. Le principe d’équité supposait en l’occurrence de combler le fossé grandissant entre les riches et les pauvres et de s’attaquer à la « crise des inégalités » qui faisait obstacle à la justice sociale et à une meilleure qualité de vie pour tous28. La gauche contestait tout particulièrement la logique du « deux poids, deux mesures » des pays développés. En imposant au Sud des règles et des normes économiques et commerciales qu’eux-mêmes n’avaient jamais eu à respecter au cours de leur propre industrialisation, les pays du Nord semblaient en effet bloquer systématiquement le développement des pays du tiers-monde29. Plus sensible aux valeurs libérales que par le passé, la gauche inscrivit également ses préoccupations sociales dans le cadre d’un meilleur respect des droits humains30. Les mouvements sociaux firent ainsi de la défense des droits humains la responsabilité première des gouvernements, et définirent le développement comme un processus dont le but ultime était de rendre effectifs les droits politiques, économiques, sociaux et culturels de tous les citoyens.

  • 31 John G. Ruggie, « Taking Embedded Liberalism Global: The Corporate Connection », dans David Held e (...)

18Enfin, la gauche devint plus attentive à la démocratisation de la gouvernance mondiale. Alors que les réseaux de la production et de la finance s’étaient internationalisés, en effet, les institutions sociales n’avaient pas suivi31. Les marchés étaient devenus mondiaux, mais le pouvoir politique continuait de s’exercer dans le cadre de la souveraineté nationale. Les mouvements progressistes revendiquèrent donc un nouveau contrat social mondial afin de mieux ancrer le fonctionnement des marchés dans des valeurs universelles. Ce faisant, la gauche poursuivait sa longue lutte pour réformer les institutions multilatérales et donner aux gouvernements du Sud un rôle plus important dans la gestion de l’économie mondiale. Mais d’une façon un peu plus innovatrice, et conformément au nouvel intérêt de la gauche pour la démocratie, les organisations de la société civile insistèrent aussi pour dire que la gouvernance du développement et la lutte contre la pauvreté ne pouvaient incomber aux seuls États : les citoyens devaient être au cœur de ce processus. Persuadées que la vraie démocratie allait bien au-delà des urnes, les ONG s’employèrent à convaincre gouvernements et organismes internationaux d’être plus à l’écoute des groupes sociaux. La démocratie mondiale demeurait un objectif lointain, mais ces pressions permirent à un plus grand nombre de citoyens du Nord et du Sud de participer au débat sur le développement.

  • 32 Anthony Giddens, Beyond Left and Right: The Future of Radical Politics, Stanford University Press, (...)

19En somme, les forces progressistes ont peut-être été lentes à réagir à la montée du néolibéralisme au début des années 1980, mais après la guerre froide, la collaboration qui s’est forgée entre des mouvements sociaux transnationaux, des ONG, des organisations internationales et certains gouvernements changea graduellement la politique-monde. La gauche développa un nouveau discours qui était en phase avec les préoccupations des sociaux-démocrates sur le plan national et trouvait un large écho, des couloirs des grandes institutions internationales jusqu’aux bidonvilles du tiers-monde. Ralliée à l’idée d’une économie mondiale plus juste, cette gauche renouvelée mit l’accent sur la lutte contre la pauvreté, l’égalité des sexes, l’annulation de la dette, la promotion d’un commerce équitable et durable, l’augmentation de l’aide au développement et la participation de la société civile. Sur le plan intérieur, alors même que les partis de gauche reprenaient certains éléments du credo néolibéral, les mouvements sociaux adoptèrent aussi de nouvelles revendications et de nouvelles identités, luttant notamment pour ce qu’Anthony Giddens a appelé « la démocratisation de la démocratie32 ».

La troisième voie

  • 33 Tony Blair et Gerhard Schröder, « Europe: The Third Way/Die Neue Mitte », dans Bodo Hombach, The P (...)

20En avril 1999, Bill Clinton invita à Washington Tony Blair, Gerhard Schröder ainsi que les premiers ministres sociaux-démocrates des Pays-Bas et d’Italie, Wim Kok et Massimo D’Alema. Les cinq dirigeants décidèrent alors de lancer une nouvelle alliance internationale de centre-gauche, le Progressive Governance Movement, qui tiendrait des rencontres annuelles dont la première allait avoir lieu à Berlin en juin 2000. Revenue au pouvoir, la gauche social-démocrate pouvait définir ses propres projets et les mettre en œuvre. Quelques mois après la réunion de Washington, Blair et Schröder lancèrent un manifeste présentant leurs idées de centre-gauche pour l’avenir de l’Europe33.

21La troisième voie britannique comme le nouveau centre allemand désignaient une nouvelle approche de la social-démocratie, qui se voulait à la fois fidèle aux valeurs traditionnelles de la gauche et capable de relever les défis du « monde d’aujourd’hui ». Depuis quelques décennies, écrivaient Blair et Schröder, la gauche s’était trop souciée « de l’égalité de résultats » et pas assez de l’importance de « récompenser l’effort et la responsabilité » ; elle avait trop souvent opté pour des solutions bureaucratiques et coûteuses, en oubliant que « la conscience sociale ne se mesure pas à la hauteur des dépenses publiques » ; elle avait davantage valorisé les droits que les responsabilités, et sous-estimé « l’importance des individus et de l’entreprise privée pour la création de la richesse ». Selon eux, le monde avait changé, et la gauche ne pouvait plus s’enfermer dans un carcan idéologique hérité du passé.

22La modernisation, la mondialisation et le changement technologique avaient augmenté la fluidité des marchés des biens, du travail et du capital, et exigeaient des règles institutionnelles plus souples. En même temps, l’évolution de la division sexuelle des rôles sociaux et des structures familiales et l’allongement de l’espérance de vie appelaient à une révision des programmes sociaux, au moment même où le niveau des dépenses publiques semblait atteindre « les limites de l’acceptable ». Il devenait par ailleurs urgent de s’attaquer aux problèmes nouveaux liés à l’environnement, à la criminalité et à la pauvreté. Pour ce faire, les sociaux-démocrates devaient miser sur « un nouvel esprit d’entreprise à tous les niveaux de la société ». Ils devaient notamment favoriser le développement d’une main d’œuvre qualifiée et bien payée par la mise en place d’un système de sécurité sociale qui encouragerait « l’initiative ». Les progressistes devaient également mieux accepter l’entreprise privée et les partenariats de toutes sortes, et viser un État plus mince, conçu « non pas pour ramer mais pour tenir la barre ». En termes de politiques publiques, ces orientations se traduisirent par un nouveau programme de gauche fondé sur l’offre, et sur un certain nombre de priorités : l’établissement d’un marché favorable à la concurrence ; la rationalisation et la diminution des impôts des particuliers et des entreprises ; des politiques du travail et de sécurité sociale flexibles favorisant une transition rapide de l’école, du chômage ou de l’assistance sociale vers l’emploi ; des investissements significatifs en éducation et en formation professionnelle ; et le maintien de finances publiques saines. Ces choix pouvaient apparaître à certains assez proches de ceux des conservateurs, mais pour Blair et Schröder, ils ne l’étaient pas : « Les sociaux-démocrates modernes, expliquaient-ils, ne sont pas des néolibéraux ou des adeptes du laisser-faire » parce qu’ils croient en un « État actif » dont l’ultime priorité est « d’investir dans le capital humain et social ».

  • 34 Anthony Giddens, The Third Way: The Renewal of Social Democracy, Cambridge, Polity Press, 1998, p. (...)

23Anthony Giddens, proche conseiller de Tony Blair et certainement le plus renommé des apôtres de la troisième voie, considérait lui aussi que cette nouvelle approche se démarquait tant de la social-démocratie « classique » que du néolibéralisme. La social-démocratie classique, écrivait-il, favorisait un État fort, une économie mixte, une gestion keynésienne de la demande, le plein emploi, des programmes sociaux inclusifs, l’égalitarisme et, dans le contexte d’un monde bipolaire, l’internationalisme. À l’opposé, le néolibéralisme prônait un État minimal, des marchés sans contraintes, le monétarisme, la stabilité des prix, un filet de sécurité sociale de dernier recours, des objectifs moins égalitaristes, et une politique nationaliste et réaliste. Rompant avec ces oppositions, la politique de la troisième voie proposait plutôt un État plus démocratique fondé sur une société civile active, une nouvelle économie mixte faite de partenariats entre l’État, les organismes sociaux et le privé, une conception de l’égalité fondée sur l’inclusion sociale, un État-providence compris comme un outil d’investissement social, et une vision plus cosmopolite du monde34. Au-delà des précisions fournies par Giddens, les politiques macroéconomiques prônées par la troisième voie demeuraient, en revanche, plutôt vagues. La perspective restait générale et référait simplement à un État moins interventionniste, qui considérerait ses dépenses comme des investissements sociaux et viserait à intégrer tous les citoyens à l’économie de marché.

  • 35 Oskar Lafontaine (1999), cité dans Giddens, The Third Way and Its Critics, p. 14; Mark Leonard, «  (...)
  • 36 Mark Wickham-Jones, « From Reformism to Resignation and Remedialism? Labour’s Trajectory through B (...)

24À gauche, on ne s’en étonnera pas, les promoteurs de la troisième voie passaient souvent pour des néolibéraux plus souples. Oskar Lafontaine, par exemple, ancien rival de Schröder au sein du Parti social-démocrate allemand et ministre des Finances jusqu’à son départ en 1999, ne ménagea pas ses critiques à leur endroit. Dans un livre publié après sa démission — Le cœur bat à gauche — il affirma que « la troisième voie était une impasse35 ». Dans la même veine, le politologue anglais Mark Wickham-Jones avança que la troisième voie de Blair se résumait à l’« abandon de la socialdémocratie » au profit d’une politique de résignation n’offrant que des palliatifs à la faillite du néolibéralisme36.

  • 37 Giuliano Bonoli et Martin Powell, « One Third Way or Several? », dans Jane Lewis et Rebecca Surend (...)
  • 38 Ibid., p. 54; David S. Bell, « French Socialists: Refusing the ‘ Third Way’« , dans Hargrove (dir. (...)
  • 39 Bonoli et Powell, op. cit., p. 56-61.
  • 40 Glyn, « Aspirations, Constraints, and Outcomes », p. 20.

25La plupart des politiciens sociaux-démocrates d’Europe évitèrent l’étiquette de la troisième voie et prirent leurs distances par rapport à Blair et Schröder37. Certains se montrèrent ouvertement sceptiques, comme le Premier ministre français Lionel Jospin qui s’efforçait de maintenir une coalition gouvernementale hétéroclite, la « gauche plurielle ». Prétendant être à la tête du gouvernement le plus à gauche en Occident, Jospin ne s’est jamais gêné pour dénoncer Blair, qu’il considérait comme un néolibéral38. Dans les faits, pourtant, les gouvernements sociaux-démocrates de l’époque ont suivi des orientations assez semblables, très proches de celles de la troisième voie. Ils ont modifié les lois et adopté différentes mesures d’incitation afin de stimuler la croissance de l’emploi sans recourir à des mesures fiscales expansionnistes, ils ont tenté de limiter la croissance des dépenses publiques, et ils ont investi pour développer l’éducation, la formation professionnelle et l’employabilité dans une perspective d’investissement social39. Ont-ils tous cédé à ce qu’Andrew Glyn a appelé « la pression implacable » du néolibéralisme40 ? Ou la troisième voie était-elle une véritable alternative de centre-gauche aux politiques conservatrices des années 1980 et 1990 ?

  • 41 Christoffer Green-Pedersen, Kees van Kersbergen et Anton Hemerijck, « Neo-liberalism, the “Third W (...)

26Il est possible de répondre à ces questions en examinant la conception de l’égalité défendue par les partisans de la troisième voie. On l’a dit, cet enjeu est au cœur de la division gauche-droite. Or, si la troisième voie a rompu avec les traditions de la gauche, ce n’est certainement pas en acceptant les mécanismes du marché ou en cherchant à limiter les dépenses sociales : les sociaux-démocrates acceptent le marché depuis plusieurs décennies — généralement, il est vrai, avec moins d’enthousiasme qu’un Tony Blair — et ils ont depuis longtemps compris que le combat pour la justice sociale n’est pas d’abord un conflit à propos du niveau des dépenses publiques41. La gauche, cependant, a toujours lutté en faveur de l’égalité sociale, alors que la droite considérait que les inégalités étaient inévitables et, à vrai dire, indispensables au bon fonctionnement de la société.

  • 42 Anthony Giddens (dir.), The Global Third Way Debate, Cambridge, Polity Press, 2001, p. 8.
  • 43 Giddens, « La troisième voie, le renouveau de la social-démocratie », dans Giddens et Blair, La tr (...)
  • 44 Stuart White, « Welfare Philosophy and the Third Way », dans Lewis et Surender (dir.), Welfare Sta (...)

27Qu’en est-il des tenants de la troisième voie ? Leur conception de l’égalité est-elle demeurée de gauche ? D’après Giddens, la réponse est clairement oui. « La recherche de l’égalité, expliquait-il, doit être au cœur de la politique de la troisième voie [et] la formule qui consiste à “prendre aux riches pour donner aux pauvres” doit demeurer la pierre angulaire d’une politique de centre-gauche42. » Dans d’autres écrits, Giddens se réfère explicitement à Norberto Bobbio pour soutenir que la question de l’égalité était déterminante pour la gauche, et donc pour la troisième voie. Il a également insisté sur l’importance de dépasser la simple égalité des chances, une telle conception « méritocratique » étant insuffisante comme objectif et intenable à long terme, puisque les héritages rendent nécessairement les chances inégales43. Mais certaines ambiguïtés n’ont jamais été dissipées. Blair, en particulier, parlait plus volontiers d’égalité des chances que d’égalité réelle et Giddens lui-même s’est parfois montré hésitant sur le sujet44.

  • 45 Green-Pedersen et al., op. cit., p. 322; White, « Welfare Philosophy and the Third Way », p. 43.

28Ces hésitations découlaient en partie de l’évolution contemporaine des conceptions de l’égalité, axées de moins en moins sur « l’égalité de revenu, ici et maintenant », qui ne semblait ni possible ni souhaitable, et de plus en plus sur une distribution équitable des chances tout au long de la vie. La prudence des politiciens de la troisième voie sur ces questions tenait également à leur perception des contraintes économiques et politiques auxquelles ils faisaient face et qui leur semblaient peu propices à des orientations fortement égalitaires45. Mais il faut aussi voir que le discours de la troisième voie sur la redistribution a évolué au fil du temps, d’une position de départ assez proche du néolibéralisme dans les années 1990 à une volonté nettement plus égalitaire dans les années 2000.

  • 46 David Sanders, « The New Electoral Battleground », dans King et al. (dir.), New Labour Triumphs, p (...)
  • 47 Wickham-Jones, « From Reformism to Resignation and Remedialism? », p. 37-38; Kitty Stewart, « Equa (...)
  • 48 Bruno Palier, Gouverner la sécurité sociale : les réformes du système français de protection socia (...)

29Dans les années 1990, la droite dominait encore le paysage politique et la gauche devait d’abord rétablir sa crédibilité. Le Parti travailliste britannique, notamment, avait à faire la preuve qu’il était capable de gouverner un pays façonné par presque vingt ans de thatchérisme46. Les nouveaux dirigeants travaillistes mirent donc en veilleuse quelques-unes des préoccupations traditionnelles de la gauche, dont sa préférence pour l’égalité. Une fois au pouvoir, cependant, le gouvernement Blair adopta d’importantes mesures de redistribution destinées à réduire la pauvreté chez les enfants et les personnes âgées et à améliorer les salaires des travailleurs à faibles revenus. Cette redistribution discrète ne diminua pas beaucoup les inégalités, mais empêcha que celles-ci ne s’accroissent — ce qui serait arrivé si l’on n’avait pas modifié les avantages fiscaux mis en place par les conservateurs — et contribua ainsi à réduire la pauvreté47. En France, le gouvernement Jospin, qui avait rejeté la troisième voie et insistait davantage sur l’égalité, entrepris néanmoins des réformes comparables. Celles-ci rendirent la sécurité sociale plus compatible avec la logique de marché mais, grâce en partie à une conjoncture économique favorable, elles firent aussi baisser le taux de pauvreté48.

  • 49 Wim Kok (prés.), Relever le défi. La stratégie de Lisbonne pour la croissance et l’emploi, rapport (...)
  • 50 Noël, « The New Global Politics of Poverty », p. 305.
  • 51 Gøsta Esping-Andersen et al., Why We Need a New Welfare State, Oxford University Press, 2002, p. x (...)

30Avec ou sans l’étiquette, la politique de la troisième voie a ainsi défini une trajectoire progressiste modérée, teintée de néolibéralisme, qui a d’abord permis à la gauche de prendre le pouvoir, pour ensuite remettre la question de la justice sociale à l’ordre du jour. La pauvreté et les inégalités, notamment, redevinrent des préoccupations politiques importantes. À la rencontre de Lisbonne de 2000, par exemple, le Conseil européen, qui réunissait alors une majorité de sociaux-démocrates, proposa de réconcilier la croissance économique et le développement social. L’objectif était de faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale49 ». Le Conseil se donna aussi pour but de réduire la pauvreté et l’exclusion sociale en s’appuyant sur des Plans d’action nationaux et sur la Méthode ouverte de coordination50. Un an plus tard, le Conseil commandait un rapport sur une « nouvelle architecture de la protection sociale » pour l’Europe51. À l’initiative d’une gauche social-démocrate renouvelée, mais aussi avec l’appui d’une droite qui s’était rapprochée du centre, un nouveau consensus semblait se dessiner quant à la nécessité d’asseoir les objectifs économiques sur des institutions et des politiques capables de maintenir la cohésion et la justice sociales.

Le nouveau consensus sur le développement

  • 52 Kofi Annan, Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l’homm (...)

31Sur le plan international, au tournant du siècle, les négociations Nord-Sud débouchèrent aussi sur un rapprochement remarquable entre la gauche et la droite. En 2005, le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, fit d’ailleurs référence au « consensus sans précédent » qui animait désormais les relations entre pays riches et pays pauvres52. Il fallait sans doute une bonne dose d’optimisme pour repérer un « consensus » dans la diplomatie du développement de l’époque, mais le terme fut tout de même retenu par les experts qui se mirent à évoquer un consensus « post-Washington » ou un consensus de Copenhague, de Monterrey ou de Sao Paulo pour rendre compte de la nouvelle dynamique des rapports Nord-Sud.

  • 53 Richard Jolly, Louis Emmerij et Thomas G. Weiss, The Power of un Ideas: Lessons from the First 60 (...)
  • 54 Juan Somavia, « Allocution de Juan Somavia, Directeur général du Bureau international du Travail a (...)
  • 55 Kofi Annan, « Nous les peuples » : le rôle des Nations unies au XXIe siècle – Rapport du Secrétair (...)
  • 56 Pascal Lamy, « Humaniser la mondialisation », allocution du Directeur général de l’Organisation mo (...)

32Le système multilatéral offre l’un des meilleurs postes d’observation pour suivre l’évolution du débat entre progressistes et conservateurs dans le domaine du développement. Pendant plus d’un demi-siècle, l’approche libérale des institutions de Bretton Woods s’est en effet constamment opposée à l’approche social-démocrate défendue par l’ONU et ses agences spécialisées53. Or, à partir de la fin des années 1990, le fossé idéologique entre ces deux groupes d’institutions s’est significativement rétréci, et le dialogue entre elles est devenu beaucoup plus fructueux. Ce rapprochement a été rendu possible dans une large mesure par la vision plus nuancée de la mondialisation que chaque partie a fini par adopter. Comme l’a fait remarquer le Directeur général de l’Organisation internationale du travail en 2005, à peu près tout le monde s’est rangé à l’idée que « la mondialisation n’[est] ni la réponse à tous les problèmes, ni la cause de tous les maux54 ». Alors que les Nations unies commençaient à admettre qu’une économie mondiale plus intégrée pouvait offrir de « formidables » perspectives de développement pour les pays pauvres55, les institutions de Bretton Woods reconnaissaient de leur côté que la mondialisation avait produit son lot de perdants et que, dans certains cas, elle avait même « renforcé les forts et affaibli les faibles56 ».

  • 57 Assemblée générale des Nations unies, Déclaration du Millénaire, New York, Assemblée générale des (...)
  • 58 ONU, Consensus de Monterrey. Projet de conclusions et décisions de la Conférence internationale su (...)

33Le nouveau consensus sur le développement a été solennellement entériné en septembre 2000, quand 147 chefs d’État et de gouvernement réunis dans le cadre de l’Assemblée générale de l’ONU adoptèrent la Déclaration du Millénaire. Par cet accord, la communauté internationale reconnaissait que les « bienfaits » de la mondialisation étaient « très inégalement répartis », et s’engageait à poursuivre une série de huit objectifs, le premier étant de réduire la pauvreté mondiale de moitié avant 201557. Les autres Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) consistaient à assurer l’éducation primaire pour tous, à promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomie des femmes, à réduire la mortalité infantile, à améliorer la santé maternelle, à combattre les maladies infectieuses dont le VIH/sida, à préserver l’environnement et à mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Pour la première fois dans l’histoire des politiques de développement, la communauté internationale se mettait ainsi d’accord sur un ensemble de cibles mesurables et d’échéances précises. L’importance des OMD fut réitérée en 2002 à la Conférence de Monterrey sur le financement du développement, de même qu’en 2005 lors du Sommet mondial organisé par l’ONU. La Déclaration de Monterrey proposa de faire du XXIe siècle « le siècle du développement pour tous » et le Sommet de 2005 s’engagea à donner « un nouvel élan aux efforts déployés pour éliminer la pauvreté58 ».

  • 59 FMI, OCDE, ONU et Banque mondiale, Un monde meilleur pour tous, Washington, Communications Develop (...)
  • 60 Louis W. Pauly, « The United Nations in a Changing Global Economy », dans Steven Bernstein et Loui (...)

34Ce nouvel esprit de coopération avait reçu une forte impulsion en juin 2000, au moment où le FMI, la Banque mondiale, l’ONU et l’OCDE publièrent ensemble Un monde meilleur pour tous59. Ce document sans précédent, directement inspiré des conférences thématiques organisées par les Nations unies au cours des années 1990, jeta les bases de la Déclaration du Millénaire et de celle de Monterrey. Après sa publication, comme le note Louis Pauly, la collaboration entre les Nations unies et les institutions de Bretton Woods devint plus régulière et plus soutenue60. Une « troisième voie mondiale » semblait en train d’émerger.

  • 61 Voir <www.banquemondiale.org>.
  • 62 James D. Wolfensohn et François Bourguignon, Développement et réduction de la pauvreté. Revoir le (...)
  • 63 Horst Köhler, « Pour une mondialisation plus solidaire », allocution prononcée par le Directeur gé (...)

35Les institutions de Bretton Woods commencèrent à s’intéresser davantage à la dimension sociale du développement. La Banque mondiale et le FMI, par exemple, se mirent à insister sur la nécessité d’encourager une croissance économique favorable aux pauvres et d’augmenter l’aide au développement. Cette réorientation marqua tout particulièrement le travail de la Banque mondiale, dont la mission officielle devint désormais « d’œuvrer pour un monde sans pauvreté61 ». Sous la direction de James Wolfensohn (1995-2005), la Banque élargit aussi sa conception de la pauvreté au-delà des mesures traditionnelles fondées sur le revenu, pour tenir compte de la santé, de l’éducation, de l’environnement et de la participation à la vie politique62. Bien que ses accointances avec le néoconservatisme américain ne l’y prédisposaient pas vraiment, le président suivant, Paul Wolfowitz, maintint cette approche anti-pauvreté. Du côté du FMI, le Directeur général Horst Köhler décrivit la pauvreté comme « la principale menace qui pèse sur la paix et la stabilité au XXIe siècle63 ». Avec l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) lancée en 1999 et l’Initiative d’allégement de la dette multilatérale adoptée en 2005, le FMI contribua à réduire substantiellement le fardeau de la dette des gouvernements du Sud. De plus, les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) du FMI permirent d’augmenter l’autonomie politique des pays emprunteurs, tout en encourageant la participation de la société civile à la prise de décision économique.

  • 64 Supachai Panitchpakdi, « Why Trade Matters for Improving Food Security », allocution du Directeur (...)
  • 65 Pascal Lamy, « Trade Can Be a Friend, and Not a Foe, of Conservation », allocution du Directeur gé (...)

36Dans le domaine du commerce, l’échec de la Conférence de Seattle en 1999 amena l’OMC à se soucier davantage des pays pauvres. Il est d’ailleurs révélateur que le cycle de négociations entamé à Doha en 2001 ait été baptisé le « cycle du développement ». Dès le début de ces pourparlers, le Sud a su profiter d’une plus grande transparence dans les procédures de négociation pour marquer des points sur des questions comme la coopération technique et la mise en œuvre des décisions prises lors du cycle de l’Uruguay. Par la suite, l’OMC a reconnu aux pays pauvres le droit d’acheter des médicaments génériques et a accepté d’éliminer les barrières tarifaires sur 97 % des exportations des pays les moins avancés à destination du Nord. L’OMC est encore loin de se définir comme un organisme de développement, mais la débâcle de Seattle lui fit admettre qu’il était « moralement urgent » d’étendre la prospérité au plus grand nombre64. Ses dirigeants se mirent à dénoncer plus vigoureusement qu’auparavant le protectionnisme des pays riches, surtout dans le secteur agricole. Le directeur de l’organisation, Pascal Lamy, évoqua en 2005 le besoin « d’humaniser » la mondialisation et reconnut que l’OMC devait elle aussi faire sa part pour atteindre les OMD. Dans une critique étonnante de l’économie de marché, Lamy alla jusqu’à admettre que « la main invisible avait parfois besoin qu’on lui tienne la main65 ».

  • 66 Sidney Dell, The United Nations and International Business, Durham et Londres, Duke University Pre (...)
  • 67 FMI, OCDE, ONU et Banque mondiale, Un monde meilleur pour tous, p. 22.
  • 68 Kofi Annan, « Message du Secrétaire général de l’ONU à la Conférence ministérielle de Doha de l’OM (...)
  • 69 Jean-Philippe Thérien et Vincent Pouliot, « The Global Compact: Shifting the Politics of Internati (...)

37Pendant ce temps, aux Nations unies, on conjuguait de plus en plus développement et économie de marché. Soumise aux critiques répétées des pays développés, et sans doute aussi inspirée par le soutien de ses généreux donateurs Bill Gates et Ted Turner, l’ONU a peu à peu abandonné ses vieux préjugés contre l’entreprise privée et les firmes multinationales66. C’est au Secrétariat et au PNUD que le changement s’est le plus fait sentir. Dans Un monde meilleur pour tous, par exemple, Kofi Annan s’est rangé derrière une position traditionnelle du FMI en cautionnant l’idée que les gouvernements « doivent réduire leurs tarifs douaniers et autres barrières commerciales et réorganiser les systèmes régissant les courants d’importation et d’exportation et les mouvements de capitaux67 ». À Doha, Annan est allé jusqu’à affirmer que l’ouverture des marchés était « encore plus importante pour les pays en développement et les économies en transition que pour le reste du monde68 ». Le Pacte mondial, inauguré en 2000, exprime on ne peut mieux la nouvelle attitude du Secrétariat de l’ONU à l’égard du marché. Cette initiative est fondée sur un réseau de partenaires qui comptait en 2006 plus de 2500 entreprises de 90 pays, ainsi que des ONG, des syndicats et des agences onusiennes. L’objectif du Pacte mondial est d’inciter les entreprises à modifier leurs pratiques de façon à ce qu’elles se conforment à dix principes dérivés de traités internationaux très largement acceptés, dans les domaines des droits humains, du droit du travail, de l’environnement et de la lutte contre la corruption69. Ce « pacte avec le diable » (comme l’ont souvent désigné les railleurs) part de l’idée que la promotion de la responsabilité sociale des entreprises par des mesures volontaires constitue le meilleur moyen de corriger les effets pervers de la mondialisation.

  • 70 Voir Craig N. Murphy, The United Nations Development Programme: A Better Way?, Cambridge Universit (...)
  • 71 PNUD, Development Effectiveness: Review of Evaluative Evidence, New York, Bureau de l’évaluation d (...)
  • 72 Murphy, The United Nations Development Programme, p. 310; Mark M. Brown, « Conference on the Revie (...)

38À partir de 2000, le PNUD s’est pour sa part employé à développer une culture organisationnelle plus axée sur le mode de fonctionnement du secteur privé70. Optant pour de nouveaux mécanismes de gestion basés sur les résultats, l’agence s’est efforcée de rendre ses services « plus compétitifs » et de mettre l’accent sur la notion de rendement dans ses programmes d’aide71. En plus d’accepter de jouer un rôle actif dans la mise en œuvre des Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté du FMI et de la Banque mondiale, le PNUD a commencé à se préoccuper beaucoup plus de la croissance économique et du commerce72. À travers les activités du Fonds d’équipement des Nations unies ou d’autres programmes comme « Entreprendre au bénéfice de tous », le PNUD est aujourd’hui devenu l’un des pivots de la collaboration entre l’ONU et le secteur privé.

  • 73 Joseph E. Stiglitz, « The Insider: What I Learned at the World Economic Crisis », New Republic, 17 (...)

39Toutes sortes de raisons permettent d’expliquer comment ce nouveau consensus sur le développement a pu prendre forme. La nouvelle attitude des institutions de Bretton Woods résulta en grande partie de la crise asiatique, une épreuve rendue « plus profonde, plus longue et plus dure » par les politiques d’austérité du FMI73. Leur réputation en ayant été considérablement ternie, les institutions financières internationales se sont vu obligées de faire preuve d’une plus grande humilité. Elles ont aussi été influencées par l’arrivée au pouvoir de plusieurs gouvernements de centre-gauche en Europe et en Amérique du Nord au cours des années 1990. Les leaders de ces nouveaux gouvernements se sont montrés beaucoup plus ouverts que leurs prédécesseurs aux questions de développement international.

  • 74 Annan, Dans une liberté plus grande, p. 8, par. 25.
  • 75 South Centre, « Jordan Valley Declaration: Time for Mobilizing the South. », South Bulletin, no 49 (...)

40Par ailleurs, les succès remportés par les pays en développement qui avaient libéralisé leur économie ont eu un impact important sur la façon de voir des Nations unies. Constatant que durant les « 25 dernières années, le monde [avait] assisté au recul le plus spectaculaire de la misère qu’il ait jamais connu74 », l’ONU en vint à conclure que l’économie de marché et la mondialisation pouvaient avoir des effets très positifs sur le développement. À gauche, on a parfois soutenu que la nouvelle approche des Nations unies s’expliquait en fait par un « sentiment de résignation généralisé » qui faisait suite à deux décennies d’hégémonie intellectuelle du néolibéralisme75. En tout état de cause, au début des années 2000, la diplomatie du développement était bel et bien en phase avec le rapprochement gauche-droite qui s’observait partout dans le monde.

41Devant l’évidence des échecs des politiques passées, la gauche et l’ONU prirent davantage conscience de l’importance des marchés et de la croissance économique. La droite et les institutions de Bretton Woods firent elles aussi le bilan de leurs erreurs et des critiques formulées à la fois par le Sud, par les organisations de la société civile et par les experts dissidents ; elles acceptèrent mieux l’intervention de l’État et firent plus de place aux enjeux de pauvreté et d’équité dans leurs politiques. Ce double processus permit l’adoption d’un langage commun accordant une place de choix à l’efficacité et aux partenariats. Mais le nouveau consensus sur le développement demeurait le produit fragile d’un rapport de forces, et il ne pouvait effacer les différences de fond entre la gauche et la droite mondiales.

Toujours la gauche et la droite

  • 76 Barnaby Mason, « The Rise of the European Right », BBC News, Édition internationale, 22 avril 2002

42Au premier tour des élections présidentielles françaises d’avril 2002, la gauche plurielle de Lionel Jospin vola en éclats et de nombreux électeurs mécontents s’abstinrent de voter. Cette situation laissa le champ libre au Front national, un parti d’extrême-droite, et à son chef Jean-Marie Le Pen, qui devança le dirigeant socialiste pour affronter au second tour le candidat de centre-droite, Jacques Chirac. Partout en Europe, a alors écrit un journaliste italien, c’était comme si la foudre venait de s’abattre sur l’ensemble de la classe politique76. Il y avait pourtant eu des précédents. En 2000, l’Europe avait été bouleversée de voir le parti d’extrême-droite de Joerg Haider participer à la coalition au pouvoir en Autriche. Un an plus tôt, la gauche italienne s’était fait battre par Silvio Berlusconi et sa coalition de centre-droite, qui comprenait également des éléments d’extrême-droite. Même le Danemark et la Norvège étaient récemment passés à droite. Un mois après la débandade de la gauche française, l’extrême-droite hollandaise, dont le leader Pim Fortuyn avait été assassiné pendant la campagne électorale, obtint aussi un score remarquable qui contribua à l’élection d’une coalition de centre-droite.

  • 77 Tim Bale, « Cinderella and Her Ugly Sisters: The Mainstream and Extreme Right in Europe’s Bipolari (...)
  • 78 Jacob S. Hacker et Paul Pierson, Off Center: The Republican Revolution and the Erosion of American (...)

43Cinq ans après la victoire de Tony Blair, la gauche social-démocrate européenne perdait du terrain au profit de partis de centre-droite habiles à exploiter l’insécurité économique et les inquiétudes reliées à la mondialisation, à l’identité nationale et à l’immigration. Ces partis maintenaient des orientations néolibérales, mais en y incorporant des arguments populistes et nationalistes provenant d’une extrême droite qu’ils avaient pourtant fortement critiquée jusqu’alors. Les partis conservateurs établis acceptaient même parfois de s’allier officiellement avec l’extrême-droite pour former des coalitions gouvernementales77. Aux États-Unis, les Républicains reprenaient le contrôle de la présidence et du Congrès avec un programme de droite sans équivoque et des baisses d’impôt qui minaient la capacité du gouvernement fédéral de financer les soins de santé, l’éducation et la sécurité sociale, et profitaient surtout au 1 % des Américains les plus fortunés78.

  • 79 Anthony Giddens, « Is Three Still the Magic Number? », The Guardian, 25 avril 2003.

44De l’aveu même d’Anthony Giddens, les sociaux-démocrates traversaient une période difficile. Mais leur situation n’était pas partout mauvaise. D’abord, ils étaient toujours au pouvoir dans plusieurs pays d’Europe occidentale et enregistraient des progrès en Europe de l’Est et en Amérique latine. Ensuite, le retour de la droite apparaissait encore superficiel parce qu’il semblait davantage relever de l’opportunisme électoral que de la formulation d’un projet d’avenir cohérent et attrayant. Souvent, les partis de centre-droite se sont contentés de recycler les thèmes de l’extrême-droite pour tirer avantage des angoisses de la population au sujet de l’immigration, du multiculturalisme et de la criminalité. Quoi qu’il en soit, la gauche avait assurément « bien des choses à repenser » pour s’ajuster à une réalité politique devenue plus compétitive79.

  • 80 Anthony Giddens, « Introduction: Neoprogressivism. A New Agenda for Social Democracy », dans Antho (...)

45Pour Giddens, il n’était dorénavant plus utile de parler de troisième voie. L’étiquette, selon lui, avait été nécessaire pour expliquer ce que le nouveau centre-gauche n’était pas et pour le distinguer de la social-démocratie traditionnelle80.

46Mais cela étant accompli, la gauche pouvait maintenant assumer le pouvoir et gouverner sur la base des grandes valeurs qui avaient marqué son histoire. Avec une droite populiste en ascendance, il devenait en fait plus important de réaffirmer l’opposition entre la gauche et la droite, ou entre la social-démocratie et le néolibéralisme, que de rappeler une fois encore les traits distinctifs du centre-gauche contemporain. La notion de troisième voie ayant perdu sa pertinence, l’identité social-démocrate pouvait refaire surface.

  • 81 Anthony Giddens, « Introduction », dans Anthony Giddens et Patrick Diamond (dir.), The New Egalita (...)
  • 82 Philippe Ridet, « La victoire de Sarkozy est une revanche de la droite qui ne s’est reconnue ni da (...)
  • 83 Hacker et Pierson, Off Center, p. 43-44.

47Avec le retour de la division traditionnelle entre la gauche et la droite, l’enjeu central du conflit, l’égalité, revint à l’avant-plan. Dans un ouvrage publié en 2005, Giddens et ses collaborateurs plaidèrent en faveur « d’un nouvel égalitarisme » et déplorèrent les inégalités croissantes léguées par des décennies de néolibéralisme81. À l’opposé, en France, pendant la campagne présidentielle de 2007, le candidat de la droite, Nicolas Sarkozy, s’en est pris ouvertement à l’égalitarisme au nom de l’ordre, de l’autorité, du travail et du mérite, des thèmes que le centre-droit de ce pays avait largement esquivés jusqu’alors82. Dans les années récentes, la politique américaine s’est elle aussi polarisée autour de questions comme la distribution des richesses et les valeurs culturelles83.

  • 84 Jorge G. Castañeda, « Latin America’s Left Turn », Foreign Affairs, vol. 85, no 3, mai-juin 2006, (...)

48Le développement le plus spectaculaire de la période fut toutefois le retour de la gauche démocratique en Amérique latine, avec l’élection d’Hugo Chávez au Venezuela (1998), de Luiz Inácio « Lula » da Silva au Brésil (2002), de Néstor Kirchner en Argentine (2003), de Tabaré Vásquez en Uruguay (2005), d’Evo Morales en Bolivie (2006), de Michelle Bachelet au Chili (2006), de Rafael Correa en Équateur (2006) et de Daniel Ortega au Nicaragua (2006). Cette nouvelle gauche latino-américaine a parfois été populiste et controversée — au Venezuela et en Bolivie notamment —, mais elle a en général opté pour un réformisme conforme à l’esprit de la troisième voie, comme en Uruguay et au Chili. Partout, en tout cas, la gauche a été portée au pouvoir par un fort désir de justice sociale et un sentiment de désillusion à l’égard de la démocratisation et de la libéralisation des marchés qui n’avaient pas réussi à réduire les inégalités et la pauvreté. Les leaders plus populistes ont procédé à des nationalisations et à des démonstrations de force, le tout enrobé dans un discours anti-américain et anti-mondialisation, mais ils ont tout de même mis en place de nouveaux programmes sociaux et des mesures de répartition de la richesse, de façon plus ou moins clientéliste. Plus orthodoxes dans leur appréciation du marché, de l’administration publique et de l’ordre mondial, les dirigeants plus réformistes ont également travaillé à améliorer les programmes sociaux et la répartition des revenus84. D’un bout à l’autre du continent, la politique de la gauche et de la droite s’est animée, en mettant clairement la question de l’égalité à l’ordre du jour.

  • 85 Joseph Wong, « Democratization and the Left: Comparing East Asia and Latin America », Comparative (...)
  • 86 Nicoli Nattrass et Jeremy Seekings, « Democracy and Distribution in Highly Unequal Economies: The (...)
  • 87 Sandbrook et al., op. cit., p. 85 et 91.

49La Corée et Taïwan ont connu des débats semblables sur la démocratisation et le néolibéralisme, mais ce sont les mouvements sociaux de gauche qui, dans ces pays, ont poussé les partis politiques traditionnels à adopter des réformes visant à améliorer la protection sociale et la redistribution des revenus85. En Afrique du Sud, le gouvernement du Congrès national africain n’est pas véritablement parvenu à redistribuer les ressources, mais les débats politiques ont beaucoup porté sur l’égalité et sur les possibilités de la justice sociale dans un environnement néolibéral86. Dans l’État du Kerala, en Inde, les sociaux-démocrates du Front de la gauche démocratique ont balayé la droite en 2006, après avoir réussi à réduire la pauvreté dans une région particulièrement démunie87. Ces quelques exemples montrent bien que, dans les pays démocratiques de tous les continents, c’est encore le thème de l’égalité qui a nourri les plus récents conflits entre la gauche et la droite.

  • 88 John G. Ruggie, « The United Nations and Globalization: Patterns and Limits of Institutional Adapt (...)

50Les mêmes lignes de démarcation sont apparues dans les relations internationales quand on a commencé à se rendre compte des limites du nouveau consensus sur le développement. Ce consensus, en fait, avait toujours été précaire. Compte tenu de leurs différences de mandats, de structures et de valeurs, les agences des Nations unies et les institutions de Bretton Woods ne sont jamais véritablement parvenues à faire front commun autour des mêmes objectifs, les premières continuant de mettre l’accent sur la justice sociale et les secondes, sur la croissance économique88. Ces divergences de priorité reposaient toujours sur les conceptions distinctes de l’égalité que la gauche et la droite véhiculent.

  • 89 Jolly, Emmerij et Weiss, The Power of UN Ideas, p. 56 ; voir aussi PNUD, Rapport mondial sur le dé (...)
  • 90 ONU, Rapport sur la situation économique et sociale dans le monde, 2006, p. vi.

51Il convient de rappeler qu’à l’origine, les inégalités étaient une préoccupation majeure des Nations unies. Cet enjeu a toutefois été marginalisé dans les années 1980, après l’échec des négociations sur le nouvel ordre économique international. Il ne fut « redécouvert » que récemment, entre autres grâce au Sommet du Millénaire. Depuis cette rencontre, l’ONU a en effet accordé une attention sans précédent à la montée des inégalités dans le monde89. L’organisation affirme ainsi aujourd’hui que la persistance des inégalités constitue un puissant obstacle à la réalisation des objectifs du Millénaire et au renforcement de la sécurité internationale. Estimant qu’environ 70 % des inégalités mondiales tiennent à des différences de revenu entre pays, l’ONU conclut qu’il est par ailleurs urgent de mettre la réduction des inégalités au cœur même des politiques internationales de développement90. Adoptant une approche globale, l’ONU lutte désormais à la fois pour l’égalité des droits, des chances et des conditions de vie.

  • 91 Voir Banque mondiale, World Development Report 2006: Equity and Development, Washington et New Yor (...)
  • 92 Ibid., p. 206.

52Pour leur part, si elles consentent aujourd’hui à de plus grands efforts pour combattre la pauvreté, les institutions de Bretton Woods se montrent beaucoup plus réticentes à parler d’inégalité. En fait, la logique de marché et de compétition qui fonde le modèle néolibéral de développement promu par ces institutions exige une certaine tolérance face aux inégalités. Traditionnellement plus ouverte aux idées progressistes que le FMI ou l’OMC, la Banque mondiale a tout de même fini par reconnaître que les inégalités sapent les bases mêmes de l’efficacité économique et aggravent les conflits sociaux. Les politiques dont la Banque fait la promotion demeurent cependant encore bien alignées sur l’orthodoxie de Bretton Woods91. D’abord, la Banque se préoccupe essentiellement de l’inégalité des chances et porte peu d’attention à l’inégalité des résultats. Ensuite, même si elle admet que les inégalités internationales sont plus prononcées que les inégalités au sein des différents pays, sa stratégie d’intervention n’en continue pas moins de mettre l’accent sur les contraintes internes du développement, fidèle à son principe voulant que « les pays en développement détiennent les clés de leur prospérité92 ».

  • 93 Kofi Annan, « Les Objectifs du Millénaire bénéficient d’un soutien politique sans précédent et son (...)
  • 94 Dervis, « Déclaration à l’occasion de la réunion du conseil d’administration du PNUD/FNUAP », p. 4
  • 95 Fonds monétaire international, « Common Ground and Differences of View Between the Bretton Woods I (...)
  • 96 Anne O. Krueger, « ’Tis Not Too Late to Seek a Newer World: What Globalization Offers the Poor », (...)
  • 97 Anne O. Krueger, « The Time is Always Ripe: Rushing Ahead with Economic Reform in Africa », allocu (...)
  • 98 Annan, op. cit.

53Au fond, les Nations unies et les institutions de Bretton Woods ont maintenu leurs approches respectives de la mondialisation et de la gouvernance. Le Secrétaire général de l’ONU ne s’est d’ailleurs pas gêné pour contester ouvertement le credo fondamental des institutions de Bretton Woods, en déclarant que « la marée montante de l’économie mondiale ne soulèvera pas tous les bateaux93 ». Selon les Nations unies, la mondialisation et la croissance sont susceptibles d’avoir des effets positifs en autant qu’elles s’inscrivent dans une approche « axée sur les droits de la personne et sur le concept de l’autonomisation de l’être humain par le développement94 ». Ces arguments n’ont toutefois guère de poids auprès du FMI, de la Banque mondiale et de l’OMC, qui considèrent que la promotion des droits humains ne fait pas partie de leur mandat95. De leur point de vue, l’intégration économique, en plus d’accroître « la taille du gâteau », répond à une quête « d’horizons plus larges et de libertés plus grandes96 ». Par-dessus tout, les deux camps s’opposent toujours sur les rôles respectifs de l’État et du marché. Les institutions de Bretton Woods estiment que la plupart du temps, l’intervention de l’État « dénature ou sclérose les marchés en les empêchant de bien fonctionner97 ». À l’opposé, Kofi Annan a soutenu que, comme le monde « n’est pas en pilotage automatique [et comme] le marché n’est pas un remède magique », il faut pouvoir compter sur de solides institutions capables d’offrir des compensations aux perdants de la mondialisation98.

  • 99 Ian Goldin, Halsey Rogers et Nicholas Stern, The Role and Effectiveness of Development Assistance: (...)

54En dépit du nouveau consensus sur le développement, les réformes politiques envisagées par les institutions de Bretton Woods et les Nations unies continuent en outre de s’inscrire dans la logique du clivage gauche-droite. Ainsi, les institutions financières insistent beaucoup sur la marge de manouvre politique bien réelle dont disposent déjà les pays en développement. Elles rappellent aussi aux gouvernements de ces pays qu’ils doivent « s’aider eux-mêmes » en mettant davantage l’accent sur la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, la discipline fiscale, la libéralisation du commerce et le développement du secteur privé. La Banque mondiale, notamment, a mis les points sur les « i » en établissant une distinction entre les pays qui mènent de « bonnes » politiques et ceux dont les politiques sont « médiocres »99. Par ailleurs, les institutions de Bretton Woods ne proposent que des changements fort modestes pour améliorer le fonctionnement du système international. L’OMC se contente comme elle l’a toujours fait de promouvoir une plus grande ouverture des marchés nationaux. Le FMI, pour sa part, a bien lancé l’idée d’une nouvelle architecture financière mondiale, mais les discussions sont restées limitées à des sujets comme la transparence des politiques, l’amélioration des mécanismes de surveillance et la coopération interinstitutionnelle. Et s’il est vrai que le FMI a reconnu le problème de la sous-représentation des pays du Sud dans ses organes de direction, il s’est à ce jour refusé à s’engager dans une réforme en profondeur de ses mécanismes de prise de décision. Toujours hostiles à l’idée de placer l’ensemble du système multilatéral sous l’autorité des Nations unies, les institutions de Bretton Woods demeurent déterminées à maintenir une séparation entre les questions économiques et les questions sociales.

  • 100 CNUCED, Rapport sur le commerce et le développement, 2006. Partenariat mondial et politiques natio (...)
  • 101 Annan, Dans une liberté plus grande, p. 21, par. 55.
  • 102 ONU, « Technical Note no. 4 : Existing Proposals to Promote the Increased and More Effective Parti (...)

55Accordant plus d’importance aux obstacles systémiques au développement, l’ONU a proposé des réformes politiques beaucoup plus ambitieuses que celles que l’OMC ou le FMI ont mises de l’avant. La Déclaration de Monterrey, par exemple, bien qu’elle a représenté un progrès, ne répondait pas aux attentes onusiennes. La CNUCED s’est montrée particulièrement critique de cet accord qui, selon ses experts, livre le développement économique aux forces du marché100. L’ONU a également continué d’exiger une refonte majeure des règles du commerce international, de façon à donner à tous les pays « la possibilité de rivaliser à armes égales »101. En plus de sans cesse revenir sur l’urgence de démocratiser les grands forums économiques et de placer l’ONU au cœur de la gouvernance mondiale, les agences des Nations unies ont aussi proposé toute une série d’innovations institutionnelles, comme le lancement d’un Plan Marshall pour le tiers-monde, la mise en place d’un système mondial de taxation, la création d’un Conseil de sécurité économique et l’établissement d’un fonds spécial pour le développement international102. Aucune de ces idées n’a été accueillie avec enthousiasme par les institutions de Bretton Woods.

  • 103 Anne O. Krueger, « From Despair to Hope : The Challenge of Promoting Poverty Reduction », allocuti (...)
  • 104 Kemal Dervis, « Globalization: Key Challenges for Governance and Multilateralism », allocution de (...)

56Finalement, chaque camp a continué de voir la division Nord-Sud à sa manière, en fonction de ses traditions intellectuelles propres, de gauche ou de droite. Selon les institutions de Bretton Woods, le monde d’aujourd’hui est formé de trois types de pays : les pays industriels, les pays émergents et les pays pauvres103. Inspirée par la théorie de la modernisation et sa conception étapiste de l’histoire, cette manière de voir laisse entendre que le sous-développement n’est pas une fatalité et que les États qui prennent les bonnes décisions peuvent accéder à la prospérité. L’ONU est pour sa part plus encline à croire que le monde reste divisé entre un centre et une périphérie. Comme l’a fait remarquer Kemal Dervis alors qu’il était l’administrateur du PNUD, la définition de ces concepts a cependant beaucoup évolué depuis l’époque où ils ont été popularisés par la théorie de la dépendance : « Le centre n’est plus une réalité géographique, c’est une réalité sociologique. La périphérie, ce sont les gens autour du centre et ceux-ci peuvent fort bien habiter les banlieues de Paris ou de la Nouvelle-Orléans104 ». En mettant l’accent sur la nature inégalitaire et conflictuelle du système mondial, l’analyse de Dervis rappelle avec force que, dans le domaine du développement, les valeurs et les croyances de la gauche demeurent profondément distinctes de celles de la droite.

*

57À la fin du XXe siècle, la gauche et la droite ont connu un indéniable rapprochement. Sur le plan national, ce mouvement vers le centre amena la droite à adoucir ses positions sur la libéralisation des marchés, l’individualisme et la diminution du rôle de l’État, alors que la gauche se réconciliait avec la légitimité du marché, les vertus de la concurrence et le besoin d’une plus grande efficacité. À gauche, l’expression la plus articulée de cet ajustement idéologique est venue des promoteurs de la troisième voie comme Tony Blair, Gerhard Schröder et Anthony Giddens, qui proposèrent une socialdémocratie renouvelée et plus sensible aux défis posés par la mondialisation, le néolibéralisme, le postindustrialisme et les nouveaux mouvements sociaux. Un processus semblable fit évoluer la politique mondiale vers un nouveau consensus du développement, alliant le penchant de la droite pour la concurrence et le marché aux préoccupations de la gauche pour la justice sociale. Pendant un certain temps, on a même cru que ce compromis arriverait à combler le fossé historique qui avait toujours séparé les points de vue des institutions financières internationales et des Nations unies.

58Mais le rapprochement atteignit rapidement ses limites. Au niveau mondial, il n’effaça jamais les différences nombreuses et tenaces qui opposaient la gauche et la droite à propos de la mondialisation, de la croissance, des inégalités et de la gouvernance du développement. Alors que l’ONU maintenait ses critiques face à un monde de plus en plus inégal, le FMI, la Banque mondiale et l’OMC restaient convaincus que le système international fonctionne généralement bien et qu’il suffit de bonnes politiques et de modestes réformes pour le rendre plus équitable. Sur le plan national, la troisième voie en vint à céder le pas à une réaffirmation des valeurs social-démocrates traditionnelles, alors que la droite était de retour au pouvoir dans la plupart des pays occidentaux et que la gauche revenait en force en Amérique latine et dans d’autres pays du Sud.

  • 105 Ian Budge et Michael D. McDonald, « Election and Party System Effects on Policy Representation: Br (...)
  • 106 Manow, Schäfer et Zorn, « European Social Policy and Europe’s Party-Political Center of Gravity », (...)
  • 107 David Bradley et al., « Distribution and Redistribution in Postindustrial Democracies », World Pol (...)
  • 108 Lyle Scruggs et James P. Allan, « The Material Consequences of Welfare States: Benefit Generosity (...)

59L’analyse systématique des programmes des partis politiques des pays démocratiques montre à quel point, entre la Seconde Guerre mondiale et le XXIe siècle, la division entre la gauche et la droite est restée stable. Dans les pays de langue anglaise, tous les partis opérèrent un virage à droite au cours des années 1980, mais l’écart entre la droite et la gauche se déplaça aussi, si bien que la distance entre les deux pôles resta à peu près la même. En Europe continentale, ce virage n’eut même pas vraiment lieu105. Fait à signaler, la vie politique de l’Union européenne fut elle aussi soumise aux vicissitudes de l’opposition gauche-droite, les relations intergouvernementales et les élections européennes reflétant la force relative des conservateurs et des sociaux-démocrates au sein des États membres106. Toutes choses étant égales par ailleurs, les partis de gauche dépensèrent toujours plus et redistribuèrent davantage la richesse que la droite, ils investirent davantage dans l’éducation et la formation et créèrent plus d’emplois dans le secteur public et plus de services sociaux, avec pour résultat que les femmes se déplacèrent plus vers la gauche que les hommes107. Au pouvoir, la gauche lutta aussi plus efficacement contre la pauvreté et elle utilisa plus généreusement l’aide au développement pour promouvoir la justice sociale à l’étranger108. Sur la scène internationale, les acteurs et les institutions marqués plus à gauche, comme les ONG et les agences des Nations unies, se sont constamment opposés aux approches purement libérales de la mondialisation, en revendiquant davantage d’égalité ainsi que des structures de gouvernance plus démocratiques. En somme, sous la pression d’un contexte nouveau qui exigeait une adaptation de la part des deux camps, le débat entre la gauche et la droite a évolué, mais il reste encore le principal ressort de la politique-monde.

Notes

1 David Butler et Dennis Kavanagh, The British General Election of 1997, Basingstoke, Macmillan, 1997, p. xi, 244 et 255.

2 Tony Blair, « Britain Will Do Better with New Labour », introduction à New Labour. Because Britain Deserves Better, programme du New Labour, 1997 (<www.labour-party.org.uk>).

3 Bill Clinton (1991), cité dans Jon F. Hale, « The Making of the New Democrats », Political Science Quarterly, vol. 110, no 2, été 1995, p. 226.

4 Philip Manow, Armin Schäfer et Hendrik Zorn, « European Social Policy and Europe’s Party-Political Center of Gravity, 1957-2003 », MPIfG Discussion Paper (Max-Planck-Institut für Gesellschaftsforschung Köln), vol. 4, no 6, oct. 2004, p. 29.

5 Russell J. Dalton, « Germany’s Vote for a « New Middle » », Current History, vol. 98, no 627, avril 1999, p. 176-179.

6 Fred I. Greenstein, « The Prudent Professionalism of George Herbert Walker Bush », Journal of Interdisciplinary History, vol. 31, no 3, hiver 2001, p. 388.

7 Philip Norton, « The Conservative Party: « In Office But Not in Power » », dans Anthony King et al. (dir.), New Labour Triumphs: Britain at the Polls, Londres, Chatham House, 1998, p. 96-97; Christopher Stevens, « Thatcherism, Majorism and the Collapse of Tory Statecraft », Contemporary British History, vol. 16, no 1, printemps 2002, p. 135-136.

8 « Conversación que sostuvo el Presidente Fox con el periodista José Gutiérrez Vivó », Mexico, 4 juillet 2001 (<fox. presidencia. gob. mx>).

9 Carles Boix, Political Parties, Growth and Equality: Conservative and Social Democratic Economic Strategies in the World Economy, Cambridge University Press, 1998, p. 203-211.

10 Charles Gore, « The Rise and Fall of the Washington Consensus as a Paradigm for Developing Countries », World Development, vol. 28, no 5, 2000, p. 799; Joseph E. Stiglitz, Globalization and Its Discontents, New York, W. W. Norton, 2002, p. 89-132.

11 Barry Eichengreen, « The Global Gamble on Financial Liberalization: Reflections on Capital Mobility, National Autonomy, and Social Justice », Ethics & International Affairs, vol. 13, no 1, mars 1999, p. 205-207.

12 En 2003, l’OCDE souligne l’émergence d’un nouveau « consensus mondial contre la pauvreté ». Voir Ida McDonnell et al., « Introduction – Le consensus mondial contre la pauvreté, pierre angulaire de la réforme de la coopération internationale », dans McDonnell et al. (dir.), L’opinion publique contre la pauvreté, Paris, OCDE, 2003, p. 11 ; Alain Noël, « The New Global Politics of Poverty », Global Social Policy, vol. 6, no 3, 2006, p. 304-306.

13 Mark M. Brown, « Meeting the Millennium Challenge: A Strategy for Helping Achieve the United Nations Millennium Development Goals », allocution prononcée par l’administrateur du PNUD, Berlin, 27 juin 2002, p. 1.

14 Donald Sassoon, One Hundred Years of Socialism: The West European Left in the Twentieth Century, New York, The New Press, 1996, p. 651-652.

15 Hanspeter Kriesi, « Movements of the Left, Movements of the Right: Putting the Mobilization of Two New Types of Social Movements into Political Context », dans Herbert Kitschelt et al. (dir.), Continuity and Change in Contemporary Capitalism, Cambridge University Press, 1999, p. 399-406;

16 Geoff Eley, Forging Democracy: The History of the Left in Europe, 1850-2000, Oxford University Press, 2002, p. 467-478.

17 Kriesi, op. cit., p. 420. Herbert Kitschelt, The Transformation of European Social Democracy, Cambridge University Press, 1994, p. 3-6.

18 Eley, op. cit., p. 482; Andrew Glyn, « Aspirations, Constraints, and Outcomes », dans Andrew Glyn (dir.), Social Democracy in Neoliberal Times: The Left and Economic Policy since 1980, Oxford University Press, 2001, p. 19.

19 Paul Pierson, « Coping with Permanent Austerity: Welfare State Restructuring in Affluent Democracies », dans Pierson (dir.), The New Politics of the Welfare State, Oxford University Press, 2001, p. 411-413.

20 Richard Sandbrook et al., Social Democracy in the Global Periphery: Origins, Challenges, Prospects, Cambridge University Press, 2007, p. 7.

21 Erich Inciyan, « Libéralisme et capitalisme n’effarouchent plus le gouvernement communiste du Bengale Occidental », Le Monde, 26 juin 2004, p. 4 ; Royaume-Uni, Department for International Development, « Reform or Perish, says Buddhadeb Bhattacharya », 10 juin 2004 (<www.dfidindia.org>).

22 Jackie Smith, « Globalization and Transnational Social Movement Organizations », dans Gerald F. Davis et al. (dir.), Social Movements and Organization Theory, Cambridge University Press, 2005, p. 231-238.

23 Jubilee 2000, The World Will Never Be the Same Again, Londres, Jubilee 2000, déc. 2000, p. 17 (<www.jubileeresearch.org>); John D. Clark, Worlds Apart: Civil Society and the Battle for Ethical Globalization, Bloomfield, Kumarian Press, 2003, p. 99.

24 Union des Associations Internationales, Yearbook of International Organizations: Guide to Global and Civil Society Networks, Edition 42, 2005-2006, Volume 5: Statistics, Visualizations and Patterns, Munich, K. G. Saur, 2005, p. 3; Commission sur la sécurité humaine, La sécurité humaine maintenant. Rapport de la Commission sur la sécurité humaine, trad. par Fauvette Vanderschoot, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 181.

25 Sidney Tarrow, The New Transnational Activism, Cambridge University Press, 2005, p. 72-73.

26 Ibid., p. 130-131.

27 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, Genève, Bureau international du Travail, 2004 ; Joseph Stiglitz et Andrew Charlton, Fair Trade for All : How Trade Can Promote Development, Oxford University Press, 2005.

28 ONU, Rapport sur la situation sociale dans le monde 2005 : La crise de l’inégalité, New York, Nations unies, 2005, p. 1.

29 Ha-Joon Chang, Kicking Away the Ladder: Development Strategy in Historical Perspective, Londres, Anthem Press, 2002.

30 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana University Press, 2004.

31 John G. Ruggie, « Taking Embedded Liberalism Global: The Corporate Connection », dans David Held et Mathias Koenig-Archibugi (dir.), Taming Globalization: Frontiers of Governance, Cambridge, Polity Press, 2003, p. 93-129.

32 Anthony Giddens, Beyond Left and Right: The Future of Radical Politics, Stanford University Press, 1994, p. 16 et 113.

33 Tony Blair et Gerhard Schröder, « Europe: The Third Way/Die Neue Mitte », dans Bodo Hombach, The Politics of the New Centre, Cambridge, Polity Press, 2000, p. 159-169.

34 Anthony Giddens, The Third Way: The Renewal of Social Democracy, Cambridge, Polity Press, 1998, p. 7-8 et 70.

35 Oskar Lafontaine (1999), cité dans Giddens, The Third Way and Its Critics, p. 14; Mark Leonard, « Introduction », dans Hombach, The Politics of the New Centre, p. xxv-xxvii.

36 Mark Wickham-Jones, « From Reformism to Resignation and Remedialism? Labour’s Trajectory through British Politics », dans Erwin C. Hargrove (dir.), The Future of the Democratic Left in Industrial Democracies, University Park, Pennsylvania State University Press, 2003, p. 36.

37 Giuliano Bonoli et Martin Powell, « One Third Way or Several? », dans Jane Lewis et Rebecca Surender (dir.), Welfare State Change: Towards a Third Way?, Oxford University Press, 2004, p. 53-54.

38 Ibid., p. 54; David S. Bell, « French Socialists: Refusing the ‘ Third Way’« , dans Hargrove (dir.), The Future of the Democratic Left, p. 57 et 62-63.

39 Bonoli et Powell, op. cit., p. 56-61.

40 Glyn, « Aspirations, Constraints, and Outcomes », p. 20.

41 Christoffer Green-Pedersen, Kees van Kersbergen et Anton Hemerijck, « Neo-liberalism, the “Third Way” or What? Recent Social Democratic Welfare Policies in Denmark and the Netherlands », Journal of European Public Policy, vol. 8, no 2, 2001, p. 321; Gøsta Esping-Andersen, The Three Worlds of Welfare Capitalism, Princeton University Press, 1990, p. 21.

42 Anthony Giddens (dir.), The Global Third Way Debate, Cambridge, Polity Press, 2001, p. 8.

43 Giddens, « La troisième voie, le renouveau de la social-démocratie », dans Giddens et Blair, La troisième voie. Le renouveau de la social-démocratie, Paris, Éditions du Seuil, 2002, p. 55-56 et 112-115 ; Giddens, The Third Way and Its Critics, p. 38-39.

44 Stuart White, « Welfare Philosophy and the Third Way », dans Lewis et Surender (dir.), Welfare State Change, p. 34-35; Giddens, The Third Way and Its Critics, p. 85-86.

45 Green-Pedersen et al., op. cit., p. 322; White, « Welfare Philosophy and the Third Way », p. 43.

46 David Sanders, « The New Electoral Battleground », dans King et al. (dir.), New Labour Triumphs, p. 227-228.

47 Wickham-Jones, « From Reformism to Resignation and Remedialism? », p. 37-38; Kitty Stewart, « Equality and Social Justice », dans Anthony Seldon et Dennis Kavanagh (dir.), The Blair Effect, Cambridge University Press, 2005, p. 329-330 et 334-335.

48 Bruno Palier, Gouverner la sécurité sociale : les réformes du système français de protection sociale depuis 1945, Paris, PUF, 2002, p. 400-406 ; Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, Rapport 2003-2004, Paris, La Documentation française, 2004, p. 27-37.

49 Wim Kok (prés.), Relever le défi. La stratégie de Lisbonne pour la croissance et l’emploi, rapport, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, 2004.

50 Noël, « The New Global Politics of Poverty », p. 305.

51 Gøsta Esping-Andersen et al., Why We Need a New Welfare State, Oxford University Press, 2002, p. xxv.

52 Kofi Annan, Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l’homme pour tous – Rapport du Secrétaire général, New York, Assemblée générale des Nations unies, 59e session, A/59/2005, 24 mars 2005, p. 7, par. 23.

53 Richard Jolly, Louis Emmerij et Thomas G. Weiss, The Power of un Ideas: Lessons from the First 60 Years, New York, United Nations Intellectual History Project, 2005; Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice; Bob Deacon (avec Michelle Hulse et Paul Stubbs), Global Social Policy: International Organizations and the Future of Welfare, Londres, Sage, 1997, p. 57-90; Mahbub ul Haq et al. (dir.), The UN and the Bretton Woods Institutions: New Challenges for the Twenty-First Century, New York, St. Martin’s Press, 1995.

54 Juan Somavia, « Allocution de Juan Somavia, Directeur général du Bureau international du Travail au débat de haut niveau du Conseil économique et social des Nations unies », New York, 29 juin 2005, p. 2.

55 Kofi Annan, « Nous les peuples » : le rôle des Nations unies au XXIe siècle – Rapport du Secrétaire général, New York, Nations unies, 2000, par. 13.

56 Pascal Lamy, « Humaniser la mondialisation », allocution du Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, Santiago, 30 janv. 2006.

57 Assemblée générale des Nations unies, Déclaration du Millénaire, New York, Assemblée générale des Nations unies, 55e session, A/R/55/2, 13 sept. 2000.

58 ONU, Consensus de Monterrey. Projet de conclusions et décisions de la Conférence internationale sur le financement du développement, New York, Nations unies, A/CONF. 198/3, 1er mars 2002, p. 2 ; ONU, Document final du Sommet mondial de 2005, New York, Assemblée générale des Nations unies, 60e session, A/RES/60/1, 24 oct. 2005, p. 3.

59 FMI, OCDE, ONU et Banque mondiale, Un monde meilleur pour tous, Washington, Communications Development, 2000.

60 Louis W. Pauly, « The United Nations in a Changing Global Economy », dans Steven Bernstein et Louis W. Pauly (dir.), Global Liberalism and Political Order: Toward a New Grand Compromise?, Albany, SUNY Press, 2007, p. 105.

61 Voir <www.banquemondiale.org>.

62 James D. Wolfensohn et François Bourguignon, Développement et réduction de la pauvreté. Revoir le passé, penser l’avenir, Washington, Banque mondiale, oct. 2004, p. 3-4.

63 Horst Köhler, « Pour une mondialisation plus solidaire », allocution prononcée par le Directeur général du FMI à la Conférence sur la mondialisation et l’humanisation de l’économie, Washington, FMI, 28 janv. 2002 p. 2.

64 Supachai Panitchpakdi, « Why Trade Matters for Improving Food Security », allocution du Directeur général de l’OMC devant la Table ronde de haut niveau sur la réforme du commerce des produits agricoles et la sécurité alimentaire, Rome, OMC, 13 avril 2005.

65 Pascal Lamy, « Trade Can Be a Friend, and Not a Foe, of Conservation », allocution du Directeur général de l’OMC au Symposium de l’OMC dans le cadre de la réunion du Conseil du commerce et du développement de la CNUCED, Genève, 10-11 oct. 2005.

66 Sidney Dell, The United Nations and International Business, Durham et Londres, Duke University Press-UNITAR, 1990, p. ix.

67 FMI, OCDE, ONU et Banque mondiale, Un monde meilleur pour tous, p. 22.

68 Kofi Annan, « Message du Secrétaire général de l’ONU à la Conférence ministérielle de Doha de l’OMC », prononcé par M. Rubens Ricupero, Secrétaire général de la CNUCED, 9 nov. 2001, p. 1.

69 Jean-Philippe Thérien et Vincent Pouliot, « The Global Compact: Shifting the Politics of International Development? », Global Governance, vol. 12, no 1, 2006, p. 55-75.

70 Voir Craig N. Murphy, The United Nations Development Programme: A Better Way?, Cambridge University Press, 2006, p. 299-308; Kemal Dervis, « Déclaration à l’occasion de la réunion du conseil d’administration du PNUD/FNUAP », New York, 24 janv. 2006, p. 17.

71 PNUD, Development Effectiveness: Review of Evaluative Evidence, New York, Bureau de l’évaluation du PNUD, nov. 2001, p. 12.

72 Murphy, The United Nations Development Programme, p. 310; Mark M. Brown, « Conference on the Review of Poverty Reduction Strategy Papers Session on Partnership and Donor Assistance », allocution prononcée par l’administrateur du PNUD, Washington, 16 janv. 2002, p. 3.

73 Joseph E. Stiglitz, « The Insider: What I Learned at the World Economic Crisis », New Republic, 17-24 avril 2000, p. 60.

74 Annan, Dans une liberté plus grande, p. 8, par. 25.

75 South Centre, « Jordan Valley Declaration: Time for Mobilizing the South. », South Bulletin, no 49-50, 30 janv. 2003, p. 3; Branislav Gosovic, « Global Intellectual Hegemony and the International Development Agenda », International Social Science Journal, vol. 52, no 166, déc. 2000, p. 447-456.

76 Barnaby Mason, « The Rise of the European Right », BBC News, Édition internationale, 22 avril 2002.

77 Tim Bale, « Cinderella and Her Ugly Sisters: The Mainstream and Extreme Right in Europe’s Bipolarising Systems », West European Politics, vol. 26, no 3, juil. 2003, p 67-90; Anthony Mughan, Clive Bean et Ian McAllister, « Economic Globalization, Job Insecurity and the Populist Reaction », Electoral Studies, vol. 22, no 4, déc. 2003, p. 617-633.

78 Jacob S. Hacker et Paul Pierson, Off Center: The Republican Revolution and the Erosion of American Democracy, New Haven, Yale University Press, 2005, p. 1, 25-47 et 58-65.

79 Anthony Giddens, « Is Three Still the Magic Number? », The Guardian, 25 avril 2003.

80 Anthony Giddens, « Introduction: Neoprogressivism. A New Agenda for Social Democracy », dans Anthony Giddens (dir.), The Progressive Manifesto: New Ideas for the Centre-Left, Cambridge, Polity Press, 2003, p. 6.

81 Anthony Giddens, « Introduction », dans Anthony Giddens et Patrick Diamond (dir.), The New Egalitarianism, Cambridge, Polity Press, 2005, p. 1.

82 Philippe Ridet, « La victoire de Sarkozy est une revanche de la droite qui ne s’est reconnue ni dans Giscard, ni dans Chirac », Le Monde, 4 mai 2007.

83 Hacker et Pierson, Off Center, p. 43-44.

84 Jorge G. Castañeda, « Latin America’s Left Turn », Foreign Affairs, vol. 85, no 3, mai-juin 2006, p. 30 et 35; Michael Shifter, « In Search of Hugo Chávez », Foreign Affairs, vol. 85, no 3, mai-juin 2006, p. 50-51.

85 Joseph Wong, « Democratization and the Left: Comparing East Asia and Latin America », Comparative Political Studies, vol. 37, no 10, 2004, p. 1219-1223; Sandbrook et al., Social Democracy in the Global Periphery, p. 18 et 235.

86 Nicoli Nattrass et Jeremy Seekings, « Democracy and Distribution in Highly Unequal Economies: The Case of South Africa », Journal of Modern African Studies, vol. 39, no 3, 2001, p. 471-498; Patrick Bond, Talk Left, Walk Right: South Africa’s Frustrated Global Reforms, 2e éd., Scottsville, University of KwaZulu-Natal Press, 2006, p. 14-15 et 179-189.

87 Sandbrook et al., op. cit., p. 85 et 91.

88 John G. Ruggie, « The United Nations and Globalization: Patterns and Limits of Institutional Adaptation », Global Governance, vol. 9, no 3, 2003, p. 303-305; Jean-Philippe Thérien, « Beyond the North-South Divide: The Two Tales of World Poverty », Third World Quarterly, vol. 20, no 4, 1999, p. 723-742.

89 Jolly, Emmerij et Weiss, The Power of UN Ideas, p. 56 ; voir aussi PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2005. La coopération internationale à la croisée des chemins, Paris, Economica, 2005 ; ONU, Rapport sur la situation sociale dans le monde, 2005 ; ONU, Rapport sur la situation économique et sociale dans le monde, 2006 : divergence de la croissance et du développement, New York, Nations unies ; ONU, Social Justice in an Open World : The Role of the United Nations, New York, Nations unies, 2006.

90 ONU, Rapport sur la situation économique et sociale dans le monde, 2006, p. vi.

91 Voir Banque mondiale, World Development Report 2006: Equity and Development, Washington et New York, Banque mondiale – Oxford University Press, 2005, p. 9 et 57-66.

92 Ibid., p. 206.

93 Kofi Annan, « Les Objectifs du Millénaire bénéficient d’un soutien politique sans précédent et sont réalisables, affirme à Londres le Secrétaire général », allocution prononcée par le Secrétaire général de l’ONU lors de la Conférence sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, Londres, 6 juillet 2005 ; voir aussi Rodrigo de Rato, « A Rising Tide That Lifts all Boats : How Europe, by Promoting Growth, Can Help Itself and Help the World », allocution prononcée par le directeur du FMI au séminaire de la Banque nationale autrichienne, Vienne, 22 mai 2006.

94 Dervis, « Déclaration à l’occasion de la réunion du conseil d’administration du PNUD/FNUAP », p. 4.

95 Fonds monétaire international, « Common Ground and Differences of View Between the Bretton Woods Institutions (IMF and World Bank) and the World Council of Churches », Washington, FMI, 22 oct. 2004, p. 1.

96 Anne O. Krueger, « ’Tis Not Too Late to Seek a Newer World: What Globalization Offers the Poor », allocution prononcée par la Première Directrice générale adjointe du FMI à Oxford Union, Oxford, 9 mai 2005, p. 2.

97 Anne O. Krueger, « The Time is Always Ripe: Rushing Ahead with Economic Reform in Africa », allocution prononcée devant l’Economic Society of South Africa, 9 juin 2005, p. 3.

98 Annan, op. cit.

99 Ian Goldin, Halsey Rogers et Nicholas Stern, The Role and Effectiveness of Development Assistance: Lessons from World Bank Experience, Washington, Banque mondiale, 2002, p. xix.

100 CNUCED, Rapport sur le commerce et le développement, 2006. Partenariat mondial et politiques nationales de développement, New York et Genève, Nations unies, 2006, p. 57.

101 Annan, Dans une liberté plus grande, p. 21, par. 55.

102 ONU, « Technical Note no. 4 : Existing Proposals to Promote the Increased and More Effective Participation of Developing Countries in the Trade and Financial Decision-making Processes », dans Financing for Development : A Critical Global Collaboration, New York, Nations unies, 2002, p. 71-86 ; UNRISD, Mains visibles : assumer la responsabilité du développement social, Genève, Institut de recherche des Nations unies pour le développement social, 2000, p. 25-32 ; CNUCED, Rapport sur le commerce et le développement, 2002. Les pays en développement dans le commerce mondial, New York et Genève, Nations unies, 2002, p. i; Juan Somavia, « Statement by Director-General of the ILO to the Sixty-fourth Meeting of the Development Committee », Ottawa, 18 nov. 2001.

103 Anne O. Krueger, « From Despair to Hope : The Challenge of Promoting Poverty Reduction », allocution prononcée par la Première Directrice générale adjointe du FMI à la Conférence annuelle de Boehm-Bawek, Innsbruck, 17 nov. 2005.

104 Kemal Dervis, « Globalization: Key Challenges for Governance and Multilateralism », allocution de l’administrateur du PNUD à la Conférence The Challenge of Globalization: Reinventing Good Global Governance, 4 nov. 2005, p. 3.

105 Ian Budge et Michael D. McDonald, « Election and Party System Effects on Policy Representation: Bringing Time into a Comparative Perspective », Electoral Studies, vol. 26, no 1, mars 2007, p. 171.

106 Manow, Schäfer et Zorn, « European Social Policy and Europe’s Party-Political Center of Gravity », p. 32-33; Liesbet Hooghe, Gary Marks et Carole J. Wilson, « Does Left/Right Structure Party Positions on European Integration? », dans Gary Marks et Marco R. Steenbergen (dir.), European Integration and Political Conflict, Cambridge University Press, 2004, p. 121; Daniele Caramani, « Is There a European Electorate and What Does It Look Like? Evidence From Electoral Volatility Measures, 1976-2004 », West European Politics, vol. 29, no 1, janv. 2006, p. 1-27.

107 David Bradley et al., « Distribution and Redistribution in Postindustrial Democracies », World Politics, vol. 55, no 2, 2003, p. 193-228; Torben Iversen, « Class Politics is Dead! Long live Class Politics! A Political Economy Perspective on New Partisan Politics », APSA-CP Newsletter, vol. 17, no 2, été 2006, p. 4-6; et « Electoral Institutions and the Politics of Coalitions: Why Some Democracies Redistribute More Than Others », American Political Science Review, vol. 100, no 2, mai 2006, p. 165; Torben Iversen et Frances Rosenbluth, « The Political Economy of Gender: Explaining Cross-National Variation in the Gender Division of Labor and the Gender Voting Gap », American Journal of Political Science, vol. 50, no 1, janv. 2006, p. 12-18.

108 Lyle Scruggs et James P. Allan, « The Material Consequences of Welfare States: Benefit Generosity and Absolute Poverty in 16 OECD Countries », Comparative Political Studies, vol. 39, no 7, sept. 2006, p. 880-904; Jean-Philippe Thérien et Alain Noël, « Political Parties and Foreign Aid », American Political Science Review, vol. 94, no 1, mars 2000, p. 151-162; Noël et Thérien, « Public Opinion and Global Justice », Comparative Political Studies, vol. 35, no 6, août 2002, p. 627-652.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search