Version classiqueVersion mobile

Femmes philanthropes

 | 
Yolande Cohen

Chapitre 3. L’aide aux immigrants : cloisonnement communautaire et pluralisme religieux

Texte intégral

1Pays d’immigration, le Canada attire de nombreux immigrants, qui suivent la plupart du temps des filières familiales et régionales dans leurs parcours migratoires. Les nombreuses associations confessionnelles et sociétés nationales sont ainsi omniprésentes dans ce champ, s’occupant des informations avant et après l’immigration, de l’aide et de l’assistance à leurs coreligionnaires et compatriotes arrivés en sol canadien. Ces réseaux constitués la plupart du temps sur une base ethnoreligieuse ont permis la confrontation de différents modèles d’assistance aux immigrants et d’une forme de pluralisme religieux, sorte de creuset où ces différentes religions doivent coexister dans une ville comme Montréal. Peut-être pourra-t-on y voir une des expressions de la religion civile, qui fait de l’accueil aux immigrants une sorte de devoir civique qui deviendra la marque de l’entraide citoyenne canadienne ?

  • 1 Voir Mark I. Choate, Emigrant Nation: The Making of Italy Abroad, Cambridge, Harvard University Pr (...)

2Un grand nombre d’associations nationales sont, en tout cas, créées très tôt, établissant des liens avec leurs pays et régions d’origine, et ouvrant ainsi un flux continu de migrations transnationales, avec des conséquences majeures sur la configuration des régions d’accueil partout au Canada. Ces associations visent dans un premier temps l’accueil et l’installation des immigrants, mais évoluent très vite, agissant comme leviers d’intervention auprès des gouvernements pour influencer leurs politiques d’immigration. Les cas des associations anglaises, écossaises, irlandaises et italiennes sont bien connus. Ils montrent l’importance des liens établis et maintenus durant plusieurs générations entre régions d’origine et d’accueil, ce qui ouvre à de nouvelles interprétations du phénomène migratoire et de son impact sur l’histoire nationale. En effet, l’organisation en amont et en aval de ces migrations par des États, comme l’Italie par exemple, et par des associations nationales (Italy Abroad) permet de montrer une globalisation du monde bien avant le début du XXe siècle et une structuration multiforme et multiethnique des sociétés où s’établissent ces immigrants1. Dans une confédération très décentralisée comme le Canada, on comprend que ces associations déterritorialisées jouent un rôle déterminant pour définir les contours de leur propre communauté et leur insertion dans la société. Paradoxalement, une des manifestations du pluralisme religieux au Québec a été l’instauration d’un cloisonnement ethnique et religieux : dès les débuts de la Confédération coexistent ainsi plusieurs communautés déterritorialisées, qui seraient à l’origine de ce que l’on appelle les deux solitudes (anglo-protestantes et franco-catholiques). À y voir de plus près, ce cloisonnement n’est pas aussi étanche que l’on dit, l’accueil des immigrants devenant rapidement une responsabilité que se disputent les administrations locales, provinciales ou fédérales.

3Le Travellers’ Aid (TA) de Montréal, association créée par la Young Women’s Christian Associations (YWCA), est la première et seule association spécifiquement dédiée à l’assistance aux immigrants. Le National Council of Jewish Women (NCJW) s’est certes doté de comités d’aide aux immigrants, mais rien qui ne soit comparable aux TA, et il n’en existe pas d’équivalent non plus du côté franco-catholique. L’étude de l’intervention de ces associations ainsi que celles des francocatholiques dans certaines paroisses permet de mieux entrevoir la conception qu’elles se font de leur rôle auprès des immigrants. Comment ces associations considèrent-elles leur rôle d’assistance aux immigrants ? Comment l’idéal protestant et sécularisé des réformatrices sociales, avec ses accents féministes, parfois même socialistes, se retrouve-t-il avec celui des évangélistes intransigeantes et militantes d’une pureté canadienne ? Comment ces visions contraires trouvent-elles leur expression dans la sphère publique ? On se demandera aussi si ces associations, qui préconisent l’entraide privée, charitable et entre soi, sont prêtes à accepter l’intervention de l’État dans leur sphère de compétence et sur quel argumentaire.

4L’influence de ces associations sur les questions d’immigration et d’accueil des immigrants en particulier a conduit à une sorte de complémentarité des services rendus par elles et par les différents bureaux des gouvernements, débouchant sur l’adoption de certaines politiques d’immigration. On fait l’hypothèse ici que leur action est bien souvent complémentaire et se fait, non pas dans l’ignorance ou la compétition, mais plutôt en fonction d’une certaine spécialisation de leurs services aux immigrants et des politiques qu’elles préconisent. Ainsi, ces associations identifient des interlocuteurs différents auxquels adresser leurs revendications. Cette démarche reflète leurs réseaux d’influence respectifs et le type d’intervention privilégié par chacune d’entre elles. Les associations anglo-protestantes et juives adressent des pétitions au gouvernement fédéral d’abord et provincial, ensuite. Les associations franco-catholiques font des demandes de subvention au gouvernement municipal, palier d’intervention qui recoupe la structure paroissiale de l’Église catholique, à Montréal surtout. Or, au Québec, ce sont les municipalités qui mettent en œuvre les politiques fédérales. Il est clair que, dans un tel contexte, le rôle des associations dans l’accueil aux immigrants va être bien différent au Québec par rapport aux autres provinces canadiennes, où elles jouent un rôle prépondérant en l’absence de toute autre aide fournie par les institutions publiques.

  • 2 Marcela Aranguiz, « Les pouvoirs urbains et la prise en charge des vagabonds à Montréal : le cas d (...)

5À partir de 1910, un double système est mis en place pour accueillir les immigrants, par les municipalités du Québec et par le gouvernement fédéral. D’une part, des bureaux municipaux sont créés pour gérer l’inscription officielle et l’intégration des immigrants, supervisant leurs trois ans de probation, les aidant dans leur recherche de logement et de travail, et vérifiant leur bonne intégration. Ces bureaux sont également autorisés à délivrer les documents nécessaires à leur acceptation finale comme citoyens canadiens. À Montréal, le Bureau de l’assistance municipale, crée par Albert Chevalier, devient ainsi l’organisme le mieux équipé pour transmettre les informations nécessaires à l’application des nouvelles directives concernant les expulsions des indésirables par exemple. Ancien sous-greffier de la cour de Montréal, Chevalier devient rapidement l’une des autorités montréalaises en matière d’assistance publique. Pour réaliser son enquête sur les refuges municipaux, il voyagera dans de nombreuses villes américaines en se faisant souvent passer lui-même pour un sans-abri2. Il en reviendra avec un rapport qu’il soumet en 1911, dans le cadre de la commission chargée d’étudier le bien-fondé de l’établissement d’un refuge géré par la municipalité de Montréal, qui conduit en 1914 à la fondation du refuge municipal Meurling.

  • 3 Ce chapitre s’appuie sur le dépouillement des documents du Parlement du Canada (ci-après PC), Docu (...)

6De son côté, le gouvernement fédéral s’appuie sur un véritable réseau d’associations charitables privées (une cinquantaine environ à Montréal seulement) pour dispenser de l’aide aux immigrants. Certaines d’entre elles sont engagées par la Ville de Montréal pour des services d’hygiène publique, comme les Sœurs Grises et les Sœurs de la Providence, d’autres, comme les Sociétés Saint-Vincent de Paul offrent un soutien à domicile à tous les nécessiteux, quel que soit leur statut. Ce quadrillage communautaire (ethnoreligieux et linguistique) et municipal permet à la fois une diversification des services offerts aux pauvres et aux immigrants et sans doute aussi un contrôle social accru. Les associations d’originaires permettent également de maintenir des liens actifs avec les pays d’origine, qui témoignent d’un brassage important de populations, dû à ces migrations transnationales. L’expertise acquise par les bénévoles dans ces organisations et au service des administrations municipales et fédérales pose très vite la question de la sécularisation de leurs services. L’ensemble des services offerts par ces associations déterritorialisées crée entre elles une certaine émulation ainsi que l’émergence de savoirs experts et professionnels qui traversent les frontières ethnoconfessionnelles et contribuent peut-être à faire tomber ces barrières. La coexistence de ces nombreuses associations, rassemblant des personnes de plusieurs confessions et d’origines nationales diverses, permet de mieux évaluer les modalités du pluralisme religieux, tissant la trame d’une société civile souvent transnationale. Nous tâcherons de comprendre comment se jouent les délicats équilibres interethniques et interreligieux au cours des débats sur l’immigration à la Chambre des communes, et au sein des associations elles-mêmes3. Mais commençons d’abord par situer le contexte des politiques d’immigration au Canada, ce qui nous permettra de mieux envisager l’action des philanthropies auprès des immigrants et leur rôle dans l’intervention nouvelle de l’État dans ce domaine.

Les politiques d’immigration

7De la création de la Confédération à l’après-Deuxième Guerre mondiale, l’histoire du Canada se divise, en matière de politique d’immigration, en deux grandes périodes : de 1867 à 1919 et de 1920 à 1946. On verra comment les associations composent avec ces politiques, en suscitant certaines et contestant d’autres, pour faire avancer leurs vues concernant l’accueil aux immigrants.

De l’ouverture à la sélection (1867-1919)

  • 4 Valerie Knowles, Strangers at our Gates: Canadian Immigration and Immigration Policy 1540-2006, To (...)
  • 5 L’immigration en provenance des îles Britanniques représente environ 60 % des entrées jusqu’en 191 (...)

8Le Canada se dote dès 1869 de sa première loi consacrant sa compétence en matière d’immigration, la Canadian Immigration Act, à un moment où la population canadienne est très largement constituée des trois grands groupes que sont les nations amérindiennes, les immigrants d’origine britannique et ceux d’origine française4. Cette loi, qui ouvre le Canada à l’immigration, amorce une période dite de « laisser-faire » qui va jusqu’en 1895 : elle permet aux immigrants d’entrer librement au Canada et sans autre forme de procès5. Des agents recruteurs du département d’immigration sont dépêchés dans les grandes capitales européennes et américaines pour susciter l’immigration d’agriculteurs avec un certain capital, de travailleurs agricoles et de domestiques essentiellement. Quelques sociétés charitables semblent chercher à combler les besoins du marché du travail par le recours à de la main-d’œuvre immigrante. Généralement associées au processus de recrutement des immigrants dans leurs pays d’origine, ces sociétés seront reconnues en 1872 par une loi qui en fait des agents de l’État. Ces sociétés d’immigration ont désormais une obligation contractuelle à l’égard des immigrants qu’elles font venir : elles leur payent leur voyage et s’engagent à leur trouver un emploi, tandis que les immigrants s’engagent, une fois employés, à leur rembourser ces frais.

  • 6 Denise Helly, « Voluntary and Social Participation by People of Immigrant Origin: Overview of Cana (...)

9Les agents d’immigration stationnés dans les ports du pays n’offrent pas d’aide aux nouveaux arrivants, les adressant aux organismes des différentes communautés. Le gouvernement fédéral agit comme un intermédiaire peu encombrant entre les employeurs et leurs futurs employés, mettant à leur disposition des agents de l’État et des subsides qui augmentent avec le temps. Il cherche surtout à ce que les provinces prennent la pleine responsabilité de l’immigration puisqu’il considère que c’est à elles qu’elle profite le plus. Les initiatives en matière d’immigration restent cependant le fait du gouvernement fédéral, qui organise la colonisation des territoires de l’Ouest en recrutant des paysans européens par l’intermédiaire de compagnies6. Cette initiative de repeuplement s’avère cependant peu efficace, ce qui pousse Ottawa à reprendre les rênes de la politique d’immigration dès le milieu des années 1890. Sensible à une xénophobie grandissante, surtout envers les immigrants asiatiques, Ottawa adopte plusieurs amendements visant à limiter l’immigration chinoise. En 1885, le gouvernement impose des frais d’entrée de 50 $ à chaque immigrant chinois (« head tax »), qui seront doublés en 1900 pour atteindre 100 $ et quintuplés en 1903 (500 $). En 1914, on y ajoute une nouvelle taxe de 200 $ pour l’installation (landing tax). Finalement, en 1923, les Communes adoptent le Chinese Immigration Act qui met fin à l’immigration chinoise au Canada jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. En 1890, le ministre Clifford Sifton, se disant soucieux de la capacité d’assimilation des immigrants, se fait le chantre de l’immigration dite sélective qui favorise l’installation de Britanniques, d’Américains et de Français par l’offre de terres gratuites. Les justifications sont clairement établies : les élites canadiennes cherchent le plus possible à peupler le Canada de gens qui ont la même culture qu’eux, c’est-à-dire des « Blancs » d’origine européenne, de préférence anglo-protestants. Or, les objectifs de peuplement ne sont pas atteints et les autorités canadiennes se tournent vers l’immigration en provenance de l’Europe de l’Est, substantiellement non anglo-celtique et non française.

  • 7 Philippe Rygiel, Le temps des migrations blanches. Migrer en Occident (1840-1940), Paris, Aux lieu (...)
  • 8 Catherine Collomp, Entre classe et nation. Mouvement ouvrier et immigration aux États-Unis, Paris, (...)

10L’arrivée de la plus grande vague d’immigration dans l’histoire du Canada a lieu entre 1902 et 1914, avec plus de trois millions d’immigrants. Si les deux tiers des flux proviennent du Royaume-Uni et des États-Unis, des dizaines de milliers d’immigrants sont originaires d’Europe (Italiens), du Nord et de l’Est (Ukrainiens, Polonais, Hongrois, Roumains et Russes). Une politique de sélection des immigrants est alors élaborée, qui aboutit à l’adoption de l’Immigration Act de 1906 et donne à l’État la possibilité d’expulser « les indésirables » : les immigrants devenus une charge publique, ceux qui ont été emprisonnés, des malades, ou des immigrants dépendant d’un organisme charitable pour subvenir à leurs besoins. Cette loi établit ainsi les paramètres de l’identité nationale telle qu’elle était véhiculée par le gouvernement fédéral, mais aussi par les différentes associations caritatives, qui cherchent à protéger le renouvellement de chacune de leurs communautés. Amendée en 1910, la nouvelle loi confère au cabinet un pouvoir illimité et discrétionnaire pour réguler le volume, l’origine ethnique ou l’origine sociale des immigrants qui désirent s’installer au Canada. Le gouvernement peut désormais interdire l’entrée sur le territoire canadien aux immigrants appartenant à des groupes dits « inadaptés » au climat ou aux besoins du Canada. Ce changement dans la politique d’immigration, qui devient de plus en plus sélective, apparaît comme un phénomène international. En effet, les États-Unis, l’Angleterre et d’autres pays mettent en place au même moment des dispositifs similaires de sélection des immigrants7. Les partisans d’un contrôle de l’immigration appartiennent soit à l’élite qui, partageant des représentations semblables sur les immigrants, justifie ainsi sa position sociale et redoute la remise en cause des institutions qu’elle dirige, soit au mouvement ouvrier qui veut protéger le bassin d’emploi et contrer la dégradation des salaires et qui mobilise le thème de l’appartenance nationale dans un souci d’intégration à la scène politique8. Dans ce contexte de contrôle de l’immigration au Canada, les fonctionnaires du ministère de l’Immigration accusent les sociétés philanthropiques d’avoir fait venir des « indésirables » au Canada et tentent de restreindre leurs initiatives. S’ils doivent admettre que leur travail auprès des immigrants est important, ils recommandent que le Ministère ne leur donne plus d’encouragement officiel et moins de subventions. La Première Guerre mondiale conforte l’ère du protectionnisme : les débats sont marqués par l’appel au renvoi des ressortissants allemands ou originaires de l’Autriche-Hongrie et de l’Empire ottoman, bien qu’ils soient des citoyens canadiens de longue date. Après la Révolution russe, le gouvernement préconise des mesures d’exclusion envers quiconque serait acquis aux idées subversives prônant le renversement du gouvernement ou la destruction de la propriété privée.

La politique de fermeture (1919-1946)

11De 1921 à 1931, on constate une diminution de l’immigration : de 60 000 à 170 000 immigrants (essentiellement en provenance de l’est de l’Europe) franchissent les frontières chaque année. Puis le Canada ferme ses portes à l’immigration pendant les années 1930. Une bureaucratisation tatillonne s’empare du contrôle du processus d’immigration, ce qui a pour conséquence un resserrement de l’étau administratif sur les organisations qui œuvrent dans ce domaine. La législation relative à l’immigration change à plusieurs reprises au cours des décennies 1920 et 1930. Les réactions hostiles à l’égard des immigrants sont encore bien présentes et de nouveaux critères de sélection sont adoptés : la révision de la loi sur l’immigration en 1919 interdit l’entrée sur le territoire d’individus appartenant à certains groupes pacifistes ; en 1923, l’immigration chinoise est interdite.

  • 9 Helly, 1997, p. 72.
  • 10 Michael D. Behiels, Quebec and the Question of Immigration : From Ethnocentrism to Ethnic Pluralis (...)
  • 11 Helly, 1997.

12Au Québec, face à l’augmentation de la population d’origine non britannique et non française, les Canadiens français « vont se construire une vision soupçonneuse, sinon hostile, des immigrants arrivant à Montréal9 ». Si des politiciens libéraux vantent les bénéfices économiques de l’immigration, le clergé craint une dilution de la société francophone et sa disparition dans un grand melting pot américain. De nombreux historiens ont souligné le discours hostile de l’Église catholique à l’égard des immigrants et les positions ouvertement anti-immigration de l’Église catholique10. Certains, tel Michael Behiels dans un essai remarqué et fort controversé, n’hésitent pas à affirmer que l’hostilité est la principale caractéristique des élites francophones face à l’immigration durant toute la première moitié du XXe siècle. Si le cosmopolitisme de Montréal peut faire croire à une intégration des communautés dans la société québécoise, il assure qu’il s’agit moins de formes d’une coexistence de groupes plus ou moins ghettoïsés que d’un creuset de cultures civiques communes. D’autres historiens ont aussi montré la responsabilité de l’Église catholique québécoise dans le repli identitaire des Canadiens français et dans le rejet des immigrants hors de la communauté franco-catholique. Pour l’Église catholique, l’émigration n’est pas souhaitable car elle fait perdre aux individus leurs liens familiaux et communautaires ; elle accueille les immigrants (francophones et catholiques) au sein de ses institutions, tout en souhaitant que ceux-ci demeurent dans leurs communautés d’origine, à l’écart des regroupements canadiens-français11.

13Cette position de l’Église catholique (majoritaire au Québec et bien représentée au Canada) a un impact très important sur celle des autres groupes ethnoconfessionnels minoritaires au Québec, les contraignant à chercher ailleurs des alliances pour influer sur les politiques d’immigration et d’accueil des gouvernements. Le combat de ces derniers en faveur du pluralisme religieux et de la sécularisation des services d’accueil aux immigrants déstabilisera la position de l’Église. L’analyse de cet ensemble d’interactions permet de mieux comprendre les différentes positions adoptées par les Églises, les gouvernements et les associations impliquées dans ces processus.

L’aide aux immigrants par les associations ethnoconfessionnelles

  • 12 Martin Pâquet, Tracer les marges de la Cité. Étranger, Immigrant et État au Québec 1627-1981, Mont (...)

14Pour le gouvernement du Québec, il revient aux immigrants de chercher à s’intégrer (chose facile s’ils sont de la même origine ethnoreligieuse), de contribuer à la prospérité générale et de ne pas présenter de danger pour la santé publique12. N’ayant pas d’agence ou de bureau spécifique pour mettre en pratique ces dispositions, il s’en remet complètement aux Églises pour leur accueil et leur intégration sociale et politique. L’assistance et l’aide apportées par les Églises aux immigrants et les services particuliers qu’elles leur offrent permettent ainsi d’identifier les préoccupations des trois grands groupes ethnoconfessionnels à leur égard, séparément et ensemble.

  • 13 Murray W. Nicolson et John S. Moir, « Charbonnel, Armand-François Marie de », dans Les Prêtres de (...)
  • 14 Julien Harvey, « L’Église catholique de Montréal et l’accueil des immigrants au XXe siècle », Étud (...)

15Du côté des franco-catholiques majoritaires au Québec, les structures d’accueil des immigrants sont peu visibles. Quand elles existent, à l’exception notable des œuvres de Mgr Lartigue et des sociétés Saint-Vincent de Paul (actives surtout auprès des immigrants d’origine anglo-catholique, surtout irlandais, et dont l’action s’étend ailleurs au Canada, notamment à Toronto)13, elles sont intégrées à l’imposant système d’assistance aux pauvres mis en place par l’Église catholique. Ses œuvres restent concentrées à Montréal, Québec et à Grosse-Île (où les immigrants sont placés en quarantaine) et n’offrent pas de secours spécifique aux immigrants. Quelques associations caritatives se constituent bien ici et là pour accueillir les nouveaux immigrants et tenter de prévenir « leur déchéance » face à la pauvreté ou à l’errance. Mais la préoccupation de l’Église à leur égard n’est pas apparente et son intervention, peu planifiée14.

  • 15 Matteo Sanfilippo, « Nationalisme, “italianité” et émigration aux Amériques (1830-1990) », Europea (...)

16En fait, il est très difficile de distinguer l’aide aux immigrants de l’aide aux pauvres qui est offerte par les institutions franco-catholiques dans les nombreuses paroisses. Lorsque Mgr Bourget rassemble en 1866 les immigrants catholiques de différentes origines dans une même paroisse (Notre-Dame en l’occurrence) ou en créant des paroisses bilingues (avec les Irlandais anglo-catholiques à St. Patrick, Sainte-Anne et Sainte-Brigitte), il se heurte à une opposition frontale de la part de sa hiérarchie. En 1872, l’adoption d’un décret sur la Propagation de la foi établit des divisions ethnoreligieuses strictes et exige des paroisses nationales séparées. Cette directive du Vatican sera plus tard étendue à toutes les paroisses d’immigrants par la lettre pontificale Quam Ærummosa en 1888, contribuant à renforcer encore davantage les ségrégations ethnolinguistiques des paroisses. De fait, l’application de cette directive pontificale a des répercussions importantes au Québec, car elle justifie l’isolement et la séparation des groupes sur des bases nationales, ethniques, religieuses ou linguistiques. Chacune des sociétés va pouvoir s’occuper de ses immigrants (britanniques, écossais, irlandais, etc.), renforçant le sentiment d’appartenance de ces immigrés à leur pays d’origine plutôt qu’à leur pays d’accueil. C’est le cas des Italiens catholiques qui sont incités non seulement à partir de leurs régions, mais arrivent également en grand nombre au Canada entre 1880 et 1950 grâce à un réseau fort étendu de sociétés italiennes actives sur ces deux territoires. Ces dernières faciliteront également leur intégration aux communautés anglo-catholiques, essentiellement, échappant ainsi à la sphère d’intervention de l’Église francocatholique du Québec15.

17Il est donc très difficile d’identifier clairement et de mesurer l’impact de l’assistance fournie par les différentes paroisses aux immigrants franco-catholiques puisqu’elle passe par les paroisses et les sociétés d’originaires. La FNSJB n’a pour sa part pas de comité particulier qui se préoccupe de cette question et se contente d’aider tous les pauvres, quelle que soit leur origine… Il faut attendre la fin des années 1930 pour que les franco-catholiques commencent à mettre en place un système d’accueil aux immigrants, inspiré du réseau d’accueil anglo-protestant.

  • 16 Janice Harvey, « Les protestants et les origines du réseau des services sociaux protestants de Mon (...)

18Car le modèle canadien de l’accueil des immigrants est sans aucun doute anglo-protestant. Fondées dans les années 1830, de nombreuses sociétés, comme la St. Andrew’s Society pour les Écossais, la St. George’s Society pour les immigrants anglais ou la St. Patrick’s Society pour les Irlandais, offrent de l’aide aux immigrants, des secours immédiats à leur arrivée, et une assistance à domicile. Elles organisent des services de première ligne pour les mois d’été et complètent l’assistance apportée par les Églises par l’aide à domicile durant l’hiver16. L’action de chacune de ces sociétés tend rapidement à se spécialiser.

19Pour les évangélistes protestants, la pauvreté est considérée comme une forme d’abdication personnelle des individus face aux exigences de la vie moderne. Pour les méthodistes, qui fondent une société de secours, la Old Brewery Mission en 1889, ce sont les hommes essentiellement touchés par des circonstances économiques malheureuses qu’il faut secourir. Ne pouvant plus assurer leur rôle de gagne-pain de la famille (breadwinner), les hommes pourront y trouver une possibilité de reconversion et préparer leur réintégration sociale.

  • 17 Ann Perry, « Manliness, Goodness, and God: Poverty, Gender and Social Reform in English-Speaking M (...)

20D’autres réformateurs sociaux (social gospel) ciblent également les hommes pour les aider à faire face à la pauvreté, considérée moins comme une faillite individuelle qu’une conséquence du système capitaliste. Dès les années 1870, les Young Men Christian Associations (YMCA), qui essaiment dans toutes les grandes villes canadiennes, favorisent leur participation à des activités religieuses formelles et informelles au sein de leur réseau. Enfin, un troisième groupe considère la charité organisée comme une nécessité pour répondre aux transformations dues à la révolution industrielle. Des réformateurs sociaux éclairés font appel aux méthodes d’investigation scientifiques pour lutter contre la pauvreté et le chômage. Proches des idéaux socialistes, des regroupements tels que le Montreal Local Council of Women (créé en 1893), la Montreal Charity Organisation Society (créée en 1900), le Montreal Council of Social Agencies (créé en 1919) préconisent des interrelations entre l’individu et la communauté organique. Visant d’abord à lutter contre la pauvreté des hommes, ces sociétés animent des associations qui élargiront leur mode d’assistance après la Première Guerre mondiale17.

  • 18 Janice Harvey, « Les Églises protestantes et l’assistance aux pauvres à Montréal au XIXe siècle »,(...)

21Elles déploient un réseau d’assistance très diversifié et distribuent leurs services de préférence à domicile. Alors que du côté franco-catholique ce sont des institutions qui dominent, avec de grands hôpitaux et des institutions caritatives intégrées, au contraire, les philanthropies protestantes développent, surtout à partir des années 1870, une variété d’organismes spécifiquement dédiés à l’aide auprès des immigrants et dans les quartiers ouvriers pauvres18. Avec 41 % de la population protestante à Montréal au XIXe siècle, les associations liées à l’Église anglicane développent un réseau d’aide très étendu. Un fonds de bienfaisance administré par la Kirk Session/Deacons Court est soutenu par l’Église presbytérienne. Ce fonds finance des écoles, les salaires des missionnaires presbytériens et des organismes de charité privés. Ces activités témoignent des liens organiques qui existent entre ces associations et les immigrants. En fait, on pourrait dire que, pour ces derniers, l’intégration à la société d’accueil est entièrement médiatisée et facilitée par ces associations.

22Voyons alors comment opèrent les associations de femmes. Leurs modes d’intervention comportent deux dimensions. D’un côté, leur travail quotidien les conduit à une confrontation avec la culture des immigrants, qu’elles semblent le plus souvent vouloir transformer même s’ils appartiennent aux mêmes groupes ethnoconfessionnels et linguistiques. Elles voudraient fonder une nouvelle culture commune. De l’autre côté, le fait d’agir au sein d’associations féminines constitue pour ces militantes un processus d’acculturation à d’autres univers sociaux, de coéducation et de prise de conscience de leur propre place dans la société où elles vivent (comme le fait d’être privées du droit de vote au Québec). Cette double détermination se traduit, selon les cas et les moments, par des injonctions particulières qu’elles projettent sur les nouveaux venus et dans leur propre fonctionnement associatif. L’analyse plus précise de l’action du Traveller’s Aid et du comité immigration du National Council of Jewish Women à Montréal nous permettra de mieux appréhender leur intervention et d’analyser les processus qui ont conduit à la professionnalisation de ce secteur d’activité et à sa sécularisation.

Le Traveller’s Aid de la YWCA

23À Montréal, la YWCA s’implante en 1874 et développe rapidement une série de programmes destinés aux femmes nouvellement arrivées à Montréal. Dès 1885, plusieurs centaines de femmes bénéficient de son aide avec des cours d’anglais et plusieurs autres services : par exemple en 1887, à la YWCA de Québec, où l’on offrit des premiers secours aux voyageuses. En créant le Traveller’s Aid (TA), la YWCA cherche initialement à protéger les jeunes filles des dangers physiques et moraux dus à leurs migrations. Si les services de TA à Montréal sont, comme dans certaines autres villes, mis sur pied par les bénévoles de la YWCA, le TA est en fait une institution dont l’histoire remonte aux origines de la YWCA. Le premier service de TA apparaît, dans les années 1850, à Saint-Louis, alors passage obligé de milliers d’immigrants affluant vers l’Ouest américain. Brian Mullaphy (1809-1851), riche philanthrope et maire de la ville en 1847-1848, lègue à sa mort un fonds pour aider des immigrants à aller vers l’Ouest. Les TA, créés à l’aide de ce fonds, connaissent alors une expansion dans la plupart des grandes villes nord-américaines, et deviennent rapidement un volet essentiel des services de première ligne fournis aux immigrants par les sociétés philanthropiques locales : Boston a son TA en 1885, New York en 1887, Chicago en 1888, Minneapolis en 1895, et Montréal a finalement le sien en 1913.

  • 19 An., « Travelers’s Aid Plans National Organization: Cooperative Work by Scores of Societies in Nea (...)

24Le principe qui anime l’action des TA est simplement l’aide aux immigrants les plus démunis, spécialement les femmes et les enfants pouvant être victimes d’abus dans le contexte de dépossession, de déracinement social, économique et culturel qui accompagnent le plus souvent l’expérience de la migration. Au lieu de simplement attendre que les immigrants se présentent d’eux-mêmes aux portes des réseaux d’assistance appropriés, le personnel des TA va directement à leur rencontre dans les ports et stations ferroviaires des grandes villes nord-américaines. Lorsque ce sont des bénévoles de la YWCA qui interviennent, le TA s’occupe particulièrement des jeunes filles en transit des régions rurales et se retrouvant souvent seules dans des villes perçues comme dangereuses et immorales. Les immigrantes peuvent ainsi être redirigées, si besoin est, vers la YWCA local, ce qui atteste de la complémentarité de ces organismes souvent gérés par les mêmes personnes. En 1914 et 1915, les TA se rassemblent en une association qui devient « Traveler’s Aid International », notamment grâce à l’aide de la philanthrope Grace Hoadley Dodge, fondatrice du TA de New York19.

  • 20 ANQ, Fonds national YWCA (ci-après : ANQ-FNYWCA), MG 28, I 198, vol. 52, dossier 7, Résumé des rec (...)
  • 21 Avec la fin de la Première Guerre mondiale, tous les services d’accueil sont mobilisés pour accuei (...)
  • 22 Les objectifs évangéliques du Y étaient clairement affirmés, selon Pedersen qui note que pour aide (...)
  • 23 Mary Elaine Davies, « The Montreal YWCA and Its Role in the Advancement of Women: 1920-1960 », mém (...)

25À travers son action dans le TA, la YWCA devient ainsi un des premiers organismes spécialisés dans l’accueil des immigrants. Les bénévoles repèrent dans les registres du département de l’Immigration les noms des jeunes filles immigrantes à leur arrivée. Rapidement un secrétariat général coordonne les services du Traveller’s Aid avec ceux d’autres associations20. En 1919, l’expérience acquise par la YWCA dans le domaine de l’immigration confère aux femmes des TA une expertise reconnue par le département de l’Immigration à Ottawa21. Les services offerts vont des activités récréatives et sociales à des formations à l’emploi, au logement, et bien sûr à des recommandations pour les maintenir dans la foi protestante22. Percevant le déclin de la famille comme source de désordre social et de perte de repères, les femmes de la YWCA (Y) considèrent l’intervention précoce auprès des jeunes immigrantes comme relevant de leur devoir de réformatrices23. La Y crée un comité chargé de coordonner l’action des organisations de femmes actives dans ce domaine, placé sous la direction de Lady Falconer, présidente nationale de la YWCA. Cette dernière, proche du gouvernement fédéral, donnera son avis au Ministère ; ce dernier transférera à la Y le travail d’évaluation des demandes des immigrants, la rédaction des rapports, et la formulation de programmes. Ces femmes deviennent des expertes du travail auprès des immigrants, souvent consultées par les ministères.

26Au début des années 1920, la Y publie et distribue aux principaux points d’arrivée des immigrants des guides multilingues qui visent à familiariser les immigrants avec la structure organisationnelle de la Y, les principes qui animent l’association et ses objectifs. L’un d’entre eux est d’aider les immigrants à assimiler les valeurs canadiennes dans un contexte où le Canada paraît très inquiet de la pérennité de sa population majoritairement anglo-protestante et francocatholique. L’ancien objectif d’évangélisation semble avoir disparu du discours affiché par la Y, remplacé par des objectifs citoyens et pluralistes. On encourage les immigrants à garder leur identité religieuse et à faire les efforts requis pour devenir des citoyens du Canada. La « canadianisation » des immigrants est à l’ordre du jour et semble remplacer la protection de la foi protestance, dans les discours de la Y. La superposition des deux ne saurait toutefois échapper à personne.

  • 24 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 14, Dossier 14-3, Immigration and Travellers Aid Committee, 1927-19 (...)
  • 25 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 14, Dossier 14-7, Immigration & Travellers Aid Survey, 1923-1929.

27À Montréal, cette orientation du TA en faveur d’un accueil non confessionnel et ouvert à tous les immigrants rencontre une vive opposition de la part de l’Église catholique. Cette dernière y est foncièrement hostile, parce qu’elle voit combien cela empiète sur ses prérogatives. Une grande enquête, effectuée par le TA de Montréal entre 1923 et 1925 montre que le domaine de l’assistance demeure la « chasse gardée » des institutions confessionnelles locales, en particulier catholiques. Le rapport déplore le manque de collaboration entre ces dernières et le département de l’aide aux immigrants de la YWCA. Il souligne le manque de coopération des organisations philanthropiques entre elles, qui n’ont que des rapports très superficiels, et souligne la difficulté d’un travail conjoint compte tenu de la division confessionnelle qui se retrouve dans le secteur de l’immigration comme dans celui de l’aide et du bien-être social24. Enfin, le rapport note que les associations catholiques sont les seules à bénéficier d’un soutien financier stable et constant de la ville de Montréal25. Le rapport conclut en démontrant que ce climat bloque la professionnalisation du secteur du service social, au moment même où est fondée à l’Université McGill la première école de travail social au Québec.

28Sans reprendre en totalité le rapport du TA, le Women’s Advisory Council on Immigration, présidé par la Dre Helen Reid, souligne, dans son rapport remis au ministère, la disparité des services, considéré comme le problème principal de l’aide aux immigrants. Critiquant fortement cette division ethnoreligieuse, le rapport recommande que des liens solides soient tissés entre les organisations qui s’occupent des mêmes problèmes à Montréal et avance la perspective d’une aide universelle et professionnelle comme meilleur moyen pour améliorer le sort des immigrants. Les TA y sont donnés comme l’exemple d’une organisation pratiquant déjà ce pluralisme, puisqu’ils accueillent aux ports d’entrée des immigrants de toutes origines.

  • 26 Story of YWCA, 1933, Archives de la YWCA de Montréal, Montréal.

29Implanté nationalement, la Y est la première à pouvoir, durant les années 1920, offrir ces services avec plus de 41 TA dans 23 villes à travers le Canada, alors que toutes les autres associations en ont seulement 11. Les TA sont ainsi rapidement devenus, pour ce qui est de l’accueil aux immigrants, le modèle à suivre partout au Canada26. Avec une présence d’associations efficaces sur le terrain et dans les universités pour former des travailleuses sociales, cette campagne en faveur d’aides à l’immigration, menée sur ces deux fronts, aboutit rapidement à la professionnalisation de ce secteur, avec l’aval des administrations publiques, qui elles aussi commencent à se bureaucratiser pour gérer ces nouvelles questions.

Des services aux immigrantes au service social (1927-1947)

30Bénéficiant d’une implantation tant locale que nationale, et forte de son expérience multiconfessionnelle, la YWCA s’adresse à l’État fédéral en 1927 pour lui demander d’aider l’ensemble des émigrants, sans distinction de religion, car l’ampleur de cette émigration et des problèmes d’insertion qu’elle suscite justifie, selon elle, le besoin de programmes gouvernementaux d’aide. L’association se positionne ici à la fois comme groupe de pression et comme l’interlocuteur privilégié de l’État fédéral. La YMCA s’inscrit dans le processus de sécularisation et d’étatisation des services d’accueil et d’aide aux immigrants, ce qui lui ouvre la possibilité de s’établir comme experte en immigration (un principe qu’elle veut neutre et non confessionnel) face à sa propre communauté ainsi qu’aux institutions (locales et provinciales). Pour les femmes qui y sont engagées, le TA de la YWCA devient le lieu d’exercice d’une influence publique, qui leur confère un certain pouvoir et leur permet de développer une expertise désormais reconnue.

  • 27 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 52, Dossier 7, Résumé des recommandations nationales, 1907-1940, Im (...)
  • 28 Il est intéressant de comparer les résultats de notre étude avec celle de Tamara Myers (Myers, 200 (...)

31Ainsi, c’est la YWCA qui réalise en 1929 la publication d’un recueil d’une quarantaine de pages, destiné à faire connaître le Canada aux nouveaux immigrants et consolidant sa position comme intervenante officielle dans le domaine de l’immigration. La Y s’y présente comme réalisant le lien entre les différentes communautés et les gouvernements, se propose de poursuivre le travail engagé avec les nouvelles arrivantes et de coopérer autant que possible avec les leaders des communautés étrangères de Montréal. Mal informés des conditions de vie canadiennes, les immigrants y sont initiés à la culture de leur nouveau pays. Proposant le pluralisme comme modalité d’intervention, le manuel vise aussi à former les bénévoles qui travaillent au sein des TA et les incite à lutter contre les préjugés défavorables de la société d’accueil27. En 1932, la YWCA du Canada a réussi à former des femmes dans les TA, qui sont devenues des expertes du travail social et les principales agentes du gouvernement en matière d’immigration28. Les TA ont ainsi contribué à faire de l’aide à l’immigration une sphère d’intervention des pouvoirs publics et à ouvrir une nouvelle profession d’emploi pour les femmes désireuses de faire rémunérer leur travail. Ce sont bien sûr les femmes anglo-protestantes qui en bénéficient les premières, rendant caduc le travail bénévole dans les TA. Fidèles à leur mission, ces derniers doivent alors réorienter leur action sur des cas plus spécifiques et qui ne bénéficient pas encore de l’aide publique.

Vers une conception humanitaire de l’immigration

  • 29 Ainsi, durant les années 1935 à 1940, les TA workers notent que leurs services ont traité plus de (...)
  • 30 « We are still vitally interested in immigration policy. Early in 1939 the Government asked us to (...)
  • 31 At the end of the summer of 1939 the number of migrants was increased by those hastening to leave (...)

32Avec la crise économique des années 1930 et la chute draconienne de l’immigration, le TA redéfinit ses activités. Reconverti en un organisme de vigilance, qui recense et publicise les cas problèmes, il tente d’alerter les instances de la Société des Nations aux cas des milliers de réfugiés qui affluent en Amérique du Nord peu avant la Deuxième Guerre mondiale29. Alors que cette catégorie est encore floue et qu’il n’existe pas de statut particulier pour eux, la Y va tenter d’intervenir aussi dans ce contexte. Elle réitère l’importance de travailler en étroite relation avec le département de l’Immigration à Ottawa pour accueillir des immigrants et « assurer le rôle d’agence nationale pour accueillir les immigrants au port de Montréal avec l’intégrité nécessaire à cette tâche30 ». La Y sera une des seules organisations non juives à soutenir les populations réfugiées et à s’élever contre le traitement « inhumain » réservé aux Juifs par le régime nazi, dès la fin de l’été 1939 : « Deux lettres ont été adressées au gouvernement, l’une le pressant d’admettre les réfugiés, et l’autre le priant de protester officiellement contre le traitement inhumain réservé aux Juifs par le régime nazi31. » Le refus des services d’immigration d’accepter des Juifs d’Allemagne, qui cherchent à tout prix à fuir le nazisme et à trouver refuge au Canada, contraste avec ces vœux. L’administration canadienne ne veut manifestement pas entendre ni les recommandations fort timides de la YWCA, ni celles des autres organismes internationaux qui tentent de leur venir en aide.

  • 32 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, Executive Committee Minutes, p. 11-13.
  • 33 Il nous est cependant difficile de savoir si la préoccupation envers les rescapés juifs de l’Holoc (...)
  • 34 En 1954, le YWCA de Montréal, en tant qu’organisation internationale, se préoccupe des réfugiés d’ (...)

33Le tournant humanitaire de la Y est résolument pris à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Le National Council de la YWCA demande alors au gouvernement du Canada d’admettre un nombre important de « personnes déplacées d’Europe », au nom de la diversité raciale et religieuse, sans discrimination ni favoritisme. Il considère aussi que l’ouverture de l’immigration des Juifs au Canada pourrait aider à réduire la pression démographique et politique en cours sur la Palestine ; une position tout à fait semblable à celle, défendue par l’Angleterre dans cette région, qui était encore sous mandat britannique32. La YWCA effectue une enquête en 1947 portant sur les lois canadiennes de l’immigration. Elle constate qu’aucune clause ne mentionne la question de l’immigration des jeunes femmes provisoirement installées dans les camps de réfugiés européens et tente de sensibiliser les agences gouvernementales à la question des réfugiés33, et en faveur des migrants économiques34. La Y amorce ainsi le tournant vers une politique humanitaire de l’immigration au Canada.

  • 35 La modification de la Loi sur l’immigration entend par « personne à charge » acceptée au Canada to (...)
  • 36 En février 1942, l’Association s’est prononcée en faveur de critères d’éducation minimum pour l’ac (...)
  • 37 Bertha McCall, directrice générale du National Travellers’Aid Association, est alors chargée en 19 (...)

34À cette conception humanitaire, la section de Montréal de la Y ajoute en 1947 le principe de réunification familiale. Reprenant la position du Local Council of Women of Montreal et d’accord avec un rapport du Sénat sur une Immigration Law, la Y recommande d’appuyer la venue des enfants, frères et sœurs, neveux et nièces de toute personne légalement résidente au Canada et en bonne position pour recevoir et prendre soin de ces personnes35. Considérée comme un pas de plus dans le déploiement d’une immigration humanitaire, la YWCA se rallie à la perspective familialiste alors dominante36. Le TA devient alors une agence indépendante de la YWCA37.

  • 38 Beth Wenger, « Jewish Women and Voluntarism: Beyond the Myth of Enablers », American Jewish Histor (...)

35Notre étude confirme la triple implication de la YWCA dans le domaine de l’immigration, du travail social comme extension du champ du care des femmes, et de l’avancement de la cause des militantes anglo-protestantes comme médiatrices des réformes de l’État. Son discours de la sécularisation vise, quant à lui, à déjouer le monopole de l’Église catholique sur les services sociaux à Montréal. Les femmes angloprotestantes se distinguent des femmes juives, bien souvent reléguées à un activisme intracommunautaire, et deviennent pour elles un modèle rapidement imité. Rassemblées au sein du NCJW, elles reprennent le tryptique philanthropiereligion-éducation pour justifier leur intervention nouvelle dans la cité et la transgression de leurs rôles traditionnels, ce que Beth Wenger note comme un moment important de leur émancipation38.

Le National Council of Jewish Women

  • 39 Plusieurs types d’associations voient alors le jour, qui reflètent la diversité des engagements po (...)
  • 40 Tamara Myers considère que le gouvernement provincial, par le biais de la cour juvénile, partage a (...)
  • 41 Sarah Filotas, « Les organisations féminines de la communauté juive montréalaise, 1918-1948 », mém (...)

36Les philanthropies juives canadiennes, fondées lors des grandes vagues d’immigration juive qui arrivent à Montréal et à Toronto à la fin du XIXe siècle, vont agir dans le même sens que les protestantes39. En l’occurrence, en ce qui concerne les Juifs, le gouvernement est prompt à leur reconnaître des prérogatives dans un domaine qui relève de sa compétence40. L’association qui s’inspire le plus du modèle développé par la YWCA est la section montréalaise du National Council of Jewish Women (NCJW). Aile éclairée du judaïsme réformé, le Conseil fait la promotion d’une place publique des femmes en dehors de la sphère religieuse. Organisme philanthropique formé en 1918 à Montréal, dans des réseaux différents de ceux des associations affiliées à l’Institut Baron de Hirsh, le conseil ressemble plus aux conseils nationaux affiliés à l’International Feminist Council (féminisme réformateur) qu’aux autres institutions juives du Canada. Cherchant à défendre une intégration des femmes dans la vie politique nationale, le Conseil va lui aussi préconiser un travail « de canadianisation auprès des nouveaux arrivants41 ». L’assistance aux immigrants constitue le plus important champ d’intervention durant ces premières années où les activités et les ressources de l’organisation sont plutôt limitées. Avec l’aide d’une employée à temps partiel, un comité de bénévoles s’engage à aider les familles immigrantes à s’ajuster à la vie canadienne en leur fournissant des informations sur le système de santé, les écoles et la recherche d’un emploi. Cette position en faveur de la canadianisation des immigrants, commune à la YWCA et à de nombreux autres organismes philanthropiques, permet au Conseil de montrer son attachement à l’identité canadienne et sa volonté de participer à la construction de la grande nation canadienne.

37Alors que l’immigration des Juifs en provenance de l’Europe de l’Est suscite des vagues d’antisémitisme et de xénophobie, le Conseil se sent investi de la tâche de rendre cette immigration plus acceptable, en justifiant son rôle comme celui d’un médiateur entre des cultures très différentes (à la fois endogènes à une communauté juive très diversifiée et exogènes au sein d’une société québécoise majoritairement catholique).

  • 42 Simon Belkin, Through Narrow Gates. A Review of Jewish Immigration, Colonization and Immigrant Aid (...)

38De fait, la question cruciale qui se pose à la communauté juive de Montréal, alors en formation, est celle des Juifs réfugiés. Après la Première Guerre mondiale, le décret 1203 qui interdit l’immigration de pays ennemis (qui inclut l’Autriche, l’Allemagne, la Bulgarie et la Turquie) touche aussi les populations juives, qui sont pourtant pourchassées par ces gouvernements. Aussi faudra-t-il l’intervention du Congrès juif canadien le 10 novembre 1919 pour que le gouvernement accepte de lever cette interdiction pour les ressortissants juifs de ces pays42. C’est à ce moment qu’est décidée la création d’un organisme spécifique de la communauté, distinct de l’Institut Baron de Hirsh, qui se charge des immigrants juifs. La Jewish Immigration Aid Society of Canada (JIAS), créée le 30 juin 1920, coordonne désormais la pléthore d’organismes qui s’en occupaient (avec des représentants du Congrès juif canadien, du Comité canadien des ICA, de l’Associated War Relief Societies of Canada, de l’Ukrainian Farband, du Romanian Farband, et du Hebrew Ladies’ Immigrant Protective Association). Une première campagne de financement permet d’amasser la somme de 18 000 $ destinée exclusivement à l’aide aux immigrants.

  • 43 Anne Kilpatrick, « The Jewish Immigrant Aid Services: An Ethnic Lobby in the Political System », m (...)

39Dès lors, la JIAS devient l’organisation par laquelle transitent tous les dossiers d’immigration, un organisme très puissant et très influent au sein de la communauté, mais aussi auprès des gouvernements, car son expertise est rarement remise en question. Les services de première nécessité prodigués par la JIAS impliquent deux volets distincts, mais complémentaires. En premier lieu, l’aide prend la forme d’interventions auprès des instances gouvernementales afin de faire progresser les dossiers d’immigrants, débouchant souvent sur des tractations avec les services publics d’immigration afin que ceux-ci fassent preuve de flexibilité dans l’application des dispositions législatives. En second lieu, la JIAS essaie de procurer aux nouveaux venus un encadrement adéquat : accueil dès l’arrivée, couverture des besoins économiques les plus pressants et aide à l’emploi à l’intérieur des réseaux socioprofessionnels de la communauté juive si nécessaire. Durant les vingt premières années de son histoire, les paramètres du mandat de la JIAS sont ainsi fixés et ne changent guère en raison d’un manque chronique de fonds et de ressources, typique du milieu associatif de l’époque43. Dans un contexte où sa situation financière est toujours difficile (en 1924, elle doit lancer une vigoureuse campagne pour chercher de toute urgence plus de 2 000 membres et 50 000 $), la JIAS gagne le respect des autorités gouvernementales auxquelles elle est pourtant régulièrement confrontée. Comme les autres organismes d’assistance, elle bénéficie des marges de manœuvre qui sont plus ou moins larges selon les partis au pouvoir.

  • 44 Ninette Kelley et Michael Trebilcock, The Making of the Mosaic: A History of Canadian Immigration (...)
  • 45 Joseph Kage, With Faith and Thanksgiving: 200 Years of Jewish Immigration and Immigration Aid Effo (...)

40En décembre 1921, les conservateurs d’Arthur Meighen sont défaits par les libéraux de MacKenzie King ; ce dernier critique sévèrement leur « autocratic misuse of power » et propose un retour aux politiques d’immigration plus libérales de l’époque de Laurier. Une période de libéralisation graduelle des lois sur l’immigration s’ensuit, facilitée par la reprise économique qui s’amorce alors à l’échelle nord-américaine, créant ainsi des besoins pressants de main-d’œuvre44. Le rapport annuel de la JIAS en 1930 fait état de plus de 41 873 immigrants juifs entrés au Canada pour la période 1920-193045.

  • 46 « This Committee of energetic ladies, with the assistance of a part time paid worker, follows up e (...)

41Les bénévoles et les autres associations n’ont plus qu’un rôle secondaire dans le traitement de l’immigration, la JIAS concentrant en son sein l’essentiel des ressources tant pour l’aide à prodiguer directement que pour l’influence à exercer sur l’administration des politiques d’immigration. C’est en son sein que se développent tant une expertise d’accueil et de service social auprès des immigrants et de leurs familles (case work) que toutes les fonctions d’information, de collecte des données, de tenue des statistiques, et de lobbying auprès des gouvernements. Dès lors, le rôle du Immigration Commitee du NCJW devient secondaire. Pour ce dernier, il s’agit plutôt d’aider les immigrants juifs à s’acclimater rapidement à leur nouveau pays, en plus de permettre aux membres du NCJW de montrer publiquement leur attachement aux valeurs de la citoyenneté canadienne. « The Immigration Commitee is doing real Canadianization work among the new arrivals in our country46. » Ainsi privé de ce rôle philanthropique essentiel, le NCJW dirigé par Mme Irène Wolfe en sort affaibli, et ses bénévoles doivent s’impliquer dans d’autres organisations comme la Federation of Jewish Philanthropies ou la Jewish Immigrant Aid Society.

42Le NCJW se met ainsi à la remorque des organismes spécialisés et forme la Ladies’ Auxiliary de la Jewish Immigrant Aid Society, spécialement conçue pour procurer logement, vêtements et assistance de première ligne aux nouvelles venues. Répondant aux situations d’urgence, cette activité sera à son tour assurée par l’organisme central d’aide aux immigrants, la Jewish Immigrant Aid Society, désormais indépendante. On voit que nombre de ses activités initiales sont rapidement intégrées au service centralisé d’aide aux immigrants, qui devient de ce fait l’interlocuteur central des gouvernements pour tout ce qui concerne l’aide sociale aux immigrants. Comme pour les autres associations, le NCJW offre aux femmes établies de Montréal une plateforme d’intervention publique ainsi qu’un lieu de sociabilité où elles peuvent se distinguer à la fois de leurs maris, de leurs familles et des autres femmes par leur action philanthropique plus que par leur richesse ou leur statut social. Leurs actions les distinguent et leur confèrent un nom propre et une stature internationale. C’est le cas d’Antonia Robinson qui, originaire d’une famille modeste et parlant français, rejoint le NCJW après la Deuxième Guerre. L’expérience traumatisante de la guerre la conduit à changer le niveau de son implication. À partir d’une forme de philanthropie personnelle (accueil d’une jeune fille réfugiée dans sa famille durant cinq ans, réunions dans son salon pour ouvrir une bibliothèque pour des enfants handicapés, etc.), elle réalise l’importance d’une action concertée de défense pour sa communauté au sein d’une association internationale de femmes juives.

Antonia Robinson

Antonia Robinson

Gentilly, Québec, 7 mai 1895 – Montréal, 16 avril 1998

  • 47 An., « Robinson pioneered projects », The Canadian Jewish News, 7 mai 1998; Eli Gottesman, « Mrs. (...)

Antonia Robinson est née à Gentilly en 1895 de Wolf (qui a quitté l’Autriche afin d’échapper aux pogroms, pour s’installer à Gentilly, près de Trois-Rivières, en 1890) et Jente Seiden. Peu après sa naissance, ils déménagent à Rigaud, où son père tient un magasin général et où ils sont la seule famille juive locale. La mort accidentelle de son père en 1899 pousse sa famille à partir pour Montréal en 1905. Antonia est alors scolarisée en français au Couvent Marie-Rose, rue Rachel, dont elle obtient le diplôme de fin d’études secondaires en 1910. En 1917, elle fait partie des premières femmes à être diplômée de l’Université McGill, avec un baccalauréat en langue (BA Honours in Language, en anglais et en français). Elle enseigne ensuite le français dans les écoles publiques anglaises (Cowansville High School et Roslyn School). En 1923, elle rencontre l’avocat Benjamin Robinson (diplômé de Harvard), futur président de la Jewish Immigrant Aid Society (de 1928 à 1943) et de la section de l’est du Canada du Congrès juif canadien. Il sera en 1960 nommé juge à la Cour supérieure du Québec. Les Robinson ont trois enfants, Elaine (1924), David (1927) et Jonathan (1929).
Son implication publique commence au cours de la Deuxième Guerre mondiale, alors qu’elle est à la fin de la quarantaine. Antonia, ou Tony comme l’appelle affectueusement son entourage, s’implique dans le National Council of Jewish Women de Montréal, plus particulièrement dans le comité chargé de venir en aide aux réfugiés du nazisme. En 1942, peu après la décision du gouvernement canadien de relâcher les quelque 2 290 Juifs jusque-là internés comme prisonniers de guerre, notamment dans les camps de Sherbrooke et de l’Île-aux-Noix, Robinson met son énergie et sa famille au service des réfugiés avec une habileté pour l’organisation qui la fait rapidement se démarquer. En 1944, elle devient présidente de la section montréalaise du NCJW, poste qu’elle conservera jusqu’en 1950. Sa présidence est marquée par la fondation d’un club de l’âge d’or qui deviendra la Golden Age Association et d’une bibliothèque qui est intégrée à la Jewish Public Library, deux importantes institutions montréalaises. En 1953, elle devient présidente du NCJW pour l’ensemble du Canada, et, à ce titre, est invitée à la cérémonie de couronnement de la reine Élizabeth II en Angleterre. Elle est la seule femme du réseau associatif juif de tout le Commonwealth à obtenir cet honneur. Durant sa présidence, elle visite chaque section locale du NCJW au Canada et met sur pied un programme de bourses non confessionnelles destinées aux travailleurs sociaux œuvrant dans le domaine gériatrique. En 1957, elle devient la première Canadienne à diriger l’International Council of Jewish Women (ICJW, qui rassemble près de 500 000 membres dans quinze pays), poste qu’elle occupe jusqu’en 1963. Les objectifs du conseil international sont semblables à ceux des conseils nationaux : faire la promotion des valeurs juives, améliorer le statut des femmes au sein des lois juives et civiles, et encourager le bénévolat dans la communauté. Ce poste la conduit à faire valoir la position du conseil en faveur de la protection légale des minorités (religieuses et autres populations vulnérables), y compris à l’UNESCO et aux Nations Unies, et à défendre Israël. Elle participe ainsi à la création de branches de l’ICJW en France, au Brésil et au Chili, et même en Iran, où le sort malheureux de la communauté juive la touchera particulièrement. Elle obtient en 1967 la médaille du centenaire du Canada pour l’ensemble de son œuvre, de même que la médaille Samuel Bronfman en 1985, la plus haute distinction de la communauté juive canadienne. Elle s’éteint en 1998 à l’âge vénérable de 102 ans47.

43Le NCJW, dont le comité d’immigration est désormais mis en veilleuse, poursuit ses activités culturelles et sociales, avec l’organisation de deux clubs pour les jeunes immigrantes juives à l’Institut Baron de Hirsch. Les rencontres hebdomadaires sont l’occasion pour elles de suivre des cours de couture, d’anglais, et de participer à des jeux et à des danses. On leur offre aussi de l’aide pour trouver un travail ou un logement. L’un de ces clubs est dissous après que la plupart de ses bénéficiaires se sont mariées tandis que l’autre est graduellement incorporé aux activités régulières de la Young Women’s Hebrew Association (YWHA).

  • 48 Y participent la Presbyterian Church of Canada, l’United Church of Canada, la Church of England, l (...)
  • 49 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif, 14 février 1934 et 28 mars 1934.
  • 50 Ibid., Filotas, 1998, p. 69. Joseph Kage, 1962, p. 105 et 109. Au sujet de l’attitude du gouvernem (...)

44La montée de l’antisémitisme en Europe pousse le Conseil à défendre les Juifs persécutés. Le NCJW s’associe à d’autres associations juives présentes au Québec, comme l’organisation sioniste de femmes juives Hadassah pour mener des campagnes d’information auprès de la population et de lobbying des gouvernements sur le sort des Juifs en Europe et sur la nécessité d’accueillir des réfugiés au Canada. Ces diverses associations participent à Ottawa en décembre 1938 à la conférence nationale du Comité sur les réfugiés et les victimes des persécutions politiques, qui rassemble les principales Églises et associations de femmes, et qui adopte une résolution demandant l’admission des réfugiés au Canada. Un pamphlet sera ensuite publié à 10 000 exemplaires et distribué à travers le Canada48. Déçu de ne pouvoir changer les politiques de fermeture du gouvernement canadien à l’égard des réfugiés, le Conseil s’engage résolument avec les autres organisations juives pour tenter de leur trouver un refuge. Dès 1933, le NCJW encourage activement l’immigration de Juifs d’Allemagne vers la Palestine, au coût de 80 $ par enfant, afin de défrayer les frais de transport, en collaboration avec l’organisation sioniste juive féminine Hadassah49. Ce secours aux réfugiés se poursuit tout au long de la Deuxième Guerre mondiale, période pendant laquelle le NCJW se distingue des autres organisations féminines juives en offrant un secours direct aux réfugiés. Ses membres organisent l’accueil dès l’arrivée des réfugiés à la gare ou au port. Elles leur fournissent de la nourriture, des vêtements, des soins médicaux et les aident à contacter leurs proches par le biais des sections du NCJW établies dans d’autres villes ou par la JIAS, la Hebrew Immigrant Aid Society et les United Jewish Refugee and War Relief Agencies. Malgré les pressions du Congrès juif canadien auprès du gouvernement afin d’augmenter le nombre de réfugiés admis, le Canada ne laissera entrer que 11 005 immigrants juifs entre 1930 et 1940, soit uniquement 5,4 % du nombre d’immigrants pour la période. Ce ratio diminuera à 3,6 % entre 1940 et 1945, alors que 1 852 réfugiés juifs obtiendront la permission d’entrer au pays50. Le faible nombre de réfugiés juifs accueillis par le Canada incite le NCJW à concentrer ses efforts sur l’obtention de la citoyenneté canadienne pour les réfugiés déjà entrés. Le NCJW met sur pied, en collaboration avec la JIAS, des cours d’anglais afin de faciliter l’intégration de ces réfugiés.

45Le NCJW participe aussi à l’effort de guerre canadien. Mme Jacobs coordonne les efforts de la section. Parmi ses initiatives, notons les nombreuses campagnes de financement pour l’établissement de bibliothèques et de cliniques de sang mobiles dans les camps militaires, la distribution de livres et journaux aux soldats des forces armées, des campagnes de financement directes au bénéfice de l’Angleterre par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, de même que l’envoi de bénévoles au Ballon Rouge, le centre juif des forces armées.

46À partir de 1947, la question des rescapés de l’Holocauste devient un problème majeur dans le monde occidental ; c’est alors que le gouvernement canadien accepte de laisser entrer un plus grand nombre d’entre eux. Le NCJW devient alors responsable d’accueillir et de placer les jeunes femmes dans les services domestiques, de s’occuper de l’adoption ou de la subsistance de plusieurs orphelins provenant d’Europe. De leur côté, les femmes de Hadassah collectent des vêtements et de l’argent pour aider les réfugiés européens à se rendre en Palestine. La politique canadienne reste largement hostile à l’arrivée d’immigrants juifs sur son territoire durant toute la première moitié du XXe siècle et ne change tardivement qu’une fois que la plupart des réfugiés et rescapés juifs ont trouvé asile dans le nouvel État d’Israël. Les pressions des associations philanthropiques juives s’avèrent totalement insuffisantes pour contrer les politiques canadiennes. Tout au plus, elle parviennent à s’insérer dans le tournant humanitaire pris par un grand nombre d’entre elles après cet échec majeur de leur action. Doit-on pour autant en conclure que leur action ne peut dépasser les limites imposées par le pouvoir politique ? Comment apprécier l’action des associations philanthropiques à l’égard des immigrants ? Quelle est la limite de leurs prérogatives et quelle est leur responsabilité ? Il nous faut revenir sur les dynamiques complexes qui sont à l’œuvre pour tenter de répondre à ces questions.

Aide aux immigrants et politiques d’immigration

47Derrière l’idée généralement admise d’un âge d’or de l’immigration libre et débridée, suivi d’un repli sur soi et de la peur du bolchévisme après la Première Guerre mondiale, puis d’une ouverture humanitaire et de regroupement familial après la Deuxième, l’étude des associations d’aide aux immigrants permet de tracer un tableau plus nuancé.

48On peut distinguer trois grands moments dans l’action déployée par ces associations pour venir en aide aux immigrants au Québec. Durant la première période, l’Église catholique fixe les principaux paramètres de son intervention et, dans une grande mesure, celle des différentes communautés. En délimitant une frontière ethnoreligieuse stricte entre les trois grandes communautés, elle restreint son propre champ d’intervention exclusivement aux franco-catholiques. Paradoxalement, cette décision de l’Église catholique contribue à consolider l’action des Églises protestantes auprès des immigrants, et à susciter l’organisation d’associations semblables dans d’autres groupes ethnoconfessionnels comme les Juifs, de ce fait à créer leur propre système d’accueil. Le rôle des philanthropies protestantes et juives dans ce contexte a été de mobiliser les ressources financières et humaines de leurs communautés pour accueillir les immigrants et d’en être les porte-parole auprès des différents paliers de gouvernement. Si le NCJW reste confiné à une action au sein de la communauté, le TA devient vite une sorte de relais de la bureaucratie fédérale qui est en train de se mettre en place. Sensibilisés au problème de l’immigration, les différents paliers de gouvernement ne se contentent plus d’être des courroies de transmission des intérêts particuliers des communautés et doivent créer un système de contrôle et de régulation de ces associations, avant d’en intégrer certains services dans l’appareil d’État.

49La seconde période est celle de la professionnalisation de l’accueil aux immigrants, qui coïncide avec celle du travail social. Les TA développent un modus operandi pour accueillir les immigrants de leur communauté, qui deviendra un modèle suivi par le NCJW et d’autres associations nationales (italiennes et irlandaises surtout). L’instauration d’un système d’experts permet la quantification et l’organisation de l’aide, effectuée d’abord par des bénévoles des TA puis par des travailleuses sociales spécialement formées pour identifier les personnes à aider, évaluer leur situation et traiter leurs dossiers avant d’attribuer l’aide requise (case work). Le remplacement des bénévoles se fait donc progressivement, au fur et à mesure qu’arrivent des professionnelles du service social (qui sont souvent les mêmes au tout début).

50Les TA se démarquent des associations d’aide juives et catholiques puisqu’ils cherchent très vite à étendre leurs services à tous les immigrants. La sécularisation et l’étatisation de ces services accompagnent ce processus, qui commence chez les anglo-protestants de Montréal au début des années 1920 et qui se poursuit chez les franco-catholiques dans les années 1930. Alertée par la place qu’occupent ces associations auprès du gouvernement fédéral et dans le contexte particulier des années 1930, l’Église opère un revirement majeur sur la question de l’aide aux immigrants, comme sur bien d’autres questions sociales.

  • 51 B. L. Vigot, « The Québec Government and Social Legislation During the 1930’s: A Study in Politica (...)

51Elle apparaît nettement moins conservatrice après la grande crise économique, et accepte de collaborer avec le gouvernement de Taschereau et celui de Duplessis pour tout ce qui concerne les questions d’assistance sociale51. Elle se lance à son tour dans la création de multiples associations spécialisées comme les Jeunesse ouvrière catholique (JOC), Jeunesse agricole catholique (JAC), Jeunesse étudiante catholique (JEC), censées animer un mouvement de « rechristianisation » de la société québécoise. Elle accepte enfin de reconnaître, sinon de soutenir, le mouvement amorcé par les autres groupes ethnoreligieux en faveur d’une sécularisation des services d’assistance et de leur professionnalisation.

  • 52 Julien Harvey, 1993, p. 93-100.

52La publication de l’encyclique Quadragesimo Anno en 1931 marque l’acceptation par le clergé catholique de la nécessité de réformes sociales réalisées conjointement avec l’État, ce qui se traduit au Québec par sa participation à la Commission sur les assurances sociales, dite commission Montpetit, mise en place par le gouvernement Taschereau en 1931. Il faut attendre les initiatives de Mgr Charbonneau, évêque de Montréal de 1940 à 1950, pour que le traitement de l’immigration soit spécifiquement pris en charge par l’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil, dirigé par Marie Gérin-Lajoie (fille) et spécialisé dans le service social, et par le centre d’accueil pour immigrants Riballiers des Isles (qui deviendra le Centre social d’aide aux immigrants). Des classes d’accueil pour immigrants sont par la suite créées dans les écoles de la Commission des écoles catholiques de Montréal où seront donnés des cours de langue et d’apprentissage, ouvrant ainsi une ère d’intervention concertée de l’Église en faveur du soutien aux immigrants, en vue de leur intégration dans l’ensemble franco-catholique. Trop peu, trop tard ? Julien Harvey souligne les effets néfastes de l’absence de l’Église catholique dans un domaine où les Églises protestantes proliféraient et recrutaient pour leur propre compte52. Cette analyse ne tient pas vraiment compte de l’intervention de l’Église sur le plan paroissial, qui se traduit bien souvent par sa collaboration au travail réalisé auprès des immigrants avec les municipalités.

53En réalité, plusieurs niveaux d’intervention se juxtaposent, témoignant d’une répartition des tâches entre les Églises, selon les affinités des réseaux mobilisés par les associations : les franco-catholiques concentrent leur action auprès des pauvres et des immigrants à l’échelon local (paroissial et municipal) ; les anglo-protestants et les Juifs s’adressent plutôt aux paliers supérieurs de gouvernement (provincial et fédéral) pour financer ces aides, et en font des interventions professionnelles et séculières. Alors que l’aide des associations franco-catholiques est fournie localement et bénévolement le plus souvent, au moins jusqu’au début des années 1950, les associations anglo-protestantes et juives laissent la place à des agences qui professionnalisent le travail social, le rendant plus impersonnel et bureaucratique. Ainsi, et le cas de la communauté juive le révèle bien, les associations philanthropiques des trois dénominations doivent recentrer leurs activités comme groupes de pression sur les gouvernements pour tenter d’orienter les politiques d’immigration. Le transfert de leurs prérogatives et le passage de nombre de leurs intervenantes à des agences de l’État réduisent considérablement l’aire d’intervention des TA ou du NCJW. Ne pouvant offrir de services conséquents, compte tenu de l’importance prise par la question de l’immigration dans les politiques gouvernementales, les associations se réorientent dans une activité de lobbying.

54Responsables de repérer les immigrants dans leur pays d’origine et de les encourager à immigrer (parfois par familles ou villages entiers), de trouver les ressources pour les intégrer et les représenter, ces associations deviennent des lieux de socialisation, d’éducation et de formation des immigrants à la citoyenneté. Les bénévoles apprennent dans ce processus les mécanismes du lobbying auprès des gouvernements, et agissent ensuite en leur nom pour assister ces immigrants, au sein et en dehors de leurs communautés. Ainsi elles agissent comme un réseau transnational par lequel transitent un grand nombre d’immigrants et à travers lequel s’élaborent des recommandations de politiques publiques.

*

55La décision d’établir des frontières ethnoreligieuses strictes pour l’aide aux immigrants, initialement d’origine catholique, est embrassée avec empressement par les deux autres groupes (protestant et juif), ayant l’effet inattendu de permettre la construction au Québec de communautés minoritaires relativement fortes et structurées. Le pluralisme religieux qui en résulte permet de débattre des différentes façons de faire et de confronter ces pratiques dans un contexte d’émulation. Ainsi peut-on voir un certain mimétisme dans l’accueil aux immigrants, surtout entre les protestants et les juifs, mais aussi avec les catholiques.

56Une autre question soulevée par cette action est celle de la nature de l’aide fournie par ces femmes bénévoles aux immigrants. La YWCA insiste sur la spécificité des problèmes liés à l’immigration des femmes. Faut-il déplorer pour autant que ses premières interventions soient restées cantonnées dans des domaines dits féminins — la protection des enfants, des mères, des jeunes filles — parce qu’elles auraient conduit à leur moralisation plutôt qu’à leur émancipation ? Faut-il au contraire considérer l’action de ces bénévoles comme ayant contribué à sensibiliser l’État canadien aux préoccupations sociales et humanitaires ? Ces questions restent controversées comme celles qui concernent les paramètres religieux pour évaluer la nature de leur engagement. Cependant, il faut noter combien la YWCA joue le jeu de la sécularisation dans l’accueil aux immigrants. Au Québec, la Y souligne la nécessité de sortir de la crispation identitaire, à ses yeux essentiellement franco-catholique, pour revendiquer que les subventions de la Ville soient attribuées à des services d’aide qui soient neutres ou, au moins, pluriconfessionnels. La mise en place quelques années plus tard d’une agence gouvernementale offrant des services professionnels aux immigrants de toutes origines est la réponse à cette proposition.

57La présence de plusieurs confessions qui doivent cohabiter sur le terrain permet de constater l’existence d’un certain pluralisme religieux souvent masqué par l’ambivalence de leur intervention. En effet, leurs actions apparaissent conservatrices et étroitement refermées sur leur identité religieuse respective quand il s’agit d’idéologie (le corporatisme et le nationalisme canadien-français ; ou le social gospel protestant), mais ouvertes et intégratrices quand il s’agit d’intervention civique par le biais d’associations philanthropiques confessionnelles, qui, dans les cas étudiés, représentent des réformateurs de ces groupes ethnoconfessionnels.

58De même, il s’agit aussi de changer notre regard concernant les rapports des femmes aux Églises et à la religion. Ne doit-on pas considérer ces liens de façon plus complexe ? Plutôt que de les voir uniquement comme prisonnières de l’idéologie cléricale (ou de leur foi religieuse), ne doit-on pas aussi envisager les influences que ces femmes ont pu avoir sur les institutions et les activités organisées par ces Églises ? Cette étude en témoigne, comme elle montre que l’action caritative de ces associations précède et accompagne l’action de l’État en faveur des immigrants. On a vu que le tournant en faveur d’une ouverture des frontières et d’une aide humanitaire aux réfugiés, amorcé par les protestants et les Juifs dans les années 1930, suivis des catholiques, annonce en quelque sorte l’ouverture humanitaire des frontières canadiennes à la fin des années 1940. Enfin, la rencontre au sein de ces associations d’immigrants de différentes origines sociales, géographiques et familiales, efface pour un temps les clivages entre Canadiens de vieille souche et nouveaux venus, et rompt l’isolement que chacun peut ressentir dans sa communauté. Ces associations constituent ainsi des groupes à fort potentiel d’intégration sociale et politique. Par ce biais, les trois religions réalisent aussi qu’elles peuvent continuer d’assurer leur rôle de gardiennes des identités ethniques et des idéologies des différents groupes d’immigrants présents au Canada et au Québec.

59Ainsi, on est loin du constat dressé par Michael Behiels, évoqué plus haut, qui voit dans l’Église catholique la seule responsable de la communautarisation de la société québécoise : les Églises protestantes et les Juifs y participent pleinement. Cette analyse ne permet pas de voir les formes du pluralisme confessionnel pratiqué entre les trois religions au Québec dès le début du siècle, qui contribue à modifier en quelque sorte le pouvoir et la domination de l’Église catholique au Québec. Le pluralisme religieux permet ainsi l’action concurrente des minorités anglo-protestantes et juives pour développer au Québec un compromis tout à fait particulier, où l’État est convié à intervenir pour imposer la sécularisation de secteurs entiers de l’action charitable des Églises. Ce pluralisme permet à l’État d’intervenir comme arbitre entre les groupes confessionnels et aboutit au renforcement de l’État fédéral dans un domaine de juridiction qui ne lui appartient pas d’emblée (l’assistance aux immigrants), expliquant en partie la juxtaposition des interventions des différents paliers de gouvernement dans ce domaine.

60Ce chapitre montre à la fois la tolérance religieuse, avec l’acceptation du pluralisme et la sécularisation précoce de la société québécoise dans ce domaine, et l’intolérance dans d’autres cas, avec l’assignation des individus à des sphères communautaires étroites selon leur origine ethnoreligieuse par exemple (en essentialisant leur identité). Dans ce contexte, l’État provincial, alors en construction, est pris à partie par ces différents acteurs pour arbitrer et proposer des compromis. L’État fédéral saisit également l’occasion qui lui est fournie par ces associations pour mieux délimiter et élargir ses champs de compétence. On verra que ce processus bien identifié dans le champ de l’immigration se complexifie encore davantage dans le champ de la santé, qui est de la compétence exclusive des provinces.

Notes

1 Voir Mark I. Choate, Emigrant Nation: The Making of Italy Abroad, Cambridge, Harvard University Press, 2008; Donna R. Gabaccia, Italy’s Many Diasporas, Seattle, University of Washington Press, 2000.

2 Marcela Aranguiz, « Les pouvoirs urbains et la prise en charge des vagabonds à Montréal : le cas du refuge municipal Meurling (1914-1929) », Médecine et hygiène, vol. 29, no 2, 2005, p. 181-189.

3 Ce chapitre s’appuie sur le dépouillement des documents du Parlement du Canada (ci-après PC), Documents de la session 1873, no 26, « Report of the Minister of Agriculture of the Calendar Year of 1872 » ; PC, Documents de la session 1907, no 25, « Annual Report of the Department of the Interior for the Year 1905-1906 : PC, « Annual Report of the Superintendent of Immigration » ; PC, Documents de la session 1911, no 25, « Annual Report of the Department of the Interior for the Fiscal Year Ended March 31, 1910 : PC, Annual Report of the Superintendent of Immigration » ; PC, Débats de la Chambre des communes, 13e législature, 2e session, 1918-1921, Ottawa, Publications gouvernementales, 1920.

4 Valerie Knowles, Strangers at our Gates: Canadian Immigration and Immigration Policy 1540-2006, Toronto, Dundurn Press, 2007, p. 71.

5 L’immigration en provenance des îles Britanniques représente environ 60 % des entrées jusqu’en 1914, alors qu’elle constituait 85 % du total des nouveaux venus avant la Confédération (1867).

6 Denise Helly, « Voluntary and Social Participation by People of Immigrant Origin: Overview of Canadian Research », 2nd National Metropolis Conference – Immigrants and Civic Participation: Contemporary Policy and Research Issues, Montréal, 2007.

7 Philippe Rygiel, Le temps des migrations blanches. Migrer en Occident (1840-1940), Paris, Aux lieux d’être, 2007.

8 Catherine Collomp, Entre classe et nation. Mouvement ouvrier et immigration aux États-Unis, Paris, Belin, 1998.

9 Helly, 1997, p. 72.

10 Michael D. Behiels, Quebec and the Question of Immigration : From Ethnocentrism to Ethnic Pluralism, 1900-1985, Les groupes ethniques du Canada, brochure n o 18, 1991.

11 Helly, 1997.

12 Martin Pâquet, Tracer les marges de la Cité. Étranger, Immigrant et État au Québec 1627-1981, Montréal, Boréal, 2005.

13 Murray W. Nicolson et John S. Moir, « Charbonnel, Armand-François Marie de », dans Les Prêtres de Saint-Sulpice au Canada : Grandes Figures de leur Histoire, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992, p. 219-222 ; Robert Grace, « L’apport de l’immigration : l’exemple des Irlandais », dans Serge Courville et Robert Garon (dir.), Québec : Ville et Capitale, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2001, p. 184.

14 Julien Harvey, « L’Église catholique de Montréal et l’accueil des immigrants au XXe siècle », Études d’histoire religieuse, 1993, no 59, p. 89-103.

15 Matteo Sanfilippo, « Nationalisme, “italianité” et émigration aux Amériques (1830-1990) », European Review History/Revue européenne d’histoire, vol. 2, no 2, automne 1995, p. 177-192 ; Bruno Ramirez, Les premiers Italiens de Montréal : L’origine de la Petite Italie du Québec, Montréal, Éditions Boréal, 1984. Voir aussi Mark Choate, op. cit.

16 Janice Harvey, « Les protestants et les origines du réseau des services sociaux protestants de Montréal », dans Guy Lapointe (dir.), Société, culture et religion à Montréal,XIXe-XXe siècles, Montréal, VLB, 1994, p. 98-121.

17 Ann Perry, « Manliness, Goodness, and God: Poverty, Gender and Social Reform in English-Speaking Montreal, 1890s-1930s », mémoire de M. A. (histoire), Queen’s University, 1999.

18 Janice Harvey, « Les Églises protestantes et l’assistance aux pauvres à Montréal au XIXe siècle », Études d’histoire religieuse, vol. 69, 2003, p. 51-67.

19 An., « Travelers’s Aid Plans National Organization: Cooperative Work by Scores of Societies in Nearly One Hundred Cities of United States is Aim of Directors’ Conference », Christian Science Monitor, 6 octobre 1915, p. 10.

20 ANQ, Fonds national YWCA (ci-après : ANQ-FNYWCA), MG 28, I 198, vol. 52, dossier 7, Résumé des recommandations nationales, 1907-1940, Convention Recommandations Foreign-Born, 1913.

21 Avec la fin de la Première Guerre mondiale, tous les services d’accueil sont mobilisés pour accueillir les 35 000 femmes et enfants de soldats canadiens « who had to be brought back to Canada », J. P. Harshaw, When Women Work Together : A History of the Young Women’s Christian Association in Canada, 1870-1966, Toronto, National YWCA, 1966, p. 106.

22 Les objectifs évangéliques du Y étaient clairement affirmés, selon Pedersen qui note que pour aider à intégrer les « jeunes femmes perdues » dans la communauté « … matters of dogma often took precedence over the Association’s more secular activities », Pedersen, « Keeping Our “Good Girls” Good », 1981, p. 195.

23 Mary Elaine Davies, « The Montreal YWCA and Its Role in the Advancement of Women: 1920-1960 », mémoire de M. A. (histoire), Dept. of History, Université Concordia, 1991.

24 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 14, Dossier 14-3, Immigration and Travellers Aid Committee, 1927-1930.

25 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 14, Dossier 14-7, Immigration & Travellers Aid Survey, 1923-1929.

26 Story of YWCA, 1933, Archives de la YWCA de Montréal, Montréal.

27 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 52, Dossier 7, Résumé des recommandations nationales, 1907-1940, Immigration, 1929.

28 Il est intéressant de comparer les résultats de notre étude avec celle de Tamara Myers (Myers, 2005) sur le traitement de la délinquance dans la communauté juive de Montréal parce qu’elle confirme l’ancrage ethnoconfessionnel du travail social, en plus de son identité de genre, et j’ajouterai en même temps que ce dernier se professionnalise. Ce qui explique pourquoi les divisions ethnoconfessionnelles persistent alors même que le travail social est largement sécularisé. ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 52, Dossier 7, Résumé des recommandations nationales, 1907-1940, TA, 1932.

29 Ainsi, durant les années 1935 à 1940, les TA workers notent que leurs services ont traité plus de 3500 cas d’immigrations posant problèmes. The Canadian Advisory Officer to the League of Nations transmets ses recommendations au Committee of Experts of the League.

30 « We are still vitally interested in immigration policy. Early in 1939 the Government asked us to assume the guardianship of some Greek girls coming to train as nurses in a Canadian hospital. [and] 1938 saw another major change in our migration work. […] Our port work at Montreal continues to be done by the Montreal Association acting as national agents, with the sympathetic efficiency and integrity that makes it as acceptable to officials as to the migrants which it serves. […] »

31 At the end of the summer of 1939 the number of migrants was increased by those hastening to leave Europe and join relatives here before the storm should break, and at the outbreak of war our National port worker was called upon to render greatly needed assistance to those who had become victims of war en route to Canada. […] In connection with the grave problem of refugees the Executive has taken four steps. Two letters were written to the Government, one urging the admission of refugees, another begging the Government to make an official pro test against the inhumanity of the treatment of Jewish people under the Nazi regime. The National Executive joined with other organizations in launching the National Committee on Refugees and continue to co-operate closely with it. In 1939 a Bulletin on Refugees was prepared by a member of the Economics Committee as a follow up of the Report of the World’s Future Policy Committee on International Relationships. ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, vol. 6, Dossier 6-13, Convention to convention of the YWCA 1935-1940, p. 19-21

32 ANQ-FNYWCA, MG 28, I 198, Executive Committee Minutes, p. 11-13.

33 Il nous est cependant difficile de savoir si la préoccupation envers les rescapés juifs de l’Holocauste, énoncée tardivement, aura quelque répercussion sur les politiques adoptées tardivement aussi par le gouvernement du Canada. La question des personnes déplacées est à nouveau soulevée en 1948 et un sous-comité du Travellers’Aid est créé par le YWCA de Montréal pour leur venir en aide ; J. P. Harshaw, 1962, p. 111.

34 En 1954, le YWCA de Montréal, en tant qu’organisation internationale, se préoccupe des réfugiés d’après-guerre. Pour eux, l’inscription est gratuite. On leur offre des cours de langues et d’instruction civique et de grands efforts sont faits pour permettre aux nouveaux venus de s’adapter à la vie canadienne ; mémoire présenté par le YWCA de Montréal à la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, 1954, p. 4.

35 La modification de la Loi sur l’immigration entend par « personne à charge » acceptée au Canada toute femme ou veuve et enfants biologiques ou d’adoption d’un membre des forces canadiennes, en activité durant la guerre.

36 En février 1942, l’Association s’est prononcée en faveur de critères d’éducation minimum pour l’acceptation des immigrants, ANQ-FNYWCA, Executive Committee Meeting du YWCA de MTL, nov. 1943-1945, fév. 1942.

37 Bertha McCall, directrice générale du National Travellers’Aid Association, est alors chargée en 1950 par le Montreal Council of Social Agencies de considérer cette réorganisation, celle du budget et de la nature du travail propre du TA (qui semble ne pas être remis en question). ANQ-FNYWCA, MG 28, I 240, vol. 28, Travellers’ Aid 1949-1950, Travellers Aid Services in Montréal, report and recommendations made by Bertha McCall, juin 1950, Montreal Council of Social Agencies.

38 Beth Wenger, « Jewish Women and Voluntarism: Beyond the Myth of Enablers », American Jewish History, vol. 79, no 1, 1989, p. 18.

39 Plusieurs types d’associations voient alors le jour, qui reflètent la diversité des engagements politiques et religieux de leurs membres. La Jewish Immigration League of Canada, créée à Montréal en 1913, est ainsi une branche locale d’une association nationale (qui deviendra plus tard la Hebrew Aid Association). Elle côtoie la Canadian Jewish Alliance qui est fondée par les groupes travaillistes sionistes ainsi que la Hebrew Ladie’s Immigrant Protective Association…

40 Tamara Myers considère que le gouvernement provincial, par le biais de la cour juvénile, partage avec les Jewish Family Services l’administration de ces services dans le cas de la délinquance juvénile. On peut y voir un partage de compétences officialisé entre les deux organismes sur un modèle développé par les Églises anglo-protestantes (Myers, 2005).

41 Sarah Filotas, « Les organisations féminines de la communauté juive montréalaise, 1918-1948 », mémoire de maîtrise (histoire), Université de Montréal, 1998, p. 26.

42 Simon Belkin, Through Narrow Gates. A Review of Jewish Immigration, Colonization and Immigrant Aid Work in Canada 1840-1940, Montreal, CJC and the Jewish Colonization Association, 1966, p. 95.

43 Anne Kilpatrick, « The Jewish Immigrant Aid Services: An Ethnic Lobby in the Political System », mémoire de maîtrise (sociologie), Université McGill, 1995, p. 6.

44 Ninette Kelley et Michael Trebilcock, The Making of the Mosaic: A History of Canadian Immigration Policy, Toronto, University of Toronto Press, 1998, p. 188-189.

45 Joseph Kage, With Faith and Thanksgiving: 200 Years of Jewish Immigration and Immigration Aid Effort in Canada, 1760-1960, Montréal, The Eagle Publishing Company, 1962, p. 90.

46 « This Committee of energetic ladies, with the assistance of a part time paid worker, follows up every new Canadian family, teach them how to adjust themselves to conditions in this country, advise them about day or night schools, tell them where to procure medical assistance when necessary, show them where to apply for work, indeed do everything in their power to make the newcomers fell that Canada is indeed the Land of Promise and will turn out to be the Land of Plenty as well. » SACJC-ANCJW, Dossier Infos 1926-1961, texte de Martin Wolff, « Montreal Council of Jewish Women… », p. 1.

47 An., « Robinson pioneered projects », The Canadian Jewish News, 7 mai 1998; Eli Gottesman, « Mrs. A. Robinson », Who’s Who in Canadian Jewry, Montréal, Institute of Higher Research, 1965, p. 476; An., « Tony Robinson Honored: Former ICJW Head Gets Highest Reward », Canadian Jewish News, 4 juillet 1985, p. 5. Je remercie Carmen Robinson, sa belle-fille et Andréa Robinson sa petite-fille de m’avoir fourni des informations personnelles qui figurent dans cette biographie ainsi que l’autorisation de publier cette photographie d’elle.

48 Y participent la Presbyterian Church of Canada, l’United Church of Canada, la Church of England, la Catholic Women’s League of Canada, le National Council of Women of Canada, leNational Councils of Canadian YMCA and YWCA, et le Social Service Councils of Canada, Filotas, 1998, p. 78-85.

49 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif, 14 février 1934 et 28 mars 1934.

50 Ibid., Filotas, 1998, p. 69. Joseph Kage, 1962, p. 105 et 109. Au sujet de l’attitude du gouvernement canadien durant cette période, voir Irving Abella et Harold Troper, None is too Many : Canada and the Jews of Europe, 1933-1948, 5 e éd., Toronto, Lester & Orpen Dennys, 1986.

51 B. L. Vigot, « The Québec Government and Social Legislation During the 1930’s: A Study in Political Self-Destruction », dans Raymond B. Blake et Jeff Keshen (dir.), Social Welfare Policy in Canada, Toronto, Copp Clark, 1995, p. 153-168; Michael Gauvreau, « From Rechristianisation to Contestation: Catholic Values and Quebec Society, 1931-1970 », Church History, vol. 69, no 4, déc. 2000, p. 803-833.

52 Julien Harvey, 1993, p. 93-100.

Table des illustrations

Titre Antonia Robinson
Légende Gentilly, Québec, 7 mai 1895 – Montréal, 16 avril 1998
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search