Version classiqueVersion mobile

Femmes philanthropes

 | 
Yolande Cohen

Avant-propos

Texte intégral

1Aujourd’hui la philanthropie est synonyme de sommes faramineuses données à des causes humanitaires par des hommes riches et célèbres. Outre la distinction et le prestige que ces dons sont censés leur apporter, ils signalent aussi l’incurie de gouvernements qui ne peuvent pas subvenir aux besoins de leurs citoyens. Derrière cette image, la philanthropie couvre plusieurs domaines et son histoire révèle des pans entiers de l’activité humaine. Les plus importantes organisations de soins de santé (care) en Europe et en Amérique du Nord sont philanthropiques. Elles offrent à travers un réseau transnational de centres spécialisés diverses formes de soutien à la petite enfance, aux adolescents en détresse, aux malades, etc. De même, les arts et la culture ne pourraient prospérer sans l’aide des grands mécénats établis dans le monde occidental autour de quelques philanthropes. Pas un secteur d’activité n’échappe aux philanthropes que l’on retrouve partout, mais que l’on a du mal à identifier, car ils agissent de façon collective et souvent anonyme (sauf lorsqu’il s’agit de fondations et d’œuvres qui portent leur nom). La philanthropie s’est largement démocratisée, et ce sont les dons recueillis par petites sommes auprès de bienfaiteurs anonymes à l’occasion de téléthons et autres collectes de fonds populaires qui alimentent désormais la recherche scientifique la plus pointue, la prévention de maladies et d’épidémies, les campagnes électorales par internet, les fonds de la Croix Rouge, etc. Comment alors distinguer dans cet ensemble de phénomènes complexes le rôle spécifique de la philanthropie dans nos sociétés ? Et pourquoi devrait-on se préoccuper de savoir d’où viennent ces sommes qui alimentent des pans entiers de notre économie mondialisée ?

2Juste partage des richesses entre les nantis et les démunis ? Sentiment de culpabilité devant la misère du monde ? Volonté de redistribution grâce aux dons de solidarité envers des concitoyens dans la détresse ou la maladie ? Mécanisme de régulation sociale et de contrôle ? Le don englobe toutes ces dimensions et définit par l’échange qu’il induit des systèmes de relations essentiels au fonctionnement des sociétés.

3Ces relations peuvent être des relations marchandes ou des relations dans lesquelles le bénévolat constitue le don. Ainsi, le temps donné par des employés pendant leurs loisirs ou, si leur entreprise les y incite, sur leur temps de travail pour faire un don à des gens est maintenant encouragé comme une activité civique, qui profite aussi bien aux donneurs qu’à ceux qui reçoivent. Cet aspect de la philanthropie, ou du don de soi pour des proches (famille, amis) ou des étrangers, implique majoritairement des femmes. Ce sont elles, toutes les études le montrent, qui longtemps ont été au centre du réseau de soins et d’assistance, avant même que toutes ces questions ne deviennent des préoccupations sociales et politiques. Travail invisible et le plus souvent ignoré par toutes les comptabilités nationales, ce don de soi ou souci des autres s’est aussi traduit en termes de philanthropie et d’action volontaire auprès des plus démunis.

4Très liées à la sphère domestique à laquelle les femmes ont été longtemps assignées, ces facettes de l’histoire des femmes permettent de lever le voile sur leurs actions philanthropiques, pour en analyser les résultats tant en termes de politiques publiques que d’émancipation pour celles qui s’y sont engagées. Nous aborderons ici les aspects particuliers et encore relativement méconnus de ce type d’activité, à la frontière du public et du privé, mais qui rassemble des femmes dans un effort collectif pour améliorer le sort de leurs concitoyens. C’est en effet par l’entremise d’associations philanthropiques qu’elles investissent la sphère publique pour apporter leurs remèdes aux maux de la société.

5Tour à tour fascinée par la résilience dont elles ont fait preuve durant des décennies face aux oppressions spécifiques dont elles ont été l’objet, et subjuguée par les ressources qu’elles ont trouvées en elles-mêmes et dans leur milieu pour y faire leur place, j’ai voulu mieux comprendre les mécanismes qui ont conduit une bonne partie d’entre elles à faire leur marque dans l’histoire nationale. Car leur entrée dans la sphère publique en tant que groupe de femmes préfigure et annonce leur reconnaissance comme citoyennes à part entière aujourd’hui.

6Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années d’étude et de réflexion sur l’histoire des femmes dans la société québécoise contemporaine. On racontera ici l’histoire d’associations philanthropiques féminines qui se sont engagées dans l’assistance aux pauvres, l’accueil aux immigrants et aux réfugiés, l’aide aux mères et aux enfants, et qui ont de ce fait contribué à l’élaboration de politiques publiques canadiennes et québécoises durant la première moitié du XXe siècle. Trois d’entre elles ont retenu plus particulièrement notre attention : la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste, la Young Women’s Christian Association et le National Council of Jewish Women. Nous voulons illustrer la participation essentielle de ces groupes de femmes à l’établissement des premières politiques sociales adoptées au Canada, en même temps que les femmes obtenaient le droit de voter et d’être éligibles. Nous chercherons également à comprendre comment ces associations philanthropiques se sont elles-mêmes transformées au cours de ce processus.

7Il peut sembler paradoxal d’inverser ainsi les propositions habituellement admises concernant l’action des femmes et de leurs associations, souvent reléguées dans une nonhistoire ou dans les marges de l’histoire. Nous nous en expliquerons longuement au cours de ce travail en nous rapportant aux récits qui en ont été faits. C’est pourtant notre ambition ici que de faire cette démonstration alors que les femmes sont encore tenues à l’écart de la politique ou n’y prennent part que de façon encore très aléatoire, après l’acquisition du droit de vote après la Première Guerre mondiale aux élections fédérales, et au début de la Deuxième pour le Québec.

8Cette étude de trois grandes associations de femmes catholiques, protestantes et juives permet aussi de désenclaver une histoire trop souvent partielle et partiale, isolant ces groupes les uns des autres au sein de leurs communautés d’origine, alors même que leur action visait le plus souvent à les en sortir. Toutefois, leur appartenance à des réseaux transnationaux et à la nation canadienne et canadienne-française montre aussi les rapports de pouvoir complexes et mouvants qui traversent leurs regroupements. Cette étude vise à présenter ces différentes facettes de leur action, loin de tout essentialisme, et à illustrer ainsi la diversité des positionnements féministes élaborés à cette époque.

9Les rapports étroits, parfois organiques, que ces associations entretiennent avec les trois grandes religions du livre permettent également de montrer les triangulations complexes mises en œuvre avec les différents paliers de gouvernement pour résoudre les questions sociales qui les préoccupent.

10L’association philanthropique offre à ces femmes un lieu privilégié d’intervention publique, qu’il s’agira d’analyser pour mieux en comprendre le mécanisme et l’influence sur le politique. Trois questions sont devenues autant de domaines prioritaires d’action politique : l’immigration, la santé et la famille. Nous verrons les angles particuliers à partir desquels les femmes négocient leur contribution citoyenne, développant ainsi des formes d’action publique parallèles aux partis et à la politique électorale dans un premier temps, et puis intégrées à ceux-ci.

11Les sources originales consultées pour cet ouvrage offrent une riche moisson d’archives qui rassemblent les trajectoires de militantes, s’illustrant chacune à sa manière et inventant des moyens d’action relativement inédits.

*

12La réalisation de cette enquête s’est échelonnée sur de nombreuses années et a été possible grâce au soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH, subventions de 1999-2007) et au travail des assistants de recherche qui m’ont aidée à contourner les écueils de cette recherche. J’ai publié plusieurs articles dans des revues savantes sur quelques-unes des questions traitées dans cet ouvrage, qui est toutefois entièrement original. Mon intention est bien de rendre cette histoire plus visible et ses protagonistes plus identifiables en tant qu’actrices à part entière de l’histoire du Québec et du Canada.

13Comme toujours, un ouvrage est une œuvre collective. J’ai ainsi contracté de nombreuses dettes auprès de personnes qui m’ont accompagnée tout au long de ce parcours : Hubert Villeneuve a contribué à la relecture du texte et y a apporté l’aspect soigneux et méticuleux du bon chercheur qu’il est ; Linda Guerry m’a soutenue dans les processus de réécriture ; Marie-Ève Gagnon, Geneviève Proulx, Brooke Rothman et plusieurs autres m’ont aidée à traquer les références bibliographiques manquantes. Mes étudiants du cours de Méthodologie historique ont également dû discuter longuement des problèmes soulevés par les philanthropies, alors qu’ils n’en voyaient pas toujours l’intérêt… Mes collègues du département d’histoire et de la faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal m’ont apporté leur soutien et une aide à la publication de cet ouvrage. À Paris, où j’ai finalisé la rédaction de cet ouvrage, j’ai trouvé auprès de Yann Scioldo-Zurcher l’émulation et la connivence nécessaires à la discussion intellectuelle, auprès de Liane Mozère l’amitié et la liberté de pensée et auprès de Floran Augagneur l’intensité et l’ardeur des discussions politiques. J’ai également pu trouver écoute et sollicitude auprès de Sara Rayr Salomonowicz, de Carmen Robinson, de Monique Lefebvre, de Jeanne Fagnani et de nombreux amis. Qu’ils soient tous ici remerciés sincèrement. Et c’est en pensant à mes enfants, Sara et Nathan, que j’ai écrit ce livre. À eux et à Marcel Fournier mon lecteur infatigable et critique, qui sans cesse m’incite à revoir ma copie, je dédie ce livre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search