Version classiqueVersion mobile

La gauche et la droite

 | 
Alain Noël
, 
Jean-Philippe Thérien

Avant-propos

Texte intégral

1Alors que bon nombre de politiciens et d’experts proclament depuis longtemps la mort du clivage gauche-droite, force est d’admettre que celui-ci est doté d’une formidable résilience. Deux facteurs permettent d’expliquer pourquoi il en est ainsi. D’abord, la politique est toujours une affaire de débats. Qu’il s’agisse de problèmes nationaux ou internationaux, les faits politiques se prêtent toujours à des interprétations divergentes. Ensuite, avec l’universalisation du modèle démocra tique, le thème de l’égalité s’impose plus que jamais comme l’enjeu ultime des conflits sociaux. Or, aucun instrument d’analyse ne rend mieux compte des écarts de points de vue à propos de l’égalité que la grille gauche-droite. Voilà pourquoi ce clivage offre encore aujourd’hui une clé d’interprétation sans égale pour comprendre la politique-monde.

2Au moment où nous achevions la version anglaise de ce livre, à l’été 2007, George W. Bush était président des États-Unis et les idées néolibérales semblaient partout triomphantes, à la faveur d’une croissance économique soutenue, voire spectaculaire, dans plusieurs pays émergents. Seule l’Amérique du Sud se démarquait par une montée sans précédent de la gauche démocratique sur pratiquement tout le continent. Les évènements des trois dernières années ont en partie changé la donne, mais la politique mondiale n’en continue pas moins d’être largement définie par une opposition entre la gauche et la droite.

3La fin de la décennie 2000, rappelons-le, a été marquée par une forte détérioration de la situation économique internationale. Le 15 septembre 2008, la faillite de la banque d’affaires Lehman Brothers envoyait une onde de choc sur des marchés mondiaux déjà ébranlés par de nombreux signes de la fragilité des institutions financières américaines. Le lendemain, Washington consacrait plus de 180 milliards de dollars à la sauvegarde de l’assureur AIG, également menacé de faillite. Deux semaines plus tard, après de laborieuses négociations, le Congrès américain entérinait un plan présidentiel de 700 milliards de dollars visant à sauver le système bancaire du pays. La crise économique mondiale qui commençait devait devenir la plus sévère depuis la Grande dépression.

4Soudainement, les élites de la planète ont entrevu les limites du marché et de la quête effrénée du profit, et elles se sont de nouveau tournées vers l’État, instance ultime de régulation, de protection et de rééquilibrage. Au départ, elles l’ont fait selon les préceptes de la logique monétariste dominante. Il s’agissait de sauver les banques et les institutions financières de la faillite, et de rendre le crédit aussi accessible que possible, quitte à laisser descendre les taux directeurs près de 0 %. Mais l’ajout de liquidités suggéré par les monétaristes n’allait pas suffire.

5À la fin de l’année 2008, le Fonds monétaire international notait qu’avec des taux directeurs déjà au plancher, les instruments monétaires étaient probablement devenus inopérants. Invoquant le risque de « trappes à liquidités », le FMI prôna plutôt une politique active de relance budgétaire axée sur des dépenses d’infrastructures, une bonification des programmes d’assurance-chômage, et une redistribution en faveur des ménages à faible revenu. Après avoir été longtemps mises de côté, les idées de John Maynard Keynes revenaient ainsi à l’avant-scène de la vie politique. Alors qu’à Washington, à Paris, à Berlin, à Pékin et ailleurs, les gouvernements annonçaient d’ambitieux programmes de dépenses publiques, dans l’arène internationale, la légitimité du G8 était de plus en plus remise en question par le G20, un forum plus inclusif et plus sensible aux intérêts des pays en développement. Encore une fois, le débat se polarisait entre l’approche plus interventionniste et plus égalitaire des progressistes et la politique de laisser-faire défendue par les conservateurs.

6Toujours en 2008, le monde entier suivit avec fascination une campagne présidentielle américaine qui, pour la première fois, mettait en scène un candidat afro-américain. Barack Obama l’emporta le 4 novembre, dans une élection marquée par un taux de participation exceptionnel et une forte remontée des démocrates. En plus de prendre le con trôle de la Maison Blanche, ceux-ci consolidaient leur majorité à la Chambre des représentants et au Sénat. Après huit ans de domination républicaine, et en partie à cause de la crise économique qui secouait le pays, les États-Unis faisaient un virage à gauche.

7Les électeurs japonais votèrent également pour la gauche en août 2009, en élisant le Parti démocrate de Yukio Hatoyama, qui l’emportait sur le Parti libéral démocrate, de centredroit, en place pratiquement sans interruption depuis 1955. La même année, en Inde, le Parti du Congrès de Manmohan Singh, de centre-gauche, gagna aussi du terrain, reporté au pouvoir avec une majorité renforcée. Au Chili, en revanche, la gauche perdit l’élection de janvier 2010, après avoir dirigé le pays pendant deux décennies. En Europe, c’est également la droite qui reprit le dessus, alors que le centre-gauche dominait nettement le paysage politique au tournant du nouveau siècle. En Allemagne, par exemple, lors de l’élection de septembre 2009, le Parti social-démocrate de Frank-Walter Steinmeier n’obtint que 23 % des voix, son pire résultat depuis la création de la république fédérale en 1949. De même en 2010, alors que les difficultés économiques de la Grèce et la fragilité de l’euro apportaient de l’eau au moulin des tenants d’un retour à des politiques d’austérité, le Parti conservateur de David Cameron chassait du pouvoir les travaillistes britanniques, en place depuis plus de dix ans.

8Bref, le débat gauche-droite se poursuit. Seul un devin pourrait en prédire le déroulement exact, mais chose certaine, le langage de la gauche et de la droite continuera encore longtemps de définir la politique-monde. Ayant eu l’occasion d’exposer les conclusions de notre travail dans plusieurs pays devant des auditoires variés, nous savons que la thèse de ce livre est polémique et qu’elle en laissera plus d’un sceptique. Nous aurons tout de même gagné notre pari si nous convainquons les lecteurs que le clivage gauchedroite est beaucoup plus qu’un simple reliquat de l’histoire politique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search