Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 5. L’âge de l’universalité (1945-1980)

Texte intégral

  • 1 Harold J. Laski, cité dans G. John Ikenberry, After Victory: Institutions, Strategic Restraint, an (...)

1À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis se trouvaient dans une position tout à fait singulière. Puissance hégémonique incontestée, ils contrôlaient environ la moitié de la production mondiale, occupaient le premier rang dans presque tous les domaines de la technologie et disposaient d’une armée puissante et en apparence invincible. « Aujourd’hui, écrivait en 1947 le politologue britannique Harold Laski, des centaines de millions d’Européens et d’Asiatiques savent que la qualité et le rythme de leur vie dépendent de décisions qui se prennent à Washington1 ». Les Américains allaient en effet jouer un rôle de premier plan dans la création des nouvelles normes et des nouvelles institutions destinées à régir l’ordre international de l’après-guerre. Dans cet environnement en pleine mutation, les incertitudes et les tensions demeuraient cependant nombreuses ; certaines découlaient des conflits non résolus de l’entre-deux-guerres, d’autres résultaient du nouvel agencement des forces sociales et politiques établi en 1945.

2La première source d’incertitude venait du défi lancé à la domination des États-Unis par la montée de l’Union soviétique, l’ancienne alliée désormais rivale.

  • 2 Harry S. Truman, « Address to Joint Session of Congress on Aid to Greece and Turkey », 12 mars 194 (...)

À ce moment de l’histoire du monde, déclara le président Harry Truman au Congrès américain en mars 1947, presque toutes les nations ont à choisir entre des modes de vie différents. […] Je crois que les États-Unis doivent avoir comme politique de soutenir les peuples libres qui résistent à la volonté de domination de minorités armées ou de forces extérieures2.

3La guerre froide que Truman annonçait ainsi s’avéra un conflit profond et universel. Kemal Dervis, ancien ministre turc de l’économie qui fut aussi directeur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a parlé fort justement d’une longue « bataille idéologique mondiale ».

  • 3 Kemal Dervis (avec Ceren Özer), A Better Globalization: Legitimacy, Governance and Reform, Washing (...)

À droite, expliquait-il, il y avait ce qu’il est convenu d’appeler, faute de mieux, le « capitalisme », libéral ou non sur le plan politique, partisan de la propriété privée, de la libre entreprise et des marchés. À gauche, il y avait le marxisme, un système qui concevait la propriété privée des moyens de production comme une source d’exploitation et d’inégalité, et considérait la planification centrale comme le mécanisme de distribution de la richesse le plus juste et le plus efficace3.

  • 4 Jonathan Schell, The Fate of the Earth, New York, Knopf, 1982.

4Dans sa forme la plus aiguë et dangereuse, cette confrontation de « modes de vie différents » engendra une course aux armements qui mit en jeu l’existence même de la planète4. De façon plus générale, elle provoqua une division Est-Ouest à laquelle presque tous les autres enjeux de la politique internationale furent subordonnés, et contribua à la polarisation idéologique gauche-droite. Même la décolonisation et la naissance de nouveaux États eurent tendance à être interprétées comme de simples épisodes d’une guerre plus vaste entre le communisme et le capitalisme. Il est vrai que l’émergence du tiers-monde et la question du développement finirent par imposer leur propre logique, pour faire naître un nouveau clivage Nord-Sud. Mais à sa manière, ce conflit allait lui aussi opposer progressistes et conservateurs.

  • 5 John G. Ruggie, « International Regimes, Transactions, and Change: Embedded Liberalism in the Post (...)
  • 6 Elmar Rieger et Stephan Leibfried, Limits to Globalization: Welfare States and the World Economy, (...)

5En comparaison, la politique intérieure des pays qui ne se trouvaient pas directement sur la ligne de fracture entre l’Est et l’Ouest semblait relativement paisible. Différentes formules ont été employées pour caractériser cette situation. Certains auteurs ont par exemple parlé d’un consensus keynésien et d’autres, d’un compromis institutionnalisé entre le capital et le travail ; la plupart se sont toutefois entendus pour considérer que l’État-providence avait pacifié les rapports sociaux, au moins dans les démocraties avancées. John Gerard Ruggie a proposé la notion de « libéralisme enchâssé » (embedded liberalism) pour faire le lien entre ces arrangements institutionnels nationaux et la mise en place d’un marché mondial ouvert, dominé par le dollar. La formule mise de l’avant par Ruggie soulignait le fait que les pays riches étaient parvenus à consolider les règles du marché international en les insérant dans un cadre qui permettait l’intervention de l’État et la mise en place de mesures nationales de protection sociale5. Reprenant une image de l’économiste Joseph Schumpeter, les politologues allemands Elmar Rieger et Stephan Leibfried expliquent pour leur part que, tout comme il n’était pas possible de produire des voitures rapides sans l’invention préalable de freins efficaces, il n’était pas concevable politiquement de mettre en place un marché mondial ouvert tant que les États n’avaient pas compris comment garantir une couverture sociale à leurs citoyens6.

6Cela dit, le caractère consensuel des compromis d’après-guerre ne doit pas être exagéré. Même dans les pays occidentaux, la division gauche-droite resta très marquée. En fait, quand on examine de près les applications concrètes du « libéralisme enchâssé », on y voit moins l’expression d’un large consensus que d’autres manifestations de la lutte idéologique mondiale évoquée par Kemal Dervis. Les termes du débat étaient moins radicaux, mais les enjeux demeuraient largement les mêmes. Dans l’arène politique nationale, les partis politiques et les mouvements sociaux s’affrontaient aussi à propos du capitalisme et du socialisme.

  • 7 ONU, Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée et proclamée par l’Assemblée générale, (...)

7La véritable nouveauté de la période vint moins d’un soi-disant consensus que de la portée même du débat. Pour la première fois, la politique se jouait véritablement à l’échelle mondiale. Les négociations internationales engageaient des États indépendants de tous les continents, créant ainsi un réseau sans précédent d’ententes et de clivages. Dorénavant, tous les êtres humains de la planète se voyaient reconnaître le statut de citoyens dotés de droits démocratiques et sociaux fondamentaux. En 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme reconnut officiellement « la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine [et] leurs droits égaux et inaliénables7 ». En principe du moins, il devenait de plus en plus difficile d’exclure une personne sur la base de la nationalité, de l’ethnie, du statut ou du sexe. En Occident, de vastes réformes politiques donnèrent un sens concret à cette évolution en associant la citoyenneté à un ensemble de droits sociaux universels. C’était bel et bien l’âge de l’universalité. Pendant près de 40 ans, la gauche et la droite allaient débattre des implications nationales et internationales de cette nouvelle vision du monde en s’opposant à propos de l’économie mixte, de l’État-providence, du conflit Est-Ouest et de la division Nord-Sud.

L’économie mixte

  • 8 Eric Hobsbawm, L’âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, Paris, Éditions Complexe – Le Mon (...)

8La Grande dépression des années 1930 ébranla l’ordre libéral en place et discrédita considérablement la doctrine du laisser-faire. Devant la chute spectaculaire de la production industrielle, l’effondrement des prix agricoles et le chômage presque permanent de près d’un tiers de la main-d’œuvre, il était difficile de défendre l’idée d’un marché efficace et capable de s’autoréguler. Dépourvus d’une vision claire de la situation, les gouvernements intervinrent davantage pour protéger leurs producteurs d’un marché qui n’était plus garant de la prospérité. Entre 1931 et 1936, les États d’Amérique du Nord et d’Europe réglementèrent leurs marchés intérieurs, abandonnèrent l’étalon-or et augmentèrent les barrières tarifaires. Jusqu’alors en croissance, le commerce et les investissements internationaux chutèrent très fortement, et l’idée d’un marché mondial gouverné par le laisser-faire s’effondra8.

9Au-delà des mesures défensives, trois grandes voies paraissaient envisageables. La première était le communisme à la soviétique, une option qui semblait d’autant plus plausible que l’URSS continuait à se développer alors même que l’économie mondiale était en récession. La deuxième était le fascisme, qui était supposé dépasser la vieille opposition entre le capitalisme et le socialisme et semblait, au moins en Allemagne, permettre une relance de l’économie. La troisième voie était celle d’une économie libérale réformée, misant sur un meilleur équilibre entre les règles du marché et l’intervention de l’État, selon une formule qui allait être qualifiée d’« économie mixte ».

  • 9 Ibid., p. 309.
  • 10 Charles S. Maier, « Nineteen Forty-Five: Continuity or Rupture? », Europa, vol. 5, no 2, 1982, p.  (...)

10La guerre décida du sort du fascisme et la guerre froide freina la progression du communisme, laissant dans la plupart des pays toute la place à l’idée d’économie mixte. Cette approche soulevait cependant bien des questions. Dans les années 1930 et 1940, les gouvernements avaient fait l’expérience de la réglementation économique, de la planification, de la négociation collective et de la sécurité sociale, mais la plupart de ces réformes s’étaient faites dans un contexte d’improvisation. De fait, tant les experts que les citoyens craignaient que la fin du conflit mondial ne ramenât une grave récession9. Parmi tous les problèmes que la guerre avait laissés en suspens, les plus importants étaient ceux de l’organisation des échanges internationaux, du niveau d’égalité sociale à atteindre, du rôle de l’État dans l’économie et de la place de la classe ouvrière dans la société10. Au niveau international, un système commercial libéral ne tarda pas à s’imposer et, sur le plan national, comme on le verra, de nouveaux programmes sociaux permirent aux États de promouvoir à la fois la croissance économique et la justice sociale. En ce qui concerne le rôle de l’État et la place de la classe ouvrière, deux thèmes s’imposèrent à gauche comme à droite : la planification et les négociations collectives.

  • 11 Gunnar Myrdal, Beyond the Welfare State: Economic Planning and Its International Implications, New (...)

11L’intérêt pour la planification, qui datait d’avant la guerre, avait plusieurs sources, à droite comme à gauche. La planification suppose l’intervention de l’État, et comme les pays communistes gouvernaient leur économie — à l’aide notamment de plans quinquennaux —, l’idée a surtout été associée à la gauche. Pourtant, comme le notait l’économiste suédois Gunnar Myrdal, avant le XXe siècle, on trouve bien peu de références à cette notion dans la tradition socialiste. Marx lui-même n’avait aucun intérêt pour la question11. La planification n’est apparue qu’au tournant du siècle, d’abord chez les gens d’affaires puis chez les militaires.

  • 12 Henry L. Gantt, cité dans Charles S. Maier, In Search of Stability: Explorations in Historical Pol (...)

12Dans le monde des affaires, la planification a été introduite entre 1900 et 1920, avec l’idée de l’organisation scientifique du travail proposée par Frederick Taylor. Selon lui, les sciences appliquées et le génie pouvaient augmenter considérablement la productivité de l’industrie et contribuer ainsi à résoudre les conflits sociaux sur la distribution de la richesse. « Ce qu’il nous faut, écrivait l’un de ses disciples, ce n’est pas davantage de lois, mais davantage de données, et toute la question se règlera alors d’elle-même12. » Aux États-Unis en particulier, les entreprises privées semblaient suffisamment grandes pour mettre en œuvre par elles-mêmes et de plein gré ce genre d’approche fondée sur l’« efficience sociale ». Avec sa chaîne de montage et sa production de masse d’une voiture modeste destinée au consommateur moyen, la compagnie Ford alla plus loin encore dans ce sens. Le modèle économique qu’elle permit de créer fascina les réformateurs européens de gauche comme de droite, qui furent séduits par ce qu’ils appelèrent le fordisme et l’américanisme. Entre-temps, durant la Première Guerre mondiale, les ingénieurs et barons d’industrie Walther Rathenau et Wichard von Moellendorf parvinrent à ordonner l’ensemble de la production et de la distribution pour soutenir l’effort de guerre de l’Allemagne, élargissant ainsi à toute une société les notions d’organisation scientifique du travail et de planification.

  • 13 Lénine, cité dans James C. Scott, Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Co (...)
  • 14 Maier, In Search of Stability, p. 43.
  • 15 Ibid., p. 74 et 114.
  • 16 Hobsbawm, L’âge des extrêmes, p. 135-137.

13Dans la Russie révolutionnaire, Lénine et ses conseillers économiques en prirent bonne note. L’Union soviétique allait imiter le système de Taylor pour l’« adapter à ses propres fins13 ». En Europe également, l’idée de planification plaisait à la gauche parce que le recours au pouvoir de l’État semblait à même de faire reculer le laisser-faire et de préparer le terrain au socialisme14. La droite, en général plus réticente, finit aussi par considérer que la planification était inévitable. En Italie et en Allemagne, par exemple, les nouveaux dirigeants fascistes qui avaient promis de mettre fin au socialisme d’État et à l’économie planifiée se tournèrent rapidement vers un système d’économie dirigée, où l’État était le maître d’œuvre tant du développement industriel que de la préparation à la guerre15. Ailleurs, bien des libéraux de droite ne purent pas résister non plus aux avantages d’une approche scientifique qui promettait de régler les conflits sociaux les plus menaçants16.

14Au sortir de la guerre, la planification s’imposa partout à l’ordre du jour. La Grande dépression avait discrédité le laisser-faire et tant les réformes du New Deal que le succès des économies de guerre suggéraient que l’intervention de l’État pouvait être efficace. La nouvelle théorie économique de John Maynard Keynes renforçait aussi l’idée selon laquelle une gestion macroéconomique éclairée pouvait prévenir les cycles économiques dommageables et favoriser le plein emploi et la prospérité. La gauche et la droite ne s’entendaient pas, en revanche, sur le rôle exact de l’État dans la nouvelle économie mixte. La gauche souhaitait nationaliser les grandes industries et planifier presque tout, alors que la droite préférait maintenir les marchés aussi libres que possible.

  • 17 Gary Mucciaroni, The Political Failure of Employment Policy, 1945-1982, University of Pittsburgh P (...)
  • 18 Jesse W. Wolcott, cité dans John Kenneth Galbraith, Le capitalisme américain : le concept de pouvo (...)
  • 19 Mark Blyth, Great Transformations: Economic Ideas and Institutional Change in the Twentieth Centur (...)
  • 20 Maier, op. cit., p. 129-130.

15Aux États-Unis, le débat ne fit pas exception à ce schéma. Avant même la fin de la guerre, les conservateurs s’organisèrent pour prévenir ce qu’ils considéraient comme des interventions abusives de l’État. Les chefs d’entreprises, les républicains et les démocrates des États du sud se mobilisèrent pour remettre en question les grandes réformes mises en œuvre dans les années 1930 par les démocrates du nord et les fonctionnaires du New Deal. Désormais majoritaire au Congrès, la droite se mit à dénoncer l’« étatisme » et à évoquer la menace d’un « communisme d’État » qui mettait en péril la « libre entreprise » et l’« American way of life »17. Les États-Unis, avança avec une étonnante précision le congressiste républicain du Michigan Jesse W. Wolcott, étaient maintenant « à 8 % de devenir socialistes18 ». En 1946, les conservateurs bloquèrent l’adoption d’une loi qui aurait engagé le gouvernement américain à maintenir le plein emploi. Un an plus tard, ils firent adopter la loi Taft-Hartley qui limitait de plusieurs façons le pouvoir des syndicats et faisait obstacle à leur expansion19. Aux États-Unis, la planification ne deviendrait jamais un objectif public, sauf, comme le fait remarquer Charles Maier, « au sens étroit », en tant qu’impératif du management privé, supposé régler les problèmes de distribution par une augmentation de la productivité20. Même la gestion keynésienne de la demande fut interprétée de façon restrictive, purgée de tout engagement institutionnalisé à maintenir un niveau élevé d’emploi.

  • 21 Margaret Weir, « Ideas and Politics: The Acceptance of Keynesianism in Britain and the United Stat (...)
  • 22 Ibid., p. 74-75 et 80; Andrew Shonfield, Modern Capitalism: The Changing Balance of Public and Pri (...)
  • 23 Richard F. Kuisel, Capitalism and the State in Modern France: Renovation and Economic Management i (...)
  • 24 Shonfield, Modern Capitalism, p. 128; voir aussi Kuisel, Capitalism and the State in Modern France(...)
  • 25 Peter A. Hall, Governing the Economy: The Politics of State Intervention in Britain and France, Ca (...)
  • 26 T. J. Pempel, « Japanese Foreign Economic Policy: The Domestic Bases for International Behavior », (...)

16La gauche, il faut bien le dire, n’a pour sa part pas toujours été claire sur le sens exact à donner à la planification. En Grande-Bretagne, par exemple, le Parti travailliste est arrivé au pouvoir en 1945 en s’engageant à nationaliser et à planifier, et en manifestant très peu d’intérêt pour la gestion keynésienne de la demande21. Très vague, l’idée que les travaillistes se faisaient de la planification demeurait axée sur la régulation à court terme des pénuries, ce qui souleva des oppositions importantes de la part des entreprises, mais aussi des syndicats et de citoyens lassés des contrôles et du rationnement de la guerre. La planification fut donc rapidement remplacée par une approche plus modeste, fondée sur des politiques keynésiennes et des politiques sociales22. De la même façon, la gauche française sortit de la guerre avec une conception assez abstraite de la planification et finit par se concentrer sur les nationalisations et les programmes sociaux23. Curieusement, en France, ce fut la droite réformiste qui récupéra l’idée de planification pour en retenir une version libérale et moderniste, une sorte de « complot ourdi par la grande entreprise et la haute administration au nom de l’intérêt public24 ». Dans sa version française, remarque Peter Hall, la planification était conçue « pour améliorer le fonctionnement du marché et non pas pour le remplacer25 ». Au Japon, enfin, tout un réseau conservateur issu des industries de pointe, du secteur de la finance et de la bureaucratie d’État parvint à exploiter « l’exclusion politique de la gauche et des syndicats » pour planifier l’économie en faveur du monde des affaires, au détriment des travailleurs et des consommateurs26.

  • 27 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana (...)
  • 28 Mehmet, op. cit., p. 31 et 271. Pour des conclusions similaires mais issues de perspectives très d (...)

17La planification fut donc imaginée par la gauche, mais mise en œuvre par la droite, sans trop remettre en question le marché. Dans les pays du Sud, les gouvernements furent aussi encouragés par les économistes du développement et par les Nations unies à planifier en vue de mettre sur pied une économie mixte, ce à quoi la plupart d’entre eux s’employèrent en cherchant à combiner la croissance économique et la justice sociale27. En pratique, comme le remarque toutefois l’économiste canadien Ozay Mehmet, les élites du tiers-monde ont souvent contribué à aggraver les inégalités en planifiant en faveur de la croissance plus que de l’égalité, au profit de l’industrialisation plus que du développement rural, et pour le bénéfice des possédants bien davantage que pour celui des salariés et des pauvres28.

  • 29 Gilles Dostaler, Keynes et ses combats, Paris, Albin Michel, 2005, p. 166-188 ; Paul Diesing, Scie (...)

18La gestion macroéconomique suscita des oppositions du même ordre entre la gauche et la droite, ce que Keynes lui-même n’avait pas prévu. Sur la scène politique britannique, Keynes était un libéral, proche du centre. Son approche de l’économie l’éloignait autant du laisser-faire que du socialisme et, dans son esprit, n’était ni de droite ni de gauche. Il s’agissait simplement d’offrir aux décideurs la théorie et les instruments nécessaires pour réguler les cycles économiques et prévenir le chômage et l’inflation. Le point de vue adopté par Keynes était celui du gouvernement, ou plus précisément du Trésor, et il ne doutait pas qu’une fois comprises par les responsables concernés, les meilleures politiques s’imposeraient29.

  • 30 Michal Kalecki, « Political Aspects of Full Employment », dans Thomas Ferguson et Joel Rogers (dir (...)

19Michal Kalecki, un contemporain polonais de Keynes arrivé indépendamment à des conclusions semblables, se montrait beaucoup plus sceptique quant à l’intervention gouvernementale. Le temps allait lui donner raison. Dans un article publié en 1943, Kalecki affirmait que même si le plein emploi pouvait permettre aux entreprises de maximiser leurs profits, il se heurterait toujours à des résistances politiques car il modifierait les rapports de force entre les différents groupes sociaux. Premièrement, avec le plein emploi, un niveau élevé d’investissements privés deviendrait moins nécessaire, ce qui diminuerait forcément les privilèges et l’influence des grandes entreprises. Deuxièmement, une gestion macroéconomique active entraînerait davantage d’investissements publics et augmenterait donc le rôle et le prestige de l’État. Troisièmement, un marché du travail à pleine capacité hausserait le pouvoir de négociation des travailleurs et des syndicats. Dans ces circonstances, écrivait Kalecki, on devait s’attendre à des politiques macroéconomiques moins qu’optimales, parce que les milieux d’affaires et les forces conservatrices exigeraient des politiques plus restrictives dès que le niveau d’emploi commencerait à monter, et ce n’est que pendant les vraies récessions que les travailleurs et la gauche pourraient obtenir des politiques favorisant la croissance30.

  • 31 Anne Mari May, « President Eisenhower, Economic Policy, and the 1960 Presidential Election », Jour (...)
  • 32 Weir, « Ideas and Politics: The Acceptance of Keynesianism », p. 85.

20C’est exactement ce qui se produisit aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Une fois élu, en 1952, Dwight D. Eisenhower insista sur l’importance de l’initiative privée et fit du maintien d’un faible niveau de taxation, d’un budget équilibré et de la lutte contre l’inflation ses grandes priorités. Pendant huit ans, le président républicain s’en tint à ses objectifs. Même avec un niveau d’inflation bien en deçà de 2 %, Eisenhower privilégia des politiques d’austérité budgétaire, au détriment de l’emploi et de la croissance économique31. C’est seulement après 1961 que des politiques expansionnistes furent mises en œuvre, quand les Démocrates revinrent en force à la Maison Blanche et au Congrès32.

  • 33 Tufte, Political Control of the Economy, p. 71.

21Pratiquement tous les pays connurent une évolution de ce type. Les partis politiques de droite mettaient l’accent sur un bas niveau de taxation, l’équilibre budgétaire et le contrôle de l’inflation, en se souciant moins de l’emploi, alors que les partis de gauche favorisaient l’égalité salariale et la redistribution, des budgets plus généreux et des niveaux d’emploi élevés plutôt que la stabilité des prix33. En agissant ainsi, les différents partis se montraient fidèles à leurs positions idéologiques sur l’égalité. Ils représentaient aussi très bien leur électorat, le chômage menaçant davantage les salariés, en général proches de la gauche, et l’inflation inquiétant surtout les épargnants, habituellement plus à droite.

  • 34 Douglas A. Hibbs, Jr., The Political Economy of Industrial Democracies, Cambridge, Harvard Univers (...)
  • 35 David R. Cameron, « The Politics and Economics of the Business Cycle », dans Ferguson et Rogers (d (...)

22À la longue, ces choix partisans ont fait une différence. Douglas A. Hibbs, qui a étudié la question à fond, remarque qu’entre 1945 et 1969, les pays surtout dirigés par des partis sociaux-démocrates ont connu des taux de chômage bas et des taux d’inflation élevés, alors que dans les pays où la droite a dominé, le chômage est demeuré plus élevé et l’inflation plus faible34. Après quelques années, le « chômage structurel » s’est accru dans les pays où la gauche était faible, sans pour autant garantir la stabilité des prix. Au début des années 1980, en effet, les pays qui affichaient les plus mauvais résultats en terme d’emploi étaient aussi les plus affectés par l’inflation35. Cela s’explique par le fait que, dans ces pays, les gouvernements conservateurs se sont avérés incapables de négocier des compromis viables avec les syndicats.

  • 36 Bruce Western, Between Class and Market: Postwar Unionization in the Capitalist Democracies, Princ (...)

23Par conviction, et souvent dans le cadre d’alliances explicites, les partis de gauche ont eu une attitude de sympathie à l’égard des syndicats, qui représentaient les travailleurs et cherchaient à obtenir une répartition plus égalitaire des revenus. Ils favorisaient également la négociation collective, qu’ils voyaient comme un mécanisme social fondamental dans une économie mixte. Les partis de droite, au contraire, sont restés méfiants envers les syndicats et ont toujours considéré la négociation collective comme un obstacle qui perturbait le libre fonctionnement du marché du travail par l’octroi de rentes et de privilèges injustifiés. Avec le temps, ces orientations idéologiques se sont inscrites dans le droit du travail et ont façonné la réglementation des relations industrielles. Dans les pays où la gauche était dominante, un cadre législatif et politique favorable à la syndicalisation a été mis en place et le nombre de syndiqués a progressé. Là où la droite avait le dessus, les lois adoptées ont été moins propices à la syndicalisation et le nombre de syndiqués a reculé. Dans un pays social-démocrate comme la Suède, par exemple, 78 % de la force de travail était syndiquée en 1973, et 94 % en 1985. Aux États-Unis, le taux n’était que de 25 % en 1973 et il avait chuté à 18 % en 198536.

  • 37 David R. Cameron, « Social Democracy, Corporatism, Labour Quiescence and the Representation of Eco (...)

24Ces orientations dans le domaine des relations industrielles ont eu des conséquences sur le plan macroéconomique. Dans les pays où les syndicats étaient puissants et où le gouvernement restait engagé envers le plein emploi, les travailleurs ont consenti à modérer leurs revendications salariales pour prévenir l’inflation et éviter un éventuel recours à des politiques d’austérité qui auraient provoqué des suppressions d’emploi. À l’inverse, dans les pays où les syndicats étaient faibles et confrontés à de fréquentes récessions, les travailleurs organisés saisirent toutes les occasions de faire pression en vue d’obtenir des augmentations de salaires immédiates. C’est ce qui explique pourquoi les pays gouvernés par la gauche sont toujours parvenus à combiner des taux d’emploi élevés avec la stabilité des prix, alors que les gouvernements de droite finissaient par échouer sur les deux tableaux37.

25Dans l’ensemble, les politiques des années d’après-guerre se révélèrent relativement favorables à la planification et à l’intervention de l’État, aux investissements publics et à la gestion macroéconomique, aux syndicats et aux négociations collectives. L’époque du laisser-faire débridé était définitivement révolue. La composition exacte de l’économie mixte n’en est pas moins demeurée un objet de controverse entre la gauche et la droite. Au début, ce furent surtout les nationalisations et la planification qui monopolisèrent l’attention. Mais rapidement, les polémiques s’étendirent aux politiques macroéconomiques et à la négociation collective. Les divergences sur ces questions étaient majeures et portaient à conséquence. Les débats, toutefois, sont souvent demeurés en sourdine, à cause de leur caractère en apparence hautement technique et spécialisé. Ce ne fut pas le cas, loin de là, pour un autre projet qui a considérablement marqué l’époque : le développement de l’État-providence.

L’État-providence

  • 38 Alexander Hicks, Social Democracy and Welfare Capitalism: A Century of Income Security Politics, I (...)

26Au début des années 1950, rares étaient les pays qui consacraient plus de 10 % de leur produit intérieur brut aux programmes sociaux. Trente ans plus tard, les dépenses sociales moyennes des pays de l’OCDE atteignaient 20 % du PIB, s’échelonnant entre 10 % pour le Japon et 32 % pour la Suède. L’essentiel de cette transformation s’est effectué sur une vingtaine d’années, de 1960 à 1980, à un moment où l’économie connaissait une croissance rapide38. Les transferts sociaux et les services se multiplièrent, la couverture sociale fut étendue et les prestations devinrent plus généreuses, pour fournir aux citoyens des pays riches une protection sociale sans précédent.

  • 39 Angus Maddison, The World Economy, Paris, OCDE, 2006, p. 126 et 138.
  • 40 Hugh Heclo, « The Social Question », dans Katherine McFate et al. (dir.), Poverty, Inequality, and (...)

27La prospérité économique a de toute évidence favorisé cette évolution. Entre 1950 et 1973, l’« âge d’or » du capitalisme d’après-guerre, l’économie mondiale a crû à un taux record de 2,9 % par an, comparativement à 0,9 % entre 1913 et 1950, et à 1,3 % entre 1870 et 1913, l’époque de l’expansion impériale. Dans les pays occidentaux, la croissance de l’après-guerre fut plus spectaculaire encore, avec des taux d’environ 4 % aux États-Unis et en Europe, et de 8 % au Japon39. Les ressources financières étaient facilement accessibles pour améliorer la sécurité sociale, dans un contexte où les populations étaient relativement jeunes et où les emplois stables et bien payés ne manquaient pas. Un nouveau consensus était également né de la Grande dépression et de la guerre, autour d’une conception inclusive de la citoyenneté. Conformément aux principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il était largement admis que tout être humain méritait respect et dignité, et que chaque citoyen pouvait revendiquer des droits sociaux et s’attendre à une certaine sécurité. Concrètement, ce consensus s’exprima dans des programmes nationaux conçus pour protéger le revenu du ménage moyen, une famille avec un seul salaire dont le chef était l’homme pourvoyeur40. La sécurité du revenu donna cependant naissance à un nouveau débat sur la nature et l’étendue de la protection sociale dans les démocraties avancées.

  • 41 Guillaume Ier, cité dans Hicks, Social Democracy and Welfare Capitalism, p. 43.
  • 42 Hicks, op. cit., p. 82.

28L’État-providence avait des antécédents qui remontaient jusqu’au XIXe siècle. Étonnamment, la sécurité sociale a d’abord vu le jour dans le cadre d’un régime conservateur, et même autoritaire. C’est l’empereur allemand Guillaume Ier, conseillé par le chancelier Otto von Bismarck, qui introduisit l’assurance médicale, les pensions de vieillesse et l’assurance contre les accidents de travail en 1881, avec l’intention avouée de miner l’appui populaire au socialisme. La prévention des « maladies sociales », expliquait-il, ne se réalisait pas seulement « en réprimant les sociaux-démocrates, mais également en améliorant le bien-être des classes laborieuses41 ». D’autres réformes furent mises en œuvre par la suite par diverses coalitions de libéraux et de syndicalistes ou par des partis catholiques, mais le grand virage survint avec la Grande dépression, moment à partir duquel les programmes sociaux devinrent résolument associés à la gauche. Dans les années 1930 et 1940, les partis de gauche et de centre-gauche d’Europe et d’Amérique du Nord mirent sur pied un ensemble de programmes de sécurité du revenu destinés aux sans-emploi, aux malades et aux personnes âgées42. La Seconde Guerre mondiale scella cette évolution et créa les conditions de la naissance d’un véritable État-providence.

  • 43 Derek Fraser, The Evolution of the British Welfare State: A History of Social Policy since the Ind (...)

29Le rapport sur l’assurance sociale rédigé en 1942 par le fonctionnaire anglais William Beveridge constitua une étape décisive. Simple enquête sur l’assurance sociale au départ, ce rapport frappa l’imagination du public en Grande-Bretagne, mais aussi à l’étranger, parce qu’il proposait la création d’un régime de protection sociale complet et universel. Après la guerre, plaidait Beveridge, l’État britannique allait devoir s’attaquer à « cinq géants sur le chemin de la reconstruction » : la pauvreté, la maladie, l’ignorance, l’insalubrité et le chômage. Pour cela, le gouvernement devait assurer le plein emploi, distribuer des allocations familiales, mettre sur pied un système de santé complet et, surtout, concevoir un système d’assurance capable de protéger tous les citoyens contre les principaux risques sociaux, du berceau jusqu’à la tombe43. La portée et l’universalité des propositions de Beveridge correspondaient parfaitement aux préoccupations de l’époque. Discuté dans le monde entier, son rapport servit de base conceptuelle à ce qui allait devenir l’État-providence.

  • 44 One Nation (1950), cité dans Timothy Raison, Tories and the Welfare State: A History of Conservati (...)

30Cette vision d’un monde inclusif et libéré de la pauvreté s’avéra si puissante et si populaire que tous les partis britanniques en acceptèrent les grandes lignes. D’importantes divergences persistèrent néanmoins sur la signification et les implications du projet. Le Parti travailliste était le plus enthousiaste. Il se donna comme priorité de mettre sur pied en trois ans l’ensemble du projet proposé par Beveridge, et insista sur l’universalité des assurances sociales. Plus réticents, les conservateurs eurent tendance à privilégier une approche graduelle et des programmes sélectifs, qui viseraient spécifiquement les pauvres. Pour la gauche, la sécurité sociale était un instrument clé pour promouvoir l’égalité et favoriser l’instauration d’une société juste. Pour la droite, ces programmes apparaissaient davantage comme des expédients inévitables qui risquaient de grever le budget de l’État, de fausser les mécanismes du marché et de décourager l’effort individuel. Les conservateurs étaient prêts à aider les pauvres, mais n’avait aucune intention d’égaliser les revenus ou de nuire à la propriété privée. « Nous croyons, disaient-ils dans une brochure de 1950 faisant écho aux préoccupations de Jean-Baptiste Say, que les forts doivent aider les faibles mais pas qu’il faille affaiblir les forts44. »

  • 45 Hugh Heclo, Modern Social Politics in Britain and Sweden: From Relief to Income Maintenance, New H (...)

31Les cartes du débat d’après-guerre sur la protection sociale étaient donc sur la table. Au-delà du large consensus qui existait autour de l’État-providence, la gauche ferait toujours pression en faveur de l’universalité, de l’égalité et de l’intervention de l’État, alors que la droite favoriserait des programmes ciblés, sélectifs et contributifs, en recherchant autant que possible des solutions fondées sur l’initiative privée et les mécanismes du marché. La gauche serait toujours prompte à exiger une résolution rapide des problèmes sociaux ainsi que l’octroi de prestations généreuses pour tous. La droite, elle, se préoccuperait sans relâche des coûts excessifs et des effets potentiellement négatifs de telles mesures sur les comportements individuels et la moralité publique45.

  • 46 Francis G. Castles, The Future of the Welfare State: Crisis Myths and Crisis Realities, Oxford Uni (...)
  • 47 Evelyne Huber et John D. Stephens, Development and Crisis of the Welfare State: Parties and Polici (...)
  • 48 Gøsta Esping-Andersen, Social Foundations of Postindustrial Economies, Oxford University Press, 19 (...)

32Ces orientations divergentes marquèrent profondément, et pour longtemps, les politiques publiques. Les analyses comparatives portant sur l’État-providence démontrent clairement que les pays dirigés par des gouvernements de gauche ont privilégié des approches universelles plutôt que sélectives, et ont investi davantage et de façon plus égalitaire dans les programmes sociaux que les pays où la droite dominait46. La politique partisane, conclut une étude récente, s’est avérée de loin le principal déterminant de l’évolution de l’État-providence47. En 1980, des modèles très différents de protection sociale s’étaient ainsi imposés. Longtemps gouvernés par des coalitions sociales-démocrates, les pays scandinaves avaient préféré des programmes universels qui favorisaient l’égalité et faisaient véritablement reculer la pauvreté. Dans les pays où la gauche était faible, comme aux États-Unis, l’État-providence était demeuré résiduel et n’avait pas permis de réduire les inégalités et la pauvreté, même quand les niveaux d’emploi et de revenu auraient pu garantir à toute la population un niveau de vie satisfaisant. Là où des coalitions centristes ou démocrates chrétiennes ont prédominé, la couverture sociale est devenue plus généreuse, mais pas aussi inclusive ni aussi égalitaire que dans les régimes sociaux-démocrates48.

  • 49 Paul Pierson, « Coping with Permanent Austerity: Welfare State Restructuring in Affluent Democraci (...)

33Lorsque la période des « trente glorieuses » prit fin, la vision d’après-guerre d’une protection universelle contre les risques du chômage, du vieillissement et de la maladie avait été mise en œuvre avec plus ou moins d’ambition dans la plupart des pays développés. L’État-providence était désormais une composante institutionnelle bien établie — en fait presque intouchable — de la démocratie49. Arrivé à ce stade, et dans un contexte économique difficile marqué par la montée du chômage et de l’inflation, le débat entre la gauche et la droite commença à changer.

  • 50 Claus Offe, Contradictions of the Welfare State, Cambridge, MIT Press, 1984, p. 147-158.

34Sans nier les avantages d’une couverture sociale importante et de services sociaux généreux, la gauche se mit de plus en plus à critiquer les politiques sociales pour leur inefficacité et leur caractère bureaucratique. L’État-providence, en effet, compensait les pires conséquences des inégalités créées par le marché, mais il s’avérait incapable de modifier fondamentalement la distribution des revenus et des chances dans une société qui demeurait modelée par le capitalisme. Malgré les bonnes intentions de leurs concepteurs, les programmes sociaux ne s’attaquaient pas vraiment aux causes profondes de l’injustice. De plus, les nouveaux arrangements institutionnels étaient hautement bureaucratiques, voire répressifs, et imposaient des normes rigides qui nuisaient à l’autonomie des personnes et contraient toute velléité de changement plus radical. La droite stigmatisait elle aussi l’inefficacité de l’État-providence, et affirmait avec de plus en plus d’assurance que celui-ci avait un effet dissuasif sur le travail et les investissements. Aussi bien intentionnés fussent-ils, avançait-on, les programmes sociaux entravaient la croissance économique, nourrissaient l’inflation et haussaient les attentes populaires au point de rendre la démocratie « ingouvernable ». Pourtant, ni l’un ni l’autre des deux camps n’avait de solution de rechange à proposer. L’État-providence progressiste de la gauche demeurait bien vague, et la droite n’avait pas encore formulé une définition claire de ce que serait une économie moderne avec moins de protection sociale50. Cette nouvelle vision plus axée sur le marché était cependant sur le point d’émerger, et elle allait très rapidement ramener la gauche à une défense presque inconditionnelle de l’État-providence existant.

La fracture Est-Ouest

35Sur la scène mondiale, l’âge de l’universalité a été dominé par la guerre froide. On oublie parfois qu’avant d’être une course aux armements, l’affrontement Est-Ouest fut d’abord un conflit de valeurs, d’idéologies et de modes de vie. Les États-Unis et leurs alliés défendaient la liberté et le capitalisme pendant que l’URSS et ses États-frères d’Europe de l’Est cherchaient à promouvoir l’égalité dans le cadre d’un socialisme marxiste. Dans cette confrontation, les positions respectives de la droite et de la gauche ne faisaient guère de mystère, du moins dans les pays démocratiques.

  • 51 John Mander, Berlin: Hostage for the West, Harmondsworth, Penguin, 1962, p. 10.

36Après la défaite du fascisme en 1945, la division Est-Ouest devint le prisme à travers lequel les politiciens et les experts de droite se mirent à analyser la politique-monde. Le moindre geste de l’Union soviétique alimentait la thèse selon laquelle le communisme représentait une menace pour le « monde libre ». Le mur de Berlin, qui avait été construit en août 1961 pour endiguer le flot de réfugiés de l’Est qui affluaient vers l’Ouest, acquit à cet égard une puissante valeur de symbole. Considéré comme une « insulte permanente envers l’Ouest », le mur constituait la preuve éclatante que les citoyens de l’Est étaient privés des libertés les plus fondamentales et qu’ils étaient retenus prisonniers par des régimes politiques répressifs51.

  • 52 OTAN, Le Traité de l’Atlantique Nord, Washington, 4 avril 1949.

37Défendre le monde libre contre les ambitions hégémoniques de l’Union soviétique revenait en fait à maintenir un ordre international conforme aux valeurs et aux intérêts occidentaux et, en particulier, à promouvoir le respect des libertés individuelles. Sur fond de reconstruction en Europe, la tâche s’est rapidement confondue avec la reconnaissance du leadership politique et militaire des États-Unis. La création en 1949 de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) institutionnalisa ce leadership en même temps qu’elle offrit à ses membres un moyen de « sauvegarder la liberté de leurs peuples, leur héritage commun et leur civilisation, fondés sur les principes de la démocratie, les libertés individuelles et le règne du droit52 ».

  • 53 Rosemary Righter, Utopia Lost: The United Nations and World Order, New York, Twentieth Century Fun (...)

38À partir de la Conférence de Bandung (1955) et de la création du Mouvement des non-alignés (1961) — deux initiatives africano-asiatiques sans précédent —, la bataille en faveur du monde libre fut activement étendue aux pays en voie de développement. L’élargissement de la ligne de front répondait au fait que le Mouvement des non-alignés se caractérisa, dès sa naissance, par ses positions anticolonialistes et sa contestation de toute forme de domination internationale. Voyant dans ce programme politique un rejet radical des politiques occidentales, plusieurs politiciens et commentateurs conservateurs conclurent que la confrontation Nord-Sud n’était qu’un prolongement du conflit Est-Ouest53. Pour simpliste qu’elle soit, l’interprétation n’en était pas moins dénuée d’un certain fondement. Même si plusieurs gouvernements du tiers-monde entretenaient des relations étroites avec l’Ouest, la critique de l’ordre mondial formulée collectivement par les pays en développement avait en effet de nombreux points communs avec le discours officiel des pays socialistes.

  • 54 Jeane J. Kirkpatrick, « Dictatorships and Double Standards », Commentary, nov. 1979, p. 34-45.

39Pendant quatre décennies, la référence au monde libre servit à justifier la ligne dure de l’Ouest contre le communisme de même que sa relative tolérance à l’égard des dictatures de droite. Dans un article célèbre de 1979, Jeane Kirkpatrick, qui devint par la suite le premier ambassadeur de Ronald Reagan aux Nations unies, expliqua qu’il était parfaitement légitime de se montrer plus agressif envers les régimes communistes que face aux autocraties traditionnelles comme celles d’Augusto Pinochet au Chili ou de Ferdinand Marcos aux Philippines54. Après tout, il y avait dans l’histoire des exemples de régimes autoritaires ayant évolué vers la démocratie mais on ne connaissait alors aucun exemple de pays communiste ayant effectué une telle transition.

  • 55 George F. Kennan, « The Sources of Soviet Conduct », Foreign Affairs, vol. 25, juil. 1947, p. 581.
  • 56 John Foster Dulles, « A Policy of Boldness », Life, vol. 32, no 20, 19 mai 1952, p. 146-160; Micha (...)

40Pour lutter contre le communisme, les pays de l’Ouest utilisèrent deux grandes stratégies : la dissuasion nucléaire et la politique de l’endiguement. Aux États-Unis comme en Europe, les conservateurs incitèrent leurs leaders politiques à investir autant qu’il le fallait pour éviter que les Soviétiques ne gagnent la course aux armements. Minimisant les risques de cataclysme associés à la doctrine de la « destruction mutuelle assurée », ils estimaient essentiel que le monde libre conserve son avance technologique sur le plan militaire. La politique d’endiguement visait, elle, à s’opposer farouchement aux Soviétiques « partout où ces derniers donneraient des signes de vouloir aller à l’encontre des intérêts d’un monde de stabilité et de paix55 ». Fondée sur le désir de contrer l’expansionnisme soviétique et son possible effet domino, la doctrine de l’endiguement misait sur une approche plus militaire que politique des relations Est-Ouest. La doctrine n’en a pas moins été parfois dénoncée comme étant trop molle. Le Secrétaire d’État du président Eisenhower, John Foster Dulles, aurait par exemple préféré remplacer la politique d’endiguement par une politique plus active, dont le but aurait été de libérer l’Europe de l’Est de la tyrannie soviétique56. Cela dit, à droite, une conception généralement réaliste des relations internationales a tempéré la vigueur de l’opposition au communisme.

  • 57 Kennan, op. cit., p. 566.

41Durant tout l’après-guerre, les conservateurs ont défendu le capitalisme et la propriété privée en disant que ces institutions, plus en phase avec les principes libéraux, étaient moralement supérieures. Ils ont aussi beaucoup insisté sur le fait que le capitalisme avait amené une prospérité sans précédent dans l’histoire. La droite attribua la croissance exceptionnelle des « trente glorieuses » autant au modèle de l’économie mixte qu’à l’augmentation spectaculaire du commerce international. L’expansion du commerce était elle-même vue comme la principale retombée de la libéralisation économique prônée par le FMI, la Banque mondiale et le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), trois institutions créées dans la foulée de la conférence de Bretton Woods de 1944. On faisait valoir que le système de Bretton Woods — auquel les pays socialistes n’avaient pas adhéré — avait rendu possible la réduction des tarifs douaniers et la convertibilité des monnaies dont le milieu des affaires avait besoin pour se développer. Très favorables à l’ouverture des marchés préconisée par le GATT et le FMI, les conservateurs décrivaient la politique économique des gouvernements socialistes comme un lamentable échec. Selon un diagnostic maintes fois répété, la propriété étatique des moyens de production, la planification centralisée et la stratégie d’autarcie du bloc soviétique étaient les principales causes des pénuries permanentes et de la faible productivité qui caractérisaient l’économie des pays de l’Est. L’entêtement de leurs dirigeants à poursuivre dans la voie qu’ils avaient choisie constituait la preuve ultime que le projet communiste était d’abord et avant tout une « affaire d’idéologie »57.

42À gauche, on voyait la situation internationale tout autrement, même s’il est vrai que les progressistes se sont révélés beaucoup plus divisés que la droite face au conflit Est-Ouest. Communistes, maoïstes et sociaux-démocrates ont souvent proposé des analyses divergentes de la guerre froide, et n’ont jamais trouvé, pour orienter leur action, de thème aussi rassembleur que l’a été la défense du monde libre pour la droite. Les différentes composantes du mouvement progressiste de l’après-guerre avaient tout de même de nombreux points communs, le plus important étant sans aucun doute leur intérêt marqué pour l’expérience soviétique.

43Une vingtaine d’années après que le monde communiste se soit effondré sous le poids de ses contradictions politiques et économiques, il est facile d’oublier que, durant des décennies, l’Union soviétique fut une superpuissance — nucléaire, entre autres — qui joua un rôle considérable dans la définition des valeurs de la gauche mondiale. L’influence de l’URSS fut certes particulièrement forte en Europe de l’Est, mais elle s’étendit bien au-delà de cette région. La Chine et d’autres pays où les communistes prirent le pouvoir (la Corée du Nord, Cuba, la Mongolie, le Vietnam et le Cambodge) firent également partie du système socialiste dominé par l’URSS. Le gouvernement soviétique maintenait par ailleurs des liens étroits avec les partis communistes qui n’étaient pas au pouvoir, ainsi qu’avec de nombreux mouvements de libération nationale. En 1962, le schisme sino-soviétique démontra avec éclat les limites de la solidarité socialiste, mais il reste qu’à une époque, près d’un tiers de l’humanité vivait sous la bannière du marxisme-léninisme.

  • 58 Communist Party of the Soviet Union, Program of the Communist Party of the Soviet Union, New York, (...)
  • 59 Ibid., p. 10.
  • 60 W. Raymond Duncan, « Moscow and Cuban Radical Nationalism », dans Duncan (dir.), Soviet Policy in (...)

44Selon l’orthodoxie communiste mise de l’avant par les autorités soviétiques, l’après-guerre était une période de transition du capitalisme vers le socialisme. Dans ce processus, l’Est incarnait les forces du progrès et l’Ouest, les forces de la réaction. Selon les lois objectives du développement social, la crise de l’impérialisme et du capitalisme monopoliste d’État devait tout naturellement conduire à une révolution mondiale menée par la classe ouvrière. Le déclin du capitalisme paraissait inévitable puisque la croissance économique des pays les plus avancés reposait sur « le pillage des ressources des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, l’échange inégal, la discrimination contre les femmes, l’oppression violente des Noirs et des immigrés de même que sur l’exploitation accrue des travailleurs des pays en développement58 ». Se sentant investie d’une mission historique, l’URSS présentait la démocratie populaire comme une alternative qui allait affranchir l’humanité « des inégalités sociales […] et des horreurs de la guerre59 ». Le pouvoir d’attraction de l’idéologie communiste et son impact sur le cours des relations internationales furent considérables. Le cas de Cuba, une petite île située dans la cour arrière des États-Unis, offre à cet égard un exemple éloquent. À l’origine, le mouvement révolutionnaire lancé par le jeune avocat Fidel Castro et ses compañeros de la classe moyenne n’avait que peu à voir avec le marxisme. L’alignement de Castro sur l’URSS se fit graduellement, à mesure que son nationalisme radical l’éloigna des États-Unis. Cette évolution fit souvent apparaître Cuba comme « un pion sur l’échiquier politique de Moscou60 », mais elle témoignait aussi de la détermination de la politique extérieure soviétique à prendre parti pour les colonisés et les opprimés contre les grandes puissances et les nantis.

45La gauche occidentale était en fait plus antiaméricaine que prosoviétique. De façon générale, elle a accordé moins d’importance que la droite à la division Est-Ouest, et la majorité des progressistes se sont identifiés plus facilement aux intérêts des pays en voie de développement qu’à ceux des pays socialistes. En même temps, en Europe comme en Amérique du Nord, la gauche s’est faite l’apôtre d’une stratégie d’ouverture à l’égard du camp communiste. Elle s’est notamment montrée plus compréhensive devant la volonté de l’Union soviétique de maintenir sa propre zone d’influence. À la suite des crises hongroise (1956) et tchécoslovaque (1968), la gauche rechercha la quadrature du cercle en tentant de concilier l’appel à la modération face à Moscou et une condamnation de la politique soviétique. Peu convaincant, ce difficile numéro d’équilibriste eut plutôt comme conséquence d’entraîner le mouvement progressiste dans de profondes dissensions.

  • 61 C. Wright Mills, L’élite du pouvoir, Paris, Maspero, 1969.
  • 62 Hobsbawm, L’âge des extrêmes, p. 315.

46À bien des égards, la gauche considérait les États-Unis comme une menace plus dangereuse que l’Union soviétique. Sa stratégie s’est donc employée à dénoncer systématiquement les abus de la politique américaine. Selon le sociologue américain C. Wright Mills, le comportement du gouvernement américain était essentiellement voué à la défense des intérêts politiques, économiques et stratégiques d’une « élite du pouvoir61 ». Les crises qui survinrent successivement au Guatemala, à Cuba, en Afrique du Sud, au Vietnam et au Chili accréditèrent l’une après l’autre cette analyse de la politique américaine. La gauche fit aussi valoir que la guerre contre le communisme avait des accents « schizophréniques62 ». En plus de mettre en cause la chasse aux sorcières du sénateur Joseph McCarthy, ce diagnostic s’appuyait sur une tendance à dépeindre tous les mouvements nationalistes du tiers-monde comme étant infiltrés par les communistes et tous les partis communistes comme des pantins à la solde de l’Union soviétique.

  • 63 John G. Stoessinger, The Might of Nations: World Politics in Our Time, 8e éd., New York, Random Ho (...)

47Fidèle à sa tradition antimilitariste, la gauche dénonçait également le gaspillage de ressources provoqué par la course aux armements. Ces critiques visaient au premier chef le gouvernement américain, parce que les États-Unis étaient à la fois le plus grand producteur et le plus grand exportateur d’armes. Considérant certaines initiatives de l’URSS, telles l’arrêt unilatéral des essais nucléaires annoncé en 1958 ou la proposition faite par Krouchtchev devant l’ONU, en 1959, de procéder à un « désarmement général et complet63 », on a souvent reproché aux pays de l’Ouest de n’avoir pas su profiter des ouvertures soviétiques dans le domaine de la sécurité.

48Enfin, la sympathie de la gauche à l’égard du bloc soviétique fut nourrie par les performances techniques, culturelles et sportives des pays socialistes. Même si elle était nettement plus pauvre que les États-Unis, c’est l’URSS qui, en 1957, ouvrit l’ère spatiale au grand désarroi des Américains en lançant le premier Spoutnik, et en 1961, Youri Gagarine fut le premier homme à être placé en orbite autour de la Terre. Les succès internationaux des chercheurs, des artistes et des athlètes de l’Est semblaient démontrer qu’à défaut d’avoir accès aux mêmes biens de consommation que les citoyens des pays capitalistes, la population des pays socialistes bénéficiait d’un haut niveau de développement économique et social. Mais au cours des années 1970, la crise de l’économie soviétique et les révélations sur les goulags firent en sorte que les références au communisme disparurent presque totalement du discours de la gauche.

Le conflit Nord-Sud

  • 64 David H. Lumsdaine, Moral Vision in International Politics: The Foreign Aid Regime, 1949-1989, Pri (...)

49Avec le mouvement de décolonisation qui s’est accéléré dans les années 1960, un clivage Nord-Sud s’est superposé au conflit Est-Ouest pour compléter la construction géopolitique du monde de l’après-guerre. Or, dès son apparition, ce nouveau clivage fut absorbé par la logique gauche-droite. Parce qu’elles exprimaient un appel au changement, à l’égalité et à la justice, les revendications des pays pauvres ont souvent été associées au socialisme et au marxisme. Par ailleurs, les pays riches ont systématiquement contesté la légitimité des demandes du tiers-monde au nom des principes du marché et de l’efficacité économique. Une polarisation similaire prit aussi forme au sein de l’opinion publique des pays développés : les groupes sociaux qui appuyaient le tiers-mondisme s’identifiaient généralement à la gauche, tandis que ceux qui s’y opposaient penchaient plutôt à droite64.

50Bien des arguments issus du débat Est-Ouest furent tout simplement transposés au contexte Nord-Sud. Les conservateurs se sont par exemple efforcés de convaincre les pays en développement que l’entreprise privée offrait la seule voie praticable vers la prospérité. Critiquant le dirigisme du modèle de croissance privilégié par les gouvernements du tiers-monde, ils ont sans cesse répété que la forte expansion des années 1950 et 1960 était due au libre-échange que le GATT et le FMI avaient institutionnalisé. Si la droite s’est résignée au renforcement des pouvoirs de l’ONU dans le domaine du développement et à la création d’organisations comme la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), elle a toujours affirmé haut et fort que l’approche libérale des institutions de Bretton Woods était plus à même de répondre aux défis de la pauvreté que l’approche social-démocrate et interventionniste des Nations unies. Pour la droite, le FMI et la Banque mondiale offraient en outre le grand avantage d’être constitutionnellement dominés par les pays riches, structure qui donnait les gages d’une saine gestion.

  • 65 Louis Emmerij, Richard Jolly et Thomas G. Weiss, Ahead of the Curve? UN Ideas and Global Challenge (...)
  • 66 OCDE, Vingt-cinq ans de coopération pour le développement : un examen, Paris, OCDE, 1985, p. 371.
  • 67 OCDE, Development Cooperation: 1980 Review, Paris, OCDE, 1980, p. 63.

51Les conservateurs faisaient aussi valoir que la période de l’après-guerre avait permis de renforcer considérablement la justice internationale. Le monde paraissait plus démocratique que jamais : à la suite de la décolonisation, presque tous les peuples avaient obtenu une voix dans la conduite des affaires internationales. De fait, les effectifs de l’ONU passèrent de 51 pays en 1945 à 153 en 1980, principalement à cause des nouveaux venus en provenance du Sud65. On estimait également que jamais auparavant la solidarité internationale n’avait été aussi forte. Cette solidarité s’était d’abord manifestée dans le Plan Marshall qui, grâce au leadership des États-Unis, accéléra la reconstruction de l’Europe de l’Ouest après la guerre. Elle s’était ensuite prolongée dans le régime de l’aide internationale édifié au cours des années 1950-60. En 1980, les pays développés pouvaient se féliciter du fait que leur générosité à l’égard des pays en développement représentait 0,37 % de leur PNB66 tout en reconnaissant discrètement que leur comportement en la matière n’était pas désintéressé. Après tout, il semblait normal que l’aide aille en priorité aux pays proches des gouvernements occidentaux. Pour reprendre une analyse coûts-bénéfices de l’époque, le plus important était de s’assurer que l’assistance extérieure engendre plus d’« utilité » pour les pays pauvres que de « désutilité » pour les pays riches67.

  • 68 Righter, Utopia Lost, p. 114 et 117.

52L’ensemble de la droite affirmait par ailleurs que la croissance de l’économie mondiale aurait été beaucoup plus forte si, au lieu d’adopter une attitude de confrontation stérile, les pays en développement avaient accepté de suivre les politiques préconisées par le Nord. Les conservateurs étaient naturellement plus enclins à appuyer la stratégie d’ouverture pratiquée par les nouveaux pays industriels d’Asie (Corée du Sud, Singapour, Taïwan) que ce qu’ils décrivaient comme une politique de repli sur soi menée par la majorité des gouvernements du Sud. La critique à l’égard du tiers-monde est devenue particulièrement virulente au cours des années 1970, lors des discussions sur le Nouvel ordre économique international (NOEI) réclamé par le Groupe des 77 (G-77) à l’ONU. Nombre de conservateurs pensaient que cette coalition de pays en développement — qui regroupa bientôt plus d’une centaine de membres — était beaucoup trop disparate pour être crédible. La journaliste britannique Rosemary Righter en arriva par exemple à la conclusion que les négociations du NOEI n’étaient rien d’autre qu’une forme de théâtre animé par un « pouvoir d’incantation68 ». Touchant des questions aussi variées que le commerce des matières premières, l’encadrement des firmes multinationales, l’accès à la technologie et les mécanismes de prise de décision du système économique international, les demandes du Sud étaient jugées trop onéreuses pour être prises au sérieux. Mais plus fondamentalement encore, les objectifs des pays en développement étaient considérés comme étant incompatibles avec le fonctionnement d’une économie de marché.

  • 69 Gilbert Rist, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, 2e éd., Paris, Presses de Sci (...)

53Fortement impliqués dans le débat politique, les économistes néoclassiques des années 1950 avaient défini le développement comme un processus universel orienté vers l’industrialisation et la croissance. Sur la foi de cette définition, on opposa les pays « développés » aux pays « sous-développés », qu’on rebaptiserait ultérieurement pays « en développement ». Même si les termes « en développement » avaient une connotation moins péjorative que l’expression « sous-développés », ils exprimaient finalement la même idée : les nations pauvres souffraient tout simplement d’un retard face aux nations riches, qui montraient la voie à suivre69. Formalisée par la théorie de la modernisation, cette vision des choses affirmait que le principal défi du développement consistait à passer d’une économie agraire traditionnelle à une économie industrielle moderne, caractérisée par une technologie sophistiquée et une forte productivité.

  • 70 Walt W. Rostow, Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 1963, p. 16.
  • 71 Ibid., p. 14 et 180.
  • 72 Robert Gilpin, The Political Economy of International Relations, Princeton University Press, 1987, (...)

54Dans Les étapes de la croissance économique — le livre culte de la théorie de la modernisation —, l’économiste américain Walt W. Rostow résuma en cinq phases l’évolution des sociétés : la société traditionnelle, les conditions préalables du démarrage, le démarrage, le progrès vers la maturité, et l’ère de la consommation de masse70. Dérivée de la trajectoire empruntée par les pays capitalistes développés, cette analyse de l’histoire associait la modernisation à l’occidentalisation. Avec un sous-titre explicite — Un manifeste non communiste — le livre de Rostow offrait une version procapitaliste de la marche vers la modernité imaginée par le marxisme. L’auteur reconnut sans ambages la nature idéologique de son ouvrage, qu’il présenta comme une alternative à la théorie marxiste de l’histoire, une nouvelle vision selon laquelle « le comportement de l’homme semblerait, tout compte fait, ne pas consister seulement à rechercher le maximum de profit, mais à trouver un équilibre entre des objectifs humains différents et souvent opposés71 ». Selon la théorie de la modernisation, la meilleure stratégie pour stimuler la croissance dans les pays pauvres consistait à ouvrir les frontières et à intégrer le marché mondial des échanges. Pour utiliser la terminologie des années 1960, la promotion des exportations constituait un modèle de développement nettement préférable à la substitution des importations. Dans le domaine financier, on attendait des pays du Sud qu’ils s’efforcent d’abord de mobiliser l’épargne intérieure ; et dans la mesure où ils avaient recours à des capitaux extérieurs, les investissements des firmes multinationales paraissaient beaucoup plus efficaces que l’aide72.

55Bref, pour la droite, la recette de la croissance économique était invariable à travers le temps et l’espace. L’argument répondait à ceux qui, à gauche, voyaient dans la colonisation l’explication à la fois du développement du Nord et du sous-développement du Sud. Pour les conservateurs, l’expérience des États-Unis, du Canada, de l’Australie et des pays scandinaves apportait la preuve que l’absence d’empire colonial n’était pas un obstacle au développement. Faisant aussi remarquer que plusieurs ex-colonies avaient réussi à amorcer leur décollage économique (Argentine, Brésil et Corée du Sud, par exemple) et que certains territoires jamais colonisés étaient restés sous-développés (Éthiopie, Afghanistan, Thaïlande), la droite en concluait que la colonisation n’était manifestement pas le facteur le plus déterminant pour expliquer la pauvreté du tiers-monde. L’histoire semblait confirmer l’idée selon laquelle le développement était davantage entravé par des contraintes internes qu’externes.

  • 73 Paul VI, Populorum Progressio. Lettre encyclique de Sa Sainteté le pape Paul VI sur le développeme (...)

56À l’autre bout du spectre politique, à mesure que les progressistes prenaient leurs distances face aux pays communistes, leur engagement envers le Sud ne cessait de croître. Selon un point de vue dominant dans les milieux sociaux-démocrates et socialistes, les menaces à la sécurité mondiale émanaient davantage de la pauvreté généralisée que de la course aux armements. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le pape Paul VI fournit à la gauche l’un de ses slogans les plus mobilisateurs quand il déclara en 1967 que le développement était « le nouveau nom de la paix73 ».

  • 74 Commission indépendante sur les problèmes de développement international (présidée par Willy Brand (...)
  • 75 Cranford Pratt, « Middle Power Internationalism and Global Poverty », dans Pratt (dir.), Middle Po (...)

57La gauche a très souvent insisté sur l’interdépendance Nord-Sud. Publié en 1980, le rapport de la Commission internationale présidée par Willy Brandt, ancien chancelier social-démocrate d’Allemagne de l’Ouest, a tout particulièrement mis en évidence l’ampleur des intérêts communs aux pays riches et pauvres. La thèse centrale du rapport était qu’une meilleure redistribution des ressources favoriserait à la fois la stabilité politique et la croissance économique mondiales74. Au-delà de cette idée-force, le rapport Brandt affirmait fermement que la poursuite d’une plus grande justice internationale était un impératif moral. Animés par une conception éthique d’après laquelle l’inégal partage des richesses est contraire à la dignité humaine, les progressistes firent valoir que les valeurs de solidarité et de démocratie dont les sociétés développées se réclamaient devaient être appliquées au monde entier75.

  • 76 Myrdal, Beyond the Welfare State, p. 16.
  • 77 John Toye et Richard Toye, The UN and Global Political Economy: Trade, Finance, and Development, B (...)

58Pour contrer les effets de relations fondées purement et simplement sur le pouvoir, les sociaux-démocrates réclamèrent une transformation majeure des institutions et des règles internationales. De la même façon qu’ils encourageaient l’intervention de l’État dans le contexte national, ils appuyaient l’intervention des organisations internationales au niveau mondial. De leur point de vue, la planification, le keynésianisme et l’État-providence devaient s’étendre au-delà des frontières pour en arriver à un « monde-providence76 ». Favorable à la discrimination positive, la gauche insistait aussi sur l’idée que les obligations des États devaient être modulées en fonction de leur niveau de développement. Si le libre jeu des forces du marché paraissait admissible entre pays riches, il ne pouvait l’être dans les relations entre pays inégaux. Selon une formule de Raul Prebisch, le premier Secrétaire général de la CNUCED, l’ONU n’avait pas à faire preuve de plus de neutralité face au sous-développement que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne le faisait face à la malaria77. Autrement dit, au lieu de chercher à défendre une impartialité illusoire, les institutions internationales avaient le devoir de corriger le fossé entre les pays développés et les pays en développement, une tâche qui ne pouvait bien entendu être accomplie sans l’appui des gouvernements du Nord. Pour que le principe d’égalité souveraine proclamé dans la Charte des Nations unies puisse devenir une réalité, il paraissait nécessaire que les pays riches assument de plus grandes responsabilités envers les pays pauvres.

  • 78 Commission Brandt, Nord-Sud : un programme de survie, p. 32.

59Malgré des déchirements permanents entre réformistes et radicaux, la gauche s’est majoritairement ralliée à une analyse « structuraliste » de l’ordre international, selon laquelle les causes du sous-développement avaient moins à voir avec la culture des sociétés ou la personnalité des leaders politiques qu’avec la structure de l’économie mondiale. Cette structure, affirmait-on, était façonnée par une relation asymétrique entre un centre formé de pays riches et une périphérie formée de pays pauvres. Quelques chiffres résumaient bien le déséquilibre international du pouvoir : à la fin des années 1970, le Nord — 25 % de la population — recevait 80 % du revenu mondial, alors que le Sud — 75 % de la population — se partageait les 20 % restants78.

  • 79 Richard Falk, On Humane Governance: Towards a New Global Politics, University Park, Pennsylvania S (...)

60La gauche ne niait pas que l’après-guerre ait apporté des progrès dans la lutte pour l’égalité dans le monde. D’abord, la décolonisation avait permis la conquête d’une nouvelle autonomie politique pour les peuples du Sud. Ensuite, l’affirmation du tiers-monde — promue par des leaders charismatiques comme Mao Tsé-toung, Gamel Abdel Nasser, Fidel Castro et Salvador Allende, aussi bien que par des institutions comme le Mouvement des non-alignés et le G-77 — avait créé un élan en faveur d’un renouveau du système mondial. Certains événements marquants avaient également démontré que l’ordre en place n’était pas immuable. La guerre du Vietnam, par exemple, avait fait la preuve qu’un petit État démuni pouvait vaincre une superpuissance. La hausse du prix du pétrole décidée en 1973 par les pays de l’OPEP fut aussi considérée comme un moment charnière, parce que c’était la première fois qu’un groupe de pays du Sud parvenait à imposer une décision économique d’importance aux pays du Nord. Mais plus que tout, l’après-guerre avait permis l’émergence d’un droit du développement qui mettait directement en cause le droit international traditionnel. L’échec du NOEI ne pouvait gommer le fait qu’une nouvelle prise de conscience des disparités économiques internationales — née d’une convergence entre progressistes du Nord et du Sud — avait bel et bien eu lieu79.

  • 80 Samir Amin et Brian Pearce, Le Développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitali (...)
  • 81 Sean MacBride, Voix multiples. Un seul monde. Vers un nouvel ordre mondial de l’information et de (...)

61Toutes ces avancées pesaient cependant peu en regard des frustrations provoquées par ce que l’économiste égyptien Samir Amin a appelé le « développement inégal80 ». Notant que la souveraineté politique des pays pauvres n’avait pas mené à leur indépendance économique, des intellectuels de gauche proposèrent une nouvelle interprétation de l’ordre international de l’après-guerre, qui serait désignée sous le nom de théorie de la dépendance. D’après cette théorie, alors que les pays riches connaissaient une hausse sans précédent de leur productivité et de leur commerce extérieur, les pays en développement, dont l’économie était fortement liée à l’exportation de matières premières, faisaient face à une détérioration continue des termes de l’échange. En même temps, les biens industriels produits par le tiers-monde restaient soumis à des barrières protectionnistes excessives. Les « dépendantistes » dénonçaient aussi le fait que les multinationales établies dans les pays en développement investissaient leurs profits à l’étranger et que les politiques d’aide, déjà peu généreuses, répondaient étroitement aux intérêts stratégiques et commerciaux des pays donateurs. Dans la foulée de la Commission MacBride sur l’ordre international de l’information et de la communication, plusieurs observateurs affirmèrent qu’en se conjuguant, ces tendances négatives alimentaient une forme de « domination culturelle et idéologique81 ».

62Selon l’analyse de la gauche, les principaux obstacles au développement du Sud étaient d’ordre externe. Deux types de comportement des pays riches étaient dénoncés avec une vigueur particulière. D’abord, les gouvernements des pays développés refusaient d’étendre à l’échelle mondiale les politiques interventionnistes qui avaient prouvé leur efficacité chez eux, au niveau national. Ensuite, ils gaspillaient en dépenses militaires des ressources qui auraient aisément permis d’éliminer la pauvreté mondiale. Au cours des années 1960 et 1970, mue par un profond désir de changement, la gauche formula de nombreuses propositions pour refonder l’ordre économique international. Bien que l’élaboration de sa stratégie ait donné lieu à des tiraillements entre les tenants de la déconnexion et les partisans d’une meilleure intégration au système international, ou entre ceux qui avaient une approche plus productiviste du développement et ceux qui défendaient une approche plus écologique, deux orientations de base s’imposèrent : un traitement spécial devait être accordé aux pays pauvres et de nouvelles normes internationales devaient être adoptées pour réguler les forces du marché.

  • 82 Jean-Philippe Thérien, Une voix pour le Sud. Le discours de la CNUCED, Paris et Montréal, L’Harmat (...)

63Toute une série de mesures fut ainsi mise en avant pour rendre plus équitables le système commercial, le système financier et les institutions économiques internationales82.

64De façon peu surprenante, les propositions de réforme qui émanaient des pays en développement étaient généralement appuyées par l’Union soviétique et par la gauche occidentale. Au chapitre commercial, le tiers-monde insista sur le besoin d’instaurer des accords pour contrôler le prix des matières premières et lutta pour l’obtention de préférences tarifaires. Les gouvernements du Sud défendirent aussi la mise en place de codes de conduite qui devaient faciliter leur accès à la technologie étrangère et réguler les pratiques commerciales restrictives. Le système généralisé de préférences — une entente qui favorise les exportations des produits industriels en provenance des pays en développement — fut le seul résultat durable de tous ces projets de réforme.

65Dans le domaine financier, la gauche de l’après-guerre a concentré son attention sur la question de l’aide au développement. Elle s’est battue à la fois pour une augmentation du volume et pour une amélioration des conditions d’attribution de l’aide. L’une de ses rares victoires diplomatiques est d’avoir légitimé, à travers une résolution de l’ONU votée en 1970, l’idée que les pays riches devaient consacrer 0,7 % de leur PNB à la coopération internationale. Les ONG du Nord et les gouvernements du Sud militèrent par ailleurs activement pour que l’aide réponde mieux à des besoins essentiels comme l’alimentation, l’emploi et l’éducation, et pour que l’assistance multilatérale soit accrue aux dépens de l’assistance bilatérale, par définition très influencée par les intérêts des pays donateurs. En-dehors de la question dominante de l’aide, le FMI fut invité à adopter des politiques plus expansionnistes et moins centrées sur le contrôle de l’inflation.

66Sur le terrain institutionnel, enfin, les progressistes estimaient que la situation économique des pays en développement ne pouvait s’améliorer sans une refonte majeure de la gouvernance internationale. Hostiles aux institutions de Bretton Woods qu’ils jugeaient anti-démocratiques, ils exigèrent un renforcement du rôle des Nations unies dans le domaine du développement. En plus d’appuyer la création d’une kyrielle de nouveaux organismes onusiens, la gauche a également préconisé la fusion du GATT et de la CNUCED afin de mettre l’objectif du développement au cœur même du régime du commerce. En somme, la stratégie de la gauche misait beaucoup sur le pouvoir du droit et de la diplomatie. L’histoire allait montrer que cette approche était trop idéaliste, le fonctionnement de l’ordre international obéissant rarement à la règle de la majorité.

67Ce tour d’horizon serait incomplet s’il ne mentionnait pas que, durant tout l’après-guerre, la gauche est restée largement muette quant aux responsabilités politiques et économiques des élites du Sud face au sous-développement. L’autoritarisme et la corruption des gouvernements des pays pauvres étaient des sujets tabous. Dénoncé avec force par les conservateurs, ce silence allait contribuer au grand retour de la droite dans les années 1980.

*

68À bien des égards, l’âge de l’universalité fut l’âge d’or de la gauche. L’émergence de l’économie mixte, l’adoption de politiques de gestion de la demande, le développement du syndicalisme et des négociations collectives, l’expansion de l’État-providence, le pouvoir d’attraction du socialisme international et l’affirmation accrue des pays du Sud furent autant de signes indiquant que la vision du monde des progressistes était influente, et même en ascendance. Entre 1945 et 1980, la droite se retrouva souvent sur la défensive. Elle résista à l’intervention de l’État et à la redistribution, chercha à contenir la poussée du socialisme et du communisme, et lutta pour défendre la légitimité et l’efficacité des mécanismes de marché dans l’organisation des relations internationales.

  • 83 Theda Skocpol, « America’s Incomplete Welfare State: The Limits of New Deal Reforms and the Origin (...)

69Dans un monde largement soumis à l’hégémonie américaine et souvent dirigé par des gouvernements conservateurs, surtout dans les années 1950, la droite n’était évidemment pas impuissante. D’ailleurs, dans nombre de pays, les politiques qui furent effectivement mises en œuvre s’avérèrent plutôt conservatrices. Les États-Unis, par exemple, adoptèrent une variante « commerciale » du keynésianisme et fondèrent le régime de leur État-providence sur un recours massif aux protections sociales privées83. Il reste que, très souvent, la gauche semblait proposer alors que la droite résistait. L’air du temps était progressiste. Dans les années 1960 et 1970, les revendications en faveur de l’égalité s’étendirent pour inclure les femmes, les Noirs, les peuples autochtones, divers groupes ethniques et les minorités sexuelles. Plus éduquée et prospère que jamais, et également plus importante en nombre, la jeunesse des pays occidentaux remit en question presque toutes les institutions et toutes les règles de l’ordre établi, au nom de l’égalité et de la liberté. Des normes sociales qui avaient semblé solides comme le roc, régissant le comportement sexuel, les relations familiales ou la culture en général, furent rejetées les unes après les autres. Un revirement majeur se préparait cependant. À la fin des années 1970, le climat politique commença à changer.

Notes

1 Harold J. Laski, cité dans G. John Ikenberry, After Victory: Institutions, Strategic Restraint, and the Rebuilding of Order After Major Wars, Princeton University Press, 2001, p. 168.

2 Harry S. Truman, « Address to Joint Session of Congress on Aid to Greece and Turkey », 12 mars 1947, The Avalon Project at Yale Law School: Truman Doctrine (<www.yale.edu>).

3 Kemal Dervis (avec Ceren Özer), A Better Globalization: Legitimacy, Governance and Reform, Washington, Centre for Global Development, 2005, p. 12-13.

4 Jonathan Schell, The Fate of the Earth, New York, Knopf, 1982.

5 John G. Ruggie, « International Regimes, Transactions, and Change: Embedded Liberalism in the Postwar Economic Order », International Organization, vol. 36, no 2, printemps 1982, p. 379-415.

6 Elmar Rieger et Stephan Leibfried, Limits to Globalization: Welfare States and the World Economy, Cambridge, Polity Press, 2003, p. 6.

7 ONU, Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée et proclamée par l’Assemblée générale, résolution 217 A (III) du 10 décembre 1948.

8 Eric Hobsbawm, L’âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, Paris, Éditions Complexe – Le Monde Diplomatique, 2003 [1994], p. 127-137.

9 Ibid., p. 309.

10 Charles S. Maier, « Nineteen Forty-Five: Continuity or Rupture? », Europa, vol. 5, no 2, 1982, p. 120-121.

11 Gunnar Myrdal, Beyond the Welfare State: Economic Planning and Its International Implications, New Haven, Yale University Press, 1960, p. 4-8.

12 Henry L. Gantt, cité dans Charles S. Maier, In Search of Stability: Explorations in Historical Political Economy, Cambridge University Press, 1987, p. 25.

13 Lénine, cité dans James C. Scott, Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven, Yale University Press, 1998, p. 101.

14 Maier, In Search of Stability, p. 43.

15 Ibid., p. 74 et 114.

16 Hobsbawm, L’âge des extrêmes, p. 135-137.

17 Gary Mucciaroni, The Political Failure of Employment Policy, 1945-1982, University of Pittsburgh Press, 1990, p. 24.

18 Jesse W. Wolcott, cité dans John Kenneth Galbraith, Le capitalisme américain : le concept de pouvoir compensateur, Paris, Éditions M. Th. Genin, 1956, p. 17.

19 Mark Blyth, Great Transformations: Economic Ideas and Institutional Change in the Twentieth Century, Cambridge University Press, 2002, p. 79-86.

20 Maier, op. cit., p. 129-130.

21 Margaret Weir, « Ideas and Politics: The Acceptance of Keynesianism in Britain and the United States », dans Peter A. Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas: Keynesianism across Nations, Princeton University Press, 1989, p. 57, 67 et 80.

22 Ibid., p. 74-75 et 80; Andrew Shonfield, Modern Capitalism: The Changing Balance of Public and Private Power, Londres, Oxford University Press, 1965, p. 89-99.

23 Richard F. Kuisel, Capitalism and the State in Modern France: Renovation and Economic Management in the Twentieth Century, Cambridge University Press, 1981, p. 175 et 201.

24 Shonfield, Modern Capitalism, p. 128; voir aussi Kuisel, Capitalism and the State in Modern France, p. 248-252.

25 Peter A. Hall, Governing the Economy: The Politics of State Intervention in Britain and France, Cambridge, Polity Press, 1986, p. 166.

26 T. J. Pempel, « Japanese Foreign Economic Policy: The Domestic Bases for International Behavior », dans Peter Katzenstein (dir.), Between Power and Plenty: Foreign Economic Policies of Advanced Industrial States, Madison, University of Wisconsin Press, 1978, p. 141 et 183.

27 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana University Press, 2004, p. 89-91; Ozay Mehmet, Economic Planning and Social Justice in Developing Countries, New York, St. Martin’s Press, 1978, p. 17 et 31.

28 Mehmet, op. cit., p. 31 et 271. Pour des conclusions similaires mais issues de perspectives très différentes, voir : Peter Evans, Dependent Development :

29 Gilles Dostaler, Keynes et ses combats, Paris, Albin Michel, 2005, p. 166-188 ; Paul Diesing, Science and Ideology in the Policy Sciences, New York, Aldine, 1982, p. 81-83. The Alliance of Multinational, State, and Local Capital in Brazil, Princeton University Press, 1979, p. 288; Robert H. Bates, Markets and States in Tropical Africa: The Political Basis of Agricultural Policies, Berkeley, University of California Press, 1981, p. 81.

30 Michal Kalecki, « Political Aspects of Full Employment », dans Thomas Ferguson et Joel Rogers (dir.), The Political Economy: Readings in the Politics and Economics of American Public Policy, New York, M. E. Sharpe, 1984, p. 27-31.

31 Anne Mari May, « President Eisenhower, Economic Policy, and the 1960 Presidential Election », Journal of Economic History, vol. 50, no 2, juin 1990, p. 417-427; Edward R. Tufte, Political Control of the Economy, Princeton University Press, 1978, p. 15-18.

32 Weir, « Ideas and Politics: The Acceptance of Keynesianism », p. 85.

33 Tufte, Political Control of the Economy, p. 71.

34 Douglas A. Hibbs, Jr., The Political Economy of Industrial Democracies, Cambridge, Harvard University Press, 1987, p. 299-301.

35 David R. Cameron, « The Politics and Economics of the Business Cycle », dans Ferguson et Rogers (dir.), The Political Economy, p. 237-262.

36 Bruce Western, Between Class and Market: Postwar Unionization in the Capitalist Democracies, Princeton University Press, 1997, p. 17 et 24.

37 David R. Cameron, « Social Democracy, Corporatism, Labour Quiescence and the Representation of Economic Interest in Advanced Capitalist Society », dans John H. Goldthorpe (dir.), Order and Conflict in Contemporary

38 Alexander Hicks, Social Democracy and Welfare Capitalism: A Century of Income Security Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1999, p. 153-155; Francis G. Castles, « The Dog That Didn’t Bark: Economic Development and the Postwar Welfare State », dans Stephan Liebfried (dir.), Welfare State Futures, Cambridge University Press, 2001, p. 40. Capitalism: Studies in the Political Economy of Western European Nations, Oxford University Press, 1984, p. 143-178.

39 Angus Maddison, The World Economy, Paris, OCDE, 2006, p. 126 et 138.

40 Hugh Heclo, « The Social Question », dans Katherine McFate et al. (dir.), Poverty, Inequality, and the Future of Social Policy: Western States in the New World Order, New York, Russell Sage Foundation, 1995, p. 667-675.

41 Guillaume Ier, cité dans Hicks, Social Democracy and Welfare Capitalism, p. 43.

42 Hicks, op. cit., p. 82.

43 Derek Fraser, The Evolution of the British Welfare State: A History of Social Policy since the Industrial Revolution, 3e éd., Houndmills, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003, p. 235-238.

44 One Nation (1950), cité dans Timothy Raison, Tories and the Welfare State: A History of Conservative Social Policy since the Second World War, Basingstoke, Macmillan, 1990, p. 27; voir aussi Alan Sked et Chris Cook, Post-War Britain: A Political History, 2e éd., Harmondsworth, Penguin, 1984, p. 38-39; Fraser, The Evolution of the British Welfare State, p. 266-267.

45 Hugh Heclo, Modern Social Politics in Britain and Sweden: From Relief to Income Maintenance, New Haven, Yale University Press, 1974, p. 296-297.

46 Francis G. Castles, The Future of the Welfare State: Crisis Myths and Crisis Realities, Oxford University Press, 2004, p. 94.

47 Evelyne Huber et John D. Stephens, Development and Crisis of the Welfare State: Parties and Policies in Global Markets, University of Chicago Press, 2001, p. 1.

48 Gøsta Esping-Andersen, Social Foundations of Postindustrial Economies, Oxford University Press, 1999, p. 73-94; Robert H. Goodin et al., The Real Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge University Press, 1999, p. 240-258.

49 Paul Pierson, « Coping with Permanent Austerity: Welfare State Restructuring in Affluent Democracies », dans Pierson (dir.), The New Politics of the Welfare State, Oxford University Press, 2001, p. 416.

50 Claus Offe, Contradictions of the Welfare State, Cambridge, MIT Press, 1984, p. 147-158.

51 John Mander, Berlin: Hostage for the West, Harmondsworth, Penguin, 1962, p. 10.

52 OTAN, Le Traité de l’Atlantique Nord, Washington, 4 avril 1949.

53 Rosemary Righter, Utopia Lost: The United Nations and World Order, New York, Twentieth Century Fund, 1995, p. 20.

54 Jeane J. Kirkpatrick, « Dictatorships and Double Standards », Commentary, nov. 1979, p. 34-45.

55 George F. Kennan, « The Sources of Soviet Conduct », Foreign Affairs, vol. 25, juil. 1947, p. 581.

56 John Foster Dulles, « A Policy of Boldness », Life, vol. 32, no 20, 19 mai 1952, p. 146-160; Michael A. Guhin, John Foster Dulles: A Statesman and His Times, New York, Columbia University Press, 1972, p. 175.

57 Kennan, op. cit., p. 566.

58 Communist Party of the Soviet Union, Program of the Communist Party of the Soviet Union, New York, Crosscurrents Press, 1961, p. 34.

59 Ibid., p. 10.

60 W. Raymond Duncan, « Moscow and Cuban Radical Nationalism », dans Duncan (dir.), Soviet Policy in Developing Countries, Waltham, Ginn & Company, 1970, p. 112.

61 C. Wright Mills, L’élite du pouvoir, Paris, Maspero, 1969.

62 Hobsbawm, L’âge des extrêmes, p. 315.

63 John G. Stoessinger, The Might of Nations: World Politics in Our Time, 8e éd., New York, Random House, 1985, p. 369.

64 David H. Lumsdaine, Moral Vision in International Politics: The Foreign Aid Regime, 1949-1989, Princeton University Press, 1993.

65 Louis Emmerij, Richard Jolly et Thomas G. Weiss, Ahead of the Curve? UN Ideas and Global Challenges, Bloomington, Indiana University Press, 2001, p. 59.

66 OCDE, Vingt-cinq ans de coopération pour le développement : un examen, Paris, OCDE, 1985, p. 371.

67 OCDE, Development Cooperation: 1980 Review, Paris, OCDE, 1980, p. 63.

68 Righter, Utopia Lost, p. 114 et 117.

69 Gilbert Rist, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, 2e éd., Paris, Presses de Sciences Po, 2001, p. 121-124.

70 Walt W. Rostow, Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 1963, p. 16.

71 Ibid., p. 14 et 180.

72 Robert Gilpin, The Political Economy of International Relations, Princeton University Press, 1987, p. 248.

73 Paul VI, Populorum Progressio. Lettre encyclique de Sa Sainteté le pape Paul VI sur le développement des peuples, 26 mars 1967.

74 Commission indépendante sur les problèmes de développement international (présidée par Willy Brandt), Nord-Sud : un programme de survie, rapport, Paris, Gallimard, 1980.

75 Cranford Pratt, « Middle Power Internationalism and Global Poverty », dans Pratt (dir.), Middle Power Internationalism: The North-South Dimension, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1990, p. 3-24.

76 Myrdal, Beyond the Welfare State, p. 16.

77 John Toye et Richard Toye, The UN and Global Political Economy: Trade, Finance, and Development, Bloomington, Indiana University Press, 2004, p. 212.

78 Commission Brandt, Nord-Sud : un programme de survie, p. 32.

79 Richard Falk, On Humane Governance: Towards a New Global Politics, University Park, Pennsylvania State University Press, 1995, p. 28.

80 Samir Amin et Brian Pearce, Le Développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Paris, Éditions de Minuit, 1973 ; voir également Andre Gunder Frank, « The Development of Underdevelopment », Monthly Review, vol. 18, no 4, 1966, p. 17-31.

81 Sean MacBride, Voix multiples. Un seul monde. Vers un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication plus juste et plus efficace, rapport de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, Paris et Dakar, UNESCO, Les Nouvelles Éditions Africaines et La Documentation française, 1980, p. 46.

82 Jean-Philippe Thérien, Une voix pour le Sud. Le discours de la CNUCED, Paris et Montréal, L’Harmattan – Les Presses de l’Université de Montréal, 1990.

83 Theda Skocpol, « America’s Incomplete Welfare State: The Limits of New Deal Reforms and the Origins of the Present Crisis », dans Martin Rein, Gøsta Esping-Andersen et Lee Rainwater (dir.), Stagnation and Renewal in Social Policy: The Rise and Fall of Policy Regimes, Armonk, New York, M. E. Sharpe, 1987, p. 42-45; Jacob S. Hacker, The Divided Welfare State: The Battle over Public and Private Social Benefits in the United States, Cambridge University Press, 2002, p. 7-20.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search