Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 2. Une ligne de partage universelle

Texte intégral

1La nomenclature gauche-droite est-elle si répandue ? On pourrait reconnaître l’existence du conflit sur l’égalité que nous venons de présenter tout en considérant qu’il est l’apanage des spécialistes et des politiciens, et demeure bien éloigné des préoccupations de la plupart des citoyens. Hors du monde occidental, en particulier, la valeur heuristique de la dichotomie pourrait sembler ténue. L’analyse des tendances de l’opinion publique mondiale tend à démontrer, au contraire, que les gens comprennent cette représentation et savent se positionner sur un axe gauche-droite. Le clivage n’appartient ni à l’Occident ni au passé. Il est universel et parfaitement contemporain.

2Ce chapitre présente des résultats d’enquêtes effectuées sur tous les continents, qui établissent non seulement la pertinence générale de la division gauche-droite, mais aussi sa cohérence : l’appartenance de la majorité des répondants à l’un des deux camps est en effet associée aux positions attendues sur l’égalité, la redistribution et le rôle de l’État. Les données propres à chaque pays montrent également que ces résultats se confirment dans des régions et des aires culturelles très différentes. Le débat entre la gauche et la droite est réellement mondial. Dans les analyses de l’opinion publique, qu’elles soient nationales ou comparatives, on ne retrouve aucun instrument cognitif, aucune mesure des valeurs personnelles plus parlante que le positionnement des répondants sur l’axe gauche-droite. Même ceux qui prédisent le déclin ou la transformation de ce clivage sont forcés de conclure que celui-ci intègre l’essentiel des comportements qu’ils étudient. L’opposition gauche-droite est le clivage de valeurs le plus important que les partis politiques ont construit dans leurs querelles à propos de la démocratie. Englobante et tenace, cette division idéologique a dépassé le conflit de classes de ses origines et survécu à la transition contemporaine des sociétés postindustrielles. Simple et stable, mais dotée de multiples facettes, la dichotomie gauche-droite aide les citoyens partout dans le monde à articuler leurs opinions en fonction de leurs valeurs et, ce faisant, à penser et à agir de façon cohérente dans un environnement politique complexe.

Une division universelle

  • 1 Voir <www.worldvaluessurvey.org>.

3Le conflit de valeurs entre la gauche et la droite est rarement en soi un objet d’étude. Mais ce conflit est si déterminant dans la formation de l’opinion publique que la plupart des études sur les attitudes politiques le prennent en compte. D’excellentes données sont donc disponibles pour documenter la signification de la gauche et de la droite à travers le monde. Une source s’impose en particulier. Depuis 1981, un réseau de chercheurs coordonné par Ronald Inglehart, le World Values Survey (WVS), a mené des enquêtes sur tous les continents afin d’évaluer de façon systématique les changements politiques et socioculturels à l’échelle internationale1.

4Les données que nous reprenons ici couvrent 76 pays. Recueillies entre 1999 et 2001, elles ont été publiées en 2004.

5Dans chaque société incluse dans le World Values Survey, les mêmes questions sont posées à un échantillon représentatif de mille personnes. La banque de données ainsi créée permet de comparer les tendances politiques et culturelles dans le temps et dans l’espace. Comme les données du WVS sont publiques, de nombreuses études y ont eu recours et constituent une base solide pour des travaux comparatifs.

  • 2 La question exacte (V139) est la suivante : « En politique, on parle de “la gauche” et de “la droi (...)

6La campagne de sondages 1999-2001 du WVS comprend des sociétés très diverses du point de vue de la culture, des traditions et des institutions politiques. Dans tous ces pays, les répondants devaient se situer sur une échelle de 1 à 10 allant de la gauche (1) à la droite (10)2. La figure 2.1 illustre la distribution mondiale des répondants sur cette échelle (19,7 % d’entre eux ont répondu qu’ils ne savaient pas, et 2,2 % n’ont pas répondu).

  • 3 C’est d’ailleurs cette lecture qu’il présente dans Modernization and Postmodernization : Cultural, (...)
  • 4 Nous avons comparé les données du WVS avec celles d’une autre équipe internationale, le Comparativ (...)

7Comme Ronald Inglehart, on pourrait conclure de ces résultats que 55 % de la population mondiale est de gauche (entre 1 et 5) et 45 % de droite (entre 6 et 10)3. Le fait que la distribution soit normale, centrée aux environs de 5, suggère cependant une lecture différente. Sur une échelle qui va de 1 à 10, le point médian est à 5,5 ; en revanche, il est probable que les répondants qui souhaitent se situer au centre voient un score de 5 comme le milieu de l’échelle et le choisissent pour cette raison. En conséquence, nous dirions plutôt que 24,7 % des répondants du monde se situent à gauche, 30,3 % au centre et 45,2 % à droite. Cette interprétation se confirme d’ailleurs lorsque l’on compare les données du WVS avec les résultats d’enquêtes similaires4.

FIGURE 2.1. Autopositionnement gauche-droite dans le monde, 1999-2001

FIGURE 2.1. Autopositionnement gauche-droite dans le monde, 1999-2001

Source : World Values Survey.

  • 5 L’enquête sur le Vietnam est présentée dans Russell J. Dalton et Nhu-Ngoc T. Ong, « The Vietnamese (...)

8Il reste que dans l’ensemble, les résultats du World Values Survey incitent à penser que partout dans le monde, les répondants comprennent les notions de gauche et de droite et sont capables de les appliquer pour interpréter leur propre position. Les réponses forment ainsi une distribution normale, où les catégories les plus importantes se situent près du centre. La moyenne de l’étude pour le monde est à 5,66, et seul le Vietnam s’en écarte notablement, avec un score qui se situe à plus de 2 points de la moyenne mondiale. Dans ce pays, où l’enquête de 2001 était l’un des premiers sondages scientifiques jamais conduits et où de nombreuses réponses semblaient exprimer une satisfaction prudente et presque unanime vis-à-vis du régime communiste en place, 65 % des répondants se sont situés à l’extrême droite sur l’échelle proposée (à 10) et 86 % à 8, 9 ou 10. Dans ce cas particulier, les réponses ne sont sans doute pas fiables, ou en tous les cas sans rapport avec ce que l’on entend généralement par gauche et droite en politique5.

  • 6 Chris McManus, Right Hand, Left Hand: The Origins of Asymmetry in Brains, Bodies, Atoms and Cultur (...)
  • 7 Inglehart, Modernization and Postmodernization, p. 70-71, 76-77 et 320.

9Ce qui est également frappant dans la figure 2.1, c’est la relative faiblesse de la gauche par rapport au centre et à la droite. Le psychologue Chris McManus a trouvé le même type d’écart dans des données européennes plus anciennes, notant « une prédominance légère mais constante de la droite sur la gauche, avec à peu près trois personnes à droite pour deux à gauche6 ». Selon lui, cette tendance s’explique par le fait que, dans toutes les cultures, droite est un terme positif, associé « à la norme, à ce qui domine et au bien ». En termes plus politiques, on pourrait faire l’hypothèse que la gauche attire ceux qui remettent en question l’ordre établi et recherchent le changement, une attitude peut-être moins fréquente que la tendance à préférer le statu quo, particulièrement dans les cultures plus traditionnelles7.

10Les résultats observés au niveau mondial masquent de toute évidence des variations importantes. Le clivage gauche-droite est d’abord et avant tout une construction politique et, en tant que tel, il est susceptible de varier considérablement d’un pays à l’autre. L’enquête 1999-2001 du World Values Survey permet d’observer pour chaque pays étudié le score moyen, l’écart type et le pourcentage de non-réponse à la question sur l’autopositionnement sur une échelle gauche-droite.

11Prenons d’abord le pourcentage des répondants qui ont dit qu’ils ne savaient pas ou qu’ils ne voulaient pas répondre. Ces pourcentages varient significativement et les taux de non-réponse sont parfois élevés. Il faut cependant garder à l’esprit que quelle que soit la question d’un sondage, il y a toujours un certain nombre de répondants qui ne donnent pas leur opinion. Dans le cas qui nous occupe, le taux mondial de non-réponse est de 22,4 %, une valeur à peine plus élevée que celle qui est relevée dans les pays de vieille tradition démocratique, où la nomenclature gauche-droite domine pourtant depuis longtemps le discours politique. En France, par exemple, où ces termes ont été inventés, le taux de non-réponse est de 17,4 %, et au Royaume-Uni, il est de 18,9 %.

12Des 78 pays étudiés, 30 se situent au-dessus de la moyenne mondiale de non-réponse. Parmi ceux-ci, 17 s’en écartent vraiment, par 10 points de pourcentage de plus : 10 appartiennent à l’ancienne zone d’influence soviétique, 5 au monde musulman, un se trouve en Asie (l’Inde) et un en Amérique latine (le Mexique).

13Bien des facteurs peuvent expliquer le taux élevé de non-réponse dans l’ancienne zone d’influence soviétique.

14Premièrement, les étiquettes gauche-droite ont été largement détournées et vidées de leur sens par les régimes communistes, ce qui a rendu leur utilisation ultérieure par les partis démocratiques plus problématique. Deuxièmement, le terme « gauche » est associé à la notion d’égalité, mais il connote aussi généralement une plus grande ouverture par rapport au changement social et politique. Dans les démocraties postcommunistes, en revanche, le changement a d’abord été associé à des réformes menant à une économie de marché et entraînant non pas plus, mais moins d’égalité. Enfin, nombre de ceux qui ont profité sur le plan matériel du virage vers l’économie de marché étaient d’anciens membres de la nomenklatura qui avaient autrefois justifié leur situation et leurs privilèges en se servant d’une rhétorique de gauche.

  • 8 Herbert Kitschelt et al., Post-Communist Party Systems: Competition, Representation, and Inter-Par (...)

15Compte tenu de toutes ces possibilités de « confusion sémantique » sur les notions de gauche et de droite dans la période postcommuniste, notait un groupe de chercheurs, « ce serait une formidable démonstration de la capacité de ces concepts à clarifier la compétition partisane si les sondages d’opinion révélaient ne serait-ce qu’une faible tendance à employer la dichotomie gauche-droite pour se positionner soi-même et pour classifier les partis et leurs plateformes8 ». Comme nous le verrons, c’est exactement ce qui se produit pour les citoyens et les élites de cette région. Dans la mesure où ils s’approprient la distinction gauche-droite, et c’est le cas de 70 % d’entre eux, les répondants des pays de l’ancien bloc soviétique réagissent conformément à nos hypothèses.

  • 9 L’organisation Freedom House considère le Bangladesh, l’Indonésie et la Turquie comme des pays par (...)
  • 10 Toujours selon Freedom House, ces pays ne sont pas libres ou sont partiellement libres, avec des i (...)

16Dans les pays musulmans, le taux élevé de non-réponse s’explique probablement davantage par un manque de démocratie que par des facteurs culturels ou religieux. Le Bangladesh, l’Indonésie et la Turquie ont, eux, des taux de non-réponse en dessous ou près de la moyenne mondiale. Leurs populations sont en grande partie musulmanes (dans des proportions allant de 88 % au Bangladesh à 99,8 % en Turquie), mais leurs régimes politiques sont ouverts et démocratiques comparés à ceux d’autres pays musulmans9. En revanche, l’Algérie, l’Iran, la Jordanie, le Maroc et le Pakistan, tous des pays dont les populations sont musulmanes à plus de 90 %, ont des régimes plus autoritaires et des taux de non-réponse très élevés10. De la même façon, on pourrait expliquer le fort taux de non-réponse du Mexique par le caractère fragile de sa démocratie jusqu’en 2000. Le cas de l’Inde, qui est une démocratie ancienne et bien établie, semble plus intriguant et mériterait une investigation plus poussée. Dans l’ensemble cependant, la variation des taux de non-réponse confirme l’importance du débat démocratique dans la construction d’une opposition gauche-droite significative, quelle que soit l’aire géographique ou culturelle.

17Examinons maintenant les moyennes gauche-droite du WVS. Le pays dont les habitants se situent le plus à gauche est le Zimbabwe (3,66), et le pays qui présente la moyenne la plus à droite, si on laisse de côté le Vietnam, est le Bangladesh (7,56). Seuls ces trois États et la Tanzanie s’éloignent de plus d’un point de la moyenne mondiale, ce qui signifie que presque tous les pays partagent des distributions qui se rapprochent. Il y a tout de même des différences importantes. D’un côté, le Zimbabwe, le Monténégro, l’Espagne, l’Iran, la France, la Russie et la Slovénie ont une moyenne inférieure à 5. De l’autre, l’Algérie, le Salvador, le Venezuela, les Philip pines, Taïwan, l’Indonésie, Porto Rico, la Colombie, la République dominicaine, le Mexique, la Tanzanie, le Bangladesh et le Vietnam sont au-dessus de 6. Notons qu’en Espagne, par exemple, 40 % des répondants se situent entre 1 et 4, alors que 26 % seulement choisissent de se positionner entre 6 et 10. À Taïwan, en revanche, à peine 4 % des citoyens choisissent un score de 1 à 4, et 70 % optent pour 6 ou plus.

  • 11 Inglehart, Modernization and Postmodernization, p. 335.

18Dans l’ensemble, le nombre de pays penchant à gauche est plus élevé en Europe de l’Est et de l’Ouest, tandis que la droite domine en Amérique latine et en Asie. Ces résultats semblent cohérents avec l’analyse d’Inglehart, qui soutient que les sociétés latino-américaines et asiatiques sont plus pauvres et, de ce fait, plus traditionnelles11. La présence d’exceptions nombreuses incite néanmoins à la prudence face aux généralisations basées sur la culture. Le Chili et la République de Corée, par exemple, tendent vers la gauche, alors que la Finlande et la République tchèque penchent à droite. En tant que catégories politiques, il faut le souligner, la gauche et la droite sont toujours des constructions historiques nationales.

  • 12 Pippa Norris, Electoral Engineering: Voting Rules and Political Behavior, Cambridge University Pre (...)
  • 13 Ibid., p. 119-123.

19En se fondant sur d’autres données, Pippa Norris trouve une forte corrélation entre l’autopositionnement gauche-droite et le comportement électoral12. Compte tenu de ses préoccupations théoriques, Norris présume que l’idéologie personnelle détermine le vote, ce qui n’est pas faux, bien entendu, au niveau individuel. Mais dans une perspective sociale plus large, l’autopositionnement gauche-droite peut aussi être compris comme un effet de la capacité plus ou moins grande des partis à définir des alternatives politiques valables pour l’électorat d’un pays. Norris corrobore indirectement cette hypothèse avec ses résultats sur les modes de scrutin. Comparativement aux modes de scrutin majoritaire et aux systèmes mixtes, les systèmes de représentation proportionnelle incitent moins les partis à adopter des plateformes centristes fourre-tout et accentuent les clivages politiques entre la gauche et la droite13. La figure 2.2 illustre cette conclusion en montrant le contraste entre la distribution de l’autopositionnement gauche-droite au Royaume-Uni, où prévaut le système majoritaire à un tour, et aux Pays-Bas, un pays qui utilise la représentation proportionnelle. On y trouve également le cas remarquable d’Israël, aussi doté d’un système de représentation proportionnelle, qui affiche l’un des plus grands écarts-types de notre échantillon (pour les fins de la présentation, l’échelle verticale varie d’un cas à l’autre).

20Notons également que les moyennes masquent des variations importantes quant à la force du centre, dont les appuis varient beaucoup, allant de scores très bas au Vietnam (3 %), en Israël (13 %), au Nigéria (14 %), en Tanzanie (15 %), en Albanie (16 %), en Ouganda (17 %) et en Algérie (18 %), à des pourcentages équivalant pratiquement à la moitié de l’électorat en Hongrie (52 %), en Slovénie (51 %), en Croatie (51 %), au Pakistan (50 %), en Bosnie-Herzégovine (49 %), en Inde (47 %), en Lettonie (45 %) et au Royaume-Uni (45 %). Présentes et pertinentes partout, la gauche et la droite racontent de toute évidence des histoires distinctes sur la vie politique de chaque société.

FIGURE 2.2. Autopositionnement gauche-droite au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Israël, 1999-2001

FIGURE 2.2. Autopositionnement gauche-droite au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Israël, 1999-2001

Source : World Values Survey.

L’enjeu de l’égalité

  • 14 Ronald Inglehart, Culture Shift in Advanced Industrial Society, Princeton University Press, 1989, (...)

21L’usage généralisé des étiquettes gauche-droite ne signifie pas en soi qu’elles ont le même sens dans chaque pays, ni qu’elles reflètent les valeurs auxquelles on peut s’attendre chez les individus. Cela dit, les études sur le comportement politique et le vote suggèrent que le positionnement gauche-droite correspond de fait aux attitudes et aux choix électoraux attendus14. Ces études, cependant, sont en général fondées sur un échantillon de pays plus petit que celui qui est présenté ici, et traitent de questions qui ne concernent qu’indirectement le clivage gauche-droite.

22Considérons d’abord le monde dans son ensemble pour vérifier si l’autopositionnement gauche-droite correspond véritablement aux attitudes anticipées à propos de l’égalité, de l’intervention de l’État et de la justice sociale. Le tableau 2.1 présente les corrélations entre la position idéologique des personnes interviewées et leurs réponses à un certain nombre de questions jugées pertinentes. Pour ces questions, les sondeurs du WVS demandaient aux répondants de se situer sur une échelle de 1 à 10, de 1 à 5 ou de 1 à 4. Les réponses fournies peuvent donc aisément être corrélées avec le positionnement gauche-droite.

23Les résultats du tableau 2.1 sont tous significatifs sur le plan statistique et ils vont dans le sens prévu. Plus une personne se situe à droite, plus elle est susceptible de penser que les écarts de salaire doivent être importants pour encourager l’effort individuel, que la richesse doit être distribuée en fonction de la réussite de chacun, que les impôts doivent être bas et que les individus doivent être responsables de leur propre sort. Une personne de droite est par ailleurs moins encline à penser que la compétition est dangereuse et que l’État devrait s’assurer de subvenir aux besoins de tous les citoyens. À gauche, en revanche, les répondants préfèrent une société égalitaire, avec une couverture sociale généreuse de l’État. Ils ont aussi tendance à penser que la compétition est malsaine et qu’elle fait ressortir ce qu’il y a de pire chez les gens.

TABLEAU 2.1. Corrélations entre le positionnement gauche-droite et les attitudes à propos de la justice sociale et de l’intervention de l’État (monde, 1999-2001)

Les salaires devraient-ils être plus égalitaires (1), ou faut-il accentuer les différences de salaires pour encourager l’effort individuel (10) ?

0,110

Votre pays devrait-il avoir pour objectif de devenir une société égalitaire avec peu de différence entre les riches et les pauvres, sans égard aux réalisations de chacun (1) ou une société compétitive où la richesse est distribuée en fonction de la réussite (5) ?

0,059

Votre pays devrait-il devenir une société où la couverture sociale est importante mais où les impôts sont élevés (1) ou une société où les impôts sont peu élevés et les individus responsables d’eux-mêmes (5) ?

0,100

Pensez-vous que la compétition est une bonne chose et qu’elle pousse les gens à travailler dur et à innover (1) ou que la compétition est dangereuse et qu’elle fait ressortir ce qu’il y a de pire chez les individus (10) ?

-0,065

Pensez-vous que le gouvernement devrait assumer davantage la responsabilité de subvenir aux besoins des gens (1) ou que les gens devraient davantage se prendre en charge (10) ?

0,078

Le gouvernement devrait-il laisser entrer qui veut dans votre pays (1) ou interdire l’entrée aux ressortissants des autres pays (4) ?

0,039

L’homosexualité est-elle toujours condamnable (1) ou jamais condamnable (10) ?

-0,108

L’avortement est-il toujours condamnable (1) ou jamais condamnable (10) ?

-0,125

Note : Les valeurs positives indiquent que les deux échelles augmentent ensemble, les valeurs négatives, qu’elles augmentent en directions opposées.
Les corrélations des tableaux 2.1, 2.2 et 2.3 sont toutes significatives au niveau 0,001. Selon les recommandations de l’équipe du World Values Survey, les résultats ont été pondérés en fonction des caractéristiques nationales.
Source : World Values Survey.

24Ces résultats s’accordent à la vision d’une gauche et d’une droite porteuses de conceptions distinctes de l’égalité dans une société démocratique, la première attachant de l’importance aux besoins non satisfaits et à la solidarité, et la seconde, à l’égalité des chances et à la réussite individuelle. Chacune de ces conceptions privilégie des mécanismes sociaux particuliers : la redistribution et l’intervention de l’État pour la gauche, la compétition et les marchés pour la droite. La portée mondiale du World Values Survey suggère que ces conceptions traversent toutes les cultures sociales et politiques et constituent un savoir tacite très largement répandu, un vocabulaire que les gens ne sont peut-être pas capables de définir précisément, mais qu’ils comprennent fort bien. Les contours spécifiques de la gauche et de la droite varient bien sûr dans le temps et l’espace, mais ces notions ne sont pas des cargos vides prêts à transporter n’importe quelle marchandise. Cette conclusion se renforce quand on examine des réponses sans rapport avec l’égalité en tant que telle, mais reliées à l’ensemble plus vaste des valeurs associées à la gauche et à la droite. Dans le tableau 2.1, on constate, par exemple, que les gens de droite sont plus susceptibles d’avoir des réserves sur l’immigration, l’homosexualité et l’avortement.

25Toujours en accord avec ce schéma général, le tableau 2.2 présente des résultats qui décrivent le rapport entre le positionnement gauche-droite et les traits de caractère que les répondants estiment les plus importants à encourager dans l’éducation des enfants.

TABLEAU 2.2. Corrélations entre le positionnement gauche-droite et la perception des traits de caractère à cultiver chez les enfants (monde, 1999-2001)

Indépendance

-0,035

Travail acharné

0,027

Sentiment de responsabilité

-0,024

Imagination

-0,043

Tolérance et respect des autres

-0,029

Capacité d’épargner

0,026

Détermination, persévérance

-0,024

Ferveur religieuse

0,093

Générosité

-0,016

Obéissance

0,035

Source : World Values Survey.

26Comme aurait pu le prédire George Lakoff (voir chapitre 1, p. 38-39), les traits de caractère les plus fortement associés à la gauche sont l’imagination et l’indépendance, alors que ceux qui sont les plus importants pour les répondants de droite sont la ferveur religieuse et l’obéissance. Dans l’ensemble, les gens de droite privilégient la foi, l’obéissance, le travail acharné et l’épargne, et les gens de gauche valorisent l’imagination, l’indépendance, la tolérance, le respect des autres, la détermination, la persévérance, le sentiment de responsabilité et la générosité.

27Selon qu’ils se disent plutôt de gauche ou de droite, les gens sont aussi susceptibles d’avoir des attitudes différentes par rapport à la vie, les premiers étant plus optimistes quant à la nature humaine mais également plus critiques de leur pays et du monde, alors que les seconds sont plus pessimistes mais aussi plus satisfaits du statu quo. Les résultats du tableau 2.3 étayent ces hypothèses.

TABLEAU 2.3. Corrélations entre le positionnement gauche-droite et les attitudes par rapport à la vie (monde, 1999-2001)

De façon générale, diriez-vous que l’on peut faire confiance aux gens (1) ou qu’il faut être très prudent dans nos relations avec les autres (2) ?

0,026

Dans l’ensemble, êtes-vous satisfaits de votre vie actuellement ? Choisissez une note entre 1 (insatisfait) et 10 (satisfait).

0,085

Dans l’ensemble, diriez-vous que vous êtes très heureux (1), plutôt heureux (2), pas très heureux (3), ou pas heureux du tout (4) ?

-0,072

Source : World Values Survey.

28À l’échelle mondiale, les gens de droite ont tendance à être moins confiants et à penser qu’il faut être très prudent dans nos rapports avec les autres. En même temps, ils se disent plus satisfaits de leur vie et plus heureux. Il y a bien entendu de très nombreux facteurs qui peuvent déterminer si l’on est heureux ou non, comme la situation économique et sociale ou la foi religieuse. Mais toutes choses étant égales par ailleurs, ces attitudes par rapport à la vie correspondent bien à nos attentes quant aux visions du monde associées à la gauche et à la droite.

29Que peut-on dire encore sur ces personnes de gauche et de droite, qui, collectivement, nourrissent des idées cohérentes sur l’égalité, la politique, l’éducation et la vie ? Le tableau 2.4 présente quelques corrélations entre le positionnement gauche-droite et certaines variables socioéconomiques.

  • 15 Norris, Electoral Engineering, p. 116-118.
  • 16 Ronald Inglehart et Pippa Norris, Rising Tide: Gender Equality and Cultural Change around the Worl (...)

30Le tableau 2.4 indique que les femmes se situent un peu moins à droite que les hommes. La prudence est toutefois de mise dans l’interprétation de cette relation car elle est faible, et le caractère mondial des données masque plusieurs tendances opposées. Autrefois, les femmes étaient plus à droite que les hommes, probablement parce qu’elles étaient également plus religieuses. Ce schéma s’est inversé pour les nouvelles générations, créant un écart de genre entre des femmes plus progressistes et des hommes plus conservateurs. Dans les nouvelles démocraties, en revanche, ce sont les femmes plus âgées qui semblent être plus à gauche que les hommes et que les femmes plus jeunes. Sur le plan politique, ces différentes tendances sont extrêmement significatives et font du genre une dimension cruciale des stratégies électorales. Lorsque cumulées, cependant, comme c’est le cas avec nos résultats synthétiques, ces tendances s’annulent plus ou moins entre elles15. Malgré tout, les modèles générationnels suggèrent qu’à long terme l’écart entre les hommes et les femmes se maintiendra, et que les femmes continueront de se situer un peu plus à gauche que les hommes16.

TABLEAU 2.4. Rapport entre le statut socioéconomique et l’autopositionnement gauche-droite (monde, 1999-2001)

Sexe (M : 1 ; F : 2)

-0,008*

Âge

0,012 ***

Plus haut niveau de scolarité atteint : aucun diplôme (1) niveau universitaire avec diplôme (9)

-0,043***

Revenu

0,010 **

Note : Corrélations significatives aux niveaux 0,05 (*), 0,01 (**) et 0,001 (***).
Source : World Values Survey.

  • 17 Norris, op. cit, p. 114-115.

31L’âge est également associé de façon significative au positionnement gauche-droite. Dans les démocraties avancées en particulier, les jeunes générations ont tendance à être plus à gauche que celles qui les précèdent. Dans les sociétés postcommunistes, le contraire peut être vrai, les jeunes générations étant mal disposées à l’égard d’une culture et de valeurs associées aux régimes communistes déchus, et plus attirées par les promesses d’une société compétitive fondée sur l’économie de marché17. Au total, cependant, le schéma fonctionne, les répondants plus jeunes se situant en général plus à gauche.

  • 18 Ibid., p. 112-113.

32Le niveau d’éducation est associé négativement au positionnement gauche-droite. C’est-à-dire que, toutes choses égales par ailleurs, plus une personne possède de diplômes, plus elle sera susceptible d’être de gauche. Ce constat peut sembler étonnant, puisque les personnes les plus éduquées ont également tendance à être plus riches, mais l’association entre l’éducation et les idées de gauche a souvent été établie18. Il n’empêche que le niveau de revenu, variable qui donne la meilleure idée de la position sociale des répondants, est corrélé positivement avec le positionnement gauche-droite. Les répondants qui se trouvent en haut de la hiérarchie sociale et qui ont les meilleurs revenus sont plus enclins à penser que le mérite détermine la condition sociale des individus.

Des conflits de civilisation ?

33On pourrait accepter que la distinction gauche-droite corresponde globalement, comme l’indiquent les résultats qui précèdent, à des perceptions cohérentes ancrées dans des conceptions distinctes de la justice sociale, mais douter qu’il en soit ainsi dans des sociétés dont les traditions et les cultures ne sont pas occidentales. Dans ce cas, d’autres clivages pourraient prévaloir, ou d’autres significations pourraient être attribuées aux étiquettes gauche-droite. Bien qu’elle soit indéniablement complexe, la question de la diversité culturelle doit être prise en compte.

34Pour chaque pays considéré par le World Values Survey, nous avons analysé la corrélation entre les orientations gauche-droite des répondants et leurs réponses aux questions présentées au tableau 2.1 sur l’égalité (« Les salaires devraient-ils être plus égalitaires ou faut-il accentuer les différences de salaires pour encourager l’effort individuel ? »), la compétition (« Pensez-vous que la compétition est une bonne chose et qu’elle pousse les gens à travailler dur et à innover, ou que la compétition est dangereuse et qu’elle fait ressortir ce qu’il y a de pire chez les individus ? ») et le rôle de l’État (« L’État devrait-il avoir plus de responsabilités ou les individus devraient-ils se prendre davantage en charge ? »). Les pays qui ont obtenu des corrélations significatives pour nos trois hypothèses ont reçu un score de 1 (3/3), ceux qui en ont obtenu pour deux hypothèses sur trois, un score de 0,66 (2/3) et ceux qui n’en ont obtenu que pour une seule, un score de 0,33 (1/3). Les cas de résultats non significatifs ou entièrement contraires à nos hypothèses ont reçu un score de 0 (0/3). Quand des réponses n’étaient disponibles que pour deux questions, nous avons appliqué la même logique, avec des scores de 1 (2/2), de 0,5 (1/2) ou de 0 (0/2).

35Plus de la moitié des pays (43 sur 76) ont obtenu un score de 1 ou de 0,66, ce qui signifie que le positionnement de leurs citoyens sur un axe gauche-droite prédit bien ce qu’ils pensent au sujet de l’égalité, de la compétition et du rôle de l’État. En revanche, près d’un pays sur quatre (18 sur 76) a obtenu 0, ce qui indique une absence de correspondance entre les étiquettes idéologiques et les attitudes politiques. Les autres pays (15/76) obtiennent un score de 0,33 ou 0,5, c’est-à-dire des résultats significatifs pour une question sur trois ou une question sur deux.

36En Europe occidentale (Turquie comprise) et parmi les démocraties du monde anglo-saxon, la plupart des pays obtiennent un score de 1. Les principales exceptions sont l’Irlande et le Portugal, avec un score de 0. Dans l’ancienne zone d’influence soviétique, les résultats sont presque aussi probants, avec seulement deux 0 (la Hongrie et la Slovénie) sur 23 pays. Les résultats sont plus contrastés dans la région Asie-Pacifique, avec deux scores de 1, quatre de 0,66 ou de 0,5, et trois de 0. En Amérique latine et dans la région Moyen-Orient – Afrique, les 0 dominent (six pays sur 11 en Amérique latine ; cinq sur 10 au Moyen-Orient et en Afrique), suivis par des scores de 0,33 (trois pour chacune de ces régions). Pour accréditer la thèse du choc des cultures ou des civilisations, on pourrait avancer que ces résultats suggèrent que la division gauche-droite est propre à l’Occident, et qu’elle est plus significative dans les pays de l’Ouest et du Nord que dans ceux de l’Est et du Sud. Bien des exceptions plaident toutefois contre une telle interprétation culturaliste. En Asie, le Bangladesh, l’Inde, l’Indonésie, le Japon, les Philippines et le Vietnam obtiennent des scores supérieurs à 0,5, et il en va de même dans le monde musulman pour l’Algérie, le Kazakhstan et la Turquie (en plus, toujours, du Bangladesh et de l’Indonésie).

  • 19 Nous nous conformons aux distinctions proposées dans Inglehart et Norris, Rising Tide, p. 165-171.

37Comme dans le cas du taux de non-réponse, ce sont sans doute les variations du contexte démocratique qui expliquent les écarts observés. Parmi les pays qui obtiennent 1, on trouve une majorité de démocraties établies (15 sur 27), fortes d’au moins vingt ans d’élections multipartites régulières. Les autres pays de ce groupe sont surtout de nouvelles démocraties ou des pays en transition, qui pourraient être qualifiés de semi-démocratiques19. À l’autre extrême, parmi les pays qui obtiennent 0, il n’y a qu’une petite fraction de démocraties établies (3 sur 18).

38Le clivage gauche-droite est une construction sociale. Il est donc logique qu’une longue expérience démocratique soit plus susceptible de former des citoyens ayant une bonne compréhension de cette opposition. Au Moyen-Orient et en Afrique, par exemple, où tous les pays de notre étude à l’exception d’Israël sont non démocratiques ou semi-démocratiques, l’absence d’une opinion publique configurée en fonction des catégories idéologiques habituelles n’est guère surprenante. Mais cette explication institutionnelle sommaire ne suffit pas pour rendre compte de toutes les variations. Elle ne parvient pas, notamment, à expliquer la différence remarquable que l’on constate entre l’Amérique latine et l’ancienne zone d’influence soviétique.

  • 20 Samuel Huntington, The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, Universi (...)
  • 21 Scott Mainwaring et Frances Hagopian, « Introduction: The Third Wave of Democratization in Latin A (...)

39Les deux régions se sont démocratisées entre 1974 et la fin des années 1990, dans la période que Samuel Huntington a nommée la « troisième vague de la démocratisation20 ». L’Amérique latine fut la première à s’engager dans ce processus, la plupart des pays de la région étant passés d’un régime militaire à un gouvernement démocratique entre la fin des années 1970 et le début des années 198021. Les pays de l’ancienne zone d’influence soviétique ont suivi au début des années 1990. Un peu plus anciennes et sans doute mieux établies, les démocraties d’Amérique latine semblent néanmoins avoir des électorats moins structurés en fonction de l’axe gauche-droite que ceux de l’Europe de l’Est. Sur les 11 pays d’Amérique latine examinés, six ont un score de 0 et un seul obtient un score de 1 (l’Uruguay). Aucun pays n’obtient le score de 0,66. Par comparaison, dans l’ancien bloc soviétique, il n’y a que deux scores de 0 sur 23 pays, contre seize scores de 0,66 ou plus. Comment l’expliquer ?

  • 22 Dietrich Rueschemeyer et al., Capitalist Development and Democracy, University of Chicago Press, 1 (...)
  • 23 Ibid., p. 216; Ruth B. Collier, Paths toward Democracy: The Working Class and Elites in Western Eu (...)
  • 24 Marcus J. Kurtz, « The Dilemmas of Democracy in the Open Economy: Lessons from Latin America », Wo (...)
  • 25 Ibid., p. 264; Kurt Weyland, « Neoliberalism and Democracy in Latin America: A Mixed Record », Lat (...)
  • 26 Susan Stokes, Mandates and Democracy: Neoliberalism by Surprise in Latin America, Cambridge Univer (...)
  • 27 Frances Hagopian, « Democracy and Political Representation in Latin America: Pause, Reorganization (...)

40Prenons d’abord le cas de l’Amérique latine. Jusqu’à la phase récente de démocratisation, plusieurs pays de la région ne possédaient tout simplement pas le système de partis institutionnalisé qui contribue à établir une ligne de partage nette entre la gauche et la droite22. Le populisme, la personnalisation du pouvoir et le clientélisme brouillaient les distinctions idéologiques et partisanes. Les effets de cet héritage historique furent aggravés par les conditions à l’œuvre à la fin des années 1970 et dans les années 1980. En effet, la réinstauration de la démocratie a été moins triomphante qu’imposée par les effets de la crise économique sur les régimes autoritaires en place23. Pendant une dizaine d’années, la démocratisation fut donc associée à « une aggravation de la pauvreté, des inégalités sociales et à une baisse marquée des niveaux de vie, en termes tant relatifs qu’absolus24 ». Dans ce contexte difficile, les syndicats et les mouvements sociaux ont décliné et l’engagement politique individuel a aussi reculé25. Les partis politiques et le prestige de leurs dirigeants ont été minés par leur incapacité à satisfaire les attentes suscitées par la démocratie et par leur recours fréquent aux politiques néolibérales qu’ils avaient dénoncées pour se faire élire26. Pour de nombreux citoyens d’Amérique latine, la démocratie est apparue davantage comme une compétition entre politiciens interchangeables que comme une occasion de débattre de différentes visions de la justice sociale27.

41À l’exception notable de l’Uruguay, un pays auquel son histoire avait légué un système de partis institutionnalisé, les attitudes politiques des citoyens d’Amérique latine semblent donc avoir pris une configuration bien peu conventionnelle. Pour mettre les choses en perspective, toutefois, il faut noter que sur des questions de société comme l’avortement et l’homosexualité, les Latino-américains se divisent très nettement le long d’un axe gauche-droite. De plus, la vague de gauche qui a déferlé sur le continent au début de ce siècle suggère que la division gauche-droite pourrait bien être en train de prendre racine dans la région. Le temps dira si ce virage à gauche changera la donne et répondra aux attentes de la population du continent. Ce qui apparaît déjà clairement, toutefois, c’est la réintroduction de la sémantique gauche-droite dans la sphère publique de l’Amérique latine.

  • 28 Voir Kurt Weyland, « Neoliberal Populism in Latin America and Eastern Europe », Comparative Politi (...)
  • 29 Kitschelt et al., Post-Communist Party Systems, p. 389.
  • 30 Timothy Frye, « The Perils of Polarization: Economic Performance in the Postcommunist World », Wor (...)
  • 31 Kitschelt et al., op. cit., p. 386.

42Le cas des pays d’Europe de l’Est est également intriguant, puisque la transition vers la démocratie a fait émerger une rhétorique populiste favorable au néolibéralisme, sans toutefois vider de son sens le clivage gauche-droite28. Contraire ment à l’Amérique latine, où les systèmes de partis et les structures idéologiques sont demeurés mal définis, la transition de l’après-communisme a entraîné une forte polarisation entre « protectionnistes sociaux et libéralisateurs du marché29 ». En général, cette polarisation a opposé les ex-communistes aux anticommunistes. Mais dans certains cas, le paysage politique s’est vu transformé par l’entrée en scène de nouveaux partis de gauche qui rejetaient l’héritage communiste tout en cherchant à définir une voie social-démocrate à l’européenne vers l’économie de marché30. En dépit de la difficulté d’utiliser ces étiquettes dans des pays qui ont un passé communiste, la dichotomie gauche-droite a donc été comprise essentiellement de la même façon que dans les démocraties avancées, servant là comme ailleurs de repère politique aux citoyens. La Hongrie, il est vrai, fait exception à ce schéma général. Dans ce pays, le Parti communiste au pouvoir fut l’un des premiers à promouvoir le capitalisme de marché, un choix qui fit largement consensus, et qui conduisit les politiciens et les électeurs à « associer les termes gauche et droite moins à des politiques économiques qu’à des enjeux socioculturels31 ».

  • 32 Jahangir Amuzegar, « Iran’s Crumbling Revolution », Foreign Affairs, vol. 82, no 1, janv.-fév. 200 (...)
  • 33 Afshin Matin-Asgari, « From Social Democracy to Social Democracy: The Twentieth-Century Odyssey of (...)
  • 34 Ibid., p. 283.

43L’analyse des opinions publiques à travers le monde suggère que la division gauche-droite est un clivage que les partis construisent pour rejoindre les électeurs et promouvoir des positions politiques qui font sens dans la sphère publique. Dans une large mesure, cette terminologie est donc un produit de la gouvernance démocratique. Toutefois, même dans les régimes autoritaires ou peu compétitifs, les notions de gauche et de droite ont leur place dans le débat public. En Iran, par exemple, les élites au pouvoir se divisent entre réformistes et conservateurs pour débattre de la démocratisation, d’une plus ou moins grande ouverture culturelle, et des avenues de la libéralisation économique. Bien entendu, il y a peu de « démocrates jeffersoniens » parmi les réformistes, dont la plupart croient encore à un lien fort entre la mosquée et l’État32. De même, les conservateurs iraniens ne sont guère attachés à la notion de liberté telle que l’entendent les politiciens de droite des démocraties libérales. Cet affrontement politique met néanmoins en lumière un clivage clair et connu, que la presse iranienne n’a aucun mal à identifier comme opposant la gauche à la droite33. Nos données sur l’Iran indiquent toutefois que cet antagonisme ne structure pas aussi clairement l’opinion publique que dans les démocraties établies, où les débats sont ouverts et largement médiatisés. Mais quelques années de démocratie électorale pourraient tout changer, comme on peut le constater dans les anciens pays du bloc communiste, où la sémantique gauche-droite a rapidement démontré son « pouvoir hors du commun34 ».

*

  • 35 Ronald Inglehart et Pippa Norris, « The True Clash of Civilizations », Foreign Policy, no 135, mar (...)

44Les études qui s’intéressent à la diversité des cultures tendent à insister sur les frontières entre pays et civilisations. Les différences entre l’Occident et le monde musulman, en particulier, sont souvent présentées comme profondes et lourdes de sens35. Sans nier l’ampleur de ces différences, nous souhaitons pour notre part mettre en évidence le langage que partagent les peuples, au-delà des divisions culturelles. Plus précisément, nous cherchons à faire ressortir les divergences que les partis et les mouvements sociaux établissent, partout dans le monde, pour débattre du contenu de la démocratie libérale. Ce sont ces divergences communes, et la dynamique sociale dont elles rendent compte, qui permettent de parler d’une sphère publique mondiale à laquelle participent les citoyens ordinaires comme les élites.

45Depuis son émergence il y a plus de deux siècles, l’opposition gauche-droite a survécu à la transformation des structures de classes et à la montée de nouvelles valeurs post matérialistes dans les démocraties avancées. Cette opposition permet encore aujourd’hui aux citoyens d’intégrer leurs attitudes et leurs idées politiques dans des schémas cohérents. La gauche et la droite distinguent, d’un côté, les individus qui sont en faveur de l’égalité, de la protection sociale et de l’intervention de l’État, et de l’autre, ceux qui considèrent plutôt qu’il faut encourager l’effort individuel, accepter la compétition et veiller à maintenir le niveau de taxation au plus bas. À leur tour, ces valeurs fondamentales structurent la façon de penser d’une majorité de citoyens à propos de toute une série de choix sociaux concernant, par exemple, la démocratie, l’homosexualité ou l’avortement. Même les valeurs que les gens estiment important d’encourager chez les enfants diffèrent à gauche et à droite.

  • 36 Freedom House, « Freedom in the World 2006. Selected Data from Freedom House’s Annual Global Surve (...)

46Dans les pays où la démocratie est encore jeune, le schéma gauche-droite est également présent mais il y paraît moins solidement ancré et n’oriente pas les valeurs et les attitudes aussi fortement que dans les pays de tradition démocratique plus ancienne. Toutefois, cette situation évolue rapidement, d’abord et avant tout parce que la démocratie électorale s’étend sur tous les continents. En 1987, 40 % des pays du monde étaient des démocraties électorales. En 2005, cette proportion avait grimpé à 64 %, soit un total de 122 pays36. En général, on observe que la compétition électorale en arrive rapidement à structurer l’opinion publique autour du thème de la justice sociale. Même en Amérique latine, où le processus s’est avéré plus difficile, la vie politique est de plus en plus polarisée selon des orientations familières. Partout, avec le temps, le processus démocratique tend à faire apparaître un clivage entre la gauche et la droite à propos de l’égalité.

Notes

1 Voir <www.worldvaluessurvey.org>.

2 La question exacte (V139) est la suivante : « En politique, on parle de “la gauche” et de “la droite”. Pouvez-vous situer vos opinions sur cette échelle, de façon générale ? ».

3 C’est d’ailleurs cette lecture qu’il présente dans Modernization and Postmodernization : Cultural, Economic, and Political Change in 43 Societies, Princeton University Press, 1997, p. 319.

4 Nous avons comparé les données du WVS avec celles d’une autre équipe internationale, le Comparative Study of Electoral Systems (CSES). Le CSES a utilisé entre 1996 et 2001 une échelle de 0 à 10 et non pas de 1 à 10 pour évaluer l’autopositionnement à gauche ou à droite de répondants de 32 pays. Dans cette étude, 33,5 % des répondants se situent à 5 (contre 30,3 % pour le WVS). Quand nous avons combiné les positions 0 et 1 de l’échelle du CSES pour obtenir le même nombre de catégories de part et d’autre de la médiane, le coefficient de corrélation entre les deux distributions était de 0,96. Voir <www.cses.org>.

5 L’enquête sur le Vietnam est présentée dans Russell J. Dalton et Nhu-Ngoc T. Ong, « The Vietnamese Public in Transition: The 2001 World Values Survey », Center for the Study of Democracy, California University, Irvine, 2001 (<www.democ.uci.edu>). Des doutes sur la qualité d’opinions données dans un contexte où les répondants peuvent avoir peur de s’exprimer contre le régime sont soulevés par Minh Nhut Duong, dans « Grassroots Democracy in Vietnamese Communes », Centre for Democratic Institutions, Australian National University, 2004, p. 29 (<www.cdi.anu.edu.au>). Pour un point de vue encore plus critique sur l’ensemble de l’étude, voir une entrevue de 2001 avec le dissident vietnamien Duong Thu Huong (<www.vietquoc.com/news2001/na122901.htm>).

6 Chris McManus, Right Hand, Left Hand: The Origins of Asymmetry in Brains, Bodies, Atoms and Cultures, Cambridge, Harvard University Press, 2002, p. 261-264.

7 Inglehart, Modernization and Postmodernization, p. 70-71, 76-77 et 320.

8 Herbert Kitschelt et al., Post-Communist Party Systems: Competition, Representation, and Inter-Party Cooperation, Cambridge University Press, 1999, p. 283.

9 L’organisation Freedom House considère le Bangladesh, l’Indonésie et la Turquie comme des pays partiellement libres, avec respectivement des indices démocratiques de 8, 7 et 7 (<www.freedomhouse.org>).

10 Toujours selon Freedom House, ces pays ne sont pas libres ou sont partiellement libres, avec des indices de 10 ou plus.

11 Inglehart, Modernization and Postmodernization, p. 335.

12 Pippa Norris, Electoral Engineering: Voting Rules and Political Behavior, Cambridge University Press, 2004, p. 104-119. Norris utilise des données fournies par l’équipe du Comparative Study of Electoral Systems (voir la note 4 de ce chapitre).

13 Ibid., p. 119-123.

14 Ronald Inglehart, Culture Shift in Advanced Industrial Society, Princeton University Press, 1989, p. 292-293; Inglehart, Modernization and Post-modernization, p. 320; Russell J. Dalton, Citizen Politics: Public Opinion and Political Parties in Advanced Industrial Democracies, 3e éd., Londres, Chatham House, 2002, p. 201-203; Norris, Electoral Engineering, p. 118.

15 Norris, Electoral Engineering, p. 116-118.

16 Ronald Inglehart et Pippa Norris, Rising Tide: Gender Equality and Cultural Change around the World, Cambridge University Press, 2003, p. 98-100.

17 Norris, op. cit, p. 114-115.

18 Ibid., p. 112-113.

19 Nous nous conformons aux distinctions proposées dans Inglehart et Norris, Rising Tide, p. 165-171.

20 Samuel Huntington, The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991. Voir aussi Adam Przeworski et al., Democracy and Development: Political Institutions and Well-Being in the World, 1950-1990, Cambridge University Press, 2000, p. 40-45. Przeworski et ses collaborateurs ne parviennent pas à retracer les différentes « vagues » de Huntington et remettent en question sa périodisation. Quoi qu’il en soit, cette période a certainement été importante pour la démocratie en Amérique latine et en Europe de l’Est.

21 Scott Mainwaring et Frances Hagopian, « Introduction: The Third Wave of Democratization in Latin America », dans Hagopian et Mainwaring (dir.), The Third Wave of Democratization in Latin America: Advances and Setbacks, Cambridge University Press, 2005, p. 1-3.

22 Dietrich Rueschemeyer et al., Capitalist Development and Democracy, University of Chicago Press, 1992, p. 293.

23 Ibid., p. 216; Ruth B. Collier, Paths toward Democracy: The Working Class and Elites in Western Europe and South America, Cambridge University Press, 1999, p. 13, 187 et 197.

24 Marcus J. Kurtz, « The Dilemmas of Democracy in the Open Economy: Lessons from Latin America », World Politics, vol. 56, no 2. 2004, p. 280.

25 Ibid., p. 264; Kurt Weyland, « Neoliberalism and Democracy in Latin America: A Mixed Record », Latin American Politics and Society, vol. 46, no 1, printemps 2004, p. 135-157.

26 Susan Stokes, Mandates and Democracy: Neoliberalism by Surprise in Latin America, Cambridge University Press, 2001.

27 Frances Hagopian, « Democracy and Political Representation in Latin America: Pause, Reorganization, or Decline? », dans Felipe Agüero et Jeffrey Stark (dir.), Fault Lines of Democracy in Post-Transition Latin America, Miami, North-South Center Press at the University of Miami, 1998, p. 112-113; Jorge I. Domínguez, « Constructing Democratic Governance in Latin America: Taking Stock of the 1990s », dans Jorge I. Domínguez et Michael Shifter (dir.), Constructing Democratic Governance in Latin America, 2e éd., Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2003, p. 358-366.

28 Voir Kurt Weyland, « Neoliberal Populism in Latin America and Eastern Europe », Comparative Politics, vol. 31, no 4, juil. 1999, p. 379-401.

29 Kitschelt et al., Post-Communist Party Systems, p. 389.

30 Timothy Frye, « The Perils of Polarization: Economic Performance in the Postcommunist World », World Politics, vol. 54, no 3, avril 2002, p. 312-313.

31 Kitschelt et al., op. cit., p. 386.

32 Jahangir Amuzegar, « Iran’s Crumbling Revolution », Foreign Affairs, vol. 82, no 1, janv.-fév. 2003, p. 44-58.

33 Afshin Matin-Asgari, « From Social Democracy to Social Democracy: The Twentieth-Century Odyssey of the Iranian Left », dans Stephanie Cronin (dir.), Reformers and Revolutionaries in Modern Iran: New Perspectives on the Iranian Left, Londres, Routledge, 2004, p. 50.

34 Ibid., p. 283.

35 Ronald Inglehart et Pippa Norris, « The True Clash of Civilizations », Foreign Policy, no 135, mars-avril 2003, p. 67-74.

36 Freedom House, « Freedom in the World 2006. Selected Data from Freedom House’s Annual Global Survey of Political Rights and Civil Liberties », New York, <www.freedomhouse.org>, 2006.

Table des illustrations

Titre FIGURE 2.1. Autopositionnement gauche-droite dans le monde, 1999-2001
Légende Source : World Values Survey.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre FIGURE 2.2. Autopositionnement gauche-droite au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Israël, 1999-2001
Légende Source : World Values Survey.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search