Version classiqueVersion mobile

Femmes philanthropes

 | 
Yolande Cohen

Chapitre 2. Trois associations de femmes philanthropes

Texte intégral

1Créées dans la foulée du mouvement de réforme américain et anglais, de nombreuses associations philanthropiques de femmes voient le jour au Canada entre 1880 et 1914. Pour panser les maux de la société industrielle et soutenir les populations démunies, elles se spécialisent dans la question sociale, délaissée selon elles par les gouvernements et les partis politiques. Leurs origines confessionnelles restent marquantes et au Québec, le catholicisme dominant veut imposer une stricte séparation entre elles. Désirant jeter les bases d’une intervention sociale cohérente et efficace pour venir en aide aux pauvres, aux malades et aux immigrants, ces philanthropes deviennent rapidement des actrices incontournables des nouvelles formes d’assistance. Ce faisant, leur action est interprétée différemment, soit comme reproduisant le rôle charitable des femmes des classes dominantes, soit comme visant aussi à l’émancipation de ces dernières de leur milieu social et familial.

2Dans ce chapitre, on tentera de présenter chacune de ces caractéristiques précisément pour mieux comprendre le rôle qu’elles ont joué durant les trois grandes périodes envisagées dans cette étude. Durant la première période (1880 à 1914), de leur fondation au déclenchement de la Première Guerre mondiale, sera clairement identifiée leur implication dans l’émergence d’un mouvement féministe revendicateur (aussi appelé féminisme de la première vague) et comme principales intervenantes sur des questions sociales qu’elles considèrent de leur compétence.

3La deuxième période (1914-1931) commence avec le tournant pris par le Québec et le Canada en faveur d’une plus grande intervention de l’État dans des politiques volontaires de soutien aux soldats et veuves de guerre et plus généralement aux femmes/mères/épouses lors du premier conflit mondial. Les revendications égalitaires de ces associations se conjuguent alors aux revendications sociales ou maternalistes adressées à l’État provincial et fédéral. Elles font la promotion d’une politique du care en faveur des enfants et des mères de famille, qui interpellent des gouvernements dont le credo libéral a traditionnellement laissé ces initiatives aux Églises. Les associations philanthropiques diversifient alors leurs activités pour élaborer et publier des études sur les questions sociales, faire de l’éducation et de la prévention, offrir des services professionnels de soins ou d’assistance (essentiellement pour les protestantes) et faire pression sur les gouvernements pour faire avancer leurs revendications. Durant la troisième période (1932-1945), devant l’échec de certaines positions maternalistes, l’urgence d’obtenir le droit de vote ainsi que des politiques familiales se traduit par l’adoption de lois pour les pensions aux mères dans le besoin (1937) ainsi que le droit de vote (1940). Les lois sur la protection des enfants, déterminantes dans les revendications féministes au Canada et les revendications ouvrières relayées par des syndicats donneront une autre dimension à l’État-providence canadien, alors en expansion.

4On cherchera ici à établir les processus qui relient ces philanthropies entre elles et à l’État. Offrant un modèle renouvelé de sociabilité, ces associations développent une culture des rapports entre les classes, un discours et des pratiques qui leur octroient des compétences dans le champ du care. Intermédiaires autoproclamées des classes les plus démunies et des populations vulnérables, ces philanthropes vont déployer des positionnements révélateurs de leurs conceptions des rapports entre les classes sociales, les générations, les religions et entre les sexes. Si certaines d’entre elles considèrent que le corporatisme hérité de la tradition catholique reste pertinent comme forme d’intervention, d’autres adoptent plutôt la solidarité (entre femmes par exemple) comme méthodologie du lien social à opposer à la lutte des classes. Ainsi, plutôt que de reprendre les différentes théories de la régulation ou du contrôle social, qui trop souvent ont servi à caractériser le rôle des hommes philanthropes, nous explorerons ici davantage le rôle des femmes comme médiatrices du social ou agentes de capital social qui leur convient mieux.

5Plusieurs associations philanthropiques de femmes seront présentées dans cette étude, selon leur degré de participation à l’une ou l’autre des politiques examinées ici. L’étude approfondie de trois d’entre elles, pour lesquelles nous avons exploré les archives et sources originales, nous a permis de mener ce travail. Il s’agit de la Young Women’s Christian Association (YWCA, anglo-protestante) fondée à Montréal en 1875, du National Council of Jewish Women (NCJW, anglo-juive), fondé en 1897 et de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste crée en 1909 (FNSJB, franco-catholique). Le choix de ces associations répond aux critères habituels de représentation des trois principaux groupes religieux présents au Québec et au Canada. Nous avons aussi voulu étudier des organismes caritatifs qui sont à la fois affiliés et relativement autonomes des instances religieuses, animés par des femmes et qui se perçoivent comme leurs représentantes, et enfin qui ont des liens internationaux ou nationaux. Ces trois associations, bien que très différentes par leur fonctionnement et leurs objectifs, se sont imposées immédiatement à nous comme des organismes assez représentatifs d’une élite de femmes engagées dans les mouvements de réforme par et pour les femmes. Ces associations sont aussi des fédérations d’associations qui font partie d’un ensemble plus vaste de regroupements ethnoconfessionnels, représentés par des organisations nationales et transnationales. Leur étude permettra de repérer les transformations des questions relevant du privé (du domaine religieux le plus souvent, de la charité privée et du bénévolat) et du care (compétences reliées au maternage) dans le domaine politique et au sein de l’État (fédéral, provincial et municipal). On cherchera aussi à comprendre les rapports qu’elles entretiennent entre elles afin d’appréhender les rencontres possibles entre ce que l’on appelle les deux solitudes au Québec.

La Young Women’s Christian Association

  • 1 Diana L. Pedersen, « Keeping Our “Good Girls” Good : The Young Women’s Christian Association of Ca (...)
  • 2 Des réformateurs sociaux éclairés font appel aux méthodes d’investigation scientifiques d’inspirat (...)

6Initialement fondée en Angleterre en 1855, la YWCA, pendant féminin du Young Men’s Christian Association apparu en Angleterre une décennie plus tôt, voit le jour au Canada dans les années 1870, avec la création simultanée de plusieurs sections du groupe dans les principales villes canadiennes : Saint-Jean (Nouveau-Brunswick) en 1870, Toronto en 1873, Montréal en 1874 et Québec et Halifax en 1875. Expression des églises protestantes de plusieurs dénominations, les sections de la YWCA sont créées à l’initiative de femmes éduquées des élites canadiennes anglo-protestantes. Alors que les villes industrielles croissent rapidement, l’arrivée de jeunes filles ou femmes souvent seules, peu préparées à l’expérience d’une vie urbaine et qui paraissent échapper aux structures sociales — famille, communauté et Église —, suscite la rapide intervention des sections de la Y. Convaincues que ce nouveau contexte va mener ces jeunes filles à une indépendance sexuelle et économique (inconnue de leurs aînées), et au déclin progressif des valeurs traditionnelles, les initiatrices des YWCA fournissent une aide aux jeunes femmes seules quelle que soit leur religion, afin de leur offrir « a substitute for parental and religious influences through practical assistance offered in a wholesome Christian setting1 ». Se fondant sur les principes de réforme morale (social gospel) qui animent les réseaux philanthropiques destinés aux hommes et aux enfants les plus pauvres, les femmes de la YWCA veulent combattre les conséquences néfastes du système capitaliste, qui jettent ces filles sur la route de l’émigration et de la déchéance. Au contraire d’autres regroupements, qui voient dans la pauvreté une forme d’abdication personnelle des individus face aux exigences de la vie moderne, elles considèrent la nécessité d’une organisation de la charité pour répondre aux transformations dues à la révolution industrielle2.

  • 3 Le postmillénarisme est une interprétation eschatologique alors fort répandue dans le monde protes (...)

7Le mouvement évangéliste, très dynamique en cette fin de XIXe siècle, propose un christianisme « revivaliste » et démocratique basé sur la double promesse du salut divin universel et de l’atteinte d’une perfection individuelle. Pour les fondatrices des YWCA qui y participent, il s’agit de trouver des solutions aux problèmes sociaux considérés comme des obstacles à la réalisation de l’individu et de la société dans une optique postmillénariste (entendu ici au sens eschatologique du terme)3. Dépassant les nombreux clivages confessionnels du monde protestant, la culture évangéliste encourage la coordination des efforts des églises protestantes au sein d’institutions communes, telles les YMCA et YWCA. La première constitution de la « Y » au Canada mentionne que les organisations existantes et à venir doivent être unies, et que leur but est d’améliorer les conditions sociales, physiques, intellectuelles et spirituelles de toutes les jeunes filles. Parallèlement, d’autres églises et missions protestantes animent des organismes indépendants tels The Old Brewery Mission créée par les églises méthodistes en 1890, l’Armée du Salut fondée en 1884 ou la Working Women’s Home (service d’hébergement à bon marché, de recherche d’emploi pour les femmes de ménage et « maison d’industrie » pour les hommes). Animées par des femmes et des hommes des classes aisées, ces associations philanthropiques signalent leur appartenance de classe et permettent aux hommes surtout de se doter d’une constituency sans le nom. La moralisation, et plus tard la « canadianisation » de la population émigrante, est leur objectif, en même temps que s’exerce un contrôle social par l’inculcation d’une discipline de travail et d’une morale bourgeoise propres au développement du capitalisme industriel, alors en plein essor.

  • 4 Franca Iacovetta et Mariana Valverde (dir.), Gender Conflicts, New Essays in Women’s History, Toro (...)
  • 5 Veronica Strong-Boag, Lives of Girls and Women in English Canada, 1919-1939, Toronto, Copp Clark P (...)
  • 6 Judith Weinsefeld, African American Women and Christian Activism : New York’s Black YWCA, 1905-194 (...)

8Le travail des femmes qui animent les Ladies’ Aid Society dans des paroisses est plus invisible puisqu’il se déploie sur le terrain même des pauvres, des plus démunis, des immigrants. Leur regroupement au sein de la Female Benevolent Society (fondée en 1815), qui deviendra en 1832 la Ladies Benevolent Society pour mieux répondre aux besoins créés par l’épidémie de choléra, leur permettra parfois d’atteindre une envergure nationale. Tout comme les femmes catholiques de Montréal, et sans doute sous leur influence, les femmes anglo-protestantes de Montréal vont se doter d’un ensemble d’institutions d’assistance spécialisées dans les soins aux femmes, aux jeunes et aux enfants, créées plus tôt (entre 1815 et 1822) que dans le reste du Canada (dans les années 1850). À l’Église presbytérienne, comme à l’Église anglicane, les groupes de femmes participent de manière active au secours des pauvres, au sein de groupes spécifiques comme Dorcas, la Presbyterian Women’s Guild, les Ladies’ Aid Societies, la Montreal Woman’s Missionary, la Young Women’s Association et la Dominion Order of King’s Daughters. Tout comme les organisations masculines, ces associations affirment vouloir maintenir la foi des nouveaux arrivants, et maintenir vivants et actifs les groupes ethnoreligieux et nationaux au Canada. Membres de familles aisées, les pionnières cherchent-elles à conforter la domination de leur classe par l’imposition d’une morale de classe, conservatrice et ethnocentrée4 ? Des historiennes, s’appuyant sur la discrimination qu’elles établissent entre les pauvres méritants et les autres, excluant les mères célibataires et leurs enfants illégitimes ainsi que les délinquants sexuels, considèrent leur action comme une forme de contrôle social exercé par les classes dominantes pour le compte des Églises et de l’État5. Si l’on peut en effet faire un tel constat, en ce qui a trait à une analyse macro, l’étude plus attentive de leur contribution permet d’aller plus loin. Notre étude participe à un renouveau qui, visible dans les plus récents travaux qui y sont consacrés, reconnaît aux femmes de la YWCA un rôle déterminant dans le processus de réforme sociale au Canada6.

9À Montréal, la YWCA créée en 1874 développe rapidement une série de programmes destinés aux jeunes femmes nouvellement arrivées : les accueillir, les conseiller sur les opportunités d’emploi, leur trouver un logement (fourni par la Y pour une durée indéterminée) et leur fournir un accompagnement moral et spirituel. Des programmes éducatifs sont parallèlement mis sur pied et prennent rapidement une expansion notable : cours de nursing, d’hygiène, de langue (notamment le français, essentiel pour l’intégration au marché de l’emploi de la clientèle anglophone), phonographie, sténographie, de même que certains cours d’arts. Des institutions affiliées à la YWCA sont créées afin de combler des besoins spécifiques : la Helping Hand Society vise à enseigner aux enfants des milieux défavorisés comment confectionner leurs propres vêtements ; le Working Girl’s Home est un foyer pour jeunes travailleuses ; le Diet Dispensary offre de l’aide alimentaire aux pauvres malades et des services d’infirmières. Cet ensemble de services se diversifie au cours du XXe siècle, la vocation éducative de la YWCA apparaissant souvent comme le centre de l’activité de l’organisation. La YWCA offre ainsi des classes selon les besoins particuliers des femmes salariées, tel le cours « Public Speaking », offert entre 1923 et 1926. Nous verrons que les formations très diversifiées offertes aux femmes sont un des aspects de son intervention. L’assistance aux chômeuses durant la crise économique des années 1930 en est une autre, complétant une panoplie impressionnante de services et d’interventions auprès des gouvernements en faveur des femmes. La YWCA de Montréal s’implique dans la bataille pour l’établissement d’un salaire minimum et anime des programmes d’éducation à l’emploi, qui contribuent à rendre plus acceptable l’emploi rémunéré chez les femmes et à favoriser leur intervention publique et politique.

Ishbel Hamilton-Gordon, dite Lady Aberdeen

Ishbel Hamilton-Gordon, dite Lady Aberdeen

Mayfair (Angleterre), 14 mars 1857 – Londres, 18 avril 1939

  • 7 Doris French Shackleton, Ishbel and the Empire, Toronto, Dundum Press, 1988 ; Ishbel Hamilton-Gord (...)

Celle qui passera à l’histoire sous le nom de Lady Aberdeen voit le jour sous le nom de Ishbel Maria Marjoribanks, dans une famille de l’aristocratie écossaise implantée à Londres. Elle est la fille d’Isabelle Hogg et de Dudley Counts Marjoribanks, banquier et politicien libéral anobli au titre de baron Tweedmouth en 1881. L’éducation formelle plutôt limitée dont elle bénéficie, soit à peine deux ans de cours privés d’éducation française et quelques leçons avec le professeur de littérature anglaise J. M. Meiklejohn, est complétée par la formation qu’elle acquiert grâce à la bibliothèque familiale et son immersion dans un milieu social où figurent d’éminentes personnalités telles que les Gladstone, John Bright ou Benjamin Disraeli. En 1877, elle se marie avec John Campbell Hamilton-Gordon, politicien libéral et septième comte d’Aberdeen, avec lequel elle aura quatre enfants. Le comte d’Aberdeen est nommé administrateur, « lord lieutenant », de l’Irlande en 1886, avant d’être nommé gouverneur général du Canada de 1893 à 1898.
Durant son séjour en tant que « Princess Consort » du Canada, Lady Aberdeen se révèle une militante assidue pour la cause des femmes. Elle et son mari avaient à cœur de faire évoluer le rôle du chef d’État canadien en une institution au service des citoyens du pays. En 1893, elle devient présidente de l’International Council of Women, qu’elle dirigera durant quatre décennies (jusqu’en 1936), et de sa branche canadienne jusqu’en 1898 : le National Council of Women of Canada. En 1897, elle inaugure, en présence du premier ministre canadien Wilfrid Laurier, le Victorian Order of Nurses (VON), un ordre d’infirmières volontaires qui s’illustre durant les deux guerres mondiales et poursuit ses activités à ce jour. La même année, Lady Aberdeen se voit décerner le tire de « Doctor of Law » par l’Université Queen, le premier diplôme honorifique attribué à une femme au Canada. Elle contribue avec son mari et jusqu’à la fin de son mandat de chef d’État en 1898, au développement de la vie sportive et culturelle, notamment du hockey et du golf. Lorsque son mari est nommé « lord lieutenant » d’Irlande, poste qu’il occupera de 1905 à 1915, Lady Aberdeen s’implique au sein de la Woman’s National Health Association en 1907, lancée avec la collaboration du docteur canadien William Osler pour enrayer la tuberculose. Lady Aberdeen demeure active et contribue à obtenir une place accrue pour les femmes dans l’Église presbytérienne écossaise. Lady Aberdeen s’éteint en 1939 à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Des extraits de son journal personnel, The Canadian Journal of Lady Aberdeen, 1893-1898, seront publiés après sa mort en 19607.

Le National Council of Jewish Women

  • 8 Simon Belkin, Through Narrow Gates. A Review of Jewish Immigration, Colonization and Immigrant Aid (...)
  • 9 Israël Medresh, Le Montréal juif d’autrefois, traduction et présentation de Pierre Anctil, Sillery (...)

10À l’instar des organisations protestantes (de la Y en particulier), la communauté juive de Montréal se dote d’un réseau d’associations charitables. La Young Men’s Hebrew Benevolent Society (YMHBS) et la Ladies Hebrew Benevolent Society (LHBS), créées en 1877, participent à ce mouvement. La charité juive (tsedakah), déjà présente au Québec au XIXe siècle, va prendre une tout autre ampleur avec l’arrivée de nouveaux contingents d’immigrants juifs chassés d’Europe centrale et orientale par un regain d’antisémitisme. La communauté juive du Canada renforce alors son réseau d’assistance, car elle comprend que des solutions sérieuses et durables pour l’accueil de ces nouveaux venus ne pouvaient venir du gouvernement8. Ses différentes composantes se livrent à une vaste campagne de sensibilisation au sort des malheureux réfugiés, victimes des pogroms antisémites en Europe de l’Est. Elles adressent des lettres, font des manifestations publiques, des conférences pour alerter les gouvernements au sort de ces populations. L’obtention de subventions du fonds américain légué par un grand philanthrope juif, le baron de Hirsh, permet l’achat d’un immeuble sur la rue Élisabeth à Montréal, où sera logé l’Institut Baron de Hirsh. Centre d’accueil et de coordination des activités d’assistance, lieu d’éducation où les immigrants peuvent apprendre l’anglais et consulter des livres dans l’imposante bibliothèque, l’Institut Baron de Hirsh est au début du XXe siècle, comme l’a souligné Israël Medresh, le « centre de toute l’activité philanthropique et communautaire » de la communauté juive montréalaise9. C’est là que se trouve aussi la branche montréalaise du National Council of Jewish Women (NCJW), fondée en 1918. C’est à l’occasion du Congress of Women in the Paliament of Religions at the Worlds’Fair, qui se tient en 1893 à Chicago, qu’est fondée l’organisation mère. À l’initiative de Hannah G. Solomon, des femmes juives de 29 villes fondent 55 sections locales impliquant un total de 7 000 membres, avec pour objectif d’améliorer les conditions de vie des femmes, surtout celle des immigrantes juives.

  • 10 Linteau, 2000, p. 325.

11Au Canada, la première section du NCJW est fondée à Toronto en 1897, et vingt ans plus tard une section montréalaise voit le jour dans un contexte où le réseau philanthropique connaît une expansion au Québec, avec l’Institut Baron Hirsh et la Federation of Jewish Philanthropies. Cet organe central coordonne différentes sections telles que le NCJW, le Herzl Dispensary et la Lady’s Hebrew Benevolent Society pour servir une communauté juive montréalaise alors en pleine expansion. Sa population passe entre 1880 et 1920 de quelques centaines à plus de 45 000 personnes (soit environ 6 % de la population totale de Montréal en 1911)10.

  • 11 Tamara Myers, « On Probation : The Rise and Fall of Jewish Women’s Antidelinquency Work in Interwa (...)
  • 12 Jewish Women’s Congress (1893, Chicago, Ill.), Papers of the Jewish Women’s Congress : Held at Chi (...)

12Tout comme dans les communautés anglo-protestantes et franco-catholiques où l’on observe un phénomène similaire, la philanthropie juive montréalaise est d’abord le fait des femmes des classes moyennes, parfois aisées, qui s’identifiaient à l’élite anglo-protestante montréalaise. Le judaïsme réformé prôné par ses membres témoigne de son souci d’inclusion à la société environnante et contraste substantiellement avec le judaïsme pratiqué par les arrivants d’Europe orientale11. À la fin des années 1910, ces derniers pratiquent plutôt un judaïsme reposant sur la langue yiddish et la culture du shtetl (village), très soucieux de la préservation d’un héritage hébraïque commun à travers l’éducation, la pratique religieuse et le maintien de pratiques culturelles distinctes. Le Montréal juif du début du XXe siècle est ainsi un lieu de rencontre historique entre des traditions culturelles et sociales différentes, où coexistent des traditions libérales, réformatrices et des traditions d’Europe centrale « dont les racines remontent jusqu’au haut Moyen Âge12 ».

Hannah Greenebaum Solomon

Hannah Greenebaum Solomon

Chicago, 14 janvier 1858 – Chicago, 7 décembre 1942

  • 13 Pierre Anctil, Présentation de l’ouvrage d’Israël Medresh, 1997, p. 23.

Hannah Greenebaum est née dans l’une des premières familles juives installées dans ce qui était la régionfrontière de Chicago au début des années 1850. Elle est la quatrième de dix enfants de Sarah Spiegal et Michael Greenebaum. Son père connaît une certaine réussite dans le commerce au détail. Tous deux sont actifs dans les réseaux juifs : sa mère au sein de la Jewish Ladies Sewing Society de Chicago, où sont confectionnés des vêtements pour les pauvres, et son père dans la Zion Literary Society. Hannah obtient une très bonne formation grammaticale à l’école de sa synagogue, avant de faire ses études secondaires à l’école publique. À l’âge de vingt et un ans, elle se marie avec l’homme d’affaires Henry Salomon, dont elle aura trois enfants. En 1890, dans la foulée des préparatifs pour l’Exposition universelle de Chicago, l’idée est lancée de créer un organisme rassemblant diverses religions, le World Parliament of Religions. Hannah Solomon organise pour l’occasion le Jewish Women’s Congress, qui devient le National Council of Jewish Women (NCJW), dont elle assume la présidence de 1893 à 1905.
À la tête de cette première fédération de femmes juives, Solomon s’engage, tout au long de son mandat, pour la réforme sociale, la défense du judaïsme, l’éducation populaire et l’aide aux immigrantes. Pour elle, l’activité philanthropique constitue la base sociale pour réformer le judaïsme. Son attachement à la tradition juive la conduit à militer, comme son père, pour la réforme du Sabbath (le samedi) et son déplacement au dimanche dans une perspective d’adaptation à la société américaine (contrairement à la tradition). Grande amie de la réformatrice Jane Adams, elle participe à la fondation de la célèbre Hull House, haut lieu de la philanthropie féminine américaine. Le NCJW connaît durant ses premières années une expansion fulgurante, avec plus de quinze divisions locales et des milliers de membres dès 1896. En 1897, Solomon fonde le Bureau of Personal Service, pour la coordination des philanthropies juives à Chicago, dont elle assure la direction jusqu’en 1910. Après son passage à la direction du NCJW, elle continue de militer pour les réformes de l’hygiène et de la santé publique et pour l’amélioration de la justice juvénile avec la mise sur pied de la première cour juvénile de Chicago. Elle est également présidente de l’Industrial School for Girls, qu’elle transforme en une institution florissante d’aide aux jeunes femmes. En revanche, elle est déçue du rejet en 1917 par le NCJW, dont elle est présidente honoraire, d’une résolution qu’elle avait soutenue, réclamant le suffrage féminin. Elle demeure, durant ses dernières années, une autorité dans la communauté juive et le réseau philanthropique américain. Elle enjoint à ses concitoyens de participer activement à l’effort de guerre allié pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle meurt en 1942. Plusieurs de ses articles furent publiés en 1911 dans le livre A Sheaf of Leaves, et son autobiographie Fabric of My Life est publiée après sa mort, en 194613.

  • 14 Wendy Mitchinson, « Early Women’s Organisation Social Reform : Prelude to Welfare State », dans Al (...)
  • 15 Sarah Filotas, « Les organisations féminines de la communauté juive montréalaise, 1918-1948 », mém (...)

13Ce dualisme entre les deux principales mouvances du judaïsme montréalais se retrouve dans les organisations féminines juives. Ainsi le NCJW s’inscrit clairement dans une optique réformatrice, plus libérale et séculière, et qui pratique la philanthropie plutôt que la tzedakah (devoir traditionnel incitant à la charité). L’attachement au judaïsme est compris dans un sens large et s’exprime dans la volonté « to keep alive the spirit of Judaism », une attitude modérée face à la présence de la religion dans leur organisation (similaire à celle adoptée par la Woman’s Christian Temperance Union et le National Council of Women)14. Ce réseau philanthropique juif a permis l’affirmation de l’élite libérale de la communauté ainsi que l’homogénéisation de la communauté juive montréalaise à travers une expérience commune (à la fois en tant que bénévole et bénéficiaire) liée au travail social. Toutefois, ces réformes trouvent leurs limites et ce judaïsme est durement ébranlé par le regain d’antisémitisme durant la période des années 1930 et 1940. La Shoah réactualise le besoin de transmettre un judaïsme traditionnel aux jeunes générations, mouvement auquel le NCJW n’échappe pas15.

  • 16 Eliane Leslau Silvermann, « The National Council of Jewish Women : Private Lives, Public People »,(...)

14Il demeure que le NCJW, respectant l’impératif de transmission des valeurs associées à la tradition hébraïque, continue de prôner une obligation morale de s’intégrer à la collectivité canadienne. Et parce qu’il se heurte à l’essor de la première vague d’un nationalisme canadien au moment de la Première Guerre mondiale hostile aux immigrants, les femmes juives du NCJW considèrent qu’il leur revient d’aider les femmes immigrantes et de partager avec elles les valeurs de compassion et d’émancipation qui sont les siennes. Cette vision maternaliste, que la section montréalaise partage avec les autres sections canadiennes, celle de Vancouver en particulier fondée en 1924, se traduit par leur forte implication sociale et politique. Réfutant toute tentative qui cherche à maintenir les femmes dans la sphère domestique, ses militantes réitèrent que l’action du NCJW « must be understood at once as a political institution with public concerns and as a vehicle for expressing a domestic identity, a private self, or a female self16 ». Leur programme vise les besoins des femmes, des enfants et des générations futures, avec une panoplie d’activités centrées sur les jeunes délinquants, les jeunes femmes, les nouvelles mères et les immigrants, auxquels l’organisation prodigue logement, assistance économique et médicale.

  • 17 Elizabeth Driver, Culinary Landmarks : A Compilation of Canadian Cookbooks, 1825-1949, p. 170

15Quatre femmes sont à l’initiative de la fondation du NCJW : Mme S. W. Cohen, Mme S. W. Jacobs (Amy Stein, femme de l’avocat Samuel W. Jacobs, et auteure en 1922 d’un livre de recettes kasher publié par le NCJW17), qui en devient la première présidente, Mme Victor Michaels et Mme A. E. Morris. Une organisatrice du NCJW-USA, Mme Miriam Arnold, vient de Philadelphie et aide à réunir rapidement une cinquantaine de membres. Cinq comités sont formés au départ : Philanthropy ; Settlement Work ; Social Service ; Juvenile Court ; Entertainment. Si l’on connaît bien, grâce aux travaux de Tamara Myers, le rôle très actif du NCJW et de la communauté juive de Montréal dans l’assistance aux jeunes délinquants, il faut noter l’investissement important du Council Camp dans la professionnalisation du service social et dans l’assistance aux immigrants durant toute la période que nous étudions.

  • 18 Service des archives du comité des charités du Congrès juif canadien, Fonds I0048 National Council (...)
  • 19 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif, 10 octobre 1934.

16L’organisation devient indépendante du NCJW-USA, à qui elle cesse de payer des cotisations annuelles, même si elle garde des liens très étroits avec les organisations américaines. De nouveaux comités sont constitués, dont les deux principaux seront le Hospital Visiting Committee, qui s’occupe des visites médicales et distractions pour les malades juifs des hôpitaux, et celui du Council Camp, qui veillera à la gestion de camps de vacances pour jeunes filles, leur permettant de passer de courtes périodes — généralement deux semaines — loin de la ville. Le premier camp fut inauguré au lac Fournelle dans les Laurentides. Lancées en 1927-1928 à la suite d’une collaboration entre le NCJW et le Protestant School Board, les activités des camps auront lieu sur les terrains de ces écoles en saison estivale. Le camp devient rapidement l’une des principales activités du NCJW, et son ancienne présidente Mme Jacobs qualifie celui-ci en 1937 de « our most ambitious philanthropic work18 ». En 1934, ce sont plus de 120 jeunes filles qui bénéficient des services du Council Camp, et le chiffre gonfle à 160 l’année suivante, à la suite d’une collaboration entre le NCJW et le Bnai Brith, qui fournira une aide logistique à l’entreprise19.

  • 20 SACJC-ANCJW, « Final issue of the first year of the Council Bulletin, April 22, 1931 – Montreal Se (...)
  • 21 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif, 22 mai 1935.

17Malgré le contexte d’antisémitisme virulent des années 1930 et la grande dépression économique, le NCJW choisit d’orienter ses activités en dehors des cadres de la seule communauté juive pour faire bénéficier de ses nouveaux programmes tous les groupes dans le besoin, de façon « non sectarian ». Ainsi, il offre une assistance d’urgence aux classes défavorisées et en l’absence de services publics adéquats, devient un recours pour un plus grand nombre de personnes. Il connaît ainsi une augmentation notable de ses activités dûment annoncées dans le bulletin mensuel qu’il fait paraître à partir de 193120. Parmi les nouveaux programmes, notons les différentes aides à la formation des jeunes, le Student Aid and Scholarship Fund (SASF), qui anticipe le rôle ultérieur des gouvernements dans l’aide aux étudiants ; la création en 1936 d’une section montréalaise du National Council of Jewish Juniors, destinée à la formation des jeunes femmes en gestion communautaire ; la santé et l’hygiène publique, où le conseil devient plus actif durant la crise. Le NCJW prend également une part active à la formulation de politiques publiques sur la santé au Québec et au Canada. En mai 1935, sollicité par le Council of Women pour participer à un groupe d’études destiné à améliorer la qualité des soins infirmiers à Montréal, le conseil appuie la résolution de la League of Women’s Rights, réclamant au premier ministre canadien R. B. Bennett et au chef de l’opposition Mackenzie King que des représentantes féminines soient nommées à une commission fédérale sur les soins de santé et infirmiers21. En mars 1936, le conseil adopte une résolution réclamant de la part des autorités municipales et provinciales des soins médicaux adéquats pour les chômeurs. Enfin, les programmes d’aide aux immigrants s’élargissent particulièrement en 1938 avec la création du programme d’aide pour les réfugiés du nazisme. Malgré ces années passées à faire la promotion de la Société des Nations, de la coopération internationale, du pacifisme et de l’antimilitarisme, le NCJW participe aussi vigoureusement à l’effort de guerre canadien, organisant des campagnes de financement pour la Croix-Rouge, distribuant de l’information sur le rationnement, organisant des conférences en l’honneur de la cause alliée et encourageant l’enrôlement militaire. On voit bien que le NCJW est devenu un porte-parole des femmes des tendances plus libérales de la communauté juive, et qu’à ce titre il réussit à faire entendre leur voix dans les forums qui les concernent et plus généralement dans la sphère publique québécoise et canadienne.

La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste

18Très liée aux principales organisations féministes nationales du Canada anglais, en particulier au National Council of Women, et influencée par les idées du social gospel qu’elles véhiculent, la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (FNSJB) est d’abord le fruit d’une scission au sein du Montreal Local Council of Women (MLCW), qui agit dans les domaines de la philanthropie, de l’hygiène et l’éducation.

19C’est le Montreal Council of Women (MCW), filiale montréalaise du National Council of Women of Canada, qui le premier avance la revendication en faveur du droit de vote des femmes, en 1893. Sous la direction énergique de sa présidente Octavia Grace Ritchie-England, le MCW organise diverses activités et pétitions en faveur du droit de vote, la distribution de la littérature suffragiste et même la visite des suffragettes britanniques. Un certain niveau de collaboration existe entre ces militantes anglophones et francophones au sein du MCW, et la fondation de la FNSJB en 1907, qui consacre la séparation du groupe initial, ne mettra pas fin à cette relation.

Grace Ritchie-England

Grace Ritchie-England

Montréal, 16 janvier 1868 – Montréal, 1 er février 1948

  • 22 Tarah Brookfield, 2008 ; Carlotta Hacker, The Indomitable Lady Doctors, Halifax, Formac Publishing (...)

Fille de Jessie Torrance Fisher et Thomas Weston Ritchie, l’un des plus importants avocats montréalais, spécialisé en droit commercial (il compte parmi ses clients la Bank of Montreal et la Hudson Bay Company), Grace Ritchie est issue du milieu aisé de la bourgeoisie anglo-montréalaise. Elle se fait connaître à l’âge de 16 ans, lorsqu’elle entreprend avec succès un combat pour être admise dans le premier groupe de jeunes femmes à l’Université McGill en 1884. Elle poursuit
ensuite des études de médecine à l’Université Queen, qu’elle quitte en 1891 car elle ne pouvait supporter le harcèlement qui lui était infligé comme femme, pour faire sa dernière année à l’Université Bishop (un an à peine après que cette institution a à son tour ouvert ses portes aux femmes). Elle est la première femme à obtenir son diplôme en médecine dans l’histoire du Québec, et termine sa formation en allant suivre des cours à Vienne. À son retour, elle pratique la médecine dans une clinique privée pour femmes qu’elle ouvre à Montréal, puis comme gynécologue assistante au Montreal Western Hospital et comme professeure à l’Université Bishop. En 1897, elle se marie avec le chirurgien Frank England, un veuf qui fut son professeur à l’Université Bishop. Leur seule fille, Esther, naît six ans plus tard.
Le travail social et la cause du suffrage féminin sont les deux causes dans lesquelles elle s’engage activement pendant des années. Elle s’implique dans de nombreuses organisations féminines d’assistance auprès des plus démunis. Elle s’implique aussi dans la cause suffragiste en 1899 au sein du Montreal Council of Women, dont elle assume la présidence de 1911 à 1919. En 1913, elle est à l’origine, avec Carrie Derrick, de la Montreal Suffrage Association (MSA), organisation parallèle où collaborent femmes francophones et anglophones pour l’obtention du droit de vote au fédéral. Elle est choisie en 1914 pour être l’une des femmes qui représentent le Canada lors de la rencontre du International Council of Women à Londres. Ardente militante libérale, cousine de Sydney Arthur Fisher, ministre de l’Agriculture dans le gouvernement Laurier, elle organise souvent des rencontres où se retrouvent parmi les invités les premiers ministres Laurier et Mackenzie King. En 1917, son opposition à la conscription militaire et son appui à Laurier dans le cadre des élections provoquent une controverse à l’issue de laquelle ses opposantes tentent infructueusement de la démettre de ses fonctions à la tête du MCW. À partir de 1922, Ritchie-England occupe la présidence de la section anglaise du Club des femmes libérales. Cette année-là, elle fait partie des fondatrices du Comité provincial pour le suffrage féminin. En plus de pratiquer la médecine avec son époux le docteur F. R. England, elle se présente pour le Parti libéral aux élections fédérales de 1930 dans le comté de Mont-Royal22.

  • 23 Et ce, même si comme le démontrent les travaux d’Huguette Lapointe-Roy pour le XIXe siècle, les as (...)

20Quelle est l’influence du clergé catholique dans la scission ? À partir de 1902, sous la pression du clergé qui recommande la création d’associations confessionnelles comme en France, les militantes franco-catholiques se désaffilient graduellement du National Council of Women et du MLCW (essentiellement anglo-protestant) dans l’idée de poursuivre leur action dans une optique francophone et catholique. Cherchant à joindre les femmes catholiques canadiennesfrançaises des milieux démunis, elles se regroupent alors au sein d’un comité de dames patronnesses, qui devient en 1906 le Comité d’organisation de la Fédération des femmes canadiennes-françaises et catholiques affilié à la très nationaliste Société Saint-Jean-Baptiste23. Épousant l’idéal nationaliste de la Société, elles obtiennent aussi l’aval de l’évêque de Montréal, Mgr Bruchési, pour fonder la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste, désormais autonome et qui se constitue en 1907 sur le modèle du MLCW, à l’exception de l’aumônerie.

  • 24 Janice Harvey, « Le leadership féminin dans les associations privées de charité protestantes », da (...)
  • 25 ANQ-FFNSJB, P120/3-1, Bob. 6819, 156-160, doc. 162. En décembre 1912, la FNSJB écrit directement a (...)

21Comme au MLCW, charité, éducation et action économique (travail des femmes, associations professionnelles) constituent le plan d’action des vingt-deux associations affiliées, qui sont coordonnées par des comités spécialisés et des comités permanents, et qui visent à former une élite féminine. Malgré la scission, la collaboration avec les féministes anglo-protestantes du MLCW se poursuivra durant quelques années dans des actions communes : le combat contre la mortalité infantile et pour le bien-être de la famille (lutte antialcoolique, travail des femmes, éducation des enfants, hygiène, enseignement ménager)24. Avec l’appui initial de l’Église, la fédération concentre ses activités sur la mobilisation des femmes canadiennes-françaises, qu’elle compte bien représenter auprès des autorités religieuses et civiles25. Ses déléguées rencontrent en 1912 le premier ministre Lomer Gouin pour lui soumettre un programme d’action sociale, inaugurant des pèlerinages réguliers à Québec pour faire valoir leurs vues. Mais contrairement aux femmes angloprotestantes qui trouvent dans l’élite éclairée des alliés à leur cause, la Fédération réalise rapidement qu’elle devra négocier ses appuis un à un. En effet, dès que ses interventions touchent les secteurs de la santé et du bien-être, qui sont entre les mains des communautés religieuses et de l’Église, elle devra moduler ses demandes. Ainsi, au début des années 1920, son projet de service central de renseignements, sorte de registre général des pauvres assistés dans la ville de Montréal, se heurte à l’hostilité de la part de la Société Saint-Vincentde-Paul qui considère que cette responsabilité lui revient.

  • 26 Pinard, ibid., 1976, p. 87.
  • 27 ANQ-FFNSJB, Mgr Bruchési à Marie Gérin-Lajoie, 5 août 1909, P120/11-1, Bob. 6823, doc. 790. Mgr Br (...)

22La Fédération doit sans cesse faire preuve de doigté et de prudence, car empreintes d’une authentique piété catholique, ses dirigeantes, et en premier lieu Marie Gérin-Lajoie, tiennent à maintenir des liens très étroits avec le clergé catholique. Elles acceptent volontiers la nomination d’aumôniers à la tête des associations professionnelles liées à la Fédération et privilégient les questions d’ordre social au détriment des questions politiques. Pour autant, doit-on dire que le clergé catholique n’accepte la création de cette Fédération que pour mieux la contrôler26 ? La chose semble exagérée. De nombreux rappels à l’ordre des autorités catholiques sont adressés à la Fédération en réaction à ses initiatives. L’archevêque de Montréal, Mgr Bruchési, voit d’un très mauvais œil une proposition, qui adoptée au deuxième congrès annuel de la FNSJB, recommande l’éducation civique et laïque des femmes, concepts plus que suspects aux yeux du prélat catholique : « Vous savez le sens que l’on donne aujourd’hui en France à ces paroles27 », écrit-il en guise d’avertissement à Gérin-Lajoie en août 1909. La FNSJB, refusant de modifier le rapport du congrès dans le sens voulu par l’archevêque, les Sœurs de la Miséricorde, membres de la Fédération, annoncent aussitôt qu’elles ne soutiennent plus la proposition.

  • 28 ANQ-FFNSJB, Lettre générique non datée du Comité de Tempérance de la FNSJB, 1908, P120/1-10, Bob. (...)
  • 29 ANQ-FFNSJB, N. Langevin, curé, à la FNSJB, 4 novembre 1909, P120/1-11, Bob. 6818, doc. 848.

23Bien évidemment, ce sont plutôt des relations généralement harmonieuses que la FNSJB préfère entretenir avec le clergé catholique. Les revendications sociales qu’elle avance sur les questions de santé publique, d’hygiène, de tempérance ont ainsi une efficacité qu’elles n’auraient sans doute pas eue autrement. C’est ainsi qu’en novembre 1908, Marie Gérin-Lajoie peut écrire aux curés des paroisses de Montréal afin de solliciter leur appui à la cause antialcoolique, notamment en suggérant que les paroissiens constituent des comités de vigilance « et nous signalent les scandales qui se produisent sous leurs yeux28 ». La mesure connaît un certain succès, comme en témoignent les listes de débits de boisson à supprimer que reçoit la Fédération de la part de curés29.

  • 30 Pinard, 1976 ; Micheline Dumont, Michèle Jean, Marie Lavigne et Jennifer Stoddart, L’histoire des (...)
  • 31 Yolande Cohen, « L’influence du réformisme protestant sur deux associations féministes en France e (...)
  • 32 Marie Lavigne, Yolande Pinard et Jennifer Stoddart, « La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (...)
  • 33 Ibid., p. 215.
  • 34 Seth Koven et Sonya Michel, Mothers of a New World, op. cit., p. 179. Voir aussi Susan Pedersen, F (...)
  • 35 Cohen, Protestant and Jewish Philanthropes, 2006.

24La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste, à laquelle on reconnaît le mérite d’avoir initié la « première vague » du féminisme au Canada français, a depuis longtemps acquis ses lettres de noblesse. Ce titre honorable de pionnière du féminisme laisse l’impression que l’œuvre de la Fédération est bien connue et qu’on a statué de manière assez définitive sur son rôle dans la société québécoise. Or, la Fédération, si souvent évoquée dans les recherches, n’est pas aussi étudiée qu’on ne le croit. Pendant les deux décennies qui suivent sa fondation, la Fédération sera la plus importante organisation du réseau philanthropique de femmes franco-catholiques au Québec, et, à cet égard, les nombreuses dimensions de son action n’ont pas toutes été également scrutées. Les initiatives de ses représentantes auprès des décideurs publics sont relativement connues lorsque celles-ci ont été effectuées sur certaines tribunes officielles (telles les commissions parlementaires des institutions fédérales ou provinciales), mais moins quand elles étaient faites privément dans le cadre des échanges épistolaires avec les élites politiques et cléricales du Québec. Leurs actions dans la sphère de l’assistance publique, de la santé et de l’hygiène sont maintenant bien mieux connues depuis les premiers travaux historiques portant sur le sujet dans les années 197030. Les interventions de la Fédération dans la sphère politique et civique ont aussi fait l’objet d’une attention croissante, mais certains éléments demeurent à étudier, et l’ouvrage définitif sur l’organisation reste à faire31. Si on s’accorde à dire qu’elle vise l’émancipation des femmes lors de sa fondation en 1907, elle est considérée comme devenant graduellement traditionaliste et conservatrice au fil du temps, notamment après ce que l’on a appelé son échec sur l’obtention du droit de vote des femmes en 1922. Selon cette interprétation, elle connaîtrait un conflit grandissant entre le féminisme « de revendication » et le féminisme « chrétien », qui la lie aux directives de l’épiscopat en matière de suffrage. De ce bilan, résulte un constat d’échec dressé par des historiennes aussi bien sur la question du suffrage féminin, que, par extension, sur l’ensemble de ses activités postérieures. Et même si elles lui reconnaissent le rôle « d’éveilleuse de conscience dans une société sexiste32 », ces historiennes considèrent que son idéologie repose sur le paradoxe « d’avoir adhéré à une idéologie de la famille basée sur le conservatisme, tout en réclamant des droits politiques pour les femmes33 ». Cette « ambivalence idéologique » constituerait l’un des facteurs du déclin de la Fédération durant les années 1920. Plus récemment, il y a eu une remise en contexte des initiatives de la FNSJB, à la lumière du potentiel émancipateur des théories maternalistes des années 1990. Le terme « maternalisme », proposé par Koven et Michel pour caractériser les mouvements féminins d’action sociale en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, à la fin du xixe et au début du XXe siècle, qualifie ainsi « les idéologies qui exaltaient la capacité des femmes d’être mères et étendaient à la société tout entière les valeurs de soins, d’affection, et de moralité. Le maternalisme a toujours opéré à deux niveaux : tout en défendant les vertus de domesticité dans la sphère privée, il permettait simultanément de légitimer la mise en relation des femmes avec le monde politique et l’État, la collectivité, le lieu de travail et le marché. En pratique, les idéologies maternalistes remettaient souvent en question les frontières construites entre le public et le privé, les hommes et les femmes, l’État et la société civile34. » Il s’agit donc de mouvements qui prennent appui sur la place traditionnellement assignée aux femmes dans la sphère privée afin de revendiquer, pour ces dernières, une voix et une place dans la sphère publique. Nous avons pour notre part mis en évidence le rôle joué par la Fédération dans l’obtention de droits sociaux pour les femmes canadiennes-françaises, et souligné la nécessité d’étudier plus complètement ses actions pour intégrer sa contribution à l’histoire de la sécularisation du Québec35.

Marie Lacoste Gérin-Lajoie

Marie Lacoste Gérin-Lajoie

Montréal, 19 octobre 1867 – Montréal, 1 er novembre 1945

  • 36 Karine Hébert, « Une organisation maternaliste au Québec : la Fédération nationale Saint-Jean-Bapt (...)

Marie Lacoste voit le jour dans une famille de l’élite franco-montréalaise. Elle est la fille aînée de l’avocat Sir Alexandre Lacoste, un homme impliqué en politique auprès des conservateurs, qui sera tour à tour conseiller législatif, sénateur, président du Sénat et finalement juge en chef de la Cour d’appel fédérale. Sa mère, Marie-Louise Globensky, est membre de la Fédération nationale Saint-Jean Baptiste qu’elle a fondée avec d’autres, après avoir été impliquée dans le National Council of Women of Canada. Marie Lacoste fait ses études au prestigieux Couvent d’Hochelaga jusqu’à l’âge de 15 ans et elle épouse à 21 ans l’avocat Henri Gérin-Lajoie dont elle aura quatre enfants. Éminemment cultivée, elle s’initie au droit de manière autodidacte et elle publie en 1902 un Traité de droit usuel, ouvrage de vulgarisation et de simplification du droit civil et constitutionnel sur la condition des femmes. Ses connaissances juridiques en font une personne-ressource fort prisée et elle participera à toutes les luttes des féministes durant cette période, dont l’adoption de la loi du Homestead et de la loi Pérodeau.
Elle est l’une des figures les plus importantes du Montreal Local Council of Women de 1900 à 1908, comme membre du Bureau de 1900 à 1906, présidente du Comité législatif en 1902 et 1903 à titre d’expert légal et vice-présidente honoraire de 1906 à 1908. C’est à la tête de cette organisation qu’elle contribue en 1902 à bloquer un projet de loi des échevins de Montréal qui proposait de retirer le droit de vote aux femmes propriétaires de la ville. Elle s’implique en même temps au sein du Comité des dames patronnesses de l’Association Saint-Jean-Baptiste, avant de créer avec quelques autres la FNSJB en 1907. Gérin-Lajoie est secrétaire générale de la Fédération de 1908 à 1912 et en devient la présidente, après Caroline Béique, de 1912 à 1933. Elle devient une grande figure de la philanthropie montréalaise et occupe ensuite divers postes, entre autres celui de présidente du Conseil du Comité de l’assistance par le travail (1914), secrétaire de rédaction de La Bonne parole (1915), présidente du Comité de lutte contre la mortalité infantile (1916). De 1917 à 1922, elle oriente la Fédération vers la revendication du droit de suffrage, en militant pour le vote féminin à tous les paliers de gouvernement. Elle est aussi l’une des fondatrices du Comité pour le suffrage féminin (CPSF), dont elle est la première présidente. Active dans la lutte pour le droit de vote féminin au palier fédéral, elle concentre ses efforts, après son obtention en 1920, sur le vote provincial, tâche qui monopolise de plus en plus ses énergies jusqu’à ce que la campagne antisuffragiste des élites cléricales québécoises la fasse, en 1922, reculer et démissionner du CPSF. Elle assure cependant sa relève au CPSF/LDF en la personne de la jeune Thérèse Casgrain. Par ailleurs, elle continue ses interventions sociales et politiques à l’intérieur de la FNSJB. Elle participe notamment activement en 1930 à la Commission Dorion sur les droits civiques des femmes au Québec, tout en continuant à jouer un rôle dans la FNSJB jusqu’à sa retraite de la présidence en 1933. Après la mort accidentelle de son mari en 1936, elle se retire définitivement de la vie publique, terminant sa vie au couvent des Sœurs Notre-Dame-du-Bon-Conseil, la communauté religieuse fondée par sa fille aînée en 1923 (l’homonyme Marie Gérin-Lajoie, 1890-1971, première femme à obtenir un diplôme de l’Université de Montréal en 1911). Elle meurt en 194536.

25La diversité des prises de position de la Fédération sur des questions qui sont loin de faire consensus est frappante. Hormis les questions du suffrage féminin, de l’instruction civique et des pensions aux mères nécessiteuses, qui seront traitées plus amplement dans le reste de l’ouvrage, la FNSJB s’implique dans les grandes réformes du Code civil et en faveur du travail des femmes, témoignant en cela de son intérêt pour l’obtention de droits égaux pour les femmes dans divers domaines.

26Nous en détaillerons ici quelques-uns des principaux aspects et nous présenterons également le réseau de femmes que rassemble la Fédération et qui sont des pionnières de la cause de femmes au Québec, avec, en tête, Marie Gérin-Lajoie.

La réforme du Code civil : une victoire pour la Fédération

27En 1913, le nouveau comité des questions civiques de la FNSJB, dont Marie Gérin-Lajoie est présidente, se fait connaître par des articles dans La Bonne parole. Il propose de réformer le Code civil dans la composition légale du mariage par l’extension des droits des femmes dans l’administration des biens communs et en donnant le droit aux femmes mariées qui travaillent de gérer leur salaire. La Fédération recommande également l’adoption d’une loi concernant l’héritage des femmes mariées quand le mari décède sans laisser de testament, plaçant la femme du treizième au troisième rang de la succession. Elle recommande que les meubles et immeubles acquis sous le régime de la communauté de biens ne puissent être aliénés par le mari, si ce n’est pas en faveur des enfants communs. Elle propose enfin que les femmes travailleuses mariées puissent contrôler leur salaire. À partir de 1927, la réforme du Code civil sera recommandée. La Fédération ne cherche pas à abolir l’autorité maritale, mais à donner de nouveaux droits aux femmes en fonction de leurs devoirs matrimoniaux. Son but n’est pas de détruire le système de communauté de biens, mais de moderniser les lois françaises (le code Napoléon) au Québec. Le rapport de 1930 est une victoire pour la ligne modérée défendue par la FNSJB, mais est critiqué par des féministes plus radicales, car il ne s’attaque pas à la hiérarchie du pouvoir au sein de la famille soumettant les femmes au mari. Toutefois, les autres mesures adoptées sont maintenues. Dans le régime de la communauté de biens, une catégorie de biens est créée, réservée exclusivement à l’usage de l’épouse au travail : le droit aux femmes d’authentifier comme témoin les testaments, et une restriction est apportée à la possibilité pour le mari de disposer des biens du mariage. Enfin, le droit des femmes mariées à disposer de leur salaire est accordé en 1931.

Le travail des femmes

28Deux types de revendications caractérisent la position de la Fédération sur le travail des femmes : les revendications touchant directement les femmes qui travaillent et la Commission sur le salaire minimum des femmes. La Fédération se dote en 1914 d’un comité, l’Assistance au travail, qui se donne pour mandat de fournir du travail aux chômeuses et de distribuer des secours d’urgence. Malgré un discours officiel hostile au travail des femmes mariées, la FNSJB ne cesse de promouvoir les revendications de celles qui n’avaient d’autre alternative que d’occuper un emploi. Marie Gérin-Lajoie obtient des audiences privées avec les ministres du Travail des deux paliers gouvernementaux pour leur faire part des préoccupations des différentes associations professionnelles de femmes. En 1919, le gouvernement du Québec passe une loi qui institue un salaire minimum pour les femmes. La FNSJB fait des représentations pour obtenir la nomination d’une de ses membres à la Commission du salaire minimum des Femmes. Il faut attendre 1935 pour voir les efforts de la FNSJB récompensés avec la nomination de Mme Laura Robert à la Commission.

Florence Fernet-Martel

Florence Fernet-Martel

Woonsocket, 25 juillet 1892 – Montréal, 5 février 1986

  • 37 Michèle Jean, « Florence Fernet-Martel, 82 ans : “Il ne faut jamais cesser d’avoir des activités ! (...)

Florence Fernet naît à Woonsocket (Rhode Island) en 1892, fille de Joseph Fernet et Emma Aubuchon, petits commerçants propriétaires d’une mercerie. La famille Fernet revient au Québec alors que Florence a huit ans. La crise économique frappe certaines villes industrielles de la Nouvelle-Angleterre vers la fin des années 1890 et les conduit à s’installer à Berthierville, où Florence fera ses études primaires et secondaires chez les religieuses de la Congrégation de Notre-Dame, puis à l’Académie Saint-Denis à Montréal. Elle étudie à l’École d’enseignement supérieur pour jeunes filles, fondée en 1908 et première en son genre, offrant aux jeunes filles les quatre années de cours classique nécessaires à l’obtention du baccalauréat. En 1911, elle remporte un prix de littérature française de l’Université Laval à Montréal et l’année suivante obtient son baccalauréat ès arts de l’Université Laval, devenant ainsi la seconde bachelière québécoise après sa consœur Marie Gérin-Lajoie (fille). Après ses études, elle devient professeure d’anglais à la Commission des écoles catholiques de Montréal. Elle épouse en 1923 Paul Martel.
Ayant quitté son emploi après son mariage, elle s’implique dans les milieux féministes de Montréal. De 1933 à 1939, elle anime le programme Fémina de la Société Radio-Canada, plateforme de revendication pour l’intégration des femmes à la vie publique. Elle se fait connaître pour ses collaborations aux journaux, Le Canada, où elle tient une chronique théâtrale durant les années 1920, avant de signer une chronique féminine dans le journal La Réforme, et de collaborer à la revue Châtelaine. Elle est élue en 1937 secrétaire de la section française de la Ligue des droits de la femme (poste qu’elle conserve jusqu’en 1942), où elle se révèle comme l’une des activistes les plus efficaces dans la lutte pour le droit de vote. Ayant assisté aux cours de droit de Marie Gérin-Lajoie (mère), elle s’implique dans les luttes majeures que sont la réforme du Code civil et l’admission des femmes au Barreau, ainsi que dans le dossier des allocations familiales pour les femmes mariées. Ses compétences, vite remarquées, de même que le réseau de contacts qu’elle entretient au Parti libéral provincial et fédéral (elle et son mari sont proches de George-Émile Lapalme et de Jean Lesage) lui permettent d’autre part, d’entreprendre durant la Deuxième Guerre mondiale une carrière dans la fonction publique. Nommée en 1940 à la Commission d’assurance-chômage, elle œuvre à partir de 1942 au ministère du Travail à Ottawa. Après la guerre et jusqu’en 1972, elle est membre du conseil arbitral de la Commission d’assurance-chômage de Montréal, et elle est en même temps employée au Bureau de la censure du cinéma du Québec de mars 1961 à octobre 1966. Enfin, Fernet-Martel est vice-présidente de la section féminine de la Fédération des œuvres de charité canadiennes-françaises en 1949, et figure parmi les fondatrices de la section montréalaise de l’Association des femmes diplômées des universités. Elle publie durant ses dernières années une étude généalogique sur la famille Martel. Nommée membre de l’Ordre du Canada en 1974, elle s’éteint à Montréal en 1986 à l’âge de quatre-vingt-douze ans37.

*

29Cette brève présentation des activités des trois associations étudiées dans cet ouvrage témoigne à la fois de leur singularité en tant que groupes ethnoconfessionnels, reliés à la fois à des Églises et voulant s’en autonomiser, participant à un faisceau de revendications communes à toutes les femmes et en même temps voulant s’en distinguer, en tant que femmes d’élite. Elles participent, chacune à leur façon, au mouvement féministe transnational, influencées toutes trois autant par les Britanniques que par les Américaines et, dans une moindre mesure, pour la Fédération, par les Françaises. Ces liens étroits avec les deux anciennes métropoles coloniales et avec les États-Unis sont constamment réactivés par des flux migratoires en provenance de ces pays, jusqu’en 1914 au moins, et font de l’aide aux immigrants une extension de leur activité. Nombre de leurs militantes, elles-mêmes récemment immigrées, sont souvent originaires des États-Unis ou du Royaume-Uni. Leurs revendications contribuent à construire ce qu’Anne Révillard appelle la cause des femmes, qui leur ouvre une participation non négligeable au sein d’un nouvel espace public transnational. Pour autant, ce qui distingue les associations de femmes entre elles, celles qui réclament des réformes sociales pour émanciper les femmes, de celles plus radicales qui rêvent d’une révolution féministe ou de celles qui ne veulent rien changer au statu quo, doit être élucidé ; et le sera dans les chapitres qui suivent.

30Les propositions qu’elles avancent sur la question cruciale, pour le Canada, de l’immigration témoignent à la fois de la prégnance de la morale familiale et de la désintégration des institutions qui soutiennent les familles dans l’immigration. C’est pourquoi la mise en place de structures d’accueil des immigrants par ces associations s’apparente à une volonté de perpétuer une vision de la famille unie qu’elles s’efforcent de recréer, par delà les frontières, au sein des sphères du care. Paradoxales, leurs interventions auprès des immigrants, objet du chapitre qui suit, éclairent leurs façons de penser et faire de la politique au Canada et au Québec.

Notes

1 Diana L. Pedersen, « Keeping Our “Good Girls” Good : The Young Women’s Christian Association of Canada, 1870-1920 », mémoire de maîtrise (histoire), Carleton University, 1981, p. 24-25.

2 Des réformateurs sociaux éclairés font appel aux méthodes d’investigation scientifiques d’inspiration britannique pour lutter contre la pauvreté et le chômage. Proches des idéaux socialistes, des regroupements tels que le Montreal Local Council of Women, la Montreal Charity Organisation Society (1900), le Montreal Council of Social Agencies (1919) préconisent des interrelations entre l’individu et la communauté organique. Ann Perry, Manliness, « Goodness, and God : Poverty, Gender and Social Reform in English-Speaking Montreal, 1890s-1930s », mémoire de maîtrise (histoire), Queen’s University, 1999.

3 Le postmillénarisme est une interprétation eschatologique alors fort répandue dans le monde protestant, établissant le retour du Christ après le « millenium », cet âge d’or de la foi et de l’Église, qui annonce la paix et la prospérité. Voir J. F. C. Harrison, The Second Coming : Popular Millenarianism, 1790-1850, Londres, Routledge, 1979. Sur les impacts du millénarisme sur les mouvements de réforme sociale aux États-Unis, voir le classique Timothy L. Smith, Revivalism & Social Reform : American Protestantism on the Eve of the Civil War, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 1980, p. 151-237.

4 Franca Iacovetta et Mariana Valverde (dir.), Gender Conflicts, New Essays in Women’s History, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

5 Veronica Strong-Boag, Lives of Girls and Women in English Canada, 1919-1939, Toronto, Copp Clark Pitman, 1988 ; Mary Elaine Davies, « The Montreal YWCA and Its Role in the Advancement of Women : 1920-1960 », mémoire de maîtrise (histoire), Université Concordia, 1991 ; Anne Firor-Scott, Natural Allies, Women’s in American History, Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 1993.

6 Judith Weinsefeld, African American Women and Christian Activism : New York’s Black YWCA, 1905-1945, Cambridge, Harvard University Press, 1997 ; Daphne Spain, How Women Saved the City, Minneapolis et Londres, University of Minnesota Press, 2001.

7 Doris French Shackleton, Ishbel and the Empire, Toronto, Dundum Press, 1988 ; Ishbel Hamilton-Gordon, « Marchioness of Aberdeen and Temair, 1857-1939 », The Journal of Lady Aberdeen : the Okanagan Valley in the Nineties, annoté et édité par R. M. Middleton, Victoria, 1986 ; Ishbel Gordon, « Marchioness of Aberdeen and Temair, 1857-1939 », The Canadian Journal of Lady Aberdeen, 1893-1898, édité avec une introduction par John T. Saywell, Toronto, Champlain Society, 1960. Photographie tirée de Ishbel Hamilton-Gordon, Archives nationales du Québec, Fonds P653 Montreal Council of Women/Conseil des femmes de Montréal (ci-après ANQ-FMCW/CFM), P653-S1-SS2-SSS1-D002.

8 Simon Belkin, Through Narrow Gates. A Review of Jewish Immigration, Colonization and Immigrant Aid Work in Canada 1840-1940, Montréal, CJC and the Jewish Colonization Association, 1966 ; Yogev Tzug, « A Jewish Communal Welfare Institution in a Changing Society, Montreal 1920-1980 », thèse de doctorat, Université Concordia, 1981.

9 Israël Medresh, Le Montréal juif d’autrefois, traduction et présentation de Pierre Anctil, Sillery, Septentrion, 1997, p. 45.

10 Linteau, 2000, p. 325.

11 Tamara Myers, « On Probation : The Rise and Fall of Jewish Women’s Antidelinquency Work in Interwar Montreal », dans Bettina Bradbury et Tamara Myers (dir.), Negociating Identities in 19th and 20th Century Montreal, Vancouver, University of British Columbia Press, 2005, p. 177-182.

12 Jewish Women’s Congress (1893, Chicago, Ill.), Papers of the Jewish Women’s Congress : Held at Chicago, September 4, 5, 6 and 7, 1893 [Introd. by Hannah G. Solomon, Chairman], Philadelphie, Jewish Publication Society, 1894 ; Hannah G. Solomon, A Sheaf of Leaves, Chicago, H. G. Solomon (pub. privée), 1911 ; Hannah G. Solomon, Fabric of My Life : The Autobiography of Hannah G. Solomon, New York, Bloch Publishing Co., 1946.

13 Pierre Anctil, Présentation de l’ouvrage d’Israël Medresh, 1997, p. 23.

14 Wendy Mitchinson, « Early Women’s Organisation Social Reform : Prelude to Welfare State », dans Allan Moskovitch et Jim Albert (dir.), The « Benevolent State » : The Growth of Welfare in Canada, Toronto, Garamond Press, 1987, p. 77-92.

15 Sarah Filotas, « Les organisations féminines de la communauté juive montréalaise, 1918-1948 », mémoire de maîtrise (histoire), Université de Montréal, 1998, p. 74.

16 Eliane Leslau Silvermann, « The National Council of Jewish Women : Private Lives, Public People », Canadian Woman Studies/Les Cahiers de la femme, vol. 7, no 4, 1987, p. 49.

17 Elizabeth Driver, Culinary Landmarks : A Compilation of Canadian Cookbooks, 1825-1949, p. 170

18 Service des archives du comité des charités du Congrès juif canadien, Fonds I0048 National Council of Jewish Women (ci-après SACJC-ANCJW), J. J. Jacobs, « Twenty Years of Service and Development », NCJW Scrapbook, Year 1937 – Extraits.

19 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif, 10 octobre 1934.

20 SACJC-ANCJW, « Final issue of the first year of the Council Bulletin, April 22, 1931 – Montreal Section ».

21 SACJC-ANCJW, Minutes du bureau exécutif, 22 mai 1935.

22 Tarah Brookfield, 2008 ; Carlotta Hacker, The Indomitable Lady Doctors, Halifax, Formac Publishing, 2001 ; Douglas Waugh, Maudie of McGill : Dr. Maude Abbott and the Foundations of Heart Surgery, Toronto/Oxford, Hannah Institute/Dundurn Press, coll. « Canadian Medical Lives », no 13, 1992. Photographie de Octavia-Grace Ritchie-England, ANQ-FMCW/CFM, P653-S3-SS1-D1.

23 Et ce, même si comme le démontrent les travaux d’Huguette Lapointe-Roy pour le XIXe siècle, les associations charitables ont toujours maintenu une collaboration active dans cette prise en charge du « social » par le privé, Huguette Lapointe-Roy, « Histoire sociale de Montréal, 1831-1871 : l’assistance aux pauvres », thèse Ph. D. (histoire), Université Laval, 1985. Voir aussi Yves Vaillancourt, L’évolution des politiques sociales au Québec 1940-1960, Montréal, les Presses de l’Université de Montréal, 1988 et Serge Mongeau, Évolution de l’Assistance publique au Québec, Montréal, Éditions du Jour, 1967 ; Jean-Marie Fecteau, « La construction d’un espace social : les rapports de l’Église et de l’État et la question de l’assistance publique au Québec dans la seconde moitié du XIXe siècle », dans Yvan Lamonde et Gilles Gallichan (dir.), L’histoire de la culture et de l’imprimé. Hommages à Claude Galarneau, Québec, PUL, 1996, p. 61-90.

24 Janice Harvey, « Le leadership féminin dans les associations privées de charité protestantes », dans Actes du Colloque les Bâtisseuses de la Cité, Évelyne Tardy, Francine Descarries, Lorraine Archambault, Lyne Kurtzman et Lucie Piché (dir.), Montréal, Les cahiers de l’ACFAS, 1992, p. 65-78.

25 ANQ-FFNSJB, P120/3-1, Bob. 6819, 156-160, doc. 162. En décembre 1912, la FNSJB écrit directement au premier ministre du Québec Lomer Gouin afin de lui demander que la FNSJB soit officiellement incorporée comme organisme à caractère religieux, tout comme la SSJB et s’élève contre le projet de loi 122. Elle obtient gain de cause le 27 décembre 1912 et est alors incorporée officiellement en préservant son caractère religieux.

26 Pinard, ibid., 1976, p. 87.

27 ANQ-FFNSJB, Mgr Bruchési à Marie Gérin-Lajoie, 5 août 1909, P120/11-1, Bob. 6823, doc. 790. Mgr Bruchési avait aussi antérieurement écrit à Gérin-Lajoie : « Je crois sincèrement qu’il vaudra mieux diriger les membres de la Fédération vers les œuvres sociales et charitables et leur demander moins de discours. » Voir Mgr Bruchési à Marie Gérin-Lajoie, 9 juillet 1909, P120/11-1, Bob. 6818, doc. 760-763.

28 ANQ-FFNSJB, Lettre générique non datée du Comité de Tempérance de la FNSJB, 1908, P120/1-10, Bob. 6818, doc. 671, et Lettre générique de Georgette Lemoyne, 14 novembre 1908, P120/1-10, Bob. 6818, doc. 672.

29 ANQ-FFNSJB, N. Langevin, curé, à la FNSJB, 4 novembre 1909, P120/1-11, Bob. 6818, doc. 848.

30 Pinard, 1976 ; Micheline Dumont, Michèle Jean, Marie Lavigne et Jennifer Stoddart, L’histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles, Montréal, Éditions Le Jour, 1992 ; Denyse Baillargeon, « “Sur les berceaux je veille”. Les aides maternelles de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et la professionnalisation des domestiques (1928-1940) », Sextant, Revue du Groupe interdisciplinaire d’Études sur les Femmes, ULB, vol. 15-16, 2001, p. 203-234.

31 Yolande Cohen, « L’influence du réformisme protestant sur deux associations féministes en France et Québec : le cas du Conseil national des femmes françaises (CNFF) et de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (FNSJB) », dans Jean-Pierre Bardet et René Durocher (dir.), Français et Québécois : le regard de l’autre (Paris, les 7, 8 et 9 octobre 1999), Paris, Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise, 1999, p. 385-389 ; Yolande Cohen et Chantal Maillé, « Les cours d’instruction civique de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste : Une voie d’accès à la citoyenneté politique pour les femmes du Québec », Recherches féministes, vol. 12, no 2, 1999, p. 39-59 ; Karine Hébert, « Une organisation maternaliste au Québec : la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et la bataille pour le droit de vote des femmes », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 52, no 3, 1999, p. 315-344 ; Maryse Beaulieu, « La condition juridique de la femme mariée (1907-1931) : Salaire et communauté. Position de Marie Lacoste Gérin-Lajoie », Recherches féministes, vol. 14, no 1, 2001, p. 5-14.

32 Marie Lavigne, Yolande Pinard et Jennifer Stoddart, « La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et les revendications féministes au début du 20e siècle », dans Marie Lavigne et Jennifer Stoddart (dir.), Travailleuses et féministes : les femmes dans la société québécoise, Montréal, Boréal Express, 1983, p. 215.

33 Ibid., p. 215.

34 Seth Koven et Sonya Michel, Mothers of a New World, op. cit., p. 179. Voir aussi Susan Pedersen, Family, Dependence, and the Origins of the Welfare State : Britain and France, 1914-1945, New York, Cambridge University Press, 1993. Ann Taylor Allen, Feminism and Motherhood in Western Europe, 1890-1970 : The Maternal Dilemma, New York, Palgrave, 2005. Gisela Bock et Pat Thane (dir.), Maternity and Gender Policies : Women and the Rise of the European Welfare States, 1880s-1950s, Londres et New York, Routledge. Women in European History, Oxford, Blackwell, 1991/2002.

35 Cohen, Protestant and Jewish Philanthropes, 2006.

36 Karine Hébert, « Une organisation maternaliste au Québec : la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et la bataille pour le vote des femmes », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 52, no 3, 1999, p. 315-344 ; Marie Lavigne, « Marie Lacoste Gérin-Lajoie (1867-1945) : Cofondatrice de la Fédération nationale Saint-Jean Baptiste », dans Maryse Darsigny, Francine Descarries, Lyne Kurtzman et Évelyne Tardy (dir.), Ces femmes qui ont bâti Montréal : La petite et la grande histoire des femmes qui ont marqué la vie de Montréal depuis 350 ans, Montréal, Remue-Ménage, 1994, p. 150-151 ; Hélène Pelletier-Baillargeon, Marie Gérin-Lajoie : de mère en fille, la cause des femmes, Montréal, Boréal, 1985 ; Anne-Marie Sicotte, Marie Gérin-Lajoie : conquérante de la liberté, Montréal, Remue-Ménage, 2005. Photographie de Marie Gérin-Lajoie, Archives nationales du Québec, Fonds Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste (ci-après ANQ-FFNSJB), P120-15-P006.

37 Michèle Jean, « Florence Fernet-Martel, 82 ans : “Il ne faut jamais cesser d’avoir des activités !” », Les Cahiers de la femme/Canadian Women Studies, vol. 7, no 4, hiver 1986, p. 87-88. Photographie de Fernande Fernet-Martel (1979), Université de Montréal, Service de la gestion de documents et d’archives, Fonds Association des femmes diplômées des universités (Montréal), P0107.

Table des illustrations

Titre Ishbel Hamilton-Gordon, dite Lady Aberdeen
Légende Mayfair (Angleterre), 14 mars 1857 – Londres, 18 avril 1939
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Hannah Greenebaum Solomon
Légende Chicago, 14 janvier 1858 – Chicago, 7 décembre 1942
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Grace Ritchie-England
Légende Montréal, 16 janvier 1868 – Montréal, 1 er février 1948
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Marie Lacoste Gérin-Lajoie
Légende Montréal, 19 octobre 1867 – Montréal, 1 er novembre 1945
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Florence Fernet-Martel
Légende Woonsocket, 25 juillet 1892 – Montréal, 5 février 1986
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search