Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 6. Le triomphe de la démocratie de marché (1980-2007)

Texte intégral

  • 1 Geoff Eley, Forging Democracy: The History of the Left in Europe, 1850-2000, Oxford University Pre (...)
  • 2 Eric Hobsbawm, L’âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, Paris, Les Éditions Complexe – Le (...)

1Le 8 novembre 1989, alors que la population était descendue massivement dans les rues et que les habitants quittaient le pays par milliers en passant par la Hongrie et la Tchécoslovaquie, un gouvernement est-allemand vacillant déclara que le mur de Berlin ne faisait dorénavant plus obstacle à la libre circulation des citoyens. Des foules venant de l’Est et de l’Ouest se rassemblèrent pour faire la fête et entreprirent de démolir ce qui avait été l’un des plus célèbres symboles de la guerre froide. Moins d’un an plus tard, la RDA disparaissait et l’Allemagne était réunifiée. Dans toute l’Europe de l’Est, les régimes communistes s’effondrèrent alors, pour être remplacés par des démocraties dirigées par élus déterminés à rétablir les règles du libre marché. En décembre 1991, l’Union soviétique cessa d’exister et céda la place à la Communauté des États indépendants, elle aussi engagée dans un processus de démocratisation et de libéralisation1. En Chine, le Parti communiste résista à toute tentative de démocratisation du même genre, n’hésitant pas à tuer des centaines d’étudiants pour écraser les manifestations de la place Tienanmen. Le régime adopta toutefois une politique d’ouverture économique, qui réintroduisit les mécanismes du marché dans le plus grand pays communiste du monde. À l’exception de quelques régimes marginaux — comme la Corée du Nord, qui devint la première dictature communiste héréditaire —, le « socialisme réellement existant » en tant que projet de planification économique totalement contrôlé par l’État avait cessé d’exister2.

  • 3 Ruth B. Collier, Paths toward Democracy: The Working Class and Elites in Western Europe and South (...)
  • 4 Renske Doorenspleet, « Reassessing the Three Waves of Democratization », World Politics, vol. 52, (...)
  • 5 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana (...)
  • 6 Anthony Payne, The Global Politics of Unequal Development, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005, (...)

2Au Sud également, les décennies 1980 et 1990 ont amené le double triomphe du marché et de la démocratie libérale. Le tournant vers la démocratie commença dans les années 1970 en Europe du Sud et dans les années 1980 en Amérique latine. Dans ces régions, il s’agissait plus exactement d’un retour à la démocratie, puisque la plupart des pays concernés avaient été démocratiques dans le passé3. Les années 1990, en revanche, donnèrent lieu à une « véritable explosion de démocratisation » dans des pays, en Asie et en Afrique surtout, qui n’avaient jamais connu la démocratie4. Tout comme les pays communistes se tournaient vers le capitalisme, les gouvernements du Sud abandonnaient la planification et réduisaient l’intervention de l’État pour se tourner vers le marché et l’entreprise privée5. Ces changements, toutefois, ne sont pas toujours survenus dans un climat international serein. Au contraire, les pays en développement ont dû affronter crise sur crise, et l’écart entre États pauvres et États riches s’est imposé comme « la ligne de rupture la plus importante de l’ordre mondial6 ».

  • 7 Margaret Thatcher (18 janvier 1984), citée dans Dennis Kavanagh, Thatcherism and British Politics: (...)
  • 8 Ronald Reagan, « Inaugural Address », 20 janvier 1981 (<www.reaganlibrary.com>).

3La révolution promarché avait en fait débuté dans les pays du Nord, avec l’élection en mai 1979 de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne et, en novembre 1980, de Ronald Reagan aux États-Unis. Conservatrice pure et dure, Thatcher voulait qu’on se souvienne d’elle comme d’un chef qui « rompait radicalement avec le consensus débilitant d’un gouvernement paternaliste et d’un peuple dépendant ; qui rejetait l’idée d’un État tout puissant dont le citoyen serait simplement un bénéficiaire ; et qui faisait voler en éclat l’illusion d’un gouvernement qui, en quelque sorte, pourrait se substituer à la performance individuelle7 ». Dans le même esprit, Reagan entama son premier mandat en déclarant : « Le gouvernement n’est pas la solution à tous nos problèmes ; le gouvernement, c’est le problème8. » Une ère conservatrice s’ouvrait qui allait définir la politique partout dans le monde durant au moins vingt ans.

4Ce chapitre passe en revue le virage à droite en faveur de la démocratie de marché, qui a changé autant les politiques nationales que la dynamique mondiale. En s’attardant à la montée du monétarisme et du néolibéralisme, les deux premières parties retracent le passage, dans les démocraties avancées, d’une approche favorisant l’égalité par le biais de la gestion macroéconomique, de la négociation collective et de la protection sociale, à une nouvelle vision privilégiant la compétitivité, l’austérité budgétaire et les mécanismes du marché. Les sections suivantes montrent comment cette vision néolibérale s’est étendue au champ du développement, et comment les forces de droite ont transformé la dynamique des relations Nord-Sud.

Le monétarisme

  • 9 Daniel Yergin et Joseph Stanislaw, The Commanding Heights: The Battle Between Government and the M (...)

5Pour comprendre le changement de direction qui marque les années 1980, il faut remonter quelques années en arrière, aux beaux jours du « consensus » de l’après-guerre, afin de voir comment de nouvelles idées de droite ont graduellement émergé. Dans les années 1960, les politiciens conservateurs attaquaient rarement de front la perspective keynésienne ou le projet de l’État-providence. Même le président républicain Richard Nixon s’était réclamé de Keynes en janvier 1971, en pensant sans doute à sa réélection prochaine9. Des critiques commençaient néanmoins à se faire entendre, notamment parmi les économistes. Les attaques allaient venir de trois côtés. D’abord, on reprocha au keynésianisme de ne pas parvenir à contrer l’inflation et la stagflation. Deuxièmement, on insista sur l’insuffisance des fondements microéconomiques de l’approche keynésienne, qui expliquait sa difficulté à rendre compte du comportement des acteurs économiques individuels. Troisièmement, sur un plan plus politique, le keynésianisme et l’intervention de l’État furent contestés au nom de la liberté de choix des individus, de l’efficacité et de la morale.

  • 10 David Smith, The Rise and Fall of Monetarism, Harmondsworth, Penguin, 1987, p. 7-11.

6Examinons d’abord l’inflation. Milton Friedman, un économiste de l’Université de Chicago qui croyait aux vertus du libre marché et se méfiait de l’intervention de l’État, fut l’un des premiers à lancer l’attaque. Il se fonda d’abord sur la vieille théorie quantitative de la monnaie voulant que l’augmentation de la masse monétaire fasse nécessairement monter les prix, engendrant ainsi de l’inflation. Pour Keynes, le lien n’était pas aussi direct. Sans nier l’importance des facteurs monétaires, Keynes prétendait que dans certains cas, pendant les récessions sévères, par exemple, les individus renonçaient tout bonnement à se servir de la monnaie, quelle que soit sa disponibilité, pour acheter ou investir. Quand de telles « trappes à liquidités » se formaient, l’offre de monnaie ne comptait plus et la politique monétaire devenait sans effet. Les gouvernements devaient alors avoir recours à la politique fiscale — en diminuant les impôts ou en augmentant les dépenses — afin de stimuler la consommation et les investissements10.

  • 11 Ibid., p. 20-24; Michael Bleaney, The Rise and Fall of Keynesian Economics: An Investigation of It (...)

7Dans l’étude qu’il mena avec Anna Schwartz sur l’histoire monétaire des États-Unis, Friedman défendit l’idée contraire : les récessions majeures étaient avant tout des phénomènes monétaires, parce qu’elles étaient toujours précédées d’une baisse significative de la masse monétaire en circulation. Souvent contestée, la démonstration empirique de cette thèse n’était pas sans faille, mais elle permit à Friedman d’affirmer que l’évolution de la masse monétaire était plus importante que l’évolution du revenu national, et que les décideurs politiques devaient assurer une offre de monnaie stable à partir d’une approche non-interventionniste. Dans un marché qui fonctionne bien, une quantité stable de monnaie suffirait à éviter à la fois l’inflation et le chômage11.

  • 12 James Tobin, « The Monetary Interpretation of History », American Economic Review, vol. 55, no 3, (...)
  • 13 Harry G. Johnson, « The Keynesian Revolution and the Monetarist Counter-Revolution », American Eco (...)

8Les économistes reçurent les idées monétaristes de Friedman assez froidement. Son insistance sur la monnaie, en particulier, était vue davantage comme un signe du « zèle et de l’exubérance [de] Friedman et de ses émules12 » que comme une critique susceptible d’ébranler l’approche keynésienne. Pour que l’interprétation monétariste triomphe, deux autres conditions allaient être nécessaires. D’une part, il fallait que l’inflation s’impose dans la sphère publique comme un problème important. D’autre part, l’idée selon laquelle le monétarisme offrait le meilleur diagnostic et le remède le plus efficace contre l’inflation devait aussi prévaloir13.

  • 14 Herbert Stein, Presidential Economics: The Making of Economic Policy from Roosevelt to Reagan and (...)
  • 15 Comme nous l’avons vu, cette conclusion ne tenait pas pour les pays qui avaient adopté une politiq (...)

9L’inflation grimpa effectivement dans les années 1960, mais elle n’était pas encore perçue comme un enjeu aussi sérieux que le chômage. À cette époque, explique Herbert Stein, l’inflation « montait dans la hiérarchie des problèmes nationaux, simplement parce qu’il y en avait plus », mais « cela ne touchait pas beaucoup les gens14 ». Les experts étaient tout de même intrigués par la persistance simultanée de l’inflation et du chômage. Reconnaissant cette difficulté, l’économiste britannique Alban Phillips suggéra que l’arbitrage à établir entre l’emploi et l’inflation demeurait au mieux imparfait. En pratique, les gouvernements qui cherchaient à atteindre un très bas taux de chômage devaient accepter un peu d’inflation15.

  • 16 Milton Friedman, « The Role of Monetary Policy », American Economic Review, vol. 58, no 1, mars 19 (...)

10Friedman profita de la visibilité que lui offrait le discours qu’il devait prononcer en 1967 en tant que président de l’American Economic Association pour dénoncer ce point de vue, qui rendait une légère inflation acceptable. L’arbitrage observé par Phillips, expliqua-t-il, ne pouvait fonctionner qu’à court terme. Les agents économiques se rendaient compte rapidement que les politiques de plein emploi menaient à une hausse des salaires et des prix, et ajustaient alors leurs attentes. À terme, dans une telle situation, il ne pouvait y avoir d’expansion économique sans une augmentation progressive de l’inflation : « Il n’y a pas d’arbitrage permanent » conclut Friedman16. Chaque société avait en fait un « taux de chômage naturel », en deçà duquel il était difficile de descendre. Ce taux « naturel » était déterminé par les institutions sociales et la législation, et il ne pouvait être abaissé qu’en réalisant des réformes structurelles facilitant le jeu du marché. Réduire le salaire minimum ou la force des syndicats, par exemple, pourrait diminuer le taux de chômage non-inflationniste et augmenter le niveau d’emploi mieux que n’importe quelle politique fiscale.

  • 17 Alex Leijonhufvud (1983), cité dans Robert Heilbroner et William Milberg, The Crisis of Vision in (...)
  • 18 Alan S. Blinder, « The Fall and Rise of Keynesian Economics », Economic Record, vol. 64, no 187, 1 (...)
  • 19 Bleaney, The Rise and Fall of Keynesian Economics, p. 141.

11Cette thèse — présentée à la même époque par l’économiste de Columbia Edmund Phelps, de façon moins flamboyante mais plus sophistiquée — s’est avérée extrêmement influente parce qu’elle prédisait la montée combinée du chômage et de l’inflation qui était sur le point de se produire, et qu’on allait appeler « stagflation ». Le diagnostic s’accompagnait en plus d’une solution politique, ce que n’offrait plus l’approche keynésienne. Pour les adversaires de Friedman, et de l’aveu même de l’économiste keynésien Alex Leijonhufvud, « ce fut une véritable débâcle17 ». À partir de 1980, renchérit Alan Blinder, « il était devenu difficile de trouver dans les universités américaines un macroéconomiste de moins de quarante ans qui se réclame encore de Keynes18 ». Les politiciens de droite eurent tôt fait de « se saisir des idées monétaristes pour dénoncer les dépenses et les interventions de l’État qui ne pouvaient qu’alimenter l’inflation ». Pour eux, expliquait encore Michael Beaney, « le monétarisme allait devenir le moyen de relier l’insatisfaction populaire à propos des impôts, de la générosité publique et des “parasites” soupçonnés d’en abuser avec un autre grand sujet d’angoisse, l’inflation19 ».

  • 20 Roger E. Backhouse, « The Rise of Free Market Economics: Economists and the Role of the State sinc (...)
  • 21 Mark Blyth, Great Transformations: Economic Ideas and Institutional Change in the Twentieth Centur (...)

12Une deuxième offensive allait venir de l’étude des agents économiques individuels mise de l’avant par les tenants de la théorie des choix rationnels. Cette approche, initiée par les travaux de chercheurs comme James Buchanan, Gordon Tullock, Anthony Downs et Mancur Olson, analysait les phénomènes politiques et sociaux dans l’optique utilitariste de l’économie néoclassique20. Les individus y étaient représentés comme des égoïstes rationnels peu enclins à coopérer, les électeurs comme des ignorants rationnels, les bureaucrates et les politiciens comme des agents cherchant à maximiser leurs budgets et leurs appuis électoraux, et les groupes et les mouvements sociaux comme des entrepreneurs en quête de rentes et de privilèges. Dans cette perspective, qui mettait à jour la vieille méfiance conservatrice envers la démocratie et l’État, les citoyens n’avaient pas grand chose à attendre de la politique ou même des rapports sociaux de coopération. Le mieux qu’ils pouvaient espérer, c’était que le marché remplisse autant de fonctions sociales que possible, ce mécanisme étant immunisé contre le pouvoir et les privilèges par le truchement de la compétition. Une explication complémentaire fut ajoutée par des économistes comme Robert Lucas, qui étudiaient ce qu’ils appelaient les « anticipations rationnelles ». L’idée, ici, était de contester la conception keynésienne voulant que les agents économiques agissent habituellement dans des conditions d’incertitude radicale, sur la base de « conventions », de « principes » ou même sous l’influence de leurs « instincts animaux ». Les signaux économiques lancés par le gouvernement semblaient alors indispensables. Le postulat de Lucas et ses disciples était au contraire que les individus et les entreprises comprenaient tout à fait la structure économique et qu’ils anticipaient correctement l’évolution du marché et les interventions de l’État. À partir de cet axiome, on déduisait que les acteurs sociaux prévoyaient toujours les politiques économiques et en escomptaient à l’avance les effets, les rendant inefficaces ou même nuisibles. Cette nouvelle approche expliquait en termes microéconomiques la stagflation prévue par Friedman, et renforçait les conclusions monétaristes sur les limites de toute gestion macroéconomique21. Elle contribuait aussi à supplanter l’influence de la pensée keynésienne chez les économistes parce qu’elle permettait de réunir les branches séparées de leur discipline, la micro-et la macroéconomie.

  • 22 Friedrich Hayek, La route de la servitude, Paris, PUF, 1985, p. 78.
  • 23 John Maynard Keynes (1944), cité dans Hannes H. Gissurarson, « The Only Truly Progressive Policy…  (...)

13Enfin, l’offensive contre le keynésianisme a aussi été politique. Dans La route de la servitude (1944), l’économiste autrichien Friedrich von Hayek avait prévu les grands thèmes de l’offensive de la droite en associant la planification, le socialisme et le collectivisme au totalitarisme. « La meilleure garantie de la liberté, avançait Hayek, est la propriété privée, non seulement pour ceux qui la possèdent, mais presque autant pour ceux qui n’en ont pas22 ». Le livre fut bien reçu mais, durant de nombreuses années, ses thèses restèrent politiquement marginales. La pensée de John Maynard Keynes correspondait mieux à l’air du temps. Keynes trouva d’ailleurs intéressant l’ouvrage de Hayek, mais écrivit à son auteur qu’il ferait moins « figure de Don Quichotte » s’il admettait qu’une planification modérée ne pouvait être si dangereuse23.

  • 24 Milton Friedman, Capitalisme et liberté, Paris, Robert Laffont, 1971, p. 16.
  • 25 Ibid., p. 75 et 104.
  • 26 Ibid., p. 243.

14La pensée de Hayek demeura néanmoins très influente à droite. Dépassant ses désaccords avec Hayek sur le rôle de l’État et la politique monétaire, Friedman contribua à redonner de la vigueur aux thèses de celui-ci avec la publication en 1962 de Capitalisme et liberté. Dans cet ouvrage destiné au grand public, Friedman insistait lui aussi sur le rôle de la liberté économique comme « condition nécessaire de la liberté politique24 ». L’économiste plaidait encore ici en faveur de mesures législatives « enjoignant l’autorité monétaire d’atteindre un taux spécifique de croissance de la masse monétaire », et pour la mise en œuvre d’une politique fiscale neutre, conçue « sans se soucier des modifications subies d’une année sur l’autre par la stabilité économique25 ». Friedman proposait aussi l’abolition des impôts sur les sociétés et l’élimination de toute politique favorable aux syndicats. Il préconisait un impôt sur le revenu à taux unique, considérant que les États avaient fait plus de mal que de bien en essayant de redistribuer les revenus. Une société libérale, concluait-il, devait éviter de « prendre aux uns pour donner aux autres […] au nom de la justice. Ce point atteint, l’égalité entre ouvertement en conflit avec la liberté : on doit choisir. On ne peut pas en ce sens être à la fois égalitaire et libéral26. »

  • 27 Fritz W. Scharpf, « Economic Changes, Vulnerabilities, and Institutional Capabilities », dans Frit (...)

15Il fallut du temps à ces idées de droite pour sortir de l’ombre et exercer une véritable influence dans le champ politique. L’occasion se présenta dans les années 1970, quand la montée simultanée du chômage et de l’inflation ébranla l’économie keynésienne et rendit plausible l’hypothèse monétariste. Le choc pétrolier de 1973 servit de catalyseur. Dans un contexte économique déjà difficile, marqué aussi par la fin du système de taux de changes fixes conçu à Bretton Woods, la décision de l’OPEP de réduire la production et d’augmenter les prix eut un impact majeur. En quelques mois, le prix du pétrole quadrupla et les taux d’inflation dépassèrent le seuil des 10 % — la moyenne des pays de l’OCDE était de 13,3 % en 1974 — alors même que la demande internationale chutait parce que les pays consommateurs avait perdu une partie de leur pouvoir d’achat au profit des producteurs de pétrole qui, eux, n’avaient pas encore commencé à réinvestir leurs revenus dans l’économie mondiale27.

  • 28 Fritz W. Scharpf, Crisis and Choice in European Social Democracy, Ithaca, Cornell University Press (...)
  • 29 Scharpf, « Economic Changes, Vulnerabilities, and Institutional Capabilities », p. 32-33.
  • 30 John Smithin, Macroeconomics after Thatcher and Reagan: The Conservative Policy Revolution in Retr (...)

16C’est l’Allemagne qui, la première, emprunta la voie du monétarisme. Dans une société où le keynésianisme n’avait « jamais vraiment eu d’emprise » et qui était dotée d’une banque centrale très indépendante ayant toujours considéré que sa mission première était de maintenir la stabilité des prix, le passage à une forme pragmatique de monétarisme allait presque de soi. Après le choc pétrolier, la Bundesbank choisit rapidement et sans ambiguïté de combattre l’inflation à l’aide d’une politique monétaire restrictive, même si le gouvernement fédéral continuait à viser le plein emploi28. De nombreux pays européens emboîtèrent le pas à l’Allemagne parce que l’accord de Bâle sur les taux de change (le Serpent monétaire européen) liait leurs devises au deutschemark et les obligeait à adopter une sorte de « monétarisme importé29 ». Ce changement passa cependant presque inaperçu jusqu’en 1979, quand on commença à appliquer des mesures monétaristes de façon beaucoup plus énergique30.

  • 31 Kavanagh, Thatcherism and British Politics, p. 12-13.

17En mai 1979, Margaret Thatcher fut la première chef de gouvernement élue sur un programme politique ouvertement monétariste. Son gouvernement s’engageait à établir des cibles strictes pour l’offre de monnaie, estimant ainsi pouvoir stopper l’inflation sans faire monter le taux de chômage. Le parti conservateur promit également de réduire la taille de l’État et de renforcer les mécanismes du marché, d’amoindrir le pouvoir des syndicats et de rétablir l’autorité du gouvernement31.

  • 32 Ibid., p. 225-233; Smithin, op. cit., p. 42-47 et 59; Peter A. Hall, Governing the Economy: The Po (...)
  • 33 Margaret Thatcher, « Speech to the Conservative Party Conference (“The lady’s not for turning”) », (...)
  • 34 Smith, The Rise and Fall of Monetarism, p. 106; Hall, Governing the Economy, p. 118.

18Entre 1979 et 1981, le gouvernement britannique adopta une politique monétaire ferme, laissant les taux d’intérêt à court terme monter jusqu’à 16,6 % en 1980. Cette ligne de conduite, alliée à une augmentation abrupte des taxes à la valeur ajoutée et des cotisations d’assurance sociale, déboucha sur une grave récession. En 1982, le taux de chômage atteignait plus de 12 % et le taux d’inflation demeurait autour de 8 %32. Dans tous les milieux, y compris parmi les dirigeants d’entreprises et au conseil des ministres, la pression montait en faveur d’une politique plus souple. Officiellement, Thatcher résistait. Elle répétait qu’il n’y avait « aucune alternative », ce qu’elle déclara sans ambiguïté dans une formule restée fameuse : « The lady’s not for turning » (la dame ne changera pas d’avis)33. Dans les faits, cependant, le gouvernement conservateur renonça graduellement à exercer un contrôle strict sur la masse monétaire, ce qui s’était avéré impossible, et opta pour des orientations macroéconomiques plus pragmatiques. Les politiques fiscales et monétaires demeurèrent tout de même rigoureuses, et l’on parvint finalement à faire baisser l’inflation, au prix d’une hausse durable du chômage34.

  • 35 Alberto Alesina et Geoffrey Carliner (dir.), Politics and Economics in the Eighties, University of (...)

19Aux États-Unis, le virage monétariste avait en fait précédé l’élection de Ronald Reagan. À l’automne 1979, dans une tentative de dernière minute pour démontrer sa détermination à réduire un taux d’inflation inquiétant, Jimmy Carter avait nommé Paul Volcker à la tête de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis. Ce dernier adopta sans attendre une position monétariste stricte, ce qui entraîna un ralentissement économique qui a peut-être coûté la présidence à Carter. En 1980-1981, avec un nouveau président favorable à cette ligne dure, les taux d’intérêt grimpèrent jusqu’à 15,9 % et les États-Unis connurent la pire récession depuis les années 193035.

  • 36 Hibbs, op. cit., p. 176-182.
  • 37 Stein, Presidential Economics, p. 236-237.
  • 38 Alesina et Carliner, op. cit., p. 13; Krugman, Peddling Prosperity, p. 152-153; Paul Pierson, « Th (...)

20Le cas de Ronald Reagan est singulier. Dans un pays qui n’avait pas connu les difficultés du Royaume-Uni — en 1976, le gouvernement travailliste de James Callaghan avait dû modifier sa politique économique pour obtenir un prêt du Fonds monétaire international —, les électeurs n’étaient pas enclins à soutenir un changement radical36. Pour être élu, Reagan avait promis de réduire l’inflation sans faire augmenter le chômage, de baisser les impôts sans encourir un déficit, et de couper dans les dépenses de l’État sans que personne n’en souffre. La vieille tradition républicaine de l’« économie dans la douleur » (castor-oil economics), déplora l’économiste Herbert Stein, s’était transformée en « économie de la joie », avec l’aide de notions douteuses empruntées à « l’économie de l’offre37 ». Une fois au pouvoir, Reagan effectua de nombreuses coupes dans les impôts mais ne diminua pas les dépenses d’autant, ce qui contribua à provoquer une hausse sans précédent du déficit budgétaire et à déclencher tout un débat sur les limites de l’intervention de l’État38. Le nouveau président augmenta également les dépenses militaires, coupa dans les programmes destinés aux démunis, attaqua les syndicats et affaiblit la mise en œuvre des lois sur la santé, la sécurité et l’environnement.

  • 39 Scharpf, « Economic Changes, Vulnerabilities, and Institutional Capabilities », p. 51; Torben Iver (...)
  • 40 Hall, Governing the Economy, p. 192-201.

21L’économie mondiale fut sérieusement ébranlée par la récession de 1981-1982, et même les gouvernements qui favorisaient encore le plein emploi furent contraints de s’adapter. Dans un marché financier fortement intégré, les taux d’intérêt élevés rendirent le recours à des politiques monétaires et fiscales expansionnistes de plus en plus difficile et coûteux, et la majorité des gouvernements, y compris les gouvernements sociaux-démocrates, durent adopter des politiques d’austérité et de lutte contre l’inflation39. Le cas de la France est un exemple parfait de cette évolution. Après 23 ans de gouvernement de droite, le pays venait d’élire un président socialiste, François Mitterrand, qui était allié avec les communistes et promettait des changements radicaux. Dans la première année de son mandat, le gouvernement adopta effectivement une politique économique expansionniste, augmentant les dépenses de l’État alors même que le reste du monde répondait à la récession en adoptant des mesures d’austérité. Dans ce contexte défavorable, la France connut rapidement une crise de la balance des paiements et sa devise subit de très fortes pressions à la baisse. En juin 1982, après un an de pouvoir, les socialistes français changèrent de direction. Le franc fut dévalué et un plan sévère d’austérité fut mis en œuvre. Le « keynésianisme dans un seul pays » avait échoué40.

Le néolibéralisme

22La doctrine monétariste pure s’effaça graduellement parce qu’elle était trop simpliste pour guider les politiques économiques. L’engagement keynésien en faveur du plein emploi avait tout de même été écarté au profit de la lutte contre l’inflation et les déficits budgétaires. De façon plus générale, les politiques adoptées dans les années 1980 et 1990 favorisèrent les privatisations, la déréglementation, un bas niveau de taxation et un État plus économe, le tout justifié le plus souvent en invoquant la compétitivité internationale. Toutes ces orientations furent résumées par le terme « néolibéralisme », qui avait l’avantage de marquer leur caractère innovant, même si nombre de politiciens et d’experts de droite ont refusé cette étiquette, la jugeant trop idéologique.

  • 41 Donald J. Savoie, Thatcher, Reagan, Mulroney: In Search of a New Bureaucracy, University of Pittsb (...)
  • 42 Ibid, p. 172-199 et 256-272; Geert Bouckaert, « Modernising Government: The Way Forward — A Commen (...)

23Le sort réservé à la fonction publique est particulièrement intéressant. Historiquement, la droite s’était toujours méfiée de l’intervention de l’État et de la bureaucratie, et elle favorisait des gouvernements de petite taille. Les néolibéraux des années 1980 et 1990 partageaient cette prédisposition tout en lui donnant une nouvelle dimension : ils préconisaient non seulement un État plus frugal, mais aussi un gouvernement qui soit géré comme une entreprise. Certaines fonctions seraient abandonnées, d’autres privatisées ou concédées en sous-traitance, des actifs seraient vendus et des employés seraient remerciés. Au Canada, par exemple, le premier ministre conservateur Brian Mulroney promit de remettre « une fiche de licenciement et des chaussures de sport à tous les bureaucrates41 ». Ce qui subsisterait de la fonction publique allait s’inspirer du secteur privé, l’administration publique se réinventant en gestion publique. Les citoyens deviendraient des « clients » et les services publics acquerraient de l’autonomie, des pouvoirs propres, et un surcroît d’efficacité. Les nouveaux « gestionnaires publics » s’occuperaient davantage des résultats que des procédures et des règles formelles. Il n’est pas certain que ce mouvement de réforme ait réussi à transformer des structures administratives complexes d’abord conçues pour rendre des comptes au pouvoir politique, mais la « nouvelle gestion publique » a certainement été très influente42.

  • 43 Fred Block, « Rethinking the Political Economy of the Welfare State », dans Block et al. (dir.), T (...)
  • 44 Timothy Raison, Tories and the Welfare State: A History of Conservative Social Policy since the Se (...)
  • 45 Bashevkin, op. cit., p. 22-23; Gareth Davies, « The Welfare State », dans W. Elliot Brownle et Hug (...)

24Le virage vers le marché fut général. Les institutions financières furent déréglementées, les politiques industrielles, pratiquement abandonnées et les règles du marché du travail devinrent plus flexibles. En ce qui concerne l’État-providence, cependant, la droite se heurta à plus de résistance. Rappelons d’abord que, pour les conservateurs, les programmes sociaux posaient quatre grands problèmes. Premièrement, en augmentant les charges fiscales, ils décourageaient l’investissement. Deuxièmement, ils avaient un effet dissuasif sur l’emploi, ce qui contribuait, en termes monétaristes, à accroître le taux de chômage naturel. Troisièmement, ils coûtaient de plus en plus cher et semblaient intenables sans de sérieuses réformes. Quatrièmement, ils mettaient en péril les valeurs sociales de base et favorisaient la dépendance, le déclin du mariage et les grossesses juvéniles dans les milieux défavorisés43. Margaret Thatcher, par exemple, insistait sur l’importance de laisser des choix aux individus, de reconnaître le travail et le mérite, et de soutenir les bonnes « valeurs victoriennes »44. Ronald Reagan acceptait en principe d’aider les « véritables démunis », mais estimait que la grande majorité des programmes sociaux touchaient en fait des citoyens qui n’avaient pas besoin ou ne méritaient pas l’aide de l’État, comme cette fameuse « reine de l’aide sociale » (welfare queen) de Chicago qu’il se plaisait à dénoncer dans sa campagne de 1976. Pour lui, l’aide sociale nuisait aux pauvres plus qu’elle ne les aidait45.

  • 46 Paul Pierson, « Coping with Permanent Austerity: Welfare State Restructuring in Affluent Democraci (...)
  • 47 Paul Pierson, Dismantling the Welfare State: Reagan, Thatcher, and the Politics of Retrenchment, C (...)
  • 48 Francis G. Castles, The Future of the Welfare State: Crisis Myths and Crisis Realities, Oxford Uni (...)
  • 49 Lane Kenworthy et Jonas Pontusson, « Rising Inequality and the Politics of Redistribution in Afflu (...)

25Malgré tout, l’État-providence demeurait extrêmement populaire. Bénéficiant d’une façon ou d’une autre des programmes sociaux, la plupart des citoyens continuaient d’appuyer ce type de politiques qui étaient ancrées dans des institutions bien établies et défendues par des groupes d’intérêt bien organisés. Supprimer des programmes sociaux, comme l’a judicieusement observé Paul Pierson, se révéla beaucoup plus difficile que de les étendre46. Thatcher et Reagan réussirent, par exemple, à diminuer certaines prestations destinées aux pauvres — un électorat rarement influent — mais ne touchèrent qu’à la marge les grands programmes sociaux, considérés comme des droits acquis par la classe moyenne47. Plus généralement, si la croissance moyenne des dépenses sociales des démocraties avancées diminua entre 1980 et 1998, elle ne devint jamais négative. Autrement dit, les États-providence continuèrent de se développer, mais plus lentement48. Un des facteurs expliquant l’expansion persistante des programmes sociaux fut l’augmentation des inégalités pendant cette période, une situation qui obligeait les gouvernements à intervenir davantage pour obtenir les mêmes effets en termes de redistribution49.

  • 50 Evelyne Huber et John D. Stephens, Development and Crisis of the Welfare State: Parties and Polici (...)

26Cela ne signifie pas que rien n’a changé. D’abord, dans certains pays comme le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande, des efforts réels de réduction des dépenses ont effectivement fait reculer la protection sociale50. Ensuite, partout, des programmes ont été repensés dans l’esprit du néolibéralisme. Sans affecter le niveau général des dépenses, ces changements ont altéré des aspects importants de l’État-providence, et vraisemblablement ouvert la voie à d’autres réformes dans l’avenir.

  • 51 Pontusson, Inequality and Prosperity, p. 187-188; Jacob S. Hacker, « Dismantling the Health Care S (...)
  • 52 Giuliano Bonoli, The Politics of Pension Reform: Institutions and Policy Change in Western Europe, (...)

27Dans le domaine de la santé, par exemple, au cours des années 1980 et 1990, la plupart des pays ont cherché à contenir les coûts tout en réduisant la part de l’État dans les dépenses affectées à ce secteur d’activité (en donnant un rôle plus important aux assurances privées ou en augmentant les contributions des assurés, notamment)51. En ce qui concerne les pensions de vieillesse, assurément les programmes les plus difficiles à modifier, les gouvernements mirent sur pied diverses réformes visant à en réduire la générosité et à contrôler les coûts. La tendance générale était de passer d’un système par répartition à un système basé sur les contributions des retraités eux-mêmes, ce type d’arrangement semblant plus viable à long terme, mais aussi moins égalitaire et plus conforme à la logique du marché52.

  • 53 Pontusson, op. cit., p. 191-192; James P. Allan et Lyle Scruggs, « Political Partisanship and Welf (...)
  • 54 Neil Gilbert, Transformations of the Welfare State: The Silent Surrender of Public Responsibility, (...)

28L’évolution des programmes destinés aux chômeurs, bête noire des conservateurs, est particulièrement frappante. Entre 1985 et 1999, le taux net de remplacement du revenu pour les chômeurs baissa dans pratiquement tous les pays de l’OCDE, notamment là où la droite était au pouvoir53. Et partout, les conditions d’admissibilité furent resserrées. Les uns après les autres, les gouvernements tentèrent d’associer le soutien du revenu au marché du travail, pour aider, encourager ou contraindre les chômeurs à retrouver un emploi. Quand la droite était au pouvoir, ces nouvelles conditions avaient tendance à être plus strictes et parfois même pénalisantes, allant jusqu’au système du workfare. Quand la gauche était plus forte, les nouvelles mesures étaient plutôt volontaires, et misaient sur la formation et l’intégration sociale54.

  • 55 Huber et Stephens, Development and Crisis of the Welfare State, p. 305.

29Tout au long de cette période marquée par le néolibéralisme, la distinction entre la droite et la gauche semblait s’atténuer, au point d’apparaître désuète à certains. En effet, la droite n’a pas pu aller aussi loin qu’elle l’aurait voulu à cause de la popularité à toute épreuve de l’État-providence, et la gauche a été forcée d’accepter des mesures d’austérité, à cause de la persistance du chômage55. Les deux camps ont donc été contraints de ne changer l’État-providence qu’à la marge, en ralentissant son développement et en en modifiant que peu à peu la mission. Les moyens employés, cependant, se sont avérés très différents.

30Les partis de droite voulaient renforcer les mécanismes du marché et limiter l’intervention de l’État et la redistribution. Ils eurent donc tendance à préconiser des réductions importantes dans les dépenses sociales et y parvinrent souvent. Les conservateurs étaient par ailleurs convaincus, en phase avec le monétarisme, que la meilleure façon de s’adapter à la mondialisation et de réduire le chômage était de maintenir un niveau de taxation bas et de déréglementer le marché du travail afin de garder les salaires compétitifs. Reconnaissant aussi que les politiques monétaires et fiscales étaient devenues des instruments de moins en moins utiles, les partis de gauche se tournèrent également du côté de l’offre, mais ils le firent avec des priorités différentes. Au lieu de baisser les impôts et les salaires, ils cherchèrent à utiliser les investissements publics pour améliorer l’éducation et la formation qu’ils considéraient comme les bases indispensables d’une économie compétitive, fondée sur des salaires élevés et sur le savoir.

  • 56 Boix, Political Parties, Growth and Equality, p. 39 et 99-101.
  • 57 Castles, The Future of the Welfare State, p. 109.

31Ces différences entre la gauche et la droite marquèrent toutes les politiques de l’époque. Les partis de gauche taxèrent davantage et de façon plus progressive que la droite, et utilisèrent les revenus ainsi obtenus pour investir dans l’éducation et la formation, et dans des programmes visant à soutenir la productivité. Les conservateurs, de leur côté, diminuèrent les impôts et les coûts de la main-d’œuvre, et s’en remirent davantage à l’investissement privé56. Bien que les deux camps aient été influencés par le néolibéralisme et aient accepté l’austérité budgétaire, seule la gauche combina la réduction de certaines dépenses sociales à des investissements publics pour mettre en place de nouveaux programmes favorables à l’égalité57.

La marginalisation du débat Nord-Sud

  • 58 Robert Gilpin, Global Political Economy: Understanding the International Economic Order, Princeton (...)
  • 59 Jan Aart Scholte, Globalization: A Critical Introduction, 2e éd., New York, Palgrave Macmillan, 20 (...)

32Les années 1980 et 1990 virent également triompher les forces conservatrices sur le plan international58. Le communisme fut défait et la division Est-Ouest abolie. Seul le clivage Nord-Sud persista, mais ce conflit fut de moins en moins défini par les revendications du Sud en faveur d’une redistribution des richesses et d’une réforme en profondeur du système mondial. Soutenue activement par les gouvernements du Nord, les grandes organisations économiques multilatérales et le milieu des affaires, une vision néolibérale du développement finit par s’imposer, au point de devenir, pour plusieurs, une interprétation relevant du « sens commun59 ».

33La toile de fond historique de cette évolution coïncide parfaitement avec les circonstances qui ont conduit à la montée de la droite dans les démocraties avancées. En effet, les acteurs et les événements sont pratiquement les mêmes que ceux qui ont ouvert la voie au monétarisme et au recul de l’État-providence. Il était tout à fait naturel pour des dirigeants comme Thatcher ou Reagan d’appliquer leurs orientations politiques aux affaires du monde. Comme elle entendait inaugurer une ère nouvelle, Thatcher insista par exemple sur le fait que l’on devait abandonner l’idée même de division Nord-Sud :

  • 60 Margaret Thatcher, « Response to the Brandt Report », dans Friedrich Ebert Foundation (dir.), Inte (...)

L’expression « Nord-Sud », qui implique une simple différence de besoins et d’intérêts, prétendait la première ministre britannique, est inadéquate et souvent trompeuse quand il s’agit de comprendre le rapport complexe qui existe aujourd’hui entre des pays qui se trouvent dans des situations économiques très différentes60.

34Son administration, comme de plus en plus de gouvernements du Nord, n’était tout simplement pas disposée à appuyer une réforme structurelle du système économique mondial.

35Les conservateurs estimaient que les pays en développement avaient une approche trop idéologique des enjeux économiques internationaux. Cette attitude, disaient-ils, avait mené à toute une série de demandes contradictoires dont la seule raison d’être était de plaire au plus grand nombre possible de dirigeants du tiers-monde. La stratégie de confrontation des pays du Sud était également dénoncée par l’invocation de la corruption et du caractère non démocratique de bon nombre des gouvernements qui l’appuyaient, ceux-ci étant bien mal placés pour donner des leçons de morale. Pour la droite, les pays en développement n’avaient d’autre choix que de devenir plus réalistes. En les exhortant à plus de pragmatisme, les conservateurs cherchaient d’abord à amener les pays pauvres à abandonner toute stratégie qui prétendrait corriger les déséquilibres de l’économie mondiale par la simple signature d’un traité. Mais il s’agissait aussi de convaincre le Sud que, malgré son importance, la justice devait céder le pas à l’ordre dans la hiérarchie des valeurs gouvernant le monde. L’élan créé dans les années 1970 par les négociations sur le nouvel ordre économique international et le « rapport Brandt » s’est ainsi peu à peu épuisé. Pour la droite, c’était là une évolution positive, puisqu’on mettait fin à une entreprise diplomatique qui apparaissait comme une gigantesque perte de temps. Pour la gauche, il s’agissait, au contraire, d’un recul majeur, et du début d’une « décennie perdue » pour le développement.

  • 61 Jean-Philippe Thérien, « The Brandt Commission: The End of an Era in North – South Politics », dan (...)
  • 62 Charles A. Jones, The North-South Dialogue: A Brief History, New York, St. Martin’s Press, 1983, p (...)

36Rien n’illustre mieux la marginalisation du débat Nord-Sud que l’échec du Sommet de Cancún en 198161. Ce sommet, qui faisait suite au rapport de la Commission indépendante sur les problèmes de développement international dirigée par Willy Brandt, réunit 22 chefs d’États du Nord et du Sud pour discuter de quatre sujets étroitement reliés : l’alimentation, le commerce, l’énergie et les finances. Les pays en développement espéraient que le cadre informel du sommet faciliterait l’ouverture de négociations sur les grands enjeux économiques internationaux. La rencontre ne déboucha pourtant que sur des résultats que les observateurs jugèrent « insignifiants et décevants62 ». On ne parvint à aucun accord sur l’ouverture de négociations « globales » et, ce qui est encore plus révélateur, les participants rejetèrent l’idée d’institutionnaliser leur forum.

37Avant même de s’ouvrir, le Sommet de Cancún semblait compromis puisque Ronald Reagan, qui venait d’être élu, n’accepta d’y participer qu’à reculons. Le président américain se souciait bien plus des problèmes économiques intérieurs que des affaires internationales et, dans la mesure où la politique étrangère pouvait l’intéresser, les rapports Est-Ouest lui semblaient nettement plus importants que les rapports Nord-Sud. À Cancún, Reagan affirma que, par le biais de leurs politiques commerciales et de leurs programmes d’aide, les États-Unis faisaient déjà plus pour le développement du tiers-monde que tous les autres pays, et réaffirma sa confiance envers l’économie de marché et les institutions internationales existantes. Avec la plus grande puissance mondiale assise sur une telle position, le sommet pouvait difficilement déboucher sur des réformes importantes.

  • 63 South Commission, The Challenge to the South: The Report of the South Commission, Oxford Universit (...)
  • 64 Nitin Desai, « Preface », dans ONU, Financing for Development: Building on Monterrey, New York, ON (...)

38Même les plus optimistes qui, comme Willy Brandt, affirmaient que Cancún avait donné lieu à un nouveau consensus, durent admettre qu’après le sommet, les rapports Nord-Sud subirent un recul. Cette impression fut d’ailleurs confirmée par le peu d’intérêt accordé au second rapport Brandt, publié en 1983, et par l’effacement graduel dans le discours des institutions internationales de toute allusion à l’idée de nouvel ordre économique mondial. En 1990, la Commission Sud, un organisme indépendant créé en 1987 pour faire entendre la voix des pays en développement, regrettait que les relations diplomatiques entre le Nord et le Sud se soient « pratiquement effondrées »63. L’échec de Cancún apparaît comme un tournant encore plus décisif quand on constate qu’il aura fallu attendre jusqu’en 2002, avec la tenue du Sommet de Monterrey sur le financement du développement, pour que soit organisée une rencontre d’aussi haut niveau pour parler du développement dans une perspective « holistique64 ».

  • 65 Craig N. Murphy, International Organization and Industrial Change: Global Governance since 1850, N (...)

39Avec la montée générale de la droite, la diplomatie Nord-Sud allait changer profondément. L’ONU, en particulier, perdit du terrain tout au long des années 1980 et 1990 au profit des institutions de Bretton Woods, qui devinrent les nouveaux acteurs clés du développement. Le déclin de l’influence des Nations unies — qui avaient constitué le forum par excellence des relations entre pays riches et pauvres — n’était pas simplement la conséquence indirecte d’un changement de priorités. Il faisait suite à une virulente campagne conservatrice, orchestrée par Washington et Londres, contre cette institution et sa mission65.

  • 66 Joshua Muravchik, The Future of the United Nations: Understanding the Past to Chart a Way Forward, (...)

40Parmi toutes les critiques énoncées contre l’ONU, la plus fondamentale consistait à dire que l’organisation n’avait pas le pouvoir légal de réformer le système international du commerce et de la finance, et qu’elle devait respecter les champs de compétence du GATT, du FMI et de la Banque mondiale. De plus, prétendait-on, l’ONU défendait une conception erronée de l’économie. On lui reprochait notamment de valoriser « la voie socialiste vers le développement » et de se préoccuper davantage des droits des États que de ceux des individus66. Évoquant les nombreux votes où les pays du Nord s’étaient retrouvés en minorité à cause de la « majorité automatique » du Sud, les politiciens conservateurs dénonçaient aussi régulièrement le parti pris anti-occidental de l’ONU, un penchant jugé d’autant plus inacceptable que l’organisation était principalement financée par les pays développés. Enfin, la droite accusait l’ONU de souffrir de dérives bureaucratiques semblables à celles qui affligeaient toutes les institutions publiques du monde.

  • 67 Margaret Karns et Karen Mingst, International Organizations: The Politics and Processes of Global (...)

41La croisade anti-ONU fut menée tambour battant par les États-Unis. Bien que le gouvernement américain résistât à la tentation de quitter l’organisation comme certains de ses plus ardents critiques le souhaitaient, il eut recours à un large éventail de tactiques d’intimidation. Deux épisodes de ce long bras de fer sont particulièrement révélateurs. En 1984, les États-Unis se retirèrent de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) pour protester contre la politisation de l’institution qui, selon eux, avait atteint un point culminant avec le débat sur le nouvel ordre mondial de l’information et de la communication. Imitée par la Grande-Bretagne en 1985, la mesure punitive ne fut levée qu’en 2003 quand les États-Unis réintégrèrent finalement les rangs de l’UNESCO. Le second épisode marquant fut l’adoption en 1985 par l’administration Reagan d’une politique consistant à retarder le paiement de la contribution financière américaine67. Les États-Unis étant le principal bailleur de fonds de l’ONU, cette stratégie eut tôt fait de mettre l’organisation au pas. L’hostilité des conservateurs américains à l’endroit des Nations unies, qui s’est illustrée plus récemment dans les discussions sur la Cour pénale internationale, le Protocole de Kyoto ou la guerre en Irak, dure en fait depuis une génération.

  • 68 Robert W. Cox (avec Michael Schechter), The Political Economy of a Plural World: Critical Reflecti (...)

42Les pressions exercées dans les années 1980 mirent l’ONU sur la défensive et provoquèrent de nombreux changements au sein de l’organisation. Celle-ci a ainsi recentré ses activités sur les questions de sécurité, se contentant d’un rôle beaucoup plus discret en matière de développement. En même temps que les projets de régulation du prix des matières premières ou des transferts de technologie, l’idée même d’une refonte de l’ordre économique mondial a été abandonnée. Et lorsque l’ONU fit un retour sur la scène du développement dans les années 1990, elle s’en tint à une approche beaucoup moins ambitieuse qu’avant. En abordant des enjeux comme les enfants (1990), l’environnement (1992), les droits humains (1993), les femmes (1995), l’habitat (1996) ou le racisme (2001), les grandes conférences de l’ONU ont ouvert des pistes de dialogue originales, mais sont restées délibérément à distance de l’approche globale qui avait été mise de l’avant dans les années 1970. Au fil des ans, l’ONU s’est alignée sur l’orthodoxie ambiante qui soutenait que les politiques de développement doivent être basées sur le marché, et que les contraintes internes du développement d’un pays sont plus importantes que celles qui viennent de l’environnement extérieur68.

  • 69 Ngaire Woods, The Globalizers: The IMF, the World Bank and Their Borrowers, Ithaca, Cornell Univer (...)
  • 70 Margaret Karns et Karen Mingst, The United Nations in the Post-Cold War Era, 2e éd., Boulder, West (...)

43Tandis que l’influence politique de l’ONU s’effritait, celle du FMI, de la Banque mondiale et du GATT (qui devint l’OMC en 1995) était nettement à la hausse. En moins de vingt ans, ces organisations parvinrent à s’imposer comme les principaux agents de la mondialisation69. Pour la droite, le réalignement des forces au sein du système multilatéral se justifiait pour deux raisons. D’une part, l’expertise économique des institutions de Bretton Woods apparaissait incontestablement supérieure à celle de l’ONU. L’approche néoclassique conventionnelle de ces organismes, notamment, semblait la mieux à même de répondre aux besoins des pays pauvres. Par ailleurs, les conservateurs étaient convaincus que le renforcement des institutions de Bretton Woods servirait la cohérence du système international en permettant aux pays riches de jouer un rôle politique plus important. Rappelons qu’au FMI et à la Banque mondiale, le vote des États-membres dépend directement de leur puissance économique. Les États-Unis, en particulier, y jouent un rôle dominant puisque aucune décision importante ne peut être prise sans leur accord. Au sein du GATT-OMC, les procédures décisionnelles sont officiellement plus démocratiques mais dans les faits, elles penchent en faveur des grands pays développés70. En reconnaissant plus clairement le lien entre pouvoir économique et autorité politique, la nouvelle donne multilatérale paraissait accorder une plus grande légitimité à la gouvernance du développement.

44La montée en puissance du FMI et de la Banque mondiale a été facilitée par la crise de la dette des pays en développement. Pour les pays développés, cette crise était d’autant plus grave qu’elle mettait en péril les bases mêmes du système financier international. À partir du début des années 1980, les gouvernements du Nord ont donc poussé les institutions financières internationales à être plus strictes à l’endroit des pays emprunteurs. Cette nouvelle approche donna naissance aux programmes d’ajustement structurel qui imposèrent un ensemble de conditions économiques et politiques très contraignantes à près d’une centaine de pays endettés. Quant au GATT-OMC, deux facteurs aident à mieux comprendre comment il a pu devenir un acteur politique aussi puissant. D’une part, les mesures d’ajustement préconisées par les institutions financières internationales ont toujours été favorables au libre-échange et à l’esprit du GATT. D’autre part, les conservateurs et le milieu des affaires avaient depuis longtemps exprimé leur volonté d’étendre la libéralisation du commerce au-delà du seul domaine des exportations de produits manufacturés.

  • 71 Woods, The Globalizers, p. 1.
  • 72 John Toye, Dilemmas of Development: Reflections on the Counter-Revolution in Development Economics(...)

45Fortes de leur pouvoir grandissant, les institutions de Bretton Woods parvinrent à redéfinir complètement le cours du développement international. Le « consensus de Washington » devint le symbole de l’ensemble des mesures néolibérales conjointement promues par le FMI, la Banque mondiale, le GATT-OMC et les gouvernements des pays développés. Ce terme, incidemment, gagna une popularité qui fit le désespoir de John Williamson, l’économiste britannique qui l’avait inventé en lui donnant un sens beaucoup plus restrictif. En s’échappant des mains des experts, l’expression « consensus de Washington » offrit un raccourci commode pour évoquer la proximité à la fois géographique et intellectuelle des principaux bastions du pouvoir international en matière de développement. Comme le rappelle Ngaire Woods, il est vrai que les politiques menées au nom du consensus de Washington ont été contestées des deux côtés de l’échiquier politique71. Cela dit, c’est certainement de la gauche que vinrent les critiques les plus nombreuses. Voilà pourquoi on a souvent soutenu qu’à partir des années 1980, les institutions de Bretton Woods avaient mené une véritable « contre-révolution » conservatrice72.

Le nouvel agenda du développement

  • 73 Gilpin, Global Political Economy, p. 311.
  • 74 Toye, op. cit., p. 94.

46Le réajustement des relations Nord-Sud préconisé par la droite déboucha sur une redéfinition systématique des objectifs du développement. La nouvelle approche se fondait sur l’axiome selon lequel « il n’y a qu’une seule science économique, et il s’agit d’une science universelle, applicable de la même façon à toutes les sociétés73 ». Avec l’échec de l’expérience socialiste et les difficultés éprouvées par le keynésianisme, l’idée qu’il pût exister une discipline à part, une « économie du développement » plus ouverte à l’intervention de l’État, fut de plus en plus remise en question. L’économiste britannique John Toye rapporte à ce propos qu’au milieu des années 1980, le représentant américain auprès de la Banque asiatique de développement déclara tout net : « les États-Unis rejettent complètement l’idée qu’il existe quelque chose qui soit de l’ordre d’une “économie du développement”74 ». L’argument voulant que les politiques économiques valables pour les pays riches le fussent également pour les pays pauvres accéléra considérablement l’émergence d’un nouvel agenda du développement.

  • 75 James D. Wolfensohn et François Bourguignon, Développement et réduction de la pauvreté. Revoir le (...)
  • 76 Payne, The Global Politics of Unequal Development, p. 12.

47En 2004, les dirigeants de la Banque mondiale ont eux-même résumé la transition des années 1980 en parlant d’une période où « le courant néolibéral […] a minimisé l’importance de la redistribution des revenus et de la pauvreté, insistant sur la nécessité de rétablir les mécanismes du marché pour promouvoir la croissance75 ». La priorité de la gestion économique était alors de fixer des prix « justes ». Ce choix fut inscrit au cœur des programmes du FMI et de la Banque mondiale, en vertu desquels la responsabilité ultime des gouvernements était de fournir aux marchés le soutien d’un cadre macroéconomique solide. Les programmes d’ajustement structurel — en fait des recettes monétaristes adaptées au Sud — incitèrent les pays en développement à relever leurs taux d’intérêt pour juguler l’inflation, à dévaluer leurs devises pour stimuler les exportations, et à appliquer un contrôle budgétaire rigoureux pour améliorer les finances publiques. Dans ce cocktail de prescriptions conçues pour stabiliser la balance des paiements, la réduction des dépenses publiques paraissait d’autant plus justifiée que le marché était réputé plus compétent que l’État pour allouer les ressources. Les politiques d’ajustement ont donc souvent impliqué la dérégulation du prix de certains biens et services jusque-là soutenus par l’État, de même que la privatisation d’entreprises publiques jugées non rentables. À l’origine, les réformes associées à l’ajustement structurel ont pu être vues comme une phase de transition dont l’objectif était de retrouver un environnement financier équilibré. Avec le temps, cependant, elles ont été de plus en plus présentées comme les composantes d’une « discipline permanente76 ».

48En complément à l’ajustement structurel, deux autres objectifs façonnèrent les politiques des institutions internationales et des pays développés : la libéralisation des échanges et la promotion des investissements étrangers. Les deux objectifs s’inspiraient en fait d’un principe commun, à savoir que l’ouverture des frontières est bonne pour le développement.

  • 77 Mike Moore, « To Doha and Beyond: A Roadmap for Successfully Concluding the Doha Development Round (...)
  • 78 Banque mondiale, Mondialisation, développement et pauvreté : bâtir une économie mondiale intégrée,(...)

49Le libre-échange fut dès lors encouragé comme jamais auparavant. Pour les conservateurs, à partir du moment où l’on reconnaissait les avantages du marché au niveau national, il était tout à fait naturel d’inciter les pays du Sud à s’ouvrir davantage au commerce international. Après tout, disaient-ils, le commerce est le moteur de la croissance économique. Les exportations créent des emplois alors que les importations incitent les entreprises locales à améliorer la qualité et la diversité de leurs produits. En 2002, l’OMC accrédita cette façon de penser de façon typique en déclarant que la suppression de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires pourrait accroître les revenus des pays du Sud de 370 milliards de dollars77. Les conservateurs répétaient aussi souvent que la croissance bénéficiait aux pauvres. Citant des cas comme la Chine, l’Inde, le Vietnam et l’Ouganda, ils affirmaient que les pays ayant le mieux réussi à réduire la pauvreté étaient ceux qui avaient les taux de croissance les plus élevés78. Le raisonnement était simple : puisque le commerce est bon pour la croissance, qui est elle-même bonne pour les pauvres, le commerce est donc forcément bon pour les pauvres. Cette logique implacable résumait parfaitement la position néolibérale sur les bienfaits de la mondialisation pour les pays en développement.

  • 79 Payne, The Global Politics of Unequal Development, p. 118 et 170.

50Les discussions de l’Uruguay Round (1986-94), la création de l’OMC (1995) et le lancement du cycle de Doha (2001) ont permis de mieux intégrer les pays du Sud à un système commercial qui restait largement façonné par les gouvernements des pays du Nord. Ces derniers ont notamment réussi à faire adopter des normes conformes à leurs intérêts nationaux dans la régulation de nouveaux enjeux comme les services, la propriété intellectuelle et l’investissement. Même si les pays en développement ont bien fait quelques gains au cours des négociations récentes, leurs préoccupations historiques concernant le renforcement des politiques de substitution des importations, la promotion de la self-reliance, l’obtention d’un traitement spécial et différencié et la réforme des structures internationales de prise de décision ont été largement mises de côté. On débattra encore longtemps pour savoir si les pays du Sud, à commencer par des géants comme l’Inde et le Brésil, ont accepté de jouer le jeu de la compétition internationale de plein gré ou par résignation. Plusieurs experts estiment que, quoi qu’il en soit, dans les négociations commerciales des deux dernières décennies, les pays pauvres ont fait davantage de concessions que les pays riches, et que l’OMC demeure soumise à « la vieille politique des rapports de force79 ».

  • 80 CNUCED, Development and Globalization: Facts and Figures, New York et Genève, Nations unies, 2004, (...)
  • 81 CNUCED, « Une hausse des investissements étrangers directs dans les pays en développement renverse (...)

51Quant à la promotion de l’investissement étranger, elle s’inséra naturellement dans le mouvement plus vaste en faveur du secteur privé et de la mondialisation des marchés. La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) estime à cet égard qu’entre 1991 et 2002, 95 % des mesures adoptées par l’ensemble des gouvernements du monde en matière d’investissement étranger sont allées dans le sens d’une plus grande libéralisation80. Comme les pays du Sud ont participé activement à cette réhabilitation du capital international, l’investissement étranger a commencé à jouer un rôle beaucoup plus grand dans le financement du développement. Entre 1980 et 2004, les flux d’investissement privé vers le tiers-monde se sont ainsi multipliés par 28, bondissant de 8 à 230 milliards de dollars81.

  • 82 G. C. A. Junne, « International Organizations in a Period of Globalization: New (Problems of) Legi (...)
  • 83 ONU, Cooperation Between United Nations and Business, communiqué de presse, SG/2043, 9 fév. 1998.

52Les institutions internationales ont grandement contribué à la nouvelle ouverture des pays en développement à l’investissement étranger et aux firmes multinationales. L’OMC a fourni à cet égard un cadre général qui a déjà été évoqué. Il faut ajouter que l’Accord sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce, qui fut négocié lors de l’Uruguay Round, s’est avéré une innovation particulièrement importante du fait qu’il a donné une protection beaucoup plus grande qu’auparavant aux brevets des grandes entreprises. Par ailleurs, les programmes d’ajustement structurel des institutions de Bretton Woods ont systématiquement exigé des gouvernements du Sud qu’ils assouplissent leurs politiques à l’égard des firmes étrangères. Quant à l’ONU, dont l’hostilité envers les multinationales était bien connue, elle effectua « un virage à 180 degrés82 ». À partir du début des années 1990, en effet, au lieu de favoriser le contrôle des investissements étrangers dans les pays en développement, l’ONU s’est donné comme mandat d’en faire la promotion. Le virage idéologique de l’ONU fut fort bien résumé par le Secrétaire général de l’époque, Kofi Annan, quand il déclara que les objectifs de l’organisation — promouvoir la paix et le développement — et ceux des entreprises — créer la richesse et la prospérité — se soutenaient mutuellement83.

53Il est difficile d’évaluer l’impact précis des nouvelles politiques de développement mises en place depuis une vingtaine d’années. Alors que ces politiques ont été adoptées afin d’encourager la croissance économique, un certain nombre d’indices suggèrent qu’elles ont contribué à la concentration des revenus et au renforcement des inégalités. Ce qui paraît en tout cas évident, c’est que la promotion de l’ajustement structurel, du libre-échange et de l’investissement étranger allait tout à fait dans le sens des valeurs et des principes d’une droite mondiale plus affirmée.

  • 84 OCDE, Les dossiers du CAD : Coopération pour le développement, Rapport 2002, Paris, OCDE, 2003, p. (...)
  • 85 La fragilité de cette reprise de l’aide est apparue dès 2006. Voir OCDE, L’aide au développement c (...)

54La redéfinition néolibérale des objectifs du développement s’accompagna par ailleurs d’une mutation des politiques d’aide au développement. Alors qu’en 1980, l’aide publique représentait 0,37 % du PIB des pays développés, en 1997, ce pourcentage atteignait le plancher historique de 0,22 %84. À la grande satisfaction des conservateurs, et en bonne partie grâce aux efforts soutenus du gouvernement américain, l’objectif international de 0,7 %, que les pays du Sud et les ONG rappelaient sans cesse, a graduellement perdu son caractère sacré. De façon révélatrice, seuls le Danemark, la Norvège, la Suède et les Pays-Bas, quatre pays où la gauche et la social-démocratie ont traditionnellement joué un rôle important, ont systématiquement maintenu le niveau de leur aide au-dessus de 0,7 %. Il est vrai que les prévisions de ceux qui envisageaient la disparition pure et simple de l’aide au développement ne se sont pas réalisées. À la suite du sommet de Monterrey tenu en 2002 et aux mesures d’allègement de la dette adoptées peu après, l’aide au développement a recommencé à croître. Elle augmenta jusqu’à atteindre 0,33 % du PIB des pays développés, pour totaliser 100 milliards de dollars en 200585. Il n’en demeure pas moins qu’au cours du dernier quart de siècle, le poids de l’aide dans la politique étrangère des pays du Nord a reculé.

  • 86 David K. Fieldhouse, The West and the Third World, Oxford, Blackwell, 1999, p. 243.
  • 87 Banque mondiale, Assessing Aid: What Works, What Doesn’t, and Why, New York, Oxford University Pre (...)

55La perte d’importance de l’aide tient à de multiples raisons. Le plus souvent, les pays du Nord expliquèrent leur manque de générosité en évoquant le besoin de mettre de l’ordre dans leurs finances publiques. La diminution des ressources allouées à la coopération au développement faisait partie, disait-on, d’un effort plus vaste pour limiter les dépenses publiques. C’était en quelque sorte le prix à payer pour assurer la viabilité des politiques d’aide à plus long terme. Les coupures dans les budgets d’aide publique ont également été justifiées par l’échec des politiques du passé. Nombreux, par exemple, sont ceux qui ont fait référence au drame de l’Afrique et rappelé que, malgré l’octroi d’énormes ressources, ce continent n’avait pas réussi à faire reculer la pauvreté. Les conservateurs affirmaient aussi qu’il était inacceptable de continuer à subventionner des gouvernements inefficaces, qui refusaient les mécanismes du marché et s’entêtaient à suivre des stratégies de développement étatistes86. À la fin des années 1990, la Banque mondiale alimenta ces critiques en soutenant que les pays en développement favorisant des politiques « médiocres » recevaient en fait plus d’aide que ceux qui menaient de « bonnes » politiques87. C’est donc très souvent au nom de la lutte contre le gaspillage et la corruption que les gouvernements du Nord ont cherché à légitimer la chute brutale des budgets de la coopération internationale.

56Même si on l’a rarement admis publiquement, il est aussi clair que la fin de la guerre froide a contribué à faire baisser l’aide au développement. Jusqu’à la fin des années 1980, la lutte contre le communisme et le désir d’empêcher les pays du tiers-monde de s’aligner sur l’URSS ont poussé les pays occidentaux à faire preuve d’une relative générosité dans leurs politiques de coopération internationale. Dès lors que l’ancien empire soviétique s’était converti à l’économie de marché, cette motivation stratégique perdait sa raison d’être. Par ailleurs, en devenant des demandeurs de financement public, les pays de l’ex-Union soviétique ont tout naturellement contribué à diminuer les fonds disponibles pour les pays les plus pauvres.

  • 88 Hyun-sik Chang et al., Comparaison des systèmes de gestion de la coopération au développement dans (...)
  • 89 Olav Stokke, « Foreign Aid: What Now? », dans Stokke (dir.), Foreign Aid towards the Year 2000: Ex (...)

57Selon la logique du néolibéralisme, l’accroissement du financement privé rendait le recours à l’aide publique moins nécessaire pour lutter contre la pauvreté. Plusieurs commentateurs à droite considéraient que ce n’était pas la quantité de l’aide qui importait mais sa qualité. Inspirées par les principes de la « nouvelle gestion du secteur public », les agences d’aide cherchaient de plus en plus à développer une culture organisationnelle « axée sur les résultats88 ». Cette nouvelle philosophie eut un effet considérable sur la conception même des programmes d’aide au développement. Tout au long des années 1980, l’aide fut ainsi soumise aux impératifs de l’ajustement, soit pour en accélérer l’implantation, soit pour en compenser les effets sociaux négatifs89. Puis, à partir du début des années 1990, la promotion de la bonne gouvernance est devenue la priorité fétiche des pays donateurs. Ce concept fourre-tout a parfois servi à renforcer l’État de droit — ce dont tout le monde s’est félicité — mais il a aussi souvent été utilisé pour encourager l’adoption de politiques favorables à une expansion des marchés. C’est au nom de la bonne gouvernance, par exemple, que l’on a demandé aux gouvernements du Sud de privatiser les services publics et de favoriser les partenariats public-privé.

  • 90 OCDE, Inscrire la coopération pour le développement dans une optique de prévention du terrorisme. (...)
  • 91 Ayodele Aderinwale, « The Securitization of Development Aid », dans The Reality of Aid Management (...)

58Plus récemment, l’influence des conservateurs sur les politiques d’aide s’est traduite par une préoccupation nouvelle pour la lutte contre le terrorisme. L’émergence de cet enjeu dans le régime de l’aide, qui s’explique bien sûr par les attentats du 11 septembre 2001 et ses suites, a été officialisée par les pays riches en 200390. La guerre contre le terrorisme a notamment justifié une réallocation des ressources d’aide vers certains pays (l’Afghanistan, l’Irak et le Pakistan notamment), pour répondre à des intérêts géopolitiques évidents. En 2005, par exemple, l’Irak a bénéficié d’un allègement de sa dette de près de 14 milliards de dollars. De façon plus générale, la lutte anti-terrorisme a conduit à une confusion croissante entre le financement du développement et celui de la sécurité. Très critique de ce qu’elle a appelé la « sécuritarisation de l’aide au développement91 », la gauche n’a eu de cesse de répéter que la victoire contre les terroristes est impossible sans que ne soit livrée une guerre contre la pauvreté. À ce jour, ses arguments sont restés lettre morte.

*

59Dans la politique-monde des deux dernières décennies du XXe siècle, la droite a nettement prévalu. Le communisme ne constituait plus une menace, la démocratie de type libéral gagnait du terrain partout sur la planète et les conceptions de la social-démocratie sur l’intervention de l’État apparaissaient moins convaincantes qu’une nouvelle gamme de politiques promarché, associée au monétarisme et au néolibéralisme. Presque tous les pays accordaient la priorité à la lutte contre l’inflation, même au prix d’un chômage élevé, et pratiquement toutes les politiques publiques étaient remises en question dans le but de réduire les coûts et d’accroître la flexibilité du marché. S’étendant à presque toutes les activités sociales, la logique du marché atteignit même l’appareil d’État, qui devait dorénavant être « géré comme une entreprise ».

  • 92 Jeffrey Sachs, The End of Poverty: How We Can Make It Happen in Our Lifetime, Harmondsworth, Pengu (...)

60Sur la scène internationale, les revendications des pays pauvres en faveur d’un monde plus équitable cédèrent la place aux politiques d’ajustement structurel et à de nouvelles règles de commerce et d’investissement mieux adaptées au marché mondial. Les démocraties avancées réduisirent leurs contributions à l’aide au développement, tout en s’estimant en droit de juger de la bonne gouvernance des pays du Sud. Il semblait à ce propos facile d’oublier que si un pays est pauvre, sa gouvernance a bien des chances de l’être aussi. En général, comme l’a remarqué Jeffrey Sachs, « le problème n’est pas que l’on aide trop les pays mal dirigés, mais que l’on n’aide pas assez les pays bien gouvernés92 ».

61Sur le plan culturel, le triomphe de la démocratie de marché a également facilité la montée de l’individualisme. Dans un contexte où la compétitivité est devenue un objectif incontournable, et en fait, presque une valeur fondamentale, il paraissait naturel de glorifier la réussite personnelle. Les droits individuels et les identités se sont retrouvés au centre de la vie politique, et les citoyens se sont de plus en plus tournés vers les tribunaux pour régler leurs conflits. Les conservateurs sont demeurés ambivalents devant ces tendances, certains se félicitant de toute expression nouvelle de l’individualisme, d’autres s’inquiétant au contraire du déclin des valeurs traditionnelles. À gauche, les réactions n’ont pas été unanimes non plus, la politique des droits et des identités étant perçue comme un progrès par les uns, et comme une dérive contraire à la quête de l’égalité par les autres. La ligne de partage entre la gauche et la droite semblait devenir plus floue que jamais. Alors que la gauche s’adaptait au monde néolibéral, on évoquait de plus en plus souvent l’idée d’une reconfiguration durable de la vieille opposition entre la gauche et la droite.

Notes

1 Geoff Eley, Forging Democracy: The History of the Left in Europe, 1850-2000, Oxford University Press, 2002, p. 443-445.

2 Eric Hobsbawm, L’âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, Paris, Les Éditions Complexe – Le Monde Diplomatique, 2003 [1994], p. 641.

3 Ruth B. Collier, Paths toward Democracy: The Working Class and Elites in Western Europe and South America, Cambridge University Press, 1999, p. 13.

4 Renske Doorenspleet, « Reassessing the Three Waves of Democratization », World Politics, vol. 52, no 3, avril 2000, p. 399; « The Structural Context of Recent Transition to Democracy », European Journal of Political Research, vol. 43, no 3, mai 2004, p. 330.

5 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana University Press, 2004, p. 145-148.

6 Anthony Payne, The Global Politics of Unequal Development, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005, p. 3.

7 Margaret Thatcher (18 janvier 1984), citée dans Dennis Kavanagh, Thatcherism and British Politics: The End of Consensus?, Oxford University Press, 1987, p. 252.

8 Ronald Reagan, « Inaugural Address », 20 janvier 1981 (<www.reaganlibrary.com>).

9 Daniel Yergin et Joseph Stanislaw, The Commanding Heights: The Battle Between Government and the Marketplace that Is Remaking the Modern World, New York, Simon and Schuster, 1998, p. 60-61.

10 David Smith, The Rise and Fall of Monetarism, Harmondsworth, Penguin, 1987, p. 7-11.

11 Ibid., p. 20-24; Michael Bleaney, The Rise and Fall of Keynesian Economics: An Investigation of Its Contribution to Capitalist Development, Basingstoke, Macmillan, 1985, p. 135-139; Paul Krugman, Peddling Prosperity: Economic Sense and Nonsense in the Age of Diminished Expectations, New York, W. W. Norton, 1994, p. 34-40.

12 James Tobin, « The Monetary Interpretation of History », American Economic Review, vol. 55, no 3, juin 1965, p. 481; Bleaney, The Rise and Fall of Keynesian Economics, p. 137-139.

13 Harry G. Johnson, « The Keynesian Revolution and the Monetarist Counter-Revolution », American Economic Review, vol. 61, no 2, mai 1971, p. 7.

14 Herbert Stein, Presidential Economics: The Making of Economic Policy from Roosevelt to Reagan and Beyond, 2e éd. révisée, Washington, American Enterprise Institute for Public Policy Research, 1988, p. 134.

15 Comme nous l’avons vu, cette conclusion ne tenait pas pour les pays qui avaient adopté une politique de plein emploi et réussi à négocier la modération des salaires. Ce fait échappa à la plupart des économistes qui n’avaient d’yeux que pour la situation anglo-américaine.

16 Milton Friedman, « The Role of Monetary Policy », American Economic Review, vol. 58, no 1, mars 1968, p. 11.

17 Alex Leijonhufvud (1983), cité dans Robert Heilbroner et William Milberg, The Crisis of Vision in Modern Economic Thought, Cambridge University Press, 1995, p. 54.

18 Alan S. Blinder, « The Fall and Rise of Keynesian Economics », Economic Record, vol. 64, no 187, 1988, p. 278.

19 Bleaney, The Rise and Fall of Keynesian Economics, p. 141.

20 Roger E. Backhouse, « The Rise of Free Market Economics: Economists and the Role of the State since 1970 », dans Steven G. Medema et Peter Boettke (dir.), The Role of Government in the History of Economic Thought, Durham, Duke University Press, 2005, p. 359.

21 Mark Blyth, Great Transformations: Economic Ideas and Institutional Change in the Twentieth Century, Cambridge University Press, 2002, p. 90-94; Gary Mucciaroni, The Political Failure of Employment Policy, 1945-1982, University of Pittsburgh Press, 1990, p. 142-143.

22 Friedrich Hayek, La route de la servitude, Paris, PUF, 1985, p. 78.

23 John Maynard Keynes (1944), cité dans Hannes H. Gissurarson, « The Only Truly Progressive Policy… », dans Norman P. Barry et al., Hayek’s “Serfdom” Revisited, Londres, Institute of Economic Affairs, 1984, p. 7.

24 Milton Friedman, Capitalisme et liberté, Paris, Robert Laffont, 1971, p. 16.

25 Ibid., p. 75 et 104.

26 Ibid., p. 243.

27 Fritz W. Scharpf, « Economic Changes, Vulnerabilities, and Institutional Capabilities », dans Fritz W. Scharpf et Vivien A. Schmidt (dir.), Welfare and Work in the Open Economy, vol. I, Oxford University Press, 2000, p. 27-29 et 340.

28 Fritz W. Scharpf, Crisis and Choice in European Social Democracy, Ithaca, Cornell University Press, 1991, p. 132-133 et 202-207; Philip Manow et Eric Seils, « Adjusting Badly: The German Welfare State, Structural Change, and the Open Economy », dans Scharpf et Schmidt (dir.), Welfare and Work in the Open Economy, vol. II, Oxford University Press, 2000, p. 268; Kathleen R. McNamara, « Consensus and Constraint: Ideas and Capital Mobility in European Monetary Integration », Journal of Common Market Studies, vol. 37, no 3, 1999, p. 466.

29 Scharpf, « Economic Changes, Vulnerabilities, and Institutional Capabilities », p. 32-33.

30 John Smithin, Macroeconomics after Thatcher and Reagan: The Conservative Policy Revolution in Retrospect, Aldershot, Edward Elgar, 1990, p. 36.

31 Kavanagh, Thatcherism and British Politics, p. 12-13.

32 Ibid., p. 225-233; Smithin, op. cit., p. 42-47 et 59; Peter A. Hall, Governing the Economy: The Politics of State Intervention in Britain and France, Cambridge, Polity Press, 1986, p. 120.

33 Margaret Thatcher, « Speech to the Conservative Party Conference (“The lady’s not for turning”) », Brighton, 10 oct. 1980 (<www.margaretthatcher.org>).

34 Smith, The Rise and Fall of Monetarism, p. 106; Hall, Governing the Economy, p. 118.

35 Alberto Alesina et Geoffrey Carliner (dir.), Politics and Economics in the Eighties, University of Chicago Press, 1991, p. 4; Douglas A. Hibbs, Jr., The Political Economy of Industrial Democracies, Cambridge, Harvard University Press, 1987, p. 163-190; Smithin, op. cit., p. 57.

36 Hibbs, op. cit., p. 176-182.

37 Stein, Presidential Economics, p. 236-237.

38 Alesina et Carliner, op. cit., p. 13; Krugman, Peddling Prosperity, p. 152-153; Paul Pierson, « The Deficit and the Politics of Domestic Reform », dans Margaret Weir (dir.), The Social Divide: Political Parties and the Future of Activist Government, Washington, The Brookings Institution, 1998, p. 126-127.

39 Scharpf, « Economic Changes, Vulnerabilities, and Institutional Capabilities », p. 51; Torben Iversen, « Decentralization, Monetarism, and the Social Democratic Welfare State », dans Torben Iversen, Jonas Pontusson et David Soskice (dir.), Unions, Employers, and Central Banks: Macroeconomic Coordination and Institutional Change in Social Market Economies, Cambridge University Press, 2000, p. 205-206 et 217.

40 Hall, Governing the Economy, p. 192-201.

41 Donald J. Savoie, Thatcher, Reagan, Mulroney: In Search of a New Bureaucracy, University of Pittsburgh Press, 1994, p. 4.

42 Ibid, p. 172-199 et 256-272; Geert Bouckaert, « Modernising Government: The Way Forward — A Comment », International Review of Administrative Sciences, vol. 72, no 3, 2006, p. 327-332.

43 Fred Block, « Rethinking the Political Economy of the Welfare State », dans Block et al. (dir.), The Mean Season: The Attack on the Welfare State, New York, Pantheon, 1987, p. 113; Barbara Ehrenreich, « The New Right Attack on Social Welfare », dans Block et al. (dir.), The Mean Season, p. 178.

44 Timothy Raison, Tories and the Welfare State: A History of Conservative Social Policy since the Second World War, Basingstoke, Macmillan, 1990, p. 107; Sylvia Bashevkin, Welfare Hot Buttons: Women, Work, and Social Policy Reform, University of Toronto Press, 2002, p. 35.

45 Bashevkin, op. cit., p. 22-23; Gareth Davies, « The Welfare State », dans W. Elliot Brownle et Hugh D. Graham (dir.), The Reagan Presidency: Pragmatic Conservatism and Its Legacies, Lawrence, University Press of Kansas, 2003, p. 209.

46 Paul Pierson, « Coping with Permanent Austerity: Welfare State Restructuring in Affluent Democracies », dans Pierson (dir.), The New Politics of the Welfare State, Oxford University Press, 2001, p. 411-413.

47 Paul Pierson, Dismantling the Welfare State: Reagan, Thatcher, and the Politics of Retrenchment, Cambridge University Press, 1994, p. 114-115; Carles Boix, Political Parties, Growth and Equality: Conservative and Social Democratic Economic Strategies in the World Economy, Cambridge University Press, 1998, p. 192-194; John A. Ferejohn, « Changes in Welfare Policy in the 1980s », dans Alesina et Carliner (dir.), Politics and Economics in the Eighties, p. 138-139.

48 Francis G. Castles, The Future of the Welfare State: Crisis Myths and Crisis Realities, Oxford University Press, 2004, p. 45.

49 Lane Kenworthy et Jonas Pontusson, « Rising Inequality and the Politics of Redistribution in Affluent Countries », Perspectives on Politics, vol. 3, no 3, sept. 2005, p. 450.

50 Evelyne Huber et John D. Stephens, Development and Crisis of the Welfare State: Parties and Policies in Global Markets, University of Chicago Press, 2001, p. 300-301; Jonas Pontusson, Inequality and Prosperity: Social Europe vs. Liberal America, Ithaca, Cornell University Press, 2005, p. 202.

51 Pontusson, Inequality and Prosperity, p. 187-188; Jacob S. Hacker, « Dismantling the Health Care State? Political Institutions, Public Policies, and the Comparative Politics of Health Reform », British Journal of Political Science, vol. 34, no 4, oct. 2004, p. 699-700.

52 Giuliano Bonoli, The Politics of Pension Reform: Institutions and Policy Change in Western Europe, Cambridge University Press, 2000, p. 23-24.

53 Pontusson, op. cit., p. 191-192; James P. Allan et Lyle Scruggs, « Political Partisanship and Welfare State Reform in Advanced Industrial Societies », American Journal of Political Science, vol. 48, no 3, juil. 2004, p. 498-512.

54 Neil Gilbert, Transformations of the Welfare State: The Silent Surrender of Public Responsibility, Oxford University Press, 2004, p. 62-63.

55 Huber et Stephens, Development and Crisis of the Welfare State, p. 305.

56 Boix, Political Parties, Growth and Equality, p. 39 et 99-101.

57 Castles, The Future of the Welfare State, p. 109.

58 Robert Gilpin, Global Political Economy: Understanding the International Economic Order, Princeton University Press, 2001, p. 309.

59 Jan Aart Scholte, Globalization: A Critical Introduction, 2e éd., New York, Palgrave Macmillan, 2005, p. 39.

60 Margaret Thatcher, « Response to the Brandt Report », dans Friedrich Ebert Foundation (dir.), International Responses to the Brandt Report, Londres, Temple Smith, 1981, p. 105.

61 Jean-Philippe Thérien, « The Brandt Commission: The End of an Era in North – South Politics », dans Ramesh Thakur, Andrew F. Cooper et John English (dir.), International Commissions and the Power of Ideas, Tokyo, United Nations University Press, 2005, p. 27-45.

62 Charles A. Jones, The North-South Dialogue: A Brief History, New York, St. Martin’s Press, 1983, p. 115.

63 South Commission, The Challenge to the South: The Report of the South Commission, Oxford University Press, 1990, p. 18.

64 Nitin Desai, « Preface », dans ONU, Financing for Development: Building on Monterrey, New York, ONU, 2002, p. vii.

65 Craig N. Murphy, International Organization and Industrial Change: Global Governance since 1850, New York, Oxford University Press, 1994, p. 258-259; Jacques Fomerand, Mirror, Tool, or Linchpin for Change? The UN and Development, Waterloo, Academic Council on the United Nations System, 2003, p. 42.

66 Joshua Muravchik, The Future of the United Nations: Understanding the Past to Chart a Way Forward, Washington, American Enterprise Institute for Public Policy Research, 2005, p. 71.

67 Margaret Karns et Karen Mingst, International Organizations: The Politics and Processes of Global Governance, Boulder, Lynne Rienner, 2004, p. 253-254; UN Association of the United States of America, United Nations Funding: FY2007 Budget Request, fiche d’information de UNA-USA, mai 2006.

68 Robert W. Cox (avec Michael Schechter), The Political Economy of a Plural World: Critical Reflections on Power, Morals and Civilization, Londres, Routledge, 2002, p. 86.

69 Ngaire Woods, The Globalizers: The IMF, the World Bank and Their Borrowers, Ithaca, Cornell University Press, 2006.

70 Margaret Karns et Karen Mingst, The United Nations in the Post-Cold War Era, 2e éd., Boulder, Westview, 2000, p. 130.

71 Woods, The Globalizers, p. 1.

72 John Toye, Dilemmas of Development: Reflections on the Counter-Revolution in Development Economics, 2e éd., Oxford, Blackwell, 1993.

73 Gilpin, Global Political Economy, p. 311.

74 Toye, op. cit., p. 94.

75 James D. Wolfensohn et François Bourguignon, Développement et réduction de la pauvreté. Revoir le passé, penser l’avenir, Washington, Banque mondiale, oct. 2004, p. 3.

76 Payne, The Global Politics of Unequal Development, p. 12.

77 Mike Moore, « To Doha and Beyond: A Roadmap for Successfully Concluding the Doha Development Round », déclaration du directeur général de l’OMC, Montreux, 12 avril 2002.

78 Banque mondiale, Mondialisation, développement et pauvreté : bâtir une économie mondiale intégrée, Paris, Eska, 2002, p. 7.

79 Payne, The Global Politics of Unequal Development, p. 118 et 170.

80 CNUCED, Development and Globalization: Facts and Figures, New York et Genève, Nations unies, 2004, p. 36.

81 CNUCED, « Une hausse des investissements étrangers directs dans les pays en développement renverse la tendance globale à la baisse », communiqué, Genève, 29 sept. 2005.

82 G. C. A. Junne, « International Organizations in a Period of Globalization: New (Problems of) Legitimacy », dans Jean-Marc Coicaud et Veijo Heiskanen (dir.), The Legitimacy of International Organizations, Tokyo, United Nations University Press, 2001, p. 204.

83 ONU, Cooperation Between United Nations and Business, communiqué de presse, SG/2043, 9 fév. 1998.

84 OCDE, Les dossiers du CAD : Coopération pour le développement, Rapport 2002, Paris, OCDE, 2003, p. 257.

85 La fragilité de cette reprise de l’aide est apparue dès 2006. Voir OCDE, L’aide au développement consentie par les pays de l’OCDE affiche un recul de 5,1 % en 2006, 3 avril 2007.

86 David K. Fieldhouse, The West and the Third World, Oxford, Blackwell, 1999, p. 243.

87 Banque mondiale, Assessing Aid: What Works, What Doesn’t, and Why, New York, Oxford University Press, 1998, p. 23-25.

88 Hyun-sik Chang et al., Comparaison des systèmes de gestion de la coopération au développement dans les pays de l’OCDE membres du CAD, Paris, OCDE, 22 septembre 1999, p. 105.

89 Olav Stokke, « Foreign Aid: What Now? », dans Stokke (dir.), Foreign Aid towards the Year 2000: Experiences and Challenges, Londres, Frank Cass, 1996, p. 73-74.

90 OCDE, Inscrire la coopération pour le développement dans une optique de prévention du terrorisme. Principaux points d’ancrage pour l’action, Les lignes directrices et ouvrages de référence du CAD, Paris, OCDE, 2003.

91 Ayodele Aderinwale, « The Securitization of Development Aid », dans The Reality of Aid Management Committee, The Reality of Aid 2006: Focus on Conflict, Security and Development, Quezon City et Londres, IBON Books – Zed Books, 2006, p. 88-106.

92 Jeffrey Sachs, The End of Poverty: How We Can Make It Happen in Our Lifetime, Harmondsworth, Penguin, 2005, p. 269 et 312.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search