Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 3. Les deux récits de la mondialisation

Texte intégral

1Le monde d’aujourd’hui est de plus en plus complexe à cause de trois types de facteurs. D’abord, la révolution des techniques de communication a provoqué un resserrement impressionnant du temps et de l’espace. Ensuite, la mondialisation a entraîné une croissance sans précédent des échanges économiques, politiques, sociaux et culturels entre les populations de toutes les régions et de tous les pays. Enfin, sur la scène internationale, traditionnellement dominée par les États souverains, apparaissent aujourd’hui de nouveaux acteurs, qu’il s’agisse d’organismes (institutions internationales, gouvernements subétatiques, sociétés transnationales et organisations non gouvernementales) ou d’individus (immigrants, réfugiés, touristes ou terroristes…). Les changements profonds qui affectent la scène politique mondiale ont entraîné les réactions les plus diverses parmi les spécialistes. Pourtant, ces divers points de vue n’ont rien de cacophonique : ils se répondent et finissent par constituer un dialogue dont la cohérence est bien réelle.

  • 1 E. H. Carr, The Twenty Years’ Crisis, 1929-1939: An Introduction to the Study of International Rel (...)

2Le chapitre précédent portait sur les attitudes des citoyens ; nous nous intéresserons plutôt ici au discours des leaders d’opinion, pour montrer que leurs débats autour de l’ordre mondial peuvent encore être rapportés à deux grands récits, celui de la gauche et celui de la droite. Comme nous l’avons vu, la droite est généralement satisfaite de l’état du monde, étant entendu, évidemment, qu’on peut toujours espérer mieux. Convaincus que les individus sont foncièrement égoïstes, les conservateurs craignent toujours la folie humaine. En revanche, ils sont plus facilement satisfaits de leur sort, n’ayant que peu d’attentes par rapport à la politique, qu’elle soit nationale ou internationale. Pour la gauche, au contraire, le niveau des inégalités et des injustices est tel qu’il est tout simplement impossible de tirer un bilan positif de la situation mondiale. Les progressistes, qui insistent sur la dimension altruiste de la nature humaine, nourrissent de plus grandes ambitions et sont, de ce fait, continuellement déçus de la lenteur des changements sociaux. Bref, le point de vue des « insatisfaits » diffère systématiquement de celui des « satisfaits ». Comme le suggère E. H. Carr dans un ouvrage classique sur les relations internationales, les radicaux ont tendance à être utopistes alors que les conservateurs aiment à se décrire comme des réalistes1.

  • 2 David Held et Anthony McGrew, Globalization/Anti-Globalization, Cambridge, Polity Press, 2002, p.  (...)

3Ramener la dynamique politique à une opposition binaire ne permet certes pas de tenir compte de tous les aspects des débats mondiaux. Quiconque analyse la scène politique, même de loin, constatera aisément que ni la gauche ni la droite ne sont monolithiques. En outre, l’alignement des points de vue devient de plus en plus confus à mesure que l’on se rapproche du centre de l’axe gauche-droite. Cependant, malgré toutes les nuances et tous les contre-exemples possibles, il ne fait aucun doute que les élites conservatrices ont développé une vision du monde plus optimiste que celle des progressistes. Bien que les deux grands discours présentés dans ce chapitre n’existent pas à l’état pur, chacun constitue ce que Max Weber appelait un idéal-type : une construction intellectuelle permettant d’identifier « les principaux arguments et les désaccords fondamentaux » dans un débat2. Et, si la gauche et la droite ont des visions largement divergentes de la politique mondiale, les spécialistes des deux camps peuvent déployer tout un arsenal de données à l’appui de leur position. Donnons-leur la parole.

Le monde des satisfaits

  • 3 Martin Wolf, Why Globalization Works, New Haven, Yale University Press, 2004.
  • 4 Ibid., p. 120.

4En se fondant sur des considérations techniques, économiques, politiques, sociales et culturelles, la vision de la droite tendra à démontrer que la mondialisation « marche »3, que le développement suit la bonne direction, que l’histoire progresse et qu’en dernière analyse, le monde pourrait se porter beaucoup plus mal. Pensons d’abord à l’expansion des nouvelles technologies. Chacun est à même de constater que la vie est bien plus facile qu’elle ne l’était. Martin Wolf, analyste économique principal au très conservateur Financial Times, note que, contrairement au cauchemar décrit par George Orwell dans 1984, « les ordinateurs modernes et les technologies de l’information libèrent plutôt qu’ils n’emprisonnent4 ». Le transfert de données d’un bout à l’autre de la planète est non seulement de moins en moins coûteux, mais il s’effectue presque instantanément. En accélérant la mobilité des biens, des services et du capital — comme, d’ailleurs, celle des idées et des modes —, la révolution des communications a rapproché les peuples et donné une signification concrète à la métaphore du « village global » popularisée par Marshall McLuhan dans les années 1960.

  • 5 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)

5Les changements techniques des vingt dernières années ont ouvert une foule de nouvelles possibilités. Ils ont pardessus tout favorisé la croissance économique partout dans le monde, chaque pays pouvant mieux tirer parti des avantages comparatifs liés à ses facteurs de production5. En d’autres termes, les progrès vertigineux réalisés dans les domaines de l’électronique, de l’informatique et du transport ont contribué à renforcer la compétitivité des États et des entreprises et à accroître l’efficacité de la division internationale du travail. Les consommateurs sont incontestablement les principaux bénéficiaires de la transformation du système mondial de production qui en résulte, puisqu’ils ont accès comme jamais auparavant à des biens et des services de meilleure qualité à moindre coût.

  • 6 FMI, Rapport annuel 2003, Washington, FMI, 2003, p. 10, graphique 1.1.

6Les progrès technologiques observés ces dernières années ont beaucoup contribué au dynamisme de l’économie internationale. Entre 1970 et 2002, la production mondiale a connu une croissance annuelle moyenne de 3 à 4 %. Au cours de la même période, les échanges internationaux de biens et de services ont augmenté à un rythme encore plus élevé, avec une croissance moyenne de 6 % par année6. La plupart des experts s’accordent à dire que cette expansion soutenue constitue l’un des piliers de la phase actuelle de la mondialisation. Or, nulle part l’impact positif de la mondialisation n’a été plus visible que dans la façon dont le processus a permis d’améliorer les conditions économiques et sociales dans les pays pauvres.

  • 7 Union internationale des télécommunications, The Digital Divide at a glance, Tunis, Sommet mondial (...)

7Il faut à ce propos noter que les pays en développement ont pris une part de plus en plus active à la révolution technologique, un phénomène attribuable dans une large mesure à leur intégration aux réseaux mondiaux de production. L’Inde, la Chine et le Brésil, entre autres, sont devenus des leaders dans le domaine des télécommunications et de l’industrie du logiciel. Il est d’ailleurs frappant de constater à quel point le fossé numérique Nord-Sud a tendance à se rétrécir. Alors qu’en 1994, les utilisateurs d’Internet étaient 73 fois plus nombreux dans les pays développés, en 2004, ce rapport se ramenait à 8 contre 17. Il est évident que le Sud continue d’accuser du retard dans les domaines de la technique et de la recherche. Cela dit, la révolution technologique est doublement avantageuse pour les pays pauvres. Elle leur permet d’accélérer le cours de l’histoire et de sauter certaines étapes que les pays développés ont dû franchir au cours de leur évolution ; en même temps, elle leur donne la chance de se brancher en temps réel sur les réseaux internationaux qui diffusent informations et savoir.

  • 8 CNUCED, Development and Globalization: Facts and Figures, New York et Genève, Nations unies, 2004, (...)
  • 9 CNUCED, Le développement économique en Afrique : résultats commerciaux et dépendance à l’égard des (...)
  • 10 Richard Kozul-Wright et Paul Rayment, Globalization Reloaded : An UNCTAD Perspective, Genève, doc. (...)

8La croissance du commerce international a considérablement favorisé le décollage économique des pays en développement et renforcé leur position sur les marchés mondiaux. Alors que les pays du Sud étaient responsables de moins du quart des exportations mondiales en 1960, ils en assumaient plus du tiers en 20028. Parallèlement à sa croissance en volume, le commerce des pays en développement a connu des changements qualitatifs profonds. Les nations pauvres ne sont plus de simples exportatrices de matières premières, comme à l’époque du colonialisme. Alors qu’en 1980, la majeure partie (75 %) des exportations des pays du tiers-monde était constituée de produits primaires, les produits manufacturés en représentent aujourd’hui 70 %9. De plus, entre 1980 et 1998, la part du commerce mondial des produits de haute technologie provenant des pays du Sud est passée de 20 à 30 %10.

  • 11 CNUCED, Development and Globalization, p. 30.
  • 12 FMI, Fiche technique - Allégements de dette au titre de l’initiative en faveur des pays pauvres tr (...)
  • 13 CNUCED, op. cit., p. 32.
  • 14 OCDE, « L’aide au développement a culminé à 100 milliards USD en 2005 », communiqué, Paris, OCDE, (...)

9Sur le plan financier, les pays en développement ont aussi enregistré de nets progrès. Le problème de la dette, associé à tant de souffrances dans les années 1980, est en voie d’être résolu. Pour l’ensemble des pays, le rapport entre la dette et le revenu national brut est à la baisse11. De surcroît, plusieurs États sévèrement endettés ont pu bénéficier de conditions favorables de remboursement dans le cadre de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) lancée par le FMI en 1999. En 2005, la dette de trente-sept pays avait ainsi été allégée de 32 milliards de dollars en valeur actuelle nette12. La proposition du G8 d’annuler la dette multilatérale des pays les plus pauvres démontre bien que la communauté internationale a la ferme intention d’en finir avec ce problème. Qui plus est, le tiers-monde a attiré ces dernières années un nombre toujours plus élevé d’investisseurs internationaux. Entre la fin des années 1980 et 2002, la part des pays en développement dans les investissements directs à l’étranger est passée de 18 à 25 % du total mondial13. Enfin, l’aide au développement, qui avait fléchi au cours des années 1990, a recommencé à augmenter après le Sommet sur le financement du développement qui s’est tenu à Monterrey en 2002. En 2005, l’aide a atteint la somme record de 106 milliards de dollars14.

  • 15 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1997. Le développement humain au service de l’ér (...)
  • 16 Banque mondiale, « La pauvreté mondiale a diminué de moitié depuis 1981, mais la croissance économ (...)

10La vigueur économique des pays en développement a permis d’effectuer des progrès sans précédent dans la lutte contre la pauvreté. À la fin des années 1990, le Programme des Nations unies pour le développement déclarait avec enthousiasme que la pauvreté monétaire avait davantage régressé en 50 ans qu’en cinq siècles15. Bien qu’il soit difficile de vérifier une affirmation de ce genre, il est clair que les avancées des dernières années ont été impressionnantes. Selon des données de la Banque mondiale, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue, soit avec un revenu égal ou inférieur à 1 $ par jour, est passé de 1,5 milliard en 1981 à 1,1 milliard en 200116.

  • 17 Branko Milanovic, Worlds Apart: Measuring International and Global Inequality, Princeton Universit (...)
  • 18 Banque mondiale, Global Economic Prospects 2007: Managing the Next Wave of Globalization, Washingt (...)

11Exprimée en termes relatifs, l’étendue de ce succès est encore plus frappante. En vingt ans à peine, le pourcentage des personnes vivant dans une situation d’extrême pauvreté a pratiquement diminué de moitié, passant de 40 à 21 % de la population mondiale (figure 3.1). En Chine et en Asie du Sud, les effets de la croissance économique ont été tout simplement spectaculaires, plus de 500 millions de personnes ayant échappé à la pauvreté. Tout cela a bien entendu entraîné une série de retombées favorables, mais deux d’entre elles méritent particulièrement d’être signalées. Première ment, les inégalités internationales sont en train de diminuer, le coefficient de Gini pondéré en fonction de la population ayant chuté de 10 % entre 1965 et 200017. Deuxièmement, une nouvelle « classe moyenne mondiale » est en train d’émerger. Selon la Banque mondiale, en effet, la population des pays en développement appartenant à la classe moyenne passera de 400 millions à 1,2 milliard de personnes d’ici 203018.

FIGURE 3.1. Part de la population vivant avec moins de 1 $ par jour, 1981-2001

FIGURE 3.1. Part de la population vivant avec moins de 1 $ par jour, 1981-2001

Source : Indicateurs du développement dans le monde 2004, Washington, Banque mondiale, 2004, p. 1.

  • 19 Dilip Ratha, « Les transferts d’argent des travailleurs émigrés », Finance et développement, vol.  (...)
  • 20 Mario Cervantes et Dominique Guellec, « Fuite des cerveaux : mythes anciens et réalités nouvelles  (...)

12Un autre bienfait de la mondialisation est de faciliter la mobilité des travailleurs. Profitant d’un nouveau contexte, les travailleurs migrants participent de plus en plus activement à la croissance économique et au développement. En 2005, les fonds qu’ils ont envoyés dans leurs pays d’origine dépassaient 160 milliards de dollars, une somme plus importante que toute l’aide internationale. Ces transferts ont par ailleurs l’avantage d’être plus constants que l’aide au développement, car ils ne dépendent pas de la santé financière des pays d’accueil19. Les travailleurs qualifiés vivant à l’étranger jouent aussi un rôle capital dans la transformation sociale et économique de leur pays d’origine. Ainsi, les expatriés indiens sont les principaux responsables de l’apport de capitaux et de savoir-faire en Inde. À Taïwan, dans la région où se trouvent les principaux centres de recherche, la moitié des entreprises ont été créées par des gens qui ont auparavant travaillé aux États-Unis20.

13L’évolution récente de l’économie internationale doit beaucoup au consensus qui s’est progressivement développé au cours des années 1980 autour de la libéralisation des marchés et de la mondialisation. Jusqu’alors, les politiques économiques des pays en développement et des pays socialistes s’étaient avérées, dans l’ensemble, interventionnistes, protectionnistes et bureaucratiques. Incapable de satisfaire les aspirations grandissantes des populations et de relever le défi de la compétition internationale, cette approche fut finalement remplacée par une autre, axée sur l’entreprise privée, l’ouverture des frontières et l’austérité fiscale. L’emblème par excellence de ce changement fut l’effondrement du communisme en 1989 qui consacra le triomphe du modèle économique capitaliste sur l’économie planifiée. Les pays d’Europe de l’Est renouèrent dès lors lentement mais sûrement avec la croissance, après une période d’ajustement douloureuse, mais évidemment nécessaire compte tenu du délabrement de leurs infrastructures et de l’absence de toute culture d’entreprise nationale. La Bulgarie, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Slovénie et la Slovaquie, grâce des politiques d’ajustement rigoureuses et efficaces, firent même leur entrée dans l’Union européenne, aux côtés de certaines des économies les plus florissantes du monde.

14Même si le choc du consensus libéral eut moins d’impact au Sud qu’à l’Est, les réformes effectuées dans les pays en développement ont aussi été sans précédent. Après avoir expérimenté diverses formes de développement autocentré, les pays pauvres comprirent enfin que l’ouverture du commerce était une condition préalable à la croissance. Les gouvernements du tiers-monde exprimèrent leur nouvelle position en faveur du libre-échange en adhérant massivement à l’OMC, un organisme international dont la raison d’être est précisément la libéralisation du commerce. Rappelons que le GATT (l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) — l’ancêtre de l’OMC — a toujours été considéré comme un club de pays riches. Aujourd’hui, la situation a changé du tout au tout, 80 % des membres de l’OMC étant des pays du Sud.

15Depuis le début des années 1990, les pays en développement ont modifié radicalement leur attitude envers les investissements étrangers et les sociétés transnationales. Rompant avec la méfiance qui avait marqué leurs politiques pendant si longtemps, ils ont adopté une panoplie de mesures de libéralisation destinées à attirer des capitaux privés. Cette nouvelle approche explique en grande partie pourquoi, comme on l’a déjà noté, le Sud reçoit plus d’investissements étrangers directs qu’avant. Des pays émergents comme le Brésil, la Corée du Sud et le Mexique sont par ailleurs devenus des acteurs de premier plan sur le marché international des capitaux, alors que les entreprises transnationales du Sud connaissent un développement inédit.

16Les pays d’Asie et d’Amérique latine ne sont pas les seuls à avoir ressenti les effets du nouveau consensus libéral qui a pris forme dans les pays en développement. Depuis 2001, l’Afrique s’est elle aussi engagée sur la voie d’un renouveau économique grâce à l’adoption d’un vaste programme de développement, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), fondé sur les principes de l’économie de marché. Mis sur pied à l’initiative des chefs d’État de l’Algérie, de l’Afrique du Sud, de l’Égypte, du Nigéria et du Sénégal, le NEPAD a amorcé une nouvelle phase de l’histoire de l’Afrique car, pour la première fois, il a permis d’identifier les véritables problèmes de la gouvernance politique et économique du continent. Le NEPAD insiste tout spécialement sur le rôle du secteur privé, seule clé possible d’un développement qui permettrait au continent de ne plus dépendre des aides et des prêts internationaux. L’initiative a été très bien accueillie par la communauté internationale qui a promis d’y collaborer à condition que les gouvernements africains tiennent leur engagement d’adopter des réformes structurelles favorisant un climat plus propice aux affaires dans la région.

  • 21 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2004. La liberté culturelle dans un monde divers (...)
  • 22 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana (...)
  • 23 Richard Jolly, « Global Goals : The UN Experience », document de référence, New York, PNUD, Bureau (...)
  • 24 Banque mondiale, « World Bank/IMF Report Calls For Urgent Action On Poverty Reduction By All Count (...)
  • 25 Jolly et al., op. cit., p. 254.
  • 26 UNESCO, Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2003/4 : Genre et éducation pour tous. Le pari de l’éga (...)

17Ces dernières années, on a aussi constaté à l’échelle de la planète une incomparable avancée du progrès social. C’est particulièrement vrai dans le domaine de la santé. En quarante ans à peine, l’espérance de vie a fait un bond de 18 ans dans les pays en développement21. En Chine, elle a augmenté de façon phénoménale, soit de 29 ans22. Au cours des années 1990, une soixantaine de pays ont vu leur taux de mortalité infantile diminuer d’au moins un tiers. Les campagnes de vaccination ont permis l’éradication presque totale de maladies comme la variole et la polio23. Des victoires marquantes ont été remportées dans la lutte contre le sida, notamment au Brésil, en Ouganda et en Thaïlande. Les avancées sont également importantes dans le domaine de l’éducation. Dans les trente dernières années, l’analphabétisme a reculé de moitié dans le monde en développement24. Aujourd’hui, plus de 80 % des enfants du monde fréquentent l’école primaire. Alors qu’en 1950, il y avait trois fois plus d’étudiants de niveau universitaire au Nord qu’au Sud, la majorité d’entre eux se trouve aujourd’hui dans les pays du Sud25. Enfin, bien que l’accès à l’éducation demeure toujours plus difficile pour les femmes des pays en développement, on constate à tous les niveaux d’étude des progrès vers l’égalité des sexes26.

  • 27 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)

18L’économie a aussi servi de levier pour promouvoir une plus grande égalité entre les hommes et les femmes. En effet, l’industrialisation rapide des pays émergents a donné l’occasion à un grand nombre de femmes d’échapper aux pressions de la famille patriarcale traditionnelle ou aux réseaux de l’économie informelle. La croissance des exportations et la prolifération des zones franches, surtout en Asie et en Amérique latine, ont beaucoup contribué à émanciper les femmes et à assurer une meilleure protection de leurs droits. En permettant aux femmes d’améliorer à la fois leur statut social et leur situation financière, la mondialisation a directement contribué au bien-être des familles, car il est évident que plus les mères ont un revenu élevé, plus elles sont en mesure de bien nourrir leurs enfants et d’assurer leur éducation27.

  • 28 Kofi Annan, Suite à donner aux textes issus du Sommet du Millénaire – Application de la Déclaratio (...)
  • 29 Banque mondiale, World Bank Development Indicators 2004, Washington, Banque mondiale, 2004, p. 10.
  • 30 Annan, op. cit., p. 13 et 32.

19Il y a une autre raison de se réjouir : au cours des vingt dernières années, partout dans le monde on a vu émerger une nouvelle préoccupation pour l’environnement. Cette prise de conscience a entraîné une amélioration de l’efficacité énergétique dans les pays en développement comme dans les pays développés, si bien qu’on produit aujourd’hui plus de richesses en utilisant moins d’énergie28. En dix ans, les émissions per capita de gaz carbonique ont diminué, passant de 4,1 à 3,8 tonnes métriques29. Depuis l’adoption du Protocole de Montréal sur l’élimination des substances qui appauvrissent la couche d’ozone, la consommation de chlorofluorocarbures (CFC) a décliné de façon substantielle. Le nombre de zones protégées augmente en outre sur tous les continents30. À long terme, l’entente entre les pays du G8 sur une diminution de moitié des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 et la reconnaissance du rôle moteur du secteur privé en matière d’environnement sont sans doute les changements qui auront les effets positifs les plus importants.

  • 31 Stockholm International Research Peace Institute, SIPRI Yearbook 2004: Armaments, Disarmaments and (...)

20Enfin, au niveau politique, le monde est aujourd’hui à la fois plus pacifique et plus démocratique que jamais. Ces deux évolutions n’ont pas de quoi surprendre puisque, comme on le sait maintenant, les démocraties ne se font pas la guerre. D’un point de vue historique, il est aussi frappant de constater que malgré des crises majeures, aucun conflit opposant de grandes puissances n’a dégénéré en guerre depuis plus de 50 ans. Contrairement à une perception très répandue, le nombre de guerres a considérablement diminué depuis la chute du mur de Berlin. Selon les données les plus fiables, on dénombrait 21 grands conflits armés en 2002, contre 33 en 199031. Il y a bien sûr encore trop de guerres civiles mais, dans l’ensemble, le monde est plus sûr et moins anarchique que par le passé.

  • 32 Fareed Zakaria, « Hating America », Foreign Policy, no 144, sept.-oct. 2004, p. 47-49.
  • 33 Niall Ferguson, « A World without Power », Foreign Policy, no 143, juil.-août 2004, p. 32-39; voir (...)

21La longue stabilité de l’ordre international peut à plusieurs égards être attribuée au leadership des États-Unis. Étant donné qu’aucune nation dans l’histoire moderne n’a exercé une telle domination militaire, économique, technologique et culturelle, en particulier depuis la fin de la guerre froide, les États-Unis sont régulièrement la cible de protestations et de critiques. Ce pays reste néanmoins le seul acteur politique capable de répondre aux besoins de la communauté internationale en matière de sécurité, de commerce, de développement et d’environnement32. L’Europe, pas plus que la Chine, la Russie ou les Nations unies, ne possède les ressources nécessaires pour jouer un tel rôle. Ceux qui contestent l’hégémonie américaine ne comprennent pas que, sans ce leadership, le système international serait exposé à un grave danger : celui d’un vide du pouvoir33. S’il devenait « apolaire », le monde serait assurément plus instable et plus dangereux que jamais par le passé.

22En outre, l’humanité profite maintenant de plus d’un siècle d’avancées démocratiques. Au niveau international, le pouvoir est moins oligarchique qu’à tout autre moment de l’histoire. La Société des nations, créée en 1919 pour maintenir la paix, ne compta jamais plus de 60 membres et fut toujours dominée par les pays occidentaux. En 1945, 51 États à peine participèrent à la fondation des Nations unies alors qu’en 2010, cette institution comptait 192 membres, pour la plupart des pays en développement. Le processus de démocratisation est encore plus impressionnant si l’on considère les changements considérables survenus dans les structures nationales de gouvernance. En 1900, plus de la moitié de la population mondiale vivait sous un régime colonial et le suffrage universel véritable n’existait nulle part. Cent ans plus tard, la démocratie multipartite est en passe de s’imposer comme le régime politique universel.

  • 34 Adrian Karatnycky, « Freedom in the World », Freedom House, 2005, (<www.freedomhouse.org>).
  • 35 Ibid. Freedom House se réfère aussi à un groupe de pays « partiellement libres » qui ne sont pas c (...)

23Les données publiées par l’organisation Freedom House aident à mesurer les progrès de la démocratie ces dernières années. À la fin des années 1980, 66 pays sur 167 (40 %) pouvaient se définir comme des démocraties électorales. En 2005, leur nombre atteignait 122, soit 64 % des États membres des Nations unies (figure 3.2)34. De plus, entre 1972 et 2005, le nombre de pays dits « libres » — où les libertés civiles sont protégées, où les médias sont indépendants et où existe une véritable concurrence politique — est passé de 43 à 99 (de 35 à 46 % de la population mondiale). À l’inverse, au cours de la même période, le nombre de pays jugés « non libres » — où les libertés civiles sont systématiquement violées — a diminué de 69 à 45 (de 47 à 36 % de la population mondiale)35. Le nombre de pays « non libres » reste bien sûr trop élevé, mais nous pouvons supposer que ce nombre diminuera avec la libéralisation accrue des marchés. De fait, les pays affichant les bilans les plus catastrophiques du point de vue des droits humains, comme la Birmanie, la Corée du Nord, Cuba, le Soudan et la Syrie, sont parmi les moins intégrés aux réseaux de la mondialisation.

FIGURE 3.2. Nombre de démocraties électorales dans le monde, 1987-2005

FIGURE 3.2. Nombre de démocraties électorales dans le monde, 1987-2005

Source: Freedom House, « Freedom in the World 2006: Selected Data from Freedom House’s Annual Global Survey of Political Rights and Civil Liberties, 2006 » (<www.freedomhouse.org>).

  • 36 U. S. Department of State, Country Reports on Terrorism 2006, Washington, U. S. Department of Stat (...)
  • 37 Forum économique mondial, Global Governance Initiative: Annual Report 2004, Londres, Communication (...)

24Malgré ce bilan encourageant, force est de reconnaître que le monde reste confronté à des défis de taille. Au début du XXIe siècle, les problèmes les plus graves sont liés à la menace que le terrorisme fait peser sur la liberté. Il est rassurant de constater que cette menace a été réduite grâce à un renforcement des mesures de sécurité aux niveaux national et international36. Il n’en demeure pas moins que le fléau terroriste semble s’être étendu. Alors qu’il était autrefois limité à des régimes instables, particulièrement au Moyen-Orient et en Amérique latine, aucune région, aucun pays n’est aujourd’hui à l’abri. Notons du reste que depuis les attaques du 11 septembre 2001, le nombre de victimes du terrorisme a augmenté. Et comme les terroristes se sont enhardis, personne à l’heure actuelle ne peut écarter l’hypothèse du « grand coup » — une attaque kamikaze avec des armes biologiques, chimiques ou nucléaires, par exemple37. Même si elle exige parfois que l’on consente à des compromis douloureux sur les droits humains, la lutte contre le terrorisme doit néanmoins continuer d’être une préoccupation essentielle de toutes les sociétés attachées à la démocratie. Pour être victorieuse, cette lutte doit avant tout mobiliser toutes les ressources disponibles au niveau militaire, policier, financier et diplomatique, à la fois sur le plan national et à l’international. Mais elle suppose aussi de comprendre que la sécurité repose sur la vigilance de chaque citoyen.

Le monde des insatisfaits

25Les spécialistes associés à la gauche font une lecture de la situation très différente de celle que l’on vient de présenter. Bien qu’ils soient divisés sur certains sujets comme les effets de la mondialisation ou le rôle de l’État, les progressistes condamnent tous l’ordre mondial actuel. À partir d’une analyse critique où les enjeux nationaux et internationaux se rejoignent, la gauche conteste la distribution inadéquate des richesses, l’extrême concentration du pouvoir politique et le non-respect incessant de l’état de droit. Reprenons brièvement ici les principaux arguments de cette critique.

  • 38 Banque mondiale, « Poverty Reduction: The Future of Global Development and Peace », discours du Pr (...)
  • 39 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2002. Approfondir la démocratie dans un monde fr (...)
  • 40 Jamie Chapman, Rapport Forbes : la richesse des milliardaires a augmenté de 36 % l’année dernière, (...)

26Ce qui caractérise d’abord et avant tout la politique mondiale, ce sont les inégalités économiques croissantes. Au cours des dernières décennies, l’écart entre les pays riches et les pays pauvres est devenu alarmant. En 1960-1962, le revenu moyen des 20 pays les plus riches était 53 fois plus élevé que celui des 20 pays les plus pauvres. Quarante ans plus tard, cette proportion était passée à 121 contre 1 (figure 3.3). Les statistiques ne manquent pas pour démontrer l’immense concentration de la richesse. Par exemple, les pays du Nord, qui représentent 15 % de la population de la planète, contrôlent 80 % de la richesse alors que près de trois milliards de personnes vivent avec moins de deux dollars par jour38. Le revenu cumulé du 1 % des personnes les plus riches au monde équivaut à celui des 57 % les plus pauvres39. Le magazine Forbes a par ailleurs estimé que le monde comptait 587 milliardaires en 2004, une superélite dont les actifs atteignaient 1,9 billion de dollars, soit l’équivalent du PIB combiné des 170 États les plus pauvres40.

FIGURE 3.3. PIB par habitant dans les pays les plus riches et les pays les plus pauvres, 1960-1962 et 2000-2002 (en dollars constants de 1995, moyennes simples)

FIGURE 3.3. PIB par habitant dans les pays les plus riches et les pays les plus pauvres, 1960-1962 et 2000-2002 (en dollars constants de 1995, moyennes simples)

Source : Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : Créer des opportunités pour tous, Genève, OIT, 2004, p. 63.

  • 41 Voir c International Trade, 2004 (<www.oxfamamerica.org>) et Kofi Annan, « Nous les peuples » : le (...)
  • 42 Kofi Annan, op. cit., par. 54.
  • 43 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)
  • 44 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2003. Les Objectifs du Millénaire pour le dévelo (...)
  • 45 CNUCED, Commerce et pauvreté, Genève, CNUCED XI, Salle de presse, 15 mai 2004.

27Bien que les inégalités économiques aient des causes diverses, elles viennent en grande partie des différences qui existent dans l’accès à la technologie. À l’aube du XXIe siècle, les pays développés détenaient 97 % des brevets et les États-Unis comptaient à eux seuls plus d’ordinateurs que le reste du monde41. Au même moment, la moitié de la population de la planète n’avait jamais passé un appel téléphonique42. De toute évidence, la promesse d’une mondialisation qui engendrerait une prospérité accrue et mieux partagée est encore loin d’avoir été tenue. Durant l’accélération de la mondialisation survenue au cours des années 1990, la croissance du PIB mondial par habitant a d’ailleurs ralenti par rapport aux trois décennies précédentes43. Les années 1990 ont été particulièrement catastrophiques pour un groupe de 54 pays en développement dont le revenu a alors baissé44. Dans ce contexte économique, les pays à faible revenu, qui comptent pour 40 % de la population mondiale, font littéralement figure d’exclus, retirant à peine trois cents pour chaque dollar de richesse produit dans le monde45.

  • 46 Banque mondiale, World Bank Development Indicators 2004, p. 3.
  • 47 United Nations Foundation, « Many African Economies Worse off Than after Decolonization », New Yor (...)

28Les quelques progrès qui ont été réalisés dans la lutte contre la pauvreté restent à ce jour décevants. Dans des régions entières — l’Afrique subsaharienne, l’Amérique latine, l’Asie centrale et l’Europe de l’Est —, le nombre de citoyens vivant avec moins de un dollar par jour est supérieur à ce qu’il était en 198046. En Afrique subsaharienne, la situation s’est détériorée à un point tel que le PIB par habitant a chuté de 200 dollars entre 1974 et 200047. Le niveau de vie en Asie centrale est aujourd’hui comparable à celui des pays les moins développés. Par ailleurs, là où la pauvreté a réellement reculé, les bénéfices de la croissance ont été répartis de manière très inégale. En Chine, par exemple, le boom économique des dernières années a considérablement creusé l’écart entre les zones côtières et les régions rurales. En fin de compte, le succès économique semble dépendre beaucoup moins des capacités ou des talents individuels que de l’origine géographique ou ethnique, et du sexe. Ce dernier élément demeure un facteur particulièrement déterminant de discrimination, les femmes formant la majorité des groupes vulnérables, qu’il s’agisse des réfugiés, des travailleurs non déclarés, des pauvres ou des victimes de la faim.

  • 48 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)
  • 49 Ibid., p. 46, par. 198.
  • 50 Michael Förster et Marco Mira d’Ercole, « Combattre la pauvreté », L’Observateur de l’OCDE, no 248 (...)

29Le problème de la pauvreté est par définition moins criant dans les pays riches. On y observe pourtant de graves disparités économiques. Dans des pays aussi différents que les États-Unis, l’Italie et la Suède, les écarts de revenus se sont creusés entre 1980 et 199048. Aux États-Unis, le 1 % le plus riche de la population a vu sa part du revenu national s’accroître régulièrement au cours des dernières décennies. En 2000, cette part atteignait 17 %, un niveau jamais atteint depuis les années 192049. Si le cas des États-Unis est peut-être exceptionnel, il n’en demeure pas moins que les disparités de revenu sont à la hausse dans pratiquement tous les pays développés et que la pauvreté relative s’accroît. On estime généralement que plus de 10 % de la population des pays de l’OCDE — plus de 100 millions d’individus — a un revenu disponible inférieur à la moitié de la médiane nationale50.

  • 51 CNUCED, Development and Globalization, p. 49.
  • 52 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)
  • 53 CNUCED, Le développement économique en Afrique : résultats commerciaux et dépendance à l’égard des (...)

30Bien que le discours néolibéral en vogue veuille que le commerce constitue le meilleur moyen d’accélérer la croissance économique, les profits de l’élargissement récent des marchés sont encore bien mal distribués. D’abord, les flux commerciaux internationaux sont toujours dominés par les pays développés. Ceux-ci effectuaient 63,5 % des exportations de marchandises en 2002, une proportion presque inchangée par rapport à celle de 1960 (64,7 %)51. Ensuite, dans le tiers-monde, la croissance du commerce est fortement concentrée : 12 pays — surtout en Asie et en Amérique latine — produisent 75 % des produits manufacturés exportés par le Sud52. L’Afrique, en revanche, a été de plus en plus poussée à la marge des circuits commerciaux de la mondialisation. Toujours dépendants de l’exportation de produits primaires, les pays africains ont vu leur part des exportations mondiales fléchir de 6 à 2 % entre 1998 et 200253.

  • 54 Supachai Panitchpakdi, « The Doha Development Agenda : Challenges and Opportunities for the Arab W (...)
  • 55 Banque mondiale, La pauvreté mondiale a diminué de moitié depuis 1981.

31Malgré les efforts considérables consentis depuis vingt ans par les pays pauvres afin de libéraliser leur économie, les règles du commerce international jouent toujours en faveur des pays riches. Le coût annuel du protectionnisme pratiqué par ces derniers au détriment des pays en développement est évalué à environ 150 milliards de dollars54. Une série d’obstacles — tarifs élevés, quotas, subventions, normes environnementales et sanitaires — limitent drastiquement les exportations du Sud vers le Nord. On sait, par exemple, que les tarifs imposés par les pays développés aux pays en développement sont plus élevés que ceux qu’ils pratiquent avec d’autres pays développés. Mais la question des subventions est sans aucun doute celle qui a suscité les débats les plus vifs dans le domaine des relations commerciales Nord-Sud ces dernières années. Dans le secteur agricole seulement, les subventions versées annuellement par les gouvernements des pays de l’OCDE s’élèvent à environ 330 milliards de dollars55. Certains critiques ont fait remarquer avec ironie qu’en Europe, les vaches recevaient une subvention quotidienne de deux dollars chacune — plus que le revenu moyen d’un Africain ! Cette abondance de subventions publiques semble d’autant plus injustifiée que leur utilité sociale est sujette à caution : dans les pays développés, 70 % des subventions destinées à l’agriculture sont versés à des fermiers dont les revenus dépassent la moyenne nationale.

  • 56 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)
  • 57 ONU, Commodity Atlas, New York/Genève, CNUCED et Fonds commun pour les produits de base, 2004, p.  (...)
  • 58 CorpWatch, Corporate Globalization Fact Sheet, San Francisco, CorpWatch, salle de presse, 22 mars (...)

32Les sociétés transnationales, situées en très grande majorité dans les pays développés, sont largement responsables de la concentration de la richesse et de l’aggravation des déséquilibres commerciaux. Le pouvoir économique de ces entreprises provient d’abord du fait qu’elles assurent les deux tiers du commerce international56. De nombreuses industries, en particulier dans le secteur des produits primaires, sont sous le contrôle d’un très petit nombre d’entreprises. Trois sociétés détiennent ainsi 65 % du marché de la banane ; dans le cas de l’aluminium et du cuivre, dix entreprises contrôlent respectivement 60 % et 58,5 % de la production mondiale57. Les ressources de certaines entreprises transnationales dépassent par ailleurs celles de plusieurs États : 51 firmes transnationales comptent parmi les cent premières entités économiques au monde. En 2001, le chiffre d’affaires de Wal-Mart était supérieur au PIB de l’Indonésie et celui de la Royal Dutch Shell, au PIB du Venezuela58. Dans ces conditions, on comprend aisément que les rapports de pouvoir entre les sociétés transnationales et les gouvernements du tiers-monde tournent souvent à l’avantage des premières.

  • 59 ONU, World Economic and Social Survey 2005, New York, Nations unies, 2005.
  • 60 CNUCED, Development and Globalization, p. 28-29.

33Le fonctionnement du système financier international favorise aussi la mondialisation des inégalités. Alors qu’il serait logique de voir les capitaux circuler des pays riches vers les pays pauvres pour y compenser le manque d’épargne intérieure, c’est plutôt le contraire qui se produit depuis de nombreuses années. En 2004, le transfert net des ressources financières du Sud vers le Nord a frôlé la somme record de 350 milliards de dollars59. De plus, malgré l’attention qu’a commencé à porter la communauté internationale à ce problème, la dette freine encore considérablement les efforts de développement. La dette conjuguée des pays en développement et des anciens pays socialistes ne cesse d’augmenter. En 2001, on estimait les remboursements de la dette à environ 300 milliards de dollars, les paiements d’intérêts atteignant à eux seuls les 100 milliards60. Les mesures d’allégement adoptées au fil des ans, malgré les bonnes intentions de leurs instigateurs, se sont avérées nettement insuffisantes. D’abord, leur mise en œuvre a été beaucoup trop lente. Ensuite, leur impact reste limité, car elles ne tiennent pas compte de certains facteurs clés comme l’ampleur de la dette privée et la volatilité du prix des matières premières.

  • 61 OCDE, Rapport sur la coopération pour le développement, Paris, OCDE, années diverses. L’expression (...)

34Le déclin relatif de l’aide au développement a encore aggravé la crise financière qui affecte les pays pauvres. De 1960 à 2005, cette aide est passée de 0,5 à 0,33 % du revenu national brut des pays riches61 (figure 3.4). À l’exception de cinq d’entre eux (Danemark, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas et Suède), les pays développés n’ont pas respecté l’engagement pris en 1970 de consacrer 0,7 % de leur richesse à l’aide étrangère. Il est particulièrement consternant de constater que l’aide internationale représente à peine 10 % des dépenses militaires effectuées dans le monde. Par ailleurs, l’aide reste nettement orientée vers des pays qui offrent un intérêt stratégique ou économique (la Chine, l’ex-Yougoslavie, l’Irak et le Pakistan, par exemple) plutôt que vers les nations les plus démunies. Même si elle est bienvenue, l’augmentation récente de l’aide publique au développement ne saurait faire oublier que les fameux « dividendes » de la paix qui devaient suivre la fin de la guerre froide ne se sont jamais concrétisés.

FIGURE 3.4. L’aide du pourcentage du PNB des pays développés (1955-2006)

FIGURE 3.4. L’aide du pourcentage du PNB des pays développés (1955-2006)

Note : Depuis 2000, l’OCDE utilise la notion de revenu national brut (RNB) plutôt que celle de produit national brut (PNB).
Source : OCDE, Rapport sur la coopération pour le développement, Paris, OCDE, publication annuelle.

  • 62 ONU, « Le « troisième secteur » des ONG représente l’espoir du développement, selon Jacques Attali (...)
  • 63 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1998, Paris, Economica, 1998, p. 41.

35Le manque de générosité des pays développés compromet les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés par 147 chefs d’État en 2000, qui visent à réduire l’extrême pauvreté de 50 % d’ici 2015. Puisque atteindre ces objectifs exigerait une hausse substantielle de l’aide internationale, tout indique qu’ils iront rejoindre la longue liste des déconvenues qui ont marqué l’histoire des relations Nord-Sud. L’ONU a estimé que si la tendance actuelle se maintient, l’Afrique atteindra les OMD non pas en 2015 mais en 214762. Pourtant, de nombreuses statistiques sur les modes de consommation montrent qu’on peut difficilement invoquer la rareté des ressources pour justifier l’indifférence de la communauté internationale. À la fin des années 1990, le PNUD notait ainsi que les Américains dépensaient annuellement en cosmétiques 8 milliards de dollars, soit deux milliards de plus que la somme nécessaire pour assurer un programme d’éducation élémentaire universel. Les Européens, pour leur part, dépensaient 11 milliards de dollars en crème glacée quand 9 milliards suffiraient pour fournir de l’eau et des installations sanitaires à toute la population du monde. Enfin, on a estimé à 13 milliards de dollars le coût d’un programme d’éducation et de santé de base pour tous, alors que les Américains et les Européens déboursent chaque année 17 milliards de dollars pour nourrir leurs animaux domestiques63.

  • 64 PNUD, Objectifs du Millénaire pour le développement : Où en est le monde ?, dossier de presse du R (...)
  • 65 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2003, p. 97.
  • 66 Ibid., p. 43, diagramme 2.7.
  • 67 Ibid., p. 158.

36Aux prises avec un environnement économique hostile, les populations du Sud continuent à vivre dans des conditions de pauvreté que l’on considérerait intolérables dans les pays développés. À une époque où la richesse mondiale atteint des sommets et où la production agricole pourrait satisfaire les besoins de toute la planète, 800 millions d’individus souffrent de la faim64. Dix millions d’enfants meurent chaque année des suites de maladies tout à fait curables et aussi banales que la diarrhée. Le risque de mourir au cours d’une grossesse ou d’un accouchement est 100 fois plus élevé en Afrique subsaharienne que dans les pays développés65. Parmi les maladies infectieuses qui dévastent le Sud, le sida est celle qui a le plus retenu l’attention, sans doute parce qu’elle affecte également le Nord. Il reste que 95 % des cas de VIH — soit plus de 40 millions d’individus atteints — touchent les populations des pays en développement. La conséquence la plus grave de l’épidémie est d’avoir réduit l’espérance de vie dans une trentaine de pays ; dans certains États comme le Botswana, le Lesotho, le Swaziland et le Zimbabwe, elle a diminué de plus de vingt ans66. On peut donc affirmer que la division entre les riches et les pauvres est, au sens strict, une question de vie ou de mort. Et cela risque de durer tant que 10 % seulement des sommes destinées à la recherche en médecine seront consacrés aux problèmes qui affectent 90 % de la population mondiale67.

  • 68 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : crée (...)
  • 69 UNICEF, Fiches d’information sur la protection de l’enfant, New York, UNICEF, mai 2006, p. 15 ; OI (...)
  • 70 Cervantes et Guellec, « Fuite des cerveaux : mythes anciens et réalités nouvelles ».

37Les inégalités internationales sont également innombrables dans l’univers du travail. La mobilité croissante du capital et les taux de chômage élevés qui prévalent dans le tiers-monde réduisent la capacité de négociation des employés des entreprises qui sont intégrées au système mondial de production68. Cela dit, la majorité des travailleurs du Sud n’ont pas même la possibilité de négocier leurs conditions de travail puisqu’ils sont employés dans le secteur informel. Dépourvus de ressources et prisonniers des exigences de la survie au quotidien, ils ne bénéficient souvent d’aucune protection sociale hormis celle de leur famille. La situation des 218 millions d’enfants au travail est aussi très préoccupante. Plus de la moitié d’entre eux travaillent dans des conditions jugées dangereuses et souvent proches de l’esclavage ; plus du tiers ont moins de dix ans69. Enfin, les disparités internationales de revenu et de perspectives d’avenir entraînent une fuite des cerveaux qui freine le développement de plusieurs pays. L’émigration de nombreux Africains qualifiés a pris des proportions particulièrement graves : 300 000 d’entre eux travaillent en Europe et en Amérique du Nord. Selon certaines estimations, environ le tiers de tous les spécialistes en recherche et développement originaires de pays du tiers-monde vivent dans des pays développés70. La fuite des cerveaux est un exemple patent de la manière dont le Sud subventionne la croissance du Nord.

38Le modèle de production et de consommation sur lequel se fonde la mondialisation soulève par ailleurs de sérieux problèmes environnementaux. Les niveaux de vie des pays développés ne sont pas durables à long terme, puisqu’ils ne pourront jamais s’étendre à l’ensemble de la planète.

  • 71 Commission des Nations unies sur le développement durable, Factsheet About Consumption and Product (...)
  • 72 PNUE, Comment le réchauffement de la planète va-t-il modifier notre milieu ? Guide simplifié de Ch (...)
  • 73 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2003, p. 103
  • 74 Voir Annan, « Nous les peuples » : le rôle des Nations unies au XXIe siècle, par. 279.

39Les populations de ces pays sont à l’origine de 56 % de la consommation mondiale, contre seulement 11 % pour les 40 % des personnes les plus pauvres. Pour que chaque individu dans le monde jouisse d’un niveau de vie égal à celui des pays riches, on a estimé qu’il faudrait 2,6 planètes de plus71. Le réchauffement climatique, résultat d’un développement industriel anar chique, représente la plus grande des menaces qui pèsent sur l’environnement. Le Programme des Nations unies pour l’environnement prédit à cet égard qu’au cours du siècle prochain, la température du globe atteindra des niveaux sans précédent dans l’histoire humaine, provoquant à coup sûr sécheresses et inondations72. Dans les pays du Sud, environnement et pauvreté sont fortement reliés, l’enjeu principal étant l’accès à l’eau. Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et plus du tiers de la population mondiale ne dispose pas d’installations sanitaires adéquates73. L’insalubrité de l’eau et des systèmes d’assainissement provoque la mort de 5 millions de personnes par an et cause 80 % des maladies infectieuses qui affectent les pays en développement74. Les problèmes environnementaux des pays riches sont certes très différents de ceux des pays pauvres mais partout, les solutions passent par la même prise de conscience collective : pour parvenir à une croissance durable, il faut impérativement que l’économique se soumette au social.

  • 75 Voir SIPRI, Recent Trends in Military Expenditure (<www.sipri.org>) et Angela Drakulich (dir.), A (...)

40Au niveau politique, le système international souffre d’une insécurité chronique et d’un important déficit démocratique. Bien que les conflits interétatiques aient été moins nombreux ces dernières années que les conflits intérieurs (Tchétchénie, République démocratique du Congo, Liberia, Rwanda, Soudan, ex-Yougoslavie, etc.), le monde est toujours en proie à la guerre et à la violence organisée. Aussi choquante soit-elle, cette situation ne saurait surprendre dans la mesure où le commerce mondial des armes s’élève à 1 billion de dollars par an, alors que le budget de fonctionnement des Nations unies n’atteint pas 5 milliards de dollars75. La plupart du temps, ce sont la pauvreté et les disparités économiques qui agissent comme le moteur des conflits armés. Il est d’ailleurs clair que l’essor du terrorisme international résulte avant tout de l’échec du développement. Depuis la fin de la guerre froide, d’une crise à l’autre, la communauté internationale s’est heurtée sans cesse au même problème : elle n’a jamais réussi à établir la primauté du droit et de la morale sur les intérêts nationaux. Illégitime et illégale, la guerre déclenchée par les États-Unis contre l’Irak en 2003 illustre bien ce syndrome, et démontre que c’est encore la raison du plus fort qui détermine ce qui représente une menace pour la sécurité internationale.

  • 76 B. Hagelin, M. Bromley et S. Wezeman, « Appendix 12A. The Volume of Transfers of Major Conventiona (...)

41Même si tous les États ont proclamé leur foi en la démocratie, le système international continue d’être profondément antidémocratique. Toutes les décisions politiques et stratégiques d’importance sont soumises au veto des cinq puissances qui, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, se sont octroyé des sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations unies (les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France et la Chine). L’engagement de ces cinq pays en faveur de la paix est en outre suspect compte tenu qu’ensemble, ils sont responsables de 77 % des exportations mondiales d’armes76. Par ailleurs, les principales institutions économiques internationales — le FMI, la Banque mondiale et l’OMC — sont totalement dominées par les pays occidentaux. Les États-Unis ont, de jure ou de facto, le pouvoir de bloquer toute réforme importante de ces institutions qui ne leur conviendrait pas. De fait, depuis l’effondrement de l’URSS, le pouvoir des entreprises et du gouvernement américains sur l’économie mondiale est devenu si important que de plus en plus d’observateurs qualifient l’ordre mondial contemporain d’« impérial ».

  • 77 Annan, « Nous les peuples », par. 59, encadré 1.
  • 78 Amnistie internationale, « Rapport 2004 d’Amnesty International. Guerre contre les valeurs univers (...)

42À l’intérieur des États, le malaise démocratique provient d’abord du fait que le pouvoir politique, loin d’être à la portée de tous, reste partout entre les mains d’une petite élite. Selon le plus vaste sondage jamais réalisé — une enquête parrainée par les Nations unies dans le cadre du Sommet du Millénaire et couvrant 60 pays — les deux tiers des 57 000 répondants étaient convaincus que leur gouvernement ne reflétait pas « la volonté du peuple77 ». Dans de nombreux États, les droits humains fondamentaux sont violés au vu et au su des autorités. Face à cette situation, les institutions internationales se sont montrées plutôt passives. Et quand elles se décident à intervenir, elles invoquent une foule de considérations politiques et économiques pour finalement pratiquer une politique du « deux poids, deux mesures ». Loin d’affecter seulement les pays du tiers-monde, ce mépris des droits humains touche aussi les pays développés, où les gouvernements ont tendance à « sacrifier les valeurs universelles sur l’autel de la sécurité78 ». Même la thèse voulant que les avancées démocratiques aient été lentes mais constantes apparaît sans fondement. En 2004, Amnistie internationale soulignait ainsi que les droits humains et le droit humanitaire international avaient subi leur plus grand recul en un demi-siècle.

  • 79 Jonathan Schell, « The World’s Other Superpower », The Nation, 14 avril 2003.
  • 80 Commission sur la sécurité humaine, La sécurité humaine maintenant. Rapport de la Commission sur l (...)
  • 81 Mary Kaldor, Helmut Anheier et Marlies Glasius, « Global Civil Society in An Era of Regressive Glo (...)

43Heureusement, un peu de lumière filtre dans ce sombre tableau et un espoir se dégage de la mobilisation de la société civile que l’on définit souvent comme « l’autre » superpuissance79. La société civile internationale réunit un vaste réseau de plus de 25 000 organisations non gouvernementales et un nombre encore plus important de groupes actifs au niveau national et local80. Grâce aux nouvelles technologies de l’information, ce réseau forme une communauté de plus en plus unie. La société civile mondiale devient aussi de plus en plus représentative. Si l’on reconnaît généralement que les organisations des pays du Nord ont longtemps dominé la scène non gouvernementale mondiale, la situation a commencé à changer. Depuis le début des années 1990, il est encourageant de constater que les ONG du Sud ont connu un développement nettement plus rapide que celles du Nord81.

44Les organisations de la société civile s’intéressent à un large éventail de problèmes (droits humains, développement, économie internationale et rapports entre les genres, notamment), mais elles visent toutes le même but : plaider pour une mondialisation fondée sur la solidarité plutôt que sur la compétition. Contrairement à l’image qu’en donnent souvent les médias, la contribution de la société civile au débat politique ne se résume pas aux manifestations organisées à l’occasion des grands sommets qui réunissent les leaders politiques de la planète. Depuis plus de dix ans, ses représentants sont de véritables partenaires dans toutes sortes de négociations internationales. La création du Forum social mondial en 2001 donne une idée des efforts déployés pas les groupes de la société civile pour proposer un projet social alternatif fondé sur une approche constructive. Ce réveil de la société civile permet d’espérer que la gestion des affaires mondiales s’orientera un jour vers l’instauration d’un monde plus démocratique et plus humain.

*

  • 82 John Gerard Ruggie, « Reconstituting the Global Public Domain: Issues, Actors, and Practices », Eu (...)

45Les deux visions du monde que nous avons exposées posent des diagnostics très différents sur l’ordre mondial et sur ce qui devrait guider l’action de la communauté internationale. Il n’est pas étonnant que le dialogue soit difficile. Si l’on peut déplorer la situation, il faut aussi constater que les deux interprétations découlent de la structure même du « domaine public mondial82 ». Dans cet espace commun, les leaders d’opinion s’affrontent constamment. Les uns mettent l’accent sur l’économie, la liberté et la responsabilité individuelle ; les autres privilégient les questions sociales, l’égalité et la responsabilité collective. Ces valeurs opposées ont été associées depuis longtemps à la droite et à la gauche. Il serait évidemment aberrant de soutenir que telle ou telle statistique sur la réduction de la pauvreté absolue ou la croissance de la dette des pays en développement est de gauche ou de droite. Mais la vie politique est ainsi construite que ceux qui y participent choisissent de souligner certains faits et certaines données plutôt que d’autres. Or, ces choix traduisent toujours un système de valeurs et une idéologie. Il est donc peu probable que le débat en cours puisse un jour être résolu de manière empirique.

  • 83 Jeffrey Sachs, The End of Poverty: Economic Possibilities for Our Time, New York, Penguin Press, 2 (...)
  • 84 Wolf, Why Globalization Works, p. 215.

46Il faut, en concluant ce chapitre, répéter que les discussions politiques, qu’elles se déroulent sur la scène nationale ou internationale, ne peuvent se résumer à une joute entre deux camps complètement isolés. Les citoyens ordinaires comme les spécialistes avancent souvent des idées qui empruntent à la fois au registre de la gauche et à celui de la droite. Plutôt près de la gauche, l’économiste américain Jeffrey Sachs, directeur du Projet du Millénaire des Nations unies, dénonce par exemple les piètres efforts de la communauté internationale pour lutter contre la pauvreté, tout en saluant les bienfaits de l’ouverture des marchés83. Martin Wolf qui est, lui, généralement associé à la droite, insiste sur le rôle positif des sociétés transnationales, tout en condamnant l’hypocrisie de la politique agricole des pays riches84. Dans le débat politique mondial, les nuances sont innombrables. Sans nier l’intérêt d’analyser chacune d’entre elles, nous n’avons pas cherché ici à en faire un résumé qui aurait de toute façon été incomplet. Notre démarche visait plutôt à éclairer les positions de base qui dominent et structurent la sphère publique. Il ressort de cet exercice que les récits idéaltypiques de la gauche et de la droite fournissent un cadre conceptuel à nul autre comparable.

Notes

1 E. H. Carr, The Twenty Years’ Crisis, 1929-1939: An Introduction to the Study of International Relations, New York, Palgrave, 2001 [1939], p. 18.

2 David Held et Anthony McGrew, Globalization/Anti-Globalization, Cambridge, Polity Press, 2002, p. 3.

3 Martin Wolf, Why Globalization Works, New Haven, Yale University Press, 2004.

4 Ibid., p. 120.

5 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, Genève, Bureau international du Travail, 2004, p. 30.

6 FMI, Rapport annuel 2003, Washington, FMI, 2003, p. 10, graphique 1.1.

7 Union internationale des télécommunications, The Digital Divide at a glance, Tunis, Sommet mondial sur la société de l’information, 2005, fig. « Internet users per 100 inhabitants » (<www.itu.int>).

8 CNUCED, Development and Globalization: Facts and Figures, New York et Genève, Nations unies, 2004, p. 50.

9 CNUCED, Le développement économique en Afrique : résultats commerciaux et dépendance à l’égard des produits de base, New York et Genève, Nations unies, 2003, p. 2.

10 Richard Kozul-Wright et Paul Rayment, Globalization Reloaded : An UNCTAD Perspective, Genève, doc. de travail de la CNUCED, no 167, janv. 2004, p. 9.

11 CNUCED, Development and Globalization, p. 30.

12 FMI, Fiche technique - Allégements de dette au titre de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), Washington, FMI, 2005.

13 CNUCED, op. cit., p. 32.

14 OCDE, « L’aide au développement a culminé à 100 milliards USD en 2005 », communiqué, Paris, OCDE, 2006.

15 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1997. Le développement humain au service de l’éradication de la pauvreté, Paris, Economica, 1997, p. 26.

16 Banque mondiale, « La pauvreté mondiale a diminué de moitié depuis 1981, mais la croissance économique n’étant pas au rendez-vous dans de nombreux pays, les résultats sont inégaux », communiqué, Washington, Banque mondiale, 2004.

17 Branko Milanovic, Worlds Apart: Measuring International and Global Inequality, Princeton University Press, 2005, p. 85.

18 Banque mondiale, Global Economic Prospects 2007: Managing the Next Wave of Globalization, Washington, Banque mondiale, 2007, p. xvi.

19 Dilip Ratha, « Les transferts d’argent des travailleurs émigrés », Finance et développement, vol. 42, no 4, déc. 2005, p. 44-45.

20 Mario Cervantes et Dominique Guellec, « Fuite des cerveaux : mythes anciens et réalités nouvelles », L’Observateur de l’OCDE, no 230, janv. 2002.

21 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2004. La liberté culturelle dans un monde diversifié, Paris, Economica, 2004, p. 142 ; voir aussi Rapport mondial sur le développement humain 1992, Paris, Economica, 1992, p. 15.

22 Richard Jolly et al., UN Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington, Indiana University Press, 2004, p. 252.

23 Richard Jolly, « Global Goals : The UN Experience », document de référence, New York, PNUD, Bureau du Rapport sur le développement humain, 2003.

24 Banque mondiale, « World Bank/IMF Report Calls For Urgent Action On Poverty Reduction By All Countries », communiqué, Washington, Banque mondiale, 2004.

25 Jolly et al., op. cit., p. 254.

26 UNESCO, Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2003/4 : Genre et éducation pour tous. Le pari de l’égalité, Paris, UNESCO, 2003.

27 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, p. 53, par. 217.

28 Kofi Annan, Suite à donner aux textes issus du Sommet du Millénaire – Application de la Déclaration du Millénaire adoptée par l’Organisation des Nations unies – Rapport du Secrétaire général, New York, Assemblée générale des Nations unies, 58e session, A/58/323, 2 sept. 2003, p. 32.

29 Banque mondiale, World Bank Development Indicators 2004, Washington, Banque mondiale, 2004, p. 10.

30 Annan, op. cit., p. 13 et 32.

31 Stockholm International Research Peace Institute, SIPRI Yearbook 2004: Armaments, Disarmaments and International Security, Oxford University Press, 2004, p. 134, tableau 3A.1.

32 Fareed Zakaria, « Hating America », Foreign Policy, no 144, sept.-oct. 2004, p. 47-49.

33 Niall Ferguson, « A World without Power », Foreign Policy, no 143, juil.-août 2004, p. 32-39; voir aussi, du même auteur, Colossus: The Price of America’s Empire, New York, Penguin Press, 2004.

34 Adrian Karatnycky, « Freedom in the World », Freedom House, 2005, (<www.freedomhouse.org>).

35 Ibid. Freedom House se réfère aussi à un groupe de pays « partiellement libres » qui ne sont pas considérés ici.

36 U. S. Department of State, Country Reports on Terrorism 2006, Washington, U. S. Department of State Publication 11409, 2007, p. 14.

37 Forum économique mondial, Global Governance Initiative: Annual Report 2004, Londres, Communications Development, 2004, p. 8.

38 Banque mondiale, « Poverty Reduction: The Future of Global Development and Peace », discours du Président James D. Wolfensohn à l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie, le 27 mars 2003, p. 1-2.

39 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2002. Approfondir la démocratie dans un monde fragmenté, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, 2002, p. 19.

40 Jamie Chapman, Rapport Forbes : la richesse des milliardaires a augmenté de 36 % l’année dernière, Comité International de la Quatrième Internationale (CIQI), 9 mars 2004 (<www.wsws.org>).

41 Voir c International Trade, 2004 (<www.oxfamamerica.org>) et Kofi Annan, « Nous les peuples » : le rôle des Nations unies au XXIe siècle – Rapport du Secrétaire général, New York, Nations unies, 2000, par. 153.

42 Kofi Annan, op. cit., par. 54.

43 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, p. 39, par. 174.

44 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2003. Les Objectifs du Millénaire pour le développement : Un pacte entre les pays pour vaincre la pauvreté humaine, Paris, Economica, 2003, p. 34.

45 CNUCED, Commerce et pauvreté, Genève, CNUCED XI, Salle de presse, 15 mai 2004.

46 Banque mondiale, World Bank Development Indicators 2004, p. 3.

47 United Nations Foundation, « Many African Economies Worse off Than after Decolonization », New York, UN Wire, 27 mai 2004.

48 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, p. 47, fig. 16.

49 Ibid., p. 46, par. 198.

50 Michael Förster et Marco Mira d’Ercole, « Combattre la pauvreté », L’Observateur de l’OCDE, no 248, mars 2005, p. 21 ; voir aussi PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1997.

51 CNUCED, Development and Globalization, p. 49.

52 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, p. 29, fig. 3.

53 CNUCED, Le développement économique en Afrique : résultats commerciaux et dépendance à l’égard des produits de base, p. 1.

54 Supachai Panitchpakdi, « The Doha Development Agenda : Challenges and Opportunities for the Arab World », allocution du directeur général de l’OMC, Genève, 9 sept. 2002, p. 1.

55 Banque mondiale, La pauvreté mondiale a diminué de moitié depuis 1981.

56 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, p. 34, par. 150.

57 ONU, Commodity Atlas, New York/Genève, CNUCED et Fonds commun pour les produits de base, 2004, p. 3, 5 et 13.

58 CorpWatch, Corporate Globalization Fact Sheet, San Francisco, CorpWatch, salle de presse, 22 mars 2001 (<www.corpwatch.org>).

59 ONU, World Economic and Social Survey 2005, New York, Nations unies, 2005.

60 CNUCED, Development and Globalization, p. 28-29.

61 OCDE, Rapport sur la coopération pour le développement, Paris, OCDE, années diverses. L’expression « revenu national brut » a remplacé celle de « produit national brut » dans le nouveau système des comptes nationaux de l’OCDE.

62 ONU, « Le « troisième secteur » des ONG représente l’espoir du développement, selon Jacques Attali et le patron du PNUD », Centre d’actualités de l’ONU, 10 sept. 2004.

63 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1998, Paris, Economica, 1998, p. 41.

64 PNUD, Objectifs du Millénaire pour le développement : Où en est le monde ?, dossier de presse du Rapport mondial sur le développement humain 2003, New York, PNUD, 2003, p. 18.

65 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2003, p. 97.

66 Ibid., p. 43, diagramme 2.7.

67 Ibid., p. 158.

68 Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, p. 51, par. 210.

69 UNICEF, Fiches d’information sur la protection de l’enfant, New York, UNICEF, mai 2006, p. 15 ; OIT, Le point sur le travail des enfants 2006, Genève, OIT, Département de la communication et de l’information publique, 12 juin 2006.

70 Cervantes et Guellec, « Fuite des cerveaux : mythes anciens et réalités nouvelles ».

71 Commission des Nations unies sur le développement durable, Factsheet About Consumption and Production Patterns, document préparé pour le Sommet mondial sur le développement durable tenu à Johannesbourg du 26 août au 24 sept. 2002 (<www.johannesburgsummit.org>).

72 PNUE, Comment le réchauffement de la planète va-t-il modifier notre milieu ? Guide simplifié de Changements climatiques 2001, Genève, PNUE, nov. 2003.

73 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2003, p. 103

74 Voir Annan, « Nous les peuples » : le rôle des Nations unies au XXIe siècle, par. 279.

75 Voir SIPRI, Recent Trends in Military Expenditure (<www.sipri.org>) et Angela Drakulich (dir.), A Global Agenda: Issues before the 60th General Assembly of the United Nations, New York, UN Association of the USA, 2005, p. 293-295.

76 B. Hagelin, M. Bromley et S. Wezeman, « Appendix 12A. The Volume of Transfers of Major Conventional Weapons: By Recipients and Suppliers, 1999-2003 », dans SIPRI, SIPRI Yearbook 2004: Armaments, Disarmaments and International Security, Stockholm, 2004, p. 479.

77 Annan, « Nous les peuples », par. 59, encadré 1.

78 Amnistie internationale, « Rapport 2004 d’Amnesty International. Guerre contre les valeurs universelles : les offensives des groupes armés et des États entretiennent la méfiance, la peur et la division », communiqué, Londres, 26 mai 2004.

79 Jonathan Schell, « The World’s Other Superpower », The Nation, 14 avril 2003.

80 Commission sur la sécurité humaine, La sécurité humaine maintenant. Rapport de la Commission sur la sécurité humaine, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 181.

81 Mary Kaldor, Helmut Anheier et Marlies Glasius, « Global Civil Society in An Era of Regressive Globalization », dans Kaldor, Anheier et Glasius (dir.), Global Civil Society 2003, Oxford University Press, 2003, p. 13, fig. 1.2 et 1.3.

82 John Gerard Ruggie, « Reconstituting the Global Public Domain: Issues, Actors, and Practices », European Journal of International Relations, vol. 10, no 4, 2004, p. 499-531.

83 Jeffrey Sachs, The End of Poverty: Economic Possibilities for Our Time, New York, Penguin Press, 2005, p. 357.

84 Wolf, Why Globalization Works, p. 215.

Table des illustrations

Titre FIGURE 3.1. Part de la population vivant avec moins de 1 $ par jour, 1981-2001
Légende Source : Indicateurs du développement dans le monde 2004, Washington, Banque mondiale, 2004, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre FIGURE 3.2. Nombre de démocraties électorales dans le monde, 1987-2005
Légende Source: Freedom House, « Freedom in the World 2006: Selected Data from Freedom House’s Annual Global Survey of Political Rights and Civil Liberties, 2006 » (<www.freedomhouse.org>).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre FIGURE 3.3. PIB par habitant dans les pays les plus riches et les pays les plus pauvres, 1960-1962 et 2000-2002 (en dollars constants de 1995, moyennes simples)
Légende Source : Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : Créer des opportunités pour tous, Genève, OIT, 2004, p. 63.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre FIGURE 3.4. L’aide du pourcentage du PNB des pays développés (1955-2006)
Légende Note : Depuis 2000, l’OCDE utilise la notion de revenu national brut (RNB) plutôt que celle de produit national brut (PNB).Source : OCDE, Rapport sur la coopération pour le développement, Paris, OCDE, publication annuelle.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search