Version classiqueVersion mobile

Femmes philanthropes

 | 
Yolande Cohen

Chapitre 4. Santé publique, care et professions féminines

Texte intégral

1L’idée d’agir sur la santé des populations est un des ressorts fondamentaux des mouvements de réforme sociale qui marque depuis la fin du XIXe siècle leur action en vue de réaliser ce qui deviendra une des utopies de la nation canadienne : une nation en santé. Ce chapitre vise à analyser le rôle joué par les membres des trois associations que nous étudions dans la mise au jour des grands problèmes de santé publique, en particulier l’hygiène des mères et des nourrissons, la mortalité infantile et la nutrition des populations. Pour ces réformatrices, l’éducation des populations, surtout pauvres et immigrantes, à de saines habitudes de vie, à mieux se nourrir, se vêtir et se loger, contribuerait à transformer ces terres de colonisation en un pays prospère, avec une population plus nombreuse et mieux intégrée dans une nouvelle identité nationale canadienne. Alors que la situation sanitaire est marquée par l’importance des maladies infectieuses, elles vont mobiliser spécialistes et bénévoles pour préconiser l’intervention d’urgence des pouvoirs publics au sein d’un système partagé entre la responsabilité privée et l’action gouvernementale. C’est dans ce contexte que les trois associations vont, chacune à sa façon, définir les modalités du passage du soin privé des femmes dans leurs familles à une éthique de la sollicitude (care).

  • 1 Janine Barbot, « Recherche médicale et mobilisations collectives. Le cas des associations de lutte (...)

2Les interventions sanitaires des trois associations sont inégales et difficiles à repérer tant elles couvrent des domaines nombreux. Ce chapitre présente l’action pionnière de la YWCA, qui se dote d’un organisme spécialisé en nutrition avec la fondation du Montreal Diet Dispensary (MDD) dédié aux soins des personnes pauvres malades. La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (FNSJB) et le National Council of Jewish Women déploient également une panoplie d’actions qui contribuent à élargir le champ de la santé publique aux questions de la santé des mères et des enfants, à travers leur comité de visite des hôpitaux par exemple. L’analyse des activités sanitaires de ces associations, qui se font connaître par des campagnes de sensibilisation à l’hygiène ou à certaines maladies, et par leurs services de soins, permettra de montrer les échanges et les relations entre les sphères scientifique et publique1. Connues pour leurs campagnes de financement (parties de cartes, soirées-bénéfices), ces philanthropies sont aussi des lieux d’entraide et de service. L’offre de services professionnels, qui implique leur coopération avec des médecins, des infirmières, des travailleuses sociales et d’autres métiers reliés au care, est très diversifiée : elle inclut toutes sortes de services alimentaires et nutritionnels, la distribution de matériel ou de denrées alimentaires essentielles, etc., en plus de formations (pour pallier les carences du système éducatif) qui mènent à de véritables carrières, dans le cas des infirmières, des assistantes maternelles, ou des travailleuses sociales qui s’y engagent.

3Comment interpréter les mesures préconisées par ces associations ? Se veulent-elles une réponse aux problèmes entrevus sur le terrain ? En identifiant les besoins de certaines populations cibles et les carences des gouvernements dans l’intervention sanitaire, elles concluent à la nécessité d’exercer des pressions sur les gouvernements pour faire avancer leur cause, malgré des prises de position différentes sur cette question.

4On peut dégager deux grandes périodes. La première, de 1900 à 1930, est marquée par la sensibilisation aux questions de santé des femmes, à la maternité et à la pauvreté. On assiste alors à la transformation de la compassion et de la charité privées en offres de services (restreints à la communauté desservie, catholique, protestante ou juive) et à la compétition entre les groupes. Ensuite, de façon plus générale, elles offrent des services intermédiaires entre charité et marché (libre), avec une prédilection pour la mise en place d’un service public de santé. La deuxième période s’étend de 1930 à 1950. La professionnalisation des grands métiers féminins étant bien amorcée, l’offre des associations est plus restreinte et vise à mieux faire connaître les services publics d’assistance (ou rendus par le marché) et à faire du lobbying auprès des ministères et administrations publiques. Voyons donc comment elles font leurs premières armes au sein du mouvement hygiéniste.

Un mouvement hygiéniste transnational

  • 2 J. A. Beaudouin, « La mission sociale de l’hygiène », Revue trimestrielle canadienne, vol. 8, no 3 (...)

5Le mouvement hygiéniste apparaît comme une réponse aux problèmes radicalement nouveaux créés par l’urbanisation et l’industrialisation. Convaincus que les révolutions industrielles représentent un progrès social dont il faut corriger les excès, les tenants de la perspective hygiéniste, non dépourvus d’un certain moralisme, visent l’amélioration des conditions de vie des classes populaires. Ils dénoncent ces conditions et y voient une source de chaos, de calamité sociale, qui facilite la transmission des épidémies mortelles et des maladies infectieuses dévastant les populations urbaines. L’intervention hygiéniste apparaît dans une perspective holiste, qui dépasse et intègre le champ de la médecine. Pour l’un de ses éminents représentants au Québec, le Dr J. A. Beaudouin, elle doit « prendre place avec les autres forces, religion, législation, philanthropie, etc., qui travaillent au relèvement de la société2 ». La publication de périodiques spécialisés, la mise en place d’un enseignement universitaire (au Québec, le cours d’hygiène publique est créé en 1911 à l’Université de Montréal) et d’institutions spécifiques contribuent à soutenir le mouvement en faveur d’une intervention des pouvoirs publics dans ce domaine.

  • 3 Robert Gagnon et Natasha Zwarich, « Les ingénieurs sanitaires à Montréal, 1870-1945 : lieux de for (...)
  • 4 Le mouvement hygiéniste québécois est l’initiateur du mouvement canadien. Voir Yolande Cohen et Mi (...)

6Au Québec, l’hygiénisme s’implante à partir des années 1870, à travers la conversion graduelle du corps médical à ses principes, et exerce une influence sur l’ensemble du corps médical québécois et des ingénieurs sanitaires qui gravitent autour de lui à partir des années 18803. La fondation en 1883 de la Société d’hygiène de la province de Québec va permettre à ces intervenants de coordonner leur action pour tenter de convaincre les élites politiques et économiques du bienfondé de leurs revendications. Ils proposent une réorganisation du corps social dont médecins, ingénieurs, avocats et hommes d’affaires seraient les principaux artisans. À la fin du XIXe siècle, l’hygiénisme pénètre tous les discours sur la santé publique, et vise à répandre ses idéaux dans la conscience globale de la population. Des associations de femmes réformatrices vont se charger d’en faire la promotion. Sensibles à l’objectif de régénération sociale véhiculé par le message hygiéniste, elles voient dans la lutte contre la mortalité infantile la première application de ce combat, qui figure aussi comme l’un des premiers objectifs des politiques de santé publique au Québec, bien avant qu’il ne le soit sur le plan canadien4. Médecins, infirmières, associations féminines conjuguent leurs efforts pour éduquer le grand public à ces nouvelles méthodes de prévention hygiéniste. Cette intervention directe auprès des familles est présentée comme le prolongement « naturel » des compétences des femmes dans le domaine des soins (care). Les associations féminines construisent ce champ de compétence propre aux femmes et participent avec les hygiénistes, médecins et autres experts à faire émerger un consensus autour de l’intervention moderne en santé publique. Ils s’entendent pour traquer les comportements sociaux à risque, définir le type d’intervention sanitaire et mobiliser les moyens pour obtenir une intervention des pouvoirs publics dans le domaine de la santé.

  • 5 Ces chiffres sont tirés de l’étude basée sur les rapports municipaux annuels sur la santé publique (...)
  • 6 Ibid., p. 515.

7Très vite, ce sont les villes qui sont montrées du doigt et la ville de Montréal fait piètre figure par rapport aux autres grandes agglomérations urbaines nord-américaines, particulièrement en matière de lutte contre la mortalité infantile. On y trouve un des taux les plus élevés de mortalité générale et pour les enfants en bas âge, avec de grandes variations suivant les clivages ethnolinguistiques. Pour la première décennie du XXe siècle, le taux de mortalité générale atteint une moyenne de 25 ‰ dans les quartiers majoritairement franco-catholiques situés à l’est de la rue Saint-Laurent, et 15 ‰ dans les quartiers majoritairement anglophones de l’ouest5. Désastreuses lorsqu’il s’agit des enfants en bas âge, les statistiques montrent pour Montréal des proportions supérieures à celles des grandes métropoles telles Paris, Londres ou New York. Ainsi, à Toronto, le taux de mortalité infantile atteint en moyenne 160 ‰ entre 1896 et 1914, alors qu’à Montréal, il fluctue pour la même période autour de 260 ‰. Encore ici, les variations en fonction des sous-groupes de population sont importantes. En 1900, le taux de mortalité infantile s’établit à plus de 282,5 ‰ chez les franco-catholiques, et à 102,8 ‰ parmi la population anglo-protestante6. Les nombreuses épidémies, particulièrement celles de typhoïde, tuberculose, diphtérie et variole, font des ravages dans une population vivant dans des contextes sanitaires, alimentaires et locatifs largement inadéquats. De son côté, une commission royale d’enquête en 1910 évalue à plus de 11 % la part de la tuberculose dans la mortalité générale des populations urbaines québécoises.

8Ces études contribuent à convaincre les pouvoirs publics de l’urgence d’agir et de faire de la santé publique l’une des priorités de l’activité philanthropique au début du XXe siècle dans toute l’Amérique du Nord. Plus globalement, on commence à prendre conscience de l’importance des soins et de la santé dans le renouvellement des populations.

9Au Québec, les discours sur la santé et l’hygiène publique sont fortement imprégnés des préoccupations natalistes et nationalistes de l’Église et des élites canadiennes-françaises. L’idéal de la survivance, qui connaît au début du XXe siècle son apogée, fait naître une profonde angoisse quant à la pérennité nationale des Canadiens français. L’émigration massive de centaines de milliers d’entre eux aux États-Unis, la privation de leurs droits linguistiques hors Québec et les taux alarmants de mortalité infantile sont présentés comme les signes précurseurs du déclin appréhendé de ce peuple. Les découvertes médicales, les mesures essentielles d’hygiène et de santé publique sont alors présentées comme autant de moyens d’enrayer la mortalité infantile. L’action conjuguée des philanthropies féminines, des médecins et des infirmières constitue la première campagne significative de lutte contre la mortalité infantile, qui vise aussi bien à modifier les comportements des familles qu’à faire prendre en charge par l’État des interventions concertées dans des services de santé publique.

  • 7 Yolande Cohen, Jacinthe Pepin, Esther Lamontagne et André Duquette, Les sciences infirmières : gen (...)
  • 8 Cynthia R. Comacchio, Nations are Built of Babies : Saving Ontario’s Mothers and Children, 1900-19 (...)

10Ce processus traduit également un changement dans les responsabilités assumées par les femmes durant cette campagne, qui passent du bénévolat à l’expertise dans l’administration des soins. En offrant à leurs membres un éventail de possibilités d’agir dans le champ de la santé, ces associations permettent de mettre en valeur des compétences dites féminines, telles que celles qui touchent aux soins ou caring, ou encore celles qui relèvent de l’entretien domestique. Ces formes de travaux féminins, traditionnellement réservées à la sphère privée et familiale, trouvent une nouvelle valeur dans la sphère publique et deviennent des compétences qui, au bout du compte et après une formation adéquate, seront reconnues comme une expertise et comme la contribution des femmes à une société du care. Ainsi, ces associations participent au mouvement de professionnalisation des infirmières et à leur intégration dans le système de santé alors en pleine réforme7. On le constate aussi pour les quelques autres professions paramédicales qui émergent durant ces années. On verra ici comment l’action des trois philanthropies étudiées a été déterminante dans la professionnalisation de domaines entiers des soins de santé, en particulier le service social, la nutrition et la diététique, qui émergent comme de nouvelles préoccupations au cours de cette campagne hygiéniste. Ces actions vont contribuer à structurer le nouveau champ du travail féminin autour des soins aux autres (caring). Car si la professionnalisation dans le domaine de la santé a mené à une plus grande spécialisation des tâches de soins, reléguant les bénévoles dans ses marges (comme soutien au système), elle a également ouvert aux femmes un champ d’intervention nouveau dans le secteur paramédical. L’appréciation de cette ouverture de nouveaux métiers aux femmes fait l’objet d’un débat fort animé entre chercheurs. Souvent critiquée, cette intervention des associations en faveur du care a été considérée comme un carcan qui enferme les femmes dans un travail gratuit, sous-estimé, qui maintient la division sexuelle du travail entre hommes et femmes, et contribue à la médicalisation des fonctions liées à l’enfantement et au corps des femmes8. Ces critiques sous-estiment toutefois l’importance de l’action de ces philanthropies dans le secteur de la santé des mères et l’intervention (experte ou amateur) des femmes dans un domaine que l’on a souvent eu tendance à confondre avec sa médicalisation. Comprendre la différence entre les deux permet de réévaluer l’impact qu’elles ont pu avoir dans les débats sur les questions liées à la santé des mères et des enfants, et plus généralement à celle des personnes vulnérables (pauvres, malades, etc.).

La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste : une intervention multiforme

11Au Québec, le mouvement hygiéniste fait ses premières armes en appuyant la campagne en faveur de la tempérance qui bat son plein dans le monde anglo-protestant canadien. Bien que n’approuvant pas la revendication de certains qui désirent la prohibition complète de l’alcool, la FNSJB, qui s’est dotée d’un comité pour la lutte antialcoolique dès sa fondation en 1907, envoie une requête à la municipalité pour restreindre les permis d’alcool. Avec son comité d’hygiène, la FNSJB affiche sa volonté de lutter, modérément, contre l’alcoolisme et le tabagisme, cherchant à alerter la population au sujet de ses droits et de ses obligations morales quant à la tempérance. Un des moyens envisagés est de n’appuyer aux élections municipales que les candidats en faveur de la tempérance. Télégrammes, délégations auprès du gouvernement et affiches antialcooliques font partie de la panoplie des interventions retenues par le comité pour sensibiliser la population aux dangers de l’alcoolisme (des hommes, surtout). Toutefois, la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste hésite à aller plus loin, tant en ce qui concerne une demande plus pressante d’intervention des autorités gouvernementales (elle refuse les subventions qui lui sont accordées pour ses affiches) qu’ecclésiastiques (elle demande l’accord de Mgr Bruchési avant de les publier). Cette incursion dans le domaine sociosanitaire lui fait vite réaliser que ce champ est fortement institutionnalisé et contrôlé par l’épiscopat catholique d’un côté et de l’autre, par les ordres professionnels, surtout des médecins.

  • 9 Baillargeon, « Gouttes de lait », 1998, p. 29.

12On assiste ainsi à trois types d’intervention pour lutter contre la mortalité infantile : 1) les philanthropies féminines, comme la FNSJB, défendent une perspective maternaliste, qui voit dans la sauvegarde de l’enfance le lieu privilégié de l’action sociale féminine ; 2) les ordres professionnels de la santé, de même que les milieux cléricaux, souhaitent la préservation du caractère charitable, confessionnel et privé du réseau d’assistance à l’enfance ; 3) l’administration municipale considère le problème comme relevant d’une gestion bureaucratique du contrôle de la mortalité dans le territoire sous sa juridiction9. La lutte contre la mortalité infantile réunit ainsi diverses institutions et groupes de pression aux objectifs parfois divergents. Hostiles au départ à l’intervention de la FNSJB, les responsables (hommes) de la santé publique en viennent à comprendre l’intérêt d’avoir la Fédération à leurs côtés pour étendre le champ de leur intervention à la santé des mères et des enfants. La mise en place des Gouttes de lait est un des premiers lieux de leur confrontation.

Les Gouttes de lait

  • 10 Jean Cournoyer, La Mémoire du Québec de 1534 à nos jours : répertoire des noms propres, Montréal, (...)

13Alors que se précise le domaine de la puériculture comme champ d’intervention à part entière, les Gouttes de lait apparaissent comme un des moyens pour diminuer la mortalité infantile. Aux philanthropes, qui en font une cause vitale pour l’avenir des nations, se joignent juristes et médecins pour définir les modalités d’une intervention efficace. Ensemble, ils présentent les Gouttes de lait comme un des moyens pour faire l’éducation des populations les plus à risque et pour fournir des points de service faciles d’accès. Au début des années 190010, plusieurs dépôts de lait sont ouverts dans divers quartiers de Montréal et offrent leurs services en particulier aux mères des quartiers défavorisés. Considérées comme des personnes à risque, qui souffrent souvent de malnutrition, celles-ci reçoivent en outre des rudiments de formation en nutrition, considérés comme essentiels pour enrayer le taux de mortalité infantile.

Caroline Dessaulles-Béique

Caroline Dessaulles-Béique

Saint-Hyacinthe, 13 octobre 1852 – Montréal, 8 août 1946

  • 11 Le MLCW s’implique dès 1897 dans la « Pure Milk League ». En 1901, par l’entremise du « Montreal F (...)

Présidente de la FNSJB à ses débuts (de 1907 à 1913), Caroline Dessaules est issue de l’élite francophone libérale de la Rive-Sud de Montréal. Son père, Louis-Antoine Dessaules, fils du seigneur de Saint-Hyacinthe et neveu de Louis-Joseph Papineau, est un essayiste et homme politique libéral et fervent anticlérical, dont les fonctions incluent pendant de nombreuses années celles de maire de Saint-Hyacinthe et président de l’Institut canadien de Montréal. Enfant unique, Caroline suit sa famille lorsque celle-ci s’installe à Montréal en 1860, et reçoit son éducation chez les Dames du Sacré-Cœur. Elle se marie en 1874 à Frédéric Liguori-Béique, avocat libéral du comté de Salaberry, bâtonnier du Barreau de Montréal de 1891 à 1893, nommé sénateur en 1902, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal de 1899 à 1905, et l’un des fondateurs du journal Le Canada. Dix enfants naîtront de leur union.
L’engagement social de Béique débute dès 1893, faisant d’elle l’une des premières laïques à avoir intégré les réseaux sociaux d’assistance à une époque où ceux-ci sont encore contrôlés par l’Église catholique. Elle joue alors un rôle important dans la fondation d’une filiale du National Council of Women of Canada (NCWC), le Montreal Local Council of Women (MLCW). Elle sera membre du Bureau de 1906 à 1908 et du Comité exécutif de 1909 à 1910. Parallèlement à sa participation au MLCW, Béique contribue en 1903 à mettre sur pied le Comité des dames patronnesses de l’Association Saint-Jean-Baptiste (ASJB). Elle en devient la première présidente alors que son époux est président de l’ASJB. Dès l’année suivante, elle propose, lors d’une réunion du Comité des dames patronnesses, de convoquer une assemblée générale en vue de créer l’École ménagère provinciale, dont elle devient la première présidente. L’École vise à préparer les jeunes filles à remplir leur rôle traditionnel de femmes de maison, mais aussi à constituer un ensemble de savoirs ménagers. En 1907, Béique et Marie Gérin-Lajoie réussissent à élargir le mandat du Comité des dames patronnesses de l’ASJB en créant la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (FNSJB). Elle assume la présidence de la Fédération jusqu’en 1913 en plus de faire partie du premier Comité honoraire de l’Hôpital Sainte-Justine dirigé par Justine Lacoste-Beaubien. Elle sera par la suite membre honoraire du Comité de l’assistance par le travail de la FNSJB (1914) et une des deux présidentes d’honneur de la Fédération (1926-1933). À 60 ans, elle continue de travailler au sein de la Croix-Rouge et de la Ligue Khaki durant la Première Guerre mondiale. On la retrouve en 1922 parmi les fondatrices du comité pour le suffrage des femmes (CPSF/LDF) en compagnie de Thérèse Casgrain, Marie Gérin-Lajoie, Idola Saint-Jean, Grace Ritchie-England, Isabella Scott et Carrie Derrick11.

  • 12 Baillargeon, op. cit., 1998, p. 29-34.

14Le nouveau programme est rapidement l’objet de plusieurs critiques : médiocre qualité du lait, réglementation municipale concernant la pasteurisation faible ou tardive, telles sont quelques-unes des critiques adressées publiquement aux administrations. La Fédération organise des rencontres où des conférencières de talent comme Mme Rosaire Thibaudeau prennent la parole et auxquelles assistent plus de deux mille personnes (francophones). La Fédération fait également connaître les premières Gouttes de lait créées, dans l’ouest puis l’est de Montréal, qui distribuent du lait pur, non contaminé par la tuberculose. En 1910, la FNSJB abrite une section féminine de la Commission centrale des Gouttes de lait, et peut ainsi recevoir les subsides de l’administration municipale. Ses dépôts offrent du lait de bonne qualité et font connaître la nourriture à valeur nutritive, devenant des lieux d’éducation et de diffusion du message hygiéniste. On y fait la promotion de l’allaitement et on y enseigne des principes d’hygiène12.

15À Québec, une dizaine de femmes réunies à l’hôtel de ville par Mme Jules Tessier en 1915 créent deux dépôts, l’un francophone et l’autre anglophone. Elles veillent à leur administration et obtiennent un financement du gouvernement provincial et d’entreprises privées. Avec la collaboration d’un bureau médical, qui s’occupe des soins, ce sont ces femmes qui contrôlent l’ensemble des activités des dépôts. À Sherbrooke, la Fédération des Canadiennes françaises catholiques de Sherbrooke prend avec l’Assistance maternelle l’initiative d’ouvrir en 1922 les premiers dépôts, qui offrent aussi des visites à domicile.

16Il est difficile de mesurer les effets de l’action des Gouttes de lait au Québec, même si leur directeur, le Dr Séraphin Boucher, constate un déclin notable de la mortalité infantile depuis leur création. Par contre, il est clair que très vite, les médecins s’approprient leur contrôle et veulent en écarter des associations comme la Fédération. Également, le Bureau central de la Ville de Montréal s’oppose à l’action des sections féminines au sein des Gouttes de lait. La FNSJB se retire alors de ces instances et propose de fédérer toutes les associations qui s’intéressent au bien-être de l’enfance. Ce projet ne verra pas le jour : la Fédération s’associe plutôt à l’élaboration de la politique de l’enfance préconisée par Helen MacMurchy, chef de division du Child Welfare du département de la santé à Ottawa.

17Ainsi, l’action des associations de femmes dans les Gouttes de lait doit être appréciée différemment selon que l’on est à Montréal, où le Bureau médical écarte les femmes de l’organisation et du fonctionnement des dépôts, à Québec et à Sherbrooke, où des bénévoles continuent d’en diriger les destinées. Là, l’expertise masculine et la médicalisation de ces dépôts se conjuguent avec l’action sociale de ces femmes. Il faut noter la coexistence de l’expertise professionnelle, basée sur la science, les savoirs tacites et l’expérience, développée par les bénévoles et plus tard les professionnelles de la santé. On voit aussi la répartition des rôles entre les Gouttes de lait, qui deviennent des points de service du réseau sanitaire municipal sous le contrôle des médecins, et la Fédération, avec ses campagnes d’éducation et de prévention contre la mortalité infantile. Confrontée à cette occasion au puissant lobby des médecins, la Fédération déploie son intervention dans le domaine de la santé des mères et des enfants.

L’Hôpital Sainte-Justine

18Au moment de la fondation de l’Hôpital Sainte-Justine en 1907, la FNSJB joue un rôle central et dote Montréal d’une institution spécifique pour soigner les femmes et les enfants. Maître d’œuvre et aussi l’âme de l’hôpital pendant longtemps, Justine Lacoste-Beaubien est membre de la FNSJB (elle est aussi la sœur de Marie Gérin-Lajoie). À ses côtés, Caroline Béique (présidente de la Fédération de 1907 à 1913), y joue également un rôle très actif tant pour la campagne de financement que pour la mobilisation de son réseau pour y faire du bénévolat.

19La Fédération voit d’abord l’hôpital comme une institution de services aux indigents, même s’il accueille une clientèle payante. L’idéologie maternaliste se retrouve dans le fonctionnement de l’hôpital, dépendant, pendant la première moitié du siècle, de l’activité des bénévoles. Les philanthropes de la FNSJB, membres du conseil d’administration de l’hôpital, conçoivent et organisent l’hôpital sur le modèle d’une grande famille, où la plupart des activités, en dehors des soins médicaux, sont accomplies par des bénévoles. En plus de présider aux grandes campagnes de financement, indispensables à la santé financière de l’institution, ce sont elles qui reçoivent, amusent et distraient les enfants. En outre, elle contrôlent leur alimentation, leur prodiguent soins, réconfort et consolation. Elles occupent une place centrale dans toutes les fonctions de l’hôpital, et certaines d’entre elles (170 par année) constituent même un corps d’élite d’infirmières bénévoles. Dûment formées à leurs tâches respectives et dotées d’un comité de bénévoles en 1914, elles travaillent au dispensaire de l’hôpital, préparent les enfants pour les examens médicaux, font des stages dans des cliniques externes spécialisées, exécutent le travail de secrétariat, font même des vaccinations lors des campagnes de prévention. Toutefois, ce type d’organisation, assez fermé, ne peut coexister longtemps avec la spécialisation croissante des fonctions, la professionnalisation et la syndicalisation au sein de l’hôpital. Le Bureau médical et les différents ordres professionnels prennent de plus en plus de pouvoir, au détriment des autres intervenants, en particulier les bénévoles désormais restreintes aux tâches qui ne sont pas du ressort des professionnels. La Fédération voit également son action reléguée à un rôle secondaire, principalement celui d’organiser des comités. Un comité permanent de visites de malades, créé en 1923, organise plus de 1 000 visites en 1925, chiffre qui passe à 3 129 en 1927. Pour faire écho au School for crippled children du Children Memorial Hospital qui accueillait des protestants, des catholiques et des juifs à son ouverture en 1916, une École des enfants infirmes est également créée en 1926 par la Fédération pour assister les patients francocatholiques de longue durée. Ses bénévoles y instruisent les 50 enfants hospitalisés, les soignent et leur donnent des cours techniques avant que l’école ne passe, en 1932, sous le contrôle de la CECM.

L’Assistance maternelle

20Ce travail en réseau dans des institutions, la FNSJB le mène également avec l’Assistance maternelle, qui distribue des secours à domicile aux mères indigentes. Créé en 1912 à son initiative, ce service, composé de médecins bénévoles comprend aussi un secteur de nursing avec des dames bénévoles et des aides maternelles. En mai 1914, un dispensaire est ouvert rue Christophe-Colomb pour les mères qui requièrent les soins d’un médecin ; la consultation et les remèdes y sont gratuits. Les soins médicaux et infirmiers sont aussi offerts à domicile. Les bénévoles qui offrent ce service sont recrutées dans l’entourage de la patiente et supervisées par une garde-malade. En 1925, l’Assistance maternelle se dotera également d’un service social bénévole, consacré exclusivement à la visite des patientes pauvres.

21Incorporée en 1917 comme société de bienfaisance, l’Assistance maternelle reçoit des subventions accordées par la Ville aux œuvres philanthropiques, et en 1921 bénéficie de subventions du gouvernement provincial comme organisme placé sous la Loi sur l’assistance publique, pour son travail auprès des familles défavorisées. Là encore, il faut constater l’efficacité du travail effectué par la FNSJB qui obtient, dans ce cas-ci, le transfert rapide des compétences privées à un organisme de l’administration municipale. D’aucuns critiqueront la dimension symbolique de l’aide aux mères et son caractère essentialisant puisque la FNSJB privilégie encore le recours aux femmes bénévoles plutôt que de faire appel à des salariées, ou à des professionnelles de la santé, déjà fort nombreuses dans ce secteur. Toutefois, cette nouvelle attention aux mères et à leurs besoins particuliers est un élément qui suscitera, dans le milieu franco-catholique, la professionnalisation ultérieure de ces fonctions de maternage. En outre, en sortant le domaine des soins aux mères de la sphère privée (familiale) hors de portée de l’État et du contrôle de l’Église catholique, la FNSJB montre que les questions de la santé mère/enfant doivent être prises en charge par des institutions spécifiques financées par les gouvernements.

22Ce faisant, la Fédération ouvre aussi aux médecins et aux autres membres de corporations professionnelles qui se constituent dans le domaine de la santé le champ des soins aux mères et aux enfants. Ceux-ci veulent y intervenir au nom de la science, profitant ainsi du rapprochement entre les médecins et les mères façonné par la FNSJB. Ainsi, même si cette dernière résiste, la marginalisation progressive des bénévoles des instances décisionnelles des organismes qui lui sont affiliés ne peut être évitée.

23Distribution alimentaire, confection et distribution de matériel (vêtements surtout), interventions à tous les niveaux de la chaîne de santé : la FNSJB se trouve sur tous les fronts. Elle a réussi à rendre d’innombrables services aux personnes, et en même temps à se placer comme l’organisme incontournable de défense et de promotion de la santé des mères et des enfants auprès des pouvoirs publics. Alliée occasionnelle des médecins et des élites éclairées dans les réformes à apporter dans le domaine de la santé, la FNSJB n’a pas peur de briser des tabous, en préconisant l’intervention des pouvoirs publics dans un champ encore étroitement contrôlé par les institutions sanitaires dépendant des communautés religieuses (les grands hôpitaux en particulier, les orphelinats, etc.).

24Partie prenante du mouvement hygiéniste, la Fédération favorise le transfert de ses activités aux municipalités (pour les Gouttes de lait) et son soutien par les gouvernements (subventions à l’Hôpital Sainte-Justine). Sa participation à l’édification de l’Hôpital Sainte-Justine, qui se dote d’une direction entièrement laïque et majoritairement féminine, signale son engagement en faveur d’une sécularisation des soins. Ses interventions auprès des pouvoirs publics, même timides, vont dans le même sens et sont couronnées de succès, comme dans le cas de l’École des enfants malades, reprise par la CECM. Les réformes sanitaires qu’elle préconise font intervenir les pouvoirs publics à toutes les étapes du processus, triomphant des résistances de l’épiscopat catholique.

25Toutes ces réformes contrastent singulièrement avec la vision timorée véhiculée par la FNSJB sur le rôle des femmes mais cadrent bien avec ses préoccupations maternalistes. Ainsi, la Fédération encourage le bénévolat des femmes comme forme majeure d’intervention dans le système de santé car il ne menace pas l’équilibre de la famille. Alors que nombre d’entre elles choisissent d’entrer dans la vie professionnelle et salariée, souvent d’ailleurs à la suite d’activités bénévoles, la FNSJB continue de défendre une image modérée de leur action. Ce discours contraste avec son activité sur le terrain et surtout avec celle des associations anglo-protestantes, qui militent activement en faveur de la professionnalisation des femmes, comme on va le voir avec l’analyse du Montreal Diet Dispensary et du NCJW.

L’action sanitaire du NCJW

26À sa création, le NCJW de Montréal n’est pas réellement actif sur le front de la santé publique. C’est principalement par le biais de l’aide aux immigrants (surtout immigrantes) qu’il s’intéresse à la « philanthropy » et au « social service ». Sous la présidence de Mme Jacobs, l’aide aux enfants (child welfare) et l’accueil des nouveaux arrivants (service to new Canadians) mobiliseront ses membres. Comme pour les autres associations, le NCJW s’engage dans l’assistance au seul orphelinat juif de Montréal (le Montreal Hebrew Orphan’s Home, fondé en 1909) et dans la distribution de lait gratuitement aux enfants fréquentant les écoles de la Young Men Hebrew Association et aux enfants du Children’s Memorial Hospital.

27Soulignant les défaillances de l’administration municipale montréalaise en matière de santé publique, le NCJW cherche à alerter la population sur les dangers de ne pas avoir de réglementation municipale pour assurer la sécurité du public. Ainsi, à la suite de l’incendie qui détruit en janvier 1927 le Théâtre Laurier, où des dizaines d’enfants trouvent la mort, le NCJW condamne la réglementation défaillante sur la salubrité et la sécurité des édifices publics. De même, face à l’épidémie de typhoïde, qui fait des centaines de victimes à Montréal en mars et avril de la même année, le NCJW appelle à prendre des mesures urgentes pour protéger les enfants de la communauté. Toutefois, du fait du petit nombre de femmes engagées en son sein, le NCJW se dote de comités qui limitent leur action au Hospital Visiting Committee, qui s’occupe des visites des malades juifs des hôpitaux, et au Council Camp, qui veillera à la gestion de camps de vacances pour jeunes filles, pour leur permettre de passer des périodes — généralement de deux semaines — loin de Montréal et de ses logements insalubres.

  • 13 SACJC-ANCJW, J. J. Jacobs, « Twenty Years of Service and Development », NCJW Scrapbook, Year 1937 (...)
  • 14 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 10 octobre 1934.

28Inauguré en 1927 au Lac-Fournelle dans les Laurentides, le camp de vacances devient rapidement l’une des principales activités du NCJW, que son ancienne présidente Mme Jacobs qualifie de « our most ambitious philanthropic work13 ». Plus de 120 jeunes filles bénéficient en 1934 des services du Council Camp (par rotation de 40 personnes à la fois), et 160 l’année suivante, grâce à la collaboration du Bnaï Brith, qui fournit une aide logistique14.

  • 15 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 3 janvier et 14 février 1934.
  • 16 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 10 octobre 1934.
  • 17 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 24 janvier 1934, 5 décembre 1934 et 4 décembre 19 (...)
  • 18 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW du 6 mars 1935.
  • 19 SACJC-ANCJW, « Final issue of the first year of the Council Bulletin, April 22, 1931 – Montreal Se (...)

29Durant la crise économique, le NCJW participe à nouveau au Milk Fund, en distribuant du lait aux enfants des écoles de la Young Men Hebrew Association et aux enfants du Children’s Memorial Hospital ainsi qu’à ceux des écoles Devonshire, Bancroft et Mont Royal School du Protestant School Board15. Ce programme connaît un tel succès que ces organismes se fédèrent en 1934 au sein du School Children Milk Fund16. Parallèlement, le Conseil collabore à de nombreuses institutions de santé de Montréal pour prodiguer une assistance financière (dons à la Medical Relief Society ou au School Children’s Emergency Relief Committee)17 ou une aide directe aux patients (distribution de vêtements et de fleurs). La plupart des programmes du NCJW ne sont pas exclusivement destinés aux Juifs18. En effet, et malgré le contexte d’antisémitisme violent des années 1930 et la grande dépression économique, le NCJW persiste à offrir ses services à tous les groupes dans le besoin, de façon non confessionnelle. Durant ces années de crise en particulier, et en l’absence de services publics adéquats, ses activités connaissent une forte augmentation, que ce soit dans l’aide d’urgence aux personnes défavorisées ou pour toute autre forme de secours19.

  • 20 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 2 janvier et 13 février 1935.
  • 21 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 22 mai 1935.
  • 22 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 4 mars 1936.
  • 23 SACJC-ANCJW, Year book, 1944, p. 45.

30Le NCJW a ainsi toute la légitimité pour participer à la formulation de politiques sur la santé publique au Québec et au Canada. Sollicité par le National Council of Women pour améliorer la qualité des soins infirmiers à Montréal20, il est aussi cosignataire d’une résolution adoptée par le Council, à l’instigation de la League of Women’s Rights, réclamant au premier ministre fédéral R. B. Bennett et au chef de l’opposition Mackenzie King la nomination de femmes à la commission fédérale sur les soins de santé et infirmiers21. L’année suivante, le Council adopte une résolution réclamant des autorités municipales et provinciales des soins médicaux adéquats pour les chômeurs22. Participant à la fondation du Child Welfare Committe, dirigée par Mme Louis Notkin et Mme Arthur Cohen, le NCJW élargit son mandat à la protection et au bien-être de l’enfance. Ces dernières participent en 1943 à une série d’évènements destinés à promouvoir « provincial and civic legislation dealing with child welfare, private boarding nurseries, a provincial public health insurance commission and child protection23 ». Le NCJW s’associe enfin à une pétition réclamant du gouvernement provincial une loi sur la protection de l’enfance (« much-needed Children’s Protection Act »). Le Conseil participe avec les autres associations féminines de Montréal à la défense des mêmes causes, sans toutefois prendre une part aussi active qu’elles à l’offre de services spécifiques. On peut dire qu’il se spécialise plutôt dans une activité de lobbying pour les causes qui touchent l’éducation et le bien-être des jeunes filles et des enfants.

Le Montreal Diet Dispensary : une initiative de la YWCA

  • 24 À l’origine du MDD se trouve l’initiative, lancée par le YWCA en 1874, de former un comité de visi (...)

31Le Montreal Diet Dispensary (MDD) est fondé en 1879 par une poignée de femmes réformatrices de l’élite angloprotestante montréalaise24. Emily DeWitt, responsable du Comité de visite des hôpitaux de la YWCA, constate que la mort d’un mari, pourvoyeur de sa famille, conjuguée à la pauvreté, affecte de façon importante les conditions de vie. Or, il n’existe pas d’instance d’aide ou de prévention en matière de nutrition à laquelle les pauvres peuvent avoir accès, alors même que la nutrition apparaît comme un facteur déterminant de la santé des populations. Animées d’une idéologie évangéliste, ces militantes du mouvement hygiéniste s’autoproclament médiatrices d’un savoir nouveau sur la nutrition des populations qu’elles visent à établir en amont du système de santé et parallèlement aux services de santé publique.

  • 25 Young Women’s Christian Association, Diet Dispensary, Fifth Annual Report, 1884, p. 1.

32Le MDD devient vite un véritable laboratoire d’action et d’intervention sociale, établi sur un idéal maternaliste dans la communauté anglo-protestante. Ses principaux organismes d’assistance, le Montreal Charity Organization Society, le Canadian Patriotic Fund (1914 à 1918) et le Montreal Council for Social Agencies (à partir de 1919), réfèrent les pauvres malades au MDD qui, diagnostiqués, sont éduqués par ses bénévoles aux méthodes d’hygiène et de nutrition au sein de leurs familles. De 1879 à la Première Guerre mondiale, le Diet Dispensary soigne des malades qui souffrent de la mauvaise qualité de leur alimentation. Cause importante des « maladies de la misère », la malnutrition va être combattue par quelques dames bénévoles, qui offrent dans un petit local divers services : bouillon, gelée de viande, pouding au lait. Elles se rendent aussi au domicile des personnes pauvres et malades recommandées par une personne compétente (prêtre ou médecin) ou « other authorized person known to the Committee25 ».

  • 26 AMDD, lettre de Emily DeWitt aux médecins de la Ville de Montréal, 10 juin 1879, reproduite dans R (...)

33Dès l’origine, le dispensaire se différencie des soupes populaires ou des dons de nourriture aux indigents par l’Armée du Salut par exemple, en ce qu’il vise une clientèle de pauvres malades, dûment reconnus par une preuve de maladie et d’insuffisance de ressources. Cette spécialisation lui permet de travailler en lien étroit avec les organismes de santé locaux, médecins et infirmières surtout dans les quartiers défavorisés. Emily DeWitt, de la YWCA, n’a pas de mal à convaincre les médecins de la Ville de s’associer à la mission du dispensaire : « This charity is one which cannot fail to prove a blessing and comfort to many poor and suffering families26. » Il s’agit de fournir aux familles des services d’alimentation qui respectent les enseignements de l’économie domestique des écoles ménagères, fondées aux États-Unis et au Québec. Trois catégories d’intervenantes sont envoyées au domicile d’un malade : des infirmières pour le soigner, pour aider les enfants d’une mère souffrante et nourrir ceux qui ne peuvent pas se déplacer ; des cuisinières pour préparer les repas ; et enfin des bénévoles pour intervenir à toutes les étapes du processus de soins. Ces dernières s’occupent aussi de la distribution des aliments, de la visite aux malades et de la rédaction de rapports d’observation sur leur état de santé ; leurs fonctions, non formellement définies, touchent toutefois à de nombreux domaines. Une certaine spécialisation commence en 1880, avec l’embauche de femmes salariées : une aide-cuisinière à temps partiel, une cuisinière en chef à temps plein en 1883 et une infirmière en 1885.

34Avec les épidémies de grippe espagnole et de tuberculose, le MDD offre ses services à tout le monde, sans distinction de religion, et répond à une demande croissante : 10 000 demandes de diètes dans les années 1900, et 20 000 dans les années 1910. Le nombre de bénévoles augmente (de 9 en 1885 à 37 en 1908) ainsi que le nombre de visites à domicile (de 392 en 1886 à 8 499 en 1902). Le MDD devient ainsi le relais officiel des services de santé publique et fonctionne comme une agence privée charitable dans certains quartiers de Montréal.

  • 27 François Guérard, « L’histoire de la santé au Québec », 1996, p. 45, 53.
  • 28 Anne MacLennan, Red Feather in Montreal: A History, Montréal, Red Feather Foundation, 1996, p. 15.

35En 1922, le Québec se dote du Service provincial d’hygiène, une infrastructure publique, et adopte la même année, bien avant les autres provinces canadiennes, la Loi sur l’assistance publique27. Cette loi permet le financement public d’organismes charitables comme le MDD, sous forme de subventions, surtout accessibles aux associations privées. Mais la plupart des associations franco-catholiques, qui sont souvent des communautés religieuses, propriétaires pour la plupart des hôpitaux et institutions de santé, ne sont pas prêtes à se délester de leurs prérogatives pour devenir des agences de l’État. Les autres organismes, beaucoup moins importants, comprennent l’intérêt de se concerter pour bénéficier de ces aides. Les agences de service social se regroupent alors en fédérations sur des bases confessionnelles afin d’obtenir des subventions de l’État : les œuvres protestantes réunies depuis 1900 au sein de la Montreal Charity Organization Society (MCOS) s’affilient au Social Service Council of Canada (SSCC dominé par les Églises méthodiste et presbytérienne) et les œuvres juives se fédèrent en 191728. Les membres de la MCOS créent en 1919 un organisme autonome et non confessionnel, le Montreal Council of Social Agencies (MCSA) pour s’assurer de la coopération des fédérations de charité catholiques et juives de Montréal. Financés en partie par les municipalités et par le gouvernement, les services offerts par ces associations deviennent alors laïques et professionnels.

Case work au MDD

36Recommandée par les agences de service social lors des expositions de la Ligue antituberculeuse en 1909 et du bien-être des enfants en 1913, l’approche par cas (case work) vise à rationaliser le service social, tout en ciblant et sélectionnant les clientèles. Dans ce contexte, la nouvelle mission du MDD est de répondre aux seuls « cas avancés » de maladie et d’éduquer de façon prioritaire les enfants à la nutrition. Les bénévoles sont toujours les premières sur le terrain, administrant et dirigeant le dispensaire (même si leur nombre diminue, passant de 30 à 20), mais ce sont les professionnelles qui graduellement prennent les décisions en ce qui a trait aux soins. Les distinctions sociales entre, d’un côté, bénévoles et professionnelles qui effectuent les visites et dirigent l’organisme, et, de l’autre, les femmes qui sont bénéficiaires des services sont volontairement effacées au sein du MDD dans un discours unificateur sur la solidarité entre les femmes. La présence des assistantes sociales marque toutefois la limite de cette solidarité : désormais seules sont considérées aptes à faire le travail auprès des familles/clientes celles qui sont spécialement formées à ce travail et rémunérées. Le discours maternaliste, consacrant l’intervention de femmes professionnelles auprès d’autres femmes, est alors légitimé par la formation aux soins qu’elles acquièrent à l’université ou dans des écoles. Et si revient quelquefois l’idée (essentialiste) qu’elles peuvent mieux travailler entre femmes (depuis que les hommes ne sont plus les seules cibles de l’assistance), les soins aux autres sont tout de même établis sur l’acquisition d’une formation et sont devenus un champ disciplinaire distinct (social work, ou travail social en anglais, et service social en français) au sein de l’université.

  • 29 Elle est accompagnée de Mmes Walker, White, Allen et Hutchison et de Mlles Lightall et Drummond. E (...)

37Le conseil d’administration, nouvellement présidé par la grande philanthrope Mme T. J. Drummond, imprime à partir de 1922 une nouvelle orientation au Montreal Diet Dispensary29. Il engage une travailleuse sociale formée à la diététique, Jean Crawford, pour faire des visites à domicile et pour éduquer les familles à préparer des régimes alimentaires à faible coût. Sa tâche est aussi d’encadrer l’aide alimentaire et d’établir un système de suivi de cas professionnel. Elle est remplacée l’année suivante par une autre travailleuse sociale, Mlle Gallagher.

38La distribution alimentaire se réalise désormais dans quatre sites auprès de la population anglo-protestante des quartiers ouvriers : Rosemont, Hochelaga, Verdun et Pointe-Saint-Charles. Même si la nourriture, comme le lait, les puddings et bouillons de viande, est distribuée annuellement, les patients font l’objet d’une visite à domicile et doivent se présenter pour continuer l’instruction en consultation. La plupart de ces patients souffrent de tuberculose ou de malnutrition, dues à une période de pauvreté prolongée.

39Ces réformatrices considèrent que l’éducation des femmes, mères, épouses et filles à la nutrition est le meilleur moyen d’aider les patients et leurs familles à faire face à la maladie et à la pauvreté. En autorisant les autres professionnels de la santé à recommander des patients à ses services de diététique, le MDD participe à la professionnalisation du travail de soins. Il s’appuie sur l’expertise des nouvelles professions féminines autour du care (infirmières, travailleuses sociales et diététistes) pour promouvoir leur intervention précoce auprès des mères et des familles. La présence de ces professionnelles du care au chevet des mères indique une transformation du regard porté sur le « travail de maternage » (accouchement, soins aux enfants, entretien domestique, etc.). Cette fonction passe d’une compétence personnelle et gratuite à un travail salarié basé sur une expertise acquise dans des institutions (écoles), validée par des diplômes et encadrée au sein d’un ordre professionnel. Le MDD participe activement à ce processus de laïcisation et à la constitution d’un champ autonome de santé publique, au sein duquel il rend désormais des services à des patients.

  • 30 MDD, « Annual Report 1922 » et « Annual Report 1924 », p. 210-214.
  • 31 Les diplômées des écoles de sciences domestiques américaines et canadiennes se sont regroupées en (...)

40Constituée de vingt et une bénévoles, de trois infirmières et d’une diététiste, l’équipe du MDD fait, en 1922, 939 visites, passe 2 806 entrevues ou consultations et suit 708 patients. Deux ans plus tard, ces chiffres ont doublé avec 1 518 visites, 4 958 consultations et 1 541 patients30. Il faut donc engager du personnel qualifié et combler le poste de diététiste en 1924. Mme Drummond et ses collaboratrices retiennent les services d’une diplômée des sciences domestiques du Collège MacDonald, affilié à l’Université McGill, Nan Garvock. Son embauche coïncide avec les débuts de la professionnalisation de la diététique au Québec au milieu des années 192031.

  • 32 MDD, « Annual Report 1930 », dans Montreal Council of Social Agencies, Welfare Work in Montreal, 1 (...)
  • 33 MDD, « Annual Report 1925 », dans Montreal Council of Social Agencies, Welfare Work in Montreal 19 (...)

41Nan Garvock croit fermement à la mission éducative du dispensaire. Sous sa direction, le MDD réoriente ses services pour les offrir non plus aux dépendants et délinquants de la MCSA mais aux malades et handicapés. Garvock précise également la mission du MDD : aide aux malades et promotion sanitaire. Si en 1927 l’objet du travail des intervenantes du dispensaire est de fournir des aliments aux malades, en 1930 il s’agit aussi de promouvoir la santé par des démonstrations et l’instruction individuelle32. Garvock tente enfin de se délester d’une clientèle en majorité composée de tuberculeux, qui exigent des soins lourds et minent les ressources du dispensaire, qui sont adressés aux services de la Ligue antituberculeuse, créée spécialement à cet effet. Préférant consacrer les ressources du MDD aux cas de malnutrition et à l’éducation, Garvock critique les services municipaux et provinciaux qui n’offrent pas de secours direct gratuit aux populations démunies: « There is a crying need for more accommodations for free patients and we sincerely hope that both the City of Montreal and the provincial government will do their duty and provide free beds for the less fortunate citizens33. » Considérant que l’éducation lors des visites à domicile a une portée limitée, Garvock implante un service de démonstrations culinaires pour rejoindre un nombre plus important de personnes, en particulier les femmes et les jeunes filles qui sont les « homemakers » par excellence dans les quartiers pauvres. Les démonstrations sont organisées au dispensaire et dans les points de service associés aux Églises protestantes : Hochelaga, Verdun, Pointe-Saint-Charles, Côte-Saint-Paul et Rosemont. Faible au départ, la fréquentation de ces séances prend de l’ampleur avec les années : d’une quinzaine de femmes en 1927, on en dénombre une centaine en 1930.

  • 34 Les organismes suivants: le Victoria Order of Nurses, la Child Welfare Association, le Maisonneuve (...)
  • 35 AMDD, Report of the Dietician in charge of the Montreal Diet Dispensary, 1936, p. 1.
  • 36 Toutefois, cette information n’est évoquée que deux fois dans les rapports annuels : l’une en 1897 (...)

42Désormais, la majorité des clients du MDD sont adressés par le réseau des organismes de service social et de santé regroupés au sein du MCSA34. Cette collaboration entre les différents acteurs du réseau philanthropique est étroite et soutenue, et permet au MDD de faire face au corps médical en affirmant sa propre orientation professionnelle. Par exemple, le Victorian Order of Nurses comprend très bien la mission du MDD et lui fait des requêtes précises, selon les besoins des communautés desservies. L’éducation dispensée n’est jamais neutre et l’on voit comment se transmet la mission générale de canadianisation de l’organisme qui recommande l’usage des aliments canadiens et tente de rejoindre la population d’origine italienne: « The VON were very anxious to have the Italian families in the North end of the city learn economical yet nourishing dishes and to be taught to have more of a variety in their meals, also to do less frying, and convince if possible, to use Canadian Cheese35. » La présence d’immigrants italiens au sein de sa clientèle témoigne d’une plus grande porosité des frontières interethniques. Il y a tout lieu de croire que dans les quartiers pauvres, on ne distinguait pas entre les catholiques et les protestants, qui pouvaient ainsi être admissibles aux programmes du VON et du MDD, contrairement aux statuts de ces organismes36.

43Avec la professionnalisation accrue des services de soins et l’émergence d’institutions hospitalières spécialisées dans le traitement des maladies, le MDD s’inscrit également dans la tendance générale au déplacement des services du domicile des patients à la clinique. De 1923 à 1930, les visites à domicile déclinent au profit des démonstrations et des consultations au dispensaire. En 1923, 2 806 consultations ont lieu sur place pour 939 visites à domicile. En 1930, le nombre de consultations sur place atteint 5 183 pour 753 visites à domicile, tandis que le nombre de cas traités diminue de 708 à 618. Continuant à porter secours aux personnes mal nourries et aux tuberculeux en leur recommandant des régimes alimentaires thérapeutiques (un régime fort en sels minéraux et en fer pour les anémiques par exemple) et des suivis individuels, le MDD restreint son offre de services directs à la population.

Nan Garvock

Ottawa, 12 mars 1894 – Ottawa, 24 mai 1983

  • 37 Julian Armstrong, « Nan Garvock Retires: Career Devoted To Good Health », The Gazette, mercredi 19 (...)

Fille de Jane Dobson et William Barron Garvock, Nan Garvock naît dans une famille bourgeoise de la région d’Ottawa. Son enfance est marquée par le grand incendie de 1900, qui ravage la capitale canadienne. Architecte engagé par la municipalité, son père participe à la reconstruction de la ville, des écoles en particulier. Après des études secondaires au Lisgar Collegiate à Ottawa, Nan Garvock poursuit à partir de 1914 des études à la nouvelle école de diététique du MacDonald College, ouvert en 1907 à Sainte-Anne-de-Bellevue (et maintenant affilié à l’Université McGill). Première institution au Québec à offrir aux jeunes femmes une formation dite d’« Institutional administration », le collège se spécialise dans l’économie domestique, la nutrition et la santé alimentaire des populations. Elle obtient son diplôme en 1917 et travaille comme diététiste au MacDonald College, à la YWCA d’Ottawa et à l’hôpital de Hartford (Connecticut) aux États-Unis. En septembre 1924, elle est embauchée par le Montreal Diet Dispensary comme directrice générale. Elle occupe ce poste jusqu’à sa retraite en décembre 1958, à l’âge de soixante-quatre ans. Garvock ne s’est jamais mariée et n’a pas eu d’enfant.
Pendant les trente-cinq années qu’elle passe à la tête du MDD, le dynamisme et la compétence de cette pionnière de la nutrition communautaire permettent au MDD une rapide expansion, qui le situe à l’avant-garde dans ce domaine en Amérique du Nord. Grâce aux découvertes de la diététique, elle développe, pour éduquer la clientèle défavorisée, de nouvelles pédagogies qui deviennent des modèles appliqués partout au Canada : cours de cuisine (qu’elle dispense elle-même) qui remportent un succès phénoménal durant la crise économique des années 1930 ; publication du livre de recettes abordables Food and the Family Income, d’un livre de cuisine destiné aux pauvres, le Blue Cook Book (traduit en français et en hébreu, et utilisé pendant longtemps dans l’ensemble des réseaux d’assistance du Québec) ; publication à partir de 1932 de la Food Price List, première initiative de ce genre au Canada, détaillant sur une base hebdomadaire les meilleurs achats concernant les aliments les plus importants. Elle livre aussi une série d’allocutions radiophoniques, les Family Nutrition Series, de 1946 à 1955. Garvock tente parallèlement d’attirer l’attention des gouvernements sur l’importance de la nutrition des populations, émettant régulièrement des recommandations, notamment pour l’accessibilité au lait en poudre dans l’ensemble des épiceries, pour l’enrichissement en vitamine B de la farine et du pain, et pour la distribution de margarine, interdite au Canada jusqu’en 1948. Après sa retraite à la fin de l’année 1958, Nan Garvock revient dans sa ville natale d’Ottawa, où elle demeure jusqu’à sa mort en 1983, à quatre-vingt-neuf ans37.

  • 38 MDD, « Annual Report 1927 », p. 224.

44Durant les années qui suivent, la réorientation de l’action du MDD est vivement recommandée par les médecins du réseau du MCSA et de la Financial Federation (FF), qui décide même, en 1927, de lui supprimer ses subventions: « Owing to the limitation of our funds by Financial Federation it was impossible to expand our work, and this being the case we increased the educationnal side, deciding that the best method to do so would be to hold Cooking Classes at the various Centres38. » Le MDD va chercher ses propres ressources et continue de fournir de l’aide alimentaire directe aux patients. La FF intensifie ses pressions en tentant de discréditer l’action du MDD et met sur pied en collaboration avec le MCSA un comité d’étude pour évaluer le travail des agences dans le cadre de la réorganisation des responsabilités de l’État en matière de santé. Les conclusions sont sévères : certaines agences, dont le MDD, ont délaissé l’éducation sanitaire ; les critères d’admission aux services du MDD manquent de clarté. Bref, on remet en question sa mission sociale.

45Alors que les médecins pressent le MDD d’adopter les prescriptions médicales dans son programme de prévention, le MDD refuse de se soumettre aux médecins et d’adopter l’orientation médicale que ceux-ci proposent. L’organisme maintient de même, au cours des années 1930, un nombre élevé de visites à domicile et de cas traités (entre 700 et 800 par année), et intensifie les séances de suivi alimentaire (environ 7 000 par année). Il ajoute à ses services la planification du budget familial pour assurer une alimentation minimale aux malades et se joint à la coalition qui recommande le versement d’allocations gouvernementales aux plus démunis d’entre eux.

  • 39 Tara Diane Corless, « “Lunch boxes on the march”: Women, Familyfeeding, and the Nova Scotia Nutrit (...)

46De fait, l’affirmation de leur autonomie face au corps médical renforce la conviction des animatrices du MDD de persévérer dans la voie de la professionnalisation et de transférer, au profit des professions féminines, une grande partie de ses activités. Libéré en quelque sorte de ces tâches, le MDD s’engage alors dans une véritable campagne d’information (comme en Nouvelle-Écosse), afin de sensibiliser la classe politique aux problèmes de malnutrition des plus démunis39.

47La publication en 1930 du livre de recettes Economical Cookery Book, communément appelé The Blue Cook Book, apparaît comme une initiative majeure d’éducation populaire lors de la crise économique. À travers cette initiative et la publication mensuelle à partir de 1932 d’une liste de prix des aliments disponibles sur le marché montréalais, la diffusion à grande échelle des notions de préparation alimentaire à faible coût apparaît dans ce contexte comme le meilleur moyen d’atteindre les familles à faible revenu. Le MDD considère la gestion du budget familial comme un outil important d’éducation populaire. Également diffusées dans le réseau de la FF, ses interventions sont très prisées, consolidant la place du MDD dans le réseau de services sociaux dont il se fait le défenseur et l’intermédiaire patenté.

48Le MDD déploie une intense campagne d’information auprès des gouvernements et de la population et continue de promouvoir des interventions directes auprès de populations ciblées. Ainsi, il propose de donner des allocations aux familles de soldats à partir de 1935 et recommande la baisse du coût des aliments à forte teneur en vitamine C (une carence en vitamine C est la cause de bien des cas de malnutrition). Garvock fait également campagne en faveur de l’augmentation du montant des allocations versées aux plus démunis. On le voit, l’action philanthropique qui a débouché sur la professionnalisation du secteur de la nutrition véhicule une certaine moralisation de la vie publique, qui consiste à faire du bien-être des populations vulnérables un problème de société. Les bénévoles et des professionnelles du MDD se font les éloquentes porte-parole des besoins des populations sans voix et les médiatrices des services à lui fournir.

La nutrition des populations comme objet d’une intervention étatique

  • 40 Final Report of the Mixed Committee of the League of Nations, 1936; « Nutrition and Public Health  (...)
  • 41 On y trouve un important pourcentage de femmes, avec notamment Marjorie Bell (Visiting Homemakers) (...)
  • 42 Morell, « Looking Back Over Twenty-five Years », op. cit., p. 49-50.

49Un réel dialogue s’établit entre les organismes de service social et de nutrition et les gouvernements, le fédéral en particulier, afin de prendre en compte les problèmes sociaux aggravés par la crise. Des programmes d’allocations aux plus démunis sont implantés graduellement au cours de la période : pensions de vieillesse en 1927 (le Québec se joint à ce programme en 1936), aide aux chômeurs avec le Relief Act en 1930, allocations aux anciens combattants dont la loi est amendée en 1936 et 1938, allocations aux mères nécessiteuses en 1937 au Québec. Dans ce contexte, les gouvernements, sensibilisés à l’alimentation des populations, sont instamment priés d’intervenir. La publication en 1936 par la Société des Nations d’un rapport sur l’importance de l’hygiène et de la médecine préventive dans le secteur de l’alimentation contribue à donner un essor décisif à la question de la nutrition40. Le Canada crée en 1938, le Conseil canadien de nutrition, composé de scientifiques, de médecins, d’économistes et de travailleurs sociaux41. Le Conseil a le mandat de cerner, étudier et discuter les problèmes de nutrition d’intérêt régional et national, et de recommander des solutions42. Une de ses principales actions est d’établir, en 1938, l’année même de sa création, les premières « Normes alimentaires pour le Canada ». Ces normes, établies sur des données scientifiques, indiquent les quantités d’éléments nutritifs essentiels pour la grande majorité des personnes en santé.

  • 43 AMDD, Report of the Dietician, 1938, p. 4.
  • 44 Le MDD serait responsable de 90 % de la distribution de lait en 1924, MDD, « Annual Report 1924 », (...)

50Nan Garvock commente les efforts du nouveau Conseil canadien de nutrition dans les termes suivants : « the Canadian Governement has become conscious of the need to examine the food habits of her [sic] people ». Elle considère que les résultats de l’enquête gouvernementale sur la consommation de lait, diffusés dès 1938, ne font que confirmer ce que le MDD a toujours dit : « the amount of milk consumed varies in direct proportion to the income. In other words, where the income is low, the amount of milk the family buys is also low43. » Elle rappelle que cette situation est déjà bien connue au MDD, qui a fait de la distribution de lait une de ses activités principales44.

51En fait, Garvock n’hésite pas à critiquer les efforts gouvernementaux : trop peu, trop tard. Ainsi, lorsque tous les résultats de l’enquête sur l’alimentation des Canadiens sont diffusés en 1941, et bien que la méthodologie lui semble critiquable (car elle n’est menée que dans quatre grandes villes canadiennes : Halifax, Québec, Toronto et Edmonton), elle est consternée : 40 % de la population seulement s’alimente de façon adéquate, et les femmes et les adolescents figurent parmi ceux qui sont les plus mal nourris. Elle s’indigne de voir que c’est toujours les bas revenus qui engendrent la malnutrition mais aussi le manque d’éducation à la nutrition. Elle défend haut et fort l’expertise du MDD, acquise à partir des savoirs-faire et savoirs-être de ses bénévoles et professionnelles, et qui n’est pas prise en considération par l’autorité publique dans ce rapport. Elle comprend qu’il faut continuer de lutter pour faire reconnaître la nutrition aux paliers les plus élevés des pouvoirs publics.

52Inlassable porte-parole d’un MDD jaloux de ses prérogatives, Garvock multiplie ses efforts pour défendre ses positions au moment de l’entrée en guerre du Canada. Le succès de son livre de recettes ne se dément pas. La nouvelle édition du Economical Cookery Book, publiée en 1941 chez Lippincott et largement diffusée au Canada et aux États-Unis se fait sous le patronage du Nutritional Committee of Health Service of Federated Agencies. Ce comité, dirigé par Garvock, rassemble un impressionnant groupe de spécialistes. La liste des prix des aliments fait l’objet d’une forte demande de la part de divers organismes, notamment du gouvernement, et est publicisée dans une série d’émissions radiodiffusées sur la CBC. Enfin, la campagne de nutrition à l’échelle nationale à laquelle le MDD participe contribue à la création d’une section destinée à la prévention au sein du Département des pensions et de la santé nationale (Department of pensions and national health). Le MDD se fait donc connaître pour son travail et les principes alimentaires élaborés par ses soins. Après la guerre, les efforts déployés par le MDD et par sa principale porte-parole vont atteindre une reconnaissance véritablement nationale et ses recommandations contribuent à l’adoption de politiques publiques en matière de nutrition.

Intervention sanitaire et professionnalisation des métiers du care

53Différentes par leur structure et leurs objectifs, les trois associations interviennent, comme on peut le voir, de façon complémentaire dans le domaine de la santé. La Fédération suscite en amont des offres de service, fait des campagnes de financement et du lobbying auprès de l’épiscopat et des gouvernements. Elle contribue à la création d’institutions comme l’Hôpital Sainte-Justine pour les soins aux mères et aux enfants, qui s’ajoute à la structure institutionnelle privilégiée par l’épiscopat catholique, mais qui se différencie, dès sa fondation, par son caractère laïque. Elle soutient des organismes comme l’Assistance maternelle ou les Gouttes de lait qui offrent directement des services aux plus démunis. Elle s’implique, bien que tardivement, dans la professionnalisation des sciences infirmières en particulier et du travail social. De son côté, la Y crée une instance spécifique, le Dispensaire, qui passe d’une instance de service à un regroupement de professionnelles de la nutrition pour renforcer enfin son activité de lobbying en faveur d’une meilleure alimentation. Enfin, pour sa part, le NCJW offre d’abord des services de soutien en service social aux jeunes filles, pour centrer ses actions sur l’information et le lobbying sur les questions générales de santé.

54Ainsi ces trois associations s’inscrivent d’abord dans le système d’assistance établi dans chacune de leur communauté respective et contribuent à le transformer par leurs actions particulières. Les femmes qui s’y impliquent apportent un personnel et des ressources nouvelles. Et bien que toutes les trois s’inspirent d’une commune préoccupation envers les populations vulnérables, qui commence par une attention particulière envers les jeunes filles, les mères et leurs enfants, leur action à leur endroit diffère. Pour la Fédération, le bénévolat reste le pivot de l’assistance, tandis que les deux autres associations adoptent rapidement la pratique de l’offre de services professionnels. Ce n’est donc pas l’idéologie maternaliste dont elles se réclament toutes les trois qui détermine l’offre de services bénévoles ou professionnels (en nutrition, soins infirmiers ou en travail social), mais bien la structure ethnoreligieuse dans laquelle elles œuvrent. Pour les unes, confinées au bénévolat, les compétences des femmes dans le domaine du care ne peuvent déboucher sur une formation professionnelle (qui leur est fermée pendant longtemps par les institutions de haut savoir), alors que les autres contribuent à la formalisation de savoirs professionnels sur la base de leur expérience du care et participent à la création de la McGill School of Social Work et à la mise en place de programmes universitaires en diététique et en nursing à la faculté de médecine dès le début des années 1920. C’est là que seront formées les premières travailleuses sociales, infirmières et diététistes du Québec. De leur côté, ce sont les Sœurs Grises et les Sœurs hospitalières de Saint-Joseph principalement, qui offrent des cours de sciences infirmières dans les grands hôpitaux du Québec, avant que ne soit fondé, dans les années 1930 à l’Université de Montréal, l’Institut Marguerite d’Youville (qui donnera naissance à la Faculté des sciences infirmières). Du côté du travail social, il faut attendre que la fille de Marie Gérin-Lajoie et sa congrégation, les Filles du Bon Pasteur, créent une école de service social pour que les franco-catholiques puissent accéder au service social (encore très marqué par ses origines charitables) et qui deviendra à la fin des années 1920, la profession de travail social. Et la diététique sera offerte par ailleurs comme cours à l’Université de Montréal dans un programme de formation à l’extérieur de la faculté de médecine.

55La contribution des trois associations à la mise en place de ces formations, quels que soient les lieux où elles se donnent, université ou école, est essentielle. Cela commence par les campagnes de sensibilisation à l’hygiène des mères et des nourrissons et débouche sur la nécessité de transmettre les compétences sur le maternage (identifiées aux femmes) au sein d’institutions scolaires, qui donneront une éducation spécialisée établie sur des savoirs scientifiques. Leur contribution respective montre comment ce processus s’est construit.

  • 45 Leur formation comprend des cours de médecine générale orientée en pédiatrie (maladies du premier (...)

56La FNSJB soutient une formation semi-professionnelle qui débouche sur des emplois semi-qualifiés. À l’Hôpital Sainte-Justine, le comité d’infirmières bénévoles offre un cours pour former des bénévoles au travail de soins. Ce cours de six mois, enseigné par des médecins, couvre des matières médicales de pédiatrie et des éléments de soins aux enfants45. Des stages de travail dans différents services y sont ajoutés et donnent droit, après 4 ans de travail bénévole dans l’hôpital, au certificat. Entre 1925 et 1959, un quart des infirmières bénévoles en moyenne (à savoir 25 infirmières chaque année) obtient le certificat. Cette formation de base permet de pérenniser un système de bénévoles diplômées dans l’hôpital, ce qui menace le travail des infirmières salariées, ouvertement critiques à cette situation à partir des années 1930. En fait, le certificat obtenu par les infirmières bénévoles les mène plutôt au métier d’infirmières auxiliaires qui se professionnalise au début des années 1950. Ce programme de formation, centré sur les bénévoles, débouche sur un travail salarié et spécialisé pour une partie d’entre elles, maintenant les autres dans le bénévolat et l’action charitable. L’importance du bénévolat comme mode d’accès à un emploi et à un métier pour des femmes sans autre formation durant cette période est patente, même si le cas de Sainte-Justine ne peut être généralisé du fait de la structure fortement autarcique de cette institution.

57L’École et l’Association des aides maternelles, créées par la FNSJB à la fin des années 1920, offrent un autre cas de figure. Fondée après consultation des supérieures des principales institutions religieuses pour nourrissons et bébés et des directrices anglo-protestantes (Mmes Church et Stratford) de la Trained Attendants’Association, l’Association offre des services d’aide aux femmes qui ne peuvent rétribuer une infirmière. L’aide maternelle, qui n’est ni une infirmière diplômée ni une domestique, a pour mission d’aider la mère de famille à refaire sa santé à domicile après la naissance de son enfant. Les aides maternelles (des jeunes filles de 19 à 25 ans) reçoivent donc une formation d’enseignement ménager, en plus des cours théoriques et pratiques sur l’hygiène, les soins sanitaires et médicaux qui sont dispensés par la Crèche d’Youville, l’Assistance maternelle et l’École ménagère provinciale.

58Au cours de l’été 1928, la FNSJB crée l’Association des aides maternelles, qui devient un syndicat professionnel incorporé en janvier 1930. Cette orientation syndicale plutôt que professionnelle, si elle permet une certaine sécularisation de ses services (accessibles à partir de 1935 aux familles anglophones protestantes, et parfois juives), limite son champ d’action. L’Association a du mal à placer toutes ses gardes dans les familles en raison de la crise et de la difficulté à faire reconnaître son expertise. Son créneau est mal défini : bien que les règlements de l’Association stipulent clairement ses fonctions (elles ne sont pas des servantes), les aides maternelles se plaignent d’être engagées comme domestiques. La difficulté de rémunérer des soins non spécialisés, offerts à domicile, dans un espace laissé vacant entre l’infirmière et l’aide ménagère explique partiellement l’échec de cette entreprise. Plus fondamentalement, la FNSJB s’est fourvoyée en maintenant les services aux mères dans la catégorie des soins domestiques, donnés à domicile par des femmes syndiquées et sans grande formation, plutôt que dans celles plus porteuses des soins professionnels. À la YWCA, une initiative similaire aboutit à un résultat diamétralement opposé. Une infirmière, Mlle Parker, crée une école anglophone d’auxiliaires dans les années 1920 qui offre un cours (12 séances) d’une durée de trois mois, intitulé Home Nursing (« A Course which no woman can do without ») et auquel on ajoute certaines matières pour acquérir le titre de Trained Attendants. Ce cours vise à enseigner aux femmes la pratique du nursing, les qualifiant pour les soins des convalescents et des cas légers, et pour l’aide aux médecins et infirmières diplômées. Une grande variété de sujets y sont enseignés, dont la structure du corps et des organes, l’observation des symptômes de l’appendicite, la circulation sanguine et les fonctions respiratoires, urinaires, etc.

59Aux matières d’anatomie et de pathologie générales, s’ajoutent des notions de prévention, de remèdes et traitements simples pour les maux quotidiens, comme les engelures, brûlures, évanouissements, rhumes, maux de tête, saignements de nez, infections légères. En 1927, on compte 20 diplômées pour le cours de Trained Attendants, la classe la plus nombreuse depuis le début de la formation, mais leur nombre ira en augmentant. Ainsi la Dre Mary Bird, du département d’éducation rappelle aux diplômées que l’objectif du cours est de les former à soigner les malades, et rappelle les principes des soins : le tact, la bonne santé, la sympathie, l’apprentissage (training) et l’amour. À cette instruction formalisée s’ajoute l’affiliation professionnelle nationale : lors de la rencontre annuelle de la Trained Attendants’Association, tenue à la YWCA le 1 er février 1927, on annonce la Charte fédérale qui incorpore la Trained Attendants’ Association of Canada. Éducation spécialisée, constitution d’associations professionnelles, tout cela dénote la volonté de ces femmes de se doter de compétences définies, et de se définir un rôle propre en vue de leur professionnalisation (qui leur sera accordée plus tardivement dans les années 1960 et 1970).

60Ainsi, bien qu’ayant des fonctions semblables, la stratégie professionnelle des Trained Attendants (ou aides infirmières) diffère radicalement de celle adoptée par les aides maternelles (davantage des puéricultrices), qui s’oriente plutôt vers la syndicalisation. Tout cela, et le fait que les aides maternelles travaillent également à domicile tandis que les Trained Attendants interviennent dans le système de santé, a des conséquences importantes en termes de statut et de salaire. Lors de l’assemblée du 14 octobre 1929 de l’Association des aides maternelles, la différence de salaire entre les deux catégories suscite la grogne des participantes. Les aides formées en seulement trois mois à la YWCA, représentées par Mlle Stratford (responsable du registre des Trained Attendants), gagnent 1 $ de plus que les aides maternelles de la FNSJB. Devant cette situation, les dirigeantes de la FNSJB tentent de calmer le jeu en argumentant que les anglophones ont davantage d’argent que les francophones… Ce cas a certainement valeur d’exemple, en ce qu’il révèle la prégnance de modèles confessionnels différents qui structurent les systèmes de soins, alors même que l’idéologie maternaliste qui les sous-tend est semblable. Il est intéressant d’observer que le discours maternaliste permet de justifier aussi bien la professionnalisation des services de care que leur subordination aux autres professions de soins. Tout dépend de la stratégie utilisée pour les faire valoir et des institutions auxquelles elles se trouvent confrontées dans leurs communautés respectives. La forme de ces institutions est également une variable à prendre en compte : plus elles sont centralisées, et moins elles laissent de place aux initiatives de la société civile (les institutions franco-catholiques) ; plus elles sont diversifiées, et plus ces initiatives peuvent se déployer et occuper l’espace public.

*

61Notre analyse de ces associations montre l’étendue de l’implication des femmes dans le développement d’un réseau de santé publique au Québec, avec, à Montréal, une professionnalisation un peu plus tardive des Canadiennes françaises dans le domaine du care par rapport aux anglo-protestantes. La modernité de leur intervention réside dans la diversité des services offerts et des stratégies utilisées par chacun des groupes confessionnels pour faire valoir leurs propositions. Outre l’éducation des familles et la professionnalisation des services aux patients, ces associations participent au processus de réforme des services de soins. Les préoccupations des femmes y sont centrales depuis le début : il y a d’un côté les bénévoles et les professionnelles qui soulagent la misère des plus démunis, et de l’autre, les mères qui doivent être secourues en priorité. L’étude des associations révèle une vision commune des soins : un souci des populations vulnérables, dont la santé doit être prise en charge par des institutions publiques. Conscientes des difficultés de cette prise en charge par des administrations, ces associations vont chercher à combler les manques et être à la fois des vecteurs de services et d’expertise. Ce faisant, elles jouent le rôle d’intermédiaires entre les patients et les agences ou administrations gouvernementales (subventions), ce qui permet à nombre de leurs membres de connaître une certaine notoriété et la mobilité sociale qui l’accompagne parfois. On voit bien l’influence du discours maternaliste dans la structuration de ce nouveau champ du care avec d’un côté la professionnalisation de ces services au début du XXe siècle, alors que les professionnelles écartent graduellement les bénévoles, et de l’autre l’intervention des instances étatiques et le pouvoir complexe qu’elles entretiennent avec les médecins et les administrations dans ce nouveau champ d’action (du cure pour les médecins et du care pour les infirmières, sages-femmes, travailleuses et assistantes sociales, etc.).

62La YWCA, le NCJW et la FNSJB agissent aussi, on l’a vu, comme des révélateurs des grands problèmes sociaux, en se portant au secours des catégories vulnérables de la population (pauvres, malades, mères pauvres, etc.) et en faisant de cette activité la base de leur lobbying auprès des administrations. Sensibles aux besoins qui ne sont pas desservis par les services sociaux, elles déploient leur action dans la zone complexe constituée à la lisière de l’assistance sociale et de la charité privée. En rapport étroit avec le système de santé, avec le soutien des médecins et des travailleurs sociaux, ces associations ne se laissent pas envahir par les logiques médicales (corporatistes) ou hospitalières (religieuses et bureaucratiques), et ce, même si elles ont largement recours aux logiques professionnelles, dès que leurs services sont mis en place. Ces derniers demeurent centrés sur des fonctions de service aux plus démunis, de formation de leurs membres (au service professionnel mais aussi à la citoyenneté) et de lobby auprès des gouvernements (favorisant ainsi l’accès de femmes comme Garvock à des postes de décision dans la fonction publique). À ce titre, elles sont d’abord et avant tout des organismes philanthropiques, charitables, laïcs et bénévoles qui contribuent à séculariser (et parfois à moraliser) les services de soins et d’assistance.

63Ces services spécialisés, dispensés par des femmes bénévoles à partir de savoirs dérivés des fonctions féminines traditionnelles et de l’idéologie maternaliste qui les valorise, deviennent rapidement des services professionnels en nursing, service social et diététique, qui seront rapidement intégrés dans le système de santé et qui contribueront à le réformer en profondeur. De fait, ces associations contribuent au transfert de ressources qui, de bénévoles et gratuites, deviennent professionnelles et rémunérées dans le cas du MDD, de l’Hôpital Sainte-Justine, et semi-professionnelles dans le cas de l’Assistance maternelle et des Trained Attendants.

64Participant à l’élargissement de la sphère de compétence de l’administration publique pendant les quelque vingt années de l’entre-deux-guerres, et sortant du domaine privé et domestique, ces femmes philanthropes de la bourgeoisie juive, anglo-protestante et franco-catholique établissent le lien entre les problèmes d’hygiène et la santé des populations, ce qui leur permet de réclamer une intervention de l’État dans de tout nouveaux domaines de santé publique, comme on l’a vu pour la nutrition. L’intervention ultérieure du gouvernement fédéral dans le champ de l’assistance aux pauvres malades, compétence relevant de l’Église et du gouvernement du Québec, projette alors leur action au-delà de leur propre communauté et devient partie intégrante du développement des services de santé publique à Montréal.

65L’appartenance au genre féminin est enfin un aspect essentiel de leur action : ce sont des femmes qui doivent être secourues avant tout, en particulier des milieux défavorisés et ce sont des femmes bénévoles et professionnelles qui dispensent les services d’aide et de soins. C’est au nom des femmes et de la vision maternaliste de la morale familiale que ces associations se font entendre par l’État et se confrontent aux corporatismes nombreux qui balisent déjà le champ de la santé publique. Construisent-elles alors un nouveau lobby tout aussi fermé (féminin et maternaliste), à l’image de ceux qui lui font face, ou sont-elles, comme des historiennes le prétendent, de simples instruments du corporatisme médical et patriarcal ?

66Il n’y a pas de doute que, comme dans tout effort pour construire cette force d’intervention autour du maternalisme, ces associations gomment les distinctions de classe qui existent entre les philanthropes qui les dirigent, les professionnelles qui y travaillent et leurs clients, des pauvres, malades, souvent des immigrants fraîchement arrivés. Ces caractéristiques de genre et de classe, qui redoublent une appartenance ethnoconfessionnelle (pas toujours homogène mais présentée comme telle), peuvent apparaître contradictoires avec le discours émancipateur des réformatrices, dont le maternalisme fut porteur. Si le discours moral de ces associations est fréquent, ce maternalisme se distingue toutefois des entreprises de contrôle social des mères, dont on l’a trop rapidement affublé. On a vu au contraire ces associations s’opposer à de nombreuses reprises à la médicalisation de la santé des femmes par les médecins en particulier. L’ouverture d’un marché de l’emploi salarié pour nombre d’entre elles dans des secteurs entièrement nouveaux de la santé publique est également à porter à leur crédit. Elles inaugurent l’ère d’un « maternalisme d’État » dont les revendications de pensions pour les mères nécessiteuses, qui sont analysées dans le chapitre suivant, signalent l’existence.

Notes

1 Janine Barbot, « Recherche médicale et mobilisations collectives. Le cas des associations de lutte contre le sida », thèse de doctorat, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2000.

2 J. A. Beaudouin, « La mission sociale de l’hygiène », Revue trimestrielle canadienne, vol. 8, no 30, 1922, p. 222.

3 Robert Gagnon et Natasha Zwarich, « Les ingénieurs sanitaires à Montréal, 1870-1945 : lieux de formation et exercice de la profession », Urban History Review, vol. 37, no 1, 2008, p. 3-20.

4 Le mouvement hygiéniste québécois est l’initiateur du mouvement canadien. Voir Yolande Cohen et Michèle Gélinas, « Les infirmières hygiénistes de la Ville de Montréal », Histoire sociale, 1989, vol. 22, no 44, p. 219-246 ; François Guérard « L’hygiène publique au Québec de 1887 à 1939 », Cahiers d’histoire, vol. 17, no 1-2, p. 76-94 ; Denis Goulet, Gilles Lemire et Denis Gauvreau, « Des bureaux d’hygiène municipaux aux unités sanitaires. Le conseil d’hygiène de la province de Québec et la structuration d’un système de santé publique, 1886-1926 », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 49, no 4, printemps 1996, p. 491-520.

5 Ces chiffres sont tirés de l’étude basée sur les rapports municipaux annuels sur la santé publique à Montréal publiée par Martin Tétreault, « Les maladies de la misère – aspects de la santé publique à Montréal – 1880-1914 », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 36, no 4, 1983, p. 506-526.

6 Ibid., p. 515.

7 Yolande Cohen, Jacinthe Pepin, Esther Lamontagne et André Duquette, Les sciences infirmières : genèse d’une discipline. Histoire de la faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2002 ; Yolande Cohen, Profession infirmière : Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2000.

8 Cynthia R. Comacchio, Nations are Built of Babies : Saving Ontario’s Mothers and Children, 1900-1940, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1993 ; Denyse Baillargeon, « Gouttes de lait et soif de pouvoir. Les dessous de la lutte contre la mortalité infantile à Montréal, 1910-1953 », Canadian Bulletin of Medical History, vol. 15, 1998, p. 27-57.

9 Baillargeon, « Gouttes de lait », 1998, p. 29.

10 Jean Cournoyer, La Mémoire du Québec de 1534 à nos jours : répertoire des noms propres, Montréal, Stanké, 2001 ; Maryse Darsigny, « Caroline Béique (1852-1946). Cofondatrice de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste », dans Maryse Darsigny (dir.), Ces femmes qui ont bâti Montréal. La petite et la grande histoire des femmes qui ont marqué la vie de Montréal depuis 350 ans, Montréal, Remue-Ménage, 1994, p. 154-155 ; Yvan Lamonde, Louis-Antoine Dessaules, 1818-1895 : un seigneur libéral et anticlérical, Québec, Fides, 1994. Photographie de Caroline Béique, ANQ-FMCW/CFM, P653-S6-SS3-SSS1-D2-P001.

11 Le MLCW s’implique dès 1897 dans la « Pure Milk League ». En 1901, par l’entremise du « Montreal Foundling and Baby Hospital » qui lui est affilié, le MLCW ouvre le premier dépôt de lait expérimental à Montréal. Ces centres sont financés par des organismes charitables, par des subventions de la Ville et par la Ligue du lait pur.

12 Baillargeon, op. cit., 1998, p. 29-34.

13 SACJC-ANCJW, J. J. Jacobs, « Twenty Years of Service and Development », NCJW Scrapbook, Year 1937 – Extraits.

14 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 10 octobre 1934.

15 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 3 janvier et 14 février 1934.

16 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 10 octobre 1934.

17 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 24 janvier 1934, 5 décembre 1934 et 4 décembre 1935.

18 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW du 6 mars 1935.

19 SACJC-ANCJW, « Final issue of the first year of the Council Bulletin, April 22, 1931 – Montreal Section ».

20 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 2 janvier et 13 février 1935.

21 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 22 mai 1935.

22 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif du NCJW, 4 mars 1936.

23 SACJC-ANCJW, Year book, 1944, p. 45.

24 À l’origine du MDD se trouve l’initiative, lancée par le YWCA en 1874, de former un comité de visites d’hôpitaux. Quelques années plus tard, en 1879, le Diet Dispensary est fondé, en collaboration avec l’American Presbyterian Church.

25 Young Women’s Christian Association, Diet Dispensary, Fifth Annual Report, 1884, p. 1.

26 AMDD, lettre de Emily DeWitt aux médecins de la Ville de Montréal, 10 juin 1879, reproduite dans Renée Rowan, Un phare dans la cité. Le dispensaire diététique de Montréal, Montréal, Ordine, 2000, p. 12.

27 François Guérard, « L’histoire de la santé au Québec », 1996, p. 45, 53.

28 Anne MacLennan, Red Feather in Montreal: A History, Montréal, Red Feather Foundation, 1996, p. 15.

29 Elle est accompagnée de Mmes Walker, White, Allen et Hutchison et de Mlles Lightall et Drummond. En plus, 16 femmes constituent le comité bénévole général. MDD, « Annual Report 1922 », dans Montreal Council of Social Directories, Welfare Work in Montreal 1922, Montréal, Herald Press Limited, 1922, p. 34.

30 MDD, « Annual Report 1922 » et « Annual Report 1924 », p. 210-214.

31 Les diplômées des écoles de sciences domestiques américaines et canadiennes se sont regroupées en association binationale en 1917. Peu de temps après, des associations canadiennes naissent : l’Association de diététique du Québec est créée en 1924 et celle de l’Ontario est fondée en 1927. La création de l’Association canadienne de diététique se fait plus tard, en 1934. Ces regroupements rassemblent au début des diplômées de la section diététique des sciences domestiques et, à partir de 1942, celles des programmes de nutrition (notamment de l’Université de Montréal), Fahmy-Eid, Femmes, santé et profession, p. 41, 80-100.

32 MDD, « Annual Report 1930 », dans Montreal Council of Social Agencies, Welfare Work in Montreal, 1927-1930, p. 222-226.

33 MDD, « Annual Report 1925 », dans Montreal Council of Social Agencies, Welfare Work in Montreal 1925, p. 218.

34 Les organismes suivants: le Victoria Order of Nurses, la Child Welfare Association, le Maisonneuve Community Centre, le Griffintown Club, le Rosemont Community Centre, la Family Welfare Association, la Big Sister Association, le Red Cross Group, les services sociaux des hôpitaux (Montreal General, Royal Victoria et Maternity), le Montreal Park and Playground, la Community Garden League, les Wartime Day Nurseries, l’University Settlement, l’Iverley Settlement, la Soldier’s Wife League.

35 AMDD, Report of the Dietician in charge of the Montreal Diet Dispensary, 1936, p. 1.

36 Toutefois, cette information n’est évoquée que deux fois dans les rapports annuels : l’une en 1897. qui fait référence à une demande de service de la part de « French Protestants » — d’ailleurs, ce service est offert au point de service East End Branch en 1904 —, et l’autre, en 1935 lors d’une enquête effectuée par le MCSA et la Financial Federation (FF) sur les agences : « The services of the Dispensary are limited to those of protestant faith » (Montreal Council of Social Agencies/Financial Federation, Report of the Survey Committee, Section Four: A Report on Health Services, Montréal, MCSA/FF, 1935, p. 38).

37 Julian Armstrong, « Nan Garvock Retires: Career Devoted To Good Health », The Gazette, mercredi 19 nov., 1958, p. 10; MDD, « Annual Report 1983 »; An., « Birth and Death Notices – Garvock, Nan Oliver », Ottawa Citizen, samedi 28 mai 1983, p. 58.

38 MDD, « Annual Report 1927 », p. 224.

39 Tara Diane Corless, « “Lunch boxes on the march”: Women, Familyfeeding, and the Nova Scotia Nutrition Program, 1935-1959 », mémoire de maîtrise (histoire), Dalhousie University, 1998. Corless examine les origines nationales du programme de nutrition de la Nouvelle-Écosse dans les années 1940, en relation avec les groupes locaux de femmes bénévoles et de professionnelles. L’adoption d’une politique nutritionnelle par le gouvernement a permis d’élargir la citoyenneté pour les femmes durant la guerre et l’après-guerre, tout en les soumettant à une nouvelle forme d’examen et de contrôle social. En ciblant les femmes, comme mères de famille, le programme de nutrition a fourni la caution idéologique pour renforcer l’imposition d’une identité féminine dans l’après-guerre (p. 3).

40 Final Report of the Mixed Committee of the League of Nations, 1936; « Nutrition and Public Health », League of Nations Quarterly Bulletin, juin 1935, cités par C. A. Morrell, « Looking Back over Twenty-five Years at the Canadian Council on Nutrition », Canadian Nutrition Notes, vol. 19, no 5, mai 1963, p. 50.

41 On y trouve un important pourcentage de femmes, avec notamment Marjorie Bell (Visiting Homemakers), Hiltz (University of Manitoba), McCreday (MacDonald Institute), Frances McNally (Acadia University), O’Neil (Catholic Women’s League), Pepper (Department of Agriculture, Alberta), Clarke (Ontario Women’s Institute), Rosamond Carter et Stevenson Rogers (Canadian Red Cross). The Dietetic Profession in Canada, Margaret Lang et Elizabeth Upton (dir.), Toronto, Canadian Dietetic Association, 1973.

42 Morell, « Looking Back Over Twenty-five Years », op. cit., p. 49-50.

43 AMDD, Report of the Dietician, 1938, p. 4.

44 Le MDD serait responsable de 90 % de la distribution de lait en 1924, MDD, « Annual Report 1924 », p. 210-214.

45 Leur formation comprend des cours de médecine générale orientée en pédiatrie (maladies du premier âge, alimentation), des cours de chirurgie et d’obstétrique, et des cours sur les maladies contagieuses. Danielle Nepveu, « Le mouvement de professionnalisation des infirmières-auxilaires au Québec : 1950-1974 », mémoire de maîtrise (histoire), Université du Québec à Montréal, 1985.

Table des illustrations

Titre Caroline Dessaulles-Béique
Légende Saint-Hyacinthe, 13 octobre 1852 – Montréal, 8 août 1946
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search