Version classiqueVersion mobile

Femmes philanthropes

 | 
Yolande Cohen

Conclusion

Texte intégral

1Il nous faut ici voir les implications de l’acquisition par les femmes de la citoyenneté sociale sur la citoyenneté politique (le droit de vote en particulier), pour mieux comprendre le rôle des associations de femmes dans l’élaboration d’une politique du care et dans la construction de l’État-providence au Québec et au Canada.

Genre, suffrage et citoyenneté

2Si l’on s’accorde à dire qu’il existe plusieurs régimes de citoyenneté, octroyés à des moments différents selon l’origine sociale, le genre et l’âge, l’interprétation des modalités qui entourent l’obtention/octroi du droit de vote aux femmes est encore l’objet de débat. Dans cet ouvrage, on a montré que la contribution des femmes à la démocratisation de la vie politique canadienne et à la sécularisation de la société québécoise fut amorcée bien avant la Révolution tranquille et alors même que les femmes n’avaient qu’un droit de vote restreint. La reconnaissance de la citoyenneté sociale des mères (qui a débouché, comme on l’a vu dans le chapitre précédent, sur les premières politiques familiales) a permis qu’émerge et que soit entendue la revendication des femmes en faveur du suffrage. Les processus qui ont abouti à l’obtention du droit de vote des femmes doivent être compris dans ce contexte.

  • 1 Les femmes de l’Ouest canadien sont les premières à obtenir le droit de vote au palier provincial, (...)

3Deux grands moments marquent l’acquisition du droit de vote au Canada : à l’issue de la Première Guerre mondiale (entre 1916 à 1922), le suffrage est accordé aux femmes par le gouvernement fédéral, dans certaines provinces (sauf au Québec et à Terre-Neuve)1 ; durant une deuxième période (1920 à 1940), les femmes du Québec peuvent voter aux paliers fédéral et municipal, tandis que la législature provinciale leur nie ce droit jusqu’en 1940, date à laquelle elles y ont finalement accès. Comment expliquer le décalage chronologique dans l’acquisition du droit de vote au Québec et dans le reste du Canada ?

4Pour des historiens, c’est le discours suffragiste qui, porté par un vaste mouvement associatif laïque et appelant à une extension des responsabilités de l’État au domaine social, aurait conduit au Canada à la reconnaissance des services rendus par les femmes (infirmières) et les mères (veuves de guerre) pendant la guerre, tandis que « le retard » du Québec s’expliquerait par la résistance de l’Église catholique à reconnaître leurs contributions. Au Québec, les fonctions sociales dérivées du rôle maternel ont été longtemps confinées à la sphère privée et n’ont donc fourni la base du suffragisme que plusieurs décennies plus tard. On peut dire autrement que la revendication d’une reconnaissance de la fonction sociale de la maternité, constitutive du suffragisme canadien et québécois, est prise en compte à des moments différents par le politique. Dans ce contexte, les représentations qui sont faites par les associations philanthropiques de femmes révèlent des régimes de citoyenneté particuliers à chacune des périodes et des configurations politiques dans chaque province. Ce qui nous conduit à dire que l’action des femmes elles-mêmes, par l’entremise de leurs organisations, a été le déclencheur de l’obtention du droit de vote.

  • 2 Les études qui relatent l’accès des Québécoises au suffrage et à la citoyenneté s’accordent pour s (...)
  • 3 Marie Lavigne, Yolande Pinard et Jennifer Stoddart, « La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (...)
  • 4 Susan Mann Trofimenkoff, « Feminism, Nationalism, and the Clerical Defensive », dans Veronica Stro (...)

5Si les historiens s’accordent à considérer les lois sur le suffrage des femmes comme résultant des revendications suffragistes des Canadiennes anglaises, il n’en va pas de même pour le Québec. L’action des mouvements suffragistes au Québec aurait échoué à reproduire le modèle canadien-anglais : l’octroi plus tardif de ce droit par la législature québécoise ne ferait que redoubler l’hypothèse communément admise du retard dans la modernisation du Québec par rapport aux autres provinces canadiennes2. Les rejets du projet suffragiste par les différentes législatures québécoises jusqu’en 1940 sont tour à tour attribués aux dissensions internes au sein des associations de femmes, à l’intense résistance du clergé catholique au suffrage des femmes et au désintérêt des partis politiques à l’égard du vote des femmes3. L’action de la Fédération est critiquée pour son conservatisme et ses manques (de féminisme, de modernité, de sécularisme, etc.). S’en détache l’action quasi héroïque de femmes telles Thérèse Casgrain, de la Ligue des droits de la femme (LDF), et Idola Saint-Jean, de l’Alliance canadienne pour le vote des femmes, qui auraient vaincu les obscurantismes (des femmes et le maternalisme de la Fédération) pour participer à la célébration de l’octroi de ce droit finalement en 19404 !

  • 5 Maryse Darsigny, « Du comité provincial du suffrage féminin à la Ligue des droits de la femme (192 (...)

6Notre étude nous permet de faire une autre interprétation de cette histoire. Plutôt que d’établir une distinction radicale entre le mouvement suffragiste québécois (identifié dès 1922 au Comité pour le suffrage féminin [CPSF] et à partir de 1927 à l’Alliance canadienne pour le vote des femmes)5 et le mouvement maternaliste incarné surtout par la FNSJB, nous pensons que c’est la combinaison des deux mouvements qui a permis de rendre la revendication suffragiste crédible et audible.

7Car, lorsque l’on réintègre dans l’analyse l’ensemble des revendications portées par les associations, la rencontre entre les revendications égalitaires des unes et les revendications maternalistes des autres permet de voir comment le suffrage féminin est devenu un élément incontournable de la cause des femmes au Québec. Cette perspective fait également valoir l’aspect multiforme des mouvements féministes qui, comme tout mouvement social, ont leurs personnalités, leurs tendances et leurs conflits.

Carrie Derick

Carrie Derick

Montréal, 14 janvier 1862 – Montréal, 10 novembre 1941

  • 6 Maryse Darsigny, « Carrie Derick (1862-1941) : une féministe devient la première femme professeur (...)

Née à Clarenceville dans les Cantons de l’Est, Québec, Carrie Matilda Derick est la fille de Frederick Derick et Edna Colton, enseignante et femme impliquée dans les activités religieuses et caritatives de sa communauté. Suivant les traces de sa mère, elle obtient une formation d’enseignante à la McGill Normal School, la préparant à une carrière d’institutrice qu’elle poursuit d’abord dans sa ville natale, puis à Montréal. En 1889, elle s’inscrit à la Faculty of Arts de l’Université McGill, quatre ans seulement après l’ouverture de l’institution aux femmes. Étudiante brillante, elle obtient l’année suivante son baccalauréat (BA honours), terminant première de sa classe, avec des prix en études classiques et en zoologie. En 1896, Derick obtient sa maîtrise, qui lui ouvre la porte à un poste de professeure à McGill ; mais la direction de l’université ne voulant pas de femmes dans ses facultés, elle accepte des postes subalternes et moins rémunérés que ceux de ses collègues masculins pendant des années avant d’être finalement engagée en 1912 comme professeure à temps plein en morphologie botanique. Elle devient la première femme à accéder à ce poste au Canada. Parallèlement, elle poursuit sa formation à Harvard, à la Royal Academy of Science en Angleterre et à l’Université de Bonn en Allemagne. Pionnière, elle l’est aussi par ses articles publiés dans nombre de revues scientifiques qui ne publiaient jusque-là pas de textes de femmes. Ses recherches sur la génétique et l’hérédité sont utilisées par la communauté scientifique mondiale. Cette femme libre et indépendante ne se mariera jamais et n’aura pas d’enfant.
Féministe convaincue, elle lutte durant toute sa vie pour l’ouverture de toutes les professions aux femmes, soutenant notamment l’admission des femmes au Barreau du Québec. Elle est en faveur du contrôle des naissances, opinion plutôt minoritaire à l’époque, allant jusqu’à écrire au premier ministre Lomer Gouin à cet effet. Elle produit en 1905 une étude pionnière sur la déficience mentale à Montréal, dont elle présente les conclusions au Montreal Local Council of Women (MLCW). La lutte pour le droit de vote des femmes est cependant la cause qui lui tient le plus à cœur. Elle assume la présidence du MLCW de 1907 à 1911, avant de céder la présidence à son amie Grace Ritchie-England. Les deux femmes vont fonder en 1913 la Montreal Suffrage Association, et Derick en assumera la présidence jusqu’à l’obtention du droit de vote fédéral (objectif de l’association) en 1919. Elle s’implique aussi dans le National Council of Education et la Federation of University Women of Canada. Durant les années 1920, elle s’implique pour le droit de vote au provincial, notamment en militant dans le Comité provincial du suffrage féminin. Elle prend sa retraite de McGill en 1929 pour des raisons de santé. Elle s’éteint en 1941, un an à peine après l’obtention du droit de vote des femmes au Québec6.

8La convergence entre maternalisme et féminisme se traduit également par la présence des mêmes militantes au sein de ces différentes organisations. Au sein de la FNSJB, Marie Gérin-Lajoie et Caroline Béique figurent parmi les fondatrices du CPSF, et une militante suffragiste comme Thérèse Casgrain tient un discours maternaliste.

  • 7 Linda Kealey (dir.), A Not Unreasonable Claim: Women and Reform in Canada, 1880s-1920s, Toronto, C (...)
  • 8 Veronica Strong-Boag, « Even a “Crusader” : Nellie McLung, First Wave Feminist », dans Veronica St (...)

9L’action de la FNSJB se situe ainsi au cœur du suffragisme franco-catholique québécois, révélant les rapports étroits qui existent entre féminisme et maternalisme ainsi que les stratégies avancées par les militantes pour obtenir l’égalité des droits entre les femmes et les hommes7. En mobilisant des femmes des classes moyennes, ces associations élargissent le répertoire d’actions en faveur de la cause suffragiste8. La FNSJB, lieu où ces liens se nouent et où les compromis politiques s’élaborent, participe aux stratégies qui conduisent à faire de l’obtention du droit de suffrage une question incontournable au Québec. Elle révèle le rôle des associations de femmes dans la vie politique québécoise, particulièrement durant la période où elles peuvent voter au palier fédéral, mais demeurent exclues du vote provincial.

10L’étude de l’acquisition du droit de vote des femmes à partir de la perspective de la Fédération permet d’éclairer des aspects stratégiques de l’action de la Fédération dans le domaine politique, et plus généralement du rôle politique des organisations de femmes avant l’acquisition du droit de vote universel. Comme pour l’élargissement des droits sociaux des femmes, une coalition extrêmement large d’associations philanthropiques et de groupes de pression de femmes se saisit de cette revendication pour la faire aboutir auprès des différents partis sur la scène fédérale canadienne. La Fédération n’hésite pas à se joindre à cette coalition, composée pour l’essentiel de femmes anglo-protestantes et y trouve même le soutien pour formuler au Québec ses propres revendications pour le suffrage municipal et fédéral. Durant cette première période, il n’y a pas lieu pour ces associations d’envisager une activité purement partisane, même si les clivages partisans commencent à apparaître avec l’élection de Borden. La pression exercée par les associations philanthropiques au sein de la société civile « suffit » à faire avancer leurs propositions et à les faire prendre en charge par les hommes et partis politiques au pouvoir, selon l’interprétation qu’ils en font. On est ici dans le modèle d’intervention politique de type groupe de pression. De cet exercice, et parce que toutes les associations partagent une vision maternaliste du projet de changement politique, comme ce fut le cas avec le droit de vote à l’échelon fédéral, on peut voir les effets : d’abord, au fédéral, un droit de vote limité aux femmes, veuves et mères de soldats ; ensuite, un droit de vote étendu à toutes les femmes seulement quelques années plus tard. Dans tous les cas, c’est la vision maternaliste (services rendus par les mères à la nation) qui légitime à la fois la revendication des associations et l’octroi par les gouvernements du vote aux femmes.

11En ce qui concerne les provinces, seules Terre-Neuve et le Québec semblent échapper à cette pression et n’accordent pas le droit de vote, pourtant revendiqué sur les mêmes bases, dans la foulée de la Première Guerre mondiale. Pour le Québec, l’hostilité des élites nationales et cléricales au vote des femmes est plus tenace sans doute que dans les autres provinces. L’opposition combinée de l’Église et du gouvernement libéral aux revendications de la FNSJB permet en effet de différer l’adoption d’une loi sur le vote des femmes par l’Assemblée nationale.

12Toutefois, on constate que la Fédération, qui se bat aussi sur le front des pensions aux mères et des droits civils, a établi une priorité entre ces différentes questions, reléguant à l’arrière-plan le vote des femmes. Également, alors que nombre de ses membres ont des liens très étroits avec le Parti libéral au pouvoir, elle maintient comme position de principe de rester apolitique. On peut comprendre cette stratégie dans le contexte du Québec des années 1930, qui lui permet d’avancer davantage sur les pensions aux mères, mais ultimement, ce choix engendrera des scissions en son sein. C’est ce que comprennent les plus jeunes membres, qui n’hésitent pas à se lancer dans la bataille partisane pour arracher ce droit. Les regroupements dont elles se dotent, la LDF et le CPSF, ne sont plus des associations philanthropiques mais bien des instruments de lutte pour l’obtention de droits égaux pour les femmes. Antichambres de socialisation des femmes à la vie politique partisane, ces groupes ont une efficacité accrue par rapport à la FNSJB, dont elles se sont séparées, et les préparent à une carrière de femmes politiques, dans différents partis fédéraux.

  • 9 Aux élections fédérales de 1930, Grace Ritchie-England se présente pour le Parti libéral dans Mont (...)

13Le lien de plusieurs de leurs membres avec le Parti libéral du Canada est solidement établi depuis de nombreuses années et le club des femmes libérales Wilfrid Laurier rassemble un grand nombre d’entre elles9. En rejoignant le Commonwealth Co-operative Federation (CCF), Thérèse Casgrain montre aussi que l’arène fédérale est beaucoup plus ouverte aux femmes que celle du Québec. Et d’une certaine façon, les difficultés qu’elles rencontrent viennent du peu de liens qui existent entre les partis et les associations de femmes. Il a fallu l’intervention concertée de certaines d’entre elles à un congrès du Parti libéral du Québec pour que la revendication du droit de vote figure dans les résolutions du parti comme un élément de son programme, qui sera mis en œuvre aussitôt qu’il parviendra au pouvoir. On peut dire qu’au moment où le vote est accordé aux femmes au Québec, la carrière de certaines d’entre elles dans la vie politique partisane est déjà bien entamée sur la scène fédérale, alors que tout reste à faire sur la scène provinciale.

  • 10 Thérèse Casgrain, Une femme chez les hommes, Montréal, Éditions du Jour, 1971, 296 pages ; Anita C (...)
  • 11 Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris (...)

14Cette étude permet ainsi de repenser les modalités de l’intégration des femmes à la citoyenneté (politique) et les processus de transformation des démocraties. Elle permet aussi de révéler la capacité d’agir des femmes (agency) pour établir leurs droits, alors même qu’elles sont exclues du droit de vote par des hommes de la bourgeoisie dominante10. Les études récentes sur les États-providence montrent ainsi l’établissement de différents régimes de citoyenneté, économique, sociale et politique, acquis par elles selon les périodes et les pays11. Le statut social, matrimonial, l’âge, la nationalité sont alors des facteurs déterminants qui permettent d’inclure ou d’exclure ces personnes ou groupes de personnes de la citoyenneté, de l’accès au vote, des bénéfices octroyés par les États, etc. Si ces travaux montrent bien les liens entre l’acquisition de la citoyenneté politique et celle des droits sociaux, le rôle joué par les associations philanthropiques, bien que très souvent mentionné, est rarement pris en compte. C’est désormais chose faite pour les cas étudiés dans le présent ouvrage.

15Au Québec, plus encore que dans les autres provinces canadiennes, la revendication des philanthropies en faveur du care (maternalisme) est concomitante à l’obtention du droit de vote. Elle devient une véritable politique publique du care qui sera reprise et déployée par l’État-providence peu après la Deuxième Guerre mondiale. Nous avons montré tout au long de cet ouvrage les principales étapes qui ont conduit les philanthropies à faire du care la contribution particulière des femmes à la vie politique. Nous nous attacherons maintenant à expliciter les principales implications (avantages et limites) de cette stratégie pour ce qui concerne l’histoire des femmes et plus globalement l’histoire du Québec.

Care, philanthropies et politiques publiques

16Notre analyse de trois grandes associations philanthropiques de femmes juives, protestantes et catholiques nous a permis de montrer le tournant décisif qu’elles amorcent dans les années 1900. Si, pendant le XIXe siècle, ces associations apparaissent étroitement liées aux Églises et participent de leur système de domination, l’engagement des femmes dans ces associations au début du XXe siècle se transforme en un mouvement en faveur d’un réformisme social. Les initiatives de ces dernières pour changer les rapports entre les sexes et entre les classes, en faisant appel à l’intervention de l’État, débouchent sur des réformes tangibles dans les domaines de l’immigration, de la santé publique et de la famille en particulier. Plutôt qu’un rouage de contrôle social, l’action philanthropique de ces femmes se déploie comme un moyen de moralisation de la société autour du care, dont on a souvent dit qu’elle était une forme de la domination symbolique de la bourgeoisie, qu’elle soit anglo-protestante ou franco-catholique. Mais l’éthique du care, qu’elles vont tenter d’imposer dans les relations entre les hommes et les femmes, mais aussi à l’égard des populations vulnérables (malades, enfants, mères nécessiteuses, nouveaux immigrants, etc.), ne se résume pas à la morale bourgeoise et familiale. Si ces femmes d’une certaine élite (bourgeoisie moyenne composée principalement d’avocats, de commerçants mais rarement d’industriels) participent à leur façon à la reproduction d’une société de classes, elles contribuent aussi à l’émergence d’une autre façon d’entrevoir les rapports à autrui : en faisant reconnaître le souci de l’autre comme une valeur morale et politique, elles signalent la nécessité de changer les rapports au sein de leurs propres familles et dans la société. De plus, leur mobilisation témoigne de leur capacité d’agir sur les grandes institutions religieuses et étatiques alors même que les femmes étaient formellement exclues du droit de vote. C’est au cours de ces mobilisations qu’elles obtiennent ce droit, en échange des services rendus par les mères d’abord et par toutes les femmes durant la première moitié du vingtième siècle.

Thérèse Forget-Casgrain

Thérèse Forget-Casgrain

Montréal, 10 juillet 1896 – Montréal, 3 novembre 1981

  • 12 Jane Jenson distingue ainsi les régimes de citoyenneté pour caractériser les diverses configuratio (...)

Thérèse Casgrain, née Forget, grandit dans les milieux les plus fortunés du Québec. Son père, le financier Sir Rodolphe Forget, siège au conseil d’administration de la puissante Montreal Heat and Power. Député fédéral conservateur de Charlevoix de 1904 à 1917, il est l’un des très rares Canadiens français à avoir réussi dans le milieu de la haute finance, alors dominé par l’élite anglo-protestante montréalaise. Thérèse obtient son diplôme du pensionnat des Dames du Sacré-Cœur, au Sault-au-Récollet. En 1916, elle épouse Pierre Casgrain, avocat et homme politique libéral, qui remplace, mais sous la bannière libérale, son beau-père, Sir Rodolphe Forget comme député fédéral de Charlevoix, de 1917 à 1941. Quatre enfants naîtront de leur union.
Très tôt, elle s’intéresse à la politique. En 1921, elle collabore activement dans Charlevoix à la campagne électorale fédérale de son mari. Dès l’année suivante, elle fonde la Ligue de la jeunesse féminine et le Comité pour le suffrage féminin (qui devient en 1928 la Ligue des droits de la femme) avec la collaboration de Marie Gérin-Lajoie, Caroline Béique, Julia Drummond, Idola Saint-Jean, Grace Ritchie-England, Isabella Scott et Carrie Derick. Elle en sera présidente jusqu’en 1942, année de sa démission. En 1923, elle devient pour dix ans vice-présidente d’honneur de la FNSJB. Elle est présente également lors des séances de la commission Dorion. Casgrain milite pour la réforme du Code civil de 1866, qui désavantage juridiquement et civilement les femmes mariées. Dans les années 1930, elle collabore avec Irène Joly, présidente de l’Association des femmes propriétaires, pour l’obtention du droit de vote municipal des femmes mariées propriétaires de Montréal, droit qu’elles obtiendront en 1932. Bien qu’impliquée dans de nombreuses causes, elle demeure surtout connue pour son rôle-clé dans la bataille pour l’obtention du suffrage des femmes au palier provincial. En 1938, elle prend la tête d’une délégation de femmes au congrès du Parti libéral, qui adopte sous leur pression une résolution faisant du suffrage féminin un article de son programme. Avec le retour au pouvoir des libéraux en 1939, le premier ministre Adélard Godbout accorde le droit de vote aux femmes l’année suivante, en 1940. L’action de Casgrain est également notable en ce qui concerne l’ouverture aux femmes de la pratique du droit et leur admission au Barreau en 1941. À partir de 1942, elle se présente neuf fois, sans succès, comme députée de gauche lors d’élections provinciales et fédérales, presque toutes les fois sous la bannière du Commonwealth Cooperative Federation, qu’elle a rejoint en 1946, et qui devient en 1961 le Nouveau Parti démocratique. Casgrain organise aussi la Commission des prix et du commerce durant la Deuxième Guerre mondiale, et s’associe à la bataille, qui sera victorieuse, pour des allocations familiales versées aux femmes par le gouvernement fédéral. Elle participe en 1965 à la mise en place de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), regroupant les militantes de diverses organisations, dont le MLCW, la CSN, les Dames de Sainte-Anne, l’Union catholique des femmes rurales, l’Association coopérative féminine, et la YWCA. Nommée sénatrice en 1970, elle soutient la Loi sur les mesures de guerre en 1970, et critique les féministes radicales. Elle décède en 1981, peu après avoir connu le dernier moment marquant de sa carrière publique en s’impliquant activement pour le NON lors du référendum de 1980 sur la souverainetéassociation12.

De l’action sociale à l’action politique

17Dans notre étude, qui a porté sur des associations nationales et transnationales, nous avons montré comment le contexte particulier à chacune des périodes influe sur leurs positionnements. Trois périodes marquent leur histoire. Fortement imprégnées des religions auxquelles elles sont liées, elles vont d’abord découvrir les vertus de l’action collective au sein d’associations exclusivement féminines, qui se constituent durant la première période, entre 1880 et 1914. En choisissant le mode de l’action philanthropique, elles témoignent des contraintes qui sont alors imposées aux femmes, dans le cadre restreint de la sphère privée ou familiale, et de l’action sociale et religieuse. Ainsi, c’est au cours de leur mobilisation en faveur de l’hygiène publique et de la tempérance qu’elles élaborent un modèle d’action qui va être celui de la première vague du mouvement féministe au tournant du XXe siècle : action collective de femmes exclusivement, alliances avec des hommes politiques influents, socialisation à la vie politique. Grâce à une vision pragmatique de l’action, elles ont fait également alliance avec des féministes plus radicales. Ainsi, que ce soit avec celles qui prônent « un féminisme relationnel ou familial » (réformatrices protestantes surtout) ou celles qui défendent un féminisme égalitaire (militantes en faveur de droits égaux), elles constituent un réseau transnational de femmes en faveur du suffrage, des pensions aux mères et de la santé publique.

18Se forgent, au cours de cette période fondatrice du féminisme international, des liens très importants entre groupes de femmes de toutes origines ethniques et religieuses. Les associations comme le Conseil international des femmes (CIF) sont les lieux où sont discutées les stratégies ainsi que les revendications prioritaires pour les femmes. Ce sont ces revendications qui sont aujourd’hui critiquées (de façon souvent anachronique) comme relevant d’une morale bourgeoise, hétérosexuelle, et faisant la promotion des valeurs chrétiennes. Si en effet on peut dire qu’elles participent à l’émergence d’une certaine élite (et d’une bourgeoisie francocatholique naissante au Québec), le contexte global d’une société dans laquelle ces femmes sont exclues de la vie politique explique, on l’a vu, leur recours à des stratégies qui nous paraissent aujourd’hui difficiles à accepter. Doit-on inclure, dans cette explication historiciste, la stratégie en faveur du care ?

Caritas, care et humanitaire

19C’est durant cette première période qu’émerge la possibilité d’un combat commun de ces philanthropies autour de compétences « maternelles » que les femmes, qui y ont été assignées pendant tout le XIXe siècle, pourraient se réapproprier. Si l’action philanthropique n’est pas loin de la caritas (charité religieuse), le care (soins, souci) devient, à ce moment-là, la spécialité exclusive des philanthropies féminines. L’assistance charitable aux plus démunis et aux pauvres, les soins aux malades et aux enfants, la sollicitude à l’égard des personnes dépendantes, toute une série de questions sociales qui relèvent de la sphère privée (en particulier dans la famille) ou d’institutions religieuses vont être considérées comme relevant de leurs compétences et de leur intervention.

20Ce mouvement prend toute son ampleur durant la deuxième période, de 1914 à 1930, avec l’essor du maternalisme comme forme majoritaire de mobilisation des femmes, qui inclut les revendications des droits égaux et de nouveaux droits sociaux pour les mères, même seules (maternalisme d’État). Si durant cette période on assiste aussi à des divergences plus marquées au sein de ces associations, entre féministes égalitaires et féministes maternalistes, entre franco-catholiques et anglo-protestantes, on peut aussi entrevoir ce moment comme celui d’une plus grande spécialisation de leur action.

21Des organismes spécialisés, liés aux philanthropies, sont créés pour offrir des services directs à ces personnes, plutôt qu’une assistance institutionnelle à des groupes. Cette idéologie du care, qui est devenue imperceptiblement une idéologie de service, traduit le passage du care, comme soins personnels aux proches, au service, comme soins professionnels aux autres. Que ce soit les Traveller’s Aid, l’assistance maternelle ou les Gouttes de lait, tous ces organismes vont permettre la professionnalisation des fonctions liées au care, dans ce qui sera d’abord considéré comme des métiers exclusivement féminins, établis sur des compétences féminines. C’est le cas du nursing surtout, mais aussi du social work, qui, d’abord à l’Université McGill puis à l’Université de Montréal (sciences infirmières et travail social), deviennent dans les années 1920 des disciplines qui y sont enseignées et qui débouchent sur des diplômes et une expertise professionnelle. Ces nouvelles filières professionnelles sont déterminantes dans l’ouverture d’un nouveau marché de l’emploi des femmes, à un niveau de qualification et de rémunération qui leur permet d’accéder à une certaine autonomie financière. Ces filières deviendront aussi l’accès privilégié des femmes d’origine sociale plus modeste à la mobilité sociale (ascendante). Elles contribuent ce faisant à la formation d’une bureaucratie municipale et provinciale, surtout, dont la fonction principale est le service aux personnes.

22Dessaisies de certaines de leurs prérogatives, certaines grandes associations philanthropiques comme l’Armée du Salut ou la Société Saint-Vincent de Paul se spécialisent davantage encore dans l’assistance à des catégories de personnes, tandis que d’autres doivent restreindre leur offre de services et se spécialiser comme groupes de pression et de socialisation des femmes à la vie politique. Ces dernières connaissent alors un régime de citoyenneté active parce qu’elles participent à l’avènement des premières politiques familiales qui précèdent de peu celui de l’État-providence. La pratique associative de ces groupes s’exerce plus fortement dans la sphère publique (pressions auprès des gouvernements, pétitions, marches) et peut être analysée comme faisant partie d’une revendication sociale globale avancée par des féministes.

23C’est ce que nous avons appelé la politique du maternalisme, à partir des compétences qui sont devenues pour certaines d’entre elles des expertises professionnelles, toujours autour du care. L’étude de ces processus nous a permis d’illustrer les façons dont s’effectuent les transferts des prérogatives privées (au sein de la famille par exemple) vers la sphère publique, en particulier par leur recours à tous les échelons du pouvoir de l’État, que ce soit l’administration municipale, provinciale ou fédérale.

  • 13 Leur vigilance à l’égard de toutes les nouvelles causes qui ont surgi après la Deuxième guerre mon (...)

24Enfin, la troisième période, dans les années 1930 et 1940, est celle durant laquelle le maternalisme ne résiste pas au déferlement d’un familialisme d’Église, qui, opposé à toutes les variantes du féminisme et du maternalisme, finit par triompher, non sans avoir été transformé en familialisme d’État. C’est alors que les femmes, qui ont obtenu la citoyenneté politique avec l’acquisition du droit de vote, entrent plus volontiers dans les partis politiques et que l’action philanthropique cesse d’être pour elles un lieu central d’expression de leurs revendications. À la fin des années 1940, parce que l’État-providence a repris une grande partie des fonctions et services qu’elles assumaient, ces philanthropies se transforment, toujours dans le secteur caritatif, en organisations humanitaires13.

25Aujourd’hui, l’action humanitaire repose différemment la question du care, de même que le féminisme contemporain critique l’assignation du care au genre féminin (Tronto, 2009). Car donner des soins aux autres est une responsabilité qui ne repose que sur les femmes est aujourd’hui inacceptable d’un point de vue de l’égalité entre les sexes. Peut-on pour autant comprendre l’usage qui en a été fait par les associations de femmes durant le premier XXe siècle ? Notre étude montre que la stratégie maternaliste (que l’on peut appeler aussi « mise en scène d’une performance » pour utiliser le vocabulaire de Judith Butler), associant le care au genre féminin, a permis à ces associations philanthropiques catholiques, protestantes et juives de faire du care leur domaine d’intervention privilégié. C’est une forme d’action politique des femmes avant qu’elles n’obtiennent le droit de vote.

Le genre de l’État-providence

26L’étude de l’action de ces associations philanthropiques permet ainsi de montrer qu’il s’agit d’une construction historique, liée au contexte particulier de la première moitié du XXe siècle, et d’une intervention politique qui mobilise des modalités d’action collective, de pouvoir et d’influence notamment. Ces groupes de femmes deviennent des agentes de changements politiques importants à travers une politique du maternalisme établie sur les compétences du care. Ainsi, nous avons montré que ces associations ont réussi à faire intervenir l’État dans nombre de domaines qui dépendaient de l’activité familiale, de l’assistance institutionnelle (pour l’Église catholique) ou de charités privées (pour les juifs et protestants), avec la socialisation progressive des métiers du care (hygiène, nutrition, aide aux malades, assistance maternelle, aux nourrissons et enfants en bas âge, etc.).

  • 14 Yolande Cohen, « Protestant and Jewish Philanthropies in France : the Conseil National des Femmes (...)

27À chaque fois, les associations doivent faire la preuve de la compétence des femmes en matière de care, ce qui montre bien qu’elles ne considèrent pas ce champ comme étant « naturellement » celui des femmes. L’essentialisation du care, ou l’assignation du genre au care, vient de la volonté des églises de contrôler les femmes dans la famille. Cette vision patriarcale n’est pas nécessairement, ni toujours partagée, par l’État. L’exemple de l’adoption des politiques familiales en est une preuve. La politique des pensions aux mères nécessiteuses, adoptée aux États-Unis et au Canada dans les années 1920 relève d’un maternalisme d’État, globalement favorable aux mères. Celle qui est adoptée en 1937 au Québec reflète plutôt un compromis en faveur de la vision de la famille défendue par l’Église, et que j’ai appelé familialisme d’État (qui n’est ni le familialisme d’Église, ennemi de l’intervention de l’État, ni le maternalisme). Ces distinctions ne sont pas que sémantiques, puisque ces politiques familiales, qui sont considérées comme le fondement des premières politiques sociales universelles adoptées par les États-providence, fournissent ainsi un indicateur précis du type d’intervention dont ont été capables ces associations14.

  • 15 Koven et Michel, op. cit.; voir aussi Theda Skocpol, Protecting Soldiers & Mothers: The Political (...)

28Or, sur cette question aussi, les féministes sont divisées. Comment interpréter l’action des mouvements féminins d’action sociale qui, au Canada, en Europe et aux États-Unis, ont mobilisé les femmes à la fin du XIXe siècle ? Ces groupes qui s’organisent au nom de la réforme sociale et de la pureté morale, sur une base philanthropique au début du XIXe siècle et que l’on retrouve plus tard défendant l’idéal de la domesticité et de la maternité pour les femmes, insistent sur la différence entre les femmes et les hommes, sur la dimension religieuse et caritative de leur action. S’ils conçoivent la maternité comme une source de pouvoir, il n’en demeure pas moins qu’ils en ont des visions différentes, qui entrent en conflit les unes avec les autres, empêchant la constitution de coalitions stables entre eux. Selon les périodes et les lieux, leur action débouche sur des résultats différents. Ainsi, au début du XXe siècle, les regroupements maternalistes ont généralement eu recours à des alliés masculins pour influencer les politiques, et ont eu le plus de chances d’être efficaces quand leur cause a été relayée par des acteurs politiques poursuivant d’autres buts. En Europe, leurs revendications ont été souvent mêlées aux mouvements familialistes et natalistes, tandis qu’aux États-Unis et au Canada, ce sont les grands syndicats ouvriers et regroupements professionnels qui en ont été les relais (mettant en œuvre une stratégie d’alliances nationales dont les syndicats, plutôt implantés régionalement, profiteront aussi). Au Québec, on trouve une configuration un peu différente du fait de la présence des féministes anglo-protestantes qui en ont fait une question de droit, alors que la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste en a fait une question de morale. C’est cette alliance inédite entre groupements de différents horizons qui permit à cette revendication d’être audible, car les syndicats ouvriers, encore sous le contrôle de l’Église, s’opposaient farouchement à l’adoption de politiques qui accordaient des aides de l’état sans passer par l’emploi salarié. Enfin, Koven et Michel observent une relation inverse entre ampleur de ces mouvements et force de l’État : les États forts, définis comme ceux qui ont des bureaucraties développées et une longue tradition d’intervention gouvernementale, ont laissé aux femmes moins d’espace politique pour proposer des politiques sociales que ne l’ont fait les États faibles (ou systèmes de confédérations comme aux États-Unis et au Canada)15. C’est le cas du Canada, où l’on a vu que les provinces se dotent de politiques familiales assez rapidement, sous la pression conjuguée de ces différents groupes.

  • 16 Ann Taylor Allen, Feminism and Motherhood in Western Europe, 1890-1970 : The Maternal Dilemma, New (...)

29Cette dimension de la capacité d’agir (agency) des femmes se trouve dans des revendications maternalistes avancées par ces associations comme une véritable stratégie politique, loin de l’essentialisme dont on l’a dit porteuse. Parce qu’elle contestait le déterminisme biologique en valorisant la maternité en tant que fonction culturelle et sociale et non pas en tant qu’assignation naturelle des femmes, la stratégie maternaliste a eu un potentiel émancipateur pendant la brève période où elle s’est alliée au féminisme des droits, soit au Québec jusqu’au début des années 1930. Cette stratégie a permis aux nombreuses femmes mobilisées dans ces groupes d’ouvrir des champs nouveaux d’intervention sociale et de transformer les paradigmes qui étaient attachés à la fonction maternelle de façon assez efficace16.

30De plus, ce débat sur les politiques sociales et le maternalisme a permis de réhabiliter l’étude de la sphère sociale comme creuset du politique. On y voit les associations de la société civile agir en vue d’une transformation de l’État, qui conduisent en retour à des changements dans le régime de représentation politique, avec le passage d’un régime de citoyenneté basé sur les droits politiques à un régime de citoyenneté établi sur des droits sociaux. Avec le maternalisme comme idéologie et pratique d’un mouvement social féminin, il est possible de revoir les théories de la société civile pour mieux comprendre ses liens avec les changements des régimes de citoyenneté en démocratie. Pour en rendre compte adéquatement, nous avons opéré un décloisonnement de la théorie des mouvements sociaux pour y inclure la mobilisation des femmes au sein de ces associations philanthropiques, qui jusque-là avait été réservée à l’analyse des mouvements féministes égalitaires.

31En incluant ces femmes, qui par milliers ont utilisé les stratégies maternalistes dans les mouvements féministes, nos interprétations vont à l’encontre d’une certaine vision féministe qui fait des femmes des victimes d’un ordre patriarcal dont elles ne peuvent se défaire. Dans cette perspective, ces militantes philanthropes auraient été parties prenantes de cet ordre, à leur insu ou par stratégie personnelle, et leur action auprès des gouvernements, fédéral, provincial ou municipal, n’aurait fait que conforter la domination masculine. Selon cette interprétation, la cause défendue par ces philanthropies redoublerait la domination masculine en la masquant derrière la cause des femmes. Et si ces femmes se sont opposées, comme nous l’avons montré, aux idéologies libérales et de laisser-faire de la bourgeoise canadienne et québécoise (dont nombre d’entre elles étaient issues), leur action est néanmoins globalement qualifiée par certaines théoriciennes féministes, au mieux de réformatrice, au pire de raciste et sexiste.

32Ces interprétations ont longtemps dominé l’analyse d’un des moments fondateurs du féminisme occidental contemporain, renvoyant dans le camp de l’antiféminisme toutes les autres revendications, y compris maternalistes. Elles coexistent difficilement avec d’autres interprétations, comme celle que nous avons élaborée dans cet ouvrage, et développent des histoires parallèles du féminisme qui nous semblent erronées. Car ce que l’on observe lorsque ces histoires sont croisées, c’est plutôt la très grande fluidité de la première vague des mouvements de femmes, qui passent du féminin au féminisme, du réformisme au radicalisme dans un continuum avec des ruptures certes, mais dans une discussion et des échanges qu’il nous semble important de restituer. À cet égard, la lutte pour l’obtention de réformes sociales est le gage d’un grand pragmatisme politique, où pour ces militantes, les résultats comptent autant que l’idéologie. Pour certaines d’entre elles, c’est même ce qui leur permet de s’éloigner de leur milieu d’origine.

33On pourrait dire aussi que l’étude de ces associations philanthropiques de femmes montre la transformation de leur action. Si elles sont au départ des organismes confessionnels, elles ne le sont plus rapidement et n’hésitent pas non plus à se doter d’instances plus spécifiques à la cause qu’elles défendent. Cela se vérifie pour les trois religions. En principe hostiles à l’intervention de l’État dans les affaires sociales, les responsables des associations franco-catholiques se montrent, dès leur création, plutôt favorables, tandis que les associations anglo-protestantes voient dans l’État un allié potentiel. Pour ces femmes s’opère une prise de distance : par rapport à leur milieu d’origine et avec l’appartenance confessionnelle qui est la leur et celle des philanthropies dans lesquelles elles s’engagent.

34Si l’objectif initial des femmes philanthropes est de faire le bien et de soulager la misère des plus démunis, leur action oblige à repenser la nature de l’État et de ses différentes administrations : très vite, il apparaît que l’intervention des pouvoirs publics ne peut être résiduelle. Elles participent donc à la croissance des prérogatives de l’État, en lui adressant leurs demandes. Il y a, comme l’attestent diverses études, une croissance simultanée de l’action des philanthropies et de l’intervention de l’État dans les secteurs du care. Les associations philanthropiques ne se contentent donc pas de l’action privée pour venir en aide aux démunis : elles en font un levier pour sensibiliser les populations aux problèmes d’hygiène, de tempérance, de nutrition, de mortalité infantile et utilisent toute une panoplie de moyens pour promouvoir un programme d’assistance publique, financé par les administrations municipales, provinciales ou fédérales. Très vite, elles ne sont donc plus des philanthropies mais bien des groupes d’action sociale et politique, les deux formes coexistant souvent dans des organisations-cadres comme ceux que nous avons étudiés. Leur rôle dans la naissance de l’État-providence au Québec et au Canada a été déterminant, bien qu’il ait été peu pris en compte, même dans le cadre des études sur le genre des États-providence. Or, notre étude permet d’en identifier clairement les contours et d’envisager différemment l’analyse de la genèse de ces États.

Du care dans une perspective égalitaire

  • 17 James Struthers, The Limits of Affluence : Welfare in Ontario, 1920-1970, Toronto, University of T (...)
  • 18 Linda Kealey et Joan Sangter, Beyond the Vote: Canadian Women and Politics, Toronto, University of (...)
  • 19 Strong-Boag, 1979.
  • 20 Ursel, 1992.
  • 21 Little, 1998.
  • 22 Christie, 2000.

35La question des pensions aux mères et plus généralement celle des politiques familiales suscite un large débat sur la nature des États-providence17 et sur le rapport des femmes au politique18. L’interprétation féministe égalitaire soutient que l’État-providence reproduit les inégalités de genre en transposant du privé au public les formes patriarcales de domination des femmes. Les mécanismes de division sexuelle du travail (revenu familial) reproduisent les inégalités qui existent dans la famille patriarcale19. L’interprétation féministe d’inspiration socialiste soutient pour sa part que l’Étatprovidence renforce les inégalités sociales, qui incluent les inégalités de genre, avec la pauvreté des mères célibataires en particulier20. Enfin, l’État-providence reproduit les inégalités de classe, de genre et d’ethnie, car l’incorporation du genre dans ses politiques reflète les intérêts de la bourgeoisie canadienne anglo-protestante surtout21 et traduit les intérêts de nature morale ou religieuse de cette élite à travers le Canada22.

36Par ailleurs, l’analyse qui prend en compte le genre dans une perspective maternaliste (établie sur l’identification du genre féminin au care) permet de montrer le paradoxe de la relation des femmes à l’État. Les femmes acquièrent une certaine autonomie comme créatrices des programmes d’aide (politique), comme employées de l’État (expertise professionnelle issue du care) et comme bénéficiaires de ses services (économique). Dans les deux interprétations, la question de leur subordination politique et économique reste entière, compte tenu de l’étroitesse ou de l’absence des droits des femmes à l’assistance sociale au cours de la première moitié du XXe siècle.

  • 23 Ann Shola Orloff, « L’adieu au maternalisme ? Politiques de l’État et emploi des mères en Suède et (...)

37La question du care est également centrale dans le débat contemporain sur les États-providence. L’analyse comparative des régimes d’État-providence oppose des politistes américaines, comme Ann Orloff à Gosta Esping-Andersen en particulier, et révèle des paradigmes différents pour caractériser ces régimes23. Les systèmes de protection sociale sont essentiellement évalués par Esping-Andersen en fonction de la marge de liberté qu’ils concèdent aux individus par rapport à la nécessité de vendre leur force de travail pour atteindre un niveau de vie socialement acceptable. Ce dernier retient trois critères pour caractériser les régimes d’États-providence. Le premier prend en compte les caractéristiques des droits sociaux, qui peuvent être universels, en fonction de la participation des individus au marché du travail ou encore du revenu. Ces distinctions déterminent le degré d’indépendance des individus par rapport au marché du travail, soit le degré de démarchandisation. Ce concept, qui est au cœur du potentiel émancipateur des États-providence pour Esping-Andersen, constitue en réalité la dimension novatrice de son analyse. Le deuxième critère, qui découle dans une large mesure de la définition des droits sociaux, est le type de stratification sociale résultant de la redistribution. Enfin, le dernier critère concerne le type de relations s’établissant entre État, marché et famille, dans l’offre du bien-être social (welfare). À partir de ces trois critères, Esping-Andersen distingue trois régimes d’État-providence : le régime libéral (américain, canadien, etc.) ; le régime social-démocrate (les pays scandinaves essentiellement) ; et le régime conservateur/corporatiste (plutôt français et allemand), avec bien sûr des combinaisons plus ou moins subtiles pour chaque pays étudié.

  • 24 « Les activités et les relations impliquées dans le fait de répondre aux besoins physiques et émot (...)
  • 25 Dans ses formulations plus récentes, le concept de care a toutefois pour vocation de rendre compte (...)
  • 26 Ann Shola Orloff, « L’adieu au maternalisme ? », op. cit., p. 9-28.

38Comme le montrent les critiques féministes des travaux d’Esping-Andersen, ces critères présentés comme universels sont en réalité fondés sur un modèle masculin et ne tiennent pas compte de la division sexuelle du travail. Pour ces critiques, dont nous sommes, les femmes qui occupent un triple rôle dans ce système, comme bénéficiaires, employées et créatrices de programmes d’aide, ont contribué à façonner ces États-providence et, inversement, les relations entre les hommes et les femmes étaient à leur tour façonnées par ces politiques sociales (nouveau rôle de l’État comme soutien de famille par exemple). En mettant en évidence l’importance du travail de care fourni presque exclusivement par des femmes24, au sein de la sphère privée mais pas exclusivement, et de façon non rémunérée, mais pas toujours25, on a montré les transferts d’activités autrefois privées des femmes (dans la famille, les associations, etc.) dans le nouveau secteur social. Ces transactions au sein de la famille se retrouvent dans le triptyque famille/État/marché qui a conduit Esping-Andersen à envisager la défamilialisation comme un des effets de la socialisation du care, ce que Orloff appelle aussi « l’adieu au maternalisme26 ».

  • 27 Yolande Cohen, Profession infirmière. Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec, op. cit.(...)
  • 28 De manière plus négative — et parfois dans le même mouvement —, ce travail, dans la mesure où il e (...)

39Or ce travail du care aboutit aussi, comme nous l’avons montré, à la professionnalisation des compétences féminines qui, de privées et gratuites, deviennent publiques et rémunérées par l’État ou par des agences de protection sociale ainsi mises en place27. Cette contribution des femmes comme individus au welfare est essentielle, même si cela n’a pas pour effet l’indépendance des femmes à l’égard de l’État et qu’elle les maintient dans une citoyenneté sociale de seconde zone, elle permet à des milliers de femmes d’accéder plus massivement que par le passé à l’emploi salarié28. La division sexuelle du travail y est certes renforcée (nouvelles professions de service essentiellement féminines) et apparaît comme un obstacle pour l’accession des femmes à une pleine citoyenneté. Toutefois, cette participation nouvelle des femmes dans des professions majoritairement féminines (assistantes sociales, infirmières, employées de bureau, etc.), mais bien présentes sur le marché du travail, révèle des changements qui se répercutent dans les régimes de citoyenneté.

  • 29 Ce changement d’optique de l’analyse, des liens de dépendance sur le marché du travail aux liens d (...)

40Notre interprétation permet ainsi de nuancer le concept de démarchandisation avancé par Esping-Andersen : en faisant de la capacité de se dégager de la nécessité de vendre sa force de travail le critère-clé d’évaluation des politiques sociales, il n’envisage pas les difficultés spécifiques vécues par les femmes pour accéder au marché du travail ou s’y maintenir, du fait de leur assignation prioritaire au travail de care dans la famille. Toutefois, à cette critique féministe connue, il faut ajouter un autre élément qui est rarement pris en compte dans ce débat : l’importance de la filière des professions féminines reliées au care. L’ouverture de ces nouvelles carrières permet à des femmes d’accéder à un marché de l’emploi beaucoup moins dépendant des politiques étatiques d’assistance, le secteur des professions étant régulé par ses propres normes et critères d’entrée (même si les professions féminines restent dominées, elles le sont sur un autre registre). Ainsi, les liens de dépendance de ces nouvelles professionnelles à l’égard de leurs familles (travail de care) se cumulent avec ceux d’un marché du travail qu’elles ont modelé aussi en fonction de leurs compétences. C’est pourquoi ces pionnières du féminisme réclament à la fois une aide de l’État (qui pourrait aussi émanciper les femmes de la famille, ce que Esping-Andersen nomme le processus de défamilialisation, ou l’adieu au maternalisme de Orloff) et une reconnaissance de leur contribution sociale qui leur permettrait un accès exclusif au marché de l’emploi (professions féminines). Leur revendication d’une politique étatique du care (que j’ai appelé un maternalisme d’État) a donc des effets importants sur la réorganisation des rapports de genre29.

  • 30 Jane Jenson, « Who cares ? Gender and Welfare Regimes », Social Politics, vol. 4, no 2, 1997, p. 1 (...)
  • 31 Diane Sainsbury, Gender, Equality and the welfare states, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)

41Les politiques du care, revendiquées par ces associations, ont en effet des incidences sur les relations de genre car elles contribuent à définir les responsabilités de l’État, du marché, de la famille (et souvent des femmes) et du tiers secteur dans la prise en charge des enfants, des adultes dépendants, etc., créant tout un marché du travail social où les femmes sont majoritaires30. De fait, ce travail d’entretien (maintenance) et de care s’ajoute à l’emploi et à la citoyenneté pour fonder les droits sociaux (allocations ou benefits) qui seront garantis par l’État-providence31.

42La prise en considération de la dimension du genre dans l’analyse des politiques sociales débouche ainsi sur de nouvelles classifications des régimes de protection sociale et sur la prise en compte de variables nouvelles dans leur analyse, plaçant les activités du care comme des éléments centraux du dispositif. La variable religieuse apparaît également comme élément déterminant des orientations prises par les politiques sociales : solidarisme, assistance, sécurité sociale, assurance se retrouvent de façon particulière dans les différentes politiques sociales selon les rapports qu’entretiennent les Églises entre elles et avec l’État. Leur étude historique permet d’identifier avec précision les origines religieuses de telle ou telle politique. Au Québec, la confrontation entre deux modèles différents, communautaire (libéral) anglo-protestant d’un côté et solidaire (corporatiste) franco-catholique de l’autre, aboutit à un certain type d’État-providence (différent des autres provinces canadiennes). Cet État, considéré comme l’armature du modèle québécois, propose un système étendu de protection étatique, avec des politiques familiales originales en Amérique du Nord, et est établi sur la concertation sociale bien plus que sur la lutte des classes, du moins jusqu’aux années 1950.

43Si cette étude nous a permis de constater l’importance des brèches ouvertes par les associations philanthropiques de femmes dans les professions de soins et dans la sphère publique durant le premier XXe siècle, grâce à des stratégies faisant de l’activité de care un rôle exclusif des femmes, on a aussi montré qu’elles n’ont pas réussi à en faire une activité partagée également entre les hommes et les femmes. Ainsi, certaines d’entre elles, fort conscientes du problème que posait une profession exclusivement féminine, ont voulu l’ouvrir aux hommes. C’est le cas de l’Association des infirmières du Québec qui, dès 1946, a voulu la mixité de la profession et y a ajouté la fonction d’infirmier, sans grand succès. À court terme, les associations ont réussi à faire reconnaître ce travail de care et à en obtenir une rémunération, sans que la plupart des femmes qui exercent ces métiers sortent des catégories d’emploi à bas salaires et d’une position subalterne. En fait, les associations butent sur la question de la valorisation sociale du care, dans une société où la force (physique et virile) du travail demeure un critère important. Car c’est le statut des soins aux autres, du souci et de la sollicitude envers un autrui vulnérable (ou du care) qui reste problématique, puisque celles qui l’exercent sont presque toujours des femmes, qui, même si elles sont désormais rémunérées, demeurent en bas des échelles salariales et de la reconnaissance publique.

  • 32 Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, traduction Hervé Maury, La Découvert (...)

44Des philosophes et économistes féministes proposent de désenclaver le care du genre (féminin) car cette association se trouve, selon elles, au cœur de la domination masculine32. Car en naturalisant le care comme une fonction féminine, on ne peut pas penser l’égalité entre les femmes et les hommes, ni penser une société plus attentive aux humains. Tant que l’on continue à assigner un genre au care, toute tentative de penser l’égalité et la justice dans nos démocraties reste vaine. Tout comme on l’a vu, ce sont ces associations de femmes qui se sont saisies du care pour en faire un des moyens de faire reconnaître leur contribution sociale et politique dans les années 1920 et 1930, alors qu’elles n’avaient pas d’autre moyen de se faire entendre. On doit aujourd’hui penser la prise en charge du care également par tous comme le moyen de réaliser l’égalité entre les femmes et les hommes. Les revendications féministes demandant la mixité femmes/ hommes dans les métiers du care dans les années 1950, qui deviennent, dans les années 1980, des demandes d’égalité salariale avec les hommes, et d’équité salariale dans les années 1990, butent toutes sur la réévaluation des fonctions selon des critères qui ne soient pas dépendants du genre de ceux et celles qui les exercent.

45Nous avons montré comment les États-providence se sont construits sur l’assignation du genre (féminin) au care dans la première moitié du XXe siècle. Le désenclavement des métiers du care du genre féminin demeure une des apories des politiques d’égalité entre les femmes et les hommes aujourd’hui, que ce soit dans les politiques de conciliation travail-famille, dans la revalorisation des métiers de la petite enfance, etc.

46À un moment où les crises économiques mondiales mettent au jour les failles dans les systèmes de protection sociale, en particulier pour les retraites et les politiques familiales, des visions alternatives proposent de remplacer les anciennes politiques patriarcales par des politiques égalitaires, plus justes. L’éthique du care, préconisée par des philosophes féministes, apparaît comme une nouvelle façon de traduire une question ancienne, celle de l’humanisation de la société, dont l’égalité entre les femmes et les hommes serait un des fondements. L’éthique du care, comme celle de l’écologie politique, préconise une vision politique qui se soucie de tous les autrui vulnérables (humains, animaux et végétaux). On y trouverait des rapports fluides entre les êtres et leur environnement, où la domination des uns sur les autres ne serait que passagère et contextuelle et non plus systémique, parce que, tour à tour, les êtres humains sont vulnérables et dépendants les uns des autres.

Notes

1 Les femmes de l’Ouest canadien sont les premières à obtenir le droit de vote au palier provincial, au Manitoba, en janvier 1916, en Saskatchewan et en Alberta, en avril de la même année, tandis que la Colombie-Britannique et l’Ontario font de même en 1917, suivies de la Nouvelle-Écosse en avril 1918.

2 Les études qui relatent l’accès des Québécoises au suffrage et à la citoyenneté s’accordent pour souligner le retard du Québec sur cet enjeu, et attribuent cet échec à la faiblesse des féministes ou à la toute-puissance de l’Église. Manon Tremblay et Caroline Andrew (dir.), Femmes et représentation politique au Québec et au Canada, Montréal, Remue-Ménage, 1997 ; Chantal Maillé, Les Québécoises et la conquête du pouvoir politique, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1990 ; Chantal Maillé, « Le vote des Québécoises aux élections fédérales et provinciales depuis 1921 : une assiduité insoupçonnée », Recherches féministes, vol. 3, no 1, 1990, p. 83-95.

3 Marie Lavigne, Yolande Pinard et Jennifer Stoddart, « La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et les revendications féministes au début du 20e siècle », dans Marie Lavigne et Jennifer Stoddart (dir.), Travailleuses et féministes : les femmes dans la société québécoise, Montréal, Boréal Express, 1983, p. 215.

4 Susan Mann Trofimenkoff, « Feminism, Nationalism, and the Clerical Defensive », dans Veronica Strong-Boag et Anita Clair Fellman (dir.), Rethinking Canada : The Promise of Women’s History, Toronto, Copp Clark, 1997, p. 123-136 ; Diane Lamoureux, Entre le féminin et le féminisme, op. cit.

5 Maryse Darsigny, « Du comité provincial du suffrage féminin à la Ligue des droits de la femme (1922-1940) : le second souffle du mouvement féministe au Québec de la première moitié du XXe siècle », mémoire de maîtrise (histoire), Université du Québec à Montréal, 1994, chap 1-2.

6 Maryse Darsigny, « Carrie Derick (1862-1941) : une féministe devient la première femme professeur à McGill », dans Maryse Darsigny, Francine Descarries, Lyne Kurtzman et Évelyne Tardy, 1994, p. 119-121 ; Margaret Gillett, We Walked Very Warily : A History of Women at McGill, Montréal, Eden Press Women’s Publications, 1981 ; Margaret Gillett, « Carrie Matilda Derick », Encyclopédie du Canada, Montréal, Stanké, 1981, p. 534. Photographie de Carrie Derick, ANQ-FMCW/CFM. Photographie de Carrie M. Derick, P653-S3-SS1-D1.

7 Linda Kealey (dir.), A Not Unreasonable Claim: Women and Reform in Canada, 1880s-1920s, Toronto, Canadian Women’s Educational Press, 1979; Carol Lee Bacchi, Liberation Deferred ? : The Ideas of the English-Canadian Suffragists, 1877-1918, Toronto, University of Toronto Press, 1983.

8 Veronica Strong-Boag, « Even a “Crusader” : Nellie McLung, First Wave Feminist », dans Veronica Strong-Boag et Anita Clair Fellman (dir.), Rethinking Canada, op. cit., p. 271-284.

9 Aux élections fédérales de 1930, Grace Ritchie-England se présente pour le Parti libéral dans Mont-Royal tandis que Idola Saint-Jean se présente aussi comme candidate libérale dans le comté de Saint-Denis-Dorion. Il existe une confusion au sujet de cette dernière candidature. Maryse Darsigny soutient que Saint-Jean se présente comme libérale indépendante alors que Pierre Drouilly dit qu’elle était seulement indépendante. Voir Maryse Darsigny, Du Comité provincial du suffrage féminin…, op. cit., p. 62 et Pierre Drouilly, Répertoire du personnel politique québécois féminin, 1921-1989, op. cit., p. 41. Quant à Mariana Beauchamp-Jodoin (1881-1980), cette fervente libérale a 45 ans lorsqu’elle réunit chez elle, en juillet 1926, un groupe de femmes dans le but de fonder un club de femmes libérales portant le nom de Wilfrid-Laurier, qui sera une pépinière de femmes pour le parti.

10 Thérèse Casgrain, Une femme chez les hommes, Montréal, Éditions du Jour, 1971, 296 pages ; Anita Caron et Lorraine Archambault (dir.), Thérèse Casgrain, une femme tenace et engagée, colloque sur les leaders politiques du Québec contemporain, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1993, 393 p. ; Réal Bertrand, Thérèse Casgrain, Outremont, Lidec, coll. « Célébrités canadiennes », 1981, 63 p. Photographie de Thérèse Casgrain (1973), Bibliothèques et Archives Canada/PA-126768 – Fonds Thérèse Casgrain, R7906-0-6-F.

11 Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998 ; Geneviève Fraisse, Muse de la raison : Démocratie et exclusion politique des femmes en France, Gallimard, Folio Histoire, 1995. Voir aussi Yolande Cohen, « Suffrage féminin et démocratie au Canada », dans Christine Fauré (dir.), La nouvelle encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 648-668.

12 Jane Jenson distingue ainsi les régimes de citoyenneté pour caractériser les diverses configurations rencontrées selon les États-providence : « Gender and reproduction or babies and the State », Studies in Political Economy, no 20, 1986, p. 9-46. Pour elle, ce sont surtout les facteurs politiques qui jouent un rôle décisif dans la mise en place de ce système : en France on y voit les courants familialistes, en Suède le système est davantage égalitariste, etc.

13 Leur vigilance à l’égard de toutes les nouvelles causes qui ont surgi après la Deuxième guerre mondiale, des réfugiés de la Shoah aux sanspapiers, de la Croix Rouge aux Armées du Salut et à CARE international, les philanthropies deviennent véritablement transnationales, dans un marché du care mondialisé Ainsi, une organisation comme CARE a un budget qui équivaut au budget d’une multinationale. Très flexibles, elles s’adaptent aux marchés et tentent encore d’humaniser le capitalisme. Certains critiquent violemment leur action, car ces organisations non gouvernementales (ONG), ou ce business de l’humanitaire, ne feraient que maintenir la domination du capitalisme mondialisé en envoyant des médecins et des travailleurs de l’humanitaire après que la guerre eut décimé les populations et ravagé les pays. L’appel de ces critiques à la moralisation de l’économie ne pourrait être entendu que si ces ONG cessaient de servir de cache-misère au capitalisme (ou d’en servir les intérêts). Elles soulèvent la question complexe de la possibilité et du sens de l’intervention de la société civile dans une société mondialisée ; et du rôle du care dans une société régie par le marché et la compétition.

14 Yolande Cohen, « Protestant and Jewish Philanthropies in France : the Conseil National des Femmes Françaises (1901-1939) », French Politics, Culture and Society, 24.1, 2006, p. 74-92 ; « Genre, religion et politiques sociales au Québec dans les années 1930 : les pensions aux mères », Canadian Review of Social Policy-Revue canadienne de politique sociale, 56, p. 87-112.

15 Koven et Michel, op. cit.; voir aussi Theda Skocpol, Protecting Soldiers & Mothers: The Political Origins of Social Policy in the United States, Cambridge, Harvard University Press, 2002.

16 Ann Taylor Allen, Feminism and Motherhood in Western Europe, 1890-1970 : The Maternal Dilemma, New York, Palgrave, 2005.

17 James Struthers, The Limits of Affluence : Welfare in Ontario, 1920-1970, Toronto, University of Toronto Press, 1994 ; Dominique Marshall, Aux origines sociales de l’État-providence : familles québécoises, obligation scolaire et allocations familiales, 1940-1955, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1998.

18 Linda Kealey et Joan Sangter, Beyond the Vote: Canadian Women and Politics, Toronto, University of Toronto Press, 1989.

19 Strong-Boag, 1979.

20 Ursel, 1992.

21 Little, 1998.

22 Christie, 2000.

23 Ann Shola Orloff, « L’adieu au maternalisme ? Politiques de l’État et emploi des mères en Suède et aux États-Unis », Recherches et prévisions, no 83, 2006, p. 9-28 ; Diane Sainsbury, Gender, Equality and the Welfare States. Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; Gosta Esping-Andersen, The Three World of Welfare Capitalism, Cambridge, Royaume-Uni, Polity Press, 1990.

24 « Les activités et les relations impliquées dans le fait de répondre aux besoins physiques et émotionnels des enfants et des adultes dépendants, ainsi que les cadres normatifs, économiques et sociaux à l’intérieur desquels ces activités et ces relations sont définies et réalisées », M. Daly et J. Lewis, « The concept of social care and the analysis of contemporary welfare states », British Journal of Sociology, 51 (2), 2000, p. 285.

25 Dans ses formulations plus récentes, le concept de care a toutefois pour vocation de rendre compte de toutes les facettes de ce travail, qu’il soit rémunéré ou non, formel ou informel (Daly et Lewis, 2000).

26 Ann Shola Orloff, « L’adieu au maternalisme ? », op. cit., p. 9-28.

27 Yolande Cohen, Profession infirmière. Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec, op. cit. ; Les sciences infirmières. Genèse d’une discipline, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2002.

28 De manière plus négative — et parfois dans le même mouvement —, ce travail, dans la mesure où il est effectué de façon non rémunérée dans le cadre de la famille, peut être dénoncé en tant qu’il place les femmes dans une situation de précarité matérielle et de dépendance économique vis-à-vis de leur conjoint.

29 Ce changement d’optique de l’analyse, des liens de dépendance sur le marché du travail aux liens de dépendance dans la famille, conduit à substituer au critère de démarchandisation celui de défamilialisation, défini par Ruth Lister comme « la capacité à s’assurer un niveau de vie socialement acceptable sans avoir besoin de recourir aux relations familiales », Lister, 1997, p. 173.

30 Jane Jenson, « Who cares ? Gender and Welfare Regimes », Social Politics, vol. 4, no 2, 1997, p. 182-187.

31 Diane Sainsbury, Gender, Equality and the welfare states, Cambridge, Cambridge University Press, 1996. L’entretien correspond aux droits dérivés du statut des femmes comme dépendantes à l’intérieur de la famille (en général, des droits dérivés de ceux du mari, eux-mêmes liés à l’emploi). Le care renvoie aux droits associés à la prise en charge des enfants et des adultes dépendants dans la famille.

32 Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, traduction Hervé Maury, La Découverte, 2009 ; Liane Mozère, « Le “souci de soi”, Foucault et le souci dans une éthique politique du care », Le Portique, 13-14, 2004, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 24 mai 2010, <leportique.revues.org/index623.html> ; Marie Garrau et Alice Le Goff, Care, justice et dépendance, Presses universitaires de France, 2008 ; Patricia Paperman et Sandra Laugier (dir.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005.

Table des illustrations

Titre Carrie Derick
Légende Montréal, 14 janvier 1862 – Montréal, 10 novembre 1941
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Thérèse Forget-Casgrain
Légende Montréal, 10 juillet 1896 – Montréal, 3 novembre 1981
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search