Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Introduction

Texte intégral

1Ravi Kanbur est l’un des plus grands spécialistes mondiaux de l’économie du développement. Né en Inde et formé en Angleterre, à Cambridge et à Oxford, il a enseigné dans plusieurs universités au Royaume-Uni et aux États-Unis, et occupé différents postes importants à la Banque mondiale. En 1998, on lui demanda de diriger l’équipe chargée de préparer l’édition 2000-2001 du Rapport sur le développement dans le monde, la publication phare annuelle de la banque, qui devait s’intituler Combattre la pauvreté. En juin 2000, avant la sortie du rapport, Kanbur démissionna pour signifier son désaccord avec la version finale du texte. À l’époque, certains affirmèrent que les divergences étaient minimes. Le président de la Banque mondiale, James Wolfensohn, déclara même qu’il ne s’agissait guère que d’une querelle sur l’ordre des chapitres ! D’autres prétendirent au contraire que les enjeux étaient bien plus graves et que le secrétaire au Trésor des États-Unis en personne, Lawrence H. Summers, avait lui-même réécrit certains chapitres.

  • 1 Ravi Kanbur, « Economic Policy, Distribution and Poverty: The Nature of Disagreements », World Dev (...)

2Quoi qu’il en soit, Kanbur prit l’affaire très au sérieux. Au cours d’une conférence prononcée la même année, il aborda indirectement la question en parlant des oppositions fondamentales qui sous-tendent les débats sur la pauvreté et le développement dans le monde1. Kanbur expliqua qu’à l’intérieur comme à l’extérieur des organisations internationales, il existe deux grandes approches opposées de la lutte contre la pauvreté. La première a la faveur de la grande majorité des économistes qui travaillent dans les ministères des finances, au sein des institutions financières internationales et dans le milieu universitaire. Quant aux partisans de la seconde approche, ils ne sont généralement pas économistes, et plutôt associés aux ministères des affaires sociales, aux organismes d’aide internationale et aux organisations non gouvernementales. La grande majorité des acteurs politiques et sociaux se situe à l’un ou l’autre de ces deux pôles d’opinion que Ravi Kanbur a appelés Groupe A et Groupe B. Selon lui, les membres du Groupe A estiment que la lutte contre la pauvreté passe d’abord et avant tout par des ajustements structurels favorables au commerce et aux investissements étrangers et propices à une croissance économique rapide. Les tenants du Groupe B affirment en revanche que, dans un monde où la répartition des richesses et du pouvoir est marquée par l’injustice, on ne saurait compter uniquement sur les règles du marché et la croissance économique pour réduire la pauvreté. Selon cette seconde perspective, il faut plutôt s’attaquer directement au problème de la distribution et de la redistribution.

3Kanbur est bien entendu tout à fait conscient du caractère politique de ces « désaccords ». Il a identifié tous les acteurs importants et compris la profondeur de leurs différends. Sa démission même est clairement une conséquence de l’opposition entre les deux visions du monde qu’il évoque. Pourtant, il ne parvient pas à désigner les protagonistes du débat autrement qu’en les appelant « Groupe A » et « Groupe B », ou « tendance ministère des finances » et « tendance société civile ».

4Pourquoi ne pas dire que le Groupe A représente la droite et le Groupe B, la gauche ? Après tout, le premier groupe privilégie les règles du marché et la croissance économique pour lutter contre la pauvreté tandis que le second se méfie du libre marché et préfère donner priorité à la redistribution plutôt qu’à la croissance. La plupart des observateurs considéreraient ces positions comme caractéristiques du conflit gauche-droite. Plus important encore, ces « groupes » n’en sont pas vraiment. Ce sont plutôt de vastes communautés fondées sur des idées et des valeurs reliées entre elles. Kanbur n’y voit pas des factions opposées mais l’expression de traditions intellectuelles et politiques distinctes, remontant à une époque lointaine de notre histoire commune.

5Vraisemblablement, Ravi Kanbur, comme bien d’autres, se garde d’évoquer le clivage gauche-droite parce qu’il entend donner à l’opposition qu’il décrit un caractère relativement objectif, presque scientifique. Pour lui, ce ne sont pas des valeurs et des idées politiques qui forment le cœur du débat mais de simples divergences sur le niveau d’intégration, les échéances ou les structures du marché. Pourtant, il y a peutêtre d’autres facteurs derrière le choix de Kanbur. En effet, même si les notions de droite et de gauche sont très répandues et comprises universellement, elles n’ont pas très bonne réputation en sciences sociales et dans les milieux intellectuels. Elles semblent, en quelque sorte, trop simplistes et trop binaires. Elles apparaissent aussi trop politiques, ramenant toute discussion à un affrontement entre deux camps qui ne laisserait plus de place à une analyse neutre et détachée. De surcroît, la politique internationale est en général considérée comme un domaine à part, soumis à l’équilibre des forces entre les États plutôt qu’à des conflits idéologiques dont l’influence, selon plusieurs, se limiterait à la politique intérieure. Et d’ailleurs, même sur le terrain de la politique nationale, les notions de droite et gauche n’ont-elles pas perdu de leur sens ? Sont-elles encore pertinentes à une époque dominée par le néolibéralisme et par des programmes politiques affirmant échapper à cette opposition, comme la fameuse « troisième voie » ?

6Notre livre défend au contraire l’idée que la politique mondiale est marquée avant tout par un débat entre la gauche et la droite. S’il en est ainsi, c’est parce que ce clivage est le produit de divergences profondes au sujet de l’égalité ; or, dans toute communauté politique, cette notion est de loin la valeur la plus controversée. Certes, le débat entre la gauche et la droite change dans le temps et l’espace, et il n’englobe pas tous les conflits et les événements possibles. Mais il structure néanmoins la plupart de nos « désaccords », pour reprendre le terme poli de Ravi Kanbur. Dans une large mesure, c’est ce débat universel qui donne à la politique contemporaine son intelligibilité, au sein des États-nations comme au-delà de leurs frontières.

7Le livre repose sur trois postulats. D’abord, nous posons que le monde se construit à travers des débats. Il ne s’agit pas ici de nier l’importance des forces matérielles, de la technique et des rapports d’intérêt et de pouvoir, mais simplement d’affirmer que ces différents facteurs prennent leur sens politique et social en fonction des interprétations que nous en donnons. Avant même qu’un pays, un groupe ou un individu puisse défendre certains intérêts particuliers, il doit les définir et les rendre compréhensibles par le discours.

8Deuxièmement, nous pensons la politique à l’échelle de la planète. Les discussions sur l’état du monde se déroulent simultanément à l’intérieur, à travers et au-delà des frontières, en fonction de dynamiques qui, bien que différenciées, n’en sont pas moins interreliées et globalement cohérentes. En d’autres termes, la vieille distinction entre politique intérieure et politique internationale n’est plus valide, si tant est qu’elle l’ait jamais été. Curieusement, bien que cette vision de ce que l’on pourrait appeler une politique-monde soit de plus en plus acceptée, la nature et la structure des délibérations politiques mondiales demeurent peu étudiées.

9Troisièmement, l’ubiquité et le caractère mondial des débats politiques ne signifient pas que nous vivions dans un univers cacophonique, une sorte de foire d’empoigne discursive où tout le monde pourrait prendre la parole mais personne n’écouterait. Il y a, au contraire, une structure dans nos désaccords, un vocabulaire et une grammaire qui les rendent intelligibles à tous. Dans cette grammaire, la dichotomie gauche-droite occupe une place particulière puisqu’il s’agit du plus pérenne, du plus universel et du plus englobant de tous les clivages politiques.

10La politique-monde se construit donc à travers un débat continu entre la gauche et la droite. En fait, la politique mondiale, quelle que soit l’échelle où elle se joue, est presque toujours le lieu d’une opposition entre la gauche et la droite. Qu’ils se tiennent dans des conférences ou des organisations internationales, dans des parlements nationaux ou des associations locales, la vaste majorité de nos débats politiques sont reliés au vieux conflit sur l’égalité qui divise les progressistes et les conservateurs. Cela ne revient pas à nier les particularismes des civilisations et des identités nationales ni les autres clivages qui définissent la politique mondiale. Il s’agit simplement de reconnaître qu’aucune de ces différences ne gouverne nos débats publics aussi fondamentalement que ne le fait l’opposition gauche-droite. Comprendre la nature de nos différends nous donne des clés pour appréhender le monde, et aucune n’ouvre autant de portes que la clé gauche-droite.

11Le premier chapitre du livre explique le sens de la distinction gauche-droite et la manière dont celle-ci structure la vie politique. À notre avis, cette distinction est fondamentale, car elle relève non seulement d’intérêts, mais aussi de valeurs et de principes profondément ancrés. Les deux chapitres suivants montrent toute la profondeur de l’opposition gauche-droite. Le chapitre 2 présente les tendances de l’opinion publique et la façon dont, partout, les citoyens ordinaires se situent sur l’axe gauche-droite et articulent leurs idées et leurs attitudes en conséquence. Quoi qu’en pensent les spécialistes des sciences sociales, cette dichotomie a du sens pour la plupart des gens. Le chapitre 3 est consacré aux discours des élites et brosse deux tableaux contrastés de la situation mondiale. Le premier vient de la droite et s’avère relativement optimiste, le second émane de la gauche et fait un portrait beaucoup plus sombre du passé, du présent et de l’avenir du monde.

12Les chapitres qui suivent font appel à l’histoire pour montrer comment le débat entre la gauche et la droite a évolué de la fin du XVIIe siècle au début du XXIe. Le chapitre 4 retrace l’évolution de cette opposition au cours de la longue période comprise entre la Révolution américaine et la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l’apparition du système étatique moderne. Le chapitre 5 couvre la période 1945-1980, marquée par l’affirmation des droits humains universels et par de nouvelles tensions internationales. Il se penche sur la montée de l’économie mixte, le développement de l’État-providence, la fracture Est-Ouest et le conflit Nord-Sud. C’est encore une fois l’alignement gauche-droite qui, dans tous les cas, a défini les camps opposés et fourni le cadre de leurs désaccords.

13Les chapitres 6 et 7 sont consacrés à des tendances plus actuelles. Prenant acte de l’échec du communisme et de la montée de la démocratie de marché, le chapitre 6 analyse le retour en force que la droite a effectué à partir des années 1980, sur le plan national et international. Dans le domaine des politiques sociales comme dans celui du développement, les lois du marché, les objectifs économiques et l’efficacité ont aujourd’hui pris le dessus sur l’intervention de l’État, les préoccupations sociales et la redistribution. Le chapitre 7 explique ensuite comment, au tournant du siècle, la gauche a été peu à peu contrainte de redéfinir ses priorités et ses stratégies alors même que la droite devenait plus sensible aux préoccupations sociales. S’il est vrai que, depuis les années 2000, la gauche et la droite ont dialogué avec plus d’ouverture et que leurs positions se sont rapprochées, nous verrons que leur vieille opposition n’est pas près de se dissiper.

14Enfin, le chapitre 8 élargit la portée de notre thèse à d’autres aspects de l’étude de la politique mondiale. Il souligne en particulier la pertinence des notions de gauche et de droite pour comprendre de nouveaux enjeux comme la politique des identités, la lutte contre le terrorisme et la protection de l’environnement. Le chapitre s’attache également à montrer comment le débat gauche-droite éclaire les grands débats théoriques qui définissent aujourd’hui la science politique et les relations internationales.

Notes

1 Ravi Kanbur, « Economic Policy, Distribution and Poverty: The Nature of Disagreements », World Development, vol. 29, no 6, 2001, p. 1083-1094.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search